transat en solo

Bonjour!
Nouveau sur le site... j'aurais besoin de quelques avis divers sur un pojet de transat en solo fuerteventura - guadeloupe a bord d'un arpege 1971 que j'ai descendu de Corse jusqu'aux canaries en novembre l'année dernière.
Plusieurs questions se posent:
- quelle route choisir pour eviter une grosse mer (assez fatiguant en solo)... tirer jusqu'au cap vert et prendre pleine ouest... ou tirer tout droit pour raccourcir la route.
- peut-on traverser dès octobre pour eviter les depressions relatives de novembre decembre... ou faut-il attendre decembre et ses vents plus établis?
- j'ai deux pilotes de barre franche (un vieux un neuf)... un regulateur d'allure est-il indispensable si j'investi dans une eolienne pour alimenter le pilote?

Je me donne un an pour preparer bateau et voyage... aussi je prend le temps pour recueillir un max d'infos. Merci à vous tous!

A bientot de vous lire!

L'équipage
25 août 2015
25 août 2015

Vous aurez sans doute autant d'avis que de gens qui ont traversé..... Mais bon, personnellement je suis parti des Canaries mi novembre.
Je suis descendu sud-ouest jusqu'au 20° N et 20° W pour trouver les alizés puis direction St Lucie au portant (pour des question de temps je ne pouvais m'arrêter au cap vert).

Mes choix de dates et de route ont été dictés par:
- l'examen des Pilots Charts
- la lecture de "Routes de grandes croisières" de Jimmy Cornell (une mine d'or cet ouvrage).

J'avais pilote auto et régulateur d'allure (un Atoms). Pour ma part le régulateur est un formidable outil qui développe une puissance largement supérieur à un pilote de barre franche. Il a été capable de "tenir" le bateau dans toutes les conditions et ne consomme rien.
Seuls inconvénients du régulateur :
- Il ne suit pas un cap au degré près (dans une transat on s'en fiche...)
- Il faut que le bateau soit bien équilibré sous voiles ;
- au début les réglages sont un peu laborieux

Pour le reste j'estime que 80 % de la réussite du voyage est dans la préparation du bateau. Examiner tout ce qui est vital à bord et se dire : si ceci me lâche comment je fait ?
Exemples:
- ma pompe eau douce tombe en panne, comment je tire de l'eau du réservoir ?
- Je détecte un ou plusieurs fils cassés sur un hauban, comment je fais ;
- ect, ect......

Bon vent, bonne mer

26 août 2015

A noter que le livre de Cornell ne donne pas toutes les routes!!!

25 août 201525 août 2015

effectivement un régulateur d'allures en solo c'est la sécurité ,
même si un pilote électrique ou deux sont fiables es-ce que les batteries
et le système de recharge le sont aussi ....l'éolienne au portant ,ça ne débite pas beaucoup si on a un régul avec 100w de panneaux on étale tout
un pilote de barre franche atteint très vite ses limites et au portant consomme énormément .
sur un arpège je prévoirais un étai larguable avec un genois lourd et un foc sur mousquetons ,une poulie ouvrante en bout de bôme pour pouvoir
monter en trinquettes jumelles et bien écarter l'écoute avec des ris dans la gv
un bonne protection solaire amovible rapidement .
des reserves d'eau fragmentées une centaine de litres suffisent en solo
en potable 5 bidons sous la table du carré en plus des reservoirs du bato
le G.O de toutes façons on n'en a pas assez pour faire la traversée
donc le réservoir suffit
prévoir mini un mois de vivres ,ça ne prend pas tellement de place ..
autrement une bonne révision du grément courant et dormant
peindre à l'antifouling le dessous de la voute pour ne pas avoir des anatifes de 30cm à l'arrivée
alain

25 août 2015

Merci pour ces conceils! En effet le regulateur semble la meilleur option... deux deux problemes se pausent: le prix (c'est quand même pas donné), mais aussi la fixation... le cul d'un arpège c'est pas bien large. Enfin un an ça laisse le temps de trouver une bonne occase et la bonne solution pour fixer ça.
Suis tombé sur l'interview d'un tour du monde en arpège, le gars avait fait refaire l'integralité du gréement dormant avec nouveau mat et bar de fleche inox... malgré le bonne état du gréement precedent... j'espere que quelque renforts inox aux cadènes seront suffisants...

25 août 2015

Bonjour,
J en ai fait deux de transat en solo dans ce sens, avec deux bateaux différents ( 7,30 m en cp et 9,20 en polyester ), deux parcours différents ( Canaries/Guyane et Canaries/cap vert/ Antilles ) et avec deux pilotes différents ( navik pour la première, raymarine st 2000 pour la deuxième )

Bilan : rien cassé dans la première...... Ni dans la deuxième ! Donc plus que les outils, ç est la solidité et son utilisation qui va avec qui fait que ça tient ou pas ( et pourtant un St 2000 n est pas super recommande, surtout quand il passe 9 jours à se prendre des vagues dessus..... Et pourtant il tient le choc jusque là, il ne doit pas être loin des 6000 nm dans presque toutes les conditions naviguable )

25 août 2015

en parlant de ça, quel est le prix moyen d'un régulateur?

25 août 201525 août 2015

Ah j oubliais pour la route, aucune année n est pareil a une autre, la première transat je suis partit tôt ( début novembre je crois ) et j ai pris de la pétole puis du vent sympa au large du cap vert ( dans les 20 a 25 nds, Houle classique ç est a dire croisée donc desagréable, puis faiblissant en approchant de la Guyane ) , la deuxième, partit en décembre, pétole la première partie jusqu au cap vert à part un épisode venteux ( 35/ 40 nds pendant une journee ), donc du coup stop au cap vert pour refueler ( et accessoirement re fixer mon safran qui n allait pas tarder a s en aller ! ) puis petite bastonnade pendant pas loin de 10 jours ( apparement selon certains anémo, ç est paraît il monte a 45 nds régulièrement, bon un peu optimiste mais j ai passé 9 jours sous tourmentin quand même ) et bien sûr Houle classique ç est a dire croisée donc pas agréable non plus ( mais en plus courte, pentue, je comprends pourquoi certains se sont mis en vrac régulièrement )

En tout cas le plus gros ennemi sur un petit voilier au long cours, ç est le poids, et le centrage des poids....

Côté gestion énergie, première transat un panneau de 50 w et une batterie et pas de diesel à bord ( hb ) et rien qui ne consomme ( sauf musique )pour la deuxième, 150 w de panneau, 1 h par jour de diesel ( accessoirement t évite le cas courant d eau qui remonte dans le moteur.... Ce qui est courant finalement ), ordi allume 24/24 pour l ais, boisson fraîche tout le long du périple ( frigo non stop ), et pilote 24/24....
Bref dans les deux cas ca ç est bien passé à ce niveau et les 18 litres de gasoil consomme sur 17 jours ont largement concurrences 1000 euros d éolienne ... ( surtout à 45 centimes du litres )

Bonne préparation

Norbert

25 août 2015

Salut
Perso j'ai pas le niveau, au portant dans l'Alisé soutenu il semblerait que tomber carement la bome permette de bien stabiliser le canot. Un special V&V conseil cette methode.
Un fil existe sur le sujet d'une transat galere , les gars avaient laissé la Gv dans plusieurs jours de gros Alisé .
;
Joli projet

26 août 2015

on trouve de bons régul d'occase dans les 500€ .
l'install sur le ta/ar ne devrait pas poser de problèmes insurmontables
perso j'en ai fait 4 et jamais pareil pourtant à des époques voisines
entre novembre et février ...
en équipage on peut se fier au pilote électrique ,si il lâche on barre ,
mais en solo c'est pas facile ..
l'économie réalisée sur l'achat de l'éolienne ,des panneaux et des batteries finance facilement un régulateur de qualité ..
alain

26 août 2015

Salut
j'ai réalisé le même parcours avec mon arpège en 2013, mais traversée en double
j'avais 2 pilotes et un régulateur atoms, pour lequel j'avais fait faire un support aux canaries, pour une petite fortune, mais sans regret ça a été très utile
le gros pilote (spx 5 ) est tombé en panne et le petit (st 2000) était bien insuffisant dans la houle
mais si ton bateau est aux canaries tu as déjà une bonne expérience !
étai largable extrèmment utile
je peux peut etre t'aider pour le support du régul, MP si tu veux
Amitié et bon vent
Patrick

26 août 2015

bien anticiper aussi les questions de sécurité et la gestion des situations limites; notamment, maîtriser la mise en œuvre du radeau de sauvetage (c'est lourd à manœuvrer en solo dans des conditions parfois rockn'roll), les feux, le bidon de survie, le déclenchement éventuel de la balise, la procédure radio en vhf fixe et portable), la possibilité de démâtage et les réponses possibles, l'utilisation de dispositifs permettant de ne pas se mettre travers à la lame une fois à sec de toile quand ca grimpe dans les hauts (genre ancre flottante, ou trainard de jordan); etc; si ce n'est pas fait avant, c'est trop tard au moment du distribil... la lecture et les vidéos des participants au Jester Challenge version Plymouth Acores est instructive à cet égard; et, quoiqu'on en dise ou qu'on lise, on est bien petit dans nos modestes tailles de bateau, même si on bouchonne plus facilement que les grosses unités..et tout à fait d'accord avec ce qu' écrit fritz concernant le regul, l'étai largable, le foc de brise, les réserves d'eau et le centrage des poids, ce qui, en solo, est plus facile à réaliser qu'en équipage.

26 août 2015

Si ça peut t-être utile:
J'ai traversé il y a deux ans avec mon vieux chatam en acier. Parti le 20 décembre de la Palma. On avait visé un point 20N 25W. Pas mal de vent tout le long de la traversée, jamais en dessous de force 5, et donc une mer formée. Quasiment tout le temps voiles en ciseau sur la fausse panne et sous régulateur d'allure.
Pas mal de grains parfois violents la nuit dans le dernier tiers du parcours. Traversée assez rapide de 20 jours mais éprouvante à cause du roulis permanent.
Ceux qui sont parti plus tard (février) ont eu un peu de pétole et ont mis beaucoup plus de temps. Je ne sais rien de ceux qui sont partis avant.

26 août 2015

suis les conseils de Norbert (Takari) qui m'ont été précieux.
Oublie l'idée de fantasmes de la transat en tournant les pages de tes bouquins préférés avec les doigts de pieds ;-)
ca va rouler !!
pour moi 16 jours /24 > F6 avec 4m de houle :-( et le cockpit qui se remplissait régulièrement et des surfs à 13 noeuds...

2 pilotes protégés dans une housse imperméable mais respirante.
1 régulateur Navik avec accessoires (marche bien sur Arpège)
1 éolienne avec système pour bien la caler face au vent au portant
80W de panneaux solaires
des tangons (dont 1 telescopique)
1 étai largable
des voiles de brise
1 vieux foc défoncé peut être utile au portant, à mettre en ciseau avec le genois (dont 2 tangons)

www.marine-oceans.com[...]araibes

27 août 2015

justement l'astuce de la poulie ouvrante en bout de bôme remplace un tangon pour les voiles en ciseaux puisque celui du bord est utilisé pour la contre panne
on se sert de la contre écoute comme barber pour fermer la chute
c'est à mettre coté enrouleur ce qui permet de réduire plus facilement
alain

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie, le grain s'éloigne.

Après la pluie...

  • 4.5 (39)

Après la pluie, le grain s'éloigne.

mars 2021