Qualité de l'équipage ou compétence des passagers.

Dans le fil sur l'accident du cap Corse, un matelot dit

Encore un dramatique accident qui confirme ce que doivent savoir faire tous les équipiers en cas d'indisponibilité du Skipper.

J'aimerais réfléchir la dessus et connaitre vos avis.

L'équipage
16 juil. 2012
16 juil. 201216 juil. 2012

.
Faudrait déjà se mettre d'accord : équipiers ou passagers ?
Nuances.
Je dirais plutôt : compétences des équipiers et qualité des passagers.
.

16 juil. 2012

L'inversion était volontaire...

Dans le cas du cap Corse, on ne sait pas s'ils étaient passagers ou équipiers, mais qu'ils fussent l'un ou l'autre, ça n'aurait pas évité le drame, mais là n'est pas la question.

Ce que je pense, c'est qu'un skipper peut affronter des conditions de mer différentes s'il est accompagné de passagers ou bien d'équipiers.

J'ai pris du 7 en mer du nord il y a 3 semaines avec un équipier confirmé. avec ma femme, je serais resté au lit.

16 juil. 2012

pour ma part un skipper doit être capable de gérer le bateau absolument seul, les équipiers n'ont pas de pré requis, il faut des années d’expérience pour faire quoi que ce soit sur un 46 pieds par force 8
j'ai traversé il y a 30 ans porquerolle calvi ds des conditions équivalentes, nous étions 11 à bord, 9 n'ont rien fait et sont restés en bas toute la nuit, nous avons géré avec mon frere

oui pour l'utilisation des systemes de com

16 juil. 201216 juil. 2012

.
Dans ce cas ce ne sont pas des équipiers mais des passagers.
Quand j'embarque comme passager je me contente de savoir où sont ma bannette et le frigo.

Comme équipier, je dois connaître l'emplacement du matériel de sécurité (ce qui suppose que je sais m'en servir), démarrage-arrêt du moteur, pompe de cale, organisation du piano, des drisses, le guindeau, emplacement et montage de la barre de secours, etc ...
Un inventaire d'une heure est nécessaire.
Peu importe la longueur du bateau.
Il ne s'agit pas de savoir skipper le bateau mais de palier une défaillance du skipper même de manière maladroite.

Ce n'est pas le même registre.
.

16 juil. 2012

Et oui, passagers sous entends ne rien savoir faire. Equipier ?? il y a a tant a boire qu'a manger que je serais pour un "diplome" d'équipier.

Le "diplome" d'équipier existe: il est obtenu par le briefing donné par le skipper et les informations affichées à bord. Ci les passagers et equipiers ne sont pas proprement "diplômés", c'est la faute du patron

16 juil. 2012

On peut être un équipier parfait lors des manœuvres et paniquer lorsque la situation dégénère ou faire preuve de sang froid .Parfois ça dépend des circonstances .

16 juil. 2012

Souvenez-vous de la dernière leçon que nous a donné Tabarly : sur le message Navtex annonçant sa disparition, il était précisé "unexperienced crew"

16 juil. 2012

Cette affirmation de "unexperienced crew" était, parait-il fausse.
Ses équipiers étaient en réalité valables et Tabarly a surtout été victime des caractéristiques particulières de son bateau et du destin étrange qui le liait fortement à celui-çi.

08 août 2012

pas la bome le gui

08 août 2012

certes,le plan de pont du "vrai"et ancien P.DUICK,ne favorisait pas les manoeuvres...ssauf erreur,il est tombé à l'eau,de nuit par force 6,lors d'une prise de ris,"balayé" par la bome....comme à son habitude,il ne portait pas de harnais....(curieuse et néfaste position de la part de ce grand marin:il n'en portait jamais,c'étais son choix)Donc aucun destin "étrange",avec harnais capelé,il serait encore là!

16 juil. 2012

Trés compliqué.

Il est difficile d'apprécier le niveau de quelqu'un avant de l'avoir vu concrétement en situation chaude.

La visite du bateau et les questions posées permettent peut être d'apprécier le niveau de connaissance du gars, mais plus difficilement sa résistance au stress et sa capacité pratique.

Un gars totalement débutant mais lucide et doté d'un solide bon sens sera surement plus efficace qu'un cador terrassé par le mal de mer ou crevé parce qu'il a déja beaucoup assumé ou anéanti par le stress ou par ce qui vient de se passer (voir son copain skipper se tuer sous ses yeux).

Et je ne parle pas des navigations avec le même groupe, qu'il soit familial ou de copains. Au début, attiré par la nouveauté, tout le monde s'intéresse à tout. Plus ça va, chacun se spécialise, ou se repose sur le skipper, qui fini (je parle en croisière) par quasiment tout faire (tous nos bateaux sont manoeuvrables en quasi solo en croisière dès lors que l'on a un pilote).

Le problème aussi se pose quand on navigue sur "son bateau", où il y aura quasi inévitablement quelques équipements qui ne fonctionneront qu'avec "la voix de son maître", c'est à dire avec un mode opératoire particulier issu d'un bricolage. J'ai navigué pendant des années avec des moteurs HB que j'étais bien le seul à savoir démarrer. C'est parfois valable aussi pour l'électronique, avec des interrupteurs ou des boutons de commande ésotériques.

Pour revenir au sujet, je me dis qu'une des meilleures options, si l'on considère que dans l'équipage personne n'a la compétence pour être skipper intérimaire, c'est de montrer comment passer un appel de détresse avec la VHF. Cela permet d'avoir une assistance rassurante, qui donnera des conseils pratiques.

Je ne crois pas que l'on peut sérieusement former un néophite ou quasi néophite pour faire face à toutes les catastrophes qui peuvent se produire sur un bateau.

Une dernière chose en référence au drame cité. Ce coup de vent n'était pas une surprise. Il était archi annoncé. L'arrivée par le nord sur la Corse est trés délicate dans ces conditions. Même avec un 45', alors à fortiori avec nos 30 ou 35'

Jacques

16 juil. 2012

jacques, 2 ans résident en corse, je n'ai jamais vu un coup de vent non annoncé. à mon avis ils partaient sur le continent sinon assez incompréhensible. par ailleurs les empannages c'est plus fréquent au portant, non ?
par ailleurs ayant vu la mer depuis le ferry, c'était pas de la rigolade mais pas de quoi mettre un 46 pieds bien accastillé en perdition.

16 juil. 2012

Tout à fait d'accord avec toi, jamais de coup de vent non annoncé. Le risque de surprise n'existe pas au Cap Corse. Il peut exister, je l'ai déja vécu plusieurs fois, au retour dans les abords du cap Camarrat. Pas avec un coup de vent, mais du 6 ou 7.

On voit sur la photo le voilier avec un riz. Dans 40 nd de vent. On parle du NO du Cap Corse. S'il rentrait, c'était donc vers Gènes, mais vu qu'il n'a qu'un ris, je pense plutôt qu'il devait arriver. Face à ça, la stratégie aurait du être de remonter au nord plutot que de se rapprocher du Cap Corse, et donc du pire du pire en terme de vent.

Cependant, on ne parle pas d'un bateau en perdition, mais d'un accident. Le problème est arrivé du coup de bome qui a tué (ou au moins dans un premier temps, rendu indisponible) le skipper.

Dans le mauvais temps, on n'est jamais bien loin d'une catastrophe. Il suffit d'un enchainement de bricoles pour arriver à un problème.

Jacques

16 juil. 2012

Bon, les équipiers / passagers ont su à minima alerter les secours, c'est déjà ça. Au delà du drame, je m'interroge, en l'état actuel de l'information, ce que l'on peut faire au large du Cap Corse, dans une baston annoncée, même sur un 45 pieds? Ceci dit, que celui qui n'a jamais vu sa bôme de prêt dans une mer formée...

16 juil. 2012

Voir le skipper se tuer sous vos yeux dans des conditions éprouvantes cela doit stresser pas mal de gens même expérimentés et entamer sérieusement leurs capacités de réaction.

Comme le souligne Erendil
"Je ne crois pas que l'on peut sérieusement former un néophite ou quasi néophite pour faire face à toutes les catastrophes qui peuvent se produire sur un bateau."

Passager même débrouillard qui monte a bord pour la première fois sur un 12 mètres , je le vois mal prendre la barre et mettre a la cape, ou affaler la GV et mettre au moteur.

Un équipier bien formé, ayant déjà barré dans de telles conditions ça devrait le faire pourvu qu'il ne stresse pas devant l'accident de son skipper.

Condoléances a la famille du skipper.
@+ Alain

16 juil. 2012

C'est peut-être un des points où un passage dans des écoles de croisières peut être un plus.
Dans toutes les écoles de croisière agréées FFV, un briefing sécurité est un must et devient une habitude.
Pour avoir eu des responsabilités dans ces écoles, je fais systématiquement un briefing sécurité avant et juste après le départ, que j'aie avec moi des clients, de la famille ou des amis équipiers.

Tour du bateau, risques d'homme à la mer, essais des gilets et harnais, extincteurs. Plus je fais maneuvrer les moteurs et fais une démo VHF.

Mon 1er souci est ma sécurité et de penser que, si je suis blessé ou tombé à l'eau, mon équipage quel qu'il soit, sera capable de baisser les voiles, de venir me rechercher et d'appeler les secours.

Ceci étant dit, j'ai un doute fort que, par force 8 et mer très grosse, des débutants pourront se débrouiller seuls.

CaptainRV

16 juil. 2012

Hola !!! ... bien présomptueux celui qui peut dire ...

Moi ...ceci ! Moi ... celà !!
Passagers ou équipiers, bien malin qui peut prévoir la réaction de l'un ou de l'autre face à des circonstances particulières.
Il n'est pas évident que ce soit l'équipier qui ait, en ces moments, les meilleures réactions, face au stress, aux éléments, en un mot ... à la trouille !!!
Les formations sur les pontons, quelle que soit la qualification du formateur, sont, par définition, à des années lumières de la réalité de la mer par conditions dures.
Le simple fait d'enfiler un harnais, par dessus un ciré, quand on est balloté devient un exercice compliqué pour la plupart d'entre nous.
Alors quand de surcroît, le skipper est au tapis, sans doute avec du sang inondant le cockpit (il faut avoir vu et vécu la diffusion impressionnante du sang dans l'eau), même parmis ceux revendiquant une expérience certaine, sinon une certaine expérience, et je m'inclue dans le lot, il est impossible de prévoir les réactions de chacun.
Le seul élément objectif, AMHA, c'est de tenter de ne pas se retrouver dans ces conditions, ou du moins ne pas aller s'y mettre quand elles sont prévues.

Bon vent à tous !!

16 juil. 2012

Le fait d'avoir un grand blessé est en plus un problème énorme à gérer. Alors qu'il faudrait mobiliser toute son attention pour éviter l'escalade de catastrophes sur le bateau, il faut tout lacher pour s'occuper du blessé, qui peut saigner où être dans une situation grave (à l'eau, ou coincé dans un coin après une chute).

La personnalité de celui qui est blessé ou tombé à l'eau joue évidement aussi. Je navigue en famille. Mon cauchemar absolu est d'imaginer un des mes gamins tomber à l'eau dans une situation chaude, houle ou gros vent.

C'est pour cela que la VHF peut être trés efficace. Les correspondants n'auront pas cette implication affective, et pourront aussi faire intervenir des bateaux sur zone ou la Snsm qui n'auront pas non plus cette implication affective qui peut carrément paralyser.

Jacques

16 juil. 2012

Un père et a fortiori une mère voyant son enfant tomber à l'eau ne sera certainement pas paralysé par l'émotion mais au contraire s'engagera de façon presque réflexe, dans une action de sauvetage mème irréfléchie ou extrèmement risquée, plutôt que de sauter en premier sur un micro. L'adrénaline a fabriqué d'authentiques héros.

19 juil. 2012

aux etats unis pas un gamin sans une brassière sur les pontons ...

18 juil. 201218 juil. 2012

J'ai eu a intervenir,un jour , car la fille de ma compagne de l'époque, avait avaler un pruneau et que la peau etait bloqué dans l'appareil dentaire, la gamine s'étouffait, il a fallut appliquer la méthode de heimlich,par 3 fois pour libérer la gamine.La mêre était dans un etat de panique complète.
Le jour de mes 34 ans j'ai sauvé ma tante de la noyade, elle avait l'habitude de nager dans les courant, et ce jour là elle a paniquer, pourquoi elle n'en sait rien.
J'ai fais ce que je savais faire, e je ne sis pas un héros.
J'ai juste fais mon devoir de citoyen.
Juste pour dire que certain, sont capable de réagir, et d'autre par la panique seront bloqué

19 juil. 2012

Ça ça m'est arrivé fin mars. Au port... Toute la famille décide d'aller se balader dans Palavas où nous avons notre bateau. Tout le monde descend du bateau (madame, ma fille de 15mois aux bras et mon fils de presque 5 ans) par le catway et se retrouve sur le quai. En descendant je remarque une griffure sur la coque et demande à madame de venir voir si elle l'a déjà vu. Mon fils de 5 ans, curieux comme une pie veut aussi venir voir et essaie de forcer le passage en revenant sur le catway entre sa mère et l'eau... et plouf... Ni une ni deux j'ai plongé pour aller le chercher faisant complètement fi de la température de l'eau, du fait que je sois habillé, que mon iphone 4S tout neuf était dans ma poche ainsi que le transpondeur de la voiture... J'en ai été pour mon iphone qui n'a pas supporté du tout l'eau de mer... ;-) mais mon fils était sain et sauf et a vu qu'il pouvait compter sur son papa... En fait je me suis retrouvé à l'eau avant même de savoir pourquoi, juste par reflexe de survie... Depuisles consignes sont claires entre madame et moi, si un des petits tombe à l'eau en navigation, c'est elle qui plonge car meilleure nageuse que moi et moi meilleur skipper... ;-)

16 juil. 2012

J' ai souvenir d'un retour de corse vers cannes, de nuit , TRES bonne météo, à Bastia, à Macinaggio, France inter, .....17nds de vent de NO qui vire Ouest en forcissant en 20 minutes et à 30 miles dans le sud ouest de San Remo monte à plus de 40nds, avec rafales cela s'est terminé par fuite dans le golfe de gênes, bôme sur le pont et là 50nds durant 6h......pas de casse, mais la trouille

16 juil. 2012

la météo a fait des progrès, une accélération locale ou un nuage type "galerna" au pays basque oui mais une situation générale ventée imprévue je n'y crois plus aujourd’hui

16 juil. 2012

bonjour je ne connais pas exactement ce qui a pu se passer mais j'attends de savoir ce que va devenir le bateau .... je pense qu'il va être tranquillement récupéré d'ici quelques jours en bon état du moins pas coulé ..... donc je ne quitte pas le bateau et ne serait-il pas moins coûteux de mettre à bord un autre skipper pour ramener le bateau plutôt que de le laisser à la dérive ???? Le devoir est de sauver les vies mais étaient-elles réellement en danger ? Personne ne répondra à cette question, moi non plus. Cette fois-ci cela s'est passé au Cap Corse, près des côtes et des secours mais si cela avait été dans le Pacifique les "passagers / équipiers" auraient ramené le bateau.
Gilles

16 juil. 2012

C'est sur Gilles, il est parfois plus simple de poser un skipper que d'évacuer 3,4 ou 7 ou 8 personnes valides et de retourner chercher le bateau quelques jours après.

Mais quel skipper acceptera de se faire déposer sur un bateau dont il ne connait précisément ni la nature de l'avarie ni l'état général ? Ni même le niveau des réservoirs d'eau ou de gasoil ?

Et ça, au milieu d'un F8 ?

Deuxième chose. Il y avait à bord le corps du skipper décédé. Il fallait au moins l'évacuer lui.

Jacques

17 juil. 2012

Bonjour,
Le bateau à été ramené à bon port.
Les 3 personnes ont été hélitreuillées sur zone.
La SNSM de Macinaggio à trouvé le moyen de déposer un équipier à bord malgré les conditions extrêmes afin de gérer le bord et permettre un remorquage serein.
Vous trouverez dans les prochains jours le compte rendu de cette opération sur leur site :
snsm-macinaggio.com
cdlmt

17 juil. 2012

Total respect.

Jacques

17 juil. 2012

N'oublions pas l'équipage de l'hélico (militaire et samu) car hélitreuillage par 40 nds de vent et creux certainement autour de 1,5/2m c'est acrobatique et risqué.

17 juil. 2012

creux 4 à 5 mètres pas 1,5 m à 2, il y avait 3 mètres de houle à Nice encore

17 juil. 2012

Total respect pour ce corps d'élite que sont les "Plouf" de l'armée de l'air...
Pour infos les creux étaient de 5 mètres...
La sécurité civile à été sollicitée dans un premier temps mais n'a pas réalisé l'opération pour raisons techniques.
Ces gens là font un travail exemplaire à tous points de vue et sont définitivement les vrais "sauveurs" dans une opération de ce genre.
Cdlmt
Jean Paul

17 juil. 2012

La complementarité SNSM/Militaires est remarquable dans ce genre de situation.
Ils sont toujours présents!

18 juil. 2012

SNSM/Militaires/Sécurité civile

18 juil. 2012

.
Oui.
Tu peux ajouter Gendarmerie Maritime, Affaires Maritimes, Douane, ...

Ce qu'on appelle la Fonction Garde-côtes qui a été mise en place en 2010 et qui est passée complètement inaperçue.

.

17 juil. 2012

Dans certaines circonstances de navigation que l’on prévoit longues ou difficiles. Un skipper avisé prendra un équipier aguerri, un double de lui-même, un second en quelque sorte. Il est souvent implicitement reconnu comme tel par les autres qui lui font spontanément confiance lorsqu’il prend en main le bateau suite à une défaillance du skipper. Cela m’est arrivé par gros temps dans une transat. Le skipper avait pris dans l’oeil un méchant coup de fouet d’une écoute qui battait. Il est resté alité sur sa bannette presque 24H.. Un autre a pris la relève dans sa fonction. Je crois que quand on le peut, il faudrait rendre plus « officielle » la fonction de second. Le briefing de départ pourrait être plus approfondi entre le skipper et le second. Cette responsabilité de suppléance est un atout supplémentaire pour la sécurité.

Merci Matelot18669
c'est a cela auquel je pensais en postant ce fil sachant qu'ilya souvent a bord plus de passagers que d'équipiers.au skipper au départ de définir le rôle de chacun.
D'accord avec Cptain RV un passage par une école est un plus meme si l'on a

22 juil. 201222 juil. 2012

bjr
un équipier doit etre capable de ramener seul le bato au port le plus proche .avec tout ce que cela comporte .
autrement c'est du lest mobile ..
alain

22 juil. 2012

Alors c'est plus un équipier, mais un skipper!!!!!!!!

22 juil. 2012

etre équipier ce n'est pas etre éléve ,ce qui n'empeche pas d'apprendre .
j'ai souvent été équipier en régate ou j'ai d'ailleur beaucoup appris sur le fonctionnement d'un voilier ainsi que sur la tactique .
ce qui ne m'empechait pas de skipper quelques fois le meme voilier
suivant le type de régate .
la notion de skipper est surtout une question de responsabilité autrant morale que juridique .
pour moi les personnes a bord qui ne connaissent pas les rudiments de la manoeuvre sont soit des passagers soit des eleves .
ce qui demande deux fois plus d'attention et de connaissances de l'équipage qui se compose du skipper et du ou des équipiers ..
alain

22 juil. 2012

pas trop d'accord le skipper doit pouvoir tout faire seul

22 juil. 2012

Et oui, par définition un skipper, sur nos bateaux, doit assuerer toute la(es) manoeuvre(s), ou il embauches des équipiers (lui).

08 août 2012

Exixte t il une charte de l'équipier ?...Ce serait peut etre le moment de l'établir pour definir droits et devoirs de chacun skipper /équipier en posant clairement les reponsavilités a tous niveaux (securite manoeuvre salaire ou participation ,degrevements pour le bateau etc...) tant au port que par F8 Il y a surement des ebauches ici ou la ; ce serait interressant de les sortir
A vos plumes et bon vent

08 août 2012

Pourquoi pas, mais il faudrait définir les compétences de chacun (des niveaux ??). Il y a tenir un cap, faire le 1/4 seul = analyser les feux des autres navire et leur route, connaitre quelques noeuds, savoir amarré un bateau par 4 amarres ( 2 pointes, 2 gardes), prise de ris, changer une voile d'avant, ne pas avoir le aml de mer, la cuisine ? Connaissance intérieur (mécanique, élec, vannes, circuit eau ??)liste a continuer

08 août 2012

Bien vu
mais je pense qu'il ne faut pas trop detailler sinon on passe le 200 et ça devient impossible Il ne s'agit pas de passer un test mais de reconnaitre en l'équipier une experience et un art de vivre On voit tres vite si on a affaire a un novice a travers son comportement et ses premières actions Quant a prévoir ce qu'un F8 peut declencher Mystère
La question etait de savoir si cette charte existe deja sur certain bateau et de les sortir des TAC :acheval:

09 août 201209 août 2012

à titre d'exemple,
J'ai navigué à bord de Traité de Rome en 2010 et voici les documents que j'ai dû compléter et signer. Ce n'est peut-être pas tout à fait ce que 1166 demande, mais ça peut déjà donner des idées.

09 août 2012

Oui Blue Marine, y'avait déjà ces conseils donnés aux équipiers là :
www.hisse-et-oh.com[...]uipiers
Sujet à controverse...
Arrive un moment où à force de demander des compétences à rallonge aux équipiers, ceux-ci pourraient aussi se demander pourquoi le skipper a besoin d'avoir un équipage si expérimenté.
Embarquer quelqu'un pour quoi faire... de la régate ? du cabotage tranquillou ? du convoyage ?

09 août 2012

Les équipiers pourraient aussi demander au skipper des preuves de compétence!

Il m'est arrivé à plusieurs reprises de constater que le "propriétaire-skipper" ne connaissait pas grand chose à la navigation, raison pour laquelle il recherchait des équipiers "expérimentés". Dans un cas extrême, j'ai même débarqué à la première escale.

09 août 2012

Bleu marine, c'est bien réducteur (le skipper est mauvais, les équipiers formidables, surtout quand on est ... équipier), et puis les équipiers sont tous mauvais et bon a rien, mais bof... je suis skipper!!!!!
Il faudrait un minimum pour les équipiers (idem pour le skipper), regarde STW, dans "la bourse des équipiers".

09 août 201216 juin 2020

@bleu marine et numero
vous avez relancé ce fil sur la charte je m'y colle donc aussi
Voici le dossier d'un ami skipper ayant pratiqué de nombreux equipiers pour finir a leur faire signer un papier qui ressemblait a ça pour eviter entre autres les problèmes de travail au noir et les séances chez les prudhommes
Merci


09 août 2012

Bah y'a autant de "règlements" qu'il y a de chef-de-bord et façons de naviguer. Cf mon post précédent (Pour quoi faire : de la régate ? du cabotage tranquillou ? du convoyage hauturier ?) Avec un skipper professionnel ou avec un proprio en goguette, etc... ?
Connaitre clairement l'objectif de l'embarquement évite les prises-de-tête de part et d'autre, on s'adapte.

09 août 2012

Je suis bien plus d'accord avec le 2ème doc.

11 août 2012

Il semble que le coté charte de ce post de Picarre s'arrete ici
Merci a tous de votre aimable participation et bon WE ss le soleil Ici en Martinique on attend un coup de vent bien humide Cordialement RSC ;-)

12 août 2012

Il n'y a pas que les compétences à évaluer : il faudrait vérifier que les équipiers myopes portent des lunettes et que ceux qui ont des problèmes d'audition ont un appareil. Sinon il faut assurer la veille à leur place ou stresser quand ils font le contraire de ce qu'on leur demande... je parle d'expérience.

12 août 2012

Entre une navigation en solo ou avec des équipiers sans Cv, je préfère partir seul.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

L'enfer ou le paradis….

Après la pluie...

  • 4.5 (185)

L'enfer ou le paradis….

mars 2021