Prime à la casse

Bonjour à tous,

L'industrie nautique n'est pas si moribonde que cela (à en croire les dires d'un transporteur de ma connaissance qui fait une très belle année avec les bateaux neufs).
Le hic, pas assez de places de port, des bateaux ventouses, des épaves abandonnées sur la grève en décomposition, des prix à l'achat souvent dissuasifs et une fillière recyclage du polyester balbutiante.



:reflechi: Idée: pourquoi ne pas appliquer au nautisme les mêmes méthodes qu'à l'automobile?
Pour tout achat d'un bateau neuf, l'industriel reprends votre épave afin de le faire recycler moyennant une prime à la casse en partie financée par l'Etat?

Par quel biais me direz-vous... taxe mouillage? (aïe non, pas la tête), éco-participation à l'achat d'un bateau neuf (comme pour l'électroménager)? autre???
:oups:
Bien entendu, personne n'est jamais content de payer une nouvelle taxe, fusse-t-elle pour le bien de la nature. Mais cela pourrait générer un coup de pousse au développement de la filière du recyclage et libérer des places de port.
De plus, comme cela c'est passé pour les voitures, il serait possible de vendre son bateau d'occasion en bon état, de se procurer une épave (gratuitement) et de la faire reprendre pour l'achat d'un bateau neuf... "win-win situation".
:litjournal:
A vous lire,

L'équipage
30 avr. 2015
30 avr. 2015

la taxe de eco participation à l'achat devrait passé cet été ,c'est dejà dans les tuyaux.

pour la liberation des places de ports celà sera insignifiant mais pour eviter l'abondon des epaves sur le rivage et les vasiere surement .

Dans la region de Lorient les Aff Mar sont en train de faire la chasse aux epaves de toute sorte ,ils ont du boulot ..il y en a des dizaines voir centaines ...

Alors soit ils retrouvent les proprietaires mais c'est presque impossible car ils sont assez malin pour enlever toute identification sur leur épaves et alors les propriétaire paie l'enlevement . ou c'est la collectivité c'est à dire les impots qui pairont ,une fois de plus

30 avr. 2015

OK, je me suis mal exprimé...
Je prends le problème par l'autre bout.
La taxe eco part est un moyen de financement du démentèlement futur de bateaux neufs (dans 30ans).
Ce que je soumets c'est une INCITATION à la destruction, comme cela a été le cas récemment pour les voitures.

30 avr. 2015

Bonjour,
Ca me semble être le cas pour pas mal de choses déjà non? (stades, piscines municipales, subventions d'associations diverses...).

30 avr. 2015

et puis quoi encore !!! tu suggeres que les impots de tout le monde paie les loisirs de quelques uns en somme

30 avr. 2015

oui les stades , piscine etc ça profitent à tout le monde et ce n'est propriété de personne ou tout au moins de tout le monde , par contre donner une prime à la casse pour un bateau c'est donné une subvention à une personne pour ses loisirs ... pour moi c'est inacceptable

30 avr. 2015

Non, on parle ici de subventions versées à des particuliers. En retour ils ne partageront rien même si je concois l'intérêt écologique de la proposition.

30 avr. 2015

Non, pas les loisirs, la dépollution ACTUELLE des sites.

Ce qui est proposé là, c'est que les loisirs actuels de quelques uns financent la dépollution future de sites ouverts à tous. Pas mieux... :heu:

30 avr. 2015

Dans un de leur rapport, EcoNav explique que la filière de déconstruction de grandes unités est relativement maîtrisé malgré les méthodes contestées et les matériaux à déconstruire suscitent moins de problèmes. Cependant une filière de gestion des bateaux de moins de 24 mètres peine à voir le jour.

EcoNav distingue :
- Le bateau non navigant : unité immatriculée flottante ou non qui présente des signes évidents qui trahissent un manque d'activité prolongée
- Le bateau hors d'usage : unité immatriculée flottante ou non qui présente des signes évidents qui trahissent un manque d'activité prolongée. De plus, c'est un bateau dont le propriétaire veut se débarrasser et/ou la fonction première ne peut plus être remplie en l'état et dont la valeur marchande est pratiquement nulle car ayant subi des dommage ou manque d'entretien.

Plusieurs angles d'approche possibles :

- des modes de financements alternatifs mais en période de crise la mise en place d’une nouvelle taxe se heurte à des levers de boucliers ;
- que les coques des bateaux en fin de vie soient valorisées, de façon à ce que le plaisancier ait une incitation financière à se débarrasser de son bateau par des moyens propres.

30 avr. 201530 avr. 2015

Totalement irréaliste. Plus de 100 000 voiliers de 7 à 15 m, moins de 1000 ventes de voiliers neufs par an en France (en chute libre). 1,8 millions de voitures neuves vendues en 2014. Pas de contrôle technique, donc pas d'incitation à remplacer un voilier ancien par un neuf. Population de pratiquants très âgée et insolvable pour la grande majorité en ce qui concerne le neuf. Un voilier plastique n'est PAS recyclable (= revente de la matière première par exemple), il doit être détruit (avec un problème écologique à la clé), à l'inverse des voitures (en métal pour une large part)
Coût énorme du transport routier des bateaux (convois exceptionnels). Coût énorme du démontage par des pros des "accessoires" pour un marché totalement fragmenté (des centaines de modèles différents, dont très peu sont de grande diffusion). Où trouver de la place pour créer des "casses-bateaux" en libre-service, où les placer le long des côtes ?
Et l'état à d'autres priorités que de subventionner la plaisance...

30 avr. 2015

bato: il manque juste le coût de construction et d'usage de cette invention miracle...
auto: totalement atypique (ce n'est pas du recyclage, c'est de l'enfouissement de déchets...)

30 avr. 2015

Je me demande si en démontant et revendant tout ce qui peut l’être sur un bateau , cela ne couvrirait pas les frais de destruction .

30 avr. 2015

T'as raison. En vendant les 5 t de plomb de mon lest, j'aurais sûrement de quoi payer l'essence de la tronçonneuse pour couper mon bateau en morceaux, ainsi que la boîte d'allumettes pour les brûler dans la cheminée. :mdr:

30 avr. 2015

C'est bien ce que je pensais. Ça payera l'essence et les allumettes.
Il y aura même un petit peu de rab. ;-)

30 avr. 2015

Ben 5T de plomb y en a pour environ 8.000€

C'est clairement non.
En pratique, le démantèlement dans son ensemble (obligatoire puisque les filières sont différentes selon les matériaux) coute environ ce que rapporte les matériaux.

Si, par exemple, le plomb peut être "juteux", son cout de transport de manutention, de conditionnement etc. réduit considérablement son intérêt.

:litjournal:

30 avr. 2015

oui et non... j'imagine que le prix de la main d’œuvre pour désosser un voilier, ainsi que le stockage du matériel rendrait le tout invendable...

quand je vois le prix ce qui est vendu en dépot-vente, bon coin etc, je me demande si les gens ne sont pas fou...

accastillage, rails, voiles, mats, helice, winch, pompes, pieces de moteurs,cartes,reservoir,electronique etc ... vendu cher dans des états discutable...

01 mai 201501 mai 2015

Plaidoyer pour les épaves :
Pourquoi vouloir détruire à tout prix les épaves ? C'est joli une épave... Quand elles ne sont pas digérées par les vasières, les épaves se couvrent d'une mousse verdâtre et se fondent dans le décor des estuaires, même les coques en plastique. Les épaves de marinas, qui font tache, échouons-les dans les fonds de ports ou de rivières, dans les joncs, dans les ronciers des bords de Rance... Les enfants pourront y jouer, et rêver (quel enfant n'a pas investi de rêves les épaves ?). Les adultes pourront méditer sur la fragilité de toute chose, l'orgueil et le déclin des civilisations qui finissent par s'étrangler en surproduisant et retournent fatalement à la pourriture, au sable, à l'oubli...

01 mai 2015

Peut être si on s'inspire des essais de récifs artificiels pour repeupler en poisson, il y a potentiellement des solutions intéressantes.
La revalorisation pourrait être étudiée plus à fond aussi, les îliens de Bretagne avaient l'habitude de réutiliser le mobilier des bateaux naufragés pour en refaire des meubles.. Le polyester stratifié pourrait être réemployé dans des bétons cellulaires ou autre.. Les possibilités sont surement nombreuses si on a la volonté de faire quelque chose..

01 mai 2015

bonjour

pour liberer des places !!! ca s'appelle de la décroissance ..

les places sont occupées , elles generent un CA , une place libérée ne veut pas dire une inscription ...maisperte de CA et augmemtation des autres places ...double peine !

si le marche des places e port etait aussi tendu qu'on veut bien le dire avec une vision sur 20 ans , ça aurait bouge depuis tres longtemps .

roscoff avec du retard et ca va couter un bras à la CCI de Morlaix dans moins de 5 ans

01 mai 2015

quelle beau sujet , mes vous inquiéter pas les ports on déjà commencer a faire le ménages des ventouses et ces pas fini , pour ce qui est des filières elle sont bien la et manque de bateau, les proprio comme certains préfère continuer a payer du port ou du chantier plutôt que de faire déconstruire sont bateau ces çà le plus hallucinent , alors si vous naviguer plus et que votre joujou ne ce vend pas démonter le et vendez le en pièces détacher et ceci comblera déjà une bonne partie de la déconstruction , ces ce que je fait actuellement et je peut vous dire que le calcul est vite fait . cdt

Tu as compté le coût du temps passé au démantèlement et à la vente, bien sûr?

Pour mémoire, dans notre beau pays, le coût du travail est égal au double de la rémunération nette. :litjournal:

Reparles-en une fois le calcul fait... :-D

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

L'eau de l'Aude là

Après la pluie...

  • 4.5 (61)

L'eau de l'Aude là

mars 2021