Rigolons sur cette farce

Cet été, retour de Corse. Je suis avec une bande d'ados (ma fille, deux neveux, une copine de ma fille) et une copine. On part de Propriano dans peu de vent, en plus plein NW. Un long bord nous emmène doucement plein nord, au large de Scandola. Notre idée est de passer à l'ouest de Camarat pour voir les baleines. Il est jeudi, du vent est annoncé le samedi, on a donc le temps de ballader.

On vire à la nuit et un long bord nous rapproche donc de Camarat, tandis que le vent vire doucement SW. Ca marche pas mal dans la nuit noire. A 3 heures du mat, je laisse le bateau aux ados et je vais dormir.

Le soleil se lève après une nuit tranquille, et une baleine souffle à coté de nous.

Puis on commence à traverser un immense banc de thons, sur une quinzaine de milles. Fabuleux, la mer est agitée de partout par les thons qui sautent. On est au moteur ou a la voile selon le vent, bien poussif.

A midi le vendredi, on se trouve à une vingtaine de mille de Camarat, et le vent de SW commence à forcir. Un ris dans le solent, un puis deux dans la GV. Le vent est établi à 30 nd et on est au près. Cela devient moin rigolo, le clapot, les embruns (Erendil a un cockpit open, vraiment pas trop abrité). Ca n'avance pas.

On arrive devant Cavalaire, on continue à tirer des bords tout contre la cote, pour profiter de l'eau plate, en tirant la bourre avec un gros monocoque. Le vent retombe, on lache les ris et on recommence à se trainer. On commence à en avoir marre, et Bandol est encore loin.

On essaie au moteur, pas terrible dans le clapot, genre 3nd, mais au moins ca va dans le bon sens. On passe Bénat vers 18 heures, on continue au moteur, alors que le vent revient, carrément ouest. On se traine vraiment. On repart à la voile, il fait nuit, il y en a marre.

A 23 heures, on tire des bords pour sortir de la passe de Giens. A minuit, alors que l'on est à peine sorti, j'en ai marre, les vagues sont évidement là, le cap est merdique, il y aura encore Sicié à passer, et le vent se renforce, et je sens que les 30 nds seront encore bientôt atteints. Demi tour pour aller dormir à l'abri vers la Capte. Les boules, on surfe doucement dans la passe, c'est super dans la nuit, mais on est à 180°... Le moment où tu donnerais raison à tous les fanatiques du batolent sur le thème "les catas c'est chiant au près".

A une heure du mat on est au paradis. Au mouillage à l'abri derrière la pinède, juste au nord de la Capte. Pas un clapot, juste une petite risée de temps en temps. Bonne nuit.

Le matin, c'est donc samedi, mes deux neveux doivent impérativement prendre le train. Pas de soucis, ma femme vient nous rejoindre avec la voiture, on les poses à la gare de Toulon, on dort à la maison, et on ramène Erendil dimanche, quand le vent sera tombé. Parfais, cela fait trois semaines que je suis parti, et je suis bien content de retrouver douche et maison.

Oui, mais toutes les affaires sont à bord, et je n'ai pas envie de faire la navette en kayak. La plage est assez deserte, un groupe ou un couple tous les trente mètres.

On beache (et là, on retrouve sa lucidé sur les batolents de près incapables d'un pareil truc). On fait la chaine pour vider les affaires et on part tous ensemble pour porter les affaires à la voiture. Tant qu'on y est, avec ceux qui restent, on va boire un coup.

Et on revient. Les voisins du bateau, des vacanciers tranquilles, nous disent, un peu affolé, que la police est venue, qu'ils ont pris des photos, qu'ils ont laissés une lettre.

Il fait un bon mistral, on est fin août, la plage, donc, est bien vide. En bref, on n'emmerde personne et il est évident que, si on est là, c'est qu'il y a une bonne raison. Il y a d'ailleurs une bonne cinquantaine de voiliers au mouillage devant la potinière. C'est vrai qu'ils sont derrière les bouées et moi sur la plage.

Pour moi, l'incident est clôt. La lettre indique que le mouillage est interdit, et que nous écopons d'un avertissement. Je me dit que les mecs sont quand même bien rigide, mais que quand même, les marins sont plus soft que les routiers, en laissant simplement un avertissement.

Jusqu'à hier, où je reçois une lettre me convoquant au commissariat pour "ammende impayée pour mouillage interdit" et me demande de venir avec un timbre amende de 45€...

Je ne sais pas quoi faire, tellement je suis stupéfait. Cela m'apparait aussi stupide que de verbaliser un mec en panne parce qu'il stationne sur la bande d'arrêt d'urgence. D'autant que la lettre ne mentionnait aucune amende, aucun service à contacter, rien, simplement un avertissement. Et puis aussi, 45€, est ce que cela vaut la peine de se coltiner Courteline...

Mais bon...

Jacques

L'équipage
13 oct. 2008
13 oct. 2008

Il y avait

des bouées jaunes delimitant une zone interdite ?

Me suis fait vilipender l'an dernier par un gendarme en maillot alors que j'accoster en annexe (à moteur) avec ma fille de 7 ans qui voulait jouer sur la plage dans une telle zone au niveau de cap coz (pour ceux qui connaissent).
A noter que la zone en question etait totalement deserte.
Mais je n'ai pas eu d'amende juste un rappel oral et amical de ce sympathique representant de la loi.
Le bougre, vraiment agréable, me voyant galérer à la pagaie dans un petit clapot nous a même tracter au retour avec son zodiac à moteur (oui oui dans la zone interdite) jusqu'a notre voilier. ;-)

De par l'importance du traffic la gendarmerie maritime en med est peut être moins tolérante qu'en Bretagne ?

13 oct. 2008

Présence de câbles

sous-marins ?...

13 oct. 2008

Non non, rien de tout ça

Pas de cables, ni rien, de toute facon, j'étais beaché, mon ancre était sur le sable sec.

Non, c'était le balisage classique des plages non surveillées.

Mais effectivement, il y a bien un truc quelque part qui doit dire que le mouillage est interdit. Mais la, quand même, les circonstances étaient particulières et on s'est absenté une heure en tout.

Je n'ai ni croisé les gendarmes à l'aller, ni au retour.

Probablement que si je les avais vu, que si j'avais raconté notre histoire, les gars seraient reparti tranquille!.

Reste que je ne comprends pas l'histoire de l'amende impayée alors que la lettre ne mentionnait qu'un avertissement.

Jacques

13 oct. 2008

ouaip

sévére, le gendarme en question n'avait pas fait son cota ? :-(

14 oct. 2008

Son quota pour un cata ?

:tesur:

13 oct. 2008

Bah !

pour reprendre la comparaison avec la voiture : Si tu tombes en panne sèche sur l'autoroute, tu auras une amende à payer...

Ceci dit, vu les conditions que tu décris, je trouve aussi que tu es tombé sur des gendarmes un peu zélés.
Peut-être des adeptes du batolent allergiques au cata...;-)

13 oct. 2008

un peu zelé oui

mais ne pas oublier que devant une plage ayant un balisage de plage (les bouées jaunes)
la navigation est interdite dans la bande des 300M
hormis les chenaux reservés aux voilier et aux engins a moteur

13 oct. 2008

Je plaide...

  • Ce sont des conditions météo qui m'ont obligé à beacher pour me permettre de poser mon équipage à terre au titre de la sécurité.
  • Franchir la ligne des bouées pour beacher n'est pas une navigation.
  • Cette contravention n'est pas juridiquement recevable, car dépourvue de toute référence à l'infraction elle même et un avertissement ne peut se transformer en sanction.
  • Je refuse de payer et dépose un recours au Tribunal d'Instance. (pour 45€ ?) (Il y a 4 ans, j'ai gagné au TI contre l'ONF pour une contravention de 135€ injustifiée).
14 oct. 2008

Je ne crois pas

que la navigation soit interdite dans la bande des 300 mètres. Sans précision, seule la vitesse est limitée, et il peut y avoir un balisage qui interdit la navigation à moteur, le mouillage, ou n'importe quoi d'autre.

Jacques

13 oct. 2008

Pareil partout !

A Perros Guirec, devant la plage de trestraou, je mouille un jour de pétole pour aller manger un morceau à terre. Je précise que c'est un mouillage officiel sur corps-morts gérés par la capitainerie. je me suis mis entre la zone de corps-mort et la zone de baignade, à un endroit tranquille où personne ne passe à part les gamins qui apprennent la planche à voile, mais il y a largement la place.

Quand je retourne à bord, un gars arrive en zodiac, un CRS, qui m'explique que le mouillage est interdit, que "où est votre n° d'immatriculation", qui en réfère à son autorité par VHF, etc, etc...

Comme le gars ne trouvait pas de n°d'immatriculation, et qu'une partie du nom du bateau était décollée (le ² de Hi²...) et que visiblement il ne savait pas quels papiers me demander, je n'ai pas reçu de PV...

13 oct. 2008

Deuxieme....

Beaucoup de reglements concernant les abords des plages en ete sont des arretes prefectoraux maritimes...dont on ne prend connaissance qu'en consultant les sites des Premar (par region maritime) et sur lesquels on peut s'abonner gratuitement pour les recevoirs automatiquement, ainsi que les avis aux navigateurs.

Il est possible que dans votre cas, il y ai eu un arrete (souvent pris pour la periode des vacances, il y en a un pour chaque commune en general) concernant la navigation interdite dans la zone ?

Neanmoins, avec l'avertissement ecrit il devrait etre possible de ne pas etre poursuivi.

J'aimerai qu'on m'explique pourquoi mon precedent message a ete retire ?

13 oct. 2008

Peut être Jacques....

..Te rendre au commisariat.Et leur dire que tu as bien reçu un PV,qui portait sur un avertissement(que tu as).Et jamais sur une amende...(que tu n'as pas).

T'as oublié que tu roulais plus en Hobby Cat???
:-)

13 oct. 2008

Oh oui...

J'attends avec impatience le RDV au commissariat. Je ne sais pas trop comment l'aborder, sachant que le brave flic qui va me recevoir (commissariat de Sanary) ne doit strictement rien connaître des raisons qui ont poussé un gendarme de Hyères de sévir comme cela contre la grande criminalité organisée et de revenir sur l'avertissement donné pour en faire une amende.

Connaissant le monde dans lequel nous vivons, je n'ai pas grande illusion sur la fin de l'histoire. Cela va me couter 45 € et perdre une matinée de boulot...

Et je recommencerais strictement la même chose si les mêmes circonstances devaient se reproduire, sauf peut être boire le coup.

C'est à dire que je reviendrais plus vite pour ne pas laisser seul mon bateau beaché.

Jacques

13 oct. 2008

Pas gagné

Je crois que la "règle", c'est que seul le gendarme qui a dressé le pv décidera ou non de l'enlever...:-(

13 oct. 2008

encore une preuve

de l'avantage du mono à fort TE, pas de risque de prune de ce type...par un acte volontaire du moins!

13 oct. 2008

faut voir...

J'ai lu ici même le récit d'un navigateur qui avait manqué perdre son monocoque à fort tiran d'eau à quelques mètres d'ici pour avoir foiré son mouillage sur les posidonies...

Moi, cela ne risquait pas de m'arriver (ce coup ci !!!) parce que j'avais l'ancre sur le sable sec. Comme ça, je peux voir s'il y a des posidonies...

Jacques

13 oct. 2008

posidonies

ben justement jacques,

tu leur dis que comme tu voulais pas détruire les posidionies avec la S.... tu as été obligé de mouiller sur le sable sec...
cqfd...

quoi on peut essayer non ???
;-)

Peut être qu'en expliquant gentiment la situation cela passera sans histoires...
on croise les doigts pour toi !!

:-p

13 oct. 2008

autre solution

tu dis que tu as mouillé au large mais que tu n'avais pas prévu qu'à marée basse tu serais à sec...:heu:

13 oct. 2008

Ouaip...

Je pensais bien raconter des trucs pour m'expliquer... J'ai pas mal de truc dans le style, genre "c'est pas vrai que les catas remontent mal au vent, regardez, je l'ai laissé au mouillage derrière les bouées, et il est venu tout seul sur la plage". Ou "il a juste 20 ans, alors forcément, quand il a vu les deux bombes sur la plage, il n'a pas pu s'empécher de venir".

Mais je ne suis pas totalement certain de l'effet.

C'est un policier de Sanary qui me convoque, quand même. Encore une fois, c'est le gratin du summum de la lutte contre la grande criminalité organisée, là.

Jacques

13 oct. 2008

J'espère que le tuyau va marcher sinon

tu fais un chèque de 47 Euros = "c'est pour les bonnes Oeuvres de la police...."

Ah bon "c'est pas possible ?? Alors je fais 2 chèque = 45 et 2 Euros"

peuvent pas refuser ...........

et ça fait tellement plaisir pour le prix de 2 baguettes :-D

13 oct. 2008

bon mistral?

La plage était donc un abris! Quelquefois, sécurité oblige.

14 oct. 2008

C'est bien ça,

mon idée. C'est bien ce que j'ai fait. Si j'étais là, c'était à cause de la baston.

Port bondée, moteur faiblard pour manoeuvrer dans le mistral.

Les neveux qui avait un train à prendre.

C'était une bonne solution, adaptée aux circonstances.

Jacques

14 oct. 2008

Analyse purement perso...

Me trouvent devant une amende injustifiée de 45 € due au zèle d'un fonctionnaire, j'ai deux solutions :

  • J'ai du temps à perdre et suis assez énervé pour faire un scandale (justifié) et faire bouffer son képi au dit fonctionnaire...

  • Je n'ai pas de temps et surtout d'argent à perdre, (time is money) et j'applique la technique suivante :

Je fais un chèque expédié par la Poste en recommandé avec AR de 45 + 20% pour les bonnes œuvres de la police = 54 € accompagné d'une lettre très respectueuse ... et impossible à encaisser puisque ça ne colle pas avec la compta ! :-D

C** moi ? Oui ! :-)

_/)

14 oct. 2008

Pas bon du tout...

Ton chèque en AR de 54 roros, au mieux ils te le renvoient, au pire il va dormir dans un dossier.

Et pendant ce temps, tu receveras une mise en demeure (avec toutes les menaces habituelles) augmentée des frais y afférents...

Tu seras chocolat des frais d'AR de ton 1er envoi et des frais éventuels de recouvrement...

Non, le mieux, amha, est un courrier argumenté demandant un recours pour cause de mistral, nécessité de s'arrêter, etc... avec copie du bulletin météo et autres.
Le tout est de permettre aux pandores de s'en sortir par le haut, toujours amha...

14 oct. 2008

le noeud de l'affaire ?

Dans le fond quel est le noeud de l'affaire ?

45€ ? c'est noyé dans le bruit de fond du coût annuel d'un bateau :reflechi:

Par principe et plaisir de s'opposer à la maréchaussée ? bof, y des trucs plus intéressant dans le vie :heu:

Une véritable et objective erreur d'application de la loi ? Bon, là on peut discuter :scie:

Si le "beachage" était réellement interdit à cet endroit et sans ambiguïté d'interprétation possible, même si cela peut sembler sans fondement au moment où tu l'as fait, il me semble que ça ne vaut vraiment pas la perdre perdre des heures à discuter.

Car dans ce cas, ça devient là aussi une question de principe pour celui qui doit faire appliquer la loi. Il y a 90% des cas où on peut trouver une bonne raison objective de NE PAS s'arrêter à un stop sur la route ou de faire un excès de vitesse ... et pourtant on admet bien que si on se fait gauler on paie :tesur:

14 oct. 2008

c'est réussi

on a rigolé, merci :-D

Bon, s'il y a une contradiction entre l'avertissement laissé et la prune envoyée, tu peux leur indiquer ce fait, après ils en feront ce qu'ils voudront bien en faire ... résultat aléatoire.

A part ça, le prix d'une prune n'est pas calculé pour rentabiliser le travail que la prune génère, mais pour appliquer une "sanction" proportionnelle à la "faute" . 45€, ça reste une faute très vénielle :reflechi:

OK, ça fait cul-cul de le voir comme cela, mais bon, c'est la vie :heu:

14 oct. 2008

mouillage...

Attention : parfois, il est interdit d'accoster, carrément (vu vers chez moi il y a quelques années, si je me rappelle... plus intéressé à l'affaire depuis vu que tout le monde contrevenait :lavache:).

14 oct. 2008

Pte ben qu'ils vont en +

t'enlever un point...

RV

14 oct. 2008

Justement.

C'est au stop qu'il faut s'arrêter, pas avant ni après. Je soutiens la maréchaussée (au fait, elle était chaussée de tongs, la marée ? passque si la tenue n'était pas réglementaire, tu peux faire sauter le PV !)dans sa mission de lutte contre la piraterie plagiste.

14 oct. 2008

En fait,

Je suis convoqué à un RDV et la lettre me demande de venir avec ma carte d'identité et un timbre amende de 45 €.

Comme la lettre ne parle pas d'amener des affaires perso, je pense, à ce stade, éviter la préventive.

Je ne dois donc pas écrire, mais affuter mes arguments.

Mais évidement, pour les 45€, je ne sais pas si c'est la peine de faire paraître un "J'accuse" en une de Libé.

Je compte le jouer sur l'aspect sécurité, qui était bien la motivation de ma manoeuvre, mais je n'ai pas grande illusion sur le fait que le flic qui me recevra n'aura pas la moindre envie de rajouter de la paperasse dans son dossier pour faire remonter ma contestation.

Non, ce qui me rassure et me contente, c'est de voir qu'il reste du temps à des policiers pour s'occuper de cette histoire essentielle.

Jacques

14 oct. 2008

Oui, tu as raison, Robert, mais quand même...

Le sens de mon histoire c'était déja de vous faire rigoler avec mes mesaventures.

On parle effectivement de 45 € et d'une infraction (en partant du principe que le mouillage était interdit et que j'étais au mouillage).

Mon premier regret, ne pas avoir été là pour expliquer aux gendarmes pourquoi on avait fait ce choix. Je suis assez convaincu que l'histoire aurait pris fin, avec probablement une injonction de retourner derrière les lignes de mouillages.

Mon deuxième regret, c'est que la lettre laissée à bord ne parlait que d'un avertissement. Je ne l'ai pas ici, mais je me rappelle bien que j'avais cherché un n° de téléphone à appeler. Je voulais dire aux gars ce qui s'était passé. Il n'y avait rien, alors je n'allais pas non plus y passer le week end.

Donc, là, ce qui me gratte, c'est que la convocation mentionne "ammende impayée". Là, je ne suis carrément pas d'accord. Mais je sais aussi garder les pieds sur terre. On parle de rien.

Sinon, comme je le disais, tu as raison. Le gars en infraction aura toujours une bonne excuse ("j'ai roulé avec 14 g d'alcool dans le sang, mais j'étais pas bourré, l'autre jour, au mariage de Janine c'était bien pire et il ne s'est rien passé". Ou, "oui monsieur, j'étais à 195 Km/h en ville, mais sinon j'allais rater le début de "plus belle la vie"". Ou encore "d'accord, je n'ai ni survie, ni fusée, ni gilet, ni harnais, ni Vhf, ni rien, mais je m'en fous, de toute façon, ces trucs ne marchent jamais et si j'ai un problème, j'appelle la Snsm avec mon portable".

Mon propos, c'est aussi de rigoler en voyant qu'une histoire insignifiante (beacher sur une plage pour débarquer des affaires) mobilise toute cette énergie. Les 45€ de l'ammende ne couvriront jamais les coûts de traitement de cette infraction (deux gendarmes pour le constat, les photos, une heure pour taper avec un doigt le rapport, le machin qui se balade entre services, pour atterrir à Sanary et finir par une convocation et encore une heure de perdue pour prendre ma déposition, et je ne sais quoi encore derrière pour transmettre mon chèque, l'encaisser, le comptabiliser, archiver le rapport, faire des stats sur l'augmentation considérable de la délinquance sur les plages au sud du port de Hyères et autre).

Jacques

14 oct. 2008

les gendarmes

t'es sur que c'était pas l'équipe à De Funes????

t'étais sur une plage nudiste hein avoue !!!
:-D :-D :-D :-D :-D

14 oct. 2008

Robert...

Il n'y a AUCUNE, mais AUCUNE raison de ne pas s'arrêter à un STOP. Point!

Plus généralement, si tu es victime d'une vraie injustice, d'une arnaque, ton devoir est de poursuivre. Pour le respect que ta personne doit conserver, pour tes proches et pour tous les autres. Baisser la tête, même pour des litiges peu importants, c'est encourager les dérives des malhonnêtes et le passage à la justice individuelle à coup de fusil.

Bien cordialement.

14 oct. 2008

Mais je me suis arrêté au stop !

J'étais bien avant. Le stop, il est sur la route. Moi j'étais sur la plage et je n'ai pas pu aller plus loin, les ailerons frottaient.

Jacques

14 oct. 2008

Bah, j'ai déjà

Bénéficié de ce type de mésaventure... J'ai acheté un timbre amende, j'ai fait une photocopie du PV garni de son timbre, je ne l'ai pas envoyé (normal, après photocopie je me suis fais rembourser le timbre...) A la 1ère lettre de rappel, j'ai envoyé la photocop prouvant l'acquittement de l'amende... Allez Zou, plus de nouvelles de ce PV depuis 4 ans!
Mais chut, je n'ai rien dit! :-) ;-)

14 oct. 2008

C'était peut être pas les mêmes,

Mais ça pourrait bien.
En 2005, lors du carénage, je change ma bipale pour une tripale. Top moumoutte. Départ Frioul en marche avant, voiles, arrivée Plage d'Argent, mouillage. Redépart, toujours en avant, impec, pêche. Aux Mêdes, touche, affalage, moteur en arrière. Vroum, vroum. Sur place. Stupeur. Tête sous l'eau. Constat : plus d'hélice. Moralité, il aurait fallu serrer plus fort...Maintenant je sais.
Ligne rentrée, voiles, direction Hyères. Mouillage devant l'entrée du port, dégagé de la passe. Annexe, direction capitainerie.
OK, mais vous êtes en dehors, donc on fait rien.
Retour au bateau. Vlan, les pandores. Dégagez. Ben oui, mais pas moteur !!!
Veux pas l'savoir. Dégagezsinoncontredanse.
Heu...avarie ça vous dit quelque chose. Bliquebliqueblique dans la tête des pandores. Démarrez le moteur !
Ben, il tourne ce moteur. Dégagez d'ici.
Oui mais pas hélice.
Veupalsavoir, le moteur marche donc pas avarie....
Surréaliste

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

 Ty arc en ciel au pays du Ty punch

Après la pluie...

  • 4.5 (152)

Ty arc en ciel au pays du Ty punch

mars 2021