Qui peut m'expliquer pour les casiers...

Je ne connais rien à la pêche, je ne pêche pas, je n'aime ni la bière ni les poissons, je n'ai donc rien de commun avec les pêcheurs.

Un "détail", cependant, m'interpelle :
La majorité des perches signalant des "casiers" que j'ai eu occasion de croiser étaient constituée de la perche supportée par un dispositif flotteur qui lui est assujetti, le tout supportant un cordage (non flottant) qui relie la perche et le "casier".

Pas facile d'accrocher quoique ce soit avec le bateau en croisant ce montage puisque le bordé repousse la perche ce qui écarte le cordage des proéminences du navire.

En revanche, j'ai aussi croisé des montages un peu différents où la perche est toujours supportée par un dispositif de flottaison mais reliée par un cordage d'environ 2m à une bouée non signalée qui, elle, supporte le "casier".

Ce dernier montage a pour conséquence de tendre à l'horizontale le cordage intermédiaire qui n'attend que le prochain bateau pour exprimer ses méfaits.

Y aurait-il ici un sachant qui serait en mesure de m'éclairer sur les raisons techniques de ce montage apriori abscons ?

Merci par avance de vos lumières.
Accessoirement, quelle est la part de responsabilité du propriétaire d'un dispositif ainsi abandonné en mer sur les éventuels dégâts qu'il peut avoir causés

L'équipage
28 août 2017
28 août 201728 août 2017

C'est pour attraper plus facilement le casier avec la gaffe : tu chopes le petit cordage qui t'aide à remonter le gros.

Quant à la responsabilité, je laisse les connaisseurs te répondre (connaissant ta méticulosité dans l'évaluation de la pertinence desdites réponses ;-) ); mais je subodore que des règles précises de signalisation existent, et qu'elles sont quasiment jamais respectées, sauf peut-être par les pros.

on commence à voir des flotteurs de casiers équipés d'une petite loupiote, mais c'est bien rare ...

28 août 201728 août 2017

C'est vrai, mais quid de la réglementation des loupiottes ? Me suis dérouté cet été pour un feux blanc à éclat pensant à un mob (même lampe que les gilets) c'etait un filet, casier ou autre...

PS: némo il y a pêcheur breton, et pêcheur méditerranéen, ici ils préfèrent le pastis :-p

28 août 2017

Hello,
Une fois quitté les eaux Européennes, toujours plein de casiers partout, mais pratiquement dépourvus de perches ou de fanions(Brésil, Surinam), sans oublier nos Iles Françaises(Martinique-Guadeloupe...).Au mieux de petites bouées blanches(...), voir des bidons translucides(...).
Ils sont effectivement très souvent reliés entre eux, parfois par des bouts d'au moins 4m...le dernier en date que j'ai "attrapé" était aux Saintes, moteurs en route...le casier était dans + de 20m d'eau, et tellement lourd qu'il m'a pratiquement stoppé, à l'entrée du mouillage sud de Terre du haut(la moins habitée?), pas très loin des rochers.
Seule solution, descendre sur les marches, couper le cordage, et se féliciter d'avoir 2 moteurs!
Quant à trouver un "responsable"...bon courage...seul réconfort, se dire qu'il ne sera pas prêt de le récupérer!
Et quelle galère ensuite pour couper le bout qui s'est bien sûr enroulé plusieurs fois dans le sail drive!!! :doc:

28 août 2017

Idem, aux saintes à 23h stoppé net et immobilisé (heureusement d'ailleurs) bout dans l'hélice et safran.

28 août 2017

Bonsoir.@ Hubert, tu devrais savoir çà, cette petite bouée s'appelle un chien et sert juste à attraper l'autre bouée avec sa hampe et on remonte le tout et effectivement, le cordage qui les relies flotte d'ou l'importance de voir ou le courant porte pour passer du bon côté. (Saleté de vacherie que ces bouées) il y en avait une au beau milieu de la grande rade hier et on espérait que l'Abeille allait passer dessus mais non!!.

28 août 2017

"Pas facile d'accrocher quoique ce soit avec le bateau en croisant ce montage puisque le bordé repousse la perche ce qui écarte le cordage des proéminences du navire."

Pas toujours.
S'il y a de la longueur et que le courant s'en mêle, le cordage n'est plus du tout à la verticale.

Certes.
Mais ce qui est une éventualité pour ce montage devient un certitude lorsqu'un cordage horizontal est présent.

28 août 2017

En Bretagne nord et en Normandie où tu as des marnages conséquents et donc des longueurs de corde adaptées, à marée basse et les forts courants aidant tu as intérêt à passer du bon côté de la perche faute de quoi l'éventualité se transforme vite en regret (vécu).

28 août 2017

Quand il y a une perche c'est déjà très bien, mais ceux qui utilisent des bidons plastique blanc, au ras de l'eau... dès qu'il y a des moutons, impossible de les repérer... :-(

Heureusement que j'aime le homard...

28 août 2017

Pour que le bout casier-flotteur reste le plus vertical possible, il faut que sa longueur soit celle des basses eaux. De ce flotteur un bout de longueur égale au marnage va à la perche.

Ainsi, à marée haute le premier flotteur est sous l'eau, et la perche (ou le second flotteur) à la verticale du casier.

A marée basse, le premier flotteur est en surface à la verticale du casier, la perche sous le vent/courant du flotteur, avec en effet quelques mètres de bout à l'horizontal à la surface.

Et entre les deux c'est facile à imaginer.

Et donc quand on apercoit la perche, il convient de chercher au vent ou au courant le flotteur. Et s'il est sous l'eau, essayer de voir le bout.

Ou en fait passer sous le vent/courant de la perche. Et si tu navigues en cotier de nuit, c'est la roulette russe!

28 août 2017

Surtout que les mecs n'ajustent jamais les longueurs au lieu de mouillage de l'instant.
Si ses longueurs sont ajustées à des fonds de 10-12m en moyenne, par exemple, le jour où il les mouille dans des fonds de 5m il ne raccourcit pas pour autant.

28 août 2017

Quand on arrive sur un ou des casiers toujours regarder d'où vient le vent ou le courant et toujours passer du côté SOUS, Cela évite de se prendre dans la corde du casier

A condition de voir la perche parce que la nuit...

28 août 2017

La nuit comme la plus part du temps elle ne sont pas éclairées c'est un gros problème une année étant partît de,Lorient pour aller en Méd j'ai donc longé les côtés du Portugal par précaution pour'éviter les filets,et les casiers je naviguai d'art des Fonds de 800m et bien je suis tombé sur je pense des filets avec des perches éclairées , nous avons dû faire un veille permanente sur environ 50/70 milles!

28 août 2017

Je dois mes jurons les plus nombreux, et les plus fleuris, à ces P <%µ*(è"((èçè-'(éè(ç(-à"è"-... ... de casiers.
Cet été, ce n'était plus de la voile, mais du slalom, notamment à l'approche des ports.
Sans compter que j'ai dû me plonger le C... dans l'eau pour dégager mon hélice; le seul jour où je ne l'ai pas fait, parce qu'il y avait 2m de houle et un vent "significatif "(ben oui, je n'ai pas d'anémomètre), j'ai fait une entrée ridicule à port Joinville. Il n'y a pas eu de dégât, mais c'est un coup de chance; le moteur produisait autant d'écume qu'un ferry (enfin presque), et moins de puissance qu'un paddle...
Alors, vous l'aurez compris, ces saloperies qui flottent entre deux eaux...

28 août 2017

A port Joinville on ne risque aucun casier si on prend la route des ferrys, les pêcheurs ne sont pas souvent très malins mais évitent de perdre du matériel en le mouillant sur le trajet des vedettes et autres promène couillons. Ailleurs il faut éviter les abords des pointes et les chenaux d'accès directes aux port car c'est là, entre les jetées que le couillon ordinaire inconscient met ses casiers. J'ai vu récemment les flics ramasser un filet mouillé dans le chenal d'accès à port la forêt. J'ai eu envie de les embrasser. Enfin une initiative intelligente !

28 août 2017

Pas tout à fait exact si on vient par le nord, à moins de passer vraiment au large.

28 août 2017

La bêtise ne s'explique pas, il faut vivre avec!

28 août 2017

En méditerranée côté France sa va à peu près si ont les rase généralement sa passe
De nuit quand on les voie c est trop tard....le perche sont grande
En Espagne c est des quiriel de bidons...totalement invisible

Il faut contourner largement....idem avec les lamparo...et autre barquette sans feux de navigation...

28 août 2017

Oui, en Espagne c'est tout et n'importe quoi.
Notre mésaventure, il y a quelques dizaine d'années, au cap Creus par 30/35 nœuds de tramontane.

A 10 heures, nous approchons du cap Creus, je barre avec attention, car les vagues sont ici très fortes. Nous marchons régulièrement à 8 nœuds et il vaut mieux éviter les embardées dans cette mer. Soudain, à 20 mètres devant l'étrave, un bidon blanc apparaît dans le creux des vagues, certainement un flotteur de casier. Je l'évite de justesse, mais malheureusement il n'est pas seul et un autre flotteur se trouve juste à côté, sur le même casier semble-t-il. Nous attrapons le deuxième, dont l'orin se prend dans l'hélice.
Poussés par le vent et les déferlantes, nous filons encore à plus de 6 nœuds en tirant derrière nous l'orin, les deux flotteurs et en conséquence le casier. Il faut se dépêcher de nous débarrasser de ces encombrants accessoires car, nous allons droit sur l'île Maza de Oro et le gouvernail bloqué empêche toute manœuvre. Pour corser le tout, nous sommes un peu plus travers au vent et prenons des bonnes douches à intervalles réguliers.
Sous la coque, la situation n'est pas rose, le plus petit des flotteurs est venu se coincer contre le gouvernail et l'hélice, tandis que l'autre traîne loin derrière. Non sans mal, j'arrive à gaffer l'orin, j'espère qu'une fois celui-ci coupé, tout rentrera dans l'ordre. Il est évidemment hors de question de plonger ici dans ces conditions. Je coupe le câblot... quelques secondes d'attente, la barre est toujours bloquée. Enfin, avec bruit, l'hélice se remet à tourner, le flotteur part dans le sillage et le gouvernail se libère. Ouf il était temps! Pas de dégâts sur KOALA, l'hélice vibre bien un peu en tournant lors des surfs à 9/10 nœuds, mais il n'y a pas de voie d'eau.

Cela s'est terminé sans trop de mal, mais je pense qu'avec un bateau à gouvernail entièrement suspendu, il y aurai eu une belle avarie.

29 août 2017

Ce montage est valable dans le meilleur des mondes.
Hélas, là où je navigue, la bouée a perche est très souvent remplacée par un ballon, dans le meilleur des cas rose, parfois blanc.
Le "chien" normalement placé entre la bouée et le casier est très tendu et parfois plongeant en fonction du courant.
Pour pallier à cet inconvénient, des petits génies de mon bassin de navigation ont eu l'idée de mettre le chien après la bouée, il n'est donc plus plongeant et parfaitement flottant sur plusieuuuuuurs mètres.
Concernant la responsabilité, elle revient au poseur, mais il faut s'armer de patience et batailler pour que soit reconnu la faute.

30 août 2017

Côté anglo, en effet, plus de bouées que de perche. Mais côté français, en 40 ans de croisières côtières, je n ai pas vu de délabrement de la situation. Un peu plus nombreux, sans doute. Mais repérable ( de jour)

31 août 2017

L'usage du ballon est systématique de Cherbourg jusque Carteret, ensuite c'est mixte.

29 août 2017

Je me souviens m'être assez facilement débarrassé d'un bout dans le safran avec un morceau de 1m de chaîne de 12. Jeté sur le bout qui coula avec son filet me libérant sur le champs. Rien n'était dans l'hélice heureusement

30 août 201730 août 2017

très bonne combine de phazon972, à retenir et ça évite de faire perdre leurs matos aux pêchoux ! en règle générale le bout se prend dans le safran ... enfin si on navigue à la voile avec hélice bloquée ou repliée ! si on navigue de nuit au moteur dans les zones de casiers c'est sur qu'on cherche les emmerdes !!! une combine tout de même si le bout à fait des tours avec l'hélice et après avoir tout essayé pour le dégager : embrayer la marche arrière et faire 2 à 3 tours au démarreur stop moteur enclenché ... avec un peu de bol ça défait les tours. par contre un truc à ne pas faire : plonger de nuit avec sa frontale, son couteau et un peu de mer; en dehors du risque de se faire piquer son couteau et sa frontale par un requin ou un barracuda on peut se faire assommer par la jupe de son boat (il m'est arrivé le 2eme truc :bravo:)

30 août 2017

Je n'ai que de la chaîne de 8 :oups:

30 août 2017

tu tresses 3 brins de 8, ça fait du 24 ! et tu ne mets que 0,5 m au lieu de 1 m de chaine de 12 ;-)

29 août 2017

Bonjour,
Au large de Port Joinville, c'est sur un filet d'une centaine de mètres, flottant entre ses deux bouées, que je suis tombé il y a 15 jours. Un empannage en catastrophe nous a permit de l'éviter, mais rétrospectivement ça fait peur!

29 août 2017

j'ai eu pareil au même endroit il y a deux ans, j'ai prévenu le cross étel, on peut tous tenter de faire ça, peut-être qu'un jour ça finira par réveiller un responsable pour autre chose qu'une augmentation de taxe ou un nouvel impôt. Faudra-t-il attendre des morts ?

29 août 2017

Voilà qui me rassure; je ne suis donc pas le seul...

29 août 2017

je crois que ces types de filets sont déjà interdits. J'ai prévenu un autre voilier qui se dirigeait dessus (merci l'AIS). J'aurais du aussi le signaler au Cross?

01 sept. 2017

Sécurité sécurité sécurité all ships.... c'est mieux et là ils se bougent croyez moi.

29 août 2017

Mois j adore naviguez de nuit....les étoiles filante excetera.. ..
Pendant ce temps l équipage dort et me fou la paix.
Mais ma hantise en côtier se sont ses surprise , qui sont une spécialité espagnol..

30 août 2017

C'est vrai que c'est bien la nav de nuit par temps ordinaire mais au large seulement, car trop d'engins près des côtes trop de n'importe quoi et même au large on trouve encore des pièges. Je ne sais pas si ça existe toujours ces filets dérivants que l'on trouvait il y a quelques années entre la Corse et le continent mais je me souviens avoir été obligé de relever dérive, safran et moteur HB pour passer alors qu'il y avait 7 voiliers englués dans les filets, de nuit évidemment. Tout l'horizon était barré et plus loin, en face Sète, on est tombé sur les lamparos qui éblouissent tellement qu'on ne voit plus rien d'identifiable. Je sais bien qu'il faut bien que tout le monde vive mais nous aussi !

30 août 2017

c'est fini ces trucs

30 août 2017

Dérive, hors bord... la panacée pour passer outre ces difficultés

30 août 2017

Les filets dérivant j en ais entendu parler lors de mes première traverser...mais déjà à l époque c était en voie d interdiction.
Il me semble que sa n existe plus. En tous cas j en ais jamais rencontrer.
Vers Sète la spécialité se sont des bateau qui chalute (Je croiss ) tous feux allumer de la cote vers le larges pour rammasser les dorades qui prolifere pres des parques a moule...sans feux de navigation visible....se serait trop simple
Ses parquet a moule ont été longtemps nom signaler sur les carte électronique en ma possession c est plus le cas ouf.
Une fois j avait rencontré un espèce d îles ou de galette de déchet de toute sorte aglomere au large de l Espagne.. .Après de gros orages...
Par contre les côtes espagnol sont pleine de déchet de toute sorte...
Cette année je n ais pas croisé de zone qui sente les égout....il y aurait il des améliorations.

30 août 2017

C'est au marin digne de ce nom à s'adapter a son environnement ,fusse il surprenant pour lui . Cela a toujours été le cas et ne changera jamais.

31 août 2017

L'autre jour, j'ai entendu un PAN PAN qui émanait d'un voilier devant le port de Doelan qui par ailleurs est un véritable champ de mines. Le skipper signalait avoir affalé sa GV et un bout l'immobilisait. Le vent était faible. Il ne mentionnait pas de danger immédiat autre que ce problème. Je me demande si l'appel au secours n'était pas un peu abusif?

31 août 2017

Le PAN PAN n'est pas un appel au secours en cas de danger pour la vie humaine, mais plutôt une demande d'assistance en cas de danger non immédiat, ce qui était probablement le cas.

31 août 2017

Demander à n'importe qui de plonger dégager un bout, c'est comme demander à n'importe qui de monter à un arbre délivrer un chat.

31 août 2017

Lorsque vous aurez plongé en apnée sous un bateau de 5 tonnes par des creux de 2m dans une eau à 10 degrés, vous viendrez nous faire part de votre expérience.
Il est préférable de remorqué un incapable que de chercher son corps.

31 août 2017

Mais bien sûr.
Je connais des motards qui ont fait des tout droit sur un rond point.
J'en ai aussi connu un dont le casque n'a pas dépassé la première bordure.....

01 sept. 2017

Hello,
J'ai dû plonger à 2 reprises, au Brésil(j'imagine ce qu'aurait donné un appel de détresse dans le coin...), pour dégager des gros sacs plastique enroulés dans le sail drive.
Et ben, ce n'est pas fun, même dans une eau à 29°...pour peu qu'il y ait un peu de houle, et ça devient dangereux...un coup à se faire assommer!
Mais ça me faisait passer le mal de mer, c'est toujours ça...
Je n'imagine pas avoir à dégager un bout dans les mêmes conditions, il m'a fallu + d'1h la dernière fois, et c'était au mouillage.
Et encore moins sur un mono...mes sails drive ne sont qu'à 1 m!
Ou alors avec une bouteille...? :tesur:

31 août 2017

Au lieu d'appeler, n'est il pas plus efficace de se mettre à l'eau pour résoudre le problème qui ne pourra de toutes façons pas se résoudre autrement?

31 août 2017

La voile demande un peu plus de capacités que jouer à l'ordinateur.

Mais aujourd'hui tout le monde doit pouvoir faire de tout sans être capable de tout faire dans chaque activité.

Alors on réglemente, on interdit......pour que tous puissent faire toutes les activités imaginables.

Ne serait-il pas plus judicieux et finalement écologique de ne faire que ce qu'on est en mesure de faire sans assistance?
L'assistance ne devrait elle pas être réservée aux extrêmes limites, et non aux soucis domestiques.

31 août 2017

As tu seulement imaginé qu'un certain nombre de gens ici pouvait l'avoir déjà fait et même, souvent?
Peut être même celui qui a écrit ce poste sait il ce dont il parle!
Ce serait rigolo, et sans doute une première si c'était le cas....

31 août 2017

Je pense qu'il est préférable d'appeler, au moins d'informer qu'on a un problème et qu'on essaye de le résoudre... et de prévenir quand (si) on a résolu le problème.

31 août 2017

C'est ce que recommandent le CROSS et la SNSM. Vécu il n'y a pas 15 jours.

31 août 2017

Un PAN PAN permet aussi de faire savoir aux navires à proximité qu'on est non-maneuvrant (Sur un bateau de plaisance, on a rarement les signaux adaptés).

31 août 2017

Devant une situation qui peu se compliquer, Fair pan pan pour obtenir de l aide n est pas complètement idiot....
Sa peut aussi permettre d éviter d être percuter par un cargo, un chalut...
Pendant que l on est en train de galéré avec les filtre à GO..alors que l on est seul..
Le crosse pouvant eventuelement prépare une intervention....ou même te conseillé
Quant tu es en train de dégager une helice par exemples au mauvais endroit,....si tu remonte pas sur ton bateau...

31 août 2017

c'est un pan pan que j'ai lancé un jour (le seul de ma vie) avec demande de remorquage, alors que mon hélice était engagée (largement bloquée par une poche à huitres et un long bout largement serré), nuit tombante, plus un poil de vent, avis d'orage pour la nuit suivante. Pas plongeur, je me voyais pas tenter de plonger dans ces conditions. Reçu par le cross (sém. chassiron) qui retransmet plusieurs fois, pas un bateau passant à proximité ne s'est détourné ! ...

31 août 2017

Plonger sous la coque pour débloquer son hélice ne s'improvise pas. C'est après ma grosse mésaventure aux saintes que j'ai décidé de m'entraîner pendant plus d'une semaine. Savoir se positionner, se tenir, tenir le couteau, ne pas se faire prendre dans le bout ou le filet. Perso par mer formée et si les côtes sont proches j'envisagerais facilement de demander de l'aide.

31 août 2017

Déjà un truc : avoir un appareil photo ou une caméra étanche pour visualiser le problème avant de plonger...

01 sept. 2017

pour ma part j'ai toujours a bord ma vieille combinaison de plonger avec une ceinture de 6kg de plomb ,un masque, des palmes déjà etre bien protéger et n'avoir pas froid cela aide bien ...

et ma fois il n'est pas rare qu'à chaque saison je ne me met à l'eau pour degager l'helice ,cette année pas encore ..

31 août 2017

Oui. C'est une bonne idée. Surtout valable par temps ensoleillé et eau claire. On ne trouve de bonnes conditions pour plonger que de jour et à la belle saison. Cela m'est arrivé trois fois en 15 ans d'aller dégager une hélice en plongeant

31 août 2017

Concernant ces casiers, ceux qu'on trouve plus ou moins au large, avec un simple bidon de préférence bleu ou noir histoire qu'on les voit le moins possible, ça appartient à des pros ou à des amateurs ?
Je pensais que les pros avaient des bouées repérées, avec un N° ou un code couleurs.
Si ce sont des amateurs, je n'aurais aucun scrupule à les saboter.
Si ce sont des pros, il faut que tout le monde vive, mais comme disait l'autre,
"je fais un sale métier, mais j'ai une excuse, je le fais salement."

31 août 2017

les pros ont des apparaux de pêche bien visibles en général, c'est les pêchous amateurs qui ne respectent rien ...

31 août 2017

Oui mais en général leur filin reste bien lesté quel que soit l'état de la marée. On n'a donc peu de risque d'engager quelque chose dedans. D'autant que leurs bouées sont volumineuses et ne coulent pas facilement quand le bateau passe dessus, elles ont plutôt repoussées.

Le problème vient vraiment de ces petits bidons au bout d'une ligne flottante ou mal lestée.

01 sept. 2017

Si ça croche, selon la taille du bateau, c'est au fond.

31 août 201731 août 2017

Hum ! Les apparaux mouillés dans le Blanchard par les pros sont signalés par une boule presque immergée par le courant. On ne voit la plupart du temps que son sillage. Encore faut-il qu'il n'y ait pas trop de clapot.

31 août 2017

Oui, le risque de crocher est limité (quoique si on se fait drosser dessus par le jus...). Mais si ça croche malgré tout, ça peut faire de gros dégâts, et vite.

31 août 2017

Apparaux qui porte le nom simple de signal . Pour les filets . Pour les casiers une bouée de couleur .Ici il y en a très peu par rapport a l’océan . Ça peut se remplacer par quelques filets dérivants éclairés au pétrole et on retombe sur nos pattes . Mais je vous plais avec toutes ces mines non signalées . Les pros ,ici même si il travaillent un peu en limite rapport aux signaux ,jamais numérotés faut pas rêver , restent a leur place ,celle des travailleurs de la mer vs les envahisseurs plaisanciers . Les non pros sont par définition invisibles .

31 août 2017

Faut un casque non? En cas de coup de coque, la cagoule n est peut être pas assez épaisse ?
:bravo: :jelaferme:

31 août 2017

Exact, j'ai un casque genre cycliste rigide, qui m'a servi 2 fois pour aller dégager une hélice en encaissant les coups de coque. Ça fait bien rigoler l'équipage au début, mais c'est loin d'être un gadget.

31 août 2017

Des pros qui navigue sans feux de navigation tous faire allumer comme vers Sète se sont donc des amateurs....dixit bil56
Ou la je vais me faire tuer....

01 sept. 2017

Attention ! vu ce matin (samedi 1er septembre 2017) dans l'estuaire de la Vilaine des pros en chaland alu qui mouillaient des drôles de trucs , genre boîtes plastique rouge orangé de environ 1,5 m par 1,5 par 1 m en dehors des parcs, donc dans le chenal. Si en passant par là à marée basse vous entendez un drôle de bruit vous saurez ce que c'est. Je n'y ai pas vu de bouées ni de perche mais je ne suis pas resté longtemps.

03 sept. 2017

J'ai un copain le seul caseyeur qui reste dans le bout du Finistère sud qui vient de se faire embarquer une ligne de casiers par un chalutier qui a franchi la limite de la zone. 17 casiers de perdus 1800€ sans compter le manque à gagner.

04 sept. 2017

Tous les avis ci dessus sont pertinents suivant les experiences de chacuns....
Mais quand j'ai besoin de couper un bout pris dans l'helice, et ça m'est arrivé plus souvent qu'a mon tour, je m'equipe d'une scie à metaux emmanchée, bien plus efficace qu'un couteau quand le bout est bien serré autour de l'arbre...
Il y a quelques années ça le faisait en apnée, mais maintenant je me suis equipé d'un mini compresseur sur groupe electrogene, avec filtre 5 microns pour eviter de respirer le teflon posible degagé par les pistons....

04 sept. 2017

L idéal est une bouteille de plonger ça permet en plus de se faire de petite plonger ou de pouvoir débloquer une ancre....
Autrement la lame de scie enmancher est une bonne solution, certaine cisaille de plonger sont bien aussi....

05 sept. 2017

Nous on utilise un couteau à pain avec des dents pas trop grosses

05 sept. 2017

Très efficace.

06 sept. 2017

j'ai une scie pliante à élaguer de jardin et bien à part qu'il faut qu'elle soit quand même protégée de l'oxydation ça mord (scie) assez pour couper du bout serré ou du filet. En y mettant le temps quand même. :heu:

05 sept. 2017

Je met le couteau à pain dans mon équipement.. ...

05 sept. 2017

Une année vers 2011 , je rentrais dans le chenal de GRUISSAN, devant moi un bateau de pêche qui depuis longtemps faisait un peu la même route que moi, il me dépasse et balance un casier dans le chenal d'entrée, je prend vite une photo , le lendemain j'ai été porté plaine à la gendarmerie et à la capitainerie , et la avec la photo ils m'ont tout de suite dit c'est Intel c'est son Habitude , il a été verbalisé heureusement c'était de jour.

05 sept. 2017

La question que je me pose est, que font de leurs prises, ces soi disant pécheurs amateurs qui sortent TOUS les matins au petit jour pour relever leurs apparaux...??? Ils doivent avoir le congélateur bien garni, beaucoup d'amis...! Ou existe il un marché underground avec ....? J'ai mon idée mais je ne citerais personne.

"Maman" reste à la maison.

Les sorties se font entre "jules" avec un avitaillement à 50% : 1 hameçon/1 pack de Kro'.

J'suis pas bien sûr que le poiscaille soit autre chose qu'un simple prétexte pour pouvoir profiter de quelques moments de vacances durant ses congés.

05 sept. 2017

C est comme la pêche au gros...certain poissonnier rachete les prises, il ne se cache presque pas

06 sept. 201706 sept. 2017

j'en connais qui ramasse de grosses quantité de bar, vente dans les restos en douce (un ex, plus de 40kg en un après-midi, vendu au black 13€ le kg) ...
c'est pas correct :non:

06 sept. 2017

Ce n'est pas bien de dénoncer un de tes ex !

06 sept. 2017

C est anti écologique....la pêche amateur comme la chasse ne se justifie plus et devrais ette interdite.

06 sept. 2017

C'est vrai.
Interdisons encore et encore.
Vive ce monde en devenir dans lequel tout sera interdit.
...même de penser.
Vous verrez!

06 sept. 2017

Normalement les poissons ou crustacés "nobles" doivent avoir des amputations de nageoires ou d'écailles pour justement ne pouvoir être revendus à l'étalage du poissonnier ou du resto mais je n'ai jamais vu des képis venir controler les amateurs au retour à quai avec leurs prises bien dissimulées sous un sac à patate.

Ah ? :tesur:

Un pandore n'est pas surpris lorsqu'il voit un pêcheur revenir au port faisant semblant d'avoir récolté des patates?

Un problème de formation dans la gendarmerie?
:mdr:

06 sept. 2017

C'est également du ressort de la gendarmerie, entre autre et heureusement, vu les effectifs des ULAM.

06 sept. 2017

C'est le cas, quel que soit le type de pêche, "business" ou pas.

06 sept. 2017

D'autre part, il existe une gendarmerie maritime, de l'air, mais pas terrestre !!!!

06 sept. 2017

Ce n'est pas du ressort de la gendarmerie mais des affaires maritimes.
Vus le nombre d'individus pratiquant la pêche de loisir en mer (1,5 million) et l'effectif des affaires maritimes (quelques milliers), ....

Le tonnage prélevé par la pêche de loisir équivaut à la pêche professionnelle débarquée à Lorient soit 20 000 tonnes environ !

Plusieurs milliers de contrôles sont effectués chaque année, concernant la pêche à pied notamment, durant les marées à fort coefficient.

06 sept. 2017

Oui, gendarmeries (maritime et terrestre) auxquelles tu peux ajouter la marine nationale, les douanes voire l'Ifremer qui agissent en soutien quand il s'agit de la pêche professionnelle.

S'agissant de la pêche de loisir et de ses contrôles aléatoires, souvent au port, je doute que ces administrations soient sollicitées à moins qu'il n'y ait des soupçons de gros business.

06 sept. 2017

Tu es gentil mais pense aux béotiens !

06 sept. 2017

Je viens de faire le calcul, un peu ridicule, j'en conviens, mais ça fait quand même plus de 50 tonnes prélevées chaque jour.

Ca en fait des sacs à patates à contrôler !

Je pense qu'il faudrait payer les pandores pour effectuer ce travail...

C'était ironique...
Ce n'est pas, "un peu", ce pour quoi on les entretient?

06 sept. 2017

En heures sup ?

06 sept. 2017

Bah oui, c'était ironique !

06 sept. 2017

C'est ce que font les professionnels pour éviter la surpêche de coquilles St Jacques... ils payent l'avion de surveillance pour qu'aucun d'eux ne triche avec les règles qu'ils se sont auto-imposés en baie de St Brieuc.

06 sept. 201706 sept. 2017

Le problème c'est que ça ne remplace pas mais cumule...
Vous aurais beau pêcher vous même votre poissons que la flotte intermarché continuera de grandir en saccageant tout des eaux françaises jusqu'aux internationales...

06 sept. 2017

c'est certain ! le problème va encore plus loin : on ne peut pas en sortir sans "se tirer une balle dans le pied"

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

 Ty arc en ciel au pays du Ty punch

Après la pluie...

  • 4.5 (43)

Ty arc en ciel au pays du Ty punch

mars 2021