Tour du monde à l'envers: Actual

Actual, skippé par Yves le Blevec, va quitter son mouillage à la Trinité à 13:30. La ligne de départ est positionnée au Sud de Quiberon. Il devrait la franchir en début d'après-midi.

pv.viewsurf.com[...]/

L'équipage
24 nov. 2017
24 nov. 2017

Le lien vers la cartographie et le tableau de bord:
www.teamactual.eu[...]graphie

25 nov. 2017

Première nuit agitée mais tout va bien.
Il vient de "dégolfer" et fait de l'Ouest pour contourner une dépression avant de descendre plein Sud.
www.facebook.com[...]316036/

25 nov. 2017

Déjà à l'endroit ça doit être dur mais à l'envers, je n'ose même pas imaginer... En tout cas c'est beau!

25 nov. 2017

Je n'ai pas souvenir ou connaissance qu'un multicoque se soit déja essayé a cet exercice ouest- est , serais ce une première? Ph.Monnet en avait parlé ainsi qu'Yvan Bourgnon qui voulait tenter avec l'ex Castorama. Je crois bien que c'est la première tentative.

26 nov. 2017

C'est effectivement la première tentative pour un multicoque, ce qui est un peu surprenant! C'est, d'ailleurs, le dernier record absolu détenu par un monocoque. S'il ne casse pas, le record de VDH ( 122j 14h 03mn 49s) sera probablement pulvérisé.

27 nov. 2017

Philippe Monnet a, en effet, battu ce record en 2000 avec Uunet, l'ancien monocoque Fleury Michon. C'est VDH qui l'a ensuite battu en 2004 avec le monocoque Adrien et le détient toujours.

27 nov. 201727 nov. 2017

Ph.Monnet a réalisé un tour du monde à l'envers sur l'ancien monocoque Fleury Michon de Poupon . Cela date de la fin des années 90 me semble t-il.

26 nov. 2017

Sans parler de record, faire cette navigation en multi sans casse et revenir en bon état, serait déjà un bel exploit.

26 nov. 2017

On peut se demander si avec une telle vitesse, il ne pourrait pas s'autoriser une montée vers le nord aprés le Horn pour débouler à manette à travers le Pacifique et l'Indien au portant avant de replonger sur Cape town. Évitant ainsi la galère casse bateau et moins rapide à tirer des bords dans le Sud mais ça rallonge surement de trop. Ou quelques chose de médian dans ce sens.

26 nov. 2017

Il me semble que c'est justement l'idée de ce record. Rallonger la route et profiter de vents favorables.

27 nov. 2017

Incroyable de genre de défi , mais ça me fais pas réver du tout

27 nov. 2017

Oui j'ai vu quelque part mais je ne sais plus où qu'il envisageait de passer au dessus de la NZ, et même peut-être Australie.

01 déc. 2017

Mais passer au Nord de la NZ, puis le détroit de Bass, entre Tasmanie et Australie, c'est possible et ça a du sens. C'est quasiment la même latitude que le cap de Bonne Espérance, avec de bonnes chances de vents portants.

01 déc. 2017

S'il devait passer au Nord de l'Australie, son record de tour du monde par les 3 caps ne serait pas validé: il lui faut bien passer au Sud du Cap Leeuwin qui se trouve lui-même au Sud de l'Australie.

01 déc. 2017

Ou même passer par le détroit de Cook, entre les 2 îles de NZ. J'imagine qu'ils ont envisagé toutes les solutions. Et c'est finalement les dépressions du grand Sud qui dicteront leur loi. Le Pacifique et l'Indien seront très intéressants.

27 nov. 2017

Quand on voit ce qu'ont endurés les monocoques des précédents records ou tentatives, à remonter les 50 é ou 40 é ça parait un peu raisonnable, pour une fois avec un trimaran d'éviter cette 'zone de guerre' au prés dans 45 nds. Ça va être la ruse de sioux. Une ruse assez logique.
Pour ceux qui n'ont pas lu et que ça intéresse le récit , certes poussièreux, de Clay Blyth raconte bien la dimension d'un tel projet, pris à la source.

28 nov. 2017

Actual se rapproche d'une dorsale anticyclonique: un coup de frein va avoir lieu d'ici peu...
C'est le passage obligé qui va lui ouvrir la porte des alizés, un peu faiblards actuellement.
Pour l'instant, sa tentative s'annonce bien. 700 M d'avance en 4 jours, c'est déjà pas mal.

01 déc. 2017

YLB mange son pain blanc !
Il passe les Cap-Vert et on dirait que le pot-au-noir a quasi disparu ?

01 déc. 2017

Conséquence : il fait chaud !
www.facebook.com[...]744883/
;-)

01 déc. 201701 déc. 2017

Actual a repris sa descente de l'Atlantique Nord après le passage de la dorsale qui l'a bien ralenti entre les Canaries et le Cap Vert. Pas d'excès de vitesse: il semble rechercher d'abord à protéger le matériel.
Ce qui ne l'empêche pas de continuer à creuser son avance. Ce soir, après une semaine de course, il devrait atteindre 1 000 M d'avance sur VDH. :bravo:
Le pot au noir semble, en effet, peu actif actuellement. Si cela se maintien, cela pourrait peut-être lui permettre de le franchir plus à l'Est qu'habituellement, et donc d'avoir un meilleur angle quand il touchera les alizés du SE.

01 déc. 2017

En même temps a ce stade la comparaison n'a pas de sens.
Tant qu'il est sur circuit ce n'est pas une surprise que sa F1 soit plus rapide que le 4x4.

01 déc. 2017

Oui, et comme le dit justement Flora, pour l'instant "il mange son pain blanc". Ensuite, après le Horn, il sera alors très intéressant de voir ses choix stratégiques. Va-t-il affronter la piste tout-terrain, ou bien choisir un circuit moins cabossé plus Nord, plus long, mais plus rapide? En tous cas, l'avance engrangée dans l'Atlantique sera un atout supplémentaire pour faire ses choix dans le grand Sud.

14 déc. 2017

2 semaines pus tard il apparait que la F1 n'a pas la solidité du 4x4 ;-)

01 déc. 201716 juin 2020

Enfin des photos de la vie à bord...

:-p

02 déc. 2017

Bientôt l'équateur !
.
Un pot exceptionnel

« Il est en train de quitter la zone de turbulence potentielle. La nuit prochaine sera moins chaude, il va renouer avec des conditions météo plus faciles. Il a cependant eu un pot au noir exceptionnellement peu actif qui lui a permis de traverser cette zone de façon très rapide. De mémoire, je pense que cela fait 14 ans qu’un bateau de course n’a pas aussi bien négocier ce passage ! », commente Christian Dumard, routeur d’Yves.

03 déc. 2017

Equateur franchi à peu près en même temps que MACIF passait le Horn...
Question : quand vont-ils se croiser ?

:-D

05 déc. 2017

Les grandes manœuvres vont bientôt commencer après ce début de challenge plutôt cool. La descente le long du Brésil, de l'Uruguay et de l'Argentine ne sera probablement pas un long fleuve tranquille :lavache:

06 déc. 2017

Yves et François vont se faire un salut virtuel en fin de journée, en se croisant probablement au niveau de la latitude de Florianopolis, 27° Sud, si je me trompe pas...
Yves beaucoup plus près de terre.
Alain Maignan est dans le secteur aussi, un peu plus au Nord.
:-)

06 déc. 2017

Juste une petite remarque ils ont quasiment la même avance sur leur chalenger .... 1800 milles sauf que pour un c'est dans le sens de l'arrivée tandis que pour l'autre c'est encore le départ.
Gilles

06 déc. 2017

Actual se bat "contre" un monocoque... Son avance n'a pas trop de sens...

09 déc. 2017

Il va entrer dans le dur là, 40°S !
Le cap Horn dans moins d'une semaine.
Bon courage à lui.
www.teamactual.eu[...]ession/

10 déc. 2017

Ce matin, écoute de GV cassée... et une latte abîmée.
Trois heures après, tout est réparé et rentré dans l'ordre.
twitter.com[...]mACTUAL
:bravo:

10 déc. 2017

Peut on trouer sur le net une cartographie de la route suivi par Yves Le Blenec?

10 déc. 201710 déc. 2017

Un petit effort : voir le premier message de ce fil...

:-p
Bon, c'est dimanche matin, je compatis :
www.teamactual.eu[...]raphie/

13 déc. 201713 déc. 2017

Et pendant ce temps-là, Yves a passé les Falklands et n'est plus qu'à 100 milles du détroit de Le Maire !
Le cap Horn demain ?
"conditions rapeuses" a-t-il tweeté... le bateau et le bonhomme sont en forme.

:pouce:

13 déc. 201713 déc. 2017

Ce sera vers minuit de chez nous... il est à une vingtaine de milles, vent modéré de N, il roule à 17 nds ! Premier cap Horn en solo pour Yves, ça s'arrose.
:alavotre:

13 déc. 2017

Tu as raison c'est vraiment un sacré cap en solo et en multi.
J'ai hâte de voir l'option pour le Pacifique.
Gilles

13 déc. 2017

Hier il disait qu'il ferait du Nord dès que possible...

14 déc. 2017

Voilà il l'a passé... assez près pour faire une photo, mais avec des rafales à 50 nds et de la neige.
Il continue tribord amure au près cap au SO.
Bon courage à lui !
.
((Il y a quelques jours, les Libertaire ont traversé le détroit de Drake en 4 jours, ils sont dans l'archipel Melchior et prévoient de passer 3 mois en Antarctique en autonomie avec leurs deux gamines de 2 et 4 ans : ceux-là oui je les envie !))
libertairegv.blogspot.fr[...]

14 déc. 2017

Il a chaviré cette nuit vers le cap horn

14 déc. 2017

L’un des bras de liaison bâbord du trimaran a cassé, provoquant le chavirage .
"Il avait doublé le Horn à 1h 34min dans la nuit de mercredi à jeudi 14 décembre, dans des conditions météo difficiles : 30 à 50 nœuds, rafales à 70 juste avant le franchissement du Cap, une mer de 5 à 6 mètres de creux.

"A 4h21, ce jeudi matin, Yves le Blevec déclenchait sa première balise de détresse. 40 minutes plus tard, il actionnait sa 2e balise" L'adonnante

14 déc. 201714 déc. 2017
14 déc. 2017

C est vraiment trop dur de telles conditions pour un tri en course

14 déc. 2017
14 déc. 2017

En plus il est victime d'une fortune de mer (avarie) et non d'avoir dépassé les limites de son bateau, psychologiquement ça comptera et ça l'aidera surement à se reconstruire, quand il aura pu s'assoir sous un pommier bien sur

14 déc. 2017

oui mais c'est pas pareil que retourner un bateau intact

14 déc. 2017

Ils vont tenter de récupérer le bateau ?

14 déc. 2017

Peut être que la rupture du bras est liée au rythme imprimé par le skipper? Je n ai rien lu qui laisse penser qu il aurait par exemple heurté un ofni.

14 déc. 2017

La problématique d' un trimaran au près dans la grosse mer, même en course, c'est jusqu'où aller trop loin...
Voir à ce sujet le livre de Rob James. Son attitude : ne pas fuir, continuer à faire route face à la tempête, sans trop pointer, en gardant assez de vitesse pour monter les vagues en préservant quelques noeuds de VMG.
Est ce que la poutre était fatiguée ? On le saura plus tard, ou pas...
Reste qu' hier, au vu des conditions annoncées, je me suis dit : Il a intérêt à être solide ce tri.
Les flotteurs volumineux et la grande largeur génèrent des efforts dynamiques considérables même si le dessin actuel des flotteurs est très performant : beaucoup de volume en avant mais très progressif.
Les tris passent beaucoup mieux dans la mer au près que beaucoup ne se l' imaginent mais ça reste brutal et impressionnant dans le vent fort.
Alors avec 40 à 50 noeuds établis, des claques à 70 noeuds et 5 à 6 m de mer, ça sent plutôt la fuite.
On peut se rappeler comment François Gabart a pris au sérieux des dépressions avec 40 à 50 noeuds de vent ...au portant.
J' ai beaucoup de respect pour l' audace d' Yves Le Blevec.

14 déc. 2017

"Tour du monde à l'envers" => un sujet n'a rarement aussi bien porté son nom !!

14 déc. 2017

On annonce qu'il va repartir dans l'autre sens !

14 déc. 2017

"Un bateau à passager a été dérouté ce matin par le MRCC Chilien pour venir secourir Yves le Blevec, toujours en sécurité à l’intérieur de son bateau. Il devrait être sur zone dans l’après-midi"
.
A priori, les "bateaux à passagers" du coin doivent être bien équipés question sécurité ! Mais ça va pas être simple de récupérer le bonhomme dans ces conditions...
:reflechi:

14 déc. 2017

on a etait récupéré il y a un mois par un cargo suite a non naufrage , mer tranquille et deja pas si simple que ça , alors la ????

14 déc. 2017

YLB hélitreuillé par la marine chilienne et transporté à Puerto Williams, puis Punta Arenas.
:pouce:
www.teamactual.eu[...]info-3/

14 déc. 201716 juin 2020

Il aurait peut-être préféré le confort du Stella Australis...
:tesur:

www.australis.com[...]tralis/

14 déc. 201716 juin 2020

sur ybw ils ont mis cette photo

14 déc. 201716 juin 2020
15 déc. 2017

Triste nouvelle, heureusement Yves s'en sort bien.
Pas vraiment surpris, le 26 novembre j'écrivais :
"Sans parler de record, faire cette navigation en multi sans casse et revenir en bon état, serait déjà un bel exploit".
Prémonitoire? :oups:

15 déc. 201715 déc. 2017
15 déc. 201715 déc. 2017

Oui il s'en sort bien.
D'après les photos, on comprend que les deux bras de liaison babord ont cassé, ceux du flotteur sous le vent probablement d'après les conditions qu'on connaît (vent et allure).
Il était sous GV 3 ris et tourmentin. Pas grand chose à se reprocher probablement à ce moment-là.
Quant au projet... "il ne savait pas que c'était impossible, etc..."

15 déc. 2017

La vidéo du sauvetage sur le site de V&V.
Quel est ce sac que YLB a sur le dos à sa sortie de l'hélico, svp? J'ai jamais vu jusqu'à présent...

15 déc. 201715 déc. 2017

Le sien... customisé ! avec ses petites affaires perso, non ?
Toujours aussi impressionnant un hélitreuillage et ça a pas l'air de rigoler sur le trampoline...
www.voilesetvoiliers.com[...]blevec/

15 déc. 2017

Quelques infos d'YlB sur son site, depuis un hôtel de Punta Arenas : le bateau dérive vers le NE, revient en atlantique. Il espère pouvoir aller le récupérer.

16 déc. 2017

Récupérer le bateau pour pas laisser un bout de plastique derrière soi :
.
Yves Le Blévec, skipper d'Actual Ultim' :
"...La veille, du passage du Horn, j’avais passé plusieurs heures sur le pont pour checker le bateau. Au niveau structurel, j’ai passé tout en revue visuellement, le pont, tout ce qui pourrait générer un suraccident. Je n’ai rien détecté de problématique. J’avais une checklist que j’ai passé intégralement en revue...
Il y a une bande d’une centaine de milles de large où le vent accélère pas mal. Nous savions qu’on allait la traverser après le cap Horn pendant 5 ou 6 heures, cette bande assez forte mais tout à fait prévisible. Je m’étais adapté à cette situation avec 3 ris dans la GV avec un J4 spécialement conçu pour cela, un tourmentin, une voile toute petite qui fait 20m2 au lieu d’un J3 de 50m2, qui permet de ne pas surtoiler le bateau dans ces conditions. Le vent est rentré assez fort au niveau du cap Horn, puis s’est calmé avant de rentrer de nouveau très fort. C’est monté à 40-45-48 noeuds. Le bateau a accéléré très fort, comme il y avait beaucoup de mer des creux de 5 mètres l’idée était de ne pas aller trop vite pour ne pas traumatiser le bateau, puis le bateau est retombé un peu abattu, il y a des combinaisons de vagues qui font de jolis tremplins même en essayant de contrôler la vitesse, et là le bateau est tombé sur une vague à plus de 20 nœuds et il y a eu un grand crac, au moment où le bateau redémarre et à nouveau plusieurs cracs et le bateau qui prend de la gîte.
J’ai tout de suite compris que c’était cassé. Le bateau s’est couché, il est resté quelques secondes à 90°, avant de basculer à l’envers en se cassant de partout. Je me suis retrouvé à l’envers. Au début je pensais avoir le temps mais le bateau s’est très vite dégradé, le flotteur qui était détaché tapait car il s’est posé sur les bras à l’envers et à la fin il tapait contre la coque centrale, avec le risque qu’il fasse des trous. C’était un peu long car à l’intérieur tu entends le bateau qui se détruit, tu ne sais pas trop comment ça va se terminer.
Après il y a eu un avion de la Marine Chilienne qui est entré en contact et qui a coordonné l’arrivée du bateau à passagers et un Français qui était sur le bateau m’a informé, par VHF, qu’un hélicoptère venait de décoller. C’est toujours mieux de se faire extraire par hélicoptère que par un embarquement dans ce type de situation.
A partir du moment où j’ai été exfiltré de mon bateau par une équipe assez brillante de sauveteurs chiliens que je tiens à remercier, je ne maitrisais plus grand-chose. L’hélicoptère m’a conduit à Puerto Willian et à partir de là j’ai eu un rapide check médical et juste après j’ai pris un avion vers Punta Arenas, la ville importante du sud du Chili. C’est là où on a pris les photos avec les forces armées et le consul de France. J’ai fait les procédures pour entrer au Chili où j’avais mon passeport sur moi. J’ai un visa pour 90 jours...
Toute l’équipe Actual, avec le réseau que nous avons, cherche des solutions pour : d’une part atteindre le bateau et une fois qu’on a atteint le bateau le débarrasser de son gréement et de tout ce qui compliquerait une opération de remorquage. Le bateau dérive vers le nord-est, nous avons sa position tous les ¼ d’heures et nous avons une année d’autonomie. Il revient en Atlantique. Toute la question consiste à checker les moyens que l’on peut mettre en œuvre pour tenter une opération de récupération du bateau, ce qui est loin d’être simple, il n’y a pas beaucoup de moyens sur place, d’autant qu’ici c’est la pleine saison touristique. Je ne suis pas très optimiste quant à la possibilité de remettre le bateau en état par la suite. Mais à la limite, ce n’est pas la question que je me pose. Il n’est pas question de laisser un bout de plastique derrière moi. Ma priorité, celle de l’équipe et celle d’Actual c’est de récupérer le bateau".

16 déc. 2017

Pas laisser un bout de plastique ? Quand ils vont se débarrasser du gréement, ils le montent à bord ? Ou ils le font couler... Ca doit bien être un peu du "plastique", comme simplifie YlB...

Un peu de comm, après ce naufrage, qui est triste, c'est sûr...

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie en Patagonie

Après la pluie...

  • 4.5 (28)

Après la pluie en Patagonie

mars 2021