Triste coup de bôme

Un plaisancier tombe de son voilier et se noie : www.sudouest.fr[...]528.php

Toutes mes pensés aux proches de ce malheureux plaisancier :-(

L'équipage
12 août 2013
12 août 2013

....

Ben, ça n'arrête pas...

12 août 2013

rip....

mais gare à l'imbécilité administrative qui pense que le risque zéro existe!!! et le port du gilet obligatoire la solution
:non:

12 août 2013

Non, il n'y a pas imbécillité administrative. La chute à la mer est une question sérieuse. Je crois que nos gilets sont indispensables et qu'ils seront équipés de moyens d'alerte et de repérage.

12 août 201312 août 2013

Bah le gilet oui mais non. Si tu prend un coup de bôme dans le pif et que tu fini a la baille, ta plus qu'à espérer tomber sur le dos sinon t'es noyé. Le harnais est une solution plus adéquate à mon goût. C'est gênant mais ca m'a sauvé plus d'une fois dans des conditions toujours stupides ( besoin pressant, perte d'équilibre...)

Sincères condoléances aux proches....

12 août 2013

oui, 1 pour 100 000 (ou peut etre moins) des plaisanciers tombe à la mer et on oblige tout le monde à porter un gilet !!!

gilet qui faisait 80 N et qui viennent de passer à 150 N
ce qui veut dire que :

1 - l'administration avait fait une erreur de calcul et l'a rectifiée.... (mais son nouveau calcul est il bon lui aussi ?)
2 - l'administration est complice du lobby du matériel de sécurité

je ne sais ce qui est le plus rassurant

23 août 2013

La sécurité avant tout. La liberté opprime et la loi libère disait u philosophe des Lumières ;)

L'administration n'est pas complice d'un quelconque lobby. Son seul et unique objectif est d'établir des règles générales à respecter pour que chacun puisse naviguer sans se mettre en danger et encore moins mettre en danger les autres usagers de la mer.

Cordialement,

23 août 2013

Ouais, comme le coup des alcootest dans les bagnoles...

23 août 2013

Dans l'absolu, naviguer c'est déjà se mettre en danger.
Naviguer est l'un des derniers espaces de liberté, sachons le conserver et le défendre, contre l'administration tatillonne et peureuse de tout.
Assez des règlementations inadaptées prises par des individus "fonctionnaires" qui n'ont jamais mis les pieds sur un bateau.
:non: :non:

12 août 2013

On n'a plus le droit de se bourrer la gueule avant de conduire.

En 95 on pouvait encore rouler avec 0.8g/L
l'administration avait fait une erreur de calcul et l'a rectifiée.... (mais son nouveau calcul est il bon lui aussi ?

Signe, sans doute, que rien ne va plus entre l'administration et le lobby des viticulteurs. :acheval:
.

24 août 2013

Je sais pas si le calcul était bon. Mais je sais qu'il ne s'appliquait pas à tout le monde.
Un soir, j'ai pris la route après dîner bien arrosé. Mon mari s'était laissé aller, donc j'étais restée raisonnable, mais j'ai su immédiatement, en prenant le volant, que je n'étais pas en état parfaitement normal. Je ne voyais pas deux routes pour une, mais c'était pas loin.
D'où conséquence : je roulais très prudemment et assez doucement. Et je me disais que le vin qu'on m'avait offert était sûrement frelaté.
Sur la route, barrage, alcootest. J'ai bien cru qu'on allait dans le mur. Eh bien non : moi je savais que j'étais à peine en état de conduire, l'alcootest, lui, il m'a dit que j'étais 100 % bonne.
Nickel chrome. Je suis repartie avec les félicitations du jury. Et... pas tout à fait un danger public, mais pas loin.
Alors, leur sécurisation (y'a pas de binette bras d'honneur, par ici ?)...

13 août 2013
13 août 2013
13 août 201313 août 2013

Le coup de bôme étant la première cause de mortalité en voile, il y aura certainement une loi qui interdira les bômes à bord.
:acheval: :acheval: :acheval:

Plus sérieusement un gilet auto-gonflable n'est pas gênant à porter même si j'ai une préférence pour le harnai.

13 août 201313 août 2013

Hola !!

Peut être pas l'endroit ni l'heure pour un coup de gueule ... mais tant pis ...

Les statististiques de la commission européenne ayant démontrées que l'éternuement était un facteur de risque majeur à bord des voiliers, vient de prendre une mesure en instance d'application.
En effet, vous ne le savez sans doute pas, mais lorsqu'un plaisancier éternue, sa tête a de grandes chances de heurter la bôme, et donc de provoquer une perte de connaissance, engendrant elle-même un chute à la mer.
La commission "ad-hoc" du Parlement européen, conclu au terme d'un rapport de 2458 pages que la mesure préventive adaptée est le port, en tout lieu et en toute circonstance, par les personnes se trouvant à bord d'un navire de plaisance, d'un vêtement thermolactyl de classe 4, selon la norme CE 568/14/2013.
Ce vêtement devra être porté en toute circonstances, sous le gilet 150N, lui même sous le harnais de sécurité, le tout étant frappé à la ligne de vie.

Ces vêtements thermo dynamiques devront porter les marques d'homologation, et seront soumis à un contrôle périodique tous les trois ans, auprés des stations de contrôles autorisées dont le réseau sera mis en place avant la fin de l'année. Chaque station sera libre de pratiquer le tarif qu'elle souhaite lors de ces contrôles. La philosophie libérale trouvant dans cette décision tout son sens !

D'autre part, la Commission médicale du Parlement Européen qui travaille en parallèle sur le même sujet, a démontré que les refroidissements corporels provoquant ces éternuements mortels, étaient dus, dans 97% des cas, au fait que les personnes embarquées sur un bateau de plaisance, passaient la plupart de leur temps, assises sur les surfaces relativement froides, humides, quand elles ne sont pas carrément mouillées.
Donc cette commission a préconisé le port obligatoire de slip fourrés afin de limiter les risques de refroidissements par cette "partie" de l'anatomie des plaisanciers.

Les fonctionnaires chargés des contrôles, dans la phase de mise en place de ces mesures, procéderont à des contrôles inopinés, mais durant cette mise en place, les plaisanciers pourront se contenter de s'aligner sur leur bord, en baissant, leurs vêtements et en se penchant en avant afin d'exhiber à la vue des contrôleurs leurs anatomies ainsi protégées.
L'absence de ces slips fourrés au moment desdits contrôles sera assimilée à un outrage à agent de la force publique.

Tout comme les vétements thermolactyles, les slips fourrés seront soumis à un contrôle régulier, dans des stations agrées, et un contôle du coefficient d'isolation thermique sur chaque pratiquant et pratiquante sera réalisé en conditions d'utilisation, par un corps de contrôleurs qui sera spécialement créé.

On vit une époque formidable ... non ?

:acheval: :acheval: :acheval:

bien resumé patxi ;-)

24 août 2013

Somptueux. Fallait un commentaire en plus, une étoile ne suffit pas.

13 août 2013

c'était effectivement pas l'endroit........

13 août 2013

Oui et non...
Un plaisancier (plus simplement un être humain) qui meurt est toujours un drame et j'assure ses proches de ma compassion.
Mais, si chacun ne doit pas s'adonner à une passion parce qu'il y a un facteur de risque, je n'imagine pas la vie que l'on va mener!
patxi64600 résume bien la dérive qui nous guette.
Après, faites vous une bonne idée de la manière dont vous voulez traverser votre existence et faites comme vous voulez.
Je ne prendrais pas le risque, pour ma part, de partir seul en mer, comme d'appareiller par vent fort si je n'ai pas au moins deux équipiers en qui j'ai confiance car l'une d'entre eux peut avoir un malaise ou un accident... mourir comme ça ne me convient pas à ce jour.
Mais, si vous voulez prendre des risques, ne venez pas pleurer ensuite.
Il n'y a pas de bons marins, il n'y a que des vieux marins...

13 août 2013

Surement pas le bon endroit. Me concernant je porte mon gilet auto de facon systematique et longe si solo. 180n a retournement auto. Je le porte par choix et non par obligation. Le gilet ne me gene pas dans mes mouvements, meme en regate. Je vis dans un pays ou le port du gilet ne discute pas, les rares plaisanciers sans gilet naviguant en baltique sont percus comme des amateurs inconscients ????. Pour en revenir au sujet initial, un triste nouvelle et pensees pour les proches

13 août 201316 juin 2020

rien à ajouter

24 août 2013

On pourrait pas avoir des binettes avec les schtroumpfs ? Moi, Paulo Coelho, il me fait réagir comme le schroumpf grognon. J'aime pas.

25 août 2013

Autrement dit... elle n'a pas fait qu'écrire des conneries, elle en a aussi filmé.
Ceux que je n'aime pas ne disent jamais de choses sensées, c'est d'ailleurs pour ça que je ne les aime pas. Heureusement. Car s'ils disaient des choses sensées, je les lirais, et comme je ne les aime pas, ça m'embêterait.

24 août 2013

Même les ceusses qu'on n'aime pas peuvent, parfois, dire des choses sensées, isnt-it ?
C'est comme Mraguerite Duras, elle n'a pas écrit que des conneries ... elle a aussi fait des films ! :scie:

13 août 2013
13 août 2013
13 août 201313 août 2013

Hola !! ... BIEN SUR QUE JE SUIS TRISTE aprés cette nouvelle, et toutes mes pensées vont aux proches de la victime de cet accident.

Mais au delà des conséquences tragiques de cet accident, ce qui me met en rogne, ce sont les réactions qui justifient, quand elles ne le souhaitent pas un surcroît de règlementation.

Mais y a-t-il une activité humaine qui soit sans risques?
Ce qui me désole, et même plus, m'inquiète, c'est qu'au nom de la sécurité, tout évènement fortuit ou accidentel, provoque de la part de nos "pseudos" dirigeants une poussée de règlementite aigue, quelle que soit la nature de cet évènement, et qu'à chaque fois c'est notre liberté et responsabilisation qui s'en trouvent diminuées d'autant.

Il suffit de constater ce qui vient de se passer, et qui est loin d'être fini, à la suite des noyades sur les plages cet été.
On va bien voir, et pas forcément rigoler, quand nos législateurs se réuniront cet hiver pour entretenir leur bronzage sous les sunlights du parlement et des caméras réunis, quand donc ils vont réglementer à tout va sur la première des libertés de chacun vis à vis de la mer ... se baigner !!!
Dormez braves gens ... on pense pour vous !!

Il faudra aller se baigner avec ses papiers d'identité, de la monnaie pour payer les amendes, s'entasser les uns sur les autres dans des zones de quelques dizaines de mètres afin d'être sous surveillance (encore) alors que la plage fait 5kms. Et puis quand les noyades seront dues à l'hypothermie, l'indigestion, un malaise n'ayant rien à voir avec la mer elle même ... que fera-t-on?? On mettra un portique d'accés aux plages avec contrôle médical et test à l'effort ??? ....
Celà devient ridicule mais hélas... pas risible !!!

Alors oui, on ne peut qu'être attristé par la disparition d'un marin, mais NON on ne peut s'en remettre au législateur et aux lois, décrets et autres règlements pour poursuivre cette chimère du risque zéro !!
La responsabilité de chacun, le libre-arbitre sont en train d'être grignoté à la vitesse grand V par tous ces penseurs auto-proclamés, qui décident ce qui est bon pour moi !!!
Et M.... !!!!!!

Quand on monte à bord de nos bateaux, on sait tous qu'un accident est possible et que dans le milieu dans lequel nous évoluons le mot "pardon" n'existe pas.
Notre "ami" disparu savait tout celà, il acceptait, comme nous tous cette règle non écrite.
Comme on dit en arabe "mektoub" ... c'était écrit !

13 août 201313 août 2013

Cher Patxi64600,

Venant de toi je suis scotché par cette argumentation et ces inepties caricaturales.
Non seulement la vie a un coût mais elle aussi un prix.
Une société moderne doit tout faire pour que ses éléments ne passent à trépas d'un instant à l'autre.
A toujours vouloir mettre dans la balance cette notion de liberté quand il s'agit de nous protéger contre nous-même ou malgré nous, représente un danger pour la liberté fondamentale.

Tes arguments sont les mêmes que ceux qui, dans les années 80, hurlaient à la mort parce qu'on leur imposait désormais le port de la ceinture en bagnole.
Il aura fallu près de 30 ans pour que tout le monde la boucle et en admette enfin le principe.
Ca doit être le temps nécessaire à un cerveau sur son ère pour être capable de changer de cap.

Dans le monde professionnel, plus personne aujourd'hui ne conteste le port obligatoire du gilet gonflable. Pas même les pêcheurs, même ceux qui s'en affranchissent.
C'est même devenu un outil de travail comme un autre.

Tu as peut-être le droit de mourir comme tu l'entends, mais la sauvegarde de la vie humaine et l'organisation des moyens mis à disposition pour y parvenir, est un principe fondamental d'une société moderne qui fera tout pour que tu échoues.

Aujourd'hui le port du gilet n'est pas obligatoire mais tu sais très bien qu'il y aura des dispositions réglementaires un jour pour que ça le devienne.
Et ce ne sera que 30 ans plus tard qu'on oubliera le sujet au coeur des forums.

13 août 201313 août 2013
13 août 201313 août 2013
24 août 2013

Tu rigoles ? Je porte la ceinture pour ne pas avoir d'amende. Mais de là à considérer que c'est la panacée...
Je crois qu'elle a évité bon nombre de problèmes, mais qu'elle en a aussi causé quelques-uns...
C'est, comme d'hab, un moindre mal, imposé à tout le monde y compris ceux qui n'en ont pas besoin (moi : 20 000 km par an et aucun accident en 42 ans).

24 août 2013

"La responsabilité de chacun, le libre-arbitre sont en train d'être grignoté à la vitesse grand V par tous ces penseurs auto-proclamés, qui décident ce qui est bon pour moi !!! "
Ah ouais ? Et... en-dehors de quelques minorités (dont les voileux), qui c'est qui accepte de les prendre, les responsabilités et le libre-arbitre ?
L'ambiance est plutôt à la sur-protection et au "t'as eu un ennui avec ton plombier/médecin/électricien/etc..., t'as attaqué en justice ?"
On prend des risques, mais en cas de pépin, les autres paieront !

13 août 2013
13 août 201313 août 2013

ce we, a quai j'ai fait un petit topo( asdsez gros le topo) de mon protocole "homme a la mer" (moi forcement on n'est que deux) a mon amie qui n'a fait que 1 mois de voile dont seulement 10 jours de vent.
*bib ibib alarme
*perche IOR
*mob gps
*MOR AIS
*arreter la bateau
* etc.....
la prochaine fois on fera quelques exercices de repechage; c'est pas gagné.
.
he bien ca lui a foutu mal au crane , elle s'est couchée avec la gerbe mal au bid et tout....
Mais je lui ait dit: au large je tombe a l'eau soit tu maitrises tout ca par tous les temps soit c'est terminé; Le Cross faut pas compter la dessus,sauf coup de bol....j'aurais du garder cette conclusion pour plus tard

13 août 2013

En PREMIER : arrêter le bateau...

13 août 2013

chez moi en premier : reperage perche IOR dans les 15 sec + bouée puis arreter dans la minute: MOB gps et AIS dés que possible( 2mn max), alerte radio on a le temps
ce WE j'ai decreté pour un debutant:
voiles non tangonées: loffer affaler(rouler)
voiles tangonnées : couper les ecoutes (voles d'avant) ou ecoute drisse et bras de spi puis loffer affaler(rouler).
.
j'espere ne jamais jouer a ca: je mets le harnais des que j'ai un doute + la nuit et je porte un casque dans les manoeuvre de gros temps

24 août 2013

Pourquoi je peux mettre qu'une étoile ? C'est pourtant ET le plus important, ET celui qu'on enseigne le moins !

13 août 2013

Faut-il le rappeler: un frein de bôme, efficace et très facile à installer minimise grandement les conséquences facheuses d'un balayage brutal de bôme (tester plusieures fois sur mon boat).

13 août 2013

A quand le port du casque obligatoire ?
Il y a beaucoup plus de morts en France par les suicides, trop souvent dus à des stupidités administratives et les faillites qui suivent. Vas-ton devoir arrêter et emprisonner tous les pondeurs de lois stupides et dangereuses?
Ce serait pourtant beaucoup plus efficace et utile.

13 août 201316 juin 2020

Sympathie a sa famille et pas de conclusions hâtives .requiescet in pace

24 août 2013

requiescat

13 août 2013

« Il est rare que la liberté soit perdue d’un seul coup.
L’esclavage est si terrifiant pour la plupart des hommes habitués à la liberté qu’il faut leur ôter celle-ci par degrés et déguiser celui-là de mille manières pour qu’ils s’y habituent progressivement ».

David Hume (1771 – 1776)

13 août 2013

C'est bien ce que je me disais.

Je ne pense vraiment pas que Hume, s'il avait été encore de ce monde, aurait employé cette formule pour des obligations aussi futiles que le port du casque en moto, de la ceinture en bagnole ou du gilet en bateau.

Et c'est bien là tout le danger : évoquer l'atteinte aux libertés individuelles pour ces cas (très) particuliers et qui, in fine, relèvent d'abord de la santé publique, fait vite oublier les fondamentaux relatifs aux principes des libertés individuelle et collectives.

Nul doute qu'il aurait fait le distinguo entre liberté et nécessité.

.

13 août 201313 août 2013

Non ! :heu:
.
Il n'y a pas de liberté sans loi.
Il ne faut pas confondre individualisme et liberté.
Et c'est bien parce que je ressens cette confusion que je réagis ici.

Tu as parfaitement le droit de boire ce que tu veux et autant que tu le veux.
Mais dans la limite de tes responsabilités : chez toi mais pas au volant sur la voie publique.
Il n'y a pas de vérité révélée : il n'y a que des constats qui obligent à légiférer.

Il y a 30 ans, en bagnole tu avais parfaitement le droit d'asseoir ton gosse à la place du mort avec une sucette dans la bouche, sans ceinture de sécurité et appuyer sur le champignon.
A ton avis, pourquoi tu n'as plus aujourd'hui cette "liberté" ?

13 août 201313 août 2013

Tu es bien placé pour savoir que la prudence et le bon sens (je ne parle même pas de l'intelligence !) ne sont pas des qualités équitablement réparties.
Et c'est bien parce que de très nombreux bipèdes en sont complètement dépourvus qu'il est nécessaire de légiférer, la peur du bâton ayant toujours fait ses preuves.

Concernant le gilet, aujourd'hui, tu as toute "liberté" de le porter ou non.
Nul ne peut t'y contraindre.
C'est ta décision .... individuelle.

Comme tu dis, ce moment de décision t'appartient comme t'appartenait celui de mettre tes enfants à l'arrière de la bagnole à cette époque révolue puisque maintenant tu n'as plus le choix,
tu n'as plus ... le droit.

Quand le législateur a sévi dans ce domaine il y a quelques années, ça ne lui est pas venu comme ça comme une "vérité révélée" toute soudaine en consultant les tarots mais bien parce qu'il y a eu des rapports alarmants venant de professionnels de santé sur les conséquences dramatiques de ce manque de prudence et de bon sens élémentaire.

Le port du gilet est obligatoire chez les professionnels du maritime et ça ne pose aucun problème.
Ca a bien tiqué un peu au départ, comme d'hab, et puis ... avec le temps ...
ces pros se sentiraient presque nus s'ils ne le portaient pas.

Chez nos voisins de la Baltique et de la Mer du Nord, il est porté de manière volontaire, et de manière assez systématique pour que le phénomène soit remarqué, par les plaisanciers dans des pays où aucune loi ne l'impose (à ma connaissance).

Mais évidemment, ici, au pays des droits de l'homme, on rue dans les cockpits en hurlant à cette liberté qui fout le camp.
Ca pourrait être pathétique si l'exagération n'était pas d'abord ridicule.

Qu'on parle d'une atteinte à l'individualisme, très bien, mais d'une atteinte aux libertés ...

C'est faire de la liberté un combat bien dérisoire.
La liberté consistant moins à faire sa volonté qu'à ne pas être soumis à celle d'autrui.

Simple désir de préciser les intitulés de ma part. :heu:

.

24 août 2013

"toutes activités nautiques" : même quand on veut faire un 50 mètres brasses parallèle à la plage, par 1,50 m de fond ?
:tesur: :tesur: :tesur:
Pour la brasse coulée, ça va être durdur.

24 août 2013

Et aux Antilles, t'en as vu beaucoup ?

24 août 2013

Voui, c'est de l'individualisme. Et en tant qu'homme (sens très large), je revendique ce droit.

13 août 2013

Hola Gadloo ! ... désolé de te décevoir ...

Je t'enverrai un MP plus tard.
Mais un "bémol" à ta réaction (si tu permets) ...

Ce ne sont pas LES libertés individuelles qui sont mises en cause ... encore que !
Mais c'est la déresponsabilisation, l'assistanat, le mieux pensant, etc... c'est tout celà que je trouve insupportable.

A force de voir les "autres" penser pour toi, décider ce qui est bon ou pas pour toi, ce qui est profitable pour toi, ce que tu dois manger ou non, ce que tu peux boire ou pas, etc... et qui de surcroît te l'imposent comme la vérité révélée, comment s'étonner de voir les nouvelles générations totalement indifférentes et égoïstes : "pourquoi vais-je réfléchir puisque d'autres le font si bien pour moi"!

Et celà ne s'applique pas uniquement à notre petit monde de la mer, mais à TOUTES les facettes de notre vie quotidienne.
Comment il disait le Général ...? Ah oui ... tous des veaux !

Bon vent à toi l'ami !

13 août 2013

Hola :heu:

Il y a 30 ans comme tu dis mes enfants (j'en avais deux à ce moment là) étaient systématiquement derrière !
Celà me paraissait de la prudence et du simple bon sens.

La différence est dans le fait de ne pas attendre l'obligation pour quelque chose qui relève de "l'intelligence".

Sur le canote, je ne porte pas le gilet jusqu'à ce que j'estime nécessaire de le mettre.
Ce moment de décision m'appartient, c'est ma responsabilité en tant qu'homme (sens large) responsable et intelligent (soit disant)

Sois franc l'ami ... mer belle, risées à 5N, grand soleil, 28° degrés dans le cockpit ... tu mets le gilet toi ?
Moi non !! A 25N on en reparlera.

Pourquoi devrais je le faire parce ON m'a dit "il faut" ???
C'est de l'individualisme ça?
:goodbye:

13 août 2013

pas obligatoire certe mais dans le ton du reportage, le fait quil ne porte pas de VIF est en caractère gras....
et ce termine par ce paragraphe:
"Suite à cet accident de mer, la préfecture maritime tient à rappeler l'impérieuse nécessité de porter un vêtement à flottabilité intégrée pour toutes activités nautiques.
donc c'est dans les tuyaux.....

14 août 2013

Les voisins de la baltique et de la mer du nord sont quand mème assez réticents à porter le gilet en méd. J'en ai rarement vu le mettre...

24 août 2013

Mmmm... "atteinte à l'individualisme" vs. "atteinte aux libertés"... Est-ce que la liberté n'est pas propre à l'individu ? Parle-t-on, par exemple, de la liberté des sociétés ?
Serions-nous là dans un problème de vocabulaire ?
Je préfère parler de liberté, sans spécification plus ou moins restrictive. Et même, ce qui m'importe, c'est MA liberté, qui va naturellement de pair avec MA responsabilité, vis à vis de moi-même et vis à vis des autres.

24 août 2013

Ben, j'ai pas mal voyagé de cette manière-là... et même, des fois, sur les genoux de mon père qui conduisait, et c'est moi qui tenais le volant ! Oui !!!!
Ah l'esclavage des enfants... Heureusement, ceux d'aujourd'hui sont protégés. J'ai survécu, mais ce fut dur.
Mes parents étaient-ils inconscients ? Je revendique le droit d'honorer leur mémoire en l'étant comme eux. A leur façon et à la mienne.
Je jure que j'évite le Ti'punch la veille de jours où je dois prendre la route.

13 août 2013

.

ll n'y a pas de bons marins, il n'y a que des vieux marins...

Et ça m'arrange je vais bientôt passer du bon coté ... pas les bons , les vieux !

quand on devient d'accord avec toutes les lois liberticides que pondent nos societés c'est qu'on devient un vieux con (bernard werber dans les fourmis )

13 août 2013

Moi je considère 2 cas:
1. Vraiment "libre et indépendant", la vie d'autres ne dépends pas de sa propre vie. (Enfant, famille, entreprise...)
2. L'inverse
Si on se sent dans le cas 2, alors utiliser les sécurités nécessaires. Notez que le cas 1 est assez rare dans sa vie.

13 août 2013

Gadloo a raison, l'une ne va pas sans l'autre (elles sont en tension dialectique, aurait-on dit dans des temps pas si anciens...)

Je dirais même que "l'inter-dépendance" est la condition de "l'individualité"; comme le centre (et son efficacité sociale) est la condition de la marge...
Je ne suis pas certain que dans "état de nature", l'individu et sa liberté (au sens ou nous l'entendons là) soit bien possible.

13 août 2013

je suis désolé , mais que je mette ou non ma ceinture en voiture n'attente pas à la vie d'autrui
pour l'alcool au volant, je suis d'accord, cela affecte presque toujours des tierces personnes
mais au vu de ces deux exemples d'obligations, ma liberté de faire du bateau à voile comme je l'entend doit être totale tant que cela ne met pas en jeu la vie d'autrui

et je rappelle que le risque zéro n'existe pas
:non:

13 août 201313 août 2013

D'accord ...
Mais une société digne de ce nom ne laisse pas partir ses éléments dans l'autre monde comme ça au nom du respect de ses décisions individuelles.
Préserver la vie coûte que coûte, partout, tout le temps.
Quand un homme est à l'eau, on déploie tous les moyens nécessaires pour la sauvegarde de sa vie.
On ne s'occupe pas de savoir s'il a été imprudent, ivre, riche, pauvre ou suicidaire.

Le maillage des secours à terre comme en mer est plutôt bien rôdé dans ce pays même s'il reste perfectible.

A partir du moment ou l'organisation sociale fait de la sauvegarde de la vie un principe fondamental il me paraît bien légitime qu'elle ait son droit de regard sur la prévention nécessaire afin de limiter à la fois les risques mais aussi les coûts.
.

14 août 201314 août 2013

un peu comme toi, petitlu car...."Préserver la vie coûte que coûte, partout, tout le temps."
vu toutes les pollutions (industrielles, agro-alimentaires, maritimes, nucléaires, etc...) il me semble que c'est plutôt préserver la rentabilité coûte que coûte..... :-(

14 août 2013

Soit je me suis très mal exprimé, soit tu as lu trop vite.
Ou as-tu compris qu'il fallait interdire les activités à risque ?

Ce n'est pas ce qui manque : spéléo, alpinisme, voltige aérienne, sports auto et moto, parachutisme pour prendre les plus extrêmes, le ski ...

Tous ces sports se pratiquent avec un matériel spécifique lié à la sécurité des pratiquants.
Et c'est souvent très encombrant ou peu pratique.
Et contraignant !

Et ceux qui dérogent à ces règles, quand ils ont un pépin, sont malgré tout l'objet de tous les égards de la part des secouristes.
La règle : on se porte au secours d'abord, on discute ensuite si les règles ont été enfreintes.
Ces règles de sécurité ont été définies à la fois par des pratiquants aguerris de ces activités et leur fédération ainsi que par les services de secours spécialisés quand il y en a (spéléo, alpinisme, ...).
Le but de ces règles n'est pas d'emmerder les pratiquants mais de donner un maximum de chances de succès à ceux qui ont la charge de les récupérer quand ça se passe mal.

Imagine-t-on une société qui se détournerait pudiquement d'accidents à répétition dans un domaine sans chercher à y remédier ?

Dans tous les domaines, les règles de sécurité évoluent avec le temps.
Et on s'y adapte très bien.

Crois-tu que les industriels de l'automobile dépenseraient autant de pognon en recherche pour les sécurités active et passive s'ils n'y étaient pas contraints par les pouvoirs publiques ?
Sûrement pas. Ce n'est pas ça qui fait vendre.
Et parallèlement on demande aux conducteurs de changer leurs habitudes.
Et ça les fait râler .... Comme ici ! :heu:

On est vraiment très loin de ta dernière phrase. :non:

14 août 2013

Je mets des points pour aérer mon texte. :))

Je comprends parfaitement ton émoi et ton exemple montre bien toute la difficulté d'assurer la sécurité indispensable pour des baigneurs en très grande majorité occasionnels et les autres comme toi qui connaissent parfaitement les règles à appliquer par simple connaissance du lieu et donc par expérience.
Si je prends le contre-pied de ta démonstration, doit-on supprimer les limites de baignade au nom de ceux qui savent et laisser des familles qui viennent de partout en France prendre le risque de connaître une fin tragique de leur vacances ?
Je n'ai aucune réponse.

J'ai observé le boulot des MNS sur les grandes plages de l'Atlantique avec déplacement des limites de baignades selon l'évolution des marées, ils font un boulot formidable et heureusement qu'ils sont là.
Mais malheureusement ça n'empêche pas.

Toute la difficulté d'une réglementation consiste à limiter les accidents sans interdire l'accès.

Tu me demanderais de me pencher sur le problème, je crois que je resterais longtemps devant une page blanche.

24 août 2013

Excuse-moi, mais là tu abordes par un aspect... mineur (sisisi) un problème auquel il ne faut pas toucher.
Si j'ai bien compris, tu dis (horreur) qu'il faut éduquer les gens, de façon à ce qu'ils puissent réfléchir et prendre des responsabilités ?
Tsss... :non: :non: :non:
Politiquement incorrect, mon bon...

14 août 2013

J'voulais pas trop intervenir mais il y a certaines choses que je ne peux laisser passer :

"Mais une société digne de ce nom ne laisse pas partir ses éléments dans l'autre monde comme ça au nom du respect de ses décisions individuelles. "

D'une part, je trouve cette phrase très dure. Dans ce cas ne vaut-il pas mieux interdire toutes les activités à risque ?
De plus c'est à géométrie variable, la notion de risque (et la capacité) est différente d'un individu à l'autre.

D'autre part c'est un manque de respect total et un refus du libre arbitre d'un individu. Autrement dit " t'es trop con donc je pense pour toi". :non:

14 août 2013

Hola Gadloo !

J'avais interprété ton " . " comme fin à tes interventions sur le sujet, mais c'est avec plaisir et autant de conviction que je te "relis" !

Je vais déplacer la polémique, et parler de quelque chose qui a fait la une durant tout l'été, et dont on n'a pas fini d'entendre parler à mon avis ... les noyades de baigneurs !

Faut il définir une règle, et si oui, comment la définir ?

Chez moi, je fréquente deux plages : les Cavaliers à Anglet ou le Métro à Tarnos. Ces deux plages sont connues pour leurs rouleaux, les surfeurs en attestent, et elles sont toutes deux trés fréquentées en été.
Un jour de beau temps, c'est par milliers que l'on compte les personnes sur ces plages. Les zones de "baignade autorisée" font, au mieux, 100/150m de long (au mieux) et ne réprésentent qu'une infime partie de ces plages.
Dés qu'un baigneur met le petit doigt à côté de cette zone surveillée, ce sont coups de sifflets, grands gestes des MNS et on ramène tout le monde dans ces 100/150m. Résultat, des centaines de baigneurs qui se bousculent dans cet "enclos".

Mais il y a aussi un "certain nombre" ou un "nombre certain" de baigneurs, habitués des lieux, connaissant l'océan et ses rouleaux, venant y nager hors période estivale. Ces baigneurs (et il y en a beaucoup), sont largement capables d'anticiper les dangers, savent comment nager avec les rouleaux, comment se sortir d'une baïne, comment revenir à la côte, ils ne regardent pas la couleur du drapeau car ils savent quand ils peuvent se mettre à l'eau ou non ... et ils sont toujours là pour le raconter !!

Si les mesures envisagées en réaction aux noyades récentes sont mises en application, comment va-t-on faire ? Faudra-t-il que nous abandonnions ce loisir et ce plaisir qui ne fait prendre de risques à personne? Faudra-t-il que l'on arborre un signe distinctif? Aurons nous une dérogation qu'il faudra exhiber aux MNS? Y aura-t-il un "permis de se baigner"? Devrons nous demander la permission aux MNS? Faudra-t-il aller à l'eau avec notre portefeuille pour justifier de notre identité quand on viendra nous verbaliser? Chaque fois que nous rentrerons dans l'eau faudra-t-il avoir une altercation avec les MNS?... etc

Avant le 10 juillet, ou aprés le 30 août, c'est le même océan, ce sont les mêmes plages, les mêmes rouleaux, les mêmes baigneurs ... et à ce moment là, ce qui est interdit avant devient autorisé ?

Est ce à dire que les neurones du sens de la responsabilité et du libre arbitre, sont moins ramollis hors saison?

Puisqu'il n'y a plus de drapeau, de zone surveillée, de MNS, si on est logique avec la philosophie de la règlementation, et du risque zéro, il n'y a qu'une mesure qui doit s'imposer : la fermeture des plages et l'interdiction totale de se baigner pendant les dix mois hors saison estivale !!

Plutôt qu'une réglementation suplémentaire, ne serait il pas plus intelligent de sensibiliser les futurs baigneurs. Cette sensibilisation peut se faire à l'école pour les enfants, par les médias pour les parents un peu dans le genre de ce qui se fait pour l'alcool ou la prévention routière.

Ah oui, pardon, j'ai négligé deux "détails" ... les journaleux n'auraient plus leur maronnier de l'été, et les potentats locaux ne pourraient plus bomber le torse sur les plages !!!

Je veux encore croire que l'on peut estimer les individus capables de réfléchir et de choisir à la condition qu'ils aient été informés. Les exemples de ces changements de comportements sont nombreux : pollution domestique, produits transgéniques, économies d'énergie, éducation ...

Individualisme ou restriction de MA liberté de décider pour MOI MEME ?
:goodbye:

13 août 2013
14 août 2013
14 août 2013

Vous avez raison. Mais, j'ai beau connaitre 7 fois plus de relations qui sont décédés en mer qu'en voiture, je ne porte le gilet que lorsque cela est obligatoire( en course, le comité de course en décide souvent lorsque la météo est incertaine). Et je vis cela comme une contrainte.
Ceux qui prétendent qu'ils sont maintenant confortables ne descendent pas souvent faire à manger ou à la table à carte.
En effet, retirer le gilet, le ciré afin de passer quelques minutes "en bas" est très contraignant et la conséquence en été est une sudation importante et inconfortable.

14 août 2013

moi j'attends avec impatience la loi qui obligera les baigneurs à porter un gilet de sauvetage... Autogonflable ?

24 août 2013

Ben forcément ! Pour la sécurité !

14 août 2013

J'ai entendu hier après-midi le Cross Etel appeler plusieurs fois un bateau qui avait signalé 2 hommes à la mer mais ne répondait pas à ses demandes de précisions; il a contacté ensuite le sémaphore de Saint Sauveur en expliquant qu'il essayait de le localiser.

Je n'ai pas entendu la suite de l'histoire; je suppose et j'espère que çà s'est bien terminé.

14 août 2013

Il faut raison garder et comparer ce qui est comparable en termes statistiques.On ne peut pas mettre en parallèle l'accidentologie routière et maritime sans parler de la moto (je suis aussi motard )dont la dangérosité est sans commune mesure avec la pratique des activités nautiques;Je suis pleinement d'accord avec Patxi; Ne legiférons qu'à bon escient

14 août 201314 août 2013

Mais combien de mort en Moto et combien en bateau?
A partir de quand on légifère de la même manière?

Je suis globalement d'accord avec toi Gadloo, mais je pense que tu présente une vision un peu trop idéalisée et parfois même "naive" (désolé pour le terme je ne veux pas être désagréable, mais je n'en trouve pas d'autre juste la).

Par exemple dans cette phrase : "... Ces règles de sécurité ont été définies à la fois par des pratiquants aguerris de ces activités et leur fédération ainsi que par les services de secours spécialisés quand il y en a ..." je pense que ce n'est pas souvent le cas et que c'est une vision idéalisée.

De mon coté, je ne suis pas pour trop de règles et je suis pour une meilleur responsabilisation des usagers. Le problème étant de quantifier le "trop" et "meilleur" et je reconnais que ce n'est pas si simple de trouver le bon réglage.

La comparaison entre la ceinture en voiture et le gilet/harnais en bateau me semble également peu judicieuse car le risque n'est pas du tout le même.

J'ai l'habitude de quantifier la sévérité d'un risque par son occurrence et son impact et dans ces deux cas la, ni l’occurrence ni l'impact ne sont comparable à mon avis.

C'est un vaste débat, intéressant et qui mériterais un fil dédié hrs d'un contexte d'actualité.

14 août 2013

3.6 millions 2 roues en France.
800 000 bateaux immatriculés soit 4 fois moins.

A partir de quand ça devient comparable ?
.

21 août 2013

Bien d'accord avec toi. J'avais une moto et un jour ma femme m'a dit : si tu vends la moto, je veux bien que tu achètes un bateau. J'ai un bateau.. et je confirme, on est en sécurité sur un bateau comparativement à circuler en moto.
Il ne sert à rien de légiférer si on ne peut faire appliquer les lois.. On ne va pas mettre un gendarme au mille carré! Le chef de bord est responsable de la sécurité et la loi lui impose de prendre les bonnes décisions y compris pour lui même.

14 août 2013

Personnellement, nous mettons TOUJOURS nos gilets auto-gonflables (qui font aussi harnais) dans le coin où nous naviguons actuellement. L'eau y est glaciale et tomber ne serait-ce qu'à l'arrêt en sautant sur le ponton pour y mettre une amarre est potentiellement générateur d'un accident stupide. C'est comme monter ou descendre de l'annexe, danger... Et franchement, les gilets actuels ne sont pas gênants. Donc sans besoin de légiférer, il faut parfois se donner quelques contraintes, non?
Mais bon, les Français sont tellement plus doués que les autres, seuls les Norvégiens et autres Anglais ont besoin de porter un gilet, ils ne savent pas nager ni rattraper un bateau à la nage, eux...
Je sais que je vais me prendre quelques réflexions bien senties mais je dois avouer que la réaction franco-française de refuser systématiquement de mettre un gilet, un casque ou autre engin de sécurité m'agace un peu.

14 août 2013

Dans ton coin bien glacial, je ne pense pas que tu navigues à poil ou presque.

Porter un gilet moderne sur une tenue de mer ne pose en effet guère de souci, comme en hiver chez nous. En porter un toute une journée, par 5 ou 10 Kts de vent, en maillot, pendant ces mois d'été où la température ne descend guère en dessous de 25° et se situe plus aux alentours de 30° ne représente pas la même difficulté.

De même lorsqu'on parle plus haut des professionnels, je n'en ai pas souvent vu en maillot de bain ou autre tenue légère.....

23 août 201316 juin 2020

Nous avons navigué, pour la 3e fois, dans la même région cet été :
par exemple, au large de Horsund : T° eau 3,6°C T° air 4,5°C; vers 79° 15 : 6 °, sans doute l'influence du Gulfstream.
Avec une telle température, si tu tombes dans l'eau sans gilet, c'est la mort assurée, si tu as un gilet, elle est juste différée sauf si tu as la capacité à regagner le bord dans les quelques poignées de secondes suivant ta chute. L'effet de congestion est redoutable.
Nous avons portés ces 'apparaux", c'est aussi un rappel permanent à la plus grande prudence quand tu fais une balade en annexe ou pour les déplacements sur le pont.

C'est une règle élémentaire de sécurité et de bon sens, qui devrait s'appliquer aussi dans des zones nettement plus tempérées.

14 août 2013

Rien n'empêche de porter un gilet avec harnais incorporé sur un maillot de bain ? Il est rare d'avoir trop chaud au-dessus de force 4 sous nos latitudes. Par temps calme (donc sans risques a priori) on peut le garder sous la main prêt à servir pour d'éventuelles manoeuvres sur le pont - on a des chances raisonnables de survivre à quelques minutes de transpiration dans ce cas !

La seule gêne que je ressens personnellement est le poids de la double longe pour mes cervicales.

14 août 2013

Avec les températures de cet été, jusqu'à 20 Kts de vent, on ne se jette pas sur les vêtements!

14 août 2013

Je crois que vous vous méprenez complètement sur mes intentions.
Nulle part je ne dis que le port de ce gilet devrait être obligatoire.
D'une part parce que ce n'est pas à moi d'en décider et d'autre part parce que je ne le porte presque .... jamais ! parce que justement, ce n'est pas obligatoire.
Je serais quand même gonflé, dans ces conditions, de vouloir l'imposer à quiconque.

Vous voyez, je ne vaux pas mieux que vous.
Sauf que je ne râle pas sur ce qui n'existe pas encore. :star2:

Ce qui m'a fait démarrer (au quart de tour, je le reconnais !) dans ce fil c'est cet éternel cri d'orfraie suivi d'une dialectique franchouillarde consistant à mettre dans la balance une législation potentielle (et probable à terme) avec ce que vous appelez la "liberté".

Si vraiment votre liberté ne tient qu'au port du gilet de sauvetage, alors laissez-moi éclater de rire un bon coup une fois pour toutes mais sachez que vous êtes les plus heureux des hommes.

Le discours que certains ont ici à propos de cet élément de sécurité est le même qu'il y a 30 ans à propos de la ceinture en bagnole : certains parlaient d'entrave à la circulation, d'autres brandissaient la Constitution, on a même entendu parler de 1789 à l'occasion, .... bref on a cru que la France allait descendre dans la rue et tout casser alors que d'habitude elle roupille tranquilos pour des sujets bien plus graves ...
Tout ce délire démesuré, et devenu ridicule avec le temps, puisque cette ceinture est maintenant complètement admise par tous et bouclée sitôt dans la bagnole.

Donc, vu l'évolution de la société en matière de sécurité, je suis prêt à prendre les paris que le port du gilet sera rendu obligatoire d'ici quelques années (moins de 10 ans).
Alors continuez de râler comme il y a 30 ans pour la bagnole si ça ne vous a pas servi à prendre du recul et que vous avez de l'énergie à ne pas savoir qu'en faire.
Et il vous faudra ensuite, là encore, quelques années pour vous calmer et devenir à nouveau de bons et dociles marins protégés par le gilet en question devenu obligatoire.
Et tout sera oublié ! :mdr:

A chaque fois que le sujet du gilet arrive sur la table de la cuisine d'H&O, on repart dans les mêmes délires et les mêmes bonnes vieilles certitudes : "Moi ? Jamais ... :non:"

Alors, discuter du sujet, pourquoi pas, mais brandir le mot liberté pour ça, là ça frise grave le ridicule. :topla:

14 août 2013

Mais quand va-t-on s'arrêter de nous prendre plus cons que l'on est ? Et quand va-t-on cesser de nous faire prendre des vessies pour des lanternes ?
Ce n'est pas parce que les couteaux peuvent occasionner des coupures parfois mortelles qu'il faut légiférer sur l'obligation d'avoir des lame qui ne coupent pas. Ce n'est pas parce que plus de 95 % des gens meurent dans un lit qu'il faut en conclure que le lit est un objet dangereux à bannir.
Il n'y a aucune activité qui n'ait sa part de risque. Vouloir réduire ce risque au niveau zéro démontre une imbécillité sans bornes. Nous naviguons en connaissance de causes et nous revendiquons la responsabilité de nos actes. Naviguer n'est pas connu comme un moyen de se suicider. Nous allons sur la mer pour nous faire plaisir et nous prenons certainement moins de risques que ceux qui se jettent d'un pont ou d'une falaise simplement attachés à un élastique. Nous savons parfaitement qu'un coup la bôme sur la tête est douloureux, voire mortel. Je ne connais personne qui s'amuse à se faire peur en défiant un gui lors d'un empannage.
Par contre, là où l'on crée un vrai danger, en plus de ceux qui existent naturellement, c'est par cette législation omniprésente qui fait croire que parce que tout à bord en conforme à cette dite législation, nous sommes en sécurité et nous fait oublier le bon sens.
D'ailleurs qui légifèrent? Car il doit bien y avoir des responsables de ces tonnes de papiers qui sont édités chaque année en la matière. Mais, peut-être que devant l'absurdité de certains textes et la peur de subir la vindicte populaire, les signataires de ces décrets, lois et ordonnances se sont inscrits au club des "responsables anonymes".

23 août 2013

Ces responsables sont très facilement identifiables et sont rattachés pour la plupart au ministère de l'environnement durable. Ce sont les affaires maritimes et les différentes directions juridiques.

Cordialement,

24 août 2013

Donc irréfutables ?
:mdr: :mdr: :mdr:

24 août 2013

Ca alors ! Je suis complètement d'accord ! Une étoile !

14 août 2013

Au fait, portez vous un gilet de sauvetage quand vous circulez sur les pontons?
Non, c'est pourtant sur les pontons ou l'on enregistre le plus de décès d'homme à la mer...

14 août 2013

oui, et en annexe au débarquement ou embarquement et quand on va à terre, on s'encombre rarement de son gilet de sauvetage :heu:

14 août 2013

Le port du gilet devrait être obligatoire dans les bars car on en a vu se noyer dans un verre d'eau

15 août 201315 août 2013

Salut à tous,

La vie n'est pas une activité de tout repos.
Mais elle a de la saveur quand on nous laisse la gouter à notre manière.
J'aimerais vous dire ce que j'aime en Grèce : S'il y a un trou dans la route, tu dois regarder où tu mets tes pieds. Il n'y a pas de rubalise autour du trou, pas de panneau 200, 100 et 50 mètres avant le trou pour te dire " attention " trou". SI tu mets le pied dedans, tu fais "Aïe" et tu ne te précipites pas à la police pour porter plainte contre le maire de la commune qui a laissé ce trou s'installer sur la route.

Ca se passe entre le trou et toi. A toi de faire gaffe...

Quand je rentre ( rarement) en France, la première chose que j'y vois, c'est " ceinture attachée, vie protégée", puis, 200 mètres plus loin "L'important c'est d'arriver", puis, 200mètres plus loin " par temps de pluie, je ralentis", comme si j'étais un enfant, comme si, pour les législateurs, nous étions tous des enfants, incapables d'autonomie, incapables d'un comportement responsable.
Ce qui est sûr, c'est que plus on nous prendra pour des mômes stupides, plus on restera mômes et stupides.

L'Education, y'a que ça de vrai! Quand l'éducation cède systématiquement la place à la législation, c'est que l'éducation a été mal faite.

Ré-apprendre aux gens à regarder autour d'eux, à cultiver le bon sens, à mesurer les risques, à prendre la mesure de leur place et de leurs limites par rapport à leur environnement, à leurs concitoyens à prendre leur responsabilité, me semble bien plus important que d"interdire" à tout va. Moi non plus, je ne veux pas que l'on décide à ma place de ce qui est bon ou pas pour moi. Tous les jours sur internet, vous allez trouver des infos du type : " boire du café est bon ( ou mauvais) pour la santé". "Dormir 8 heures de rang augmente de 8% les risques cardio vasculaires" etc...

L'autre truc qui m'insupporte, c'est la culture du "fait divers". Quand j'écoute les infos, je me demande souvent " A quoi sert cette info? A savoir qu'un train, ça peut dérailler? Qu'un avion ça peut s'écraser? Qu'en vélo, on peut perdre l'équilibre? Que, dans les villes, il y a des gens violents? Que la mer peut être dangereuse?

J'attends avec angoisse le jour où un moineau crèvera accidentellement l'oeil d'un bébé dans un berceau pour que l'on équipe les becs de moineau de caoutchouc et qu'on oblige les bébés dans des poussettes ouvertes à porter des lunettes.

"En naissant nous mourons et notre fin découle de notre commencement" (Edgar Allan Poe)
Je n'ai pas envie, entre ces deux bornes, que l'on balise toutes les 5 minutes mon chemin pour que je ne m'écarte pas de la voie "obligatoire". En contre-partie, j'ai toujours fait super gaffe à mes contemporains et je crois (prétentieusement et naïvement) que peu de gens peuvent se plaindre de les avoir emmerdés.
J'aime fumer la pipe, j'aime le beurre et la crème fraiche et je vis en bateau. Je ne veux pas qu'on me plaigne si je meurs d'un cancer de la langue, de la quantité de beurre sur mes tartines, de l'épaisseur de mon tour de taille, de mon choix de vivre sur l'eau.
Et comme j'assume la responsabilité du choix de mon "way of life", je veux bien aussi en assumer les conséquences. Et faire mon trou dans l'eau sans trop de tapage.

Je ne veux pas faire partie de le "société moderne" de Gadloo où toutes les activités humaines sont encadrées, encartées. Je veux continuer à respecter l'autre par bon-sens et empathie naturelle, sans qu'on me donne sans arrêt "le mode d'emploi sous peine d'amende."

Merci Papa, merci maman d'avoir encouragé mes croûtes au genou, de ne pas m'avoir empêché de faire du vélo dans les terrains vagues, d'avoir laissé le marteau me taper sur les doigts, de ne pas avoir tremblé ni protesté quand j'ai décidé de vivre en bateau. De m'avoir protégé sans m'interdire.

Je vais mourir. Je ne sais pas encore comment et je m'en fous.
Si ça arrive demain matin, il n'y aura pas offense. C'était pas mal. Et j'ai eu énormément de chance d'avoir pu choisir, non pas ma mort, mais ma façon de vivre.

Thierry, sur Troll

15 août 201315 août 2013

"Je ne veux pas faire partie de le "société moderne" de Gadloo où toutes les activités humaines sont encadrées, encartées."

Thierry, où donc as-tu lu ça dans mes posts ? :whaou:

Je répète encore une fois qu'un jour le port du gilet sera obligatoire en nav, que tout le monde finira par s'y plier, que les plus revêches d'entre nous seront rapidement fatigués de bougonner et qu'ils finiront par entrer dans le rang le p'tit doigt sur la couture !

Ce n'est pas un voeu !!! C'est une conviction. :tesur:

Je ne fais que dénoncer les ruades épistolaires récurrentes et inutiles sur des sujets comme celui-ci. :heu:

24 août 2013

Dieu merci, nos sociétés s'appauvrissant, il nous reste un espoir : il n'y aura pas de quoi payer les contrôleurs du port de gilets.
Mais vu l'évolution de notre société, on peut craindre le pire : des contrôleurs bénévoles !
Vu mon âge, peut-être que je ne verrai pas ça...

15 août 2013

Hola Thierry !

Je me sens moins seul :mdr: :mdr:
Je partage (tu t'en serais douté) ton message à 200%

Ami Gadloo...
Non, tu n'as pas dit "il faut" ... mais tu justifie à priori la, ou les, règlementations qui régissent et régiront nos activités ludiques.
C'est cette justification, dont les motivations t'appartiennent et son respectables, qui a provoqué ma (notre) réaction.

Tu évoques le fait que NOUS soyons revêches ... c'est peut être vrai. Ou bien est ce du au fait que n'étant pas loin de l'heure du bilan, je me rende compte, un peu tard, que j'ai abandonné trop de mes illusions et convictions pour rester dans le moule.

Mettre le p'tit doigt sur la couture ... dans ce domaine au moins :heu: On en reparlera (peut être) mais j'en serais le premier étonné...

Quand aux ruades épistolaires, elles démontrent au minimum que toute conscience ne nous a pas abandonnée, qu'un reste de lucidité est encore en nous, et attention ... que la majorité d'entre nous, ceux qui s'expriment ou ceux qui sont silencieux, ne devenions pas tous des "mules du Pape" !!

Bon vent à tous :goodbye:

18 août 2013

Salut Thierry,
Tu aurais pu dire d'où tu as copier mon texte dans ce post ...

:non:

Et puis zut, après recherche, je me rends compte que je n'ai jamais écrit cela! Bon, alors c'est moi qui vais te copier car je te rejoins entièrement ... :langue2:

:topla:

24 août 2013

Moi, c'est pas en Grèce, c'est en Tunisie que j'ai vécu ce genre de problèmes... et de solutions, basées sur les rapports humains et la responsabilité individuelle.
On ne s'en remet pas.

15 août 201315 août 2013

Y'a pas de problème!

tu cites à plusieurs reprises "Une société moderne" ou "une société digne de ce nom".

J'ai juste repris l'expression pour alimenter ma différence!

De toute façon, je ne suis évidemment pas "contre" les mesures de sécurité, mais je suis pour l'éducation et le bon sens et qu'on essaye de perfectionner ça AVANT de passer par la loi.

Surtout, je suis ulcéré, comme d'autres, par les réglementations du type "réponse à un fait divers par une nouvelle procédure". Tous les accidents ne sont pas évitables et interdire suite à un évènement isolé aux fins de "protéger tous les autres" une fausse solution, je suis certain qu'on en est d'accord.

Quant aux accidents, il y en aura toujours, en tout cas, tant qu'il y aura des humains s'adonnant à des activités.

Quid des accidents domestiques? A quand l'interdiction des cocottes-minutes, des scies sauteuses, des débroussailleuses, des tondeuses, des poêles, des bruleurs à gaz, des escaliers, des tuiles, des échelles, des fers à repasser, des cintres en métal, des tournevis, des haches à fendre le bois, des massifs de fleurs à pierre apparentes, des feux de bois dans les cheminées, etc.....

15 août 2013

"Société moderne", non, ce n'est pas dans mon vocabulaire.
Mais "société digne de ce nom", oui.

Dès qu'il se produit un événement accidentel, il y a aussitôt un déploiement des services de secours parfois spectaculaire pour tenter de sauvegarder la vie quel que soit le prix à payer.
Même s'il s'agit d'une tentative de suicide.
Même si la victime a enfreint les règles de sécurité les plus élémentaires.
Et je maintiens que ça fait partie des fondamentaux d'une .... "société digne de ce nom" : la vie avant tout !

Pour le reste ...
Les accidents existeront toujours et le fameux "risque zéro" cher à certains, quant à lui, n'existera jamais.
Restent l'effet des statistiques, les retours des services de secours et de santé et les aller-retour entre ces instances et le bureau du législateur.
Aujourd'hui, seule l'obligation d'emport du gilet est obligatoire.
Son utilisation est laissée à la seule initiative du plaisancier.

Il suffira que le nombre d'accidents augmente, que certains d'entre eux soient plus spectaculaires que d'autres par le nombre ou l'âge des victimes et que les équipes de secours au retour de leur intervention déclarent que tout ceci aurait pu être éviter par le port du gilet pour qu'une loi nous l'impose.
Et vous ferez quoi ce jour-là ?

Je pense, et c'est ma conviction profonde, qu'on n'en est pas très loin.
Pour preuve : cette petite phrase sibylline tirée de l'article en référence à l'ouverture de ce fil : "Suite à cet accident de mer, la préfecture maritime tient à rappeler l'impérieuse nécessité de porter un vêtement à flottabilité intégrée pour toutes activités nautiques."

Ca résonne comme une semonce.
...

15 août 201315 août 2013

Aïe !!!
J'avais pourtant fait une recherche sur le fil avant de me lancer dans cette affirmation.
J'ai dû m'emporter.
Un vieux coup de bôme des années 70 qui a refait surface. :doc:

C'est de votre faute après tout, vous m'avez énervé ! :mdr:

15 août 201315 août 2013

Allez Gadloo, je te cite deux fois, juste pour te taquiner :

""Société moderne", non, ce n'est pas dans mon vocabulaire."

"Une société moderne doit tout faire pour que ses éléments ne passent à trépas d'un instant à l'autre. "

Tu l'as dit, tu l'as dit, tralalère!!!! LOL

15 août 2013

"Je répète encore une fois qu'un jour le port du gilet sera obligatoire en nav, que tout le monde finira par s'y plier" je le pense aussi bien que je le regrette.
je pense aussi que le port du casque deviendra obligatoire une dizaine d'années plus tard. Savez vous qu'en course, même régionale, la mode est au port du casque pour les n° 1? Ce n'est pas totalement idiot car un coup de tangon peut faire mal...

15 août 2013

il faudrait casque et protection de footballer américain à l'intérieur de tout mono par plus de force 3 et dans les 5Nm autour des ports, zones où les chances de rencontrer des vagues de motoristes fous.

15 août 2013

Je partage totalement les idées de grietick. C''est dans cette notion de l'éducation devant primer la répression que j'avais écrit mon post. Je n'ai pas encore été complètement décervelé et je revendique le droit de m'élever contre les abus d'une réglementation qui n'a aucun sens, même si cela peut être jugé par certains comme étant des "ruades épistolaires récurrentes et inutiles". Je continuerai à ruer dans les brancards qui m'attachent à une charrette chargée de stupidités et à constater que, fort heureusement, il existe encore des rebelles à un système qui a fini par persuader beaucoup de gens que remettre en question un encadrement administratif abusif était inutile.

15 août 2013

Hello, comme dit supra :"La vie n'est pas une activité de tout repos" et en général elle mêne à la mort, quoi qu'on en pense... Légiférer est une nécessité, garder chacun ses libertés individuelle aussi... C'est la conscience de chacun, la connaissances de ses limitse (et celles de l'équipage) qui doit primer sur ce qui est nécessaire ou pas. Il faut vivre avec des contraintes et avec le respect de sa vie et celle des autres... Arrêtons de nous emm..rder avec des cas particuliers et avec ce qui est bon ou pas, contraignant ou non, nécessaire ou superflus... J'aime à pense que chaque marin est un adulte responsable qui sait ce qu'il a à faire... Ce qui est faux bien sur, mais je suis aussi libre de penser...

15 août 2013

Bonjour.

Je travaille pour un grand groupe dont l’activité est directement exposée aux risques et accidents du travail.

Nous avons une approche qui au départ parait de bon sens mais qui en fait est très difficile à mettre en œuvre.

Quel rapport avec la mer me diriez-vous ?

Il est extrêmement simple.

Constats :

1) Un accident mutile ou conduit au décès et c’est un drame pour les victimes, les familles et les proches.

2) Les accidents coutent très chers à la société (évacuation, hospitalisation, incapacité) et donc nos impôts (perso ca m’agace).

3) Bien souvent ils sont issus d’un manque de prudence et d’un comportement irresponsable avant l’accident.

4) Le risque zéro n’existe pas.

Solutions :

Il y a quelques années les autorités (employeurs, l’état, …) avaient comme politique la sanction envers les individus ne respectant pas les règles de sécurité :

• Tu ne mets pas tes chaussures de sécurité = mise à pieds.

• Tu ne mets pas ta ceinture de sécurité = amande et retrait de points.

• Tu ne mets pas ton harnais = tu es viré.

• …

Il est vrai que cette politique a porté ses fruits et qu’aujourd’hui tout le monde s’équipe de protections adaptées aux risques (même si il demeure encore quelques inconscients réfractaires).

Pourtant, les hôpitaux sont toujours remplis d’accidentés divers et variés issues d’imprudences au travail, à la maison ou dans l’exercice d’une activité à risque.

Les professionnels de la prévention connaissent aujourd’hui les limites de la répression et préfèrent agir sur le comportement de chacun (voir le spot télé sur la prévention routière avec un mec en moto avec son casque qui évite tous les dangers sauf la belle ligne droite en rase campagne).

En résumé :

Chacun est responsable de sa propre attitude face aux risques, c’est du comportementale.

C'est l'axe majeure de la prévention au sein du groupe pour lequel je travail, utiliser les équipements de protection et agir sur le comportementale.

Pour revenir à la navigation et reprendre l’exemple du gilet de sauvetage sur mon Fireball en régate je me suis souvent pris des coups de bôme mais toujours avec le gilet (deux fois recousu et une perte de connaissance dans le bouillon).

Par contre en virée familiale sur le 420 avec une mer calme et peu de vent … même si la bôme vous met à l’eau : même pas mal.

Tout est dans le meilleur jugement face aux risques :

• Sur le chantier je mets un casque mais pas au bureau.
• En voiture je mets ma ceinture lorsque je conduis.
• Quand vous naviguez, à vous de voir en fonction du bateau, du vent de la mer, ...

Il suffit de prendre 1 min et de « réfléchir avant d’agir », de déterminer ce que je peux faire en toute sécurité pour moi, les autres et ce que je dois absolument éviter.

Prenez soins de vous.

Alex.

15 août 2013

Je reviens sur ce que disait viking35 au sujet des gilets sur les pontons et dans l'annexe. Et bien oui, quand nous prenons l'annexe, nous nous coltinons nos gilets dans le sac à dos à terre et sommes très, mais vraiment très contents de l'avoir avec nous quand au retour, il faut regagner le bateau avec les 25 nd de vent qui se sont levés entre-temps.
Il n'est pas question d'obligation ou de législation, juste une prise de conscience qui nous fait enfiler le gilet à chaque arrivée ou départ, lors des manœuvres de ponton où l'on sait bien que les chutes sont fréquentes. C'est devenu instinctif et ça ne prend même pas 30 secondes.

Pas plus tard que fin juillet, au Spitzberg, en débarquant près d'un groupe de morses, la skip est descendue un tout petit peu trop tôt de l'annexe et le fond descendait brutalement. Déséquilibre, plouf dans l'eau à 1°.
Le gilet n'était pas indispensable, certes, puisqu'il ne s'est pas gonflé mais ce qui s'est terminé par une grosse crise de fou rire (même les morses rigolaient) se serait de toute façon terminé ainsi grâce au gilet.
Mais si l'eau fait 25°, la panique ou la surprise peut aussi être dramatique.
Et au fait, si, dans le grand nord, il nous est arrivé de naviguer en maillot de bain, les jours sans vent avec du soleil :)

23 août 201323 août 2013

"Et au fait, si, dans le grand nord, il nous est arrivé de naviguer en maillot de bain, les jours sans vent avec du soleil"

Dans quel Grand Nord?
Ne serait-ce pas dans la piscine de l'Hôtel Grand Nord?

=> On veut des preuves : vite des photos!!

On a jamais connu ça, même avec un string en polaire. :mdr:

24 août 2013

Entre Irlande et Groenland, fin juin, grand soleil et pétole... c'est vrai qu'on s'habillait léger... Et pourtant, le soir, on avait froid aux pieds !

15 août 2013

Que chacun adopte grâce à une bonne éducation des comportements vertueux, passe sa vie à se respecter lui-même et à respecter les autres, n’ait nul besoin du cadrage des lois et règlements relève d’une vision trop idyllique pour être vraiment humaine.
Ce qu’il y a de typique par contre en lisant certains posts du dessus, c’est le regard complaisant sur soi, la volonté de montrer le bon côté de sa nature.
L’éducation est une contrainte, certains dirons un dressage, qui se poursuit tout au long de la vie. Nous le voyons par exemple avec la chute du nombre d’accidents mortels sur la route.
Remettre en cause la nécessité de cette pression sur nos comportements est tout simplement démagogique. On recherche l’effet facile en allant dans le sens du poil.

15 août 201315 août 2013

C'est ton avis.

Je le respecte mais ne le partage pas.
Tiens, le type même de fait divers rapporté et qui ne sert à rien :

aquitaine.france3.fr[...]73.html

Faut-il légiférer ?

16 août 2013

je crois que tu te fais beaucoup d'illusions sur le "travail" de nos députés :heu:

il suffit que le lobby du gilet de sauvetage frappe aux bonnes portes et hop, c'est voté, et les députés n'ont même pas à réfléchir sur les termes à employer, la loi est toute ecrite par les lobbyistes en question...

16 août 201316 août 2013

Je ne suis pas respectueux, effectivement.

Quant à dire que les législations sont forcément élaborées par des personnes sensées, informées, compétentes et doctes, avec de la distance par rapport aux évènements et, donc, nier que le fait divers intervient de façon quasi compulsive sur les réactions de nos édiles, me semble un brin...euh...refuser l'évidence.

16 août 2013

Je ne te suivrai pas dans ce changement du sujet. ;-) ;-) ;-)

Fin de mon intervention ici. :-p

15 août 2013

Considérer que nos députés légifèrent sur des faits divers est me semble-t-il peu respectueux . Ils font je l'espère des analyses statistiques de risque et s'efforcent de protéger la population.
Ce qui me frappe ici c'est le côté péremptoire des jugements ainsi que l'absence de hauteur de vue.

16 août 2013

Bien sûr, je ne suis pas naïf et je sais qu’il existe des groupes de pression. C’est plutôt ce dénigrement perpétuel de la manière dont fonctionnent nos institutions qui commence à me lasser. C’est notre sport national.
Grietrick qui se promène en Grèce peut éprouver une relation teintée d’affection pour les nids de poule sur la route mais qu’en est-il de la relation aux grecs eux-mêmes alors que leur niveau de vie s’est effondré et que celui des français n’a pratiquement pas bougé ?

16 août 2013

Je reste donc sur le sujet précédent qui est : les gens qui nous représentent sont-ils tous soumis à des groupes de pression ou agissent-ils tous en fonction de l’émotion médiatique du moment, je réponds oui ce phénomène existe. En faire une règle c’est céder à une tentation populiste qui discrédite l’action de nos représentants.
Pour en revenir au pauvre marin disparu, je crois que nous sommes un peu comme lui, nous ne portons pas spontanément notre harnais ou notre gilet. Un peu de coercition nous amènera sans doute à reconsidérer la chose et ne nous fera pas de mal.

15 août 2013

.
Stupide accident, bien triste......

15 août 2013

Pour l'éducation les seuls lois qui existent sont celles de la physique : tu tombes, tu t'écrases comme une pomme et tu deviens compote.

Le règne animal ne connais pas Newton et vie à l'instinct et l'acquis par expérience.

L'avantage de l'humain est de pouvoir composer avec les deux.

J'ai foie en cette prise de conscience, NON les accidents ne sont pas une fatalité, ils résultent d'une erreur d'appréciation du risque.

Je suis désolé pour la famille mais papy aurait du mettre son gilet.

15 août 2013

D abord mes condoléances à la famille de ce malheureux.

Je me souviens d une campagne de promotion de la securité routiére pour le gilet fluo pour laquelle K Lagerfeld avait preté (ou vendu plutot) son image en disant que c était moche mais que cela pouvait sauver la vie.
Je me sens ridicule quand je mets mon gilet par temps calme et mer belle, ou dés que j arrive au bateau avant meme de commencer la moindre manouevre au ponton, mais je me dois de montrer l exemple à mes enfants. Je me suis senti cependant encore plus ridicule, cette fois ci sans mon gilet, le jour ou marchant sur le ponton pour verifier le bon fonctionnement de mes feux de mat, j ai senti de l eau me rentrer par la bouche , les narines et me submerger la tete. Plouf dans l eau. J ai eu la chance que ma tete ne heurte rien; je ne m attendais évidemment pas à tomber.
Alors le gilet et le harnais ne sont pâs obligatoires, c est moche, c est ridicule mais parfois ça peut sauver la vie.
ce n est pas la peine de legiferer, c est du bon sens.

17 août 2013

Hello,

Chacun apporte les corrections qu'il juge utile pour améliorer sa sécurité, toi tu vas mettre ton gilet sur le ponton parce que tu est tombé une fois à l'eau, moi, je me dirais que la prochaine fois il faudrait que je fasse plus attention ou je mets les pieds et qu'il ne faut pas marcher sur le ponton en levant la tête.

On en arrive à la même conclusion avec des méthodes différentes " pas besoin de légiférer " et donner le bon exemple à ces enfants...

23 août 2013

Je suis d'accord. Ne pas légiférer à outrance et actuellement la règlementation du droit maritime est composée de textes encore trop épars et confus.
Enfin, certaines codifications en cours permettront de pallier un certain nombre de difficultés.

15 août 2013
17 août 2013

Finalement, tout ce bla bla n'aurais pas sa place si chacun savait "que ça peut arriver n’importe où, n importe comment..."
Oui ça peut vous arriver à vous, à moi, connement et au moment où on s'y attend le moins.
Juste avant de se retrouver au bouillon ... à se demander si finalement c'est pas ça la liberté ...

Les meilleurs marins ont parfois eu cette mésaventure.

Ces réticences ne sont elles pas si difficiles à accepter du fait qu'elles écornent certaines vanités.

En montagne que je pratique j'ai vu l'apparition des détecteurs de victimes d'avalanches aujourd'hui banalisés.
Les montagnards ne crient pas au scandale quand un équipement peut sauver une vie.

Je me rend compte que plus je navigue moins je porte mon gilet.
Ce triste évènement m'a rappelé à la REALITE

Mes pensées à la famille

17 août 2013

Oui, mais en montagne la probabilité d'avoir un accident un jour est 10, 20 fois plus importante qu'en mer.

18 août 2013

"Oui, mais en montagne la probabilité d'avoir un accident un jour est 10, 20 fois plus importante qu'en mer. "
Ah bon??? je savais pas.
Non je crois que la seule différence est que tu as beaucoup moins de victimes d'avalanches qui viennent te raconter comment c'était!

17 août 2013

Merci Viking de me rassurer, je viens justement d arriver en montagne...
J espère déjouer les statistiques.
À plus

18 août 2013

Il ne serait pas absurde d'imposer aussi le port de palmes ; complément indispensable au gilet de sauvetage en cas de chute à la mer.

18 août 2013

Si c'est pour tourner autour du bateau une palme devrait suffire.

20 août 201320 août 2013

Gadloo, je ne suis pas d'accord avec toi qui veut imposer le gilet...je voterai pas pour toi ! :mdr:
Si si tu l'as dit ! :litjournal:

20 août 201316 juin 2020

J'men fous, ch´uis au paradis !

20 août 2013

Si on meurt c'est parce qu'on est en vie juste avant, interdisons donc la vie.

Chaque année y'a des nouveaux nés qui meurent à la naissance, interdisons donc la naissance !

Condoléances à la famille.

20 août 201320 août 2013

Déjà que la vie est une maladie mortelle sexuellement transmissible ! x-(

21 août 2013

Woody Allen.

20 août 2013

Le danger vient du lit. La majorité des gens y meurent.
Et que fait l'état ? RIEN !
Pas une mesure de limitation d'usage, de durée d'occupation des lieux.
On supprime le lit et on résout la plus grande partie de la mortalité. :mdr:

21 août 2013

Il faudrait aussi fermer les hôpitaux puisque 70% y meurent, contre 90% dans un lit. Evidemment il y a le cas critique du lit d'hôpital, lieu éminemment dangereux.
Ce serait également un moyen de limiter les déficits publics... mais je m'égare...
:doc: :doc: :doc:

24 août 2013

Je le découvre en retard, ce fil qui m'a fait bondir dans tous les sens.
Dites donc, ma vie, elle m'appartient à moi, ou non ? Et si c'est non, à qui appartient-elle ?
:non: :non: :non:

24 août 2013

Il faudrait consacrer un fil entier, voire une division spéciale, à la liberté considérée comme affranchissement intérieur, conquête et possession de soi-même par la réaction de la volonté ou de l'intelligence contre les passions et en général contre toutes les fatalités subjectives : passage de la passion à l'action, de la servitude à la libération morale.
Nous aurions alors d'un côté les stoïciens et de l'autre les spinozistes.

Bien plus clivant que le port du gilet !

@CARTHAGE
"ce fil m'a fait bondir dans tous les sens".
Voilà une bonne acception du mot "liberté" mais au sens principalement négatif du terme : absence de contrainte par une influence physique ==> hauteur des plafonds ou exiguïté de la pièce dans laquelle tu fais ces bonds voire hauteur de la branche la plus basse sur l'aire d'exercice quand il se produit à l'extérieur. :whaou:

25 août 2013

Oh là ! A qui crois-tu t'adresser ? Si c'est à moi, c'est raté, ça me passe à cent coudées au-dessus de la tête.
Mais tu ne réponds pas à ma question : à qui appartient ma vie ?
Par ailleurs, les bonds, j'ai dit que je les avais faits dans tous les sens, mais je n'ai pas donné leur longueur ou leur hauteur. On peut bondir de quelques centimètres...

24 août 2013

Ouais et moi je refuse de payer pour les conneries qui sont faites au nom de la liberté.

La liberté ne permet pas tout.

Signé : Francesco Schettino

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Souvenir d'été

  • 4.5 (91)

novembre 2021