Régate : Tour des ports de la Manche 2014 - 2015 - 2016

Qui y va?

L'équipage
25 avr. 2014
25 avr. 201425 avr. 2014

115 voiliers, comme d'hab... et Karibario pour la 28 ou 29 ième année consécutive.
Régatons à Jersey demain et à Guernesey la semaine prochaine.

25 avr. 2014

jolie brise prévue ce w-end; have fun !

25 avr. 2014

J'aurais bien voulu...

25 avr. 201425 avr. 2014

Qui sont les outsiders d'après vous ?

25 avr. 2014

Moi, pour j y vais pas pour outsider.

26 avr. 2014

Hello,
On sera de la partie (1ère fois !)

A bientôt

11 juin 2014

Le savez vous?
Cette année, chaque voilier possèdera une balise qui le situera en temps réel sur une cartographie sur internet. Un classement en temps compensé sera disponible à chaque marque!

11 juin 2014

C'est cool ça!!! Belle évolution

11 juin 2014

Genial, comme avec sur la Solitaire du Figaro, aves Alexis Loison en tete

12 juin 2014

Sur la Solitaire, comme sur d'autres courses d'ailleurs, on suit la position des concurrents et leur classement en temps réel (pas de pb de temps compensé en Figaro !) et ça marche bien ; je suis plus dubitatif sur le fait de faire un classement en temps compensé à certains points de passage ... Des avis ? La Transquadra compte expérimenter ça lors de la prochaine édition : on verra bien...

12 juin 2014

Mettre en plus les temps compensé, c'est simplement rajouter une macro au système existant en ce moment. Connaissant les polaires de ton bateau, ça aide aussi à savoir ou tu peux encore l'optimiser, ou mieu le régler. Ca te permet aussi de voir si tu es parti du bon coté.
Lors du fastnet 2013, le système était en place

12 juin 2014

Je confirme pour le Fastnet de 2013. Le système affichait les places directement en compensé.

12 juin 2014

Avis aux retardataires... A ce jour, 95 voiliers sont effectivement inscrits.

12 juin 2014

Connaitre les positions en temps réel. Sympa pour les spectateurs. Mais, est-ce que ca n'avantage pas les plus lents ?

14 juin 2014

slt
pas inscrit avec mon bateau pour cause de.. et de ..et de encore de..il faudra un jour
par contre en vacances a cette periode pourriez vous me rappeller les frais moyens pour y participez(en dehors de licence) en tant qu equipier car j hesite entre une croisiere tranquille en solo sur mon bateau comme d hab et de toute facon et reparticiper a cette regate au combien instructive sportive mais neamoins conviviale
merci
seb

14 juin 2014

45€ par tête à bord.
Les taxes de port sont offertes, le dîner aussi je crois.

14 juin 2014

Mmmmmh, celui de Guernesey...
Qui a dit agneau à la sauce à la menthe?! Qu'il se dénonce! :mdr:

16 juin 2014

Celui de dielette retourne mes équipiers à chaque fois!!!

14 juin 201414 juin 2014

Effectivement, chaque ville offre un repas plus ou moins copieux. Excellent à Diélette et Granville, correct à Cherbourg, médiocre à Carteret, petits fours à Jersey, Anglais à Guernesey.
Cela ne fait vraiment pas cher pour la semaine...

14 juin 2014

Ils font des efforts, avec un bon service.
Me souviens d'un cassoulet, avec des fayots gros comme une capsule de bière, et qui n'avait certainement pas trempé 24h avant. Quant à la saucisse, elle n'avait jamais approché le Sud de la France. Mais bon, les serveuses étaient tellement charmantes, ça efface le reste.

16 juin 2014

Dans un mois, nous y serons. Qui va y participer ?
Pour notre part, le TDPM est l'un de nos 4 objectifs de la saison.
Nous en somme à 90 % de podiums cette année.

08 juil. 2014

90% ? C'est un ratio qui ne doit pas suffire à John

16 juin 2014

Ben ....moi...!
J ai vu que nous étions 97 inscrits.

30 juin 2014

Qui y sera?
-Ftiti sur First 30,
-Viking35 sur SO 40,
...

01 juil. 2014

Hello

Foxy Lady sur Etap 35

À bientôt !

05 juil. 2014

Du petit temps prévu pour toute la semaine...
Parmi les 100 concurrents, un Figaro 1, Un First 30 JK, un Pogo 8.5, un Pogo 10.5, des J 105, des Jod 35 et 5 F.Cl 10
Pour les amateurs de régate, il sera possible de suivre la course en temps réel sur le site "Tour des ports de la Manche"

05 juil. 2014

Le 30 jk sera plein de bonne volonte, mais ayant eu defection de son numero 1 , de son barreur sous spi et la girouette etant en rade ce jour, il fera ce qu il peut, deja bien content d etre la.

05 juil. 2014

Merde, c'est à ce point?

17 juil. 2014

Bah, c'est pas la mort, tu peux te passer de l'électronique sans trop de problèmes
:-p

15 juil. 2014

Et ca a ete meme pire que ca....black out electrique 2 milles avant demi pas sur la premiere etape. Les batteries de servitude qui n avaient pas vu un chargeur de quai depuis 3 semaines n ont pas tenu la distance.

17 juil. 2014

Le plus chiant c'est l'electricité après pour le soir, la sono, la lumière etc...

17 juil. 2014

Oui sans electronique ca se fait, mais j avais plus non plus speedo et sondeur et comme j avais fait une nav courte pres des cailloux, un peu les petoches quand meme.
En fait les batteries se sont profondement dechargees, et comme les differents appareils consomment toujours la meme puissance, l amperage est monte et des fusibles ont saute.
Ensuite avec la carte et les relevements on s est recale et pour finir on a suivi un concurrent anglais pour rallier la lgne.

15 juil. 2014

Bravo Viking pour ta victoire!!!
Que s'est il passé pour les rapetous?

15 juil. 2014

Bravo aussi pour ta victoire. A l annee prochaine. Dommage que je ne sois pas libre du 16 au 24 aout, les Scilly m auraient bien tente.

15 juil. 2014

Sur lle site de la FFV:
La me?te?o a offert le plus beau des cadeaux pour ce 30e?me anniversaire du Tour des Ports de la Manche. Soleil et vent, les conditions re?ve?es pour l’ensemble des participants, qui ont pu profiter d’un parcours en re?fe?rence aux grands classiques des premie?res e?ditions.

Course au large
Les premie?res e?tapes de cette 30e?me e?dition se sont faites dans la longueur. De Granville a? Port- Die?lette, les marins ont du? faire preuve d’endurance puisqu’ils ont e?te? régulièrement amenés a? chercher les cailloux. Les e?quipages terminent fatigue?s mais contents, comme nous explique l’e?quipage de ‘Tryptique’ : « C’e?tait dur et magnifique. La balade autour de Sercq dans les cailloux e?tait fantastique et avec le beau temps en plus. »

Changement de rythme
Entre Port-Die?lette et Cherbourg-Octeville, les e?quipages ont pu interrompre la navigation d’endurance, jusqu’alors de rigueur, pour pouvoir profiter d’une e?tape rapide, tre?s intense et spectaculaire. Rejoindre Cherbourg-Octeville a offert la possibilite? aux voiliers de passer avec e?motion par le Raz Blanchard. Un passage qui marque toujours autant les esprits des plus passionne?s comme Pierre Asselin – du bateau ‘The Regatta Lounge’ – qui en te?moigne : « C’e?tait assez magique, comme d’habitude. De toute fac?on, a? chaque fois que l’on passe le Raz c’est diffe?rent, qu’on soit tout seul ou avec une flotte de bateau c’est toujours magique… »

Deux petits tours et puis St Vaast
Changement de ton pour la dernie?re e?tape. Sur un parcours re?pe?titif, court et entrainant de nombreux changements de manœuvres, les e?quipages ont du? faire preuve de beaucoup de tactique sur la premie?re manche de cette dernie?re journe?e. Avec un
nouvel e?tat d’esprit, les concurrents ont privile?gie? le contro?le des adversaires afin de maintenir leur classement. Malheureusement, le vent s’est e?vanoui a? l’approche de la seconde manche et a contraint le comité? de course a? l’annuler. Pour autant, l’accueil a? St-Vaast-la-Hougue a e?te? inversement proportionnel a? la force du vent. Cette e?dition anniversaire 2014 s’est ainsi acheve?e dans la convivialite? qui caracte?rise si bien le Tour des Ports de la Manche. L’organisation espe?re que les participants repartiront pour un tour.

Classement ge?ne?ral final
· Flamme Jaune : PACHA (CENTURION 32)
· Flamme Bleue : JANDEN VI (RUSH REGATE)
· Flamme Blanche : DALTONER (HALF TON PRO)
· Flamme Orange : KARIBARIO KUNKEL PALETTES (SUN ODYSSEY )
· Flamme Rose : TRIPTYQUE (TRIPP 36 MOD)

16 juil. 2014

:pouce:

16 juil. 2014

Bravo aux 5 premiers, sans oublier tous les autres...
Super régate, super temps, supers étapes!!!
Bien vu également le système des balises embarquées.
Dommage que le vent nous ait fait défaut sur la dernière manche.

16 juil. 2014

J ai trouve sympa de mettre un visage sur certains pseudos heotiens a l occasion de cette regate. Ce serait sympa d organiser un apero entre heotiens au tpm l annee prochaine.

17 juil. 2014

Ftiti: C'est un bonne idée. Car il n'est pas toujours évident de se retrouver dans la foule...

17 juil. 2014

Il y en a qui ont cherché Karibario à ST Vaast sans trouver le bateau et son équipage.
JJ

17 juil. 2014

Gribou: L'équipage a été sur le podium et a dégusté les excellentes huitres de St Vaast que je préfère à toutes les autres... La régate étant annulée au Becquet nous avons évité de passer deux fois le raz de Barfleur en 12 h!

27 juil. 2014

10 mn d'images plutôt sympas. A partir de 6 mn 30s, l' étape du Raz Blanchard par beau temps avec le passage de la Foraine à 8 mn sur Karibario.
france3-regions.francetvinfo.fr[...]59.html

27 juil. 2014

:pouce:

27 juil. 2014

Super vidéo sue, entre autre Tintin Martine et leur super équipage

28 juil. 2014

Cela donne vraiment envie d'aller jouer avec vous !

28 juil. 2014

Cela donne vraiment envie que vous veniez jouer avec nous !

28 juil. 2014

Et bien venez tous...mais attention une fois que je serai inscrit il n y aura plus que 109 engagements disponibles. Dernier sur l eau mais premier aux inscriptions 2013 et 2014 quand meme.

29 juil. 2014

Dimanche 6 juillet 2014
Granville / Jersey ( Videcoq – Basse Jourdan – Grande Anquette - Jersey Violet. Hinguette – Diamond-) Vent de nord à nord-ouest de 12 à 20 nœuds.
Après un bon départ, au louvoyage, nous passons Videcoq en tête et poursuivons au reaching vers la bouée Basse Jourdan.
Au louvoyage, nous contrôlons nos adversaires les plus proches, les First « Class 10 Crédit Mutuel », « Les Rapetoux », »Sagartxo » et « Sponsor Wanted » déjà décroché. Après les Boeufs, nous passons par le chenal Violet et continuons au louvoyage jusque dans la baie de St Aubin en augmentant légèrement notre avance.
Sur 23 voiliers dans notre classe, nous terminons 1ier en temps réel ainsi qu’en temps compensé.
Il est à noter, qu’en temps compensé, nous terminerions aussi en tête des 25 voiliers de la classe supérieure dont les J 105, le Figaro 2 à A.Loison, l’Actual 46, le Trip 36, l’XP 33.

30 juil. 2014

Viking, remets mes pendules à l'heure. ce que tu appelles ici le chenal violet, c'est bien la passe entre le banc violet et la côte? Hé bé les gars, louvoyer là-dedans avec votre engin et bon vent, z'avez pas froid aux yeux!

30 juil. 2014

Tribal: C'est cela, entre la Grande Anquette et la Jersey Violet mais avant nous avions louvoyer du coté des Boeuftins. Ce n'est vraiment pas un problème... Toute la flotte y passe.

29 juil. 2014

What else ?
Cela s'appelle un beau dimanche, non ?

30 juil. 201430 juil. 2014

Lundi 7 juillet 2014
Jersey / Guernesey ( Corbière – Banc Desormes – Basse Blanchard – Les Têtes d’Aval – Arrivée devant St Peter Port ) Vent de sud à sud-ouest de 2 à 10 nœuds.

Après un départ médiocre dans la baie de St Aubin en tirant trop à gauche vers le sud, nous louvoyons à contre-courant jusqu’à Corbière.

Les First Class 10 « Crédit Mutuel » et « Sponsor Wanted » se sont échappés à terre en rentrant dans Portelet bay puis dans la baie de Ste Breladre. Aux Fours, le courant contraire est de 2.5 nds ! Toutefois, il nous semble que le vent est refusant le long de la cote.

Les First Class 10 louvoyent à terre jusqu’à Corbière alors que nous réussissons « à faire » Corbière bâbord amures. Nous envoyons le spi en 3ième position à deux longueurs au vent du rocher du phare. Après avoir paré la Frouquie, nous rentrons légèrement dans la baie de St Ouen. Sous la flotte, nous bénéficions d’un courant nul qui devient favorable en arrivant sur les hauts fonds de Gros Nez.

Nous faisons ensuite une route directe vers Basse Blanchard dans l’est de Serk, la bouée Banc Desormes indiquées dans les I.C. comme devant être «à contourner et à laisser du coté requis », en l’occurrence à bâbord, se trouvant à 1 mille dans l’ouest de la route.

Notre option à l’intérieur de la baie de St Ouen a été intéressante et nous nous sommes rapprochés de Vincent sur « Crédit Mutuel ». « Sponsor Wanted » est devancé par le JPK 9,6 « Walhalla ». C’est alors que nous apercevons l’Actual 46 contourner la bouée Banc Desormes en respectant logiquement les Instructions de course aberrantes. Le Class 10 fait de même, affale son spi, tourne autour de la bouée en virant de bord puis renvoi son spi !

Nous n’avons d’autre choix que de faire de même mais nous sommes nettement sous le vent. Aussi, alors que nous étions à 150° du vent, nous faisons route au largue durant 1.4 mille pour aller contourner cette fameuse bouée. Si nous ne le faisions pas, nous étions à la merci d’une réclamation d’un concurrent comme nous était déjà arrivé lors du TDPM 2012 dans l’étape Guernesey / Jersey ainsi que par deux fois lors du Branle-Bas de St Malo 2012 !

Avec surprise, nous constatons que seuls le JPK 9.6 m et le Jod 35 effectuent, comme nous, le parcours tels que défini ans les I.C ! A l’arrivée, nous réclamerons contre les 18 autres voiliers de notre classe qui n’ont pas effectué le parcours.

En arrivant sur Basse Blanchard, le vent mollit sérieusement autour de 4 à 5 nœuds de sud ouest. La distance jusqu’aux Têtes d’Aval en passant par le nord ou le sud de Serk est équivalente. Mais le courant est fort et contraire – 1.8 nœuds – et va augmenter.

Je crains fort d’être bloqué à hauteur de l’Etac en passant par le sud. C’est pourquoi, il me parait préférable de passer par le nord, où il me semble « moins pire » de s’abriter du courant dans les cailloux de Herm et Jethou. Mais quel sera le vent qui règnera dans fort du courant du Grand Russel ? Quoiqu’il en soit, nous ne sommes qu’au début de ce TDPM et compte tenu de notre belle place au classement général, il est plus sage de prendre la même route que nos concurrents directs qui choisissent de passer par le sud de Serk.

Dans ce tout petit temps, avec 1.5 à 1.8 nœuds de courant contraire, nous souffrons. Nous choisissons de rester tribord amure en faisant face au courant contrairement à la majorité de notre flotte qui vont s’empétôler devant Port Creux. Après deux heures de près à 1 ou 2 noeuds sur le fond, nous apercevons devant nous, l’Actual 46 qui a choisi de passer au large de l’Etac alors que le Figaro d’Alexis Loison n’arrive pas à passer entre l’Etac et Serk. Nous nous rapprochons sérieusement d’eux.

A la côte, les Class 10, l’A 31 « Atao » et le JPK 9.6m revenus de « perpète les oies » nous « mettent une valise » et louvoient à proximité de Derrible bay puis de Dixcart bay. Ils s’échappent et nous contraignent à virer travers au courant. Sur Maxsea, au début de ce bord, notre dérive sur le fond est impressionnante, 60° à 70 !

Avec difficulté nous allons à la côte chercher un courant plus faible et un peu d’air. En compagnie du Class 10 « Wally », du Salona 37 et du First 34.7, nous tirons de bords de 150 à 200 m à ras des cailloux de l’Etac. Est-il besoin de préciser qu’avec notre camion de 8.5 t, ce n’est pas simple.

Dans le Grand Russel, nous apercevons l’X 362 « Blue Jade » de Guernesey qui est passé par le Nord de Serk puis par le Passe Percée entre Herm et Jethou. C’était donc le meilleur choix. Il passe les Têtes d’Aval juste derrière nous et nous a repris au moins 20 minutes.

L’arrivée devant le Château Cornet s’effectue en débridant légèrement les écoutes et nous sommes satisfaits de terminer 6 ième en temps compensé de cette étape très défavorable à notre Sun Odyssey d’autant plus que le coefficient de voile légère n’est pas appliqué !

1) First Class 10 « Crédit Mut », 2) First Class 10 « Sponsor Wanted », 3) JPK 9.6 m « Walhalla ».5) A 31 “ Atao”

31 juil. 2014

Mercredi 9 juillet 2014
Carteret /Diélette (Basse Jourdan – les Trois Grunes- Les Dious ) Vent de nord de 17 à 22 nœuds.
Le départ est très matinal avec une sortie du port vers 6h pour certains.
Sous le cap de Carteret, le départ est chaud avec un vent de nord de 22 nœuds. Nous prenons un bon départ et réussissons à cadrer bâbord amure malgré le courant et l’affluence de voiliers à la bouée. Après un envoi de spi rapide à la bouée de dégagement, seul le First Class 10 « Sponsor Wanted » nous devance et augmentera régulièrement son avance tout au long de ces 14 milles de vent arrière sur la panne.

Après avoir empanné tribord amure, nous restons au contact des First Class 10 « Crédit Mut. » et de l’A 31 « Atao ». Nous devançons le First Class 10 « Wally » ainsi que le JPK 9.6, le Salona 37, le XP 33 et les trois J 105 qui balayent le plan d’eau avec leurs spis assymétriques. Après cette descente vent arrière courant contraire, nous passons la bouée de Basse Jourdan avec 8 mn de retard sur le premier des Class 10. C’est le début de la renverse à la bouée et la flotte repart pour 26 milles de louvoyage !

Avec ce vent de nord, il me semble préférable de « tirer « un bord tribord jusque vers Ste Catherine puis de virer sous les Ecrehous où le courant est plus faible afin de bénéficier de la bascule de vent de 15 à 20 ° prévue à droite qui nous emmènerait sur un bord vers Diélette. Mais tous nos adversaires l’entendent autrement et virent peu après la bouée, bâbord amure, vers la côte. La raison l’emporte et nous les contrôlons. La décision s’impose d’autant plus facilement que dans ce vent de 20 à 22 nœuds, notre Sun Odyssée est un « avion ».

Rapidement, le courant atteint 1.5 puis 1.8 nœuds. Toute la flotte va louvoyer à la côte que nous touchons vers Portbail où le courant est de 0.5 noeuds plus faible. Mais nous sommes à l’heure de la marée basse, et cela nous contraint de tirer des bords de 1 mille sur bâbord amure et seulement 0.5 mille tribord amure.

Au fil de nos 11 virements jusqu’au cap de Carteret, nous perdons de notre avance sur tous les First Class 10, le XP 33, le JPK 9.6 et les J 105 qui relancent plus rapidement.

Aux Trois Grûnes, nous passons toutefois en tête de notre flotte, juste derrière un excellent J 105, et précédé par l’ Actual 46 et le Figaro 2. Sur les 11 milles de près jusqu’au cap de Flamanville, nous nous rapprochons d’eux, le courant devenant favorable de 2 nœuds en arrivant sur les Dious.

Après 8 h de course, nous gagnons avec 9 mn d’avance sur « Crédit Mutuel » qui a réalisé une excellente navigation.

31 juil. 2014

Demain, je navigue pour un certain temps... Ceux qui veulent en savoir plus consulterons avantageusement notre blog:karibario.blogspot.fr

31 juil. 2014

@Viking,
Je lis avec beaucoup d intérêts ton compte rendu et je m aperçois que nos routes ne sont guère différentes semble t il, avec un résultat fort différent, puisque je perds près de 2heures sur le louvoyage.
Pour commencer, tu dis qu il y avait 17 a 22 knts de vent, bien que ma centrale fut en panne, c'est ce que j avais évalué. Donc pas d erreur d appréciation de ce côté la. Compte tenu de cette appréciation et de notre absence d entraînement sous spi dans ces conditions, nous avons choisi de ne pas sortir le spi et de descendre sur Jourdan en foc tangone, malgré cela 10 minutes avant d arriver sur Jourdan, nous croisons la route de presse de la manche bâbord amure qui avait contourne la marque, nous tribord amure. Je m en souviens car ils râlaient en nous demandant de nous pousser, étant tribord j ai pas bouge, eux non plus et on s est vu de près.
Ensuite nous partons bâbord amure vers la côté car moins de courant, nous la touchons à Saint Germain sur Ay plage, je constate grace aux AIS que je cape moins et que je vais moins vite que les autres navires, j ai un ris dans la GV puis un deuxième est pris quand on passe tribord amure. Nous faisons des bords tribords plus courts que bâbords et nous remontons à Carterets ou en un bord tribord on va à trois grune et ensuite sur un bord bâbord on va au Dious. Résultat on se prend 2heures sur ce louvoyage.
D après ce que j ai calculé 0.3 knts de moins et 3 degrés de cap en moins ça fait environ 18 mn de perdues pour la vitesse et 30 mn de perdues pour le cap. Total 48 mn. Ils restent à comprendre la perte des 72 autres minutes.
D après les récits des uns et des autres je n ai pas l impression d avoir fait de bêtises de navigation. Le fait de n être que 4 au rappel alors que beaucoup de navires étaient plus charges, peut il expliquer cet écart?
Quel est ton avis la dessus s il te plait?
Merci, cordialement Francois.

01 août 2014

4 au rappel sur un 30, c'est pas non plus "léger"... Surtout avec ta coque à bouchain, normalement tu as ce qu'il faut niveau poids au rappel.
Après, faut voir le gabarit des équipiers...
Tu as aussi le fait que ton génois ne soit pas tout petit qui peut faire que ça gitouille un chouille plus que les autres; tu dis que tu as finalement pris 2 ris, mais tu ne parles pas du génois...

29 août 2014

Bah, pas de poids au rappel, 2 ris quand tout le monte part GV haute, ne cherche pas plus loin la cause de tes piètres résultats.
Au louvoyage pour caper avec de la vitesse, il faut du poids, du poids et encore du poids...

01 août 2014

J ai enroule l equivalent de 50 cm de genois avec le 2e ris de GV. Le bateau etait bien equilibre, sur son bouchain, 20 degres au gitometre, 25 occasionellement dans les rafales, et doux a la barre, celle ci dans l axe. Comme il fallait que je m occupe de la nav en meme temps que la barre je suis descendu a la table a carte plusieurs fois sans avoir besoin de mettre le pilote auto. Au rappel il y avait les deux minettes chacune 50 kg, le copzin 90 kg et moi quand j etais pas a regler les voiles ou a la nav, 70 kg.
Je pense que tu connais Alain et Marc qui n ont pas pu venir, ils sont tous les deux a 95 100 kg, au rappel tu le sens tout de suite. Mais comme dit Viking ce n est sans doute pas la seule explication. J essaie de comprendre en esperant que cela vienne essentiellement de nous pour pouvoir corriger nos erreurs. Je vais essayer cet hiver de prendre le temps de mettre un pataras. Tous les 30 Jk R alleges en ont un, les copains qui ontcette version me dise qu ils peuvent garder toute la toile jus qua 20
Knts...mais ils ont aussi du fait de l allegement un rapport de lest superieur.

29 août 2014

et un genois partiellement roulé... aucune chance de caper correctement.

01 août 2014

Désolé, François, Je pars pour le Tourduf dans une heure, et rentrerais fin aout, je te recontacterais mais naviguer à 5 est déja rédhibitoire mais n'explique pas tout. Pour info, nous navigions au près à la même vitesse que le J 105 "Presse de la Manche".

01 août 2014

Bonne course, amuse toi bien et a bientot sur l eau ou le forum

29 août 201429 août 2014

Ftiti : Obtenir des résultats en course est la somme de détails qui, ajoutés les uns aux autres, font des différences, parfois substantielles, comme tu as pu le mesurer lors de cette 4ième étape du TDPM 2014: Carteret / Diélette via la Basse Jourdan.
A la lecture de tes informations, il me semble que tu peux considérablement améliorer la vitesse de ton First 30 JK.
Les estimations de ton temps perdu que tu calcule à 72 mn sont anecdotiques car le fond du problème est que pour obtenir un résultat au près, il faut disposer de 6 équipiers au rappel en plus d’un régleur de GV et du barreur. C’est la configuration qu’utilisent les F.Class 10 en naviguant à 8 malgré leur habitabilité réduite.
Sur notre Sun Odyssée 40, bien que notre déplacement soit lourd, nous naviguons quand c’est possible à 9 équipiers alors que nous ne disposons que de 7 couchettes !
Avec des équipiers de 80 kg en moyenne, tu obtiendrais 80 x 7 = 420 kg = le barreur 90 kg soit 510 kg. On est loin des 190 kg que tu indique ! 320 kg de « lest « en plus est considérable. J’ignore quel est le rapport de lest du First 30 JK mais plus celui-ci est faible est plus le lest humain est important.
Bien que je ne connaisse pas le First 30 JK, je suis convaincu que tu pouvais tenir ta GV entière et ton génois en étant passagèrement surtoilé. Dans ces conditions, il faut impérativement un régleur de GV en permanence pour « ouvrir » la GV dans les surventes.
Sur cette étape, entre St Germain sur Ay et Carteret, tu as surement dû effectuer 20 virements de bord. Quelle était ta vitesse en fin de virement ? Si elle était inférieure à 4 nds, tu as là aussi perdu une dizaine de minutes.
En course, il faut aussi éviter que le navigateur « descende » sous le vent et il est inconcevable de naviguer sous pilote…
Il existe surement d’autres moyens d’améliorer la vitesse de ton voilier. Cela s’appelle la préparation : carène, voiles, accastillage, électronique.
Il ne reste plus qu’a constituer un équipage. C’est à dire réunir des personnalités et des compétences complémentaires qui disposent d’un réel esprit d’équipe. A commencer par un excellent barreur, un navigateur / tacticien sûr et inspiré, un régleur de GV attentif, un n°1 méthodique et réactif, des embraqueurs et régleurs concentrés, un « piano » attentif. Si, en plus, chacun d’entre eux réunit des compétences en météo, informatique et bricolage divers la vitesse de ton voilier augmentera dans des proportions considérables.
N’oublie pas qu’en navigation et régate en particulier, plus on acquiert de la » bouteille » plus on limite les risques de mauvais choix. Le vainqueur n’est pas celui qui va le plus vite mais celui qui cumule le moins d’erreurs.
Tout cela pour te rassurer, tu seras meilleur dans quelques dizaines d’années…
;-)

29 août 2014

Super d avoir pris le temps de répondre aussi longuement.
Cette étape nous a moralement mis à genou. Nous savions que dans cette configuration la nous serions peu performants, mais nous avons quand même tous les quatre décides d y aller malgré les événements contraires. Mais nous n imaginions pas nous prendre une telle claque. Bien qu ayant véritablement tout donne, mes équipiers avaient sur le coup l'impression que c est parce qu ils n avaient pas été à la hauteur alors qu ils se sont vraiment impliques. Le débriefing ce soir la a tourné à la psychothérapie. Heureusement l'étape du raz Blanchard le lendemain a été géniale. J étais le seul a connaître l endroit, alors j ai voulu qu'ils en profitent et je me suis occupé de tout. La première vague qu ils ont pris pleine face restera un grand souvenir, j ai eu l'impression d être avec des gamins lors de leur première expérience dans un manège à sensation.
En tout cas merci encore pour tes bons conseils.
J espère que le Tourduf c est bien passé pour vous tous et que tu as pu aller au Scilly.
A bientôt
Francois. ;-)

29 août 2014

Viking qui donne des conseils pour se faire battre. C'est pas beau, ça? La grande classe je dis ;-)

29 août 2014

Viking EST la "classe" personnifiée. J'ai moi-même quelques icônes et statuettes à son effigie, devant lesquelles brulent de la mire et de l'encens en permanence. A ce propos, si quelqu'un a une vierge sous la main, j'en cherche une pour les 20 et 21 septembre. ( www.hisse-et-oh.com[...]el-2014 ). J'ai un sacrifice rituel à faire.
;-) aussi

31 août 2014

Allez-y doucement tout de même, on va finir par l'appeler "Maaaîître", et lui de répliquer "Sbires"...

01 sept. 2014

Non non, pas sbires ; "gueux" ou "manants" me semblerait plus adapté

bmayer,

Je te suis à 100%, le viking donne à réfléchir et à rêver... et c'est bien ainsi ;+)

Par contre, ce qui donne aussi à réfléchir c'est ta "Mire" qui devrait être de la "Myrrhe" (Commiphora molmol)... Entre Cyril Hanouna et la Bible, il faut choisir ;+)

03 sept. 2014

Noooonnnnn, pas hanouna, non (pas la bible non plus, chuis athée pratiquant). Au temps pour moi, je bat ma coulpe. Tant qu'on est dans le biblique ; mea culpa, mea maxima culpa.
Après réflexion, "bruler la mire (audiovisuelle)", ce serait peut être oeuvre de salut public ;-)

15 juin 2015

les listes d'inscrit sont en ligne sur le site de granville. le groupe 4 est ineressant poiur comparer les bateau: Sun fast , figaro, FC10, first 30, JPK, A31 ...

15 juin 2015

Ce sera un Class 10 qui gagnera... Dommage qu'un seul d'entre eux est "dans les clous" et respecte la jauge Osiris.

15 juin 2015

Tu as l'air bien sur de toi pour les class 10.... Il y a d'autres bateaux dans cette classe qui vont jouer le podium.
Pas de signes des rapetoux d'ailleurs...

15 juin 201515 juin 2015

Effectivement, j'ai oublié le Sun Odyssey 40 et le JPK 9,6 qui, eux respectent strictement les règles de la jauge et seront sur le podium.

L'année passée c'est le Sun Odyssey qui a gagné d'un seul point parce que le seul Class 10 qui ne triche pas a été battu de 2 secondes par Wally qui lui, entre autres modifications, ne disposait pas de WC à bord! :non:

A noter, qu'en 2015, les tricheurs de 2014 prétendent qu'ils se sont remis "dans les clous", ce qui prouvent qu'ils ont volé la victoire au meilleur équipage, celui du Class 10 "Crédit Mutuel" qui respecte les règles. Ils oublient aussi qu'il ne suffit pas d'avoir un seau ou un WC chimique à bord. Il faut aussi que les évacuations soient opérationnelles...

15 juin 2015

Bad boy est bien mené il me semble mais il a un sale rating.

C'est de la tricherie volontaire ou pas? Faire un rating en osiris pour un bateau modifié ou un proto c'est vraiment relou, je comprends (mais je n'admets pas) tout à fait s'il triche un peu sur ce point car c'est lourd, cher et ça pourrait en rebuter plus d'un.
C'est pour ça que je n'ai pas fait encore jaugé Spip en HN

15 juin 2015

Je ne le connais pas, j'ai juste déjà entendu parler du bateau

15 juin 2015

Je supporte pas le skipper de Bad Boy...

15 juin 2015

Sur mon bateau tout est opérationnel. Du reste ca me donne l idée d'en faire une latrine flottante à dispositon des malheureux qui non pas de boîte a pipi à leur bord moyennant une cht ite pièce dans la tirelire du bord. Pour l équipage du bateau, l usage des dites latrines est bien évidemment gratuit. Mdr.

15 juin 2015

Ftiti; je me félicite de la gratuité...
A Granville, tout le monde connaissait le scoop que je vous ai révélé car les équipières de trois des Class 10 venaient à bord du SO lorsque nous étions à couple!
Il est vrai que le SO dispose de deux "salles de bains".

15 juil. 2015

Le 1er class 10 est 3ème derriere le JPK et le X362

15 juin 2015

Cpt: Au contraire, si le voilier est modifié, c'est là ou est l'intérêt de le faire jauger Osiris .
Dans le cas, du Sun Odyssey 40, il est strictement de série mais le grand spi dépasse d'environ 10 cm les mesures acceptées en HN de base aujourd'hui Osiris habitable. Quand à l'ex Bad Boy devenu Karibario VI , les adversaires ne trouvent pas que son rating est défavorable. Pour ma part, je trouve qu'il était juste.

15 juin 201515 juin 2015

Monsieur Viking toujours a dénigrer les autres.
Ce qui est étonnant, c'est que vous n'ayez toujours pas été débarqué du forum, comme vous l'avez été sur différents bateaux un peu partout en manche.
:goodbye:

15 juin 2015

Ben, Monsieur racer, Viking n'est pas toujours en train de dénigrer les autres, il poste souvent des choses largement plus intéressantes que votre seule et unique intervention sur ce forum depuis votre inscription, c'est à dire depuis aujourd'hui...

A croire que vous ne vous être inscrit que pour régler un compte de régatier frustré... :non:

15 juin 2015

Racer a le courage de se cacher derrière l'anonymat mais je crois l'avoir reconnu... et je pense qu'il est l'un des copropriétaires de l'un des voiliers concernés par les "anomalies".

PS; Pour info, je n'ai jamais été "débarqué" d'un des 228 voiliers sur lequel j'aurais navigué...

15 juin 2015

Tiens, il est déjà parti! ^^

26 juin 2015

« Tricher : Enfreindre les règles pour gagner. » (Larousse).
« Quelqu'un qui triche est appelé un tricheur » (Wikipédia)

Qu'en pense donc Racer alias Alex le viking alias Alexandre... ?

30 juin 2015

Ceux qui veulent réellement connaitre les "petits arrangements entre amis" utilisées par certains concurrents du TDPM 2015 pour gagner liront avec intérêt le fil:

TRICHERIES AVEC la jauge HN, OSIRIS et OSIRIS ORC ou LES MODIFICATIONS TOLEREES PAR LES JAUGEURS.

15 juil. 2015

Des news de ce tdpm? C'était cool? Vous avez bien marché?

15 juil. 2015

Je suis entrain de faire un compte rendu pour partage d expérience avec la communauté Hisse et Ho.
Je suis à la deuxième etape.

15 juil. 2015

Balance déjà la première étape :)

15 juil. 2015

Les trois premières étapes ont été un laboratoire d'expérience du comité de course. En particulier, la première avec un départ par 4/5 nds de vent de sud avec une bouée de dégagement placée sous le vent dans l'axe d'un courant de 2.7 nds au nord!
:scie:
La deuxième, annuler la course après que tous les départs sauf un aient été donnés.
:non:
Le vent est revenu d'une dizaine de noeuds dans les 10 minutes... Vent qui avait été annoncé à la VHF par E...V... en route pour Guernesey.

Quand à la deuxième étape... Départ de Guernesey au louvoyage par petit temps contre le courant... théoriquement jusqu'à Granville.

La troisième a vu aussi une innovation du comité... Parait qu'il ne faut pas le dire et rester positif...

:bravo:

15 juil. 2015

Viking,
Règle n°1 : ne jamais taper sur un comité, le jour ou il n'y en aura plus, on sera bien...
Je préfèrerais lire ton analyse des options à prendre pour Cowes Dinard

15 juil. 2015

Première participation en ce qui me concerne, sur le plus petit rating de la flotte (groupe 9...) On a donc surtout regardé comment faisaient les champions, enfin au début, parce qu'après... Nous avons été enchantés par l'ambiance aux escales (surtout à Dielette !!!) , par la convivialité sur les pontons, et avons fortement apprécié de nombreuses belles rencontres - dont celles avec François et Daniel restent un excellent souvenir. Sur l'eau nous avons réussi à terminer 3 étapes sur cinq dans les temps, il faut dire que notre Kelt8 de 3 tonnes n'a pas vraiment apprécié le petit temps des étapes 2 et 5. Sans vouloir taper sur le CC, ce qui serait injuste si je retiens la quasi parfaite orientation des lignes de départ, je me permettrai de formuler un regret cependant : les parcours n'ont jamais été faits en pensant aux plus petits bateaux, qui ont été plusieurs fois contraints à l'abandon... Pour conclure, je dirai que cette course est fantastique, que j'y participerai tant que je pourrai, mais sur un bateau plus grand et rapide. Bon vent à tous.
François

20 juil. 2015

" les parcours n'ont jamais été faits en pensant aux plus petits bateaux, qui ont été plusieurs fois contraints à l'abandon..."

C'est en partie à cause de ça que je ne participe plus, et des choix de parcours qui vont à l'encontre du bon sens.

20 juil. 2015

Ben, un parcours plus court que celui des plus rapides, donnant plus de chances de finir avant la clôture de la ligne d'arrivée... enfin, je crois ;-)

20 juil. 2015

C'est quoi un parcours pour petit bateau?

20 juil. 2015

Ceci dit, je ne voudrais pas que l'on ne retienne que cet aspect de mon petit compte rendu, le TDPM est vraiment une regate formidable qui mérite largement son succès. Sur ce, bon vent à tous. François

20 juil. 201520 juil. 2015
18 juil. 2015

Tour des ports de la manche 2015.
C’est avec une ambition mesurée mais certaine que nous abordions l’édition 2015 du Tour des Ports de La Manche.
En effet au vu des derniers résultats, des entrainements effectués en commun depuis plusieurs années avec Alain, Mylene, Luc, Aude et le renfort aussi inattendu que sympathique de Daniel pour les deux premières étapes, nous espérions avec cet équipage au complet pouvoir figurer en haut de la deuxième moitie de tableau. Je parle de la deuxième moitie en partant du haut, pas en partant du bas bien sur.
La flotte est divisée en 5 groupes d’environ 24 bateaux. Des moins rapides au plus rapides, elle est divisée en flamme orange, flamme blanche, flamme jaune, flamme bleue, flamme rose. Nous sommes flamme bleue.
Nous sommes contents de retrouver nos collègues de Bad Boy, un Figaro One skippé par un jeune garçon fougueux mais talentueux ; Peau de Chacal, un ¾ Toner ; un autre 30 JK, team 196 avec qui nous ferons connaissance. Dans les flammes orange nous ferons connaissance de François, fort sympathique lui aussi, et dans les flammes roses nous ferons connaissance de Dagget, avec qui nous échangeons sur Hisse et Oh.
Malheureusement, deux jours avant le départ, tout comme l’année dernière, le mauvais sort nous privait de deux équipiers. Cette fois c’était Luc et Aude qui ne pourraient pas être de la fête.
C’est ainsi, seulement à 4, Alain, Mylene Daniel et moi-même, que nous prenions le départ de la première étape, Barneville Carteret-Saint Peter (Guernesey) le Dimanche 5 Juillet, le moral atteint.
Dimanche 5 Juillet, Barneville Carteret, Guernesey
Faute de vent, l’étape commença…au moteur, discipline ou Saute Moutons s’illustre habituellement. Il en fut ainsi encore cette fois, puisqu’il fallut rebrousser chemin sur un demi-mille lorsque nous nous rendîmes compte que nous avions dépassé le bateau comité et qu’une ligne de départ était sur le point d’etre mouillée. Le parcours nous mène du Nord Est des Ecrehous, à la Basse Blanchard, Sark que l’on passe au Nord, avant de redescendre vers Lowers Heads pour une arrivée au pied du château de Saint Peter.
Et c’est ainsi que nous prenions un excellent départ, derrière une petite dizaine de bateaux mais qui avaient tous volés le dit départ. Rappel général, hélas. Nouveau départ. Mais là hélas encore, par manque de concentration, de ma part, nous partons dans le dernier tiers.
La cause étant perdue d’emblée, d’autant plus que le parcours se fera manifestement au prés serré, en concertation avec Daniel, nous décidons de tenter un coup. Nous tirons, seul contre tous, un premier bord vers Jersey avant de remonter sur la Basse Blanchard, alors que tous les autres font un premier bord au delà du Nord de Sark avant de redescendre vers la basse Blanchard. Nous faisons le pari que la bascule de vent n’aura pas lieu a l’heure prévue et que nous profiterons d’un meilleur vent. Pari perdu. Nous abordons la Basse Blanchard sans avoir gagné de places, voire en en ayant encore perdues. C’est cependant au prix d’une navigation au plus fort des courants que nous réussirons à reprendre une partie de la flotte avant de laisser le Nord de Sark sur notre babord et plonger vers Lowers Heads à bonne vitesse, le vent étant enfin de la partie, mais toujours dans le nez. Nous finirons 17e de cette première étape.
La soirée sera agrémentée du discours des officiels, discours à l’humour So british du connétable de Guernesey, tout en dégustant des flageolets bouillis avec une pinte à la main.
Mais il n’est plus l’heure de faire la fête. Il faut prévoir la navigation du lendemain qui sur un parcours de 60 milles nous mènera de Guernesey à Granville en passant par le sud des Minquiers.
Au grand étonnement de Daniel, tout l’équipage est couché à 22h00. Je lui fais remarquer avec une petite ironie que ce n’est pas parce que nous n’obtenons pas de victoire que nous n’agissons pas en professionnels.
Lundi 6 jullet,
Réveil matinal. L’étape nous mène de Saint Peter à Granville, en laissant Jersey à babord, la Cardinale les Minquiers Sud West, Sud, et Sud Est à babord aussi.
C’est après un petit déjeuner sympathique et copieux que nous quittons Saint Peter pour nous rendre sur la zone de départ. Nous commençons par étudier le terrain en longeant lentement la cote en mode rase cailloux au sud du fort. C est la qu’il faudra louvoyer tout à l’heure pour avoir le moins de courant à contre.
Nous partons avec les flammes roses et choisissons la droite du plan d’eau. Une bouée de dégagement à laisser à babord est mise en place, elle ne servira à rien a vrai dire. Nous choisissons de faire du rase cailloux. Nous ne sommes pas les seuls. Nous dirons plusieurs fois bonjour à un First 35 au gré des changements d’amure qui dans ces petits airs n’est pas à la fête. Il est temps de surveiller attentivement la cartographie et je descends faire la route. Contrairement au paysage que je vois devant moi, il faut bien se rendre à l’évidence la position du bateau est restée sur la ligne. L’ordinateur est planté. Pendant que Daniel, Alain et Mylène gèrent sur le pont en surveillant le sondeur, et font preuve de prudence, je réussis au bout de quelques minutes à relancer la cartographie électronique. Notre prudence légitime à rester un peu en retrait de la cote nous aura fait perdre quelques longueurs sur le First 35.
Après la pointe Sud Est de Guernesey, nous tirons un long bord vers l Est pour nous mettre au vent de la flotte, à gauche du plan d’eau, une rotation de vent étant attendue de ce cote là. Puis nous piquons au Sud.
Apres quelques heures de navigation a contre courant, à hauteur de la pointe Nord Ouest de Jersey nous faisons un bord vers elle pour récupérer des zones de courants moins défavorables. Nous constaterons clairement des transitions entre ces zones par des différences de clapot et de couleur de l’eau mais aussi par la présence de zone d’écume et d’algues accumulées.
Alors que notre étrave pointe vers l’est, notre route grâce à ce courant que nous avons trouvé nous emmène vers Corbière au Sud Ouest de Jersey. Nous changeons alors d’amure pour descendre au Sud, De loin nous voyons les concurrents qui sont restés à droite se diriger comme nous vers la sud ouest Minquiers. Nous sommes au reaching, avec de la vitesse et nous compterons vingt ou vingt cinq bateaux devant nous au passage de la Sud Ouest Minquiers que l’on passe à son tribord.
Après cette marque, le vent molli. Il faut faire preuve de beaucoup d attention pour ne pas louper la marque Sud Minquiers. Notre vitesse sur l’eau est à peine de 4 knts alors que notre vitesse fond est de presque 8 knts. C’est au prix d’un virement bien amené que le courant fera le reste et nous permettra de passer cette marque du bon coté à moins d’une longueur. La cardinale Sud Minquiers est soumise à un tel courant qu’elle en est à moitié couchée. Je n avais jamais vu ça, et même Daniel est étonné. Nous nous recalons donc pour passer la ligne à la Sud est Minquiers, toujours emmené plus par le courant que par le vent. Derrière nous, deux de nos concurrents directs louperont la Sud Minquiers. Le 30 JK Team 196 réussira à revenir sur elle après avoir envoyé son spi pour remonter le courant. C’est à ce moment La que le comité de course annonce la neutralisation de l’épreuve pour les flammes bleues à la bouée Sud Ouest, faute de vent.
Alors que nous entendons beaucoup de protestations et réclamations sur la VHF, nous décidons de rentrer par le chemin des écoliers en allant errer du coté de Chausey. A 23h30 nous sommes dans le port du Herel.
Nous finissons 16é de cette deuxième étape.
Mardi 7 Juillet.
Cette troisieme étape nous propose un d épart en fin de matinée pour rejoindre Saint Hellier en laissant Chausey à tribord, Nord Est Minquiers à babord, Demi Pas à Tribord, Hinguette à babord et Diamond Rock à tribord avant de finir à la Baleine.
Comme prévu Daniel nous quitte, non pas parce que je l’ai viré du bateau, non pas parce qu’il me trouve insupportable, du reste nous naviguerons certainement ensemble à nouveau, mais parce qu’il avait prévu de courir la Cowes Dinard sur Dr Feelgood, un très bel A35 tout bleu.
Nous nous retrouvons donc seulement à 3 pour cette étape qui sera dure pour les bateaux et pour les équipages.
Flammes bleues et flammes roses partent ensembles derrière le reste de la flotte. Le vent est variable. 3 fois l’aperçu est envoyé, 3 fois la ligne est mouillée, 3 fois la procédure est relancée, 3 ou 4 fois on prend un ris dans la GV pour le retirer puis le remettre.
Nous partons en deuxième rideau en milieu de ligne, tribord amure et rapidement nous envoyons babord amure pour nous glisser dans un trou de souris et monter un peu plus au vent de la flotte, avant d’envoyer à nouveau tribord amure louvoyant ainsi jusqu’à Chausey. Dans cet exercice nous croiserons souvent l’autre 30 JK. Il a gardé toute sa GV et tout son équipage est au rappel. Nous nous maintenons par rapport à lui mais imperceptiblement nous sentons que cela ne durera pas. Nous perdons du temps sur chaque relance après les virements. A bateau égal, c’est l’illustration parfaite de ce que nous disait Daniel, qu’en équipage réduit on ne peut pas régater. Nous avons aussi comme copains d’amures Cléobule le pogo 8.50 et Peau de Chacal le ¾ Toner.
Nous sommes tous à la cote Sud de Chausey, sur notre dernier bord avant de monter vers Nord Est Minquiers, les écarts par rapport à nos copains d’amure sont stabilisés. Nous nous accrochons. Quand soudain le taquet de drisse de GV sous la pression rend un peu de boot et libère le ris. Dans la manœuvre pour reprendre de la drisse de GV, l’un d’entre nous sans doute en se prenant un pied dans l’écoute de foc la libère. Nous ne sommes plus guère manoeuvrant dans cette mer hachée au sud ouest de Chausey avec nos voiles en vrac et un vent qui a pris quelques knts. Team 196 prend la poudre d’escampette, Cléobule nous évite, sans râler ou protester, comprenant la situation, et Peau de chacal passe sous notre vent à prudente distance.
Après pas mal de temps perdu nous reprenons notre route vers Nord Est Minquiers en nous mettant à droite de la route directe, le courant nous ramenant de toute façon sur la marque. Nous sommes à 45 degrés du vent, malgré une mer que l’on qualifiera de peu agitée, malgré un ris GV et un ris foc, le fait d’etre au prés débridé nous permet de revenir et de dépasser Peau de Chacal et Cléobule. Team 196 , toujours tout dehors file.
Cette embellie est de courte durée. Après Nord Est Minquiers nous sommes à nouveau au prés serré babord amure, dans une mer courte qui a encore forcit. Le bateau est difficile à barrer, les haubans sous le vent sont mous. Alors que je descends à la table à carte je surprends à la VHF une conversation impliquant Adagio qui se porte au secours de Folavril, lequel a dématé, pour lui proposer de le remorquer. La situation est contrôlée, du reste Folavril rentrera au moteur avec son gréement et ses voiles sur son pont. Le bateau est de plus en plus ardent, les haubans de plus en plus mous malgré un pataras blindé, voire flottants par intermittence. L’étrave se plante régulièrement dans cette mer hachée malgré la dextérité d’Alain à la barre. A nous trois nous ne pesons que 210 kilos, de toute façon course perdue pour course perdue, je décide de prendre un deuxième ris dans la GV. Nous perdons en vitesse, mais nous gagnons en stabilité de route. Peau de Chacal et d’autres bateaux en profitent pour prendre la poudre d’escampette. A l’entrée de la Baie de Saint Aubin, nous sommes en compagnie de 5 ou 6 autres bateaux. Un Dufour 34 dans notre tableau arrière qui finira par nous passer entre Hinguette et Diamond Rock, lui-même suivi d’un autre bateau GBR, puis Peau de Chacal au loin devant à notre vent, et deux autres bateaux devant nous à quelques longueurs mais sous notre vent. Nous sommes un peu à l’abri et nous avons lâché le ris dans le foc et un ris dans la GV.
Les deux autres bateaux font un contre bord assez long pour passez Diamond Rock sur le tribord. Nous, nous sommes sur la route mais très au prés avec peu de vitesse. Nous gagnons du terrain sur les deux autres bateaux tout en perdant sur le bateau GBR qui a plus d’allonge. Je le surveille, je le laisse dans mon dévent. J’attends le moment ou il va virer pour nous passer. Il ne peut pas abattre car il louperait Diamond Rock, Il ne peut plus guère avancer car je le dévente, donc s’il veut se dégager de cela, il faut qu’il vire. C’est ce qu’il fait à quatre longueurs de Diamond Rock. J’envoie aussitôt un virement tribord amure parfaitement exécuté par Myléne. Il est à une longueur sous mon vent. Je passe largement le travers de Diamond Rock, Alain peste car on pourrait virer et la faire cette marque, mais je contrôle le bateau sous le vent. Il est prioritaire mais trop à distance pour me lofer et m’obliger à virer, et s’il vire , je suis tribord amure. Je veux descendre suffisamment pour passer cette bouée à 45 degrés du vent, là ou le bateau est plus facile à relancer. C’est bon, virement babord amure. Quasiment dans le même temps le bateau GBR vire et se positionne à notre vent, mais à cette allure de prés débridé pour nous, le bateau répond bien et nous nous échappons. Nous enroulons la marque en ouvrant nos voiles. Il reste un demi mille à parcourir. Je tente sur un ton un peu provocateur :
« et si on envoyait le Spi ?! »
Mais bon, Alain Mylene sont crevés, moi aussi. Nous avons morflés. Saute Moutons a bien porté son nom aujourd’hui.
Nous nous amarrons à couple de team 196.
Nous apprenons que la course est neutralisée le lendemain pour cause de mauvais temps avec creux annoncés de 3 mètres, difficilement maniables pour les bateaux les plus petits de la flotte. Cette sage décision du comité de course est acceptée par tout le monde.

Mercredi 8 juillet, journée off.
Le jury profitera de la journée off du mercredi pour statuer sur les réclamations. Quant à nous, nous nous reposons, d’autant plus que nous avons erré entre l’avant port et la marina pour trouver une place plus à l’abri qu’en 10e rang de couple, jusqu’à 2heures du matin.
Jeudi 9 juillet, Etape Saint Hellier Dielette, par demi pas, Violette, Petite et Grande Anquette en porte, 3 grunes et les Dious.
Le départ est donné dans la baie de Saint Aubin, vers 11h00 après l’arrivée de deux ferries.
Nous prenons un bon départ dans 3 à 4 knts de vent de Nord. A la minute de la minute comme on dit, dans un empannage audacieux et d’une rare violence à 250 mètres de la ligne, du coté comité, (nous en profiterons pour dire bonjour a Frédéric Bertin au passage), nous envoyons…le spi. Et la, une accélération foudroyante nous mènera sur la ligne…en 2minutes 15. Ce n’est pas aujourd’hui que l’on va partir au planning.
Nous nous trainerons ainsi, tous, jusqu’à demi pas, que l’on déborde assez largement pour rechercher une veine de courant un peu plus forte qui nous mènera à Violette.
Vu la rage d’Eole, nous sommes encore sous spi, à 60 degrés du vent, à quelques longueurs de Violette. Après avoir été l’un des premiers bateaux à avoir envoyé le spi, nous sommes assurément le dernier à l’affaler. Pour une fois que nous pouvons faire du spi depuis le début du TPM, il ne fallait pas nous en donner l’occasion.
La navigation d’Alain est aux petits oignons. Il reprend la barre pour la remontée au prés vers 3 Grunes et les Dious que nous rejoignons à grande vitesse avec un vent un peu plus soutenu et un courant surtout favorable. Nous serons débordés par FIVA d’Alexis Loison, qui est en tête de la flotte rose partie sur un parcours de 4 ou 5 milles plus long que le notre. Au moins si nous sommes sur la même route, c’est qu’en navigation nous n’avons pas fait trop de bêtises.
C’est donc fièrement que nous abordons les Dious avec peu de bateaux devant nous, nous en comptons une dizaine, et que nous envoyons à nouveau le spi. DEUX fois dans la même journée, c’est un événement. Je reprends la barre pour l’occasion et nous contrôlons nos adversaires. C’est toujours le même shèma. Ils veulent nous déventer, nous nous dégageons en nous écartant du vent pour accélérer avant de redescendre plus loin devant eux. Ca ne marche pas avec tout le monde mais ca marche souvent quand même.
Nous nous dirigeons donc ensuite vers le port de Dielette ou nous avons l’embarras du choix pour nous amarrer, le port étant quasiment vide. C’est la première fois que je peux accoster sans être à couple de quelqu’un au TPM.C’est de bonne augure pour le classement, d’autant plus que nous ne voyons que 7ou 8 flammes bleues, 3 chez les visiteurs, 4 après le seuil.
C’est sans compter sur le temps compensé. On parle souvent de l’outrage du temps qui passe sur nos organismes, nos visages, nos rides, nos….j’arrête là les allusions anatomiques. On ne parle pas assez du temps compensé. Il est au bateau ce que le temps qui passe est pour nos organismes…..etc. Il est implacable. Et la sentence tombe : Saute Moutons vous êtes 17e.
Nous nous rattraperons lors de la soirée de Dielette, avec sa traditionnelle mais toujours excellente choucroute de la mer. Jean Baptiste, qui rentrait de sa semaine de travail Londonienne nous rejoint pour nous aider lors de la dernière étape du Vendredi et pour le convoyage retour sur Deauville.
Vendredi 10 Juillet.
Dielette Cherbourg via les Dious, le Raz Blanchard et la digue de Querqueville.
Au départ, nous sommes sur un vent de régime Nord 3 à 5 knts. C’est donc lentement que nous nous élançons aux alentours de 12h30 vers la bouée de dégagement que nous franchirons en deux bords, virement fait bien sous elle, le courant faisant le reste. Puis en enroulant la bouée, nous envoyons le spi qui est rapidement établi. Je regarde la bouée de dégagement, nous sommes à deux longueurs et le spi est déjà gonflé. Nous sommes techniquement en progrés. Il est vrai qu’Alain est très bien en numero 1, Myléne efficace au piano, Jean Baptiste très efficace au génois, et moi je m’occupe de la GV et de la barre sans m’emmêler les pinceaux.
Je me place ostensiblement sur la gauche du plan d’eau pour etre un peu lofé, gagner en vitesse et me dégager du dévent des autres concurrents dont la plupart sont plus dans le lit du vent en route directe sur la bouée. Le spi est difficile à maintenir gonflé, malgré l’emploi d’écoutes plus légères. Ca reste malgré tout un spi de médium. Etant totalement inexpérimenté il y a encore trois ans, j’avais préféré un tissus un peu solide.
Bref, nous avançons plutôt pas mal par rapport aux autres. Il y a devant nous un groupe de 5 bateaux dont Ouest Cotentin et Barneville Carteret , plus à droite sous notre vent un groupe de 4 bateaux et plus à gauche serrant la route directe sur les Dious un groupe de 4 bateaux qui s’invectivent suivi d’autres à la queue leleu. Nous sommes à 3 longueurs du groupe Ouest Cotentin qui sont serrés les uns contres les autres à l’approche de la bouée qui se profile 4 longueurs devant eux. J’imagine déjà une sortie de foc avec affalement du spi lors de l’enroulé de la bouée, tout en douceur puisque nous avons de l’espace autour de nous quand tout à coup, sans que l’on comprenne pourquoi, et nos voisins non plus du reste, nous accélérons nettement, à tel point que nous arrivons précipitamment sur le tableau arrière de Ouest Cotentin. Je choque la GV, Myléne choque l’écoute de spi, rien n y fait, le bateau continue sur sa lancée. Alors que je vocifére :
« Mais c’est pas vrai, il fait ch…ier ce bateau, quand on lui demande d’avancer il ne se passe rien et quand on veut qu’il ralentisse, il accélére »,
un espace s’ouvre entre Ouest Cotentin et Barneville Carteret dans lequel j’arrive à glisser l’étrave quelques centimètres avant de toucher le tableau arrière de Ouest Cotentin. Mais rien n’y fait, nous avons encore trop de vitesse, nous sommes maintenant engagés au tiers de la longueur entre les deux bateaux quand je vois notre écoute de spi se prendre dans la perche IOR de Ouest Cotentin et que je vois notre tangon commencer à attaquer la chute du spi de Barneville Carteret. Dans ce moment très chaud, tous les équipages restent calmes, personne n’hurle protest ou autre invective inappropriée qui n aurait pas manqué de m’agacer.
Devant cette situation d’urgence, je demande à Alain qui s’était déjà préparé, d’affaler. Dans un petit mouvement de main, il arrive à faire se regonfler la chute de notre spi pour faire sauter notre écoute au dessus de la perche IOR qui commençait à se fléchir de façon inquiétante. Myléne lâche la balancine de tangon qui se couche sur l’étrave et évite ainsi le spi de Barneville, et comme nous sommes à contre d’un fort courant, Jean Baptiste sort dans les mêmes instants le foc afin de ne pas risquer de reculer par rapport à la bouée qui est maintenant à 2 longueurs. Nous nous dégageons alors de cet étau. Au vent de Barneville Carteret un trou s’ouvre, je lofe et passe tout le groupe encore sous spi à l’intérieur et nous partons donc au prés pour une remontée vers le Raz Blanchard.
Nous ne profiterons pas de l’avantage de cette manœuvre aidée par la chance.
En effet, mon obsession d’aller chercher des courants plus forts nous emmène trop loin de la route directe et n’est pas rentable, de plus à la pointe de la Hague, le vent à fait une rotation à droite d’un peu plus de 90 degrés que je n’ai pas pu anticiper faute de fichiers météos récents, n’ayant pas pu établir une connexion internet pour télécharger les derniers gribs avant de partir. Comme nous sommes du coté gauche de la route directe, j’ai tout faux. Je dirai en toute objectivité à mes équipiers que j’ai fait une navigation nulle.
Nous finirons donc 20e de cette étape et 20e au général.
L’épilogue de ce Tour des Ports de la Manche, le convoyage retour donc, se fera dés 6 heures le matin au départ de Cherbourg pour Deauville.
Après avoir cassé la pantoire du tangon de spi dans une survente à 26 knts, notre route est ralentie et nous sommes retenus par le Raz de Barfleur proche de sa sortie. Nous prenons une route plus sud après Barfleur pour nous protéger de la houle qui commence à se faire sentir et bénéficier de courants moins défavorables.
Après quelques épissures et l’utilisation d’une manille j’arrive à bricoler une nouvelle attache pour la pantoire de tangon. Le vent souffle entre 18 et 24 knts, la houle me semble maniable. J’ai envi d’envoyer le spi, cela m’a manqué pendant le Tour des ports de la Manche que j’ai requalifié de Tour au Prés de la Manche.
Myléne, Alain et Jean Baptiste ne sont pas long à convaincre.
Nous filons vers Deauville le spi établi à 120 130 degrés du vent. J’ai mis le pilote automatique pour voir ce qu’il vaut dans ces conditions de vent et une houle par l’arrière. Il répond parfaitement, sa seule défaillance sera dans une survente à 26 knts. Je constate par ailleurs que ma réparation de pantoire tiens le coup.
Je prends la barre. Alain est à l’écoute de spi, Myléne au Hale Bas de GV dans laquelle nous avons pris un ris, et Jean Baptiste à l’écoute de GV.
Le bateau accélère, il est d’une stabilité très rassurante. Le speedo monte et ne veut plus redescendre sous 11 ou 12 knts. Lors de surventes avec la houle, nous enchainons les départs au surf. Le speedo atteint à plusieurs reprises 14 puis 15 knts, et restera même un certain temps à 15.25 knts, établissant ainsi le nouveau record de Saute Moutons, dans un vrombissement assourdissant, calé sur son arrière avec une vague d’étrave qui commence au niveau de l’implantation du mat.
Nous nous ferons ainsi remarquer en arrivant au milieu d’autres bateaux en approche de Deauville.
Affalage impeccable d’Alain et de Myléne. Nous nous congratulons.
Ah, si seulement nous avions eu des conditions identiques sur une seule étape du TPM pour montrer ce que vaut ce bateau…. !
Nous avons donc passé une bonne semaine même si sportivement nous sommes toutefois déçus.
Le coté humain aura été plus enrichissant avec la connaissance physique de Daniel, autre que via Hisse et OH, qui est une véritable encyclopédie des courants et cailloux des Anglo-Normandes. Jean Baptiste, marin occasionnel mais efficace et bon enfant. François, bateau numéro 1, avec qui nous avons faits connaissances suite aux vocalises surprenantes de Saute Moutons à Barneville Carteret. L’équipage de Bad Boy dont nous saluons au passage la belle performance pour une première participation. Team 196, toujours accueillant pour nous recevoir à couple. Grace à eux nous avons pu voir ce à quoi ressembler un 30 JK sous voiles. Et Dagget qui est venu nous faire une petite visite de courtoisie.
Je n’oublie pas les organisateurs, Luc Bertillier, le Yacht Club de Granville, Frédéric Bertin du comite, le jury, dont la tache n’est manifestement pas facile.
Nous espérons revoir l’année prochaine toute ces personnes au Tour des Ports de la Manche ou sur d’autres plans d’eau.
A bientôt.
François, Saute Moutons, FRA 38896.

19 juil. 2015

Beau récit! J'ai beaucoup aimé "ce n’est pas parce que nous n’obtenons pas de victoire que nous n’agissons pas en professionnels".

Vous n'avez pas démérité, le TPDM c'est compliqué, plein de locaux et de très bons bateaux. C'est quoi le rating du JK en HN?

Je confirme par ailleurs que tout bateau de régate qui se respecte est aussi difficile à relancer qu'à freiner, et surtout ne marchera jamais aussi bien et facilement qu'en convoyage!

Croisière, terre de records...

20 juil. 201520 juil. 2015

Bjr, merci pour le recit. en temps réels et compense êtes vous loin des premiers? Y a t il vraiment une marge de performance importante (Vitesse et navigation) avec certains bateaux?

20 juil. 2015

24.5
A peu près sauvable sur les côtiers/offshore au débridé...

20 juil. 2015

"Tour au près de la Manche" j'adore!

20 juil. 2015

L'objectif pour Team Paint It Black cette année était de tout simplement finir TOUS les étapes et ce sans se prendre un OCS, ZFP, casse quelconque ou tout autre acronym malveillant. Lorsqu'on y parvient, on arrive déjà à prétendre à une place dans le premier moitié du tableau. Et encore, cette quatrième participation a encore été marqué par un passage sur le tapis vert mais qui s'est terminé avec une décision favorable. La casse du courroie de la pompe à eau lors du convoyage a Carteret a donné des sueurs froides, de même que le silence étourdissant du moteur au départ de Dielette...p...in de coupe circuit! Special dédicace aux Gwahir Venturi, Tortuga, Pom Pom Girl, Le Rouge Vif et Bad Boy pour les apéros/afters au cours de ce Tour 2015!

:langue2:
Sans oublier le support logistique de Cap West :pouce:

20 juil. 2015

:pouce:

Et vous avez dormi au sec, même pas recroquevillés, ça se fête!

20 juil. 2015

Malheureusement l'équipage y prend goût! :heu:

20 juil. 2015

Merci, François, pour ce récit fort intéressant - qui me rappelle aussi quelques souvenirs - et qui donne envie de participer à nouveau, sur un bateau compétitif cette fois (je parle pour moi, pas pour toi, bien sûr . ;-)

02 juin 2016

le tdpm 2016 approche, et déjà plus de 70 inscrits (la liste disponible sur le site du YC granville).

07 juin 2016

Malgré mon état de santé précaire, je vais ss doute pouvoir embarquer comme équipier (sac de sable) et pour deux étapes sur un sun magic 44. Inespéré dans ma situation!

07 juin 2016

Excellente nouvelle :pouce:

07 juin 2016

Tout est bon

Content pour toi

07 juin 2016

spus l égide de l établissement de soins; ceci explique cela ;-)

07 juin 2016

Stervern?

07 juin 2016

Yes. Baptisé norm'handicap pour l occasion. D ou ma présence à bord ;-)

07 juin 2016

Beau bateau.
J'ai navigué de conserve avec lui entre les Açores et Granville.
Bonne nav.

15 juil. 2016

Est ce qu un participant à la regate aurait des nvelles d un bateau flamme rose, peut être un J, qui a tapé trés fort un caillou juste après le départ de St Peter?

16 juil. 2016

J y étais au TPM, je n'ai pas connaissance d un tel incident.

16 juil. 2016

Je vais publier une photo d ici peu. C est un arrêt buffet dans un caillou a +7 nds. Ça doit laisser des traces.

16 juil. 201616 juin 2020

Njos à notre vent juste après le départ de St Peter puis Njos, planté sur un caillou à qq centaines de mètres de la Plate

17 juil. 2016

Le cailloux est sur les cartes, on est jamais assez vigilent.
JJ

17 juil. 2016

C est le problème en regate. La route était au 34 mais au jeu du contrôle, certains faisaient route au 10! Et là c est totalement déraisonnable.

17 juil. 2016

C'est un Corby 35.
Et ils n'ont jamais talonné... Tu es sûr d'avoir bien vu?

18 juil. 2016

Gabrielle, la journaliste de l'évènement, était à bord. Elle m'a pas parlé de talonnage à l'arrivée! ^^

19 juil. 2016

Ah si, merde, c'est vrai maintenant que tu en parles, ils ont effectivement frotté le danger isolé juste devant Guernesey.
Je voyais pas pourquoi tu parlais de talonnage et d'arrêt, mais en fait ils ont touché le rocher avec le côté de la quille, ce qui a pourri l'antifouling et mis un coup de frein (en plus de faire sur-gîter le bateau), mais ils n'ont pas été stoppés net et les dommages se limitent à la "carrosserie". ^^

19 juil. 2016

Et un peu de plomb perdu en chemin! :mdr: :heu:

17 juil. 2016

Salut

17 juil. 2016

J ai entendu, puis j ai vu le bateau immobile, voilés bordées. Sur la seconde photo, floue, tu noteras que la gv porte encore, mais pas de sillage.

18 juil. 2016

Elle était à bord de ce bateau? Alors plus de doute. Elle pourra alors expliquer pourquoi le bateau s est arrêté brusquement, toutes voiles établies, faisant croire aux équipages des bateaux voisins qu il avait talonné.

19 juil. 2016
16 juil. 2016

Njos est Corby 33 qui fini 9 ème

16 juil. 2016

Donc pas de dégât :pouce:

17 juil. 2016

Il finit 13 de cette manche. Ça signifie ses doute qu après avoir checké le bateau, ils ont repris la regate. On peut conclure que le Corby est un bateau solide!

17 juil. 2016

tant mieux, juste une alerte.
JJ

17 juil. 2016

Au vu des photos et de la balise, je surveillais la cartographie pour guider le bateau au milieu des mines et il y a de quoi se faire surprendre. Ça peut arriver à tout le monde. Ils ont eu de la chance.
En tout cas, nous avons passé une super semaine, avec des allures plus variées que l année dernière.
Je me pose encore la question de savoir s il fallait passer par le sud et l'ouest de Jersey, ou par l est et le nord de Jersey pour l étape Granville Guernesey. J ai choisi de passer sud et ouest pour éviter d avoir la devente de Jersey en longeant sa côte est.
Si des participants ont des avis la dessus?

18 juil. 2016

Je n'y etais pas mais c'est généralement plus court par Corbière rock, isn't it?

18 juil. 2016

Plus long par corbière et à mon avis courant plutôt bien orienté sur cette route. Pour moi, de granville, la question ne se pose pas. Mais l habitude fait qu on ne réfléchit plus. Pourtant, c est bien de se remettre en question qq fois. :-p

18 juil. 2016

Je voulais écrire " plus court par corbière" ....

18 juil. 2016

Laisser Jersey dans l'ouest pour aller de Granville à Guernesey peut être une bonne option. Ce sera un coup gagnant en cas de vent mollissant ou adonnant sur le dernier tiers de la route.
Dans ce cas, il faut ne pas passer trop près de Gorey et se faire avaler par le courant entre jersey et les Ecrehous.
Mais en course, le risque est important, c'est premier ou dernier.

18 juil. 2016

Pas trop le choix cette année, ils avaient placé une porte qui orientait très fortement le parcours...

18 juil. 2016

Dans le groupe jaune, les deux premiers sont passés par Corbières. Chez les orange, Pied d'alouette et Pacha aussi... ainsi que les cadors du groupe blanc...

18 juil. 2016

Merci Folaba.
Et pour bleu et rose, une idée?

18 juil. 2016

Les roses ont tiré vers corbière après la porte de la NE des minquiers

19 juil. 2016

Ok.
C est ce que l on a fait aussi après NE Minquiers, on a tiré un bord sous nord Minquiers, puis un autre vers hinguette, ensuite on a ajusté corbière au plus près des cailloux pour et nous sommes remonte le long de la côte ouest de jersey, s abritant du courant ensuite sous Sark avant que le Russel nous repousse à l ouest vers la ligne et que le courant a l est de Guernesey qui a ce moment devenait favorable âpres lowers ends nous remonte sur la ligne.
On a eu un petit peu de mal à trouver la ligne la nuit, il y avait beaucoup de bateaux, nous avons dû tirer un petit contre bord.

19 juil. 2016

Nous sommes aussi passés au ras de corbiere et ensuite un bord direct vers la ligne. Les gros ont eu moins de courant defavorable

19 juil. 2016

Norm'handicap, sun magic

19 juil. 2016

Quel bateau toi?

19 juil. 2016

Ah oui, c est un peu plus grand que mon boat????

19 juil. 2016

ma contribution aux "flammes rose"

19 juil. 2016

La vidéo n'est pas disponible tribal :/

19 juil. 2016

Pc, tablet, androïd, Europe?
Apparemment elle a 7 vues donc ça fonctionne plus ou moins

19 juil. 2016

Très très sympa. :pouce:

19 juil. 2016

Ça marche pas sur iPhone

19 juil. 201619 juil. 2016

bah si, sur celui de ma meuf :-p
y dit quoi U-Tube? Vidéo indisponible?

19 juil. 2016

Oui, indisponible

19 juil. 2016

Ça eût fonctionné et ca ne fonctionne plus. J ai pas dû payer assez de droit d auteur. Désolé, ftiti, faudra trouver une tablette ou un PC....

20 juil. 201616 juin 2020

Bonjour. Plein de monde et de bateaux. Faudrait revoir les tailles à la baisse,on ne sait plus ou vous mettre :mdr:, il faut quand même de la patience pour assister à l'arrivée et au tassement de tous ces bateaux.
Le départ fut plus rapide.

20 juil. 201616 juin 2020

A St Peter à 22h le lendemain, y avait pas foule ;-)

20 juil. 2016

un classement toutes classes cette annee, disponible sur le site du ycg . toutes les classes sont representees dans les 20 premiers. les flammes bleues dominent cependant avec 8 dans ces 20

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Le beau temps !

Après la pluie...

  • 4.5 (124)

Le beau temps !

mars 2021