Safran Cassé

Une nuit par fort vent, un voilier de location de 12m, naviguant entre la corse et le continent, appelle le cross par VHF pour divers problèmes d'avaries : voiles déchirées, moteur en panne, safran cassé. Le cross propose au voilier d'envoyer un hélico pour treuiller tout le monde ; mais le skipper lui, veut rester à bord ; le cross refuse et lui propose de rester en contact toutes les heures, et lui demande de se servir de ses deux seaux à bord, de percer le fond, et de les attacher après un bout, de chaque côté du bateau ; le cross lui explique que quand il veut tourner, il n'a qu'à tirer sur le bout.
Êtes-vous au courant ?
L’avez-vous déjà expérimenté ?

:oups:

L'équipage
11 mar. 2013

dans l'exemple donné, je ne vois pas trop à quoi peuvent lui servir les seaux alors qu'il n'a plus ni voile ni moteur, sauf peut-être osciller de quelques degrés autour du vent arrière ?

11 mar. 2013

C'est un peu bidon, non ?

:-D

11 mar. 2013

Voiles déchirées et moteur en panne il n'a donc plus de propulsion, il ne peut que dériver et au pire se retrouver travers de la vague! Il faut donc d'abord d'une façon ou d'une autre rétablir une propulsion, un voilier gardant un avantage dans ce cas. Après on se débrouille avec les moyens du bord et de l'imagination. Selon les nécessités on peut chercher à freiner la bateau.

11 mar. 2013

Non, jamais essayé. Mais il me semble avoir lu quelque part qu'un voilier qui avait perdu son safran en plein Atlantique était rentré en Europe en gouvernant avec un système de seau après avoir essayé bien d'autres solutions a priori plus prometteuses, notamment celle des planchers brellés sur le tangon pour faire un gouvernail.
Autant que je me souvienne, il n'y avait pas deux seaux, mais un seul. Le tangon avait été fixé solidement en travers du tableau arrière avec une poulie de renvoi à chaque extrémité. Le seau était trainé dans l'eau au bout d´une patte d'oie dont chaque branche revenait sur une des poulies. Tendre l'une ou l'autre des branches de la patte d'oie déplaçait le seau sur un bord ou sur l'autre, ce qui faisait tourner le bateau du côté en question. Ils avaient même frappé les bouts sur la barre, ce qui leur permettait de barrer (presque) normalement.

Naturellement il faut un seau solide, en métal pas en plastique. Mais d'autres objets peuvent probablement faire l'affaire.

11 mar. 2013

La cocotte minute solidement ligotée par les poignées me semble une bonne piste.

11 mar. 2013

J'ai l'impression que la question posée ne l'est pas par rapport à ce cas précis, pour lequel avec aussi peu d'éléments il est délicat de dire si oui ou non cela est efficace. Voiles déchirées, ça n'est pas assez précis pour dire si oui ou non le bateau peut faire route et donc être dirigé.

Dans l'absolu, mettre à l'eau sur un bord ou l'autre, ou sur les deux quelque chose qui produit de la trainée peut bien sûr aider à tenter de stabiliser le bateau sur une route. Mais chaque cas particulier est différent. Une avarie de safran "safran cassé = parti" n'a rien à voir avec "safran cassé = mèche tordue bloquée" ou "safran cassé = drosse de barre à roue cassée" etc ...

Pour ce qui est des seaux, là, je suis formel. Sauf équipement fabriqué dans ce but, aucun seau plastique sur le marché ne résiste à plus de 2 knts. Et bien moins si les UV ont fait leur travail dessus.

l'histoire des seaux c'est un peu bidon ,pourtant on la retrouve dans tous les manuels ,il vaut mieux essayer de bricoler un safran ou faire trainer deux bouts avec un poids au bout ça resistera plus longtemps qu'un seau a la traine :-D

11 mar. 2013

Merci Lulu2 pour la réponse

11 mar. 201311 mar. 2013

Et une ancre flottante, un peu plus ouverte (découpée au bout)
avec le principe de lulu évoqué plus haut : tangon et patte d'oie réglable ?

11 mar. 2013

Je partage le point de vue de Pierre. A moins d'avoir un seau de l'ancien temps, en zinc avec une anse en fil de 12 mm, je ne vois pas mes seau plastiques tenir plus de 10 mn en remorque.

Et je ne comprends pas bien comment diriger un bateau qui n'a ni voiles, ni moteur.

Imaginons qu'il reste le moteur, j'éviterais toute solution à base de bouts dans l'eau. Inévitable qu'ils terminent dans l'hélice.

Imaginons qu'il reste des voiles, en premier, si possible, je tenterais un truc au portant sous foc seul en essayant de trouver un point d'équilibre. Et je trainerais ma plus grande aussière s'il fallait assurer ce poit d'équilibre.

Jacques

12 mar. 2013

Je pense mettre mal exprimé, la question n'était pas de pouvoir manœuvrer un bateau sans voiles n'y moteur (pratiquement impossible) mais de savoir s'il était possible de diriger un bateau avec ce système.

12 mar. 2013

si le fond du seau est enlevé il y a moins de force donc pourquoi pas....

12 mar. 2013

Ciao, vous n'avez jamais utilise de rames? C'est la meme chose, quand vous freinez d'un cote, le bateau tourne de ce cote...

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Le beau temps !

Après la pluie...

  • 4.5 (117)

Le beau temps !

mars 2021