traversée en flottille Atlantique

Bonjour
j ai un projet de transat pour l année 2017
je souhaiterai la faire en flottille , pour question de sécurité d une part ,et de convivialité
si vous étes interesse me contacter
ps ; connaissez vous des asso qui ont ce projet
merci

L'équipage
27 oct. 2016
27 oct. 2016

C'est mort, au bout d'une journée vous serez trop éparpillés, voir l'arc ou autre organisation.

27 oct. 2016

Nous avons rencontré des équipages qui avaient traversé à 3 bateaux.
C'est possible, mais il faut bien s'entendre sur les modalités car les bateaux sont rarement égaux en vitesse et comportement.
Pas facile de jouer la même partition sur 2 ou 3 semaines. Les plus rapides doivent lever le pied pour attendre les plus lents afin de rester à portée de VHF.
Parmi tous les candidats au départ des Canaries et Cap Vert, vous trouverez bien un équipage avec qui vous accorder.

27 oct. 2016

Je suis parti du Cap Vert avec un autre bateau. Nous avions convenu de nous appeler vers midi tous les jours. Durant la première nuit il a disparu de notre visibilité et le lendemain malgrè tous nos efforts pour les appeler sur la VHF nous n'avons eu aucune réponse. Les écarts se creusent très vite. L'autre bateau un ketch plus grand que mon sloop était derrière mais ou ? Nous les avons revu au Marin.
D'autre part la houle n'est pas gigantesque mais bien présente quand même. Il n'est pas conseillé voir impossible de trop se rapprocher. Le passage d'un bateau à un autre est une galère qui nécessite des précautions. Donc naviguer de conserve n'est pas évident.

27 oct. 2016

Voir dangereux, car le gros danger en mer, c'est les autres.

29 oct. 2016

Après trois transats je confirme: aucun intérêt d'essayer de naviguer en flottille; et oui, il faut bien se lancer tout seul, comme un grand...

29 oct. 2016

Je me souviens d'un couple épuisé en panne de pilote qui avait été aidé par un autre navigateur. Mais je ne me souviens plus comment !
En se lançant des bouts et en se mettant à l'eau on peut faire un transfert de bateau à bateau mais c'est une aventure à ne tenter que contraint ou par mer calme. En traversant il peut y avoir une panne d'alizé. Ça m'est arrivé pendant 24h.
Donc l'assistance n'est pas toujours impossible mais à mon avis il ne faut pas compter sur ça !

29 oct. 2016

Pour info, une des dernière transat organisé, un voilier a coulé très vite, secourus par des 'concurrents'.

30 oct. 2016

Pour avoir transatés seuls je confirme qu'il me parait illusoire de le faire en flottille. Cela va donner un stress supplémentaire.
Il vaut mille fois mieux bien se préparer et y aller une fois cela fait.

30 oct. 2016

En plus, le charme doit en prendre un coup :reflechi:
Pascal :alavotre:

30 oct. 2016

Il y a beaucoup de fils sur la traversée vers les antilles , beaucoup moins des Antilles vers l'Europe, il doit y avoir une accumulation de voiliers aux Antilles.

30 oct. 2016

Beaucoup de bateaux ne reviennent pas. Ils sont rapidement ou au bout de quelques années vendus sur place. C'est la raison pour laquelle la cote de l'occasion est très basse aux Antilles.
Le retour est faisable mais c'est une autre histoire que l'aller !

31 oct. 2016

Pour avoir fait un certain nombre de visites ces derniers temps, je ne trouve pas que la côte de l occasion soit si basse que ça. De plus énormément de bateaux sont dans un état déplorable, "dans leur jus" comme on nous dit... Pas d entretien, pas d attention... Ceci dit ce sont peut-être ceux qui restent après saison. On va continuer et espérer trouver notre bonheur d ici mai juin.

31 oct. 2016

C'est pas ce que disent les vendeurs !... D'autre part faut connaître le vrai prix, pas celui affiché, celui de la transaction. Beaucoup refusent de vendre au prix du marché et ne vendent pas, d'autres cassent très sérieusement les prix pour se débarrasser de leur bateau. Le problème c'est que cette cote est bien entendu cachée par les brookers.

31 oct. 2016

Quand on visite un bateau on se renseigne sur la cote auparavant, on regarde, on compare. Souvent on peut trouver plus de 20000 euros de différence entre le prix le plus bas et le prix le plus haut. Durant la visite on prend notes et photos. On fait le "débriefing" au retour et....on chiffre les frais. Jusqu'à présent on n est pas tombé sur quelqu'un qui casse sérieusement son prix pour vendre ! Si tu connais une affaire de ce style je prends, en MP ;-)

31 oct. 2016

Je me suis mal expliqué. Ce que je veux dire c'est que le vrai prix de la transaction n'est pas connu ni diffusé et ce prix négocié c'est le vrai prix du marché. Les prix affichés c'est du rêve.
C'est le même problème pour les logements ou certains affichent des prix stratosphériques et attendent le pigeon jusqu'au jour ou poussés par les événements ils descendent le prix. Seul les deux partenaires et le notaire le connaissent.
J'ai acheté un appart il y a trois ans. Un appart exactement comme le mien dans le même immeuble était proposé plus du double que le mien, plus de 100% ! Bien entendu aucun pigeon n'a fait d'offre. Aujourd'hui il n'est plus affiché que 40% plus cher. Mais depuis trois ans toujours en vente....
J'ai acheté un bateau il y a trois ans. A l'époque il y avait de la marge entre les prix affichés (négociables, dixit les vendeurs...) et les prix négociés. Maintenant je ne surveille pas le marché. Mais il faut quand même dire qu'un bon bateau ne peut pas être bradé. On ne peut pas acheter 50 k€ un bateau que d'autres achètent 100 k€.

01 nov. 2016

Je suis d accord avec toi. Il faut trouver le juste prix. Je ne veux profiter de personne, mais je ne veux pas être le pigeon de service non plus et c'est un peu l impression qu' on retire après nos visites. Voilier désarmé, "oui mais les voiles sont en bon état" . voilier au mouillage sans annexe, certains sales comme on ne peut l imaginer.... On ne se voit pas acheter sans un essai, qu on propose de payer, refus des vendeurs qui ne sont pas là pour faire des balades en mer..... À 40 ou 50 000 euros, perso je réfléchis avant de signer. Nous ne desesperons pas !

01 nov. 2016

Je crois bien que mon précédent message est parti en fond de cale. Je résume. Suis d accord avec toi. Il faut trouver le juste prix. Je ne veux arnaquer personne mais ne veux pas être le pigeon de service. Pour le moment c est ce qu' on ressent. Perso je ne dépense pas 40 000 ou 50 000 euros sans réfléchir.

31 oct. 2016

comment font ceux qui reviennent , car il y en a.

01 nov. 2016

Fort heureusement des bateaux reviennent. Nombre d'entre eux le font sans problème. Simplement c'est plus dur car la route est plus longue entre deux escales et la météo beaucoup moins stable. Les pannes de vents, les navigations au près et les grosses dépressions que l'on peut se prendre ont de quoi effrayer le marin. On est dans une zone Atlantique beaucoup plus dure que celle utilisée pour aller aux Antilles. De plus il y a plusieurs routes maritimes. Plus on monte au Nord plus la probabilité de trouver un bon vent est forte mais aussi de fortes dépressions. Certains pros font parait il route directe avec beaucoup de gaz oil pour traverser la zone sans vent.
Certains font convoyer leur bateau par un skipper plus ou moins pro.
D'autres le mettent dans un cargo.
De plus c'est moins motivant car on va vers le retour. Retour en métropole, pour certains retour au travail...

01 nov. 2016

Le retour est en effet une autre histoire. Si tu as de la chance tu n'auras pas trop de mauvais temps, mais si comme nous et beaucoup d'autres tu te trouves sur la route d'une mauvaise dépression ou d'une fin de cyclone....tu auras alors étalé une vraie tempête en haute mer. Pour nous cela a été celle du 29 mai 2012.
Vent établi à plus de 50 kts et vagues de 10 à 12 mètres durant presque 24heures.
Sans compter le fait qu'une fois la dépression passée les vagues sont resté à plus de cinq mètres encore deux jours. Puis c'est la suprême récompense...arriver à Horta sur son propre voilier.

01 nov. 2016

C'est vrai que le retour c'est autre chose!!! En général c'est là qu'on voit si on a un bateau fiable :mdr:

Beaucoup reviennent heureusement comma ça l'a été pour mon Jouët 10.80 gte en 1994. Le comité Dassault Aviation propriétaire du bateau, par l'intermédiaire d'un ponte de l'avionneur, à transaté pour rejoindre New York afin d'y laissé le voilier sur place pendant 2 ou 3 ans je crois afin de participer à des régates d'entreprises. Le retour aurait été musclé en prenant route nord pour rejoindre les Açores puis Arcachon!!!

Moi pour ma part je compte revenir également avec après avoir profité de l'arc antillais.

01 nov. 2016

Pour le retour, surtout avant mai, il faut à tout prix, par précaution, avoir un moyen de prendre la météo, ça aide :heu:
Moi en 2013, début avril, je me suis aventuré en solo dans la transat retour, en plus à l'ancienne comme un con, et je me suis taper pendant 3 jours une tempête à décorner les boucs avec des rafales à 75n , j'y ai perdu mon annexe, mon génois et grand voile sans compter le bordel à bord. J'en ai retenu 2 leçons,
1 er :quand on a un catamaran comme le mien, t'es en sécurité
2 éme: il faut vraiment être une buse pour ne pas avoir un moyen pour avoir la météo....
le reste c'est juste du vent, enfin, ce n'est que mon avis :langue2:
Pascal :alavotre:

01 nov. 2016

Avril mai trop tot

01 nov. 2016

Dis donc , la c'est du sérieux .Respect.je crois que vous étes quelques uns ici , c'est trés intéressant .

01 nov. 2016

Est ce que l'on peut éviter (se barrer assez vite) une dépression que l'on voit arriver avec des gribs ?

01 nov. 2016

Pas en atlantique nord, e tout cas faut monter

02 nov. 2016

si on craint une bonne dépression faut rester au bar du port c'est plus sur !

01 nov. 2016

Plus on monte plus on risque de rencontrer une bonne dépression !

01 nov. 2016

Le risque de grosse pétole c'est combien de jours à 140 miles par jours. J'essaie de calculer le volume de gaz-oil à emporter ?
Car ça rejoint une de mes questions sur le choix de certains skippers d'aller au plus court et de faire appel à leur moteur ?

01 nov. 2016

Faut faire comme les alpinistes, en cordé, les plus rapides remorquent les plus lents :mdr:

02 nov. 2016

Pour répondre à Huma: ayant un bateau lent et pas si pressé de rentrer, nous avons choisi la route "sud" pour rentrer, c'est à dire sans aller chercher "le bon vent d' ouest" que nous ne souhaitions pas plus que ça. Nos copains remontés aux Bermudes ont souffert et cassé. Nous avons bouffé 200 litres de gas-oil soit 90 heures avec le moteur de l'époque, (35 CV) sans le regretter. On a quand même eu droit au traditionnel "Coup de vent au large des Açores" mais gérable. Total: 23 jours à deux sous régulateur d'allure (dont douze jours de près), sans stress et avec de bonnes recettes créoles essayées pendant la pétole. Chacun navigue comme il lui plait plait plait !!!!

02 nov. 2016

Merci c'est intéressant comme info.

200l c'est moins que ce que j'aurais emporté. Donc ça va .
Avez vous tiré tout droit des Antilles vers les Açores ?

02 nov. 2016

Oui effectivement très bonne remarque.
Je me demande simplement si l'on peut faire route vers les Açores dès que le vent le permet. Alors il faut surement remonter pour pouvoir faire du près, de combien tout dépend de l'alizé qui peut lui être aussi Est Sud Est.
En tous cas ne pas aller jusqu'au Bermudes comme certains.

02 nov. 2016

Il arrive quand même que l’alizé soit ESE et dans ce cas je pense qu’on a intérêt à faire la route la plus rapprochante.
Pour ma part, étant parti de St Martin en avril avec du vent d’ESE je ne me suis pas posé la question et j’ai serré le vent sans aucune intention de faire du nord, et quand le vent a commencé à refuser, j’ai continué à serrer ce qui m’a permis d’arriver à la latitude des Bermudes à 300 milles dans leur Est, ou là le vent est passé au secteur ouest.
Donc pour ma part je ne vois pas l’intérêt de faire volontairement du Nord si le vent permet de gagner dans l’est.
Quand au risque de pétole, je préfère une « tempête de calme » qu’une « tempête de vent » surtout avec le petit bateau qui était le mien.

02 nov. 2016

Je n'ai pas dit que le vent était resté à l'ESE jusqu'au Bermudes!

02 nov. 2016

On tourne en rond (c'est à cause du vent!)...
On est bien d'accord pour dire qu'on ne peut pas faire une route directe vers les Açores en partant des Antilles. Sauf...quelquefois...temporairement...et dans ce cas je crois qu'il ne faut pas s'en priver, plutôt que de monter de suite vers le nord comme beaucoup le préconise. Mais chacun fait comme il veut. ;-)

03 nov. 2016

C'était quoi ton petit bateau?

03 nov. 2016

Un kelt 8m.

02 nov. 2016

Il arrive aux Antilles qu'il descente Est et Est Sud Est, alors c'est peut être local. Moi j'ai eu ce genre de vent quand je suis redescendu des Iles Vierges donc au près...j'aurais adoré du Nord Est.

02 nov. 2016

Les avantages de partir en flottille réside dans le fait de passer une dernière agréable soirée ensemble, et se saluer au moment du départ.
L'arrivée sera une autre vie et d'autres pots.
JJ

02 nov. 2016

Tu peux ajouter une soirée à chaque arrivée !

02 nov. 2016

Nous on a d'abord eu 7 jours au près serré par force 6 à 7. trois ris grand voile plus trinquette. On arrivait à mettre de l'est dans notre nord. Puis pétole 24 heures ( vive yanmar au ralenti 100 milles en 24 h00) puis vent arrière force 5 puis tempête....

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Eté norvègien

Souvenir d'été

  • 4.5 (193)

Eté norvègien

novembre 2021