Vivre sur un voilier (ou pas ?)

Depuis 1-2 ans, on remarque qu'après la 1ère grande vague des vlogs de voile, aventures, bikini et vie idéalisée, il y a maintenant de + en + de vidéos ou il est question du revers de cette vie, des contraintes trop fortes, des problèmes etc... Jusqu'alors certains vlogs mourraient à petit feu, ou s'arrêtaient sans donner suite, donc on se demandait si le rêve ne s'était pas évaporé avec le temps. À présent, les vloggeurs semblent aborder le sujet plus directement et c'est pas mal, car cela évite de se laisser embarquer dans une fausse idée et autres illusions.
Voici un exemple :


mais il y en a d'autres.
Je propose de partager les liens de vidéos sur le sujet des marins qui réalisent, après une période, qu'ils ne sont pas faits pour cette vie 100 % bateau, amha certaines vids sont assez bien faites.

L'équipage
10 juil. 2022
10 juil. 2022
0
11 juil. 2022
0

Tu es navigateur ou pas. Les effets de mode, les blogs etc...🤔🤔
Un peu trop sophistiqué le présentateur ... on en voit pas beaucoup comme lui, sauf dans les videos ou à lbiza, st Barth...


The Sailing Chemist:Perso, ce qui m’intéresse c'est l'argumentaire, par exemple sur l'usure mentale causée par la préoccupation permanente. Concrètement, est- qu'un caractère facilement stressé peut gérer cette vie sur le long terme ? Lui a visiblement choisi un haut niveau de confort, possible qu'un marin plus simple et plus rustique dans sa façon de vivre se serait mieux adapté. Il y a aussi la question des relations sociales. C'est tous ces points qui sont trop rarement abordés qui méritent qu'on s'y attarde. ·le 11 juil. 09:10
Rigil:Il est marrant ce Kad Merad jeune...témoignage sympa, en effet, il doit aimer son confort, car son bateau était en Corse, pas à Boulogne ou à Brest...Perso, c'est une option que j'ai choisie pour un temps, en Corse aussi en attendant la retraite (dans 3 ou 5 ans).Du coup, comme j'aime le confort, j'ai vendu (temporairement) le voilier, pour un confortable trawler qui est bien plus adapté à la vie à bord, (grand volumes vitrés, rangements et cabines dignes d'un petit appartement et équipement de confort ++.Ca n'empêche pas de faire de la voile, mais ca permet de recevoir et de pratiquer le WE les mouillages locaux.Le voyage lointain ne fait bien évidemment pas partie du programme : Elbe ou la Sardaigne au mieux...Dans 3 ans, un Moody 346 ou un W Seahawk biquille me ramèneront dans ma Bretagne Nord. Désolé pour ce petit HS·le 11 juil. 09:31
11 juil. 2022
0

C'est une super expérience mais de là à croire pouvoir y passer toute sa vie. Je comprends qu'au bout d'un temps plus ou moins long ils reviennent à une vie plus terrienne. Même Moitessier et Antoine sont revenus sur le continent.


Flora :):Tes exemples sont étonnants !Moitessier est revenu sur le continent pour y mourir (après passage par l'hôpital).Quant à Antoine, il vit au moins les 3/4 du temps sur son bateau, il fait des A/R en France métropolitaine pour son business et là ces deux dernières années à cause du Covid... mais ça m'étonnerait un peu qu'il ne reparte pas ?·le 11 juil. 09:47
Flora :):Antoine a laissé son bateau en Australie, pays complètement fermé pendant le Covid."En 2020, Antoine et Francette rentrent en France pour une tournée de conférences dans les cinémas CGR... interrompue par l'apparition du COVID, qui les empêche de regagner le bord de Banana Split, amarré en Australie. En attendant la réouverture des frontières, dans leur ferme d'Auvergne, ils se remémorent leurs plus belles escales en Nouvelle-Zélande, dans un album publié chez Gallimard et un nouveau documentaire à paraître en 2022."antoine.tv[...]antoine ·le 11 juil. 09:56
ALEBA:Tous deux naviguent ou naviguaient bien sûr beaucoup mais avaient un pied à terre. Je parle de ceux qui lâchent tout.·le 11 juil. 10:05
Flora :):A part quelques originaux qui font TDM sur TDM non stop, il y a un moment où il faut bien s'arrêter quelque part pour remplir la caisse de bord. Par goût, j'aurais bien continué ad vitam aeternam (12 ans de voyage et de vie à bord), mais il y a des obligations dans la vie... ·le 11 juil. 11:03
ED850:Oui, les études des enfants, ça coûte cher. Quand ils sont tous casés, ça va bien mieux. Sinon, le retour annuel est plus facile maintenant que les billets d'avion ont beaucoup baissé. Je me demande si entre notre mode de vie 8 mois par an où on ne consomme pas grand chose et notre vie 4 mois en. Europe en été ou on se balade en train et en vélo, est ce qu'on compense l'aller retour avion?·le 11 juil. 11:12
Pat45:oui, c'est une question que je me suis posée aussi...je suis de retour au pays pour 4mois, c'est la première fois depuis presque 10 ans(parenthèse van life comprise).Bon, pas de bagnole ici, donc je me déplace en vélo, en RER et métro quand je vais à la capitale, et en train quand je vais plus loin...Le vol aller -retour de Panama est un peu plus compliqué, et plus long que des Antilles...je ne me vois pas ne rentrer que pour 1mois, je prévois donc encore au moins 4 mois au "pays"encore l'année prochaine.·le 11 juil. 14:04
Laluz:Moitessier est quand même resté quelques années à terre aux Tuhamotu et à Tahiti notamment… cf ses mémoires :) ·le 11 juil. 14:45
Flora :):Contraint et forcé, ce n'était pas vraiment un choix : il avait perdu Joshua sur la côte du Mexique en décembre 82 et il n'a retrouvé un bateau, Tamata, que plusieurs mois plus tard. En Polynésie, il alternait vie à terre et voyage, Joshua puis Tamata n'était jamais bien loin !·le 11 juil. 16:02
11 juil. 2022
4

Cette vidéo a le mérite de montrer que quant on fait un choix de vie alternatif, tout n’est pas toujours rose.
Cet exemple, qui montre surtout la vie à bord d’un bateau qui sert essentiellement d’habitation, devrait me semble t-il, faire réfléchir les gens qui idéalisent ce genre de vie. Un bateau selon moi est d’abord fait pour naviguer, et très accessoirement pour servir d’habitation, soit sur des petites périodes, soit dans le cadre d’un voyage au long cours, sinon on est bien mieux dans une maison ou un appartement, enfin c’est juste mon avis.


Trimaran:C'est cela, c'est ton avis, comme la vidéo, son avis !!·le 11 juil. 10:33
The Sailing Chemist:C'est une bonne question que des voileux ont en tête, surtout ceux qui préparent leur retraite ou une mise en pause de leur vie salariale terrestre. Quand on n'arrive pas à se décider, on peut faire des choix sur un coup de tête ou opter pour une solution mixte si c'est possible. Est-ce par exemple, un petit pied à terre (genre T1) à proximité de son port d'amarrage est envisageable ?
Les YT channels renvoient trop souvent une image tronquée, car comme expliqué dans les tutos de la croisière, ce n'est pas au moment où la situation part en couille que les vloggeurs sortent leur caméra (à 5').youtu.be[...]Nd8LArg Est-ce qu'un repos terrestre disponible en permanence permet (ou pas ?) de se régénérer des inévitables périodes de galères ? ·le 11 juil. 11:49
11 juil. 2022
0

Hello,
A Panama, j'ai pour la première fois rencontré plusieurs couples, essentiellement des Américains, qui vivent à bord de leur bateau depuis plusieurs années.
La plupart ont d'ailleurs obtenu la citoyenneté, de manière assez simple, pour peu que l'on puisse justifier de revenus réguliers(retraite...)
Un bon copain s'est installé au Guatemala, il gère une marina sur le Rio, son bateau ne navigue plus beaucoup...
D'autres, restés aux Antilles, alternent des navs entre St Martin et Grenade ou Trinidad...certains ont un plan B(appart en location), d'autres pas...
Mais beaucoup ont finalement vendu le bateau, et sont rentrés...surtout ceux qui ont des petits enfants!


ED850:Mes pare.nts avaient quitté l'Europe en 1976 et sont rentrés des Antilles en 2012. On rencontre certains de leurs copains de bateau. Ils sont généralement tres âges et sont installés à terre, aux Canaries ou aux Antilles. Il semble que la limite, même si certains dépassent un peu, en vie à bord, soit vers 80 ans. ·le 11 juil. 14:36
11 juil. 2022
0

La vie n'est pas un long fleuve tranquille ... les ennuis peuvent survenir à n'importe quel àge , pas besoin de vivre à bord d'un voilier.
Surprenant de voir tout d'un coup un homme sur un fauteuil roulant !


11 juil. 202211 juil. 2022
0

Entre mon (petit) périple et celui de mes parents nous nous sommes perdus de vue pendant 20 ans.
Il n'était pas rare au début que je ne donne pas signe de vie pendant une année.
Ensuite ils sont rentrés 6 mois à terre et 6 mois sur le bateau.
Avec l'age ils ont vendus le bateau comme dit plus haut (l'usure mentale causée par la préoccupation permanente) et sont partis 6 mois par année en camping-car.
Ma mère est seule maintenant et continue à 80 ans 6 mois en camping-car en Europe l'hiver. Le reste l'été en campagne.
Nous nous croisons trois ou quatre fois par année maintenant. Les petits enfants elle les voit tous les deux ans la dernière fois une heure, ils sont très pris ces jeunes.
PS Nous sommes une famille très soudée.
Vivre sur un voilier (ou pas ?)
Désolé je remarque que je n'ai pas répondu à la question. :-)


The Sailing Chemist:Peut-être qu'il n'y a pas de réponse, amha ce qui reste important, c'est de ne pas partir avec des fausses idées valables pour certains mais pas pour soi-même. Le coup de la gestion mentale du stress, peut devenir crucial chez un inquiet et presque anecdotique pour un caractère très rangé et très organisé. Ça, c'est un point, vient ensuite celui du confort avec celui du bien-être physique. Est-ce qu'on va s'adapter sur une longue durée à un milieu humide, de plus sur un petit bateau ? ·le 11 juil. 15:49
Pat45:j'ai pu remarquer que justement, la gestion du "stress" engendré par la vie à bord d'un bateau maintenait beaucoup de gens "vieillissants" en forme mentale...sans parler de la forme physique qu'on entretient automatiquement à bord, en nav plus particulièrement.En ce qui me concerne, je n'aurai jamais, par contre, envisagé de vivre sur un bateau sous un climat Européen...l'humidité alliée au froid est en effet redoutable au fur et à mesure qu'on la subit, 3 mois d'hiver au ponton de la Rochelle m'auront vacciné à vie.Tout dépend aussi du degré de confort qu'on avait dans la vie d'avant...perso je bossais dehors hiver comme été, je devais couper moi même mon bois pour me chauffer, m'organiser en cas de fortes chaleurs également, etc...Bref, la vie à bord sous les Tropiques est une sacrée amélioration en ce qui me concerne!je ne me vois pas, par contre, vivre à terre sous les Tropiques...le fait de pouvoir à tout moment piquer une tête pour se rafraîchir est un sacré avantage, sans parler des moustiques qui sont une vraie plaie à terre, et pratiquement inexistants au mouillage...·le 11 juil. 16:22
11 juil. 2022
0

Quelle différence entre un bateau au sec et une caravane ??


tuperware:Les roues?·le 11 juil. 15:26
deriveur:Ca dépend du tirant d'eau.·le 26 juil. 13:13
11 juil. 2022
1

Des amis TDMistes , ça date, voilier 11m alu ont vraiment voyagé. Retraités , bon revenus et carnets d'adresses important . Ils avaient surtout une belle envie de goûter a tout ce que la vie , la mer,les voyages pouvaient leur apporter. Je les ai rencontré suite à leur chavirage près de la NZ . Après plusieurs années, une fois le voilier vendu en france, ils ont écumé l'Europe en camping car. Moins de stress qu'avec leur voilier. Trés volubile sur les belles choses de la vie , le capitaine à été terrassé ●
J'ai hérité , habitant pas très loin , d'un don de leur matos qui traînait dans une cave à débarrasser. Une partie de leurs voyages continue à servir 🤗


lolapo:Tout le temps de leur voyage, ils ont vecu à bord.·le 11 juil. 16:07
11 juil. 2022
0

Avant (quand j'avais pas bateau) je voulais partir en TDM en voilier.
Ensuite j'ai eu un croiseur moteur (4 ans). Maintenant un bon Voilier que j'ai préparé, autonome elec, AIS, etc (pas encore autonome en eau)
Je me rapproche du but ! Et je m'en éloigne parce que plus je passe de temps en bateau plus je réalise que je ne finirai pas a 100% sur le bateau.

Il faut de sacrés moyens pour avoir un niveau de confort approchant de ce qu'on connait a terre.
A moins de gagner l'Euromillion de demain, je ne me vois pas vendre la maison pour acheter un gros catamaran Outremer ^^

J'avais aussi l'idée du vblog pour m'aider a financer mon reve. Trop chiant ... Je manque deja de temps pour vivre ce que j'ai envie de vivre, alors je refuse de perdre encore plus de temps à le raconter.


11 juil. 2022
1

"l faut de sacrés moyens pour avoir un niveau de confort approchant de ce qu'on connait a terre.
A moins de gagner l'Euromillion de demain, je ne me vois pas vendre la maison pour acheter un gros catamaran Outremer"

Je ne pense pas que le "confort" soit dans cette direction.
Le monde n'est pas "Outremer"

Un lit un toit et de la bouffe est encore un signe de richesse dans beaucoup de pays.


Alcove:Ben... Une fois que tes besoins primaires sont satisfaits, le reste c'est du confort non ? Moi j'ai besoin de beaucoup de confort. C'est un choix ^^·le 11 juil. 17:41
tuperware:Bien sûr c'est vraiment personnel. ·le 11 juil. 20:25
Pat45:tout dépend effectivement du confort qu'on avait à terre auparavant...perso, je ne regrette pas les 50 stères annuels que je devais couper , rentrer, et rebalancer dans l'insert ensuite durant 10mois/12...·le 11 juil. 22:17
Rederien29:50 steres !!! ·le 12 juil. 00:13
Pat45:Et oui...plusieurs étés à rentrer 100T de paille, à la fourche...on est(était )passionné ou pas, hein...🙄·le 12 juil. 08:56
tuperware:C'est exactement pour cela que j'aime la mer. Faucher, gamin et se faire bouffer par les taons ça suffit.·le 12 juil. 14:53
11 juil. 2022
0

Néanmoins, il y a la question financière qui est centrale; Vivre sur un bateau hors Europe est quand même le seul moyen de vivre sans trop travailler. Travailler coute cher. Il faut une voiture, s'habiller, payer de l’électricité, une maison du chauffage, des assurances, des impôts...
Un bateau en voyage ne coute quasiment rien. On travaille de temps en temps dans des pays riches et on vit des années ailleurs.
Ce qui fait arrêter, c'est quand les enfants grandissent et qu'ados, ils râlent de quitter leurs copains à chaque départ. Ensuite, quand ils font des études longues et qu'il faut payer des apparts dans toutes les villes étudiantes.
Après, on repart quand ils ont grandi, qu'ils sont autonomes. Mais le redépart est différent. Avec une retraite qui paye un billet d'avion par an pour rentrer voir les petits enfants, le voyage est plus facile, moins "aventureux"
Enfin, quand les 10 ou 20h d'avion ne sont plus supportables, on rentre et on va rêver devant les petits jeunes qui débutent leurs vie de marin.


Flora :):Un peu contradictoire ce que tu dis, Eric !Si tu vis longtemps sans trop travailler... difficile d'avoir ensuite une retraite "qui paie un billet d'avion une fois par an", etc... !·le 11 juil. 19:15
Jatim:voui... comment tu cotises si tu travail pas en France ? T'espères que je leurs paie une retraite a l’œil ? La retraite est un contrat intergénérationnel, quand t'es jeune tu paies pour les vieux, puis toi tu finis par partir car t'es fatigué, et tu files ta place a un jeune qui te paiera a son tour. Si ils ne joues pas le jeu a payer pour les vieux, je vois pas pour les jeunes paierai pour eux, t'aura le minimum syndical. C'est a dire a peine plus que le RSA, donc sympa la fin la vie ! Puis c'est insupportable... comme les jeunes qui partent en finançant leurs 2 ans sabbatiques avec le chômage. Puis reviennes faire une petit CDD pour remplir la bourse a droit, puis abandon de poste, du coup faute lourde/grave = re 100% de chomage, et repartes au frais de la princesse en voyage. Faut juste trouvé un bon copain pour aller aux rdv pole emploi tout les 6 mois et dire "oui mdam, je cherches je cherches mais jtrouv' pas!". Et me dites pas que ça existe pas, je connais au moins 3 personnes qui ont fait ça de leurs 23 ans a leurs 35 après leurs écoles de commerce.·le 11 juil. 19:49
ED850:Les salaires dans les TOM et DOM étaient intéressants et ils étaient français, et donc les cotisations pour la retraite s'y trouvaient. Guyane, Martinique, Polynésie, Wallis et Futuna, Nouvelle Calédonie, La Réunion... Je pense que beaucoup de jeunes diplômés peuvent aller dans les "iles" et trouver un mode de vie agréable et compatible avec une vie itinérante. On n'a peut être pas une retraite à taux plein, mais dans notre mode de vie actuel, la grosse dépense annuelle est le billet d'avion. ·le 11 juil. 20:31
Pat45:heu, mon comptable avait calculé ma future retraite, quand j'avais 45 ans et + de 20 ans de cotisations MSA...le montant s'élevait, si j'allais au bout, à 530E/mois, avec un minimum vieillesse s'élevant à l'époque à 510 si j'arrêtais de travailler et donc de cotiser...cherchez l'erreur!·le 11 juil. 22:21
Jatim:Il n'y a pas d'erreur. vous ne financerez pas votre retraite c'est les autres. Vous cotisez pour les retraites en cours, et les jeunes financerons la votre plus tard. La cotisation ne fonctionne pas comme un compte sur lequel on accumule des droits. Comme une épargne ! Le montant de la retraite se calcule en appliquant un taux sur le salaire moyen perçu sur vos 25 meilleures années. Plus vous cotisez, plus vous serez capable de partir tôt avec le taux maximum de 50%. En partant a 67 ans, le taux maximum de 50% est automatique. Pour partir plus tôt, il faut avoir cotisé pendant suffisamment de trimestre (~170 en fonction de votre année de naissance).Donc a 45 ans, si vous aviez commencez a 20 ans, par des petits boulots aux salaires minimum avec des années sans travailler (par exemple) ça vous donne un salaire moyen a 1000-1100€ et donc 500-550€. Aujourd'hui en moyenne les retraités touchent 1400e net, donc rien n'est encore perdu, c'est surtout dans le belle age que les salaires sont plus haut (compétence + expérience + ancienneté) !Avec la réforme que EM essaye de faire depuis 3 ans, le fonctionnement changera, et fonctionnera plus comme des droits (des points) qu'on accumule toute sa vie, plutôt que sur les 25 "meilleures années". Et donc mécaniquement ça récompensera ceux qui on travaillé plus longtemps, que ceux qui font des pauses longues, ou qui veulent partir tôt en vacances. Ce qui favorise les jobs sans études longues et les bas salaires (en ratio age/taux/montant). Que vous trouvez ça juste, ou injuste est hors sujet.·le 12 juil. 00:32
11 juil. 202211 juil. 2022
0

lolapo:Bien long....En substance, qu'est ce qu'ils disent d'intéressant ???Je ne suis pas amateur de blablas...·le 11 juil. 19:59
11 juil. 2022
0

Rencontré un navigateur sur son first 310 avant tous les blogs blablas etc... il était à la marina de Marigot., st Martin FWI.
Donc pas de soucis d'eau sanitaires etc...
Le shopping à pieds , pas loin, les bistrots et copains, pas loin non plus. Il avait surtout participé aux régates du circuit Antillais.


11 juil. 2022
0

Pour des références de vlogs plus objectifs, en voici un :


12 juil. 2022
0

beaucoup de bêtises et de lieux communs sur cette vidéo ...


The Sailing Chemist:Pas très clair ton commentaire, mais le point intéressant de cette vid c'est justement de ne pas vendre l'image paradisiaque le la vie sur un bateau et de filmer simplement des exemples des taches nécessaires. Mettez vos liens si certains en ont des pertinents, c'est justement le but du fil.·le 12 juil. 08:15
Jatim:Moué, je trouve que justement a pars les "vloggers" qui filment vraiment en mode "vacances" pour la famille ou leurs 2k abonnés, plus des 3/4 parlent des galères permanentes, des sacrifices sur le confort, du coût, de l'humidité, du froid, de l'éloignement avec la famille et les amis. Chaque vlog a 1 ou plusieurs vidéos dans des grosses rafales au mouillage ou en mer, où les vloggers expliquent qu'ils sont très inquiet pour leurs équipages, pour le bateau et pour eux. La plupart des gens qui font du solo, se film entrain de pleurer a un moment on un autre. Et je sais que si j'ai envi de voir un homme pleurer, il suffit que je trouve un gas qui fait se film pendant sa transat solo, ça arrivera a un moment ou un autre. Je n'ai pas le souvenir d'avoir vu des vloggers prolifiques avec 100k-150k abonnés qui vendent une image paradisiaque de la vie en bateau sans y ajouter un bon gros tas de galère. Dans le top 10, a par la Vagabonde et Doodles, qui sont vraiment sur le style "influencer/instagram/#bestlife/bikini girl, mais sur les autres vloggers, presque tous montrent les contraintes et la difficultés de vivre un bateau régulièrement. Donc pour moi, ce fil enfonce un peu des portes ouvertes.·le 12 juil. 09:30
The Sailing Chemist:Renseignes les liens pour illustrer ton propos, ce sera plus utile. J'ai vu un gars en mini 6.50 pleurer quand son pilote le lâche, idem pour Mich Dej suite à la casse de son démarreur, seulement ce sont des exemples de course océanique avec le stress inhérent.Mais le fil porte sur le plaisancier qui se lance dans l'aventure de la vie en voilier avec une fausse idée de ce que cela implique.
Il y a aussi le cas des couples qui cassent, bien que ce ne soit pas uniquement qu'une affaire de bateau et de vie maritime (voir le dernier post de Isabelle sur Skoll).
Mais si vous pensez qu'il n'y a pas de cas avec des désillusions ok, et pour d'autres, youtu.be[...]Nd8LArg ·le 12 juil. 10:23
Jatim:Bah y'a de la désillusions pour absolument tout, tout le temps et partout. Pour les études, pour les maisons, pour les boulots, même pour les mariages ! Même pour les gens qui sont informés, et qui ce disent "je supporterai les contraintes", et en fait, bah non. Comme je l'ai dis, c'est "enfoncer des portes ouvertes", surtout pour la vie en bateau, ou tout le monde vous préviens que c'est beaucoup de contrainte. Certains disent même que c'est 70% au port a réparer le bateau, et 20% au mouillage en galère et seulement 10% a voyager. C'est pas 2/3 vloggers qui ne montrent que les "bons moments" qui participe aux illusions qu'on les gens.·le 12 juil. 11:17
yum:je parlais de la 1ère vidéo (200 à 400 € l'heure pour des travaux etc.)·le 12 juil. 13:20
12 juil. 2022
0

Il faut préciser au niveau stress etc. Une grande partie du stress ne vient que du budget dysfonctionnement, pas des dysfonctionnements eux-mêmes. Et tous les bateaux ne sont pas égaux question fiabilité.


tuperware:Pas certain. Quand tu es dans une maison et que ça pète autour de toi tu es heureux de ne pas être sur un bateau.Le super bon mouillage existe mais pas toujours et si non tu ne dors que d'un œil voir pas du tout. La fiabilité du bateau ne va pas changer grand chose. Il faudra te lever, peut être dégager et repartir en mer. Dans une maison je me retourne et me rendort.·le 12 juil. 09:24
12 juil. 2022
0

2 ans de vie sur un voilier et 30 ans de nav.. tout vendu à 50 ans, un voilier est devenu trop petit pour moi.
Bonne navigation.


12 juil. 2022
1

Après, il faut comparer ce qui est comparable. Entre vivre sur un voilier bien isolé, bien aéré, doté de frigo, chauffages, eau chaude et douches et un petit Beneteau de 10m fait pour 1 mois de vacances estivales, ce n'est pas vraiment pareil.
Que ce soit sous les tropiques ou dans le froid, en voyage ou en temps de travail, jeune couple, puis avec des enfants, puis de nouveau en couple (moins jeune), on a passé beaucoup d'années à bord.
La convivialité et les rencontres sont un des gros point positifs de ce mode de vie. Rencontres durables ou ponctuelles, la vie au port ou au mouillage est très communautaire.
L'aspect financier est important aussi. Le coût de vie à bord est très nettement inférieur à la vie à terre, même si pour certains boulots, on a du ponctuellement acheter une voiture, par exemple.
Enfin, le confort. Sous les tropiques, pas de moustiques. Hors tropiques, avec un bateau bien isolé, chauffer un petit espace est relativement facile.
Enfin, il y a comme dans toute vie des moments plus difficiles, avaries, maladies, douaniers..., mais de savoir qu'il suffit de larguer les amarres pour se retrouver en quelques semaines à l'autre bout du monde suffit généralement à redonner le sourire.


matelot@47704:Salut,Je ne reproche rien à ceux qui sont partis, qui l'ont tenté et qui ont abandonné après quelques temps. Combien de ceux qui critiquent ne sont pas allés aussi loin ?Personnellement, à quelques cinq mois du "grand départ", maintenant que le choix du voilier est arrêté, j'avoue être assailli de doutes.Je pars pourtant dans des conditions assez idéales :- un voilier facile et robuste, qui ménagera mes forces déclinantes de sexagénaire usé par les convalescences à répétition de ces dernières années. Un peu petit peut-être (11,30 m.), mais qu'il me faudra probablement assumer en solitaire 3 ou 4 mois par an.- une femme tolérante qui sait qu'elle devra trouver elle-même son équilibre entre vie à bord et vie à terre. Le programme des deux premières années est donc conditionné par le fait de rester "à portée d'Easyjet" afin que ma dame ne doive gérer que les contraintes qu'elle s'impose.- une situation financière subitement très confortable qui nous permet de garder un pied à terre et même des revenus locatifs.- la possibilité - pour moi - de travailler à bord quelques mois par année, selon les envies ou les mandats.J'ai fait mon permis hauturier suisse en 1998 déjà et nous avons navigué à coups de 2-3 semaines de vacances d'automne entre le sud de la France et la Corse de 1999 à 2012. On ne s'engage de loin pas dans l'inconnu. Nous prévoyons de passer les 5 ou 6 premiers mois de 2023 aux Canaries, ce n'est pas "la mer à boire". Après avoir découvert Tenerife en janvier 2019 et Gran Canaria en 2020, par avion, avec une voiture de location, nous savons que le climat nous convient. Et sinon, le voilier est équipé d'origine d'un webasto.Nous avons vu le voilier à terre vendredi dernier. Nous l'avons ensuite visité dans sa place à l'eau et même eu le privilège d'une petite sortie en mer. Le temps de constater que pour un choix aussi raisonnable (l'affreux mot!), la barre est digne d'un X-Yacht des bonnes années et qu'il va me falloir être très fin barreur. Mais on devrait bien s'entendre.Alors dites-moi docteur, pourquoi est-ce que je doute ?Amitiés,J.·le 12 juil. 18:50
12 juil. 2022
0

ED, en toute amitié, tu ne mesures peut-être pas à quel point votre histoire est exemplaire et assez rare malgré tout. Sans entrer dans les détails perso, je me permets de souligner que ce n'est pas toujours aussi facile, en particulier quand le couple ne s'entend plus... situation banale en bateau comme ailleurs.
Je vous souhaite de pouvoir continuer encore longtemps...


12 juil. 2022
0

Hello,
Bah, les soucis de couple à bord sont souvent déjà existants, bien avant de partir...le bateau ne fait que les exacerber, bien souvent.


Flora :):Il n'y a que des cas particuliers... ·le 12 juil. 14:21
12 juil. 2022
1

oui, mais c'est plus facile à régler... définitivement :):)


12 juil. 2022
2

Enfin aujourd'hui il n'y a pas que des voyageurs qui vivent à bord d'un bateau.
Pas mal y séjournent parce que cela permet de se loger à moindre frais dans un bord


The Sailing Chemist:Mais ceux-là sont moins sensibles aux désillusions d'une vie paradisiaque. Mais c'est une bonne remarque José, qui pourrait constituer un sujet de fil à part, les situations ou un bateau devient un moyen d'habitation low cost (c'est aussi vrai pour les campings).·le 12 juil. 14:13
Calypso2:On évoque principalement les voyageurs vivant à bord de leur bateaux mais il me semble qu'ils sont très minoritaire.Souvent c'est soit le bateau ou l'appart mais pas les deux donc on "choisi" le bateau car c'est encore plus économique que l'appart·le 12 juil. 14:38
12 juil. 2022
0

Imaginez que la moindre activité, de checker le moteur , verifier que l'ancre est bien en place, se gratter le bout du nez soit filmé.
C'est un truc de malade .
Une amie, qui avait navigué en Antartique et autour du monde sur son super 15 m qu'elle maniait seule s'il le fallait (!!) me parlait de la mise en scene. En pleine action pas le temps de s'occuper de traduire son anxiété devant une camera.
Donc ,tout est prévu , juste pour votre plaisir . Ceux qui se filment maintenant ont eu des envies de carrière d'acteur et deviennent leur metteur en scene. Cam skipper.com 😂😂


Pat45:oui...la mode est au titre bien accrocheur, ça change de la petite nana en string...j'avais rencontré un jeune couple de "Youtubers" à Trinidad, et m'étais abonné à leur chaîne .En fait, ils avaient 6mois de décalage entre les vidéos et le timing réel, ça leur laissait tout le temps de peaufiner la mise en scène de leurs "aventures"...bon, ça m'a vite lassé, hein...·le 12 juil. 15:53
The Sailing Chemist:La nana en string et bikini, reste aussi une valeur sûre pour les viewers :youtu.be[...]X5t64fc (message sur le vêtement mdr)
mais pour cette thématique, il faudrait qu'EOL ouvre une rubrique "adults only". ·le 12 juil. 16:10
12 juil. 2022
1

il n'est pas fait pour ça ,c'est un insatisfait et surtout un inquiet.
sans aucun intérêt ,je n'ai pas pu l'écouter jusqu'au bout .


The Sailing Chemist:Peut-être, mais cela veut-il dire qu'une personne à caractère inquiet aura du mal à vivre sur un bateau ?Dur pour les types inquiets de nature, et qui aiment aussi la voile ...·le 12 juil. 18:46
fritz the cat:les optimistes ont inventé l'avion .et les pessimistes le parachute ·le 12 juil. 19:52
tuperware:C'est pas le peintre qui a inventé les deux ? ·le 12 juil. 20:38
12 juil. 2022
1

En quoi la question se pose-t-elle? Même sur ce site où un gros pourcentage de participants possèdent un bateau, le nombre de ceux qui vivent à bord en permanence est très faible. Ce n'est pas parce qu'on a un bateau qu'on a envie d'en faire sa résidence principale.


Calypso2:Quelques mois a bord en permanence je fais une dépression à coup sûr ·le 12 juil. 19:04
ED850:Il y a pourtant, entre ceux qui vivent en Grèce, ceux qui sont stationnés aux Canaries, aux Antilles, ailleurs et ceux qui vivent dans les ports français, jeunes, actifs ou retraités, une communauté de navigants ou stationnaires relativement importante. Certains à plein temps, d'autres, comme nous maintenant, une partie de l'année.Et c'est vrai que pour cette communauté, le toucher de barre, la capacité à faire du près, l'aptitude à naviguer par petit temps ou a débouler à 12 kn sous spi sont des critères secondaires par rapport à l'isolation, la capacité de charge, le confort à la mer, l'aptitude à tenir sa toile ou à naviguer sous régulateur d'allures.·le 12 juil. 19:13
11

Ce ne sont pas les autres qui dictent notre conduite et nos envies si j'avais attendu youtube et consort pour faire quelque chose je serai deja mort ,le reve existe toujours et il est dans notre tete ,si tu as envie de quelque chose fais le ,j'ai vecu sur des bateaux et je l'ai jamais regrete meme si je prefere une maisonette avec une mare ,par contre je n'ai jamais revé d'un cata geant comme un immeuble ,pour moi un bateau dois rester une cabanne comme dans mes reves d'enfant!


yum:bien dit !·le 13 juil. 13:19
Tilandsia:Et je rajouterais même, que tous ces réseaux sociaux auraient pour effet de tuer le rêve et l'imagination. ·le 13 juil. 20:11
matelot@19001:Bah, c'est juste de la vie par procuration comme pas mal d'autres choses.·le 14 juil. 14:05
fritz the cat:doux rèveur sur un bato ,au contraire il faut être cartésien ,c'est la seule activité ou l'on ne peut pas faire semblant ,on sait ou on ne sait pas ,c'est pour ça qu'il y a très peu d'élus ou des assistés .mais ça ne dure pas longtemps ,j'en ai connu un qui avait acheté un kirié 33 sur le port d'hyeres pour y habiter à l'année et se promener en med ,il l'a bichonné pendant un mois ,et sa première traversée en solo sur porquerolles ,il a fallu ramener le bato et il l'a remis en vente de suite .il a eu la peur de sa vie ,pourquoi je ne sais pas ,il est revenu par la navette .·le 20 juil. 10:20
13 juil. 2022
1

Un peu bizarres les posts du Chemist. Avant , il cherchait un design et maintenant on dirait que tu cherches une motivation ????
J'ai été équipier, proprio ,équipier again and again et plein de voyages terre et mer.
Les " groupes" que je fréquentais , vu nos àges, à l'époque ne se posaient pas de question. On y allait ... trop simple.

Je suis toujours à naviguer avec pas grand chose et beaucoup de bouts de ficelles qui en général font le job.
J'étais à Sausalito avant le rassemblement vers le Mexique organisé par Latitude 38.
Un peu plus tard dans la semaine, je vois arriver une rencontre de cette reunion à bord.
On discute un peu technique etc...
Il est beaucoup plus vieux que moi et c'est un constructeur connu de voiliers au Canada.
Avant, il naviguait un peu sans soucis. Maintenant, à la retraite : ce n'est plus pareil. On n'est plus dans les videos tv realités. On est dans la vrai vie.
Il est plus fatigué par le nouveau rythme de la nav , plus que par son boulot....
Il y a des exceptions mais je crois qu'il faut avoir navigué plus jeune pour s'endurcir à la vie de marin et la vivre bien , méme si on vieilli comme le reste de l'humanité...


The Sailing Chemist:Oui, ces questions traversent l'esprit sans préliminaires. De tte façon ça va se terminer sans réponses, je vais m'installer sur un J97 (mon dernier choix, à condition que j'en trouve un en bon état) et je verrai bien pour le reste.
Mais c'est surtout que j'ai le sentiment que certains vlogs semblent tourner la page du compte merveilleux, pour du reporting sans edulcorant. ·le 13 juil. 09:28
13 juil. 2022
0

excellent argumentaire.
à moins de vivre les 3/4 de l'année à l'abri des alizés et d'être autonome en tout, on peut se reconnaitre dans ce récit.


13 juil. 2022
1

Hello,
Voici un blog sans concessions, très bien écrit, plein d'humour et d'auto-dérision...
laboiteuse.blogspot.com[...]au.html
C'était ma "bible"lorsque je songeais à mettre les voiles, du fin fond de mon Loiret aux hivers froids et humides.
J'ai pu rencontrer Gwendal au Brésil, on avait tout de suite sympathisé...on s'est ensuite suivis quelques temps, retrouvés à Trinidad puis aux Antilles...
Il est désormais installé au Guatemala, je compte bien lui rendre visite en Janvier prochain!


The Sailing Chemist:C'est peut-être un des secrets du bonheur, savoir ne pas se prendre soi-même trop au sérieux , pour ne pas sur considérer les petits stress et tracas. Mais quand on se retrouve dans du F8 on a le droit de flipper sans chercher d'excuses. Je comptais faire les stages de survie en mer au cas ou. ·le 13 juil. 16:18
Pat45:Heu...F8, c'est rare...j'ai eu une fois + de 50 noeuds en nav, mais pas longtemps, et au portant assez vite.Ah si, autour de 70 noeuds une autre fois, mais arrimé dans la mangrove...🙄·le 13 juil. 19:55
13 juil. 2022
3

Dans tout cela, si on veut vivre à bord, il faut savoir oû ???
Je veux surtout parler du climat.
Sous les tropiques : 1 short + Tshirt + thongs + lunettes de soleil. C'est assez leger et se lave bien.
Apres, c'est la taille du voilier. Si on est en marina avec un garage pour stocker on peut se contenter d'un 10m en solo.

Aussitôt que l'on est autonome ( eau outillage, voiles etc...) , il faut passer à 12 m solo ou à 2.
Juste 1 avis.


tuperware:Ouaip·le 13 juil. 15:23
Pat45:oui, 12m c'est bien...à deux c'est mieux, à condition d'être bien accompagné, sinon autant rester seul.·le 13 juil. 15:30
yum:sous les tropiques : ne pas oublier le chapeau ! et plutôt qu'un T-shirt, une chemise à manches longues...·le 14 juil. 12:56
13 juil. 2022
2

À noter que les voiliers un peu anciens ont plutôt + de stockage que les voiliers récents.


matelot@47704:Mvouais... En capacité de charge peut-être, en volume pas toujours.... ·le 13 juil. 16:08
13 juil. 2022
1

Vivre à bord ne convient qu'aux vrais amoureux de la liberté, celle qui consiste à choisir ses contraintes. Nous ne sommes pas nombreux dans cette categorie.
m.youtube.com[...]/watch


matelot@47704:Choisir ses contraintes et ses exigences. Il ne faut pas en oublier la moitié ! ;-)
C'est dans je ne sais plus quel livre de Kersauzon... Amitiés,J.·le 13 juil. 22:06
Calypso2:On peut aussi être amoureux de sa liberté choisir ses contraintes sans être obligé de vivre à bord d'un bateau ·le 14 juil. 09:27
pbra6464:Superbe chanson de Brassens, merci missingdata pour le partage.·le 20 juil. 11:37
14 juil. 2022
2

Ça m'étonne toujours que les plaisanciers ou marins pensent qu'eux seul sont libre.. J'ai toujours considéré cette idée assez pretensieuse


The Sailing Chemist:C'est peut-être qu'historiquement il est plus facile de franchir des frontières par ma mer que par la terre, et donc de s’affranchir des contraintes réglementaires.... Bonne question pour un marin historien, s'il y en a un qui nous lit..·le 14 juil. 11:36
BWV988:Décidément calypso je suis souvent d'accord avec toi en ce moment, que se passe t-il donc?😶·le 14 juil. 11:43
Tilandsia:Réflexion intéressante @Calypso. Un début de réponse avec @The Chemist. Force est de constater que les carcans législatifs réduisent la liberté de circuler sur terre à une peau de chagrin. Tous les lieux reculés que j'ai pu arpenter à une époque (haute montagne, campagne et forêt profondes, spéléo....) dans le respect toujours, mais sans avoir à me justifier auprès d'une autorité quelconque, sont désormais règlementés, soumis à un laisser-passer, comptabilisés (voir les calanques). Et mon esprit nomade en souffre un peu. Cette rigidité administratives et pas toujours judicieuse envahit de plus en plus les eaux territoriales. Il se pourrait que la haute mer nous donne l'illusion d'échapper à cela. ·le 14 juil. 12:43
14 juil. 2022
2

Autre bizarrerie il me semble. On dit que les multiples interdiction menace nos libertés.
Je trouve qu'au contraire elles les protégent.
Sans interdiction on aurait une vie absolument impossible alors oui nos libertés seraient en danger.
Le plus ford, le plus fortuné régnerait en maître


The Sailing Chemist:C'est le lien historique entre la justice au sens moral et la loi. Lien qui s'est relâché (hélas) voir casser et certaines lois furent anti-libertaires et complètement immorales (légalisation de l'esclavage par exemple).. ·le 14 juil. 14:54
Tilandsia:Là je te suis beaucoup moins !·le 14 juil. 16:38
14 juil. 2022
4

Vivre sur un voilier est d'autant plus difficile que intrinsèquement, nous ne sommes pas nomades. Caïn a tué Abel. Le natif est tout puissant contre l'immigrant, contre le voyageur. Abel est de la géographie, Caïn est l'histoire et notre civilisation a choisi.
Il n'y a qu'à observer le rapport à la terre, aux racines défendue par beaucoup (les pavillons bretons ou corses) qui disent "je suis Caîn, Je suis d'un endroit, d'un pays" avec ce qui en découle, "je te nie en tant que voyageur, immigrant, sans terre, dangereux"
Alors, pour vivre nomade, être de partout, se retrouver dans tous les pays du monde, il faut d'abord renier sa sédentarité. Après, ce ne sont que des détails.


Pat45:bien vu...et bien dit!·le 14 juil. 18:27
BWV988:Je ne partage pas du tout ton avis, et je ne trouve pas que vivre sur un voilier est difficile dès lors que l'on est dans une optique de voyage, contrairement à la même vie en statique. Je considère en effet que vivre à bord d"un voilier n'a de sens que si on navigue, soit naviguer en voyageant,ou voyageant en naviguant, comme tu veux. Par ailleurs le fait de se revendiquer d'être de quelque part n'empêche aucunement de mener une vie de nomade, et personnellement je ne me suis jamais senti nié en tant que voyageur navigant, peut être justement parce que je suis de quelque part.·le 14 juil. 18:54
14 juil. 202214 juil. 2022
1

@ED850 : Je ne voyais pas cette histoire comme cela. Pour moi, la bascule survient au néolithique lors de la sédentarisation de l'homme, qui était jusque là, intrinsèquement nomade. Il découvre l'agriculture et l'élevage ce qui lui évite de se déplacer à la recherche de nourriture et en fonction des saisons. Deux civilisations vont alors cohabiter et s'affronter, car sédentarisation est synonyme de propriété.( Pas de propriété chez le nomade. La terre est à tout le monde (philosophie aussi bien des amérindiens que des aborigènes (à l'origine)). Le capitalisme moderne est, à mes yeux, le paroxysme de la sédentarisation). Le nomade s'adapte à la nature, le sédentaire la dompte. Ceci est symbolisé dans la parabole de Caïn et Abel. Abel est tué, Caïn, le fermier re-devient le nomade. D'ailleurs, il est dit que dieu le condamne à l'errance. De par son geste, dieu le renvoi à sa condition première. Est ce une punition ? Ou était il sur la mauvaise voie ? Quand on voit l'évolution de la sédentarisation à outrance (mégapoles par exemple), je ne suis pas sûr que cela soit synonyme de progrès. Il finira par se fixer lui aussi et aura une descendance. Dans cette descendance, on retrouve Tubalcaïn, père ancestral des forgerons dont l'outil principal sera le feu, par référence au feu de l'enfer. Parmi les métiers nobles (ceux qui transforment la matière) qui se formeront en sociétés de métiers, tel le compagnonnage, les métiers du fer auront toujours une place à part. Une légende dit que les gitans, descendants de Tubalcaïn, auraient forgé les clous qui ont servi à la crucifixion. Ils sont condamnés à errer, jusqu'à ce qu'ils retrouvent ces clous.

Partir, que ce soit en voilier, en roulotte, en camping car, lâcher tout ce qui nous retient, c'est peut être retrouver les gènes fondamentaux de l'espèce humaine, cette part de nomadisme qui est en nous.


ED850:Oui, pas mal. 😀.Pourrait-on envisager une évolution vers un nomadisme plus accentué? Par un accès au travail plus facile, une mondialisation plus importante, une certaine universalité des compétences? Chez nos vieux amis de bateau, les enfants sont éparpillés partout dans le monde, tout comme les nôtres qui vivent loin, leurs enfants vivent à Seattle, Tokyo, Londres ou Sydney... Le développement du nomadisme est-ce une évolution possible? Est elle en cours? ·le 14 juil. 19:43
Tilandsia:Tant pis, je te répond ED, car tes réflexions comme ta connaissance pratique sont toujours aussi fabuleuses. (Même si je crains les foudres du Chemist dont nous avons fait dériver le sujet - pardonne moi ). Je crains, malheureusement, que le nomadisme réel soit mort. La faute en est en partie à un besoin de confort, fabriqué insidieusement dans l'inconscient par la démocratisation du bien matériel et l'accession au progrès technologique (qui fait en même temps le jeu de l'économie ainsi que la destruction de la planète), en partie à la surpopulation. Ce besoin de voyage, d'échapper à un enracinement, qui est pour moi génétique, sera assouvi par la prolifération au sein des foyers d'un monde virtuel dont l exemple le plus probant est l'investissement massif dans le metaverse. Ou comment être nomade sans sortir de sa cuisine ! Cette évolution corrobore et satisfait d'ailleurs cette fameuse dualité qui agite l'homme depuis la nuit des temps. A mon sens, permettre à des populations dites nomades d'accéder à internet et au congélateur, ce n'est pas philanthropique, c'est les amener à une évolution, peut être obligatoire, de sédentarisme. Conclusion, Naviguez, Naviguez et Naviguez encore. ·le 14 juil. 20:14
ED850:Oui, dans un premier temps. mais on peut observer, chez les jeunes (hautement) diplômés une tendance à un certain nomadisme. Non seulement les (grosses) entreprises sont mondiales, mais le travail est de plus en plus déconnecté du présentiel (j'ai en ce moment une de mes filles à la maison qui n'est pas en congé de son boulot en Nouvelle Calédonie et qui bosse la nuit grâce au décalage).On rencontre de plus en plus de gens en navigation hauturière qui sont en travail, ou qui savent pertinemment qu'à chaque escale, ils pourront bosser dès qu'ils ont une connexion. Les voiliers, dès lors qu'une connectivité adaptée sera disponible deviendront des lieux de vie comme des lieux ou on gagne sa vie. Je pense que la vie à bord des voiliers a de l'avenir (Mais moi, je suis un optimiste invétéré😁)·le 14 juil. 21:08
Tilandsia:Et comme je souhaite que tu aies raison !·le 14 juil. 22:22
wararmor:" Voyage au bout de la nuit " t'a emmer.. ? Ca alors ! Pur chef-d'oeuvre... d'un mec pas très pur...·le 15 juil. 10:19
The Sailing Chemist:Oui, mais pénible à lire avec un récit d'histoire construit en tiroir, franchement le résultat ne passe pas. idem avec les livres (chef d’œuvres unanime de la critique ) comme "Le pendule de Foucault".Après le dire quand on est un homme libre et sans contrainte, n'est pas la même chose que pour un lycéen devant rendre des comptes auprès des seigneurs de l'enseignement qui ne dispensent que du savoir sacré, tout autre critique sortant du cadre officiel (le programme) ne mérite aucune considération.·le 15 juil. 13:07
matelot@19001:Je recommande "voyage au bout de la nuit" en livre audio, lu par Denis Podalydès. Particulièrement appréciable en transat, ce que j'ai fait. Plus de 16 heures d'écoute. Personnellement ce sont les livres de mer qui m'emm...·le 15 juil. 16:12
14 juil. 2022
0

Bon ben, on est rentré en plein dans la philo. Au début, je pensais surtout à la question de la vision idyllique de la voile vs la réalité.


Tilandsia:C'est gênant ?·le 14 juil. 19:29
lolapo:Il y a eu un livre : "le bonheur sur la mer ". C'était une époque ....·le 14 juil. 20:20
tuperware:Il y a aussi "le monde au creux de la vague" déjà à cette époque :-) ·le 14 juil. 20:44
BWV988:A propos du livre "le bonheur sur la mer" il conviendrait de remplacer le mot bonheur par malheur,car autant que je me souvienne de cette lecture, l'harmonie étaiy loin de régner dans ce couple.·le 14 juil. 21:18
The Sailing Chemist:Aucune gêne. Dans l'appréciation du bonheur et du malheur, en voile comme dans tout domaine, il y a de tte façon toujours une partie mentale liée à la culture et l'art de vivre de chacun, donc c'est aussi une interprétation et un questionnement de philo.
Perso, j'ai toujours été un gros nul en philo, je n'arrive qu'au stade de la dissertation et de l'argumentaire, et encore à condition de ne pas sortir du sujet, du coup pour sortir une note potable, je choisissais toujours le commentaire composé d'un texte.Je suppose qu'il faut l'accepter, certains ne sont pas faits pour ce type d'exercice, la philo (comme la musique classique) ont souvent eu un effet artistique assombri par un effet "chiant" sur mon esprit indigne. ·le 14 juil. 22:48
Tilandsia:Pour quelqu'un qui se dit nul en philo, non seulement tu argumentes très bien, mais tu possèdes une acuité intellectuelle de haut niveau. La preuve en est le sujet de ton fil qui a amené des réflexions intéressantes. Pour info, j'ai eu 8 au bac en philo ! 😉·le 14 juil. 23:02
The Sailing Chemist:Ah ben merci, j'ai du vieillir et prendre le coté plus sage qui me manquait à 16 ans.Il y a une chose amusante, c'est la différence de positionnement entre un élève étudiant contraint à ingurgiter de la culture académique et un adulte qui y goutte de sa propre initiative. Mentalement ce n'est pas la même chose et la liberté de critique de l'adulte qui n'aura pas de compte à rendre à un professeur donne plus de valeur à ses réflexions. Perso, je ne lis pas de la philo, mais de la littérature et je ne me gêne pas pour dezinguer tel ou tel chef d'oeuvre tout simplement parce qu'en le lisant je me suis surtout bien emmerdé, comme dans "Voyage au b...... ... .. ...."·le 15 juil. 08:07
BWV988:Perso j'ai beaucoup aimé "Voyage au bout de la nuit", par contre j'ai du mal avec "Mort à credit" que j'ai provisoirement abandonné . Je viens de commencer "Guerre" du même auteur dont le manuscrit à été découvert récemment. Ce sont me semble t-il des oeuvres majeure de Celine.On oubliera bien sûr ses écrits antisémite. ·le 15 juil. 21:06
The Sailing Chemist:En fait, dans toute réalisation artistique (je considère la littérature comme un art), il y a un effet propre sur chacun et il est vain de prétendre enseigner à un élève la bonne appréciation de telle ou telle œuvre. Il est plus indiqué de présenter les chefs-d'œuvre aux élèves, et s'ils sont intéressés, ils pourront apprécier le résultat par eux-mêmes. Du coup, je préfère que nous ayons tous nos propres valeurs littéraires en les comparant, par exemple, je n'ai pas accroché Céline (mais je ne dis absolument pas que c'est de la daube) mais de la même époque littéraire, je trouve que Stefan Zweig est un superbe écrivain avec une écriture et une inspiration très subtile, qui a écrit des bijoux comme "Voyage dans le passé".
Après, vous soulevez un point qui est peut-on détacher une œuvre de son auteur ? J'adore la chanson "Le vent nous portera" malgré que la plume qui l'a écrite à malheureusement aussi tué une femme. Bref, c'est toujours plaisant de constater que les voileux sont des fervents lecteurs, et amateur de culture. ·le 15 juil. 23:56
BWV988:Puisque tu évoques Stefan Zweig j'ai adoré son bouquin sur Magellan, le seul que j'ai lu, mais du coup tu m'a donné envie de lire "Voyage dans le passé ". Et comme on parle de voyage et de littérature, je me suis attelé à un monument (même pas peur), "L'eneide" de Virgil, et après une première tentative de lecture d'un auteur dont j'ai oublié le nom mais qui a traduit le texte latin de manière imbuvable, je suis tombé sur celui traduit par Paul Veyne, et là ça à été la revelation.Certes il m'à fallu m'accrocher, mais c'est comme une nav un peu difficile, dont on garde un souvenir émerveillé quand on est arrivé au bout.·le 17 juil. 12:01
The Sailing Chemist:"Magellan" est effectivement dans ma liste de souhait, de même que "L'arme à l'œil" de Ken Follett.Pour Zweig, il y a aussi un livre fabuleux qui est "Le joueur d'échecs" qui fut magistralement interprété au Cinéma par Curd Jurgens.(Et il parait que "24 hr de la vie d'une Femme" est excellent). ·le 17 juil. 19:38
16 juil. 2022
4

Il me semble, au vu des couples et solitaires qui vivent depuis longtemps à bord des voiliers, et ce fil aurait tendance à montrer cette optique, qu'une des clés de la réussite est lié à une dimension intellectuelle du voyage. Il ne suffit pas de réaliser, il faut aussi intellectualiser. La dimension sensuelle, sentimentale devient un aspect presque plus important que la réalité. Qu'importe le voilier, son confort ou ses capacités, l'important est le rêve qu'il procure et sa propre capacité à entretenir ce rêve.
les constructeurs amateurs trimant dans des conditions précaires pendant des années sont dans leur rêve et leur voyage est intellectualisé avant d'être (ou pas) réalisé. Tous les habitants des port français on ancré dans leur tête le rêve du départ.
L’important, ce n'est pas le hiatus potentiel entre son rêve et la réalité, l'important est de garder son rêve et garder son horizon à atteindre.


wararmor:Je partage cet avis si bien exprimé...·le 16 juil. 11:28
Pat45:oui, bien dit, une fois de plus...on parle de voyage, pour moi ça fait partie intégrante de la vie à bord...tant que je serai suffisamment en forme en tout cas!·le 16 juil. 12:10
The Sailing Chemist:“Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve.” Antoine de Saint-Exupéry·le 16 juil. 13:20
Tilandsia:Bravo encore une fois pour ces paroles si proches de la vérité. Elles rejoignent ce qu'exprime Michel Onfray dans "Théorie du voyage". Le voyage commence quand on pose le doigt sur une carte en se disant : "Un jour j'irai là". Entre ce geste semble t'il anodin et le largage des amarres le temps est très "élastique". Mais le voyage a bel et bien commencé à travers les phases de rêve, d'envie et de réalisation.·le 16 juil. 15:21
missingdata:Ces propos rejoignent ceux tenus par J. Brel dans son interview à knocke en 1971 (dispo sur YT)·le 16 juil. 23:06
16 juil. 2022
0

En habitant au bord de l'eau, l'horizon est bien là à nous narguer... y aller, le dépasser ce n'est pas une interrogation ni un réve, c'est une réalité . En tout cas la mienne ....


17 juil. 202217 juil. 2022
0

le voyage c'est quand on part ,quand on est arrivé c'est terminé,s'il n'y a pas de difficultés et une certaine inquiétude pendant ,ça devient vite ennuyeux ,voir insupportable ,on en tire une certaine fierté de réussir à tout aplanir ,partir sur un voilier pour une durée indéterminée ce n'est pas emmener dans ses bagages ses problèmes de terrien en pensant qu'ils vont disparaitre ,il faut tout mettre à plat avant ,sinon on est vite rattrapé ?
le voyage commence avec la recherche de la monture qui nous convient ,de sa mise au point ,
ce sont les fiançailles ,l'union se fera ou pas ,
c'est le cas du gars de la vidéo ,il a des moyens certains quand on voit sur quoi il est parti ,mais il n'a pas l'envergure pour mener une telle monture ,surtout il ne fait que de se plaindre , du moins ce que j'en ai vu ,je n'ai pas réussi à le supporter jusqu'au bout .
dans mes années professionnelles j'en ai connu des réveurs ,qui n'ont pas franchi le bout de la jetée ,et d'autres qui ont fait le tour de la boule et même un par les trois caps et la nz en solo ,j'ai participé à la mise au point de son voilier avec lui .
alain


17 juil. 2022
1

Pour moi le voyage en tant que tel ce n'est pas tellement en bateau. Le bateau c'c'est essentiellement la navigation.
Le voyage c'c'est plutôt la rencontre, la découverte également d'autre paysage
Je connais 2 jeunes rentrant d'une année sabbatique en Amérique du Sud et Australie. Ils sont vécu avec et chez les gens, ils ont travaillé et donc côtoyé au quotidien les personnes de ces régions. Ils parlent même maintenant l'espagnol. Ils se sont déplacer en transport en commun donc la aussi propice à l'échange avec d'autres.
Mais le bateau c'est a mon avis plus tourné vers soi on est seul durant des jours voire des semaines. Et on arrive dans un milieu nautique une fois de plus.


ED850:Et d'après toi, on parle quelle langue quand on passe 6 mois en Amérique centrale ou qu'on s'arrête bosser en Australie? Et tu crois qu'on loue une bagnole dans tous les ports, peut être ? Le voyage en voilier te permets justement de vivre avec les populations, en plus, dans beaucoup de coins ou les touristes aéroportés ne vont pas.·le 17 juil. 17:23
searing:Il n' y a pas un mais des voyages .Chacun fait comme il veut ou comme il peut. Il y a des solitaires ,des couples et plus rarement des familles avec enfants .Il y a des bateaux plus ou moins grands ,chers .Il y a des riches et des moins riches .Mais comme à terre .Il yen a qui restent au mouillage ou dans des marinas et d'autres qui partent à l' intérieur. Pendant nôtre voyage ,on a rencontré toutes sortes de gens ( voyageurs ou pas ) et c'est cela qui est pour moi l'essence même du voyage. J'ai passé des nuits blanches ,eu des angoisses en cas d'emmerds inévitables ,mais j'ai appris aussi l'espagnol au Vénez ,à être prof avec ma femme pour nos enfants .J'ai rencontré plein de gens merveilleux au Cap Vert ,aux Antilles ou en Amérique du Sud .Cela dit , c' est vrai que le voyage c' est pas comme sur les cassettes d 'Antoine .Et que quelquefois , on se demande ce qu'on fout là .On regrette le confort de la maison .Mes 3 ans de voyage ont été ,et de loin ,les années les plus pleines . Je souhaite à tous les candidats au voyage plein de bonheur sur l'eau et sur terre. ·le 17 juil. 17:49
Pat45:on n'est jamais vraiment seul en bateau...je ne me suis jamais fait autant de potes que durant mes 18 mois en solo à bord de mon petit cata.Malgré le fait que mon ancienne activité pro était ouverte au public, j'avais finalement une vie sociale bien plus pauvre...Il est vrai que si on ne part pas visiter en mode sac à dos et transports en commun, les contacts avec les locaux se font plus rares, mais on arrive tout de même à faire de belles rencontres.J'avais rencontré un gars de Trinidad qui se mettait en quatre tous les week ends pour nous faire visiter les alentours...ils nous abreuvait pas mal aussi!·le 17 juil. 18:47
18 juil. 2022
11

20 ans aue je vis à bord entre la Turquie et la Bretagne... je ne suis seul que depuis un peu plus de deux ans. La vie à bord toute l'année n'est pas compliquée mais il faut un minimum d'équipement contre le froid l'hiver, contre le chaud l'été et contre l'ennui quand on ne navigue pas et qu'on reste au port d'où l'intérêt d'une bonne bibliothèque (électronique c'est moins lourd) d'où l'intérêt d'être équipé vidéo ou TV selon les goûts.
Arrivé pas loin de 80 ans je m'interroge cependant, quand on arrive à éviter l'afflux d'ivrognes au port on peut vite s'ennuyer et s'il m'arrivait quelque chose ? Patte cassée ! covid ? maladie grave? je crois que c'est à prévoir sérieusement... penser alors à l'héritage pour les enfants éventuels et ensuite à dieu vat ! vogue la galère jusqu'à la fin, ehpad ? (beuarkh !) chute à la mer ? cap au large sans retour ? Il y a des possibilités peu réjouissantes inéluctables mais c'est ainsi on ne ferait pas mieux en restant à terre dans une barraque cousue d'impôts et trop souvent entourée de voisins terriens normaux sans intérêt.


fritz the cat:que je t'envie ,moi j'ai charge d'âme ,j'arrive à m'échapper mais pas longtemps ,mais ce n'est pas l'envie qui manque ,surtout avec une vie de navigations erratiques en couple et en équipage ,en solo aussi .mais tout me convient quand je suis à bord .·le 18 juil. 09:42
matelot@47704:Merci Kaj pour cette leçon de réalisme. À quelques mois du départ, je me dis qu'au détour d'une location ou d'un convoyage, j'ai vu beaucoup d'épaves dans les ports, qu'il s'agisse de bateaux ou de leurs propriétaires alcooliques. J'entends ne rien changer à mes habitudes et ne boire, modérément, qu'un seul jour par semaine. Et encore, pas systématiquement, mais quand les circonstances ou l'envie s'en font sentir. Je pars maintenant, à 60 ans. J'ai 20 ans de retard sur toi. Je fais heureusement partie de cette génération qui écoute encore les leçons des aînés. Merci. Amitiés,J.·le 18 juil. 09:59
Pat45:80 ans semble en effet être la limite haute pour arrêter de naviguer, quoique?J'avais rencontré un mathématicien de 84 ans une année à Trinidad qui naviguait essentiellement en solo sur un mono de + de 50pieds...le gars était une figure, il avouait sillonner l'Arc Antillais, lancé à + de 8 noeuds, sans AIS, et sans veiller la nuit!Je l'avais revu à Prickly Bay l'année d'après, il était invité à New York où il devait expliquer une démonstration mathématique d'un modèle qu'il avait crée, capable de prévoir l'intensité et la trajectoire d'un cyclone...le gars avait quelques"absences" mais restait à priori une pointure dans son domaine...Un autre copain de 76 ans grimpait dans les avocatiers à Tobago pour secouer les branches...ramait tous les jours sur son annexe pour aller à terre avec sa dulcinée qui en avait 72, et interdisait qu'on vienne le déranger à bord de son Sun Fizz avant 10h du mat, car ils étaient souvent "occupés" jusqu'à cette heure là(...)Ils ont d'ailleurs traversé le Pacifique dernièrement, à deux, avec pas mal de petits soucis, mais étaient heureux d'avoir atterri aux Marquises...Bon, ce sont sûrement des exceptions qui confirment la règle, mais quels exemples...quand j'entends un de mes neveux(21 ans) se plaindre qu'il n'a pas le moral(confinements covid, copine partie, grosses bronchite, chaleur...)et qu'il trouve que la vie est dure, bah, ça me laisse songeur!·le 18 juil. 15:05
pierre 2 the minimalist:J'ai connu un couple de 85 ans qui sillonait tous les etes la corse et la sardaigne sur un attalia ·le 18 juil. 15:48
The Sailing Chemist:Une réflexion aussi, rien n'empêche les marins octogénaires, de laisser les gros voiliers et de passer sur un petit Day Boat pour faire des jolies sorties côtières.
Quand je vois les vids de Roger Barnes, ca fait plutôt envie :www.youtube.com[...]/videos ·le 18 juil. 16:00
BWV988:Voilà un avis que je partage à 100%, et c'est certainement ce que je ferai quand je ne me sentirai plus capable de manoeuvrer mon mini.·le 18 juil. 21:02
Kaj:Merci à vous tous ! c'est sympa ça va encore bien tenez bon vous aussi! ·le 19 juil. 12:06
missingdata:Merci pour ces conseils et cette vision des choses, je ferais bien comme toi mais ma chienne ne supporte pas les longues périodes à bord, elle vient de me le faire savoir de façon très explicite ! je l'ai dans l'os, mais je ne pourrais pas m'en séparer.·le 19 juil. 23:02
olcdlm:oui larguer les amarres n'est pas chose facile : chiens, chats, enfants, parents... beaucoup en rêve sans jamais franchir le pas. nous avons décidé de vivre notre rêve et tout le monde comprend autour de nous une fois partis...·le 20 juil. 15:08
18 juil. 202218 juil. 2022
2

merci Kaj.
avons la chance d'être partis l'an dernier à 2 et en parfaite harmonie à 62 ans.
c'est une chance inestimable de vivre cela à 2 et nous le mesurons tous les jours.
un rêve d'ado enfin réalisable. nous nous demandons souvent combien de temps cela pourra durer tellement nous sommes bien. nous pensions 10 ans de nav. et cela pourrait être plus.
les 80ans semblent être une limite physiologique.
j'écris depuis le mouillage de Tazacorte (La Palma) ou nous sommes arrivés il y a quelques jours.
nous avons attendus 3 ou 4 jours avant de mettre pied à terre, car nous sommes bien sur notre petit voilier de 11,5m. Minimum de confort et cela ne nous manque pas.
il y a un port à 500m, mais nous nous sentons mieux à l'ancre, même si ça bouge un peu.
nous économisons l'eau et c'est très facile. je ne veux pas de dessalinisateur : trop bruyant, trop de consommation d'énergie (suppose plus de panneaux, plus de batteries, plus d'emmerdes).
pourtant la navigation n'est pas toujours facile, surtout aux Canaries où il y a peu de mouillages.
j'ai eu un accident grave en octobre dernier en nageant dans une vague. cela a stoppé notre route vers l'ouest mais nous a appris à profiter du moment qui passe pendant mes 8 mois de rééducation. Merci à Eric (ED850) de nous avoir appris à ralentir pour profiter.
Naviguer entre les îles Canaries c'est avoir parfois 40kt de vent avec une mer courte et hachée. La semaine dernière j'ai perdu ma windex et mon feu de hune.
Je ne parle par des orques qui ont frappé le bateau à plusieurs reprises.
les gens que nous rencontrons sont souvent hors du commun et donnent tout le sel et l'humanité du voyage.


ED850:Ça a l'air sympa, votre mouillage. Bisous à tous les 2.·le 18 juil. 13:07
olcdlm:bises à vous 2 aussi et amitiés ·le 18 juil. 14:32
Pat45:oui, coin sympa...il faut grimper en haut de la falaise...heu, un jour sans canicule, hein!·le 18 juil. 14:45
matelot@47704:Effectivement, ça à l'air très sympa ! Surtout pour des îles qui ont la réputation d'avoir très peu de mouillages, ou sinon surpeuplés. Je note l'adresse, même si je ne pense pas y être avant 7 bons mois. Ne m'attendez pas ! :-) Pour les communications, une simple carte SIM d'une société de communication locale suffit ? J'en aurai "un peu" besoin pour travailler, 3-4 mois par an.Amitiés,J.·le 18 juil. 14:50
Rigil:Mini voilier 11.50...que diraient mes parents qui dans le début des 60's avaient pratiquement un "yacht" avec un 7.50...·le 18 juil. 22:17
olcdlm:tu peux dire la même chose pour les voitures, les avions, etc. oui tout a évolué et nous ne sommes plus dans les années 60.je dis petit bateau de 11,5 parceque, effectivement, les unités de voyage autour de nous vont de 40 à 45ft pour les plus nombreuses. les 50ft ou plus avec 2 passagers ne sont pas rares. sans parler des catamarans dont la jeune génération est très friante.hé oui : les temps changent...·le 20 juil. 15:12
Kaj:nous sommes partis a trois, deux adultes en retraite et une chienne il y a 20 ans. La chienne est morte de vieillesse il y 10 ans et ma femme d'un cancer il y a un peu plus de deux ans. Seul maintenant c'est moins drôle d'autant plus que les copains/amis d'il y a 20 ans sont morts ou disparus. Je tiens le coup mais parfois c 'est dur ; très ! cependant la navigation même proche me réconcilie avec la vie et je finis par me refaire des amis. Ca aide. ca reste quand même une bonne vie pourvu que ça dure ! profitez de la vie et si ça ne va pas il faut naviguer, ça remet les choses importantes en place je trouve et si la fin doit arriver (ce dont je ne doute pas) j'en aurai profité jusqu'au bout du bout.·le 21 juil. 14:28
olcdlm:ton histoire est très touchante Kaj. c'est une belle part d'humanité et de vie. merci.·le 21 juil. 21:39
18 juil. 202218 juil. 2022
0

pour répondre à matelot@47704
nous étions 2 au mouillage, sommes 3 depuis 2 jours.
j'utilise mon forfait à 11,99€ Bouygues pour 25Go. mais je ne travaille pas et nous ne regardons pas de vidéos (surtout pas celles de YT !). Je ne travaille pas à bord.
Cela nous suffit amplement et en fin de période je fais les mises à jour Navionics.
j'avais pris une puce Vodaphone pour 10€ pour avoir 50Go (promo 25+25 pendant 1 mois) afin de mettre à jour les cartographies de l'écran MFD du bord en C-Map (2 fois 7 à 8Go).
Dans les ports l'internet est payant et cher.
Je crois savoir que certains abonnement Orange sont plus généreux et plus chers.

pour Pat45 : en haut de la falaise ce sont des plantations de bananiers à perte de vue.
il y a un escalier. mais le port (structures a gauche sur la photo). est à 500m et nous laisse accoster et laisser l'annexe sans frais.


Pat45:ah, ça a changé...pas de plantations à l'époque, mais c'était en 2014...belle vue une fois arrivé en haut!On avait passé quelques jours à la marina, accueil très sympa dans mon souvenir...pas de bateaux au mouillage à ce moment-là?Profitez bien en tout cas...!·le 18 juil. 19:11
Flora :):Et la Cumbre Vieja... ? Je me souviens d'une photo où on voyait une grosse coulée de lave juste au sud de Tazacorte. ·le 18 juil. 19:23
olcdlm:il y a toujours une énorme coulée de lave noire. elle date de l'an dernier et le volcan fume. on voit bien les destructions récentes.·le 18 juil. 20:54
18 juil. 2022
-2

Hello,
Le concept de tout quitter pour vivre sur un voilier semble se banaliser...ce soir sur la 3, reportage sur un relatif jeune couple(lui expert comptable, elle infirmière spécialisée) avec un enfant(10 ans?) qui a tout vendu pour partir sans date de retour vivre sur leur voilier de 16m(...)
Une petite touche écolo avec des prélèvement d'eau de mer(micro plastiques), d'humanitaire(formation aux premiers gestes de secours dispensée aux populations locales, c'est madame qui s'y colle), et lien maintenu avec la classe du petit bonhomme à travers une sorte de journal de bord.
Ils prévoient également un blog(ou vlog?)pour partager leurs aventures qui vont commencer par la Med.
Bon voyage à eux...!


olcdlm:c'est même une tarte à la crème avec cette médiatisation. le fruit d'une époque narcissique ?·le 18 juil. 21:26
18 juil. 2022
2

et voilà le volcan et la coulée de lave !


Flora :):Belles photos, merci !·le 19 juil. 06:51
20 juil. 2022
4

Très agréable à lire, ce fil et ses hors sujets succulents.

Un mélange savoureux d'histoires, d'anecdotes, de sagesse, d'expériences et de philosophie.

"Rester, c'est exister mais voyager c'est vivre" disait le poète et chansonnier Gustave Nadaud.

Merci à tous de vivre !


21 juil. 2022
0

A propos de vie à bord, quelqu'un a-t-il des nouvelles de Patrick, sur Enide (Je ne me souviens plus de son pseudo sur H&O)? Son AIS le mets stationnaire depuis des mois à Ste Anne.


25 juil. 202225 juil. 2022
4

Personnellement cela fait 4 ans que je vis à bors de mon sloop (30Ft).

Je l'ai aménagé pour y vivre et naviguer (autonomie presque complète)

Je dois dire que cette expérience à changer ma vie et je ne me vois pas revenir au sec. Alors oui il y à des compromis à faire et de précaution à prendre, mais de mon point de vue cela en vaut vraiment la peine :)

Bon vents à tous
_/)


26 juil. 2022
0

Je fais partit de ces ignares enrôlé dans cette vague de nouvelle mode de TDM.

J adore vous lire à raconter vos periples.

Que se soit difficile pour certains ou une révélation pour d autres, la vie sédentaire est aussi compliquée est pesante mentalement.

De part cet objectif, il est vraie que je recherche une certaine fuite de notre société actuelle. Découvrir, vivre tout simplement.


Flora :):Pas vraiment une "nouvelle" mode : dans les années 70, il y avait deux rêves dans l'air, soit élever des moutons sur le Larzac, soit construire un voilier pour partir autour du monde !·le 26 juil. 15:39
matelot@47704:Dire qu'il aurait suffit de construire des bergeries en ferrociment pour mettre tout le monde d'accord... ;-)·le 26 juil. 16:00
deriveur:Surtout que les moutons manquent rarement en mer·le 27 juil. 10:19
lolapo:Courage , fuyons....·le 27 juil. 14:53
27 juil. 2022
0

Pour ma part j'habite sur un voilier de 10m depuis deux ans et demis, j'ai le sentiment que le stress diminue avec l'expérience, mais bien sur il reste présent car par définition son voilier étant sa maison et bien cela rajoute une petite pression ;)

Et le budget même sans galère majeure reste non négligeable heureusement que le loyer n'est plus la ;)

Je pense aussi que le lieu est vraiment crucial l'hiver est moins humide et plus "court" en med.

Je trouve l'inconfort tout relatif et acceptable en s'équipant un peu

Une certaine usure mentale relative au manque d'intimité quand on est au port pour une personne aimant sa solitude existe pour moi en tout les cas et pour une personne qui a des horaires de bureaux on est tout de même bien plus souvent au port qu'en croisière.

Ce qui me fait penser à un dernier inconvénient, quand on revient d'un mois de croisière et de liberté, on est presque content de poser le bateau de retourner au travail mais la semaine suivante le retour de baton n'est pas sans quelque douleur ;) Mais je suis peu être le seul dans ce cas ;)


05 août 2022
1

Pour rajouter au fil, je citerai l'exemple de Gérard Pesty et de son remarquable trimaran Architeuthis qui tournait sans interruption depuis 1968, uniquement dans l'Atlantique nord.
Il a fait cela en famille, avec femme, beau-frère et frangine, puis, plus tard, avec femme et enfants.
Il y a fort à parier que s'il n'était pas mort d'une sale crise de paludisme en Haïti au début des années 90, il tournerait encore sur son vénérable voilier...
Et tout cela sans vlog, ni blog, ni site internet dédié. Il ne rentrait qu'un mois par an en France pour tenir sa pharmacie à Pré-en-Pail, en Mayenne, avant de repartir à chaque fois sur son trimaran.
Il avait à bord un stock de ses bouquins qu'il vendait voiliers de rencontre. Pendant un certain temps, il a aussi projeté ses films lors de conférences type Connaissance du Monde.


Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Baie de Naples. Quand vient la nuit..

Souvenir d'été

  • 4.5 (186)

Baie de Naples. Quand vient la nuit..

novembre 2021