Y a-t-il des frugalistes qui ont arrêté de travailler pour changer de vie et partir en bateau?

Bonjour à tous. J'entends parler des frugalistes qui économisent une part importante de leurs revenus pour mettre suffisamment d'argent de côté et arrêter de travailler avant d'atteindre l'âge de la retraite. Est-ce que certains d'entre vous ont fait ça pour partir en bateau? Combien faut-il épargner pour pouvoir partir en imaginant ne plus jamais travailler et pouvoir vivre sur son capital? Evidemment cela dépend de son age, du niveau de vie et donc de dépense que chacun souhaite avoir, du fait d'avoir des enfants ou pas. Il y a beaucoup de facteurs mais c'est simplement pour alimenter la réflexion.
Merci!

L'équipage
22 nov. 2020
22 nov. 2020
13

Rhaaa, ca m'énerve ces noms nouveaux qui sortent pour qualifier nos comportements...
Me v'la tagué de "frugaliste".
Non, mais, on m'a demandé mon avis avant ce sortir un nom pareil ? J'ai un droit de regard ? Je peux proposer un synonyme, ou simplement le droit de ne pas avoir d'étiquette ? :D

Bref, c'est mon cas, à une exception près :
Je suis conscient que mon travail est aussi une nécessité sociale et psychologique. J'ai besoin que la société me retourne, de temps en temps, l'impression de contribuer.
Bref, j'ai prévu de profiter, et de revenir pour un temps faire coucou, et de repartir, mais pas de lâcher définitivement tant que l'on m'aura pas dit que j'étais trop vieux. (par contre, clairement, avant mes 55ans, je sais qu'on me le dira, et là, la société aura le droit à un gros finger pendant que j'irais me la couler douce)

J'ai la chance de ne pas avoir d'enfants, et d'avoir pratiquement conservé mon niveau de vie étudiant (mais pas mon niveau de revenu), et j'estime avoir d'ores et déjà de quoi vivre sans emploi jusqu'à la fin de mes jours.
Maintenant, tout cela se prépare :

1) il faut un toit bien à soi. Il n'a pas besoin d'être grand, il n'a pas besoin d'être en plein centre de Paris, il n'a pas besoin d'être grand standing, mais il faut un endroit où se dire "si un jour, tout part en cacahuète, j'aurais toujours un terrier où me planquer".
2) il faut une rente sûre, surtout quand on sait qu'on aura autant de retraite que de médailles Olympiques ... Là encore, pas besoin d'un truc de fou, mais un petit investissement qui garantisse même pas un smic, c'est déjà chouette. Ca ne payera pas de la viande ou des légumes frais, mais ca permettra d'avoir des pâtes pour diner, un peu de chauffage (ou pas), et du savon.
3) triste à dire, mais considérer le bateau comme "bonus". C'est vraiment triste, mais un bateau, ca se perds. Alors, certes, ca s'assure, mais pas à des tarifs raisonnables quand on s'oriente vers des destinations lointaines.
4) en attendant, prévoir autant que possible un bateau "en forme", et se résoudre à vieillir avec lui, donc viser du durable et low maintenance... De mon point de vue, l'immense majorité des bateaux sont bien trop fragiles pour ce programme, et finissent par ne plus pouvoir naviguer sans réinjecter de l'argent frais.
5) au bout du chemin, prévoir de pouvoir revendre le toit et la rente pour payer les traites de la chimio (ou l'horreur équivalente qui nous guette)... Surtout qu'en couple, on a moins envie de se jeter d'un pont. (ouai, évitez les trains, c'est traumatisant pour les conducteurs)

Voilà.
Faut-il mettre des chiffres là dessus ?
Je ne pense pas, chacun a son propre niveau de vie... Personnellement, je me prends à rêver de vivre dans un grenier.
Après, je pense qu'on peut faire avec moins, et que le rsa rempli effectivement son rôle... Le problème, c'est qu'avec l'avenir que le monde nous prépare, le rsa ne sera peut-être plus là le jour où je prévoirais de compter dessus... Du coup je ne compte pas dessus non plus.


Jjeronimo:Peuwi : Au nom des nouveaux concepts vieux comme le monde, je te rebaptise Jugaadiste !·le 23 nov. 19:02
Patxaran:Peuwiste?·le 04 jan. 12:23
Chemistrebor:"il faut une rente sûre" quelques exemples svp ?·le 04 jan. 20:14
xabia:"J'ai la chance de ne pas avoir d'enfants" c'est un peu réducteur quand même !·le 05 jan. 01:19
Peuwi:@Chemistrebor : un petit investissement peu risqué, ca existe. En locatif par exemple.Mais évidement, la rentabilité est proportionnelle au risque, d'où l'importance de viser simple et petit si on veut pas trop risqué. Après, c'est sûr que plus c'est tangible et sans intermédiaires, moins cela est sujet à des surprises en cas de gros événements...@Xabia : attention, sur un aspect purement financier, si on souhaite avoir une rentabilité positive sur des enfants, c'est au mieux immoral, au pire tout à fait illégal :D (travail d'enfant, revente, etc. ). Et je n'ai évoqué uniquement que l'aspect financier dans mon post.·le 06 jan. 12:59
22 nov. 2020
0

On peut penser que le "frugaliste" (moi non plus je n'aime pas ce néologisme) continuera à bord le même mode de vie qu'à terre. Ne serait-ce que par nécessité.


22 nov. 2020
0

Merci pour vos réponses. Moi aussi je n'aime pas être catégorisé, rangé dans une case alors si le terme ne vous plaît pas, aucun problème ! Pour ma part j'ai des enfants, c'est forcément plus compliqué de se projeter dans ce type de projet.


22 nov. 2020
9

Salut Elkitos.
les chose définitives du genre "je pars et je ne reviendrai plus", je pense que ce n'est en fait jamais la réalité. Je suis parti 10 fois définitivement. A 18 ans pour m'établir en Nouvelle Zélande, à 21 ans pour retrouver mes parents disparus en Indonésie, à 24 ans en bateau pour reprendre un chantier naval à Fort de France, à 27 ans pour bosser à La Réunion, à 31 ans pour faire le tour du monde en voilier ... après, bossé 25 ans. La vie peut aussi être faite de découvertes et d'opportunités. Combien de nos amis bossent en Martinique, Papeete, Nouméa, ou ailleurs, rencontrent des copains ou compagnes, font des enfants ou adoptent des chiens... Alors, mon conseil : avoir un petit matelas pour se retourner, de quoi te payer au moins un billet d'avion de n'importe quel coin du monde, un bateau que t'as choisi solide et simple et ne te pose pas trop de questions pour l'avenir. Laisse toi porter.


22 nov. 2020
1

De tout ce que je lis sur cette thématique, la pratique la plus commune est la location de son bien immobilier, donc si on fait abstraction des cas ou il y a eu un patrimoine par héritage, perso je comprend que on peut espérer en obtenir un revenu locatif de 500 à 700 € .. Il faudra en déduire les frais associés.
Peux-t-on "vivre" sur cette base quitte à la compléter par une activité rémunérée partielle occasionnelle, et en évitant les grosses dépenses gaspillées, superflues et inutiles ? Cela doit être possible, mais l'équilibre sera fragile s'il survient des difficultés (santé, famille, accidents ...).

Le seul point positif c'est que bien que nous soyons tous embarqués dans une société de consommation qui fonce dans on ne sait quoi , un mur ou un abîme (?), la question d'une alternative est soulevée régulièrement, donc sans avoir de réponse, cela est un peu encourageant pour y réfléchir. Et tant pis si cela génère des moqueries.


23 nov. 2020
0

J’en connais un, 47 ans, ingénieur dans le nucléaire, il avait sa maison payé, ses gamins quasi indépendant, il est parti avec sa femme sur un ginfizz et traîne actuellement dans le pacifique.
On avait pas mal échangé côté philosophie de vie... et j’adhère à 200%!

Une maison a 300ke du côté de Toulouse, en loc autour de 1400 par mois.
Deux petits apparts issu d’invest locatifs, aussi en loc, et il a un petit matelas de sécurité suite à un héritage

En gros ils vivent avec 1000-1200 balles par mois hors frais du bateau.

Ce que j’en retiens c’est qu’un capital de 500ke est un minimum, hors bateau... même en bossant 20 ans, pas évident! L’immobilier semble un bon levier pour placer son épargne


Arno33:Moi ce que je vois c'est un bon métier, de l'investissement et de l'héritage. bref, être bien né...·le 05 jan. 14:47
Cédric 1983:Je crois que la moyenne d’un héritage c’est 100 000 alors quand tu as deux parents ça fait 200ke... pas de quoi changer une vie non plus et partir à 50 ans au soleil sans bosser!!!Ensuite un bon boulot c’est pas forcément être « bien né » c’est surtout de l’investissement perso pour faire des études et ensuite de l’évolution professionnelle.·le 05 jan. 19:32
faby9:" c’est surtout de l’investissement perso pour faire des études et ensuite de l’évolution professionnelle."+1000.Pour qui n'avait pas peur de s'investir dans son boulot, dans les cours du soir, et qui de plus n'hésitait pas à quitter sa région, à déménager plusieurs fois au fil de la carrière, il y avait largement possibilité de finir comme celui là. J'en connais plus d'un.J'en connais d'autres qui se sont contentés de leur petit diplôme, n'ont jamais cherché à en gratter un autre, n'ont surtout pas voulu s'éloigner à plus de 50 km du quelque part où ils sont nés (dixit Brassens), et qui bavent devant les "bien nés" qui ont du fricC'est encore possible pour les jeunes aujourd'hui, quoiqu'on dise. A condition qu'ils fassent les bons choix à 14 ou 15 ans. ·le 05 jan. 19:47
Les Marquises:bin dites-moi les gars, vous êtes pas partis...... Pascal·le 05 jan. 21:02
tikipat:Marquise toi qui navigue et termine un tour du monde , quelle dépense dans ce voyage ,tu es a la retraite ? ·le 06 jan. 08:00
Arno33:le classique libéral "se sortir les doigts du cul"... combien de fils d'ouvriers, de femmes de ménage accèdent à des études supérieures?? question de transmission évidemment, le nier est d'une inculture profonde ou de l'ordre du dogme.on a 2 parents mais en france, plus de 2 enfants en moyenne.
De plus, l'héritage médiant est de moins de 50 000€... ça veut juste dire que l'argent va à l'argent et cela conforte ce que je disais précédemment."Impôts Six successions sur dix ne sont pas imposables en France. Le montant moyen des patrimoines atteint 100 000 euros. La moitié est inférieure à 50 000 euros et 10 % dépassent 50 000 euros.Héritage moyen 26 000 euros pour le conjoint survivant et 34 000 euros pour un enfant. 1 héritage sur 4 provenant de professions libérales et de chefs d'entreprise a une valeur supérieure à 100 000 euros, contre 1 sur 10 chez les enfants d'artisans et de cadres. Les enfants de cadres ayant reçu plus de 60 000 euros sont 4 fois plus nombreux que les enfants d'ouvriers."Source le Figaro, pas spécialement un journal gauchiste... L'INSEE a produit un document très intéressant qui explique très bien que l'accumulation de bien se fait sur plusieurs générations permettant aux héritiers de bonne famille de continuer ce cycle... très loin du libéralisme que nous vendent généralement ces personnes que l'ont peut qualifier de néolibéraux... ou d'opportunistes.Bref, quand on arrivera a comprendre que les néolibéraux pourrissent tout, on sauvera peut être la planète...·le 07 jan. 15:44
Les Marquises:Tikipat, je serai en retraite le 1er mars, pour la 1 ere fois de ma vie on me donner des Roros cadeau.... Et oui, j'aurai 62 printemps. Sinon, mon budget c'est le bateau qui me le bouffe entre le gasoil et les divers pièces ici et là. Toutes les réparations ou entretiens sont faits pas mes soins, soit environ 300 euros maxi /mois. Après la bouftifaille c'est pour un mois, pas plus de 300 euros et encore, en Polynésie pratiquement rien, enfin aux Marquises car on me nourrissait souvent avec du troc de dépannage divers, du moteur de tronçonneuse à réparation de machine à laver, voiture ou machine à coudre etc...contre fruits,légumes viande etc.... Sinon ailleurs pas beaucoup car comme j'ai un congel ça permet d'acheter des trucs pas cher et les congeler y mettre le poisson pêché et sinon, le riz ou les pâtes c'est pas cher comme les patates, en fait je pense dépenser plus en bibine qu'en bouffe pour être franc. Sinon je me fais mes sirops, mes confitures et comme je ne suis ni un gros viandard ni trop fromage les dépenses sont réduites, le resto à l’occasion et encore, c'est pas mon truc non plus, je préfère me faire plaisir à l'occasion avec une cote à l'os avec une bonne bouteille avec ma femme ou des potes à bord que de me faire chier à attendre qu'on m'amène mon assiette, faut que je suis pas trop patient et en plus si je commandais ce que je bois au bateau à table, le resto me serait inabordable, à par dans les petites iles genre Tobago ou la Dominique, Cuba ou là ça reste acceptable pour ma bourse...En plus comme mon canot est bien équipé avec des lithiums qui m'ont couté le prix des gels, j'ai suffisamment d'énergie pour utiliser une plaque induction, donc le gaz c'est une 13kg tous les 2 ans, une machine à laver, donc pas de budget laverie, un gros dessal qui évite bien des emmerdes, un moteur d'annexe électrique qui réduit aussi beaucoup les frais d'essence, pas de budget anti-fooling car je me suis fait un coopertcot qui m'a couté -de 500 euros et qui est toujours en place depuis 8 ans et en plus des économies, pas de contraintes, bref je vis bien et très correctement dans un grand bateau mais il faut gérer ce qui parait difficile pour celui qui ne connait pas mais qui finalement est très simple à mettre en placeDonc un budget gros gros maxi de 600 euros mais vraiment le très haut de la fourchette sans jamais avoir l'impression de me priver. Par contre me concernant, j'ai pas attendu ni héritage ni donation, le jour ou j'ai décidé que j'allais partir j'ai acheté quelques bicoques pourries que j'ai retapées et louées pour avoir un revenu parce que je n'avais pas envie de naviguer comme un clodo.... Sinon Arno, ça me fait toujours sourire d'essayer d'expliquer quelque chose comme l'envie de vivre en bateau en sortant des statistiques.Moi, un jour j'ai décidé que j'irai aux Antilles, je me suis bougé le cul et l'année d'après j'y étais, ça m'a tellement plu que je je me suis démerdé pour aménager mon bateau plus confort et 2 ans après, en 2013 j'ai repris la mer jusqu'à aujourd'hui. je ne me suis pas posé un million de questions, j'ai juste trouvé un moyen d'y arriver, sinon tu risques de passer à coté et si j'avais attendu hypothétique miracles je serais toujours derrière mon clavier à attendre que l'impossible arrive...Pascal·le 07 jan. 16:45
tikipat:voila un vrai témoignage d une réalité , pareil on dépensé peu pour nous en gros 600 €/mois a deux et en moyenne 400 pour le bateau sans assurance ... ·le 07 jan. 18:29
faby9:@Arno qui se demande : " combien de fils d'ouvriers, de femmes de ménage accèdent à des études supérieures??"La réponse est aisée à trouver : Durant l'année universitaire 2019-2020, 36,8 % des étudiants ont touché une bourse du Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation (Mesri), soit 718 000 étudiants boursiers au total.·le 07 jan. 18:41
moana29s:+1000 Pascal, c'est une question de motivation et de se donner les moyens (pas l'argent) d'aller au bout de son projet..... Après certains trouveront toujours les fausses bonnes raisons de ne pas franchir le pas, ça aide à vivre en donnant bonne conscience...·le 07 jan. 18:46
juliusse:Tout a fait Moana29. ·le 07 jan. 18:48
Arno33:Pour Faby, c'est moins de 20%... c'est factuel.Pour les Marquises, il y a évidemment une différence entre une boucle atlantique que je prévois et s'arrêter de travailler définitivement pour naviguer (sujet initial).·le 08 jan. 08:32
Les Marquises:Mais Arno, chacun fait ce qu'il veut, tu sais, je ne donne pas de conseils, je ne fais la leçon à personne, je raconte juste mon expérience, bonne pas bonne, on s'en tape, tu en tires quelque chose ou non aucune importance et si tu penses que je suis un rien prétentieux ou donneur de leçon, j'en suis désolé, sincèrement ce n'est pas volontaire, peut-être certainement maladroit, mais je respecte trop le libre choix de chacun pour me permettre d'en critiquer ceux des autres. Pascal·le 08 jan. 11:35
23 nov. 2020
8

salut
je suis sur le cul de voir que certains projettent des plans de vie à plusieurs décennies alors que je ne sais même pas de ce que sera fait la semaine prochaine, vous avez des infos que je n'aurai pas ou vous fumez une nouvelle plante exotique encore inconnue du grand public ?
pour répondre à la question ben avoir un super capital physique et moral, de ne pas se poser de question existentialiste, se mettre en mode "je n'ai peut-être plus qu'une semaine à vivre" et si tu es représentant en literie tu fais comme Ed, tu pars 10 fois définitivement avec des matelas pour te payer des billets d'avion.

"Combien faut-il épargner pour pouvoir partir en imaginant ne plus jamais travailler et pouvoir vivre sur son capital?"

elkitos j'ai l'immense regret de t'annoncer que ton plan est obsolète, c'est cuit bouilli râpé, et nunc et semper et in sæcula sæculórum, amen.


BWV 988:+100·le 23 nov. 07:49
Peuwi:Ben, il y a un monde entre le fait de ne pas savoir précisément ce qu'on fera la semaine prochaine (ce à quoi j'adhère totalement), et ne pas avoir grosso-modo prévu une trajectoire et des grands principes ...Par exemple, quand on commence à avoir un enfant, on a - généralement - pas prévu de pouvoir l'abandonner dans la forêt. Cela signifie qu'on a prévu de s'en occuper.Meme chose quand on achète un bateau : à priori, cela signifie qu'on a quand même prévu de s'en occuper peu ou prou dans les 10ans à venir (à minima pour le revendre)A chaque fois que quelqu'un arrive sur le forum pour dire qu'il part faire le tour du monde la semaine prochaine alors qu'il n'a jamais navigué, à peu près tout le monde est d'accord pour lui expliquer que ca se prépare, et que ca se compte en mois (voir années)Alors, je ne dis pas qu'il n'est pas possible de vivre sans rien planifier en prenant chaque jour comme il vient, c'est même pratiquement le cas d'une majorité de personnes. Et parfois, ca leur permet de vivre de superbes aventures. Mais à l'inverse, ca contraint aussi énormément (non, on ne peut pas noyer le bébé, on peut difficilement faire un TdM sur son propre bateau sans avoir navigué, et on ne peut pas trop acheter un bateau avec l'argent des courses de la semaine)Maintenant, certains vives des aventures extraordinaires, faisant un tour du monde sur le bateau des autres, ou vivant de petits boulots à chaque escales, ou réussissant à se faire financer entièrement ... Mais ils mettent en oeuvre des compétences que personnellement, je n'ai pas (surtout des compétences relationnelles - les compétences techniques, ca s’acquiert). Par contre, personnellement, j'ai d'autres compétences, ce sont des cadrages, des plannings et des budgets. Ca semble logique que je les utilise à mon compte :D·le 23 nov. 09:54
Peuwi:Vivent*Il est où le bouton éditer ?·le 23 nov. 09:55
Flora :):@PeuwiOn peut pas éditer dans ce mode "questions/réponses"...J'aime pas du tout ton présupposé concernant un enfant... on peut aussi l'amener avec soi, non ?Par ailleurs, quand on veut changer de vie, c'est pas mal d'acquérir les compétences que l'on n'a pas et qui vont être utiles : langues étrangères, santé (bien utiliser les médocs, savoir faire une injection), enseigner à ses enfants, communiquer et comme tu dis les compétences techniques qui te permettront d'entretenir ton bateau et de bosser en route ?Et last but not least, il faut savoir faire des listes pour tout ! sur de simples cahiers, ça marche très bien et ça se retrouve facilement, sans ordi, sans énergie... oui je sais je suis une vieille radoteuse.·le 23 nov. 10:18
Peuwi:Je n'ai jamais dit qu'avoir des enfants empêchait de partir ... Au contraire, je suis persuadé que c'est bien plus beau cadeau à leur faire que de les éduquer par un beau voyage que par un système scolaire abrutissant.Le sujet portait sur le fait de faire des plans sur l'avenir : donc, oui, quand on a des enfants, on a de fait un plan pour les 20années à venir, qui consiste à s'en occuper (que ce soit à la maison ou en voyage, ca reste un truc dont on n'est pas sensé pouvoir se défaire, et qui a quelques impacts (financier, taille du logement, temps passé, etc. ))·le 06 jan. 13:27
23 nov. 2020
7

j'ai la chance d'etre handicapé... :-)

En invalidité depuis 8 ans, ma cahute est payée, mes gosses sont adultes et je viens juste d'acheter un bateau avec pas mal de boulot.
Il a juste fallu apprendre à vivre avec la moitié de mon salaire. En contre partie l'expression "gagner du temps" est bannie de mon vocabulaire, je n'ai plus de réveil et la vie s'écoule lentement.
Inconvénient, on est un peu décalé des autres et les relations sociales s'estompent très vite.

A bientot 60 balais j'ai déjà expérimenté 3 ans de vie en camion aménagé, pour le bateau je n'ai pas encore de projet précis, enfin juste réapprendre à naviguer après 20 ans d'arret.
Une constatation, si tu n'es pas riche il faut savoir tout faire de tes mains avec rien et te contenter de peu.

Bon il est tot, je me recouche...


23 nov. 2020
5

40 ans sur l eau , voyage sur 5 voiliers differents , Guyane Antille Pacifique . je bossais comme opticien aux escales , ouis j ai passer les diplomes pour bosser dans le nautisme , capacitaire , bppv , cro , cgo , médical 2 , capitaine 200 , du coup je bosse dans le nautisme entre deux voyages . Construction de 4 voiliers , refit d un cata et actuelement construction d un cata de 43 p . Coté finances soit ce fut le boulot de ma femme et de moi , puis des crédits , achat d apparte avec locataire qui payait le crédit . a 60 ans tout est payé , maintenant j ai 63 , on repart dans 2 ans , on aura dans les 1500 € mensuel ...


23 nov. 2020
4

Un petit point concernant les enfants. C'est relativement facile de partir, de voyager et de naviguer tant qu'ils sont enfants. A partir de l'adolescence, ça se corse. Les ados ont besoin de leurs congénères et d'avoir une certaine autonomie.Il est toujours possible d'être loin, mais la sociabilisation et la scolarisation imposent une certaine stabilité.
Ensuite, si les enfants font des études, il faut soit être très riche, soit travailler. Un étudiant, ça "coute" actuellement 1000€/mois, entre l’hébergement, la bouffe, sorties ... et les petits boulots ne payent pas tout.
Donc, profiter de la période ou les enfants sont petits (0 à 10/12 ans), ensuite 15/20 ans de boulot, et ensuite, c'est bon.


Prospero:On l'oublie parce qu'ils ne l'expriment pas dans notre langage mais les enfants ont besoin de relations. ·le 23 nov. 10:04
Flora :):C'est vrai. Voir à ce sujet le site foisonnant de Martin, contrairement à ce qui est dit souvent ici, il y a encore des familles qui naviguent de par le monde...www.manu-autourdumonde.com[...]de.html ·le 23 nov. 10:24
23 nov. 2020
0

sé koi sa un fruga ché pas quoi ? un nouveau truc à la mode ? boaf ! moi j'en connais une qui vit avec le RSA qui s'est quand même acheté une épave, qui l'a réparée, qui vit dedans, qui l'aménage, qui va vendre ce qui est devenu un bateau et qui projette d'en acheter un plus grand après pour faire pareil. Elle ne se pose pas de questions pour savoir si elle est fruga chez pas quoi, pour savoir ce que sera demain. Elle avance et elle verra bien.


tikipat:Avec le RSA , et ben , pas beaucoup de scrupule le gars .. ·le 23 nov. 12:44
23 nov. 2020
4

Elkitos, ta réponse est dans ta question.... Ca dépend de ton level de frugalisage.


23 nov. 2020
10

"Arrêter de travailler avant l'age de la retraite".........
Moi je veux bien mais
Nous avons mis en place,en France,un système dans lequel tout le monde est censé travailler pour reverser une partie des gains pour assurer à tout le monde: soutien santé, sécurité etc...
On n'a pas eu le choix, nous sommes né dans ce pays(!)
Alors ne plus cotiser, ok, mais aussi refuser tout ce qui va avec...!
J'ai trop vu de gens qui se barrent en mettant en avant leur liberté et leur refus du "système" et qui, dés que PB de santé se dépêchent de rentrer se faire soigner au frais du "système" ou que, dans des pays en crise, se demandent pourquoi la France ne s'occupent pas d'eux.
Alors se barrer avant l'age de la retraite:
Oui
si on continue d'une façon ou d'une autre à participer au financement des services du système;
Oui si en ne cotisant plus, on fait une croix sur RSA, sécurité sociale etc (et là on est réellement libre)
Non si on ne cotise à rien et qu'on dépend toujours du "système" d'une manière ou d'une autre.
Ce n'est plus du "frugalisme" mais du parasitisme.


Chemistrebor:C'est un des sujets fondamental que nous serons améné à repenser, malheureusement jamais vraiment abordé lors des campagnes electorales...Dans l'industrie ou je travaille depuis 30 ans, j'ai vu beaucoup de départs "anticipés" financés par les divers plans sociaux , car pour le coté "social", c'est toujours un moindre mal de libérer un type de 58 ans que de mettre dehors un autre de 30 ans avec des jeunes enfants (vous connaissez tous cette musique). Certains des séniors concernés seraient restés au boulot, d'autres considèrent que c'est une opportunité pour faire autre chose, mais au finish je crois que seul 40 % des salariés de l'industrie chimique arrivent à boucler complètement leur carrière... ·le 23 nov. 11:51
Peuwi:@Yakaf : et bien, bonne nouvelle, le système a prévu le coup :si quelqu'un veut quitter le système, il aura bien financé le système, et le système ne lui rendra pas grand chose.Pour ma part, j'ai bien contribué (oui, je ne vais pas dire "cotisé" ce stade), et je sais que je n'aurais pratiquement rien à l'arrivée.Donc, je ne me sens pas parasite du tout, mais plutôt généreux mécène !(après, je ne le prends pas mal du tout, je ne suis pas à plaindre)·le 23 nov. 12:08
ED850:Et ce sont surement les millions de profiteurs qui partent sur leur yacht qui dérèglent le système sécurité social français... Bien sûr.Bon sinon, on a la sécu 1 an après avoir travaillé. Après, "naplou".·le 23 nov. 12:10
Arzak:"J'ai trop vu de gens qui se barrent en mettant en avant leur liberté et leur refus du "système" et qui, dés que PB de santé se dépêchent de rentrer se faire soigner au frais du "système""C'est le discours populiste que l'on entend tous les jours depuis des années.Le gars qui n'a pas sa sécu parce qu'il est parti loin "vivre sa vie hors du système" et voudra se faire soigner en France paiera le tarif hospitalier plein pot, et ce sera très cher !Il suffit de voir le nombre de Français résident en France qui n'ont plus la sécu car pas assez de cotisations versées les derniers mois/années...·le 23 nov. 13:03
faby9:@Peuwi : le "système" rendra à hauteur de sa contribution. Voire beaucoup plus.Un "ami" avait ainsi quitté le monde qu'il considérait comme pourri par ce système, il avait alors 40 ans, pour voyager. Afrique du Nord, Centrale, Europe de l'Est, Orient. Retour en France, agé de 70 ans, il fait valoir ses droits à la retraite : 340 euros mensuels. Il bénéficie donc du minimum : 920 euros mensuels. Il bénéficie bien entendu de la sécu pour remettre en ordre tous les soucis qu'il a cumulés...Je suis OK avec les GJ : je paie bien trop d'impôts et taxes fort mal utilisées...·le 23 nov. 13:13
Flora :):faby9 : Le minimum vieillesse dont tu parles n'est octroyé qu'à des personnes qui n'ont aucun bien immobilier. Si ce n'est pas le cas, leurs héritiers devront rembourser ce minimum vieillesse, en vendant l'éventuel bien et si c'est pas suffisant, ils devront payer de leur poche.·le 23 nov. 13:50
faby9:C'est en effet son cas : aucun bien (avec quoi aurait il pu acheter ? et comme il est pupille de la nation, pas d'héritage en vue...).Quant au fait que l'état se rembourse sur les biens ou sur les héritiers, c'est quand même un minimum, non ? Une caisse de solidarité est faite pour subvenir aux besoins de ceux qui cotisent. Toute la mutualité est basée là dessus. A défaut, on coule !·le 23 nov. 13:56
Flora :):Bien sûr que c'est normal, je ne conteste pas... je précisais ce point parce qu'il y a beaucoup de gens qui ne le savent pas et dont les héritiers sont surpris !Rien n'empêche de demander le minimum vieillesse quand sa pension de retraite est inférieure, il faut simplement en connaître les conséquences financières pour ses héritiers éventuels. Sans être millionnaire, il est fréquent d'avoir un petit bien immobilier hérité... évidemment pas si on est orphelin, etc...·le 23 nov. 14:01
Peuwi: : "Si vous justifiez de moins de 120 trimestres cotisés au régime général, le montant du minimum contributif est fixé à 7 715,17 € par an, soit 642,93 € par mois.Si votre durée d'assurance au régime général est inférieure au nombre de trimestres nécessaires pour la retraite à taux plein, le montant du minimum contributif est réduit au prorata de votre durée d'assurance au régime général."Donc, en gros, si quelqu'un n'a que 60trimestres (et ca fait beaucoup, il a cotisé à 50% de ce qu'un autre aurait fait), il a ... 320€/mois.A ce stade, au niveau des revenus, il est donc éligible au RSA, qui compléterait cette somme.Sans prendre en compte le RSA, je viens de faire le calcul par rapport à mes cotisations (en prenant la ligne "solidarité vieillesse") : si je réclame une retraite (au taux proposé ci-dessus) pendant plus de 23ans, je gagne plus que je n'ai cotisé. Moins de 23ans, c'est l'inverse.Mais surtout, ca ne dépends pas du nombre d'année travaillée : si on ne travaille qu'une année, on n'a que 21€/mois. 2années, c'est 42€, etc.Et évidement, c'est en utilisant les chiffres actuels, qui vont évoluer pour prendre en compte l’allongement de la durée de vie moyenne.·le 23 nov. 14:09
23 nov. 2020
2

Populiste? C'est quoi la signification exacte?
C'est le mot qu'on lâche quand on veut clore le débat...
Je parle de vrais gens que j'ai réellement côtoyés! Et notre monde de voileux, les parasites existent aussi.
Mais je ne vise pas les vrais "rebelles", ceux qui lâchent tout, et j'insiste sur le tout!


Peuwi:"Parasite" est un mot extrêmement fort, et à l'exception de notre compagnon félin que l'on s'acharne encore à nourrir contre toute logique, il est franchement audatieux de pouvoir prétendre mesurer l'utilité sociale de tel ou tel autre individu.(pour le chat, c'est une blague, justement pour remettre en perspective, puisque même ce dernier a une utilité sociale reconnue)·le 23 nov. 15:34
Zadig:Populiste vient du latin latin "populus" qui fait référence au peuple "vulgaire", au sens de son incapacité à analyser un argument au delà du premier degré.Exemple : j'ai vu circuler sur certains réseaux sociaux l'idée qu'il est scandaleux que l'état dépense l'argent du contribuable au bénéfice de migrants ou de réfugiés alors que de bons français sont dans la m... et auraient bien besoin d'être soutenus.Imparable au premier degré.Sauf qu'il faut me dire si un jour, dans un pays quelconque il est arrivé que personne n'ait besoin d'être aidé. Parce-ce que s'il faut attendre d'avoir résolu le dernier des problèmes du dernier des français avant de tendre la main à l'autre, on n'aidera jamais qui que ce soit.·le 24 nov. 16:06
BWV 988:Zadig +1·le 24 nov. 16:42
YAKAF:Mmh intéressant le concept de populisme. Cela permet de transformer le débat en laissant entendre que l'autre n’a pas le niveau pour discuter. On peut ainsi le rabaisser de manière élégante. ·le 24 nov. 21:01
Zadig:Il me semble que ce n'est pas moi qui ai mis le débat sur le post... Il était bien demandé une définition du populisme. Je m'y suis essayé. ·le 24 nov. 21:11
YAKAF:Merci pour la définition. Je sais que ce n'est pas toi qui a prononcé ce terme en premier.·le 24 nov. 21:28
phileas44:" On peut ainsi le rabaisser de manière élégante." mais pas forcément infondée. Il faut des mots pour caractériser la pratique consistant à séduire une partie du peuple en cédant à ses bas instincts, et entre autres c'est le populisme... ·le 04 jan. 13:26
Arno33:+1 Zadig, un moins lettré aurait du populiste=gros con FN.·le 05 jan. 15:08
23 nov. 2020
3

Pour répondre à la question de départ, j'ai 34 ans ça fait plus de deux ans et demi que je suis parti en solo avec mon bateau. Mon expérience avant d'acheter un voilier c'est 2 semaines aux Glenans et quelques années de windsurf.
J'ai pas la sécurité sociale.
À 30 ans j'avais des sous de côté, j'avais déjà mon appartement, pas d'enfant ni de responsabilité, je me suis dit que c'était le bon moment. j'avais une copine à qui j'ai proposé de partir en bateau et qui était très enthousiaste, pendant les deux ans qui ont suivi j'ai vécu de manière très "frugale" ce qui m'a permis de m'acheter le bateau sans crédit et d'avoir des économies pour avoir de quoi voir venir, en plus d'avoir mon appartement en location. Ma copine a pas résisté à la frugalite je suis donc parti en solo.
Je n'ai jamais travaillé en France donc pas de secu, ni aucune aide financière d'aucun pays. Sur le bateau je ne travaille pas, mes revenus locatif me suffisent


Polmar:Tu fais ta déclaration d'impôt pour les revenus locatifs? Car une fois toutes les charges fixes des propriétaires immobiliers, il ne reste pas grand chose (moins de 10%); ce qui toutefois est un très bon rendement à l'heure actuelle.·le 23 nov. 16:48
Axelintheworld:Oui je fais ma déclaration. Dans le pays où j'ai mon appartement (Japon) le loyer est largement supérieur aux charges donc au final il me reste de quoi vivre normalement ·le 23 nov. 18:00
23 nov. 202023 nov. 2020
2

Tout à fait d'accord avec ED850 : il y a 3 ans, on est parti un an en famille autour de l'Atlantique (enfants entre 5 et 10 ans) et je compte repartir quand le petit dernier aura 17-18 ans, dans 9-10 ans donc, j'aurais ~ 55 ans ; retraite anticipée de 7/8 ans (il aura besoin de sous mais plus besoin de moi en permanence) - Madame viendra à mi-temps je pense. Budget prévu au départ :
- études des 3 enfants ~ : 3*40K€
- bateau : 100K€ ; occas tout équipé pour grosses nav y compris basses latitudes - en faisant moi-même
- vie de tous les jours et bateau : 10K/an/personne + 4 pour le bateau (il faut donc ~ 400K€ placés en gros (3% ou 3,5%/an moyens) pour avoir ça si on ne veut pas toucher au capital ; beaucoup moins si on accepte de le grignoter au fur et à mesure)
- la maison qui nous attend sur place cet optionnelle (si on a un peu de sous, on peut tjrs louer au retour ou de passage, c plus souple)

voilà, ça fait beaucoup de sous (on peut faire avec 2* ou 3* moins je pense, c assez perso) ; j'aurais mis 25 ans environ pour y être, le temps d'élever 3 enfants (en comptant l'année sabbatique et en vivant correctement) - en reste 9. Sur l'aspect financier seul, en limitant, je pourrais partir dans 2 à 5 ans. C'est l'éducation du petit dernier qui va demander plus de temps :-)

voilà, my2cts, une expérience (et bon, encore une fois, c très perso tout ça)

PS : l'année sabbatique nous avait coûté à 5 en tout et pour tout 90K€ achat/revente du bateau sur 5 ans compris (dont 4 ans de prépa)


Callinago:après, tout ça n'est pas vraiment en mode frugaliste, c'est vrai (mais pas non plus en dépensant sans compter ; je fais tout moi même sur les bateaux par ex)·le 23 nov. 15:40
23 nov. 202023 nov. 2020
0

J ai connu un frugaliste qui c est arrêté de travailler à 49 ans et à 51 ans il est mort d une crise cardiaque

Se priver toute sa vie, c est ballot quand même.


mocitoo:Frugaliste n'est pas se priver, c'est vivre avec peu...·le 23 nov. 16:29
Peuwi:Est-ce que sa vie aurait été plus complète s'il avait tout dépensé en p** et champagne ?Non, au contraire, la seule chose que l'on puisse regretter, c'est de ne pas avoir quitté le boulot encore plus tôt je crois.Personnellement, si je devais mourir cette nuit dans mon sommeil, j'aurais éventuellement des regrets, mais pas celui de ne pas avoir "consommé" davantage.·le 23 nov. 18:56
Coriace94:Tu as des meurs bien particulière, ça te regarde·le 23 nov. 19:43
Callinago:chacun son truc mais assez d'accord avec Peuwi, les seules choses que j'ai envie de consommer sont du temps libre, de la découverte, des rencontres, du voyage, du temps en bato... donc en fait, ne pas "sur-consommer" n'est pas se priver pour moi (je ne parle pas de manger des pâtes tous les jours non plus), mais bon, c perso, chacun son truc·le 24 nov. 14:37
23 nov. 2020
7

Pour économiser beaucoup pour un bateau il faut nécessairement gagner énormément, ce qui ne peut concerner qu'une extrème toute petite minorité de notre population, dont une bonne partie vie dans la pauvreté. Autrefois le vrai TDMiste était un jeune idéaliste vivant au jour le jour comme nos ancêtres chasseurs cueilleurs, sans se soucier du lendemain. Le problème est que la vie très courte est encore beaucoup trop longue et que "tout le monde rêve d'aller au ciel et que personne ne veut mourir... ".
La fin de vie est fabuleusement couteuse en retraites et soins de santé. Il faut donc bien pour en profiter que les financements viennent de quelque part !!!!


Polmar:Surtout en ces temps où on veut absolument garder en (sur)vie nos anciens!:Je sors:·le 23 nov. 16:51
Callinago:vu de moi, la principale question est de faire ou ne pas faire d'enfants. Si tu n'en fais as, tu peux vivre avec peu et au jour le jour. Si tu en fais, je pense qu'il faut leur donner autant que ce tu as reçu, qu'ils puissent eux aussi faire leurs choix en étant bien armés·le 23 nov. 17:55
Peuwi:Donner autant qu'on a reçu, ca me semble un peu excessif...C'est que ca fait mal aux mains les claques ! Je passe mon tour...:D·le 23 nov. 19:11
Callinago:c'est vrai que ma formulation n'était pas parfaite, dans mon cas ça s'applique bien mais malheureusement pas pour tout le monde (en me relisant, je me dis que ça fait aussi morale chrétienne, je ne suis pourtant pas fan de religion)·le 24 nov. 14:38
23 nov. 2020
1

Avec pas mal de recul concernant les enfants, on a pu voir pas mal de choses.
Les enfants vivent bien à bord et d'autant mieux qu'ils sont plusieurs. Il ont un environnement rassurant (le bateau, petit espace est un peu comme un nid) s'ouvrent sur des cultures et des aspects différents du monde qui favorisent une vision humaniste.
Les enfants à bord favorisent les rencontres, soit lorsqu'ils vont à l'école dans d'autres pays, soit qu'on est, par le biais d'autres parents, accueillis dans des familles.
En traversée, faire l'école et être actif dans leur éducation est une occupation plaisante.
Enfin, et en ayant vu beaucoup d'enfants d'amis navigateur, on s'aperçoit que ces ex enfants de bateau réussissent généralement bien dans la vie, avec une ouverture d'esprit qui favorise des études et une réalisation personnelle.
Naviguer avec ses enfants est un grand bonheur.


Callinago:100% d'accord sur une durée limitée (un an ou 2 par ex) et tant qu'ils ne sont pas trop vieux. Après, comme tu le disais, un ado a d'autres besoins. J'ai connu des amis et équipages avec des enfants sur des plus longues périodes, ces derniers m'ont semblé isolés et pas si heureux que cela (en particulier quand on sort des sentiers battus des petites Antilles)·le 23 nov. 18:39
ED850:Euh, on a quitté la France en 1985 et rentrés en 1993 avec 1 enfant au départ et 3 à l'arrivée.·le 23 nov. 18:47
Flora :):Il n'y a que des histoires individuelles, difficile de faire des généralités...·le 24 nov. 10:34
Callinago:ils avaient quel âge à l'arrivée ? pas trop dur la réadaptation pour l'ainé ? de mon côté je pense à un ado (15 ans) qui était en permanence avec des adultes depuis des années donc déconnecté de ses congénères et à un plus petit (9 ans) qui pleurait au retour de Patagonie (fils unique - peu d'enfants à ces latitudes contrairement aux caraïbes)·le 24 nov. 14:41
23 nov. 2020
1

J'aurais posé la question autrement :
- peut-on être frugaliste avec un Smic?


23 nov. 2020
1

J'ai arrêté à 45 ans quand je me suis rendu compte que je ne touchais pas à mon salaire depuis 2 ans. Pour y arriver j'ai investi, géré et travaillé énormément. N'aimant pas l'alcool renoncer aux apéros fut facile, pas trop de restaurants non plus. Pas d'enfants qui auraient rendu cet épargne impossible. Bref des choix et des sacrifices mais ensuite une grande récompense. J'aurais pu mourir à 46 ans et j'aurai été le plus grand des cons ... mais 11 ans après je vis encore et suis en super forme grâce au fait que je ne travaille plus. Par contre je dois reconnaître n'avoir aucune compassion pour ceux qui vivent à fond dès le départ et se plaignent (souvent en sirotant un apéro) de ne pas arriver à joindre les deux bouts.


24 nov. 2020
0

si c'était à refaire j'opterai pour un autre concept que le frugalisme, faire beaucoup d'enfants et bien les élever pour qu'ils assurent la subsistance de leurs parents dès leur majorité, plus ils seront nombreux et bien élevés moins il leur en coutera.
ce concept serait transmissible de générations en générations.


Chemistrebor:Quand les sociétés civiles étaient encore sous le seuil permettant le renouvellement des ressources naturelles, oui cela pouvait se concevoir. Mais le sur développement démographique nous a fait basculer dans la mauvaise direction. Ca a començé par la saturation des activités salariées, amplifié par le progrès technologique et la compétition de performance des couts de revient, résultat les dernières générations ne peuvent plus arriver à l'autonomie. Certains sont contraint de revenir vivre chez leurs parents à 40 ans...Je n'ai eu qu'une fille unique, et quelle bataille pour arriver à ce qu'elle suive une voie qui lui permettra de subvenir à ses propres besoins durant toute sa vie, alors que cela devrait être la norme .. ·le 24 nov. 09:22
ED850:Oui, enfin, il y a quand même encore beaucoup de jeunes qui vivent bien, qui font des projets, qui gagnent bien leur vie. La richesse existe, certes, mal répartie, mais être heureux est aussi une question d'esprit. ("le pessimisme est d'humeur ; l'optimisme est de volonté".)·le 24 nov. 09:44
Chemistrebor:Cela fait (ou ferait) partie d'un effet recherché : avoir une juste dose de sinistrose générale dans le monde du travail et surtout chez ceux qui vendent leur force de travail (comprendre les salariés lamda) ainsi ils sont moins revendicatifs dans les négos de leur position. La réalité n'est pas que du sinistre et il y a des alternatives, mais il ne faudrait pas que tous en prennent conscience sans quoi les jobs et postes "à la con" ne trouveraient plus preneurs.. Ce genre de discours je ne l'ai pas entendu dans les meetings ouvriers mais dans le milieux du consulting et de l'outplacement et de la part d'un type anciennement payé pour conduire des gros plans sociaux. Résultat le type pete un cable et part en dépression, puis fini par revenir mais bosse dans le coaching pour aider les licenciés économiques à retrouver un job..Bref , après 30 ans dans l'industrie chimique française, tu l'as compris, c'est pas évident de vivre comme un grand optimiste.. ·le 24 nov. 11:10
24 nov. 2020
7

38 ans, 46 ans, 50 ans, 52 ans, c'est mon historique coté infarctus, genre 4 fois ou tu pars avec le samu sans savoir si tu seras encore vivant au retour.
le coeur qui flanche, trop travaillé, trop de kilometres, trop d'enmerdes et un jour, suite à un arret de travail, un médecin de la sécu qui voulait vérifier que je ne me la coulais pas douce au frais de la sécu, me dit au bout de 5 minutes dans son bureau, monsieur, je vous mets en invalidité...

je n'étais pas flambard à l'époque et ne comprenais meme pas la portée de ce qu'il me racontait mais visiblement ça m'a sauvé la vie

depuis, je ne travaille plus, ai viré tout ce qui me faisait chier dans la vie, me roule à qui mieux mieux dans ma passion, le bateau parce que ça me rend heureux.
j'aurai aimé larguer les amarres mais le fisc qui n'oublie rien, m'a mis à genoux pour la dernière ligne droite, coté impots ...

d'ancien cadre sup très bien payé, aujourd'hui, mes revenus ont été divisé par 7 et vous savez quoi, je m'en fous parce que j'arrive à un age ou l'on comprends que le luxe n'est plus l'argent mais le temps ...

d'ailleurs, dans 3 ans, c'est la retraite et je vais etre augmenté....;-)

bonnes futures nav's à tous

loin de moi l'idée de faire du prosélytisme, juste ajouter que pour ne pas générer de frustration, il faut renoncer en pleine connaissance de cause pour choisir sa liberté !


loupeis:Trés bon temoignage pour ceux qui ont la tête dans le guidon depuis des lustres. Forcement cela fait bien réfléchir. A croire qu'on attend tous d'avoir de gros em...pour penser à tout ça. J'aimerais bien tout envoyer se faire voir, mais c'est impossible, deja j'y pense c'est un progrès. Quant au luxe argent vs temps la aussi je plussoie, l'ideal restant d'avoir les deux. ·le 24 nov. 12:36
24 nov. 2020
0

J’ai voyagé deux ans en famille sur notre voilier. Les Enfants avaient 3, 5 et 7 ans au départ.
Super expérience, des aventures et plein de souvenirs...

Pour l’aspect financier d’un voyage: c’est à vous de calculer selon vos besoins, vos envies et d’assumer.
C’est un des points le plus important. Donc prévoir de la marge !

Le terme Frugalistes me fait bien marrer!
-Sachant que les Français sont parmi les gens qui économise le plus-
Partent-ils pour autant ?!


24 nov. 2020
7

J'ai 44 ans et, avec l'aval de la capitaine, cela fait 12 ans que nous planifions notre retraite anticipée. Mon idéal serait de pouvoir être "autonome" financièrement à mes 50 ans pour pouvoir profiter pleinnement de la vie sans trop de privation.
Ayant 2 ados, nous savons que nous devons anticiper leur avenir et leur sécurité pour les études. Cela a un coût comme beaucoup l'ont dit.
Il y a 12 ans j'ai trouvé un job qui me permet de gagner correctement ma vie en ayant des horaires de travail compatibles avec ma passion de la voile très chronophage. Je suis gérant d'un magasin alimentaire. C'est une certaine sécurité dans le temps contrairement à d'autres enseignes : on aura encore besoin de nos magasins pour manger pendant quelque années encore (quoique...). Si je veux bosser 80H/Sem et gagner pas mal, je peux. Si je veux bosser 20H/sem et gagner moins, je peux aussi. Le magasin me paye un "salaire" fixe et à la fin de l'année je peux prendre ou non des bénéfices.
Ce premier magasin m'a permis d'investir dans 3 biens immobiliers. Et aujourd'hui, d'investir dans un 2ème magasin.
Ce deuxième magasin servira à "combler" le salaire de madame.
Cela parait tellement simple sur papier... Mais à vivre, ce n'est forcément pas si facile. Les 80H/sem il faut les faire avec des nuits de 4-5heures, 7j/7, la gestion des équipes, et le stress sur les épaules.
Par contre cela ne permet pas de me payer aujourd'hui le Cata de mes rêves, d'équiper mon voilier d'un super Spy ou d'un belle hélice repliable... Tout est question de compromis.
Je dirai qu'à partir du moment où on s'y donne les moyens, il y'a de très fortes chances que les rêves se concrétisent. C'est en avancant, en sortant, en cotoyant les gens, en s'intéressant aux autres qu'on crée ses propres opportunités, ce n'est pas en restant chez soi.
Je suis passionné aussi de vieilles motos, en rencontrant par hasard un vendeur d'un Lamretta, nous avons sympathisé. On a discuté, j'étais au chomage, lui travaillait pour une enseigne alimentaire. Il me sort un jour : "toi tu as le profil pour notre nouveau concept". On prend rdv avec sa direction pour en parler. Le recruteur, passionné de moto et de voilier également a bien aimé mon profil, et c'est comme ça que j'ai eu mon premier magasin... En restant chez moi à envoyer des CV, jamais j'aurais été recruté....
Rêvez, mettez y les moyens, essayez, plantez vous peut-être, réessayez! Vous le ne regretterez sûrement pas!


24 nov. 2020
-1

Dîtes donc pas beaucoup de "frugalistes" dans les témoignages, que des cadres, des propriétaires immobiliers, des directeurs, des investisseurs, des rentiers, etc.
Etre frugaliste c'est vivre avec 500 euros/mois/personne et uniquement des fruits de son travail, vous me faites penser à des "frugalistes-caviar".


Bompa:Pas d'accord. Des personnes qui ont fait des sacrifices pour ensuite investir et éventuellement devenir propriétaire immobilier de manière à ne plus devoir travailler par la suite ca oui. En été je ne dépense pas plus de 400 euros par mois (mouillages et voile aident). Je n'embarque pas d'équipier car son train de vie serait trop élevé pour moi (lui dépenserai 2000 euros en 1 mois entre restaurants et autres attractions (ce sont ses vacances). Ce que je ne peux me permettre sur la durée. Je vis 6 mois minimum sur le bateau et hors de question de diviser les frais, ce serait moi qui financerait, en partie, ses vacances car la division par 2 des frais me porte très loin de mes 400 mensuels).·le 24 nov. 16:00
Bompa:Je ne parle que de mes coûts en été car les coûts fixe de mon bateau sont de plus 12.000 euros par an (Seulement assurance et place de port font 10.000). J'assume les conséquences d'avoir voulu un bateau confortable, moderne et neuf et j'ai travaillé dur pour ca. Par contre il me semble bien illusoire de vouloir vivre avec 500 euros/mois tout compris a moins de vouloir faire les clochards des mers.·le 24 nov. 16:10
Silvershadow66:Je comprends ce que tu veux dire missingdata, pourtant, à la base je ne suis pas dans cette catégorie là... J'ai fait des choix et des sacrifices, j'ai eu de la chance aussi de rencontrer les bonnes personnes au bon moment mais comme je dis cela se "provoque". J'ai des employés qui ont commencé au smic ret qui maintenant sont responsables de magasin et gagnent bien leur vie, ils le méritent. Je peux vivre avec pas beaucoup (éudiant j'avais 350€/mois) mais je ne veux pas l'imposer à ma famille donc on ménage la chèvre et le choux. Aujourd'hui même si j'ai des biens immo, le remboursement des crédit bouffe une grosse partie du gâteau, je n'ai pas une grosse berline, ni une grosse maison... J'aurais dû faire banquier :-)·le 24 nov. 17:39
phileas44:rooo les gars, moi ça me semble logique son com : pour moi le frugaliste c'était le type lambda salarié qui met tout de coté pour une retraite anticipée, je découvre (et c'est pas une insulte) qu'il y a des frugalistes caviar comme il dit : des mecs qui ont sur-bien gagné leur vie (revenus divisé par 7 pour au moins 1000 balles, soit 7000 eu/par mois : en france c'est juste faire partie des 0.5% de la population) du multi propriétaire de magasin ou immo. Excusez moi mais vu que c'est mon plan, je ne me considérais pas comme "frugaliste", car ces différents plans permettent largement de ne pas manger frugalement ni de serrer sur le chauffage tout en mettant effectivement des thunes de coté. Pour simplifier y'a des gens qui sont frugalistes, des "frugalistes caviar" et simplement des gens qui ne sont pas outrancièrement dépensiers et c'est pas pour autant qu'on pourra les traité de frugalistes ;)·le 04 jan. 13:33
24 nov. 2020
0

He oui les temps ont bien changé, les gens ont besoin du matériel pour partir et le matos coûte très cher, ma 1ère traversée en 1981, pas d'enrouleur, pas de pilote électrique, pas de frigo, et j'en passe , tout cela n'existait pas, on voyageait avec très peu d'argent , qu'es ce qu'on était bien ; sans être macho, le voyage en bateau a toujours été une affaire de mec, les femmes la plupart du temps suivent le mari a condition qu'il y ai le confort comme à la maison .


Flora :):Ouf : les femmes "la plupart du temps"... tu es passé juste à côté de la correctionnelle ! ;-)·le 24 nov. 17:00
captainwat2:ou qu'elles soient tres amoureuses ou tres mefiantes..........·le 24 nov. 17:45
phileas44:ou qu'elles portent un utérus, donc potentiellement un enfant, du type qui va inévitablement la serrer dans un coin vu la promiscuité - et que c'est pas du tout le même niveau de responsabilité. Partir seul en égoïste libertaire à la Moitessier en laissant" bobonne" se cogner l'élevage des mioches ce n'est pas une "affaire de mec", ni une preuve mais une affaire d'égoïste ·le 04 jan. 13:43
24 nov. 2020
0

1 ére transat en 81 aussi avec ma femme sur mon 9 m construit par moi , un sondeur , un seul winch un sextant plastique jusqu a Tahiti , 40 ans plus tard c est en cata assez confortable car je pourrais plus partir sur ce 9 m


24 nov. 2020
0

Je ne suis pas certain que l'ailleurs en bateau de nos jours, puisse être si fondamentalement different d'une vie àterre et de beaucoup de ses contigences.

On revient sur des questions de dépenses, on ne part plus comme dans les années 80 90, et de fréquentations des lieux, qui pour une bonne partie de ceux qui sont assez facilement accessibles sont devenus des parking à bateau avec autant de gens et leur bagages qui vont avec.

Je n'ai pas les moyens de m'acheter un Catana tout neuf et toutes options, et ne le regrette pas pour en faire cet objectif. Je suis par contre heureux d'avoir pu 4 a 5 années fabuleuses durant, et jeune à une époque ou presque tout était permis, et les mentalités trés open, d' avoir pu acceder a ces pérégrinations. Qu'elles aient été Mediterranéenes ou Atlantique. Ça ne m'empêche pas d'avoir continué à pas mal naviguer, ou d'entrevoir d'autres navigations pour le futur, mais un peu en st by ces temps ci côté objectifs trés motivants.


24 nov. 2020
2

Je pense que chacun fait ses choix en fonction de l'idée qu'il a de l'avenir et de ses capacités par rapport à cet avenir.
On trouve maintenant beaucoup de retraités sur les voiliers (aux Antilles, en Asie), car c'est agréable et facile. Les bateaux sont confortables, surs, équipés et relativement peu chers (par rapport à une vie).
Pour des jeunes ou familles, la question des ressources et de l'avenir se pose.
On voit beaucoup d'années sabbatiques. Ce sont des vacances, un peu longues, certes, mais ce sont souvent des CSP+ sur des bateaux de série à la revente facile.
Pour le dernier groupe, couples avec ou sans enfants,après avoir acheté le bateau, la question de l'argent est importante. Pour beaucoup de professions (libérales, de santé, profs, manuels) il est possible de travailler en cours de route dans les riches dépendances françaises.
La vie sur un bateau de voyage est bon marché si on enlève les postes très onéreux (assurances et surcroit d'équipements). Et s'arrêter une année quelque part permet de découvrir un pays, une région, de mettre les enfants à l'école.


03 jan. 2021
2

Frugaliste... un mot qui aurait pu correspondre à Moitessier comme à Antoine.
Mais,
Qui peut également correspondre à une personne pauvre ou plus aisée, et qui économise une grande partie de ses revenus pour profiter de longues périodes de sa vie sans travailler.
*gagner 1000€/mois et en économiser 500€/mois pour par la suite vivre avec 500€/mois sans travailler
est identique à
*gagner 5000€/mois et en économiser 2500€/mois pour par la suite vivre avec 2500€/mois sans travailler
Nous avons choisis une 3e voie:
*Travailler et économiser avant d'avoir des enfants(le terme frugaliste n'existait pas encore, et j'aurais plutôt utilisé économe: donc sans blingbling etc)
*puis partir 1an puis 1,5ans avec nos enfants en bas âge sur notre bateau
*Entre les 6ans des enfants et jusqu'à la fin de leurs études nous travaillons et nous nous créons un patrimoine
Selon un ancien président nous n'aurons pas réussi dans la vie, vu que nous n'aurons pas de ROLEX à 50ans.
*Puis, dès la fin de leurs études de nos enfants, nous repartirons en bateau aussi longtemps que la santé nous le permettra.

mais à aucun moment, nous n'aurons été des parasites des la société, ou profité d'un RMI, RSA etc.... par contre nous aurons contribué aux revenus de ceux qui le touchent.
Nous sommes des épicuriens: c'est grave docteur!!!!


thierry0809:Je crois que la Rolex à 50 ans c'était Séguéla et non pas un ancien président....·le 03 jan. 22:34
Kobaia:Exact, c'était ce gars là ·le 03 jan. 23:08
04 jan. 2021
0

Exact, je confirmes, méa culpa, "si on as pas de Rolex à 50ans c'est qu'on a raté si vie" est de Séguéla, pour défendre l'ancien président. Désolé


04 jan. 2021
3

Si on n'a pas de Rolex à 50 ans, c'est peut-être aussi parce-qu'on n'est pas prétentieux...


JANYVE:Achetez-vous des Rolex, mais pas de bateau Porsche.... laissez la mer aux amateurs(gens qui aiment)·le 04 jan. 11:32
04 jan. 2021
0

Pour compléter ma tirade sur les "voileux épicuriens", presque tous ceux que j'ai croisé, et qui naviguaient régulièrement et/ou sur de longues périodes, avaient des voitures d'un certain âge, et/ou jamais très chères. Les miennes ont entre 15 et 30 ans....
Donc, pour parler "nouveau langage" tous étaient "frugalistes", mais en plus, tous prenaient plaisir à naviguer.


04 jan. 202104 jan. 2021
0

Dans mon cas ça ressemble un peu à ça mais version hybride.
J'ai 55 ans et loue deux maisons de manière à devoir moins travailler et pouvoir vaquer à mes hobbys plus que le commun des mortels. Il y a cependant un prix à payer pour cette situation.
Je suis expat au Luxembourg (PIB Luxembourg: 116K USD/habitant à comparer par ex. à la France PIB France: 41K USD/habitant), ce qui me permet de gagner bien ma vie même en travaillant cool par contre je suis loin de la mer et le pays est un poil chiant (mais petit donc on est vite dehors...:-)).
Je suis frugaliste dans le sens ou par exemple j'ai roulé 8 ans en Skoda alors que la ou j'habite la norme est plutôt la Porsche Macan. Je vais aussi quasi pas au resto. Par contre je voyage énormément (dont 6 vogages pendant la période covid).


JANYVE:Je pense que nos cas sont proches.Pour les resto, j'en fait plus pendant mes navigations, des "petits resto du coin"....cela me permets de découvrir la cuisine locale(je navigue exclusivement à l'étranger depuis 20ans maintenant)·le 04 jan. 13:04
04 jan. 2021
5

La "frugalité" est une notion variable. Le minimalisme est plus précis sans toutefois s'ériger en règle absolue adaptable à chacun avec un montant fixe.
Combien faut-il par mois pour se nourrir sur un bateau en voyage ? Je ne veux pas manger du riz ou des pâtes chaque jour, d'autres s'en satisferaient. Selon le lieu de mouillage, le prix des produits locaux varie du simple au double. Un kilo de pommes de terre ne coûte pas le même prix partout et si les patates sont chères, l'igname l'est au prorata.
Le plus gros budget reste toutefois l'entretien, le carburant, quelques places de port, le carénage et l'assurance du bateau. Un 9/10m coûte combien par mois, 200, 300€ ? Bien sur en tenant compte des voiles et d'un entretien consistant à ne pas entamer la qualité du bateau.
Lorsque l'on regarde certains ports ou mouillages, une grosse quantité de bateaux reflète un manque de nettoyage et d'entretien, bref un abandon total de maintien de l'objet essentiel au mode de vie.

Pour assumer tout ça, il faut avoir un revenu fixe. Etre propriétaire d'un bien et le louer est une des solutions ... quand tout se passe bien. J'ai eu un locataire qui m'a fait jongler de 34 mois de loyer. J'étais assuré pour 12 mois d'impayés. Je peux vous dire que les 24 mois sans loyer m'ont fait très mal, sans parler de la dégradation du bien. Certes c'est un cas assez exceptionnel, mais il faut savoir que ça arrive. Deux jugements en ma faveur, mais pas moyen de les faire appliquer car
l'après décision de justice ne suit pas. Depuis, j'ai divisé cette location unique en plusieurs petits biens. On diminue les risques, le revenu net est alors de 2.5-3% du montant des biens.
Donc, à priori, nous voilà parés pour pouvoir acheter le bateau et partir.
Dommage, nous avons atteint l'âge où les bobos de santé arrivent cumulativement. Pas grave, nos enfants pourront le faire si le monde le permet encore.
Nous avons donc loupé le coche, nous avons le budget pour un bon bateau mais l'équipage nécessite un refit complet dont les résultats sont bien incertains.
Le choix est terrible. Peaufiner son projet ou foncer à l'aventure avec famille à charge ?
En résumé, chapeau à ceux qui ont osé en assumant leur choix sans compter sur une aide d'un état pas trop pointilleux quant au droit au versement de celle-ci et surtout sans délaisser leur famille en la privant d'opportunités en imposant leur choix de vie.
En leur souhaitant une belle mort rapide à l'atteinte de l'âge critique sans couverture sociale.
Tant mieux pour ceux qui ont réussi en 25 ans de carrière à se garantir une rente suffisante leur permettant un départ à 45 ans. Bien joué !
Je sais, je n'ai pas fait pas avancer le schmilblick avec ce post. Je n'ai fait que des constats perso sans offrir la solution, solution qui reste après tout le choix de chacun.


04 jan. 202104 jan. 2021
3

Sans pour autant être parti pour l'instant en long périple en voilier, je me considère depuis longtemps, peut-être depuis toujours, comme minimaliste ,puisque j'ai toujours préféré vivre plus simplement, avec juste l essentiel, mais librement, plutôt que consommer ou posséder beaucoup de choses et devoir en contrepartie travailler comme un dingue pour assurer ce train de vie , logique,en général. Donc travailler peu ou de temps en temps, j'ai pratiquement
jamais été salarié, étant allergique aux hiérarchies, donc surtout des petites activités freelance, comme donner des cours de français à l étranger, achats reventes , etc. Et économiser, consommer l'essentiel seulement . Partant du principe que nos possessions nous possèdent souvent et coûtent vite beaucoup, j'ai vécu très simplement y compris en France ,en appart maximum de 35m2, ce qui me suffisait en solo ou duo, pas de gamins, voyages en backpack ou à vélo, en Europe, Asie et ailleurs, et même quand j'ai choisi de me poser pour l'instant au Japon, en cours de périple à vélo ,j'en ai profité pour bien sûr rendre mon appart en France et revendre ma voiture puisque de toute façon j'étais déjà dans les périples à vélo et au final j'ai réalisé que je n'avais même plus besoin de voiture dans ma vie . En plus de raison écologiques, et philosophique peut être (J aime les vies de bohème, à la kerouac) , pas seulement economique. Avec mes VTT et vélo pliant associés parfois à des transports ,train ,bus avion , ou autre, où je peux l'embarquer, je n'ai pas vraiment d ennuis pour me déplacer ,que ce soit déplacement quotidien ou beaucoup plus loin . Et quand je vois certains voyageurs à vélo qui arrêtent leurs longs périples vers 70 ou 75 ans je me dis que j'ai de la marge pour continuer dans ce sens à 44 ans et des poussieres . Pendant 4 /5 ans je ne possedais presque que mes vélos, tente et quelques sacs à dos. Donc pour ma part que ce soit dans mon mode de vie à terre ou mes essais en mer, je vise toujours le minimum vivable, habitable mais avec un confort de base simple qui me suffit ,puisque je ne suis pas vraiment exigeant au niveau de ce minimum. Je me suis fixé sur un bateau de 9 m et pour certains c'est souvent un bateau minimum ou d'entraînement, alors que pour moi ce sera vraiment le maximum en principe . Et si je vois que financièrement je dépense plus que ce que je souhaiterais, je reviendrai à un bateau un peu plus petit autour des 8 mètres, suffisant seul ou à deux pour ma part, y compris pour vie à bord
ou voyage. Bref pour résumer, travailler beaucoup moins, pour vivre plus / simple


Pirate972:@creekTu assumes tes choix, ces choix t'apportent satisfaction, c'est parfait et j'en suis heureux pour toi.Sans me chercher d'excuses, j'ai eu deux gamins et ça change un peu les données car à tort ou à raison, on se sent investi de la mission de les protéger et de leur assurer "un avenir". A ce sujet, nous avons à peu près réussi, mais ceci nous a coûté un peu de nos désirs de libertés. Sans regretter ces choix, nous sommes aujourd'hui en capacité financière de les réaliser, mais d'autres difficultés nous en empêchent. Tu fais bien de vivre comme tu l'entends. Carpe diem !·le 04 jan. 14:07
creek:En effet chaque choix à ses avantages et inconvénients ! Pour ma part j'essaie simplement de respecter mes valeurs et je place la liberté comme la plus haute des valeurs. La première définition de la liberté étant bien sur l'absence de contraintes ,et non de vouloir faire tout et n'importe quoi de ce que nos désirs exigeraient peut être, même si en effet ça aide d'avoir des gouts simples ! . Donc j'essaie d'en conserver le maximum on va dire d'autant plus par les temps qui courent . Je n'ai rien contre les gamins, mais jamais eu de rêve ou projet à ce niveau. Idem je n'envie pas du tout les gens qui ont le bateau d'un mètres de plus ,ou même le gros yacht de 40/50bpieds ou plus . J'aime les petits voiliers de voyage . J'ai aimé beaucoup plus naviguer sur des bateaux entre 6m 50 et 9 mètres et quelques on va dire, plutôt que sur un 11 m et d'ailleurs c'est plutôt rare dans mon expérience . Ce n'est pas une privation pour ma part d'aller vers ce genre de choix . Même aujourd'hui les navigateurs qui m'inspirent le plus ce serait plutôt des gens comme Sven yrvind ou Yann quenet, même si je les place plutôt dans les extrêmes, sans les envier non plus . Disons que les bateaux que j'aime entre 7 m 50 et 9 m reste dans les petits à moyen raisonnables, y compris bien sûr au niveau du budget en général ·le 04 jan. 14:22
04 jan. 2021
0

un de mes principes:

1/3 pour vivre et manger tous les jours, me chauffer, impots et taxes diverses ...
1/3 épargne et placement divers, inclus remboursement d'un invest locatif
1/3 investissement: consommation pour améliorer l'ordinaire, refaire un vieux bateau, changer une voiture etc

Je ne pense pas être frugaliste, car je vais au resto tous les dimanches en famille sur le port (un peu moins de 2020!), mes enfants ont leurs iphone avec l'abonnement qui va avec, ma fille fait de l'équitation, et ma voiture n'est pas un R21 nevada diesel avec 400 000km...
MAIS je ne roule pas en Porsche non plus, et je suis pas trop voyage à 15 000 par tête pour 8j jours ... donc pas malheureux, à me restreindre.
Pour mes 50 ans, les prêts serons tous payés, avec 2 loyers locatifs qui continueront à tomber, une jolie épargne à coté et la maison payée (trop grande sans doute, on visera plus petit). Ce sera aussi la fin des études des gosses, sauf si bac +10 (et ca ne sera pas un pb au contraire!) donc, possiblement une retraite à 55 ans, sur l'eau.

La recette? un boulot très correctement payé, 4,5j/semaine, et une activité auto-entrepreneur qui me ramène 25 à 30ke par an en bossant 1,5j/semaine, plus quelques jours pendant mes congés (j'ai 7 à 8 semaines par an), de grosses remises sur tout le matériel nautique (-20 à -50%!) inclus ma place de port ou mon assurance.
Comme ma femme bosse les samedis c'est familialement ok ;)

Maintenant, je ne fais aucun sacrifice: si ma retraite potentielle était à 55 ou 65 ans, mes choix seraient les mêmes!


Pirate972:20 000€/mois d'épargne, c'est pas un peu juste ? Enfin c'est toi qui vois ...·le 04 jan. 19:10
JANYVE:Cela m'amuse toujours de voire dans les revues nautiques des pubs pour des voitures très chères. Effectivement les vrai voileux ont plutôt la R21 à 400000km que la dernière Porsche.·le 04 jan. 19:55
Arzak:@Cédric; il faudra que tu nous dise quand même quel est ce boulot, il y aura des prétendants !;-)·le 05 jan. 11:11
Escobar le neuf:Haha.. ça ressemble à une pub de la parfaite petite vie bien réglée et planifiée, ça doit en faire sourire plus d'un... ·le 05 jan. 16:33
Cédric 1983:Je bosse dans une boite qui reconditionne des vérins hydraulique... de petit à très très gros (cela se passe chez le clients quand on est sur des pièces pesants plusieurs tonnes, ou du SAV).j'encadre l'équipe de tech sur la france + belgique/luxembourg/suisse et seconde le commercial pour la technique sur les sujets un peu plus pointus... Voila tu sais tout!·le 05 jan. 18:10
faby9:Je ne comprends pas où se trouvent les 20 000 euros d'épargne par mois... Mettre 1/3 de mes revenus dans la cagnotte épargne, c'est ce que j'ai fait toute ma vie. Et même plus par période, parfois jusqu'à 50%. Rien d'extraordinaire à ça.·le 05 jan. 18:34
faby9:Je ne comprends pas où se trouvent les 20 000 euros d'épargne par mois... Mettre 1/3 de mes revenus dans la cagnotte épargne, c'est ce que j'ai fait toute ma vie. Et même plus par période, parfois jusqu'à 50%. Rien d'extraordinaire à ça.·le 05 jan. 18:34
Pirate972:Les 20000 c'était une blague qui n'a fait rire que moi·le 06 jan. 10:12
Arno33:On est bien loin de monsieur tout le monde là!Et j'espère que les gens qui planifient leur retraite à 55ans ne font pas parti de ceux qui cherchent a pousser ceux qui ont les métiers les plus ingrats avec les plus courtes espérances de vie a partir à la retraite à 65 voir 67ans... ce serait terrible sinon de voir autant de cynisme.·le 07 jan. 15:51
Cédric 1983:Arrêter de bosser n’est pas retraite... il est impossible de toucher une pension avant 62 ans hors cas très spécifiques et encadrés (carrières longues, quelques métiers)·le 07 jan. 18:55
Arno33:Sauf que l'employé lambda non héritier n'a pour ainsi dire aucunes chances de pouvoir faire ça.C'est typiquement une certaine catégorie de gens et la même qui estime qu'il faut repousser l'age de la retraite, en gros, plus ça va, plus les riches estiment que l'ouvrier est un outil de production dont on dispose à volonté. Il ne faut peut être pas être surpris par la suite que "non pas l'argent" mais l'accumulation de richesses couplé au dédain des classes sociales les plus faibles soit très mal perçu en france par une certaine catégorie de personnes qui sont les victimes de ce système.·le 08 jan. 08:49
Pirate972:Il n'est pas interdit de faire le maximum pour ne pas rester "ouvrier". Ce n'est pas une fatalité, mais dans bien des cas un fatalisme auto-entretenu par un environnement, un manque d'envie ou un refus de payer le prix en somme de travail supplémentaire. Le nombre de gens n'ayant pas les capacités intellectuelles d'accéder à une meilleure situation est faible. Manque d'information ou de volonté ? ·le 08 jan. 10:16
Arno33:Ce n'est pas interdit, juste très compliqué, bien plus que quand on vient d'une famille bourgeoise, tout cela a souvent et très bien été expliqué dans bien des ouvrages de socio.·le 08 jan. 10:31
Arno33:Il suffit d'aller voir une banque avec un projet pour vite s'en rendre compte. pareil, le risque d'échec pour quelqu'un qui n'a rien derrière est bien plus compliqué que de pouvoir se retourner grâce à une aide familiale, c'est à ce moment là, rebondir là ou c'est couler pour d'autres.·le 08 jan. 10:34
Pirate972:Que ce soit un peu plus difficile, j'en conviens mais je ne parle pas de passer du Smic à un salaire de PDG. J'ai un voisin plombier qui se plaint de ne pas trouver de boulot, alors qu'il est impossible de faire venir une entreprise pour changer un lavabo car les petits chantiers ne les intéressent pas. Pourquoi ne se lance t-il pas ? Il préfère bosser 6 mois et récupérer ses droits à PE, le tout en se plaignant. Des cas comme lui, j'en connais un paquet , même si je n'en fait pas une généralité. ·le 08 jan. 11:28
04 jan. 2021
2

Je ne roule pas en R21 Nevada diesel non plus, mais je suis propriétaire en totalité de mon voilier, je n'aime pas partager, même dans le cadre d'une copropriété qui fonctionne bien ! Et ma retraite c'était encore avant 55 ans... Chacun se donne les moyens de ses envies et de ses besoins... ou pas !


Cédric 1983:Quand ton copropriétaire est comme un frère pour toi, je t’assure que tu vois les choses différemment ;-)·le 04 jan. 20:48
Escobar le neuf:"Quand ton copropriétaire est comme un frère pour toi," ça dure le temps que ça dure.. et après c'est les emmerdes... ·le 05 jan. 16:29
moana29s:"... quand ton propriétaire est un frère pour toi...." Ça c'est de la littérature l'alibi présentable, la raison véritable à ta copropriété c'est que ça divise par deux les frais ! C'est légitime, mais encore faut-il assumer cette réalité moins "romantique"! Sinon tu peux acheter une Dacia 😀·le 05 jan. 18:50
pierre 2 the minimalist:Quesque tu as contre les dacias ?·le 06 jan. 20:25
Cédric 1983:Haha quelle vision réducteur...Mon bateau a bénéficié d’un refit qui a coûté 2 fois sa valeur... comme mon sangria avant!Je ne raisonne pas argent quand il s’agit de passion... quand à mon meilleur ami depuis l’enfance, je vois pas quel problème ça te cause! Ha si... tu es à cran!·le 06 jan. 22:12
moana29s:Tu éludes le Cédric, tu as acheté un bateau en copropriété et ça te fait mal d'admettre comme tout le monde dans ce cas la véritable raison, diviser par deux tous les frais afférents ! Il faut assumer, même si ça fait de la peine et à toi particulièrement, tu as un problème avec l'argent et tes posts précédents en attestent 😀·le 07 jan. 13:43
Cédric 1983:Si ça te fait plaisir... 😒·le 07 jan. 13:58
04 jan. 2021
2

il faut être en phase avec ses envies , je me vois pas vivre et voyager sur un 9 m , pas profiter même simplement les escales . Donc je fais en sorte de pouvoir assouvir ses envies .


04 jan. 202104 jan. 2021
0

Moi, j'aime pas qu'on dise que je suis frugaliste.
D'ailleurs, je ne l'ai jamais été...
Déjà, si tu veux tout plaquer pour te barrer en bateau, il y a une chose qu'il faut éviter: c'est de construire le bateau toi-même.
J'ai quelques exemples de copains qui sont retournés sagement dans le rang après avoir divorcé et mis le feu au chantier...


Apatiki:Moi j'ai construit mon bateau avec ma femme. 5 ans à bosser 6 mois pour nos clients et 6 mois sur le bateau.Après cela nous sommes partis 6 ans à nous deux après avoir vendu la maison et placé très prudemment cet argent.Sommes nous "bien nés" comme j'ai pu le lire plus haut ? Pas spécialement, mais en étant tous les deux dans l'informatique on a pu alterner des missions bien payées avec des périodes de construction ou de voyage. Et puis nous sommes minimalistes !Petit détail tout de même : mes copains se foutaient bien de moi quand je roulait en Twingo alors qu'eux avaient des superbes BMW, par contre ils étaient plus qu'envieux quand nous sommes partis pour nos "grandes vacances".Depuis nous sommes revenus à terre, nous avons vendu la bateau et nous sommes en train de construire notre nouvelle maison tout au fond d'un bois.·le 05 jan. 16:42
04 jan. 2021
1

je suis le contre exemple , j en suis a la 6 ieme en constructions et ma femme et tj la ...
mais c est vrai c est plus dans ton sens la réalité .


04 jan. 2021
1

Vous êtes tous une bande de mécréants, alors que le marketing fait tout pour que vous soyez heureux.
www.bateaux.com[...]porsche


04 jan. 2021
3

Parler de frugalisme quand on possède un voilier, je trouve ça assez rigolo.

Ma vision du frugalisme nautique (et c'est pas du tout frugale ! ) c'est celle des Glénans :
"Il vaut mieux avoir un petit bateau que l'on surexploite, qu'un gros qu'on sous exploite".
J'en suis à mon troisième voilier, et j'avais largement surexploité les deux premiers. Là j'ai un peu marge. Je suis "gras" comme dirait l'autre...


BWV 988:@"Il vaut mieux avoir un petit bateau que l'on surexploite, qu'un gros qu'on sous exploite".Alors là, tu as tout résumé !+1000·le 05 jan. 07:58
Tangalo:On ne peut être que d'accord, bien que dans les faits, c'est loin d'être ce que l'on constate...·le 05 jan. 09:08
Chemistrebor:Enfin, cette approche n'a rien à voir avec du "frugalisme idéologique" qui consisterait à prendre grand soin de ses bateaux pour les faire durer. La surexploitation n'est rien d'autre qu'une recherche de sur-rentabilisation économique d'un investissement , c'est une logique basique capitaliste qui est adoptée par une association.La question est il y a -t-il une cohérence entre les pratiques et la finalité associative originelle qui n'est pas de générer des profits mais d'apporter une réponse à un besoin de société ? ·le 05 jan. 09:55
faby9:+1 avec Chemistrebor. Cette devise n'est que l'aveu d'une escroquerie qui fait confondre association et capitalisation.·le 05 jan. 10:57
Morbleu:Le frugalisme idéologique c'est d'avoir et de consommer le minimum. Alors tu peux oublier le bateau, même si c'est dans l'idée de le faire durer.·le 05 jan. 11:08
Arzak:Je ne suis pas en accord avec toi.Le bateau est aussi un habitat, très peu gourmand en énergie dans le cas d'un voilier et qui a bien moins d'impact (terrain/énergie/etc) qu'une maison.·le 05 jan. 11:20
Zadig:Tout à fait d'accord avec Arzak. Habiter sur un bateau (pas un grand yacht bien sûr) équipé de panneaux solaire suffisant à son autonomie et se contenter de quelques litres d'eau au quotidien pour l'hygiène et l'hydratation en mangeant des légumes de saison et le minimum de viande et de poisson est une solution très recevable sur le plan de l'écologie individuelle. ·le 05 jan. 11:26
faby9:Peut on se réclamer du minimalisme ou de l'écologie quand on passe la plupart de son temps sur internet ? ·le 05 jan. 13:27
Morbleu:L'antifooling tous les ans, le plastoc qu'il faudra un jour déconstruire, la toxicité des résines, le carburant et huile moteur, les infrastructures portuaires nécessaires pour vivre dans un bateau à l'année (rares sont ceux à l'année au mouillage), bref comparé à une biquoque (pas un cata ! 😊) de taille equilavente, on est pas dans le même niveau de frugalisme ni le même impact ecologique ! ·le 05 jan. 13:36
Arzak:Je vois rarement des voiliers de 200/300 m3 !!!Par contre je vois peu de maisons de 12m x 3m !!!Carburant et huile moteur sur un voilier ? C'est rien du tout par rapport à une auto même petite !Anti-fouling tous les ans ? Il y a plein de bateaux qui n'en mettent plus, d'autres tous les deux ans etc...·le 05 jan. 14:33
Zadig:Et je ne vois pas en quoi une infrastructure portuaire de plaisance est plus polluante qu'une zone d'habitation.·le 05 jan. 14:47
Les Marquises:Morbleu, le dernier anti-fooling de shazzan a été fait par mes soins à Dieppe en 2013, ponçage de mes fonds jusqu'à la fibre et 5 couches d'epoxy avec du cuivre (2kg de cuivre pour un litre d'epoxy) gros boulot mais depuis 7 ans, pas un centimes de frais, juste une fois par mois un grattage au mouillage, plutôt facile car la matrice et ultra dur donc je frotte avec des éponges inox acheté en super marché avec mon narguilé, donc comme le reste dé que tu y mets un peu d'huile de coup tu t'en sors . Pour te donner une idée de prix, l'epoxy c'est 100 euros les 10 litres acheté sur Ebay en allemagne et le cuivre 20 euros le kg de cuivre soit moins de 400 euros pour un anti fooling "permanent" que je vais refaire à Trinidad en juillet prochain et là qui va me couter - de 300 euros car j'ai toujours le fond, j'ai déjà le matos à bord. Quand on décide de partir vivre comme je l'ai fait comme beaucoup finalement, on dépense différemment, moi beaucoup moins, pour ma part, c'est en gros 500 euros mois et c'est le bateau qui prend la plus gros partie du budget et moi aux Marquises mes dépenses étaient nuls.... Bien entendu, pas de marina ni bouées payante, par-contre je suis équipé Chinois et j'en suis satisfait, et tout est fait par mes soins bien entendu, je ne dois pas être une personne normale... pascal·le 05 jan. 15:49
05 jan. 2021
2

J'ai personnellement la chance de ne pas être atteint de consommatose, par tempérament. Et de faire du frugalisme comme Mr Jourdan faisait de la prose, sans le savoir, avant même que le mot existe.
Ma vie permanente en bateau actuelle ne me contraint donc nullement sans avoir à me forcer ou en étant frustré de quoique ce soit.


05 jan. 2021
2

La question suivante est généralement ;y a t il quelqu'un parmi vous qui céderai gratuitement un bateau dont il n'a plus envie..


Les Marquises:Moi, mon 1 er je l'ai donné, mais il a fini sur la rive de la Somme. De toute façon, quand on réfléchit trop, en général on ne fait rien, faut déjà savoir si tu aimes vraiment le bateau et ses contraintes surtout quand on vit confortablement... et comme plus haut, ce n'est que mon avis.... Pascal·le 05 jan. 16:59
Saadi:Moi je cède gratuitement mon Challenger Scout dont j'ai toujours envie pour le plaisir qu'il m'a procuré (car je suis passé à une unité bien plus luxueuse: un Arpège! ;-)) Bêtement, je me suis dit que ce joli bateau sur lequel nous nous sommes régalés pourrait autant faire plaisir à un jeune couple (ou pas) désargenté comme nous l'étions. Bah non! Des oiseaux ont fait leur nid dans la bâche qui le protège des intempéries bretonnes en attendant...Saadi·le 05 jan. 19:16
05 jan. 2021
0

un bateau dont il n'a plus envie..

C'est la première fois que j'entends cette expression. 🤔


05 jan. 2021
0

L'envie ou le "plus envie" est un sentiment associable à tout, son bateau, son chien, sa femme...


Sailortoun:Les ceussent qui un jour n'ont plus envie de leur chien ne sont rien d'autres que de fiéfés connards, il y en a malheureusement beaucoup trop !·le 05 jan. 20:45
Les Marquises:C'est toujours facile de prendre pour argent content un truc qui arrive à l’occasion et en faire une généralité Sailortoun c'est un peu comme la réflexion que je trouve stupide de Escobar et sortir des généralités sans approfondir, c'est sûr, pour le sclmilblic c'est bien mais pour la discussion, me concernant, c'est juste nul ....·le 05 jan. 21:10
Sailortoun:Un truc qui arrive à l'occasion, environ 60.000 fois par an, ou 165 fois par jour rien qu'en France, un détail... www.30millionsdamis.fr[...]-honte/ Stop pour moi ici, pas la peine de poluer ce fil plus que ça.·le 05 jan. 21:39
BWV 988:Bon , faudrait pas tout mélanger, une compagne ou un compagnon de vie qu'il soit humain ou animal, est un être vivant qui pour ma part a beaucoup plus d'importance qu'un bateau qui n'est après tout qu'un objet qui, même si on y est attaché, est facilement remplaçable, et je conçois fort bien qu'on puisse ne plus en avoir envie, et perso je préfèrerais perdre mon bateau que mon chat.·le 06 jan. 08:11
JANYVE:Un autre truc qui arrive à l'occasion: environs 130000 fois par an: le divorce. Donc 260000 personnes concernées, certains deviennent SDF(sur un bateau pour les plus chanceux)·le 06 jan. 08:54
pierre 2 the minimalist:Sailortoun entierement d'accord avec toi pour les animaux ,et pour les divorses ma foi il faut pas se marier , je vis en union libre depuis 36 ans sans problemes et on a des enfants Ps: un chien ou un chat ne demande jamais le divorse ,ils aiment pour la vie !·le 06 jan. 20:32
pierre 2 the minimalist:Divorce ·le 06 jan. 20:33
06 jan. 202106 jan. 2021
5

pour pouvoir éclairer nos positions il faut des ordres de grandeur:

90% des gens qui travaillent tous statuts confondus gagnent moins de 3000 euros par mois...
50% des gens qui travaillent tous statuts confondus gagnent moins de 1790 euros par mois...
40% des gens qui travaillent tous statuts confondus gagnent entre 1790 et 3000 euros par mois...

Ma première idée c'est que globalement les "frugalistes" représentent déjà une bonne majorité de la population.

Sachant que les revenus les plus confortables se trouvent en zone urbaine donc avec des loyers et du foncier chers.

Pour exemple un studio de 27 m2 à Paris 12 eme c'est 750 euros par mois
à Melun c'est 450 euros par mois
et dans un bled paumai difficile de trouver à moins de 300 euros pas de train pas de RER etc
et certainement pour une population qui fait partie des 50% à moins de 1790 mois ( gilet jaune en puissance)

Ou vous situez vous?
Votre génération compte aussi ...
Aurez vous un héritage ou pas?

Comment on fait? Après s'être débarrassé de tous les désirs mimétiques et bien je dirais que quand on à moins de 30 ans on fait comme certains de nos enfants, COlocation, voiture en partage, fin de marché, achat que sur le marché de l'occasion.
J'ai une fille qui vie comme cela et elle a un confort de vie très agréable même enviable... avec du temps et peu d'argent, mai spas un sous d'avance et aucune économie possible.

Je conclurai que pour pouvoir financer un projet de vie voilier voyage etc
il faut, quand on fait partie des 90% des gens, vivre en dessous de ses moyens!pour certains je dirais que c'est impossible ...


06 jan. 2021
2

Les % c'est bien mais quand on met des chiffres cela parle plus

Sur 27 millions de personnes qui travaillent

24 millions gagnent moins de 3000 euros
13,5 millions gagnent moins de 1790 euros
10,5 millions gagnent entre 1790 et 3000 euros
et 3 millions gagnent plus de 3000 sachant que dans cette catégories les écarts sont abyssaux.

Si tu es célibataire que tu gagnes 3000 euros et que tu habites à Paris OUBLIES jamais tu ne pourras mettre un sous de côté.
Si tu habites Nantes c'est déjà beaucoup plus jouable...


06 jan. 2021
3

Merci MBI de poser des chiffres sur la table.

Pour savoir où vous vous situez, un petit outil sympathique proposé par l'Observatoire des inégalités :

www.inegalites.fr[...]-pauvre


06 jan. 202106 jan. 2021
1

C'est clair que dès le départ il y a de multiples inégalités. Nous avons tous les deux eu la chance d'avoir des parents qui nous ont poussés à faire des études. Moi avec des coups de pieds au cul (oh papa, comme je t'en suis reconnaissant !) et C. y est arrivée avec une bourse d'étude.

Après cela, il y a le niveau de motivation, d'énergie et de risque qu'on est prêt à mettre pour son projet. A 37 et 35 ans nous avons tous les deux quittés notre emploi salarié bien confortable et sécurisant pour devenir indépendants, avec les avantages et les inconvénients liés à ce type de statut. Au début on a galéré (y compris des clients qui font faillite), puis cela a payé... nos 6 ans de vacances à bord !

Maintenant je suis d'accord que les inégalités sociales, les différences de capacité, d'énergie, de motivation ne sont pas évidentes à surmonter; sans parler de l'aversion au risque qui n'est pas facile à gérer.


06 jan. 2021
2

En général, plus tu gagnes, plus tu dépenses. Et après une longue période de gains importants il est très difficile de réduire la voilure des dépenses. Nous avons passé un an au Québec dans notre maison au milieu des bois. Cette année sabbatique nous a coûté très cher malgré la plus-value faite sur la revente de la maison (plus-value largement taxée par l'état canadien). Nous sortions d'une longue période sans contrainte financière en Guadeloupe et avons mis longtemps à reduire nos dépenses. Nous avions pourtant l'impression de vivre avec peu. Lorsque nous avons fait les comptes, nous avons constaté que cette année nous a coûté un montant qui aurait fait rêver les gens au smic. Et nous avions pourtant l'impression de vivre chichement. Constat terrible après coup.
La frugalité est très relative


06 jan. 2021
1

Le salaire n'est pas la seule variante à prendre en compte.
Nombreuses sont les réponses ci-dessus qui expliquent qu'une bonne partie des revenus perçus après un départ sont des revenus immobiliers.
Pour thésauriser et créer son indépendance mieux vaut:
*Un bon travailleur manuel qui saura développer un bien immobilier vétuste en rénovant tout par lui-même pendant ses Week-end et congés.
Plutôt que:
*Un intellectuel qui gagne 500€ de plus que le précédent


06 jan. 2021
3

Pirate 972:"la frugalité est très relative" et oui!
D’où l'importance de savoir qui on est et ou on est, dans ce monde ou nous vivons sous contraintes que cela nous plaise ou pas,pour pouvoir décider son projet.
Pour finir je dirai que pas de finance pas de projet ...quelque soit le projet cher ou pas.

Ne pas reconnaître la contrainte ou ne pas croire dans le monde dans le quel nous vivons expose a de grandes désillusions, les clochards des mers il y en a sur nos pontons et plus que l'on croit.


Pirate972:Le résumé serait donc : Fais tes choix, assumes les, assumes également tes erreurs et n'en deviens ni aigri ni envieux. J'essaie au max de rigoler de mes conneries et je les assume toutes. Par bonheur, j'ai eu quelques réussites, je suis loin d'être à plaindre. Du coup, je tire mon chapeau à ceux qui ont mieux réussi que moi à mener à bien leur projet. Le tout dans des conditions décentes pour "l'autre", j'entends par là ne pas s'enrichir sur le dos des autres·le 06 jan. 12:05
BWV 988:+1 C'est exactement ce que j'avais voulu dire lors de ma dernière intervention qui faisait suite à celle de MBI, et qui à priori aurait supprimée, mais c'est pas grave.·le 06 jan. 13:34
06 jan. 2021
2

Il me semble que le "frugalisme" (allons-y pour le mot) et les inégalités sont deux choses différentes, ou à tout le moins non nécessairement liées.
Ne pas être dépensier est plus un état d'esprit qu'une question de grosseur de porte-feuille.
Et que ceux qui ne le sont pas à terre auront plus de facilités pour rejoindre le monde marin.
De même la notion de confort domestique, d'ailleurs.


06 jan. 2021
6

"L'égalité", le terme à la mode. Quelle connerie ! Terme excuse derrière lequel beaucoup se réfugient pour justifier une non réussite de ses voeux ou souhaits.
Reprocher à l'autre ou au système pour se déresponsabiliser.
J'ai plein de copains heureux et satisfaits de leurs vies, des riches, des très riches, des frugaux, des moyens, des ouvriers, des patrons, des héritiers, des sans-dents. Tous ont un point commun, ils se satisfont d'avoir agi au mieux de leurs aspirations et n'envient pas les autres.


Chemistrebor:Tu croises des gens curieux.... Perso j'en ai pas entendu chercher des excuses à leur situation par des raisons de légalité, mais pour certains, c'est plutôt par des prétendues injustices qui n'en sont pas toujours vraiment.Mais c'est vrai qu'on parle beaucoup de légalité pour le sujet de la vie frugale et en autonomie.Il semble que certains décideurs politiques locaux et nationaux, comme certains gros acteurs économiques voient d'un mauvais œil cette nouvelle tendance à vivre sans suivre la normalité de la consommation.C’est-à-dire ne pas avoir d'abonnement Engie, Vinci ou Engie, ne pas payer toute sa nourriture en essayant de la produire soi-même, pratiquer le troc avec d'autres personnes, etc.Ainsi l'administration municipale, par exemple, peut objecter que de part la loi il est obligatoire d'être raccordé au réseau eau et assainissement collectif alors que c'est complètement faux. Et ceux qui par choix volontaire choisissent un mode de vie hors du système marchand sont amenés à batailler juridiquement pour vivre tranquillement.Même pour les voileux le problème existe, car l'administration fiscale a besoin d'une adresse physique, or celui qui ne possède rien d'autre que son bateau n'en a pas.Donc il y a bien une question de légalité qui se pose pour les frugalistes/minimalistes et néo autonomistes.·le 06 jan. 20:08
Pirate972:@ChemistreborJe parlais d'égalité. Mais ton post sur la légalité n'est pas dénué d'intérêt ·le 06 jan. 20:16
06 jan. 2021
0

+1 avec toi pirate972...


5

+1 chemistrebor , vivre differement est tres mal vu par nos enarques et assimilés,cette histoire de justificatif de domicile est contraire a la liberté et aux droits de l'homme a etre nomade


Pirate972:Passer incognito dans ce monde est quasiment infaisable aujourd'hui ·le 06 jan. 21:18
MBI:ce n'est pas comme si c'était une nouveauté!·le 07 jan. 05:34
MBI:Après face à cet état de fait, tu as deux attitudes: la "militante " tu revendiques ton droit à vivre autrement tu luttes contre l'administration tu veux imposer ton adresse sur ton bateau etc...c'est un peu comme lutter contre les éléments, c'est perdue d'avance.Et la solution mise à la cape: ils veulent une adresse terrestre tu leur donnes...famille, amis, domiciliation et basta pas de perte de temps inutile, prendre mon temps je trouve cela autrement plus grave que faire avec cette petite contrainte.·le 07 jan. 05:41
MBI:En y réfléchissant 3 secondes ...c'est en se mettant à la cape que tu deviens vraiment incognito " ils te croient là et tu es ailleurs!" alors que en luttant contre l'administration , bataille perdue d'avance, au contraire tu te "visibilises" tu te montres du doigt ^^ LOL Oui mais je fais comment pour récupérer mon courrier ? ben tu t'en fou puisque tout est dématérialisé comme ils disent, une bonne adresse mail et puis c'est tout, tu peux même payer de l'autre bout du monde...·le 07 jan. 05:51
Pirate972:J'ai hérité de terres agricoles au décès de mes parents. Ces terres ne valent pas grand-chose et personne n'en veut car en zone protégée. Il n'empêche qu'étant le premier par ordre alphabétique sur la liste des ayants droit les impôts ont mis les taxes sur mon compte. Rien de grave, 50€/an. C'est ce que cherche l'administration : Un payeur.L'ubuesque étant que je ne peux même pas y mettre une cabane et que je devrais les conserver en prairies or plus personne n'a de bêtes à y mettre pour cela.·le 07 jan. 09:06
Chemistrebor:Effectivement, quand cette solution est possible cela permet de ne pas avoir à "user le soleil" comme on dit dans l'industrie de process. Pour le cas des "neo autonomistes", ce terme designe des personnes qui s'achètent un bout de terrain et y vivent en autonomie partielle ou quasi complète, il y a quand même une forme d'injustice à leur imposer des achats de prestations d'eau et d'énergie chez les prestataires mandatés par les communes.
Du reste, il y a déjà eu par le passé des voix pour souligner une curiosité suspecte que des banquiers d'affaire (Suez par exemple), viennent prendre le contrôle d'activités de fournitures et trairement d'eau usée alors que ce n'est par leur métier d'origine..... Pourquoi l'ont-ils fait ? Simplement parceque c'est pour eux un business sur et très rentable car justement "imposé " et protégé par des réglementations confuses.Le citoyen habituel, ne voit plus ces contraintes cachées, car nous pensons que c'est la norme alors qu'en vérité elle n'existe pas. Mais avec l'arrivé du web internet et des nouveaux moyens de diffusions multi thématiques, il y a un éclairage nouveau sur ces abbérations, même si finalement cela ne concerne qu'une toute petite fraction de la population. Voici un exemple pour les curieux :youtu.be[...]acmCaac ·le 07 jan. 09:46
Arzak:A pierre 2; Rien à voir avec tes énarques et autres assimilés !!!c'est depuis la nuit des temps ainsi !c'est pour ça que les nomades sont toujours et depuis tout temps emm... par les états, les communes, mais aussi et surtout par les locaux sédentaires, les villageois etc.Tu n'a jamais vécu dans une commune ou un village, ou courent pleins de ragots sur une ou deux familles pour une prétendues vie "différente" ?!Tu n'a jamais vécu dans un immeuble ou ceux qui font différemment leur vie sont ostracisés ?!C'est partout pareil, et ce quel que soit le continent, et il n'y a pas d'énarques hors de france pourtant.@Chemistrebor; effectivement, tout ce qui est obligatoire est bien juteux et ce n'est pas pour rien que tout est organisé pour qu'il n'y ait pas de vraie concurrence (ou alors elle est vite rachetée) !Compte en banque, assurances, contrôles techniques, eau, électricité, eaux usées, ordures etc...·le 07 jan. 13:13
pierre 2 the minimalist:Arzac ,aux etats unis tu peux vivre dans une caravane ou une cabanne ,en france officielement non !·le 07 jan. 19:44
Arno33:Si mais c'est compliqué car il te faut obtenir un certain statu peu évident a obtenir.J'ai connu une personne qui l'avait fait pour fuir des obligations dont il voulait se défaire... pas très reluisant quoi.·le 08 jan. 08:51
Arzak:A Pierre 2; je sais que c'est très difficile en France, mais cela dépend beaucoup des communes. Si tu es dans une commune frontiste, tu ne feras pas long feu, mais il y a d'autres communes ou c'est toléré, les poubelles passent et même l'électricité arrive ! (mais ils sont à coté de la petite route d'accès à un hameau)Mais ce n'est pas aux abords des grandes villes et il faut être propriétaire du terrain (pas cher dans les coins perdus). Il y a un couple qui vit ainsi à coté de la maison de campagne de mon père, ce sont des voisins comme les autres mais là bas (montagne) cela ne doit pas être facile en hiver !(le commerce le plus proche est à 10km, et ça monte !)A quelques km de chez moi il y a aussi un vieux monsieur idem. Il va faire ses courses sur un antique tracteur ;-) qui doit être collectionné par d'autres !·le 08 jan. 10:03
Pirate972:Beaucoup de PLU, si ce n'est tous n'autorisent pas les caravanes plus de 3 mois au même endroit ·le 08 jan. 10:19
Arzak:Celles que je cite ci dessus sont là depuis plus de dix ans.·le 08 jan. 11:22
Les Marquises:C'est marrant ce post, ça me rappelle quand je suis retourné à Hiva-Oa récupérer mon passeport. J'ai discuté le bout gras avec le gendarme au demeurant plutôt sympa et on en est arrivé à parler de ma vie. Alors je lui ai expliqué que je ne travaillais plus depuis 7ans et bla bla bla et on en est arrivé à ce qu'il me pose une question "Mais dis-moi, tu ne paies rien quand tu arrives, pourtant tes poubelles, tu les déposes ici, ton eau pareil etc...." Du coup je lui lui ai expliqué qu'avant on payait, mais que le coup d'un gendarme était trop élevé et sur le long terme ce n'était pas rentable et que je continuais à payer des impots etque les autre voileux comme moi, nos poubelles sur Fatu-Iva ou il n'y a pas de ramassage, je les brulais et que le verre et la ferraille je les jetai à la mer par plus de 2000m de fond et que finalement les navigateurs faisaient un peu vivre les locaux emais que eux les gendarmes, en tant expat ne payaient pas d’impôt et avaient des avantages non négligeable... On en est resté là.... C'est vrai que le nomade est même parfois un peu méprisé, mais c'est comme ça, c'est la nature humaine de certain et je confirme ce que dit Arzak dans le nord ou j'habitai, on trouve aussi pas mal de caravanes ou logent des familles qu'on ne peut pas reloger et c'est comme ça, certains maires ne l'acceptent pas d'autres oui et c'est tant mieux, personne n'est à abri d'un emmerde....·le 08 jan. 11:57
07 jan. 2021
2

C'est très vieux cette histoire des nomades et des pas nomades...déjà avec Caïn et Abel
Et puis taxer ce qui ne bouge pas est plus facile, la finance l'a bien compris...et pas besoin d'avoir fait de grandes écoles pour saisir cela!


08 jan. 2021
1

0une e voudrais citer un exemple d'un gars que j'ai connu...

Gérard était dieseliste de métier. Quand je l'ai rencontré, il naviguait à bord d'un Sanderling, quillard de 9 m étroit, sans moteur. Il allait hiverner au sud de l'Espagne.

Je l'ai revu au printemps suivant. Les finances étant basses, il avait trouvé du travail chez un mécanicien. Lequel était tellement content de lui qu'au bout de quelques mois il lui proposait association. (ayant déjà fait la route en Amérique du Sud il parlait pas mal l'espagnol)
Ce qui eut comme effet de le faire fuir aussitôt.

"j'ai quitté le système c'est pas pour replonger dedans. Ce que je veux c'est voyager en naviguant"

Gérard se nourrissait de patates, de pâtes et de fèves. Il pêchait aussi.

Un frugaliste/minimaliste....


Pirate972:Gérard a fait son choix et l'assume. Ce que je retiens aussi de cet exemple, c'est qu'il a eu la possibilité, en tant "qu'ouvrier" de "progresser" dans le système. Respect·le 08 jan. 11:57
Kobaia:PS Il faut dire aussi que son métier de dieseliste lui avait permis de se dépanner facilement. Même pour un gars non-spécialisé il était facile de trouver à se faire embaucher sur un chantier comme "tout venant" pour nettoyage, antifouling au autre, pour remplir un peu la "caisse de bord" et permettre de continuer le voyage.C'est devenu très difficile, voire impossible, les lois et l'administration étant devenues bien plus restrictives qu'à cette époque. ·le 08 jan. 12:56
faby9:". C'est devenu très difficile, voire impossible"C'est pourtant ce que fait depuis plusieurs années un ami de rencontre (merci à FaceBook qui nous permet de rester en contact : on s'est ainsi retrouvés en Grèce où il venait chercher un voilier à convoyer), Argentin qui a fui son pays en ruine avec sa famille : 3 enfants dont le dernier né pendant le voyage. Il vient de changer de bateau pour un plus grand.
6 mois en Méd -Espagne, France, Italie, 6 mois au Brésil (il traverse en ce moment). C'est donc possible.·le 08 jan. 13:05

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

L'enfer ou le paradis….

Après la pluie...

  • 4.5 (199)

L'enfer ou le paradis….

mars 2021