volvo ocean race

Bonsoir
plus que 2 bateaux sur 6 en etat sur l etape du horn! cette fois pas de doute ils confondus triangle olympique et course autour du monde.
Yves

L'équipage
26 mar. 2012
26 mar. 2012

course pationnante, une vraie régate ! Et nos frenchies en tête !

27 mar. 2012

La bouteille est elle à moitié vide ou à moitié pleine?

A 25 nds de moyenne, n'est il pas normal qu'il y ait de la casse?
Et si deux voiliers sont toujours en parfait état, cela ne veut pas dire que les autres ont abandonnés...

En attendant Groupama a toujours 25 milles d'avance sur Puma sur la même route. C'est à dire qu'il n'a qu'une heure d'avance!

27 mar. 2012

Ouaip, très passionnant à suivre.
Justement le mélange de régate in port et d'étapes hauturières extrêmes et un parcours avec varié (passage de 4 fois de l'équateur) demandent de concevoir des bateaux un peu plus polyvalents.

En attendant, les régatiers se prennent des claques :


le barreur se retrouve suspendu les 2pieds en l'air (Iker martinez : champion du monde de vaurien)

Allez Groupama, et surtout allez Thomas Coville (je suis fan)

27 mar. 2012

A voir la vidéo de tof, on comprends pourquoi il y a de la casse.. Et avec 35nds je dirai en moyenne je pense que tous les équipage touche la limite entre la survie et la course.

Il faut imaginer que les bateaux vont à plus de 20nds dans une houle pouvant aller jusqu'a 13m ! A chaque grosse vague c'est comme rentré à pleine vitesse dans un mur en béton ! Qu'elle engin peut résister a des choques aussi phénoménaux?

27 mar. 2012

et il y en a encore qui doute de la nécessité du harnais !!!

27 mar. 2012

Pour le moment ils ont de la chance, pour être passé sur cette route l'année dernière, sous les 50èmes nous avons pris 70 nds et au cap horn les bateaux au mouillage ont rencontré 110 nds de vent avec rafales à 140 nds. Plusieurs bateaux coulés et un bateau charter polonais a perdu ses deux skipers.
Pour le moment donc les concurrents de la volvo ont des conditions de temps très clémentes surtout fin mars, fin de la période d'été.

27 mar. 201216 juin 2020

Le harnais bien évidemment est obligatoire, croché court pour rester sur le bateau, le gilet à mon sens ne sert à rien, on est mort en 10 minutes dans l'eau à 6/7 degrés, la survie même dans un gonflable de sauvetage ne doit pas dépassr 12 heures, et vous êtes de toute manière à plus de 4000 km des côtes. Dans les conditions de gros temps qui durent les organismes sont très afaiblis.
Sur les 8 personnes de l'équipage 4 ont failli passer par dessus bord.
J'ajoute une photo d'une ancre de 55 kg d'un salt 57 qui était au cap horn lors du coup de vent.

27 mar. 2012

Maolen...
c'était pas une Sp..e c'est pour ça qu'elle s'est tordue !!:jelaferme:
blague à part, c'est vrai que cela ressemble plus à de la survie qu'a de la régate !!
:lavache:

27 mar. 2012

Et c'est pourtant une ancre de bonne qualité, une bonne photo pour illustrer les forces en présence…
Si cela pouvait en faire réfléchir certains…
110 et 140 kn…pfiou !!!! !!! Je préfère être bien au large de tous cailloux, avec de l’eau à courir et de grands fonds en dessous, et avoir la mer du vent… A ces niveau de vent on est de toute façon a sec de toile et il faut barrer de l’intérieur, interdiction total d’être sur le pont, il n’y a de toute façon rien a régler ou retoucher et le harnais ainsi que le corps humain ont une résistance limite aussi…
Mais là ou un typhons vous matraque pendant 48 ou 72 heures maximum, un gros baston dans les 50e cela peut durer une semaine ou plus…

Il y a une grosse part de psychologie ou d’état d’esprit dans la survie ou la qualité de la vie dans ces cas là !!! L’endurance, et à l’extrême la survie, en dépendent !!!
Mais c’est des conditions que les gars de la VOR évitent à tout prix, leurs bateaux sont moins apte à y résister, ils sont aussi plus rapides et donc plus mobile pour contourner si possible la dépression et en utiliser la frange et sa puissance tout en évitant les coins les plus malsains grâce au pros de la météo qu’ils ont…
C’est d’ailleurs à mon avis ce qui à le plus changé la donne ces 30 dernières années, la facilité d’accès et la qualité en hausse des infos météo..
@+
Alain

27 mar. 2012

bonjour la dernière remarque sur la météo me semble très juste sans parler de la connaissance des "glaces". Une petite pensée pour Moitessier qui "fonçait" dans le brouillard, une autre pour Mac Arthur lorsqu'elle longe les iceberg.
Cette connaissance doit enlever une bonne part de stress. La décision des organisateurs de mettre des portes est très bonne même si elle fausse les résultats des différents records ou autres régates car les parcourt ne sont pas les mêmes.
Gilles

28 mar. 2012

Telefónica a annoncé hier son intention de s'arrêter pour réparer son étrave au sud de l’Argentine, à Ushuaia. Troisième à 360 milles des leaders, l’équipage espagnol pense arriver dans ce port de la Terre de Feu d'ici quatre jours. Leur équipier média nous explique pourquoi ce pit-stop.

Diego Fructuoso/Team Telefonica/Volvo Ocean Race
"Les deux leaders s’échappent un peu et on doit garder un œil sur les autres derrière – c’est-à-dire Abu Dhabi."
Par Diego Fructuoso, équipier média, Team Telefónica

Bonjour à tous,

J’imagine que vous savez maintenant qu’on a pris la décision de s’arrêter à Ushuaia, à 60 milles environ du Cap Horn.

Le bateau va bien et nous aussi, mais vu la situation de la course, c’est mieux de s’arrêter rapidement, de réparer et de repartir. Une décision qui n’est pas facile, mais qu’on pense être la meilleure.

Pour les trois qui n’avons jamais été dans le coin (Ñeti, Zane et moi), ce n’est pas forcément sympa de s’arrêter, mais on ne peut rien y changer. En ce moment, les deux leaders s’échappent un peu et on doit garder un œil sur les autres derrière – c’est-à-dire Abu Dhabi, qui est à une distance considérable mais commence à se rapprocher.

Alors nous voilà ici, à naviguer aussi vite que possible sans rien abimer, dans des conditions très froides. Dans quatre jours environ, on atteindra notre première destination, en espérant que les conditions ne soient pas trop mauvaises. On est au portant, tribord amure.

Nous devons défendre le podium de l’étape et notre première place au classement général provisoire, pour lequel on a bossé si dur. Nous sommes à 1400 milles de notre arrêt technique, avec ensuite 1800 milles jusqu’à Itajaí.

Nous sommes confiants : tout se passera bien.

Une embrassade,

Diego Fructuoso

29 mar. 2012

Quand Abu Dhabi chavire ...

www.volvooceanrace.com[...]s-.html

Un petit chavirage dans la nuit pour l'équipage, une rapide vérification et ca repart.

Et après il y a qui s'étonne que ce soit l’hécatombe....

29 mar. 2012

Il doit y avoir erreur de traduction par ce qu'ils ont encore leur mat ;)
Je pense plus a un virement involontaire avec quille, ballast et matos du mauvais coté.

29 mar. 2012

Possible, mais ils peuvent aussi garder leur mat suite au chavirage puisqu'ils ont peu de toile au moment de l'accident.

En tout cas ce n'est pas une erreur de traduction :
The British skipper said the feeling was bizarre, yet remarkably peaceful, as the boat capsized and he found himself getting dressed while standing on the walls of the boat, before the crew managed to right the situation.

29 mar. 2012

Je viens de matter la video sur le livestream pfiou impressionnant ^^

new.livestream.com[...]ng/Leg5

Mais il n'y a pas la vidéo du crash, juste le résultat et c'est de nuit et je n'ai pas le son au bureau, il faudra attendre ce soir :p.

29 mar. 2012

Ian Walker raconte comment Abu Dhabi Ocean Racing, en cinquième position, s’est retourné cette nuit lors d’un virement accidentel. Le bateau a vite été remis d'aplomb et l'équipage est reparti, mais le skipper l’avoue : « le Grand Sud nous montre qui est le boss. »

Nick Dana/Abu Dhabi Ocean Racing/Volvo Ocean Race
"Il m’a pris au mot puisque, quand les chiffres ont indiqué qu’il allait empanner accidentellement, il a lofé un grand coup."
Par Ian Walker, skipper, Abu Dhabi Ocean Racing

En ce moment, le Grand Sud nous montre qui est le boss. On est juste à proximité du 50e degrés sud et, depuis le passage du front il y a 36 heures, on a eu 30 à 40 nœuds constants.

On navigue avec deux ris dans la grand-voile et le J4. C’est assez contrôlable mais l’état de la mer est horrible et reste confus derrière le front.

On navigue dur en essayant de minimiser les chocs autant que possible. Les 24 dernières heures ont été intenses avec des surfs de nuit jusqu’à 40 nœuds (Si Fi, Simon Fisher, s’est déclaré responsable), des barreurs balayés (bon, c’était moi et heureusement, j’ai atterri sur les genoux de Craig) ...

Et le plat de résistance : le virement accidentel.

Celui-là, Nocka (Anthony Nossiter) peut le revendiquer mais il a des circonstances atténuantes : les instruments en tête de mât ont été soufflés par le vent et les chiffres auxquels il se référait pour barrer – dans la nuit noire – sont devenus fous.

Avant qu’il commence à barrer, mes derniers mots ont été « Quoi que tu fasses … Pas de départ à l’abattée ni d’empannage ("Chinese gybe"). »

Il m’a pris au mot puisque, quand les chiffres ont indiqué qu’il allait empanner accidentellement, il a lofé un grand coup.

Le résultat : un virement inattendu et le chavirage qui s’ensuit.

À l’intérieur, c’était bizarre de s’habiller en marchant sur les murs. C’était incroyablement calme. Une fois qu’on a eu des gars sur le pont, on a réussi à virer les bastaques, à remettre la quille en bas et on a recommencé à naviguer.

Après une bonne vérification, on est repartis. On l'a échappé belle.

Il nous reste donc moins de 2000 milles jusqu’au Cap Horn et on dirait bien qu’il y aura du vent jusque là. En espérant que les vagues s’améliorent un peu.

Mais quoi qu’il en soit, les cinq prochains jours seront tout sauf ennuyeux.

Ian

29 mar. 2012

Prudence... Il y a trop d'approximation dans ce compte rendu.
Qu'un voilier loffe et "vire accidentellement" alors qu'il navigue au portant,même sans instruments, je n'en ai jamais entendu parlé... Il s'agit plus probablement d'un empannage .

Quand à "chavirer", rester gité à 80 ° à cause de la quille pendulaire, ne s'appelle pas un chavirage...

29 mar. 2012

De nuit tu suis beaucoup tes instruments et encore plus dans la baston sous la flotte.
Alors suffi que l'élec déconne un peu, un coup de barre pour lofer plus une vague qui pousse un peu, ça peu aller très vite.

Après le chavirage oué j'ai plus un doute mais bon si ils étaient au 3 éme ris c'est vrais qu'il reste plus grand choses de toile.

29 mar. 2012

J'imagine une figue dans le style, on voit pas bien mais il s'agit d'un empannage il me semble :

Après le chavirage je n'y crois pas trop non plus.

29 mar. 2012

a priori ca n'a pas fait du bien au bateau ;
www.volvooceanrace.com[...]on.html

29 mar. 2012

ouais ben ça craint. Met du temps avant de se redresser, la barque...

29 mar. 2012

Tout régatier qui a du métier a vécu un jour ce genre de figure... La difficulté, est d'arriver à choquer la bastaque qui est devenu sous le vent. Une fois, celle-ci choqué, la gite redevient raisonnable, le safran retrouve de l'efficacité et roule ma poule.

Dans leur cas, il fallait aussi basculer la quille.

29 mar. 2012

bha le temps de bouger les bastaques et la quille + débalaster le tout couché a 90° :p

29 mar. 2012

ouep figure classique quand tu tapes la vague de devant, avec le coup de frein, la vague de derrière qui pousse l'AWA qui tourne d'un coup : vlan !!

29 mar. 2012

Ce qui est moins commun c'est la quantité de ballast + la quille pendulaire + les 2 tonnes de matos qui, malgré des écoutes complétement libre empêche le boat de se redresser.

A priori la jauge VOR impose un système automatique de mise au point 0 la quille :
www.volvooceanrace.com[...]it.html

30 mar. 201216 juin 2020

À 12h55 UTC, Groupama vient de passer le Cap Horn en tête. Sur ses traces, à 13 milles, PUMA. En théorie, un passage qui n’apporte pas de point et une ligne d’arrivée brésilienne encore distante de 1900 milles. En réalité, un soulagement énorme pour les Français, qui ont traversé le Grand Sud avec brio.
Nous aussi en virtuel et nous avons dépassé les Malouines.

04 avr. 2012

Je suis ecoeuré... Groupama à dématté, après avoir passé le pacifique sans incident c'est tellement dur pour l'équipage... Horrible :
www.volvooceanrace.com[...]te.html

04 avr. 2012

yes ... mais il leurs en reste un peu pour finir l'étape (10m de mat parait il) ... suite au prochain épisode ... dommage ... :-(

04 avr. 2012

Moi perso je prendrais l'option gréement de fortune pour perdre moins de temps, vu que CAMPER est encore de le pacifique et qui va repartir a fond. le temps de transporter le mat et de remater il sera peut être trop tard !!!!!!

05 avr. 201205 avr. 2012

Des photos de Groupama et le dernier billet de Yann Riou:
www.volvooceanrace.com[...]te.html

05 avr. 2012

Quel désastre... Il faudrait qu il puisse terminer la course pour engendrer encore qques points.

05 avr. 2012

les toutes dernières nouvelles de Yann Riou:
www.volvooceanrace.com[...]le.html

05 avr. 2012

Comment refaire un gréement de fortune avec les morceaux?

www.volvooceanrace.com[...]me.html

Ca se manchonne un mat carbone?

La GV fait la tronche aussi, elle est bien déchirée :
c43690.r90.cf2.rackcdn.com[...]565.jpg

Je me suis toujours moqué des supporters que l'on voit pleurer a la télé quand leur équipe de foot perd. Maintenant je comprend leur sentiments, c'est ça aussi le sport.

05 avr. 2012

L'image pour moi qui me fait le plus de peine, c'est celle de Franck Cammas assis sur le pont.

05 avr. 201205 avr. 2012

Tu parles de celle ci :
c43690.r90.cf2.rackcdn.com[...]B01.jpg

Ce n'est pas Franck, forte heureusement, le capitaine ne peu pas se laisser aller a ce petit moment de désespoir immense qui doit l'envahir. Cette photo est très émouvante je pense qu'on ne peut pas imaginer l'immense déception de dématter ici, après s'être brillamment arracher pendant toute l'épreuve.

Le plus émouvant pour moi est le message de Charles juste avant le démâtage, harasser il dit que ca serai tellement beau d'avoir cette victoire :
www.volvooceanrace.com[...]er.html

Le spectacle qu'ils nous offre est en tout cas grandiose.

05 avr. 2012

Oui je parlais de cette photo, quant au message je l'avais lu hier soir, et c'est vrai que tous ces messages au jour le jour nous font vivre cette course avec intensité.

06 avr. 2012

Remâté, prêt à attaquer !

www.volvooceanrace.com[...]r-.html

06 avr. 2012

oui c'est des bons ... ils vont marquer des points ! reste à voir si camper ne vas pas mettre aussi les bouchées doubles et reprendre la course plus tôt que prévue et que leurs mat de fortune tienne ... fin tragique sur cette étape mais encore du suspens ...

06 avr. 2012

tout de même 600 miles à faire alors que Camper est de l'autre côté !!!! c'est tout de même peu probable qu'il arrive à les rattraper.
Gilles

07 avr. 2012

!

On croise les doigts pour que ça tienne jusqu'au bout!!

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

un soleil gros comme ça

Après la pluie...

  • 4.5 (28)

un soleil gros comme ça

mars 2021