raides ou demie Molles, les amarres ?

Oui je sais le titre est racoleur, mais l'oisiveté est la mère de tous les vices et il fait frisquet donc le démontage du guindeau attendra..

Pour l'hivernage à flots j'amarre de façon à ce que le bateau bouge le moins possible, avec deux gardes croisées et deux pointes, le tout très tendu et j'ai la chance d'avoir deux pendilles à l'avant.
Je constate que d'autres laissent plus de liberté à leur bateau qui se balade sur un bon mètre.
Votre religion dans ce domaine c'est laquelle ?

L'équipage
31 mar. 2020
31 mar. 202031 mar. 2020

toujours très tendues (les amarres) car, dans le coup de vent, elles vont se détendre;
ce qui est risqué, ce sont les mouvements brusques du bateau et rappel brutal par les amarres, ça casse les amarres ou arrache les taquets

31 mar. 202031 mar. 2020

Perso c'est demi molles, mais réglées de façon à ce qu'une fois au max de la tension, le bateau ne puisse toucher ni le ponton, ni le voisin. (Et sans se balader sur 1m non plus)

31 mar. 2020

Je dirais exactement comme Juluisse, mais en rajoutant, que si c'est un port ou il y a du ressac, alors encore plus molles, evidement sans laisser le bateau aller sur le ponton.

31 mar. 2020

Nous avons donc:
Une tendue
Une demie molle
Une molle
😁😜

31 mar. 2020

Reste à savoir si ça s'applique aux semi rigides

31 mar. 2020

Port d'Atlantiqueà ressac régulier (passage de "transrades" ne respectant pas les consignes de vitesse ), amarrage sur ponton, pas de pendilles (Dieu soit loué !)
Donc semi-moles avec amortisseurs pour éviter les coups durs sur les taquets.
Le bateau étant lourd et fortement lesté, il ne bouge pas de la même façon que le ponton, des amarres raides seraient destructrices.

31 mar. 2020

Tout dépend si le quai est flottant ou pas...
Même en Méditerranée, il peut y avoir jusqu'à 0,80 cm de marnage dans certaines conditions, sans oublier le ressac ! Y a qu'à voir comment les péchous s'amarrent dans les ports exposés de la flaque : très lâches !

Pour toi Solent, pour autant que je sache, mais on le voit sur la photo, le quai est fixe, avec pendilles à l'avant.
Donc demi-molles... ou 1/4 de molles !!! ;-)

Quand on est sur un ponton flottant avec catway, flottant aussi, il vaut mieux tout bien raidir.

AMHA

31 mar. 2020

Pour moi, suffisamment molles pour que le bateau puisse osciller librement sur 10-15 cm.
(leçon apprise d'un allemand qui est venu me voir et le suggerer alors que le bateau souffrait beaucoup sur un cataway en Itale (Nettuno) dans un gros coup de vent.En libérant un peu tout s'est calmé, vraiment pas photo ! J' ai été trés vexé,mais depuis...

31 mar. 202016 juin 2020

même en raidissant le tout; peu de temps après , elles se ramollissent
alors pour moi , c'est demi molles( pour les amarres je précise lol )
cela soulage les taquets et le bateaux souffre moins

31 mar. 2020

Pour mon amarrage sur catway, les gardes sont souquées, les pointes ne le sont pas...

31 mar. 2020

Hello,
Bien raides, bien sûr....faut pas que ça bouge!
Lors de mon hiver passé au ponton à Porto, j'en avais jusqu'à 12 les jours de forte houle, certaines ramenées aux winchs.
Tant que j'étais à bord, jamais de souci...à chaque fois qu'on quittait le bateau quelques jours, on en retrouvait 1 ou 2 pétées et rafistolées...les marineros préféraient les laisser molles.
Cette année, j'ai découvert que le tuyau blanc d'évacuation des WC faisait un excellent anti-bruit...

31 mar. 2020

Les amarres ne sont pas conçues comme des écoutes ou des drisses.
Autant les dernières ne doivent pas s'allonger, autant les premières doivent conserver une certaine élasticité.
Il suffit de voir le tressage différent , beaucoup moins raide et la variation du diamètre entre une amarre neuve et une ancienne.

31 mar. 2020

C'est pour cela qu'il ne faut pas ré-utiliser ses drisses comme amarres. Le bateau souffre, les amarres encore plus...

Aux Açores dans un port très agité, on m'a montré un "tressage" que l'on peut faire avec une seule amarre, c'était très efficace ! N'ayant pas re-pratiué, je ne m'en souviens pas trop. Une 1ère boucle et on passe dedans une boucle, et ainsi de suite. Une sorte de chainette. Dans la dernière boucle on passe le bout libre, sinon, tout se défait !

Comme la vidéo ci-dessous mais avec une fin différente...

07 avr. 2020

Ce n'est pas une chainette. Son demi tour de la boucle est inutile.

31 mar. 2020

Etant au catway je tends mes amarres pour que le bateau soit bloqué.
Le bateau est solidaire du catway et ne se ballade pas.
On voit bcp d'ammares et gardes molles,je voudrais bien connaitre l'avantage car l'inconvénient je le connais bien...

Si il n'y a que l'action du vent des amarres modérément raides, il ne faut pas soulever le cat way sur un coup de gîte
Si ressac il faut un amortisseur sur les amarres les plus sollicitées en particulier à l'étrave : si on tend de trop on va casser quelque chose et mou le bateau va prendre de l'élan et casser aussi.
J'ai un gros amortisseur à ressort inox et butées caoutchouc.
Pour le reste pour le confort en plus des amarres normales, de la corde d'escalade tendue sur une grande longueur en double ou en triple selon les conditions.
Mais il faut que le taquet soit très près du chaumard sinon l'elasticité entre chaumard et taquet va provoquer du ragage dans le chaumard.

31 mar. 2020

Amarrage sur catway flottant

Un léger mou pour permettre un débattement de +/- 15cm mais surtout amortisseur sur les pointes
un vrai changement de confort plus coups brusque.
Les gardes tendus pour éviter de toucher le ponton.

Le Moko

31 mar. 2020

Je n aime pas voir le bato se balader, et quand je vois la contrainte subie par une amarre molle lorsqu elle se retends d un coup, je me dis que repétée 10 000 ou 100 000 fois, ça ne peut pas tenir à long terme.

Donc, pour répondre à la question, je trouve rassurant de bien bander.

31 mar. 2020

@ratafia, cela dépend du port. Certains ports sont soumis parfois a des méchants clapots, voire carrément de la houle, et le catway ne bouge pas au même rythme que le bateau. Dans ce cas là, il vaut mieux avoir un peu de mou sur les pointes, avec amortisseurs si nécessaire.

01 avr. 2020

Merci pour le tuyau. Mon port est situé en eau intérieures, et je n ai encore jamais eu à m'amarrer seul ds les conditions que tu décris.

Si je dois les rencontrer, je saurais me souvenir de modérer mes ardeurs.

31 mar. 2020

Pour croiser avec un autre fil, et comme il est un peu tard, je dirais de faire attention. Amarre trop molle, ça ne marche pas dans les petites criques, avec ou sans vent.

01 avr. 2020

Pour l'avoir raide la partenaire a son rôle...ça c'est fait...1🥴
Pour les amarres, la disposition du port est primordiale
A Porquerolles, en Méditerranée, l'idéal est l'amortisseur de qualité...on peut éventuellement en faire avec des pneus de scooter...c'est moins cher que ceux du ship😜

01 avr. 2020

Pour ma part, dans l'étang de Thau on a des variations de hauteur d'eau qui peuvent être importantes, donc amarré sur ponton fixe et duc-d'albe surtout pas raidies, de plus j'ai épissé sur mes amarres 3 torons 25 cm d'élastique de 10 mm.
Quand je les regardes travailler....suis content :-)

01 avr. 2020

Pour moi, c'est** gardes montantes et descendantes souquées au winch** .
Jamais de drisses comme amarre,et les amarres sont des bouts souples..
Pointe modérément tendues.

01 avr. 2020

Bonjour,

dans les ports à fort ressac, comme par exemple les petits ports des Féroées ou encore Laxey sur l' île de Man, la seule solution est d' amarrer très très long, et de mettre du poids(très lourd) au milieu des aussières.

Avant qu' un pêcheur Féringien m' explique çà, j' avais tout essayé, amarres de 30m devant et derrière triplées, qu' elles soient reprises au winch ou laissées moles, le bateau faisait de tels aller-retour que les aussières cassaient en moins d' 1/4 d'heure.
Avec des poids d' une quarantaine de kg suspendu au milieu, le bateau était devenu quasiment immobile.

Solution évidemment pas transposable à un amarrage sur ponton.

Gorlann

01 avr. 2020

Oui un truc interessant Gorlann.merci pour l'info.

01 avr. 2020

jamais amarres raides, sinon on casse tout !!!

01 avr. 2020

Moi personnellement c’est souple, en veillant, bien sûr que le bateau ne puisse pas toucher et au milieu d’une des amarres de pointe je fixe un petit paquet de chaîne usager pour faire amortisseur et poids.

Pour le coup de vent qu'on a eu en octobre à Portquerolles, comme celui à Carro quelques jours plus tard, c'était une fois le vent qui éloigne du quai, une autre qui rapproche. Mais même principe : souquer ferme la pendille pour que le bateau s'éloigne de plus d'un mètre, puis tendre les amarres de quai à fond pour vérifier que la distance ne passe pas sous le mètre ; puis relâcher la pendille de 10/15 cm.

Bon confinement à toi Gilles !

01 avr. 2020

Hello Pierre,
Moi c'est plutôt 2 mètres quand je m'absente, vu que j'ai déjà vu plusieurs fois vu 70 NDS dans le port..
J'ai un voisin qui me prête sa planche avant que j'installe la mienne que je range au fond du coffre en partant.
Il y'a deux ans ma voisine m'autorisait à descendre par son bateau, mais un jour j'arrive et plus de voisin ou voisine, pas de planche qui traine et mon bateau à 2 mètre du quai !
J'ai réussi à monter en posant un pied au croisement des deux gardes 😬 voilà pourquoi je suis plutôt partisan d'une certaine raideur.
Mais j'ai le bon réglage, le bateau se déplace très peu en latéral et les mouvements sont très doux, donc je pense que les taquets ne travaillent pas trop. A Porquerolles ça souffle parfois fort mais il n'y a jamais de ressac.
Mes vieilles drisses et écoutes je les donne à la capitainerie, ils les utilisent en dépannage quand un bateau part en sucette.
Comme toujours autant de marins, de ports, et autant d'expériences, c'est instructif.👍🏼

01 avr. 2020

J'ai peur que des néophytes n'y comprennent pas grand-chose. S'amarrer sur catway et s'amarrer à quai dans les zones à marnage ne relève pas de la même technique.
En général sur catway, c'est 2 gardes et 2 pointes, et à quai ce sera une pointe avant et une pointe arrière, les plus longues possibles, à raidir quand le bateau est au plus bas. Je retiens la technique de Gorlann, c'est bon à prendre.

01 avr. 202001 avr. 2020

N'oubliez pas que Solent s'amarre sur pendille, deux en l’occurrence, et cul à quai...

01 avr. 2020

Oui c'est vrai. Là, je n'ai que très peu pratiqué la pendille.
Comme on ne maîtrise pas, ni ne voit, la partie sous-marine de la pendille, j'imagine qu'il n'y a pas de règle générale et l'on adapte la tension en fonction de l'installation de chaque port (poids de la chaine, longueur?). Mais là, je ne suis sûr de rien.

01 avr. 202001 avr. 2020

Jamais trop raides, trop de tension sur les taquets, je suis amarré sur catway et ponton flottant, et le catway il bouge par rapport au ponton donc laisser un peu de jeu, j'ai des amarres récentes et correctement calibrées.. 20mm donc demi molles pour moi..

01 avr. 2020

La première règle, c'est que le machin doit être souple, mais avec une tension significative tout le temps, la plus linéaire possible.

C'est le principe du tapis de mousse ou du sol en beton : quand on doit absorber un choc, on préfère que ce soit mous... Par contre, les 50cm d'air (très mou) ne servent à rien pour amortir.
Plus il y a de distance à parcourir pour amortir (avec une vraie force de rappel), plus l'amortissement sera doux.

Donc, des aussières blindées au max, ca va faire des forces de rappel monstrueuses immédiatement, donc ca fait mal. (cf. tomber sur un tapis de 1mm d'épaisseur)

A l'inverse, les grandes aussières qui pendouillent, ca ne sert à rien non plus... C'est comme ajouter de l'air au dessus du tapis... Sauf que quand on ajoute 2m d'air au dessus du tapis, ca veut dire qu'en plus, on tombe de 2m : ca va faire aussi très mal, parce tout ce mou sans rappel, ca fait autant qui pourront servir de prise de vitesse : c'est pour cela qu'il faut du débattement, mais avec un vrai rappel derrière pour qu'il n'y ait pas de prise de vitesse.

Donc, de bonnes aussières bien élastiques, voir des ressorts, des caoutchoucs pour avoir une bonne élasticité sur une courte distance.
A partir de là, à minima assez bordé pour qu'il y ait un rappel significatif, et aussi bordé qu'il faut pour ne pas toucher le quai en tension maximum. (notez que vos bouts ont un coef d'élongation max, 30% pour une bonne aussière polyamide, voir un peu plus si elle est neuve, il suffit juste de compter si 30% de plus, ca touche le quai ... Si vous dépassiez la force nécessaire à cette élongation, c'est que vous avez de toute manière cassé cette ligne)
Mais pas plus bordé que nécessaire.

Vous vla bien avancés :D

07 avr. 2020

Peuwi,
pas d'accord avec toi.
Si tu as des amarres "lâches" et que ton bateau prend de l'élan, c'est là que tu as des pics énormes de tension.

Si tu as déjà vu des pétroliers amarrés à un stockeur en mer, tu verras toujours un remorqueur qui garde l'aussière tendue, car sinon, c'est ruptures rapide (avec un gros flexible qui débite....)

Donc l'idéal c'est d'avoir des aussières juste raidies et si la bateau est lourd avec de l'élasticité. J'aime bien les multi brins noires bien élastiques, et je rajoute un ressort inox.

01 avr. 2020

La blague de la pendille, c'est que c'est méga élastique d'un coté, et que ca va être bien difficile d'équilibrer de même de l'autre coté... Donc, pour être safe, pas d'autre moyen que d'éloigner énormément le bateau du quai, et border la pendille tant qu'on peut.

Coté quai, mettre beaucoup à la fois beaucoup d’élasticité, mais aussi multiplier les bouts coté quai, pour éviter que la moitié de leur élasticité soit déjà perdue rien qu'à contrer le rappel de la pendille.

01 avr. 2020

mouais, un peu galère ces pendilles...mais ça a un avantage, c'est absolument silencieux.

01 avr. 2020

Je serais partisan du pas trop raide .
Lors d'une prise en remorque d'un bateau on demande une remorque longue et souple on ne voit jamais de pros prendre en remorque courte.
Par comparaison je pense qu'il vaut mieux avoir une amarre qui amortie plutôt qu'une amarre qui bloque.

01 avr. 2020

Alors comment faut-il faire ?
Il faut les faire tremper pour les ramollir ???

02 avr. 2020

En parlant d'ammarres bien tenduent, et de semi dures etc... je me souviens d'une anecdote qui m'avaient impressionné. Ma femme était second sur un 40 métre qui l'hiver était à San Remo. Il y a quelques années une grosse tempête, énorme tempête! Gros dégâts dans le port, la voiture de ma femme sous l'eau et sous le bateau du voisin, pour la petit histoire c'était une Fiat barchetta , un quai sous l'eau ayant entraine une dizaine de voilier par le fond... Mais... Les amarres du Yacht où bosser ma femme ont tenuent bon. Mais... Les bites d'amarrage... Incroyable, elles ont été complétement déformées, pas tordues, déformée!! Elles sont montées car complétement compressé, étranglées par les ammarres, mais des bites vraiment balaises! Elles avaient perdue bien 10 cm de diamétre et elles avaient pris une vingtaine de centimétres au moins en hauteur. en Dommages je n'avait prix que des photos de la grues qui a sorti la voiture de ma chérie!

02 avr. 2020

Pour éviter l'affaiblissement des bittes et bollards ou l'arrachement avec détérioration du quai, des modèles dits "fusibles" existent.

Pour éviter que les bittes et bollards (et taquets) s'arrachent, il est judicieux de ne pas doubler, tripler les amarres sur le même point fixe.
Ces équipements sont prévus pour résister à une force limite, homogène avec celle de l'amarre.
(Exemple pour le Grand Charles, 100 tonnes, ce qui fait une amarre de près de 100 mm de diamètre.)
Si on en met deux sur le point fixe, l'effort peut atteindre 200 t. Il y a risque certain de casse du point fixe.
Maintenant pour limiter le risque les points d'amarrage sur les navires sont parfois conçus avec système régulant la tension, pour rester dans le domaine d'emploi sans désordre.
A quand des systèmes équivalents pour nous, autres que les ressorts et pneus de scooter?

02 avr. 2020

Pour moi, c'est gardes seules tendues, les autres il faut un peu de mou.
JJ

07 avr. 202007 avr. 2020

jamais demi molle,toujours semi-rigide
ca veux dire la meme chose,mais ca laisse un espoir 😉🍌🤣🤣

ps:
quand je pense a La Garde,j’ai toujours une demie molle...pour eviter’les tensions monetaires 😛

07 avr. 2020

Pas raides, pas lâches.. enfin c'est vous qui voyez...

07 avr. 2020

Peuwi,
pas d'accord avec toi.
Si tu as des amarres "lâches" et que ton bateau prend de l'élan, c'est là que tu as des pics énormes de tension.

Si tu as déjà vu des pétroliers amarrés à un stockeur en mer, tu verras toujours un remorqueur qui garde l'aussière tendue, car sinon, c'est ruptures rapide (avec un gros flexible qui débite....)

Donc l'idéal c'est d'avoir des aussières juste raidies et si la bateau est lourd avec de l'élasticité. J'aime bien les multi brins noires bien élastiques, et je rajoute un ressort inox.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer