Vocabulaire

J'apprends dans un autre fil que la Royale ne dit plus babord et tribord mais gauche et droite.

Notre ami ponton trouve que c'est plus sécuritaire.

Plus sécuritaire d'employer des mots "terrestres" ? Je ne pense pas ! Que chaque chose ou situation ait son nom en marine me paraît au contraire augmenter la sécurité par une plus grande précision du vocabulaire.

Je ne pense pas non-plus que les marins utilisent un vocabulaire spécifique pour ne pas être compris des terriens. Il y a aussi une grande partie de tradition là dedans et d'héritage anglo-saxon.

Et les untités de mesure ? Ils vont supprimer ça aussi ? Les Beaufort, les Milles et les Noeuds... ?

Qu'en pensez-vous ?

L'équipage
27 mar. 2008
27 mar. 2008

peut être

et se ne serait surement pas un mal,

une sonde c'est écrasée sur vénus (de mémoire) car il y a eu confusion entre pied et mètre

ce n'est pas de la navigation maritime mais spatial, et dans un domaine aussi pointu que cet info soit révélée, est suffisamment stupide pour en être vraie :-(

27 mar. 2008

Peut-être,

note que le système actuel d'unités employées sur mer (et dans les airs) a l'avantage d'être mondial ! J'espère bien qu'on ne va pas changer une des rares choses qui soit universelle !

C'est surtout gauche-droite qui m'attriste... :-(

27 mar. 2008

Un peu étonné

pour babord et tribord.

Sinon, l'utilisation de termes marins a soit une origine historique et là, on peut en changer facilement -à condition que tt le monde soit d'accord, soit une raison physique.

Pourquoi à ton avis utilise-t-on les miles et non les km en mer? Les français ont essayé -en 1789-, et ont dû revenir aux miles.

C'est comme pour le méridien de Paris abandonné très récemment au profit de celui de Greenwich.

RV

27 mar. 2008

oui, c'est ça

Nos amis révolutionnaires ont essayé de remplacer le degré par les grades. Du coup, au lieu de compter les angles en degré, mn, secondes, on comptait en grades.

La circonférence de la terre, du coup, faisait 400 grades au lieu de 360 degrés. D'où la conversion de distances sur le globe terrestre de milles en grades.

C'était bcp plus cartésien et plus logique. On a manqué une belle occasion de cesser de faire des erreurs en utilisant nos cartes marines.
Mais Napoléon -je crois- est passé par là et a remis de l'ordre dans tt ça.

Je ne sais pas si je suis clair..

RV

27 mar. 2008

Ne crois-tu pas que l'erreur initiale

est de compter en base 10, une base 12 ou 16 serait bcp plus logique.

RV

27 mar. 2008

Miles

"Pourquoi à ton avis utilise-t-on les miles et non les km en mer?"

Ben parce que ça représente une minute de latitude et que c'est plus facile de "prendre" un mile au compas n'importe où à droite ou à gauche de la carte plutôt que de chercher l'échelle dans un coin.

C'est ça ?

27 mar. 2008

Sorry, de milles en km

RV

27 mar. 2008

c'est comme au theatre

il y a le coté cour et le coté jardin,pour signaler les coulisses,ce qui fait que ou que l'on est dans la salle ou sur la scene,on ne se trompe pas...et à bord,bonjour les erreurs selon que l'on fera face à l'avant ou à l'arrière?j'ai du mal a y croire

27 mar. 2008

Est-ce seulement vrai?

D'accord, ma connaissance de la Royale date d'il y a près de 30 ans, mais quand même...

A l'époque du moins, la nomenclature était très précise:
- tribord/babord pour désigner les côtés du bateau par rapport à la ligne de foi (droite et gauche dans le sens de la marche)
- droite/gauche pour indiquer les angles de barre ("à droite 20", réponse: "à droite 20", puis... "la barre est 20° à droite", réponse "bien")
- droite/gauche également pour des alignements ("alignement ouvert à droite")

Est-on en train de prétendre que la Royale utilise maintenant "droite/gauche" pour désigner les côtés du navire? "Préparer pour un acostage droite à quai"? Glp!
Référence vérifiable?

27 mar. 2008

En avaaaaant.....marche !

Babord, tribord, babord, tribord, 1, 2, 1, 2, ...

:acheval::mdr::jelaferme:

27 mar. 2008

d'accord avec toi

référence de 12 ans.

27 mar. 2008

droite et gauche uniquement pour:

donner les ordres de cap:
dans le baston , bruits des machines ,crafouillements des haut-parleurs ,baBORD et triBORD se confondent.

27 mar. 2008

Pas de confusion ...

Par exemple, quand un équipier est à la proue et qu'il regarde vers le barreur, babord ou tribord se trouvent du même côté pour l'un comme pour l'autre.

En utilisant "gauche" ou "droite", on peut confondre "la sienne" et "la mienne"...

27 mar. 2008

J'étais à l'école maritime

en 1961 et les ordres de barre se donnaient en utilisant "droite & gauche"
mais avant c'était comme ça aussi, je le sais parce que mon père était prof dans une école de la mar-mar
Rien de nouveau sous le soleil, donc!

27 mar. 2008

D'autant que,

Dans le cas d'une barre franche, si elle est mise à tribord, le bateau partira à gauche.

Il y a donc bien une logique à employer droite et gauche pour les ordres de barre.

Je pense que le vocabulaire marin conserve son utilité par la précision qu'il apporte, et qu'il ne s'agit ni de snobisme ni de traditionalisme.

27 mar. 2008

tradition, archaisme, désuétude...

Dire bâbord ou tribord pour prendre en compte le sens du mouvement du bateau dans l'information donnée était justifié à une époque où, pour le commun des mortels, un bateau était un des rares moyens de locomotion utilisé.

A cette époque, les pêchous n'avaient pas de (grosses) voitures.

Aujourd'hui, n'importe qui, en voiture, comprend spontanément que, quand on dit : "va à droite", ça signifie : "va en direction de la droite en regardant face au sens de déplacement de la voiture".

Cette nouvelle culture, moderne, reste présente dans les esprits des navigateurs et la notion de tribord ou bâbord ne se justifie donc plus, si ce n'est pour maintenir vivaces les traditions.

De la même manière, le concept du mille nautique était utile, voire indispensable lorsque le positionnement était assuré par le relevé au sextant, pour lequel l'équivalence mille/minute était pratique.
Aujourd'hui, avec le GPS...bof. si ce n'est le respect des traditions encore une fois.

Je respecte profondément les ceux-ce qui tiennent au maintient des traditions.
Je respecte cette position puisque c'est un choix personnel.

En revanche j'attends que le même respect soit accordé à ceux, dont je suis qui partent du principe qu'une solution d'hier n'était justifiée que par le manque de moyen d'alors et que tout, strictement tout, doit être constamment remis en cause.

Les zizis drapeaux avec le protocole décoratif qui va avec (là, mais pas là, pas au-dessus, pas trop grand etc...) le sabir (on ne dit pas corde, ni ficelle, mais bosse ou bout etc...) les absurdes (une voile doit avoir 4 lattes. Et si moi, je veux en mettre 3 ou 7 !) en gros tout cet irrationnel qui constitue la tradition disparaîtra de toutes manières.

A quoi bon s'y opposer.

27 mar. 2008

PYM, le nM?

Tu navigues sans cartes papier?

RV

27 mar. 2008

Conventionnel?

C'est ce que j'explique + haut, l'usage du mille n'est pas qque chose de conventionnel justement. C'est lié à une donnée physique, la circonférence du globe divisée en degrés et mn.

Si on en revenait aux grades, on pourrait alors revenir au système métrique, mais je ne pense pas que ça arrive de sitôt.

RV

27 mar. 2008

captainhervé

a parfaitement raison AMHA :-)

27 mar. 2008

Tu te trompes Captainhervé.

Si les cartes sont ainsi faites, c'est exclusivement pour respecter le rapport avec les mesures rapportées aux angles terrestres. Cette mesure exprimée en degré pourrait tout aussi bien être exprimée en kilomètres (le kilomètre est, comme le mille nautique rapporté à la géométrie de la terre. Pour ceux du fond, je rappelle qu'un kilomètre est égal au dix millième du quart d'un méridien terrestre).
C'est simplement la convention antique et d'ailleurs obsolète (actuellement on devrait parler en radian...) qui maintient cet usage.

A l'époque de la révolution, française, les moyens techniques ,ne permettaient pas facilement de substituer grades à degrés.
Aujourd'hui, ça ne poserait plus de problème technique. Ce n'est qu'une convention et une convention, ça se change :
Le Franc est devenu Euro, les gibistes mesurent dans le système métrique, j'ai même vu des fonctionnaires au travail, et des gens d'armes qui savent lire alors...

27 mar. 2008

Tu me peux me dire que je me trompes, bien sur, si c'est ce que tu penses...

...ça ne me pose aucun problème et je trouve que c'est très sain, au contraire.

Ceci étant dit, RIEN n'impose de conserver le mN à la place du kilomètre dans nos cartes marines, si ce n'est qu'il serait nécessaire de surajouter une échelle kilométrique à côté de l'échelle en degrés/minutes.

La localisation pourrait continuer à être effectuée en degré/minutes. Les distances seraient exprimées en kilomètres.

Je vais peut être dire une ânerie, mais il me semble bien que j'ai déjà vu des cartes avec cette double échelle. Je ne suis pas a côté de mon bateau, mais je regarderai lors de mon prochain passage.

27 mar. 2008

Une petite précision :

1°) Je navigue en mN, sur des cartes en degrés. Je maîtrise, je crois, leur usage que je pratique soit à l'estime (c'est un exercice qui m'amuse), soit par relèvement à vue (nav côtière) soit, depuis peu au travers de relèvements solaires (Merci Messieurs Dieumegarde et Bataille).

Donc pas d'erreur, une carte en kilomètre n'est ni une idée, ni un souhait à priori. Je n'ai aucun problème à ce sujet.

2°) Je lofe ou j'abats volontiers, puisque le concept est exclusivement vélique et sans equivalent.

3°) sous la torture, je peux babordiser et tribordiser, mais quand je tribordise mon bateau tourne à droite et quand le babordise, à gauche. Comme ma voiture.

4°) je n'ai aucun attachement (au contraire) avec les râcines, les trâditions et tout ce fatras qui empêche d'avancer.

Je constate que les cartes papiers disparaissent au profit des cartes électroniques, d'autant plus vite que la Loi le permet maintenant.

C'est une connerie, une imprudence etc... j'en suis d'accord, mais que ce soit sur le plan économique, sur le plan de la sécurité (un GPS avec cartographie permet de connecter un dispositif d'alerte automatique homme à la mer. Comment fait-on avec une carte papier? On peut y connecter une VHF ASN le peut-on avec une carte papier ? etc...) et de la facilité d'usage c'est sans aucune comparaison.

Donc immanquablement, la carte papier va disparaître.
Et sur une carte électronique, la légende sera en anglais pour les gibistes, en Français, pour les Français, en braille pour les sourds (quand on parle à un sourd, on braille) et, bien sur les ditances en kilomètres ou en milles terrestres, comme d'ailleurs actuellement sur tous les GPS.

Je pense que le particularisme fleuri du langage maritime a vécu à cause ou du fait de l'évolution des techniques et que ce sera sous la pression de la masse et de la technologie que les traditions passeront du présent au souvenir.

Ce sera dommage pour le folklore, mais sans doute plus ouvert sur le plus grand nombre.

Restera la possibilité d'imprimer ses cartes, de les graduer comme on veut et de continuer à mesurer sa vitesse en comptant les noeuds.

On pourrait même imaginer de créer des loch "néo classiques" avec des noeuds métriques.

27 mar. 2008

oui, mais...

... qu'est ce qui s'opposerait vraiment à ce qu'on navigue sur des cartes similaires aux cartes de randonnée terrestres?

Les coordonnées en UTM, les distances en mètres/km. La relation entre les unes et les autres est aussi directe que la relation entre des minutes de latitude et des milles de distance.

Ca marche à terre. Pourquoi ça ne marcherait pas en mer?

27 mar. 2008

sans en être absolument sûr...

... il me semble que tu te gourres-je.

La projection est dite "Lambert-conforme", ce qu'il me semble bien comprendre comme "conserve les angles" (propriété indispensable pour pouvoir effectivement relever/reporter un cap ou un relèvement.)

29 mar. 2008

oui pym !

Les cartes terrestres ... - 27-03-2008 16:18 -


...ne permettent pas de déterminer un cap, ce me semble. Me gourre-je ?

&gt&gt&gt oui tu te gourres !

et on y relève des azimuths exactement comme un amer !

27 mar. 2008

oui, mais là on parle de la possibilité technique...

... d'une réforme générale permettant aux gens de mieux communiquer.

Nous, les marins, on est contents d'avoir des degrés et des milles "universels" pour communiquer entre nous. Mais il faut bien reconnaître que ça obère notre communication avec les terriens.

Or il me semble qu'objectivement rien ne s'opposerait à ce qu'on fonctionne également dans un système métrique. Et là, dans ce monde "idéal", tout le monde se comprendrait, en kilomètres.

Comme disait un autre intervenant, la seule petite difficulté serait une opération de plus pour reporter un point astronomique. La belle affaire, combien font encore des points astro, et surtout, combien le font complètement à la main, sans l'aide d'un calculateur électronique?

27 mar. 2008

Bien sûr que non.

Je ne navigue que avec des cartes papier.

Mais c'est sans rapport avec l'utilité du Mille par rapport au kilomètre, à l'écriture de l'échelle verticale près. Mais là c'est purement conventionnel et donc ça peut évoluer.

En revanche, pour la vitesse du vent...pour la vitesse du bateau... ça reste très anecdotique, non?

27 mar. 2008

Voui, mais relis bien tout :

L'usage du mille n'est pas conventionnel en effet puisqu'il s'appuie sur l'ANCIENNE obligation d'effectuer des relevés au sextant.

Actuellement, cette usage ayant disparu (ou quasi, je n'ai JAMAIS vu quiconque effectuer ce type de mesure en nav, sauf par jeu ou par plaisir)le rapport entre mN et degré n'est plus qu'anecdotique et son usage conventionnel.

27 mar. 2008

Il me semble...

...que rien ne s'opposerait à avoir une carte en projection de Mercator pour laquelle le carroyage serait en système métrique et non des lat/lon exprimées en degrés et subdivisions.

Les cartes IGN de rando (d'accord, ce n'est pas une projection de Mercator, mais une Lambert conforme) ont un carroyage métrique.

27 mar. 2008

Merci, Trhihéol

Pym, ceci n'a rien à voir avec le sextant, désolé.

C'est lié à nos cartes Mercator (et autres d'ailleurs). Tant que nos cartes seront repérées avec des latitudes et des longitudes repérées en degrés et en mn, pas d'autre choix que de garder le nM.

La seule convention est de mesurer les angles terrestres en degrés et mn.

Si tu navigues avec des cartes datant de la révolution française où les angles sont en grades et sous-ensembles métriques, alors là, oui, on pourra ravenir aux km.

RV

27 mar. 2008

Je ne me permettrais pas de dire que tu te trompes...

j'ai qd même le sentiment que nos points de vue se rapprochent.

Comme le fait remarquer justement Hubert, les cartes IGN sont en système métrique. Mais sur terre, on n'utilise pas les notions de latitude et longitude pour les randonneurs ou les militaires.
Je me souviens il y a 20 ans environ avoir emporté un GPS en montagne, eh bien, j'étais bien embêté...

A mon avis, tant que latitude et longitude seront exprimés en degrés et minutes, on est condamnés aux milles. Mais, si tu veux graduer ta carte manuellement, pourquoi pas?

RV

27 mar. 2008

Oui, pourquoi pas?

En poussant ta logique, les anglo-saxons auront des cartes en miles anglais, je vois d'ici la cacophonie dans les communications.

J'espère fortement que nos avionneurs ne suivront pas ton idée... ou bien, je reste à la maison...

RV

27 mar. 2008

Les cartes terrestres ...

...ne permettent pas de déterminer un cap, ce me semble. Me gourre-je ?

29 mar. 2008

merci

désormais, je ne me gourjerais plus sur ce point grâce à vous deux.
:-p

27 mar. 2008

Hubert,

parce qu'à terre, il y a de fortes chances que ton voisin utilise le même système de mesure que toi (sauf un anglais folklo avec des cartes de rando éditées dans son pays en miles...).

En mer, il faut un système unique et commun, non?

RV

27 mar. 2008

GPS qui permet de s'affranchir de la NAV !!!

Sana vouloir polémiquer je trouve que tu vas un peu vite en besogne.

Le mille marin est égale à 1 minute d'arc et c'est quand même pratique en navigation.

Le GPS est un outils certes bien pratique mais il y a plein de raisons pour lesquelles on peut avoir à se servir de sa carte, de sa règle Cras voire de son sextant : pannes électrique à bord et plus de piles, entrées d'eau à cause du gros temps par exemple ce que n'aime pas l'électronique, défaillance du signal que les propriétaires du système peuvent sans aucun problème soit dégrader (guerre du Golfe ou autre), soit arrêter comme dans toute société libérale telle que la nôtre et surtout celle des USA. Il y a des cas aussi comme naviguer dans les coraux ou dans certains coins de la Manche où on doit encore naviguer avec le compas de relévement et des amers bien précis. Je rentre des Antilles et sur la cote Est de Martinique je ne me suis jamais servi du GPS : quand il faut faire une route au 270 vrai sur l'alignement du Macabou par le Morne Sulpice ... le Gps ne servira qu'à être sûr qu'on ne s'est pas gourré en calculant le nord vrai !!!

Pour en revenir au sujet principal, mon grand père ainsi que mon frère, tous deux officiers de marine donnait/donne les ordres à la barre en utilisant Droite et Gauche et seulement dans ce cas.

27 mar. 2008

Bien sur...

Et avant ton grand père on disait encore autrement et ça ne changeait rien.

Je partage pleinement ta réticence à l'égard du GPS, réticence que, de surcroit, je partage.

Ce sidi, dans notre monde absurde, c'est l'avis du plus grand nombre qui est considéré comme étant le bon.

Et en matière de navigation (de consommation de biens de navigation...) le plus grand nombre (qui a toujours raison) parle en kilomètre, dispose d'une main droite et d'une main gauche, ne navigue qu'au GPS etc...

Donc, nos avis de croûtons sont voués à la disparition. Dans ce type de circonstance, quand le combat est perdu, j'évite à tous prix de m'y risquer.

Et très franchement, je ne vois pas ce que changerais de passer deux secondes à effectuer une division par 1,852 dans la demi heure nécessaire pour effectuer une relevé solaire, alors que l'homogénéification des mesures, techniquement possible aujourd'hui, serait un facteur de simplification important.

27 mar. 2008

.....

mais le malheur veut que le plus grand nombre (dans le monde) parle en milles marins en mer et en l'air, en miles terrestres aux USA, UK, Inde et tous les autres pays du commonwealth (au Japon, ils conduisent à gauche mais je ne sais pas pour les unités) et finalement une minorité en km ! et que dire des capacités où le Gallon anglais est différent du gallon US ce qui avoisine (de mémoire) les 4 litres !!!!

Pauvres de nous !

27 mar. 2008

Et alors?

Plus de Tribordais pour gueuler plus fort que les Babordais???

27 mar. 2008

Ce qui est dommage dans ce genre de discussion,

c'est que certains ayant des idées tellement arrêtées, ne prennent pas la peine de lire les contributions qui précèdent.

Autant il me semble normal de parler de la ficelle rouge qui fait monter la grande voile ronde à un néophyte, autant je trouve plus simple et rapide de parler de la drisse de spi.

Autre exemple :
Pourquoi les mécaniciens automobile s'évertuent à parler d'arbre à cames, alors qu'il serait aussi simple de parler de cannabis ?
:jelaferme:oui, je sais, c'est mauvais.

27 mar. 2008

Tu auras l'air fin...

...si tu parles de drisse de spi à l'un des 6 milliards de terrien qui ne savent pas ce qu'est une drisse ni un spi.

En revanche, n'importe lequel de ces 6 milliards de terrien saura de quoi je parle quand, sur mon bateau, je lui demande, dans sa langue, de tirer la corde noire (chez moi, la drisse de spi c'est la corde noire. Moyen mnémotechnique : elle est noire. Malin, non?).

27 mar. 2008

Poutre...paille....etc...

bien sur que parler en sabir qui va bien avec quelqu'un qui le partage est ce qu'il y a de plus facile.

La question posée est que l'usage de la mer est de plus en plus ouvert au néophyte (j'ai lu quelque part qu'il ya plus d'être humain vivant actuellement sur terre qu'il n'en a jamais existé depuis le début de l'humanité. La population mondiale double tous les 20 ou 30 ans etc...).

Que va-t-il se passer ?
Tout ce nouveau monde va s'engouffrer dans la rigueur traditionnelle ou sont-ce les dimensions traditionnelles qui vont s'effondrer?

Le choix possible est entre 2° et 2°.

Je te paris bien que dans peu de temps un bateau ira à droite et à gauche et pour les ceux-ce à propulsion vélique, en tirant sur les cordes.

27 mar. 2008

Mais voyons PYM

Sur la droite de ton écran, tu as une sorte de curseur qui te permets de faire défiler la totalité de ce fil ; n'hésites pas à l'utiliser.

A part ça, en appuyant simultanément sur les touches Ctrl et + de ton clavier, tu as la possibilité d'agrandir les caractères de ce texte, et les rendre plus lisibles :
[size=24]"Autant il me semble normal de parler de la ficelle rouge qui fait monter la grande voile ronde à un néophyte, autant..."[/size]
;-)

27 mar. 2008

Ah bon ?

Pour ce que j'en ai lu, la question me semblait autre.

Je vais relire...
:litjournal:

27 mar. 2008

Tout à fait d'accord avec PYM

;-)

Je propose donc un petit exercice pour s'adapter à nos nouvelles unités.

Par exemple, "Abats de 0,17 rad !', ca donne quoi à votre avis?
:-D :-D :-D

27 mar. 2008

Que le bateau se déplace à 12 noeuds ou à 22 km/h...

...cela ne change rien sur le nombre de degrés qu'il conviendra de donner à la barre. Qu'on l'exprime en degré, en grades ou en quoique ce soit.

27 mar. 2008

précisions scientifiques

je vous bien tout entendre et lire,

mais si on veut justifier le mile par la minute d'arc,
il y a beaucoup d'autre convention à changer alors

exemple, la température devrait être le Kelvin
le mètre étalon au pilon et prenons la valeur de la longueur d'onde de la lumière émise entre deux atomes d'hydrogène c'est à dire 21 cm, puisque c'est la base reconnue universelle dans l'univers par les scientifiques car c'est celle inscrit sur la sonde envoyée dans les profondeurs de l'espaces

et il y en a d'autre, alors beaucoup de changement en perspective si on veut suivre se raisonnement
amha

chacun ayant une bonnes raisons de justifier de ses propres étalons, ;-)

27 mar. 2008

Eh ben, Goud

tu peux nous parler un peu de toi comme étalon?

RV

27 mar. 2008

on se calme!

bâbord et tribord sont sûrement les deux mots de notre sabir qui sont connus de la majorité des"terriens" pour le reste ces terriens se moquent de notre jargon puisqu'ils n'ont pas a "tirer fort sur la corde le long du mat" (étarquer la grand-voile)
si un terrien vient à embarquer à bord, je lui explique calmement que sur un bateau, il y a beaucoup de "cordes" et quelles ont chacune un "prénom" pour ne pas se tromper.
le terrien conprend,sinon il ne ré-embarquera plus car il n'aura pas aimé et c'est très bien :
un terrien qui aime: ça fait une place de port en plus a trouver!

27 mar. 2008

les jet-chieurs...

... eux, au moins, se compliquent moins la vie !

Ils ne connaissent que 2 commandes: [b]ON[/b] et [b]OFF[/b]...

:langue2:

27 mar. 2008

Et c'est peut être là...

...qu'est l'explication !
Les jets - chieurs (et ça vaut aussi pour certains conducteurs de canots automobiles) n'ont pas envie de perdre du temps à apprendre un vocabulaire qu'ils jugent peu intéressant du fait que la conduite des engins nautiques qu'ils utilisent est la même que celles des engins terrestes qu'ils viennent de garer sur le quai, juste avant de partir.
Apprendre demande un effort, alors si on peut s'en passer... c'est toujours ça de gagné !

27 mar. 2008

Non, reste !

ce que tu viens de dire est très précisément le résumé et la justification du vent d'évolution que j'essaye de faire souffler sur les remparts du passé.

RESTE !

27 mar. 2008

un chat

parce que c'est pas un kien

hainnn biloute !!!

27 mar. 2008

pfff , c'est bidon

il ne pleut qu'une seule fois...

pour le vocabulaire , je garde un souvenir fabuleux de jeunesse et marine dans les années 70, avec joseph Tonerre au bout du môle de port Lay criant "pousse ta barre à toi" aux pauvres débutants essayant de négocier l'entrée vent debout.
le temps de comprendre , ils enplafonnaient le quai. :-p

pour les "ficelles" et autres "cordes" , je n'imagine pas une manoeuvre sur la Belle-poule ainsi dirigée.

27 mar. 2008

bin min fieu

vazy donc , tu tein trouvra bin mieux,

pour en revenir au vocabulaire marin, j'aime l'utiliser car sa me plonge dans un autre monde, mais si j'ai un invité à bord ou si je parle de voile avec un pote et que celui ci ne connait pas ce vocabulaire, je m'adapte et ne lui fais pas remarquer son manque de vocabulaire, je lui parle comme il peut comprendre et la passion passe beaucoup mieux ainsi, il sera toujours temps qu'il vienne vers ce vocabulaire si le coeur lui en dit,

le plaisir est sur l'eau, le reste est moins grave,

:litjournal:

27 mar. 2008

Guerveur il est possible qu'apprendre demande.........

...un nez fort, ce qui est mon cas, mais ça reste difficile quand méme.

Bon d'accord je sors.
:jelaferme:

27 mar. 2008

Il n'empêche !

Je me demande toujours pourquoi on appelle un chat:un chat

27 mar. 2008

Bon sang, mais c'est bien sûr !

Je ne suis pas encore allé voir le film, mais je le ferai bientôt.
J'ai vécu quelques années là haut (DK) ça devrait me plaire !

27 mar. 2008

mesure sur une carte

L'intérêt d'utiliser des degrés pour la mesure desangles (latitude et longitude), des milles pour celle de la distance et des noeuds pour la vitesse est d'être cohérent entre eux.
Une minute de latitude=1 mille
1 noeud=1 mille à l'heure.
Sur une carte avec une projection Mercator, il est beaucoup plus juste de mesurer une minute de latitude que des distances: l'échelle change assez rapidement. On n'aura pas la même échelle au sud de la carte qu'au nord.
Les écarts sont moins grands avec les cartes de l'IGN dans les projections Lambert, mais c'est une projection adaptée à la France, pas du tout aux autres pays , notamment de l'hémisphère sud(imaginez un cone posé sur la surface de la terre au niveau d'un parallèle moyen au centre de la France) alors que Mercator est assez polyvalent pour tous les pays.

27 mar. 2008

mais c'est indépendant!

La projection choisie n'implique pas du tout qu'on doive graduer les échelles dans telle ou telle unité (minutes d'angle, mètres, milliparsecs).

(Je parlais des cartes IGN en projection de Lambert juste pour donner un exemple, je n'ai pas voulu suggérer qu'elle serait appropriée pour des cartes marines.)

27 mar. 2008

Par exemple

On pourrait très bien reprendre toutes nos cartes de navigation en projection Mercator et ne changer que les graduations des échelles horizontales et verticales, pour indiquer le nombre de km à l'E/W du méridien de Greenwich ou au N/S de l'Equateur.

On obtiendrait des cartes de navigation sur lesquelles les distances peuvent se mesurer facilement en km. Les vitesses seraient calculées en km/h.
Les positions seraient données (sur les documents et instruments) en kmN/S et kmE/W plutôt que °Lat °Lng.

Ca ferait un système cohérent.
Et un système d'unité plus familier aux "terriens".

(Pur exercice intellectuel, je n'ai jamais dit que ce serait facile ou souhaitable, hein! )

27 mar. 2008

Mercator, polyvalent ?

&gt Mercator est assez polyvalent pour tous les pays.

Euh, sauf quand on commence à parler de hautes latitudes... Une carte de l'Antartique en Mercator, c'est pas terriblement utilisable...

27 mar. 2008

si les pro(e)s s'y mettent

y'a plus qu'à obtempérer.

27 mar. 2008

droite-amure?

ça va faire drole si il faut dire gauche amure et droite amure pour babord et tribord amure :-D :-D :-D

27 mar. 2008

Chassez le naturel, ...

Ptit rouge, c'est quoi, une amûre? Tu veux que je la mette à droite, je fais quoi?

RV

27 mar. 2008

Laiqsike :

Bâbord amure : fout' la voile à droite
Tribord amure : fout' la voile à gauche
Virement lof pour lof : changer l'côté du vent par l'arrière
Virement de bord : changer le sens du vent par le devant.
Abattre : tirer la barre vers le côté où il y a le vent(barre franche) tourner la barre vers la voile (barre à roue).

Sérieusement, quand il n'y a pas de référence "standard" les termes spécifiques sont incontournables. La remarque sur les termes traditionnels obsolètes ne s'applique bien évidemment qu'aux termes faisant référence à des termes déjà connus de tous et utilisés ailleurs dans le même sens. C'est le cas en particulier de droit et gauche :

"Dit, Georges, t'aurais pas dû prendre la route à gauche là..."

Indique bien que Ginette signaleà Georges qu'il s'est gourré en n'empruntant pas le chenal/route situé à bâbord.

27 mar. 2008

Hébin

Puisque ça va disparaître, comme les phares (et comme nous vraisemblablement), profitons (tant qu'on en a encore le droit) de cette poésie de la langue des marins (et de la part de rêve qu'elle véhicule) =&gt
www.mandragore2.net[...]ue1.php

Avec en fond sonore ce bon vieux Jacques (Les Singes - De apen pour Cath) ou ce bon vieux Georges (Le Grand Pan).

27 mar. 2008

et l'assiette ?

on dira quoi dans le futur ?

c'est bien ton site taranis je vais essayer dans retenir qq termes, parce que moi je navigue-flamand :acheval:

27 mar. 2008

Pour en revenir au sujet

Et intégrer la quatrième dimension dans ce fil très à plat. Vous me voyez venir, je veux parler du Noeud, seul sujet qui passionne vraiment les marins.
Alors, combien de noeuds à l'heure?

27 mar. 2008

Je comprends que les débutants soient un peu perdus,

si en plus d'un langage ésotérique, on leur explique que :

virer lof pour lof, c'est changer la voile de côté. Mr l'amiral, et empanner, c'est quoi?

ou qu'on va à 6 nds à l'heure. Là, c'est plus une vitesse, c'est une accélération.

Si, en plus, vous leur demandez de vider le puits de dérive avec une écope
ou bien que vous leur dites un peu fort, sous spi dans une survente, choque -la rouge bien sûr, pas la verte-, mais choque bon dieu, et que ledit débutant se met à border comme un malade...

Ces remarques pour nos amis flammands, ne pas tt prendre au 1er degré. Vérifiez, vérifiez ce qui est écrit sur ce site.

RV

27 mar. 2008

j'ai connu la gros Lulu....

qui comptait comme ça!

27 mar. 2008

mille sabords!

Chaque métier a son langage qui prend en compte sa spécificité et permet de désigner avec précision les objets, concepts ou actions propres à sa spécialité. Ce langage que l'on peut appeler technique même si c'est inadapté au droit par exemple a été construit et enrichi avec l'évolution de la "technique" considérée. Plus ou moins rapidement toutes les techniques, même les plus pointues, se banalisent et voient une partie de leur "patrimoine" livrée en pâture à monsieur Toulemonde sur les bans de l'Ecole, les spécialistes ne gardant que la quintessence de l'art et surtout l'expérience et la pratique qui permettront de faire progresser la technique; cela s'appelle la vulgarisation et pour qu'un maximum de Toulemondes puissent en profiter il faut que le langage technique soit traduit en langue courante le plus possible pour se mettre à la portée des utilisateurs lambda, même si on enrichit le langage courant de quelques termes nouveaux absolument nécessaire à une bonne compréhension.
L'informatique est un bon exemple d'évolution rapide qui permet aujourd'hui à un Toulemonde de se servir d'un ordinateur sans avoir à apprendre le basic , le C+, le fortran, le cobol and so on… et l'anglais de cuisine en prime.

Moi aussi j'aime bien les couilles de chat et la balancine et c'est un plaisir de transmettre la terminologie aux invités mais quand il leur vient une envie de satisfaire un besoin pressant, je ne les envoie pas à la poulaine car ils risqueraient de mouiller leur culotte avant de la trouver.

27 mar. 2008

ponton!

et le vis de mulet (vie? pas sur de l'ortho!)

27 mar. 2008

Question de vocabulaire

Et un branle ou se branler, savez-vous ce que ça voulait dire dans l'ancienne marine?

RV

27 mar. 2008

Bravo, une étoile

C'était pour augmenter le vocabulaire de nos amis flammands.

RV

27 mar. 2008

augmenter le vocabulaire ?

ça m'étonnerait , du moins en marine !

Le sujet n'était-il pas babord-tribord ? Gauche-droite ?

Babord vient bien du néerlandais bakboord qui est le côté où l'on tourne le dos (bak) quand on barre de la main droite avec un grand aviron frappé à tribord de la poupe.

Tribord étant "stuurboord", c'est à dire le côté où se trouve le gouvernail (stuur).

En anglais, babord se dit portboard car on se présentait le long du quai (au port, donc), par babord pour ne pas heurter le gouvernail qui se trouvait à tribord de la poupe.

je precise

dans la royale droite et gauche sont des directions ,babord et tribord les cotés du bateau coupé selon une ligne qui vat de l'etrave a la poupe

27 mar. 2008

Allez, pour Capt'ain RV

Si j'appuie sur le noeud, là où ça fait du bien, c'est que j'ai sous les yeux "Corsaire de la République", Louis GARNERAY,Ed. Phébus, Paris, 1984.
Et j'y lis: "Nous acquérons d'abord la certitude que ce navire possède une batterie couverte; ensuite, qu'il est supérieurement gréé et que ses voiles sont taillées à l'anglaise. Voilà sa nationalité connue; sur ce point, le doute n'est plus possible: oui, mais quelles sont au juste sa force et sa nature? C'est un problème que personne ne pourrait résoudre; le temps seul est à même de l'expliquer; l'attente ne sera pas longue. Seulement, la position de la Confiance se complique, car la brise, d'abord molle, a fraîchi au point de nous faire filer trois noeuds à l'heure."
C'est assez logique, trois noeuds à l'heure (quoique pas terrible), non? C'est pas une accélération, juste un constat.
Quoiqu'il en soit, jouissez de la ponctuation: un vrai délice.

27 mar. 2008

le branle

si je ne m'abuse était le hamac tendu entre les couples ou les varangues dans les fonds du navire.

D'où, quand il faut se lever pour aller se battre : "branle bas de combat".

27 mar. 2008

flamand

avec un m, flemmard avec 2 et l'oiseau rose avec un t au bout.

;-) ;-) ;-)

27 mar. 2008

Faut suivre

voir le pôst de Cath plus haut.

Et comment dit-on yacht :

iote ou yacte

RV

27 mar. 2008

Selon Mandragore...

... En dépit de sa consonance anglo-saxonne, le terme yacht (prononcer iak et non iôtt) est d'origine hollandaise (jacht).

28 mar. 2008

Yacht et jacht

Yacht ne "vient" pas de jacht, ils ont tous deux une racine commune puisque l'anglais et le néérlandais sont deux langues ...germaniques.

Yacht écrit comme ça se prononce à l'anglaise (yott)(avec un "o" court) et certainement pas YAK, on va croire que vous parlez d'une grosse vache tibétaine.

Jacht à la hollandaise est imprononçable par un Languedocien normalement constitué. Faites "chhhh" et ouvrez la bouche. Ca donne à peu près ça.
C'est comme "Anderlecht".

Yott à l'anglaise est plus facile et ce n'est pas une faute.

Vous dites bien "ouïnnch" et pas "vinche" non ?

28 mar. 2008

Bon

d'accord et merci pour l'éthymologie (on apprend tout les jours)

Mais pour la prononciation, si l'on n'aime pas yott, il faut dire jacht à la hollandaise (yahht)(non, je n'ai pas oublié le "c", c'est en écrivant comme ça que ça donne le mieux) mais certainement pas YAK avec un K dur.

Et puis, canote, c'est sympa aussi, non ? :-)

28 mar. 2008

Je reviens du site "Mandragore"

www.mandragore2.net[...]ue1.php
Et il dit, pour yacht :
" En dépit de sa consonance anglo-saxonne, le terme yacht (prononcer iak et non iôtt) est d'origine hollandaise (jacht).
Petit bateau hollandais rapide à fond plat et à dérives latérales du XVIe siècle, utilisé comme estafette. Gréant d'abord une voile à livarde, il fut ensuite équipé d'une voile aurique portée par une corne de plus en plus petite au fur et à mesure que s'allongeait le mât.
Ce type de bateau, manœuvrant et rapide, séduisit les Anglais qui en reprirent la construction dès le XVIIe siècle, sous le nom de yacht.
Utilisé comme bateau de reconnaissance dans les différentes marines, le yacht devint très vite l'apanage des gens fortunés attirés par le charme des voyages ou des promenades en mer.
Aujourd'hui, même si le terme s'applique théoriquement à tout bateau de plaisance, depuis le petit voilier de 5m jusqu'aux grands yachts à moteur, l'usage désigne par yacht un bateau d'assez grande taille et offrant des apparences de luxe. "

Jean Merrien ("Dictionnaire de la mer") s'irite que l'on prononce à l'anglaise, propose et écrit "yack", si ma mémoire est bonne...

Mais il doit y avoir d'autre opinions...

28 mar. 2008

pierre

si tu dis droite et gauche,puis babord tribord,tu vas induire les flamands en erreur,il faut dire tribord babord ;-)

28 mar. 2008

c'est très vilain...ptirouge

de se moquer des Belges...

28 mar. 2008

réinventer la roue

Pourquoi faire simple quand c'est si facile de faire compliquer!

Chercher la quadrature du cercle...

Selon moi, je suis d'accord sur le plan théorique, on peut changer tout ce qu'on veut des cartes, l'échelle, la projection même le fond carto. Cependant, lorsqu'il y a quelques chose qui fonctionne bien depuis des siècle pourquoi vouloir le réformé au nom du progrès!!! Si ça ne fonctionnait pas je dis pas mais là!!

Voyez, je conduis une automobile distance en KM, je travaille sur le brise-glace, distance en Mi et en plus ici au Québec, en charpenterie menuiserie, on utilise encore le pouce et les pieds (j'ai essayer de travailler en cm et mm la menuiserie mais je trouve que ça travaille mal)

Pourtant quand je travaillais dans laboratoire,mesure en cm.

Chaque unités a sa place et son utilité.

Quant à babord et tribord, hé bien gardons quand même un peu de romantisme câlice d'ostie!!!

28 mar. 2008

Ah... le language !

Cela fait des années que j'ai prit l'habitude de bonimenter mes produits en pouce et pieds et même en pieds cube pour les frigos et bien évidement en degrés F pour mes clients américains avec un gros aventage : il comprennent ce que je dis ! Mais faut faire gaffe avec les Canadiens : il y en a qui se vexent d'être confondus avec des Américains ! :-D

Ceci dit, mon épouse unique et préférée a depuis des années grand plaisir à "garer l'annexe" au ponton, et de "mouiller l'auto" sur le parking... petit clin d'oeil envers les "plaisanciers BCBG" qui se prennent trop au sérieux ! ;-)

_/)

28 mar. 2008

Moi je trouve

que c'est un sujet qui prend de la bande !

permanent.cyconflans.free.fr[...]tit.htm

28 mar. 2008

...

ben je savais pas que mon bateau pouvait se prendre une claque sur la fesse 'tribord'!
:-D :-D

28 mar. 2008

Yacht

Pour poursuivre sur le sujet évoqué quelques posts plus haut :

Sur le site référencé ci-dessus par Tribord amure, on lit : Yacht. n.m. Mot d'origine néerlandaise désignant un bateau de plaisance, employé surtout pour les grandes et luxueuses unités appartenant à des personnes fortunées. Ce mot se prononce habituellement « yaut' », à l'anglaise, alors que l'origine du mot justifierait plutôt la prononciation « yakt' ».

Funny, isn'it ?

28 mar. 2008

iiaart ?

;-)

28 mar. 2008

petit exercice

si tu peux dire "ach so" comme les allemands de la grande vadrouille tu peux dire jacht en flamand...:)

28 mar. 2008

histoire

"regarde papa le beau bateau là bas !!"

"ce n'est pas un bateau , c'est un yacht mon fils"

"dis papa, comment on écrit iachte ??"

"t'as raison c'est un bateau"

:mdr:

28 mar. 2008

comment s'y prendre

pour choquer un Gènois? ;-)

28 mar. 2008

faut

lui dire qu'il gêne :oups:

:mdr:

28 mar. 2008

Ou encore.....

....Le traiter de sale enc..... de rital...
:oups:

28 mar. 2008

erreur !...vocabulaire&culture....

visiblement dans la royale c'est comme dans la marchande.
dans le "maritime", je confirme que tribord et babord sont les mots courants pour désigner la droite et la gauche SAUF en ce qui concerne les ordres de barre.par ex: c'est barre 5°à gauche ou barre 10°à droite ,pour donner un ordre de barre.
pour annoncer un navire, par contre là c'est ,par ex: navire par (ou sur) 5 quarts babord, ou tribord.
donc, je confirme que c'est gauche et droite pour les ordres de barre et babord et tribord pour tout le reste.
c'est pas une nouveauté,ça a toujours été comme ça.

28 mar. 2008

je ne coùprends pas .

Dans la marine , les ordres de barre ont toujours eté donnés en "gauche / droite" .

d' autre part , tout les metiers ont leur propre vocabulaire .
La marine a le sien et quand on est marin ont le respecte parceque c' est plus simple et plus clair pour tout le monde ...
quand ont fait de la plaisance , on a le choix .Le plaisancier fait ce qu' il veut du moment que son equipage le comprend .

Et oui , une information donnée à sa femme ou à ses enfants peut être diffuser differement qu' à un equipage de porte - avions ! Dans ce cas , on à le choix entre le vocabulaire marin ou le vocabulaire familial .
Le seul truc , c' est de se faire comprendre ...

Perso , j' aime employer le vocabulaire maritine parce que c' est le mien et que j' en suis fier !
Je trouve qu' il est bon de garder ce patrimoine et de le faire vivre . Ne pas parler marin sur un bateau , c' est un peu comme demolir un monument historique .
De toute façon , on veut nous faire vivre dans un monde , sans saveur .

28 mar. 2008

Tout à fait d'accord !

Le vocabulaire du plaisancier doit être suffisant à le bonne compréhension entre les quelques équipiers, et puis basta !

D'ailleurs, je connais des gens à qui quand tu dis "fais péter Nestor" comprennent tout de suite de quoi il s'agit.

Par contre sur un porte-avions, je ne sais pas ce que donnerait un tel ordre... :mdr:

D'autant que sur la majorité des porte-avion actuels, "Nestor" est une énorme bouilloire atomique ! :lavache:

:doc:

28 mar. 2008

il faudrait essayer...

à la passerelle d'un navire quel qu'il soit, de dire "barre 5° à tribord" ou "un navire par 2 quarts droite"....sais-tu que c'est un motif qui peut suffire à "débarquer" un marin ?
pour méconnaissance de la procédure maritime...
j'aimerais bien savoir ce qu'en pensent les skippers à la voile "pros" et "semi-pros".
en plaisance ,on fait comme on veut,"on se comprend".

28 mar. 2008

gisement de navires

Perso, chuis désolé si je parais iconoclaste, inculte et barbare, mais je préfère:
"un navire à 11h" que "un navire à 2 quarts babord".

J'ai jamais réussi à mémoriser/visualiser correctement ces histoires de quart (pas la peine de l'expliquer, hein, je le comprends à chaque fois, c'est juste que ça ne m'est pas suffisamment habituel/naturel, je ne le retiens pas). Et si un pinailleur pédant psycho-rigide traditionaliste comme moi n'y arrive pas, j'ai peur que la majeure partie de mes équipiers y arrivent encore moins.

Quand une convention de langage crée manifestement plus de confusion que de clarté, je préfère l'abandonner.

Même chose avec les pseudo- "garde montante", "garde descendante" que d'aucuns aiment à utiliser...

28 mar. 2008

J'utilise les heures

Va à 3 h par exemple et même les débutants comprennent. Ou la balise est à 2h devant.

Quant à Rachid, je pese qu'à son bord, il doit utiliser le chouïa : un chouïa à droite, non?

RV

28 mar. 2008

Eh ben non

On s'est rendu compte qu'il était bcp plus rapide de lire un affichage analogique +tôt qu'un affichage digital et en plus, ça peut s'utiliser même sans lunettes.

RV

28 mar. 2008

tu n'exagères pas !

ça me fait penser aux jeunes (sans note péjorative) qui sont perplexes devant un téléphone à cadran qui tourne...

28 mar. 2008

autres conventions pour les gisements

  • purement qualitatif: "un navire un peu en avant du travers babord"; "une baleine sur la hanche tribord"

  • pseudo-quantitatif: "le phare est deux mains à l'avant du travers tribord"
    J'utilise les "mains" comme unité d'angle au lieu des "quarts". Une "main" étant l'angle couvert par la main à plat au bout du bras tendu. Pour la plupart des gens (sauf notre nouveau champion de natation, peut-être), c'est un angle à peu près normalisé. Précision bien suffisante pour l'usage qu'on en fait, instrument de "mesure" toujours à disposition - sous la main, en fait! :-p

28 mar. 2008

moi aussi...

... mais j'ai déjà vu un djeun'z très perturbé par cette notion. Il regardait sa montre (à affichage numérique) en se demandant ce que je pouvais bien vouloir dire par là!

(non, j'exagère, mais bon... la notion "intuitive" de 12h au tour de cadran est peut-être également condamnée par le "progrès"...)

30 mar. 2008

ben oui ,hubert,

mais ça c'est dans l'aviation...
à la passerelle d'un navire ça ferait désordre..
je suis quand à moi extrèmement traditionaliste et pointilleux....
1 quart représente 22.5°, à savoir sur un champ de 180° en se plaçant au centre et au milieu (à la barre) on a donc 8 quarts à babord et 8 à tribord.
au milieu c'est "droit devant".
et le 8 ème quart est sur "l'avant du travers".
il s'agit de procédure maritime et non d'une fantaisie quelconque.

28 mar. 2008

C'est marrant

comme sujet.
Bizarement, je n'ai jamais pensé a faire une quelconque relation ou comparaison entre le language ou les usages maritime ou terrestre ...
Deux mondes trop différents. Quand je passe de l'un à l'autre, je change de dimension naturellement ...
50 km/h de vent sur l'eau, cela ne me parle pas par manque de repères ... et vice versa ...

Ceci dit, vers la fin des années 70, j'ai été invité en croisière pendant un ans au frais de la Royale et là, effectivement droite et gauche étaient employés pour les ordres de barre ou autres ...

Le language maritime est beau et il ne faut pas y toucher.
L'apprendre, c'est se cultiver et s'instruire et la culture et l'instruction repoussent la bêtise ...
Cela vaut pour toutes les formes de language, montagnard, motard ... langues régionales ...

Halte à l'uniformité ...

28 mar. 2008

anecdote

quand on fait une petite ballade et qu'un 'invité' me demande si c'est le bon cap qu'il tient je réponds en rigolant que tant que je suis pas à l'ombre des voiles c'est le bon cap.. :-)

28 mar. 2008

Ainsi parlait...

Je respecte le langage maritime mais ce n'est aucunement par vertu, encore moins par désir de me singulariser -c'est même le contraire - mais simplement parce qu'il fait partie de ma culture, de mon éducation et donc de mon histoire.
Ainsi parlaient mon grand père et mon père, mes copains d'enfance puis mes professeurs et, plus tard, mes collègues de boulot, que ce soit à la marine marchande ou dans les phares
Sur mon bateau je désigne chaque chose par son nom parce que je n'ai rien trouvé de plus pratique,et quand j'ai des équipiers venant d'un autre univers que le mien (ce qui est fréquent) je leur explique simplement, sans leur imposer de retenir quoi que ce soit.
J'adore d'ailleurs reprendre des expressions spontanées des marins débutants... et des enfants en particulier.
Ainsi, lorsque Benjamin est à bord (c'est un de mes petits fils) je ne « stoppe » pas mon moteur, je le « délance » depuis que, tout petit, il m'avait sorti cette formule qu'il trouvait logique puisque nous l'avions au préalable « lancé ».

28 mar. 2008

anecdote bis

Quand on appareille, j'ai une amie qui se charge d'aller "fermer les vélux"! Tout le monde se marre, mais chacun a compris ce qu'elle allait faire...

28 mar. 2008

Ah oui ?

Chez moi, ce sont des "bawettes" (prononcer baa-ouette)

"Va serrer l'bawette", ça veut dire : "Va fermer le panneau de pont" :-)

Non, non, c'est pas du flamand ! :-)

28 mar. 2008

Nommer les choses ce n'est pas les comprendre............

......mon propos n'est pas de condamner les vocabulaires spécifiques aux métiers ou activités mais de dire qu'AMHA l'apprentissage d'un vocabulaire n'est pas la compréhension des phénoménes concernés par ce vocabulaire.

Un bord d'attaque ou de fuite peut s'appliquer a une voile ou une aile d'avion le phénoméne physique est le méme et ne change pas lorsqu'on l'a compris méme avec le mauvais vocabulaire.....et le fait qu'un guindant apparaisse ne modifie pas la sustentation.

La caricature ce sont les entomologistes là le catalogue des noms et catégories est plus que conséquent........ c'est un savoir, soit, mais pour ranger dans des boites.
Darwin a partir d'un savoir et d'une analyse globale amméne une hypothése........une autre dimension.

Cela dit a Noél les gamins m'ont offert un joli livre avec tout les termes marins c'est marrant (les marins sont marrant :oups: )et bientot je serais au point pour faire le malin sur le ponton, pas sur que ça m'aidera pour prendre un ris dans le baston.

Toutefois je fais la différence entre un guignol comme moi qui voudrait apprendre les mots pour les savoir (et se la péter) et des gens comme Guerveur pour lesquels ce vocabulaire est attaché a une histoire, une culture (populaire et c'est pas un gros mot pour moi)et un vrai savoir.

Pour RV ; Chouia et une unité de mesure qui en vaut d'autre, du temps ou je pilotai un alti bien réglé n'empéchait pas en courte finale de mettre un chouia......de la relativité du QNH.

28 mar. 2008

prendre un ris dans le baston

Si mon équipier me crie dans la tourmente: "largue un peu de drisse, y'a une coque dans la bosse de deuxième ris"
ça m'aide un peu plus que:
"lâche la corde[laquelle? combien?], y'a l'autre ficelle qui coince [laquelle? pourquoi?]"

28 mar. 2008

oui mais du coup...

... effet miroir de ton "nommer les choses n'est pas les comprendre":
ne pas les nommer entrave la compréhension

En cantonnant ses équipiers néophytes dans un rôle d'exécutant ("reprends 10cm de la corde bleue"), on ne favorise pas la compréhension par eux de la fonction particulière de cette "corde bleue" qui se trouve être un bras de spi.

Mais je suis loin d'être aussi intégriste que je m'en donne l'air, bien sûr.
Toutefois j'essaie, en fonction des équipiers et des circonstances, de leur transmettre un peu de savoir, en plus de me servir de leur aide.

Donc ce sera "vas-y, reprends un peu de la corde bleue. Ca s'appelle le 'bras de spi', tu vois ça tire le coin du spi vers l'arrière pour l'orienter différemment..."; puis la deuxième fois: "reprends encore un peu du bras... oui, la bleue"; et la troisième "brasse encore un chouïa". Et bientôt mon équipier maîtrisera le vocabulaire en même temps que la manoeuvre et sa compréhension. Ce sera pratique et plaisant. Et lui aussi pourra faire briller toute l'étendue de son champ lexical au bar du yôte khleube. :-D

28 mar. 2008

Ben tu vois Hubert.......

....aucune de mes drisses n'ont la méme couleur, idem pour mes écoutes et donc quand je demande un coup de main (ce que j'évite d'ailleurs) les propos sont;
- la ficelle/corde ......rouge/bleu/verte.....du mou/tends la.
mais si tu viens a bord je te dirais borde la drisse, tu noteras quand méme que le résultat est le méme ....ce qui change c'est l'organisation et le fait d'accepter d'étre moins hermétique........et quand tu embarques des types qui ont 20 ans de spéléo ou de montagne tu t'apercois que comme ça ils sont "exploitables" en équipiers quasi immédiatement.....comprennent plus vite et le mental est là, l'approche de l'activité est la méme ......cela dit chacun.....

30 mar. 2008

choque et vire...

choque la drisse ! un chouia. (c'est permis)
si tu demandes à un marin de larguer la drisse, tu vas te retrouver coiffé avec la voile... ;-)

28 mar. 200816 juin 2020

un guignol comme moi

Non non, un guignol, c'est ça!

:-D

28 mar. 2008

Unités de mesure pratiques...

...comme sont pratiques les "Hummm, hummm" qui peuvent être entendus comme étant des oui ou des non.
Je suis suis toujours amusé quand je lis sur l'écran de mon GPS que nous arriverons à telle heure, et telle minute, au way-point affiché !
Quant on sait qu'il a détermine cette heure d'arrivée à partir d'une vitesse instantanée sur un tiers de seconde, il me paraît utile (et pas seulement pour calmer les enfants, si rapides à décrypter ces écrans et toujours impatients d'arriver quelque part) alors de superposer l'incertitude maritime à la précision diabolique de l'électronique.
J'impose alors à mon bord, le « laps » comme unité de mesure du temps, considérant que son élasticité convient mieux à la navigation à voile...et à l'autorité du capitaine!
Son pendant pratique en unité de longueur d'écoute, d'angle de barre ou de dérive, étant le «chouia»
Mot que j'ai entendu dès mon enfance et qui semble avoir toujours été utilisé par les marins.
Je crois être un navigateur raisonnablement rigoureux dans mon approche maritime - et c'est la moindre des choses pour qui tient à la vie - mais j'avoue user au quotidien, qui plus est avec un bonheur éhonté, de ces deux unités de mesure, si pratiques à la réputation du chef de bord !

28 mar. 2008

autre mesure de marin:

la lichette: on s'en reverse une p'tite lichette...

28 mar. 2008

On devrait faire des listes de trucs indispensables et de notion relative.......

........le chouia en nav, la mauvaise foi en régate, la relativité du temps (chéri je descends au bateau j'en ai pas pour longtemps), le prix pas trop cher (je pense que c'est vraiment utile a bord et tu sais c'est pas si cher que ça)...............

30 mar. 2008

si ce n'est

un carafon... :-D

28 mar. 2008

Ca se fait couramment dans les cocktails

qui connaît la capacité d'une larme, d'un trait, d'un filet, d'un soupçon, d'un fond...?

Chez nous on a aussi une unité bien connue : la "clouche" :alavotre:

28 mar. 2008

A l'attéro

... ne vaut-il pas mettre un peu de chouia dans son QFE !! sauf en bord de mer évidemment.

Juste pour dire qqch !

28 mar. 200816 juin 2020

2 guignols

pour le prix d'un : ------------------------------------------------&gt

29 mar. 2008

tirer sur la ficelle !

J'ai navigué sur le Bel Espoir il y a bientôt 20 ans (merveilleux souvenir) . On peu pas dire que tous les gars et les filles qui étaient à bord étaient des marins chevronés. s'il avait fallu que chacun utilise ses propres termes dans les manoeuvre personne ne se serait compris. Ca aurait été prendre ces jeunes pour des imbéciles que de s'imaginer qu'ils nétaient pas capables de digérer les quelques termes et notions en usage sur un bateau.

Si l'on veut se faire comprendre, il faut un langage commun compréhensible par tous.

30 mar. 2008

Babord VS Gauche

Bonjour Pircarre,

J'ai lu dans un bouquin d'Anita Conti que les pêcheurs d'Islande utilisaient aussi gauche et droite au lieu de bâbord et tribord. Elle expliquait que dans le bruit ambiant, il est difficile parfois de distinguer les mots bâbord et tribord (comme l'accent tonique français est toujours sur la fin du mot on n'entend que ...bord).
Ce n'est donc peut être pas juste une histoire de tradition ou de démocratisation de la marine.

Pierre

30 mar. 2008

Salut Hub'

C'est marrant de te retrouver sur un forum ...
A bientôt j'espère

Pierre Muller

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Piégeage des gouttes

Après la pluie...

  • 4.5 (84)

Piégeage des gouttes

mars 2021