Tri sur cailloux

Quel dommage que ce beau tri "dragonlfy" quasi neuf sur les cailloux à la sortie du Crouesty, ce samedi avec un suroît assez fort!
Quelles conditions, manoeuvres, avaries?
Il ne s'agit pas là de curiosité morbide mais de connaître ou de discuter des conditions et les difficultés, éventuellement enseignantes pour ceux qui naviguent un peu...

L'équipage
08 déc. 2015
08 déc. 2015

Une chose est sure, l'équipage à eut le temps de relever le safran, il s'est donc vu aller à la cote, il ne s'estpas fait surprendre.

08 déc. 2015

Je crois que, comme sur un dériveur, le safran doit se relever automatiquement. Même chose (à vérifier ) pour la dérive?

08 déc. 2015

Il a du dériver vent de travers puis toucher les roches avec le flotteur tribord et ensuite s'orienter selon la marée descendantes et les chocs sur les cailloux...
Si il a mouillé il est mis bout au vent et a cul des cailloux...

08 déc. 2015

Le safran se relève en marche avant. On voit bien que la bateau est arrivé sur les rochers en marche arrière.

Est-il possible que le safran se relève accidentellement, rendant le bateau ingouvernable ?

08 déc. 201508 déc. 2015

Oui et c'était même assez fréquent sur le DF 920 que j'avais.
Les bloqueurs étaient équipés de dispositif de relevage en cas d'effort excessif (une méduse suffisait).

08 déc. 2015

Ca m'est arrivé une fois, à 12 nds je me suis pris un filet à saumons à l'entrée de Falmouth.
Deuis, les filets ont été interdits, mais je pense que c'est plutôt pour préserver le saumon.
Il vaut mieux un relevage intempestif que la perte du safran ou l'arrachage du tableau, AMHA!

08 déc. 201508 déc. 2015

En fait (dixit les gens du coin), en sortant du port, en solo, il a eu une avarie d'hélice (perte?), envoyé la grand voile mais par vent de travers la manoeuvre a la voile aurait échoué et il a vite dérivé vers les roches immédiatement à l'extérieur du chenal. Il n'a pas pu mouiller (pourquoi?) et aurait refusé l'assistance de la SNSM. Le lendemain j'ai vu le bateau remonté sur le terre-plein (port à sec) flotteur tribord très endommagé et deux beaux trous de 50cm sous la flottaison. Le plastique sur les cailloux ça va très vite!
Je crois que ce bateau (dragonfly 35) a des compartiments étanches....

08 déc. 201508 déc. 2015

Ca m'est arrivé de temps à autre sur mon tri, je veux dire le safran qui se relève, pas de me mettre sur les cailloux...... jusqu'à ce que je révise les bloqueurs Spinlock du safran.
C'est assez désagréable, surtout près des cailloux ou dans la brise.
Bon, apparemment, ça n'est pas le problème rencontré par le skipper de ce Dragonfly...

08 déc. 2015

Quel est ce fichier? Android veut l'ouvrir avec sailgrib....

08 déc. 201508 déc. 2015

C'est une image.
Rajoute.jpg, elle s'ouvre.

08 déc. 201516 juin 2020

La voilà.

C'est rigolo, petite, elle est à l'envers, agrandie, elle est à l'endroit sur mon PC.

09 déc. 2015

Quelle misère, un si beau bateau! :-(

08 déc. 2015

Pas immédiat à ouvrir, c'est vrai.

08 déc. 2015

Sans juger ce qu' a pu tenter le skipper, ça nous rappelle en tout cas la nécessaire parano vis à vis des moteurs...

08 déc. 2015

bôme à enrouleur apparemment; c'est sûr que le chenal du crouesty est pô très large; si le gars était pas trop prêt pour envoyer la gv, t'es vite au sec

08 déc. 2015

Je le connais, c'est un DragonFly 32 qui a perdu son hélice, au mauvais endroit. D'après lui, la SNSM n'a pas voulu lui porter secours pour une raison que j'ignore. Je ne sais pas ce que j'aurais fait à sa place mais je ne préfère pas spéculer sur les malheurs des autres.

09 déc. 2015

la SNSM craignait peut-être de s'échouer? à moins d'intervenir avec un Zodiac, car sorti du chenal, il n'y a pas assez d'eau pour une vedette; et puis, ça a dû aller très vite.
Mouiller? combien de bateaux ont un mouillage prêt à larguer en quelques secondes?

08 déc. 2015

Photo provenant sans doute de l'hémisphere sud

08 déc. 2015

Oui le stream est à l'envers il suffit d'ouvrir le lien dans internet explorer et "d'enregistrer l'image sous" et la photo revient à l'endroit ???

09 déc. 2015

et un quillard se serait planté dans le sable avant les rochers? :reflechi:

08 déc. 2015

C est bien connu les trimarans se retournent facilement :oups: :jelaferme:

08 déc. 201508 déc. 2015

Dans ce genre d’événement il ne reste plus qu'une solution se précipiter sur l'ancre et mettre tout le mouillage à l'eau en croisant les doigts pour que ça croche avant les cailloux.
J'ai eu un problème similaire de moteur (surchauffe et calage) dans le Golf et nous sommes partis avec le courant entre les ilots, heureusement le vent était calme et nous avons eu le temps de mouiller à" l'arrache" .
Pas de dégâts mais grosse frayeur quand même et qui me revient toujours quand je suis vulnérable dans certain passage.
Les Dragonfly sont solides et bien construits; je ne doute pas un seul instant qu'il sera bientôt à flot après s’être refait une beauté .
Bon vent à tous.

09 déc. 2015

Une beauté ?..Je rappelle que sous la coque il y'a deux belles déchirures...Donc pas si solide..

08 déc. 2015

Dans le sourd à Chausey je me suis pris un bout dans l hélice. Pas le temps d aller à l avant pour le mouillage sinon je me prenais un bateau ou un rocher.
J ai pousse la barre à fond pour passer vent de travers puis dérouler le génois. Après réflexion, j ai eut de la chance de avoir pris cette décision c était la seule valable.

Je suis triste pour le propriétaire.

09 déc. 2015

Dans le "sourd" de Chausey, faut pas être aveugle!
:-p

09 déc. 2015

Le sound bien évidement, mais mon téléphone essaye de corriger mes fautes d'orthographe, mais des fois c'est pire.

09 déc. 2015

Idem pour moi; je ne fais absolument pas confiance au moteur. je me tiens toujours prêt à envoyer un bout de toile. La difficulté supplémentaire avec un tri - un multi en général - c'est que sans voile , sans moteur, il part en dérapage incontrôlé à vitesse grand V; alors qu'un mono va dériver plus lentement, en laissant à l'équipage un peu plus de temps pour se sortir d'une situation scabreuse.
J'ai testé moi aussi dans le Sound ;-)

09 déc. 2015

Mon DF 920 remontait bien au vent sous foc seul, facile à envoyer rapidement pour pallier à un pb moteur.

Heureusement parce que pour jeter l'ancre, ça demandait un délai : le temps d’assembler la ligne qui est dans la baille et l’ancre qui est sur le bras.

09 déc. 2015

de toute façon, dès que tu sors des rouges, y a pas d'eau; si en plus, c'était marée basse, ça a pas dû trainer

10 déc. 2015

J'ai eu l'impression vu l'empressement du chantier a initier des réparations le lendemain que ce tri appartenait à ce chantier (multisailing?), le skipper (un employé qui a voulu se payer un petit tour?) aurait mieux fait d'aller au Salon comme prévu...

Ceci étant je me pose la question sur la capacité de ces coques à avancer vent de travers sous foc seul, ce qui aurait pu être la solution dans ces conditions, mais c'est vrai que le chenal est étroit et que les possibilités de manoeuvres limitées vu la dérive...

10 déc. 2015

Ces bateaux remontent au vent sans problème sous génois
Encore faut il avoir un peu de place pour dérouler et accélérer un tant soit peu pour pouvoir virer en particulier si il y a de la mer

10 déc. 2015

C'est une lapalissade, en effet sans dérive un bateau ...dérive
Dans ce cas il n'y a plus qu'à trouver une solution sous le travers

10 déc. 2015

Bonsoir,
c' est probablement rare mais il y a des tris qui arrivent à virer vent de bout dans du clapot avec dérive haute: çà m' est arrivé une fois sur mon Buccaneer 33 (plan Crowther idem Nova) de sortir de l' Aven en oubliant de descendre la dérive. C' est en réalisant que le virement avait été plus lent que d' habitude (sans avoir mis le génois à contre) que je m' en suis aperçu.
Gorlann

11 déc. 2015

En effet, sur un bateau léger, c'est le meilleur moyen de l'arrêter et de manquer à virer.
Et quand on repart en marche arrière, attention le safran!

11 déc. 2015

L'usage de contreborder le foc:
- acceleration de la manoeuvre
- limite le risque de manqué
- virement rapide du bateau
- limiter le fassaillement de la voile (usure)
Evidemment ça dépend du bateau et du type de voile et ça ne dure pas une demie heure...

11 déc. 2015

Pour virer quand tu as très peu de vitesse et qu' il y a du clapot, c' est quasi impossible sur beaucoup de bateaux sans justement laisser le foc à contre.
Par contre, si tu relis bien mon post, j' ai justement dit que j' avais viré, dérive haute dans du clapot SANS avoir eu besoin de laisser le foc à contre.
Sur 100% des catas çà aurait fait un manque à virer.
Gorlann

10 déc. 2015

Il faut avoir un peu de dérive pour remonter au vent, et là ce n'était sans doute pas possible vu le peu de profondeur.

10 déc. 2015

Quelle drôle d'idée de mettre le foc à contre.

11 déc. 2015

Bonjour,
un bateau léger s' arrête justement beaucoup plus rapidement car il a très peu d' inertie, il a beaucoup moins d' ère, d' où une éventuelle difficulté à virer( c' est le cas des catas), alors qu' un déplacement lourd ne s' arrête jamais lors d' un virement, c' est d' ailleur pour çà qu' il est infiniment plus facile de faire des maneuvres de port ou de mouillage à la voile avec un déplacement léger qu' avec un lourd.
Gorlann

10 déc. 2015

Tri sur cailloux n'amasse pas de sous

11 déc. 2015

Si un multi vire sans garder le foc à contre, il faut mieux être efficace pour reprendre très vite le foc sur la nouvelle amure, le virement est plus rapide ainsi. Border le foc à contre quand ça n' est pas indispensable, c'est faire un virement plus lent... Pire encore si le bateau n' a pas de vitesse, ce qui était probablement le cas du DF, avec peu de place pour en prendre...
La plupart des tris virent sans garder le foc à contre. C'est moins évident pour les catas. Dans tous les cas la position de la dérive est essentielle, dérive baissée, ça vire mieux.
Dans le cas présent, manque de vitesse, manque de fond, vent de travers, manque de place, en solo, ça fait beaucoup d' ennuis... un petit grain de sable, le fardage fait le reste et c'est mort.
Ca m'est arrivé de me battre pour redescendre le safran dans des circonstances similaires, près des cailloux. J' y suis arrivé, mais de justesse. Après coup, j' ai réalisé que j' aurais dû mouiller puis que l' ancre n' était pas préparée pour un mouillage d' urgence. Depuis, elle l'est pour toute sortie de port.

12 déc. 201512 déc. 2015

Idem sur Winnie II (certains me diront peut-être que je radote...je l'ai déjà mentionné dans d'autres sujets...):
Mon mouillage est toujours disposé sur mon trampoline tribord, au niveau de la poutre avant (ancre Kobra sur 6m de chaîne de 6 , épissurée sur 15 m de bout plombé , épissuré sur 15 m de câblot ), avec l'extrémité du câblot passée dans le davier et tournée au taquet dans la baille à mouillage.
.
En cas de souci urgent, il me suffit de me pencher depuis mon cockpit, de saisir la Kobra et de la jeter à la baille devant le bras de liaison.... Le reste suit...
.
Cette précaution m'a bien sauvé la mise une fois, lors d'une panne moteur en rentrant de rando , dans le chenal de Gruissan, avec la tramontane qui forcissait (mon hors-bord n'a jamais voulu redémarrer, alors qu'il avait tourné une partie de la journée...)
J'en profite pour saluer de nouveau ici le professionnalisme des employés du port de Gruissan qui étaient de garde ce jour-là , très serviables et sympathiques, qui m'ont pris en remorque avec leur zodiac et conduit jusqu'à la cale de mise à l'eau.
.
PHIL

14 déc. 2015

Après deux alertes de ce type, je sais que mes prochaines sorties ou entrée de port se feront avec l'ancre sur le trampoline...
ma dernière aventure a été justement en entrant dans Gruissan vent de face, le moteur a calé pile à l'entrée. on a eu juste le temps de jeter l'ancre pour éviter les rochers de la digue. Redémarrage 2mn plus tard, mais cela on ne le sait pas quand il cale. Donc ma religion est faite: le moteur cale, je jette l'ancre d'abords.. j'essaye de le redémarrer après. Le réflexe étant de faire l'inverse...

14 déc. 2015

Ben vous voyez que mes posts peuvent être utiles...

12 déc. 2015

il serait bon de savoir ce qu'il avait comme hélice. -Certaines seraient coutumières du fait. -Vous le savez ?

12 déc. 2015

Non, je n'ai ps poussé mes investigations a ce point...juste discuté un peu sur l'aire de carénage du port à sec..

13 déc. 2015

Je ne suis pas fana de l'esthétique de ces canotes mais je dois dire que l'idée des flotteurs repliables est intéressante. De plus j'aime assez la solution des cloisons étanches.
La vitesse de ces bateaux doit être assez bluffante, par contre le confort?

13 déc. 2015

Ça marche bien en effet :

Pour le confort, car dépend du programme. Pour le week end, ça suffit largement, mais pour plus, il faut que l'équipage soit prés à quelques sacrifices.

14 déc. 2015

joli plan d'eau pour naviguer ...

14 déc. 2015

Joli plan d'eau, mais attention aux rafales. Ils doivent connaitre le coin par cœur, pour pousser au tant le bateau dans ce genre d'endroit.

14 déc. 2015

On voit que l' équipage assure bien!
Gorlann

16 déc. 2015

En sortant du Crouesty l'an dernier lors d'une grande marée descendante j'ai remarqué une résurgence d'eau à peu près en face les cailloux de tribord, il est possible que cette résurgence provoque un courant entraînant vers les rochers. Je n'ai pas eu l'occasion de vérifier, ce n'était peut-être qu'un phénomène passager !

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Bandol en vue, août 2008 sur Colo

Souvenir d'été

  • 4.5 (131)

Bandol en vue, août 2008 sur Colo

novembre 2021