Premier été en tant que proprio d'un bateau: petit bilan presque encore à chaud

Alors voilà, un petit topo de ce que ça donne une famille de débutants sur son booooobatooo, durant ces 3 semaines de vacances estivales, je vais essayer de faire bref, j'avais commencé de vous faire un post lundi soir, mais c'était un roman:

_Première semaine de vacances: arrivés le mardi matin, avec pleiiiiiin de bricoles à finir, avant la mise à l'eau le vendredi, cela fut chaud, et d'ailleurs on était absolument pas prêt le jeudi soir, à un point que je me suis demandé si j'allais pas voir la capitainerie de Navy Service avant la fermeture pour leur dire de me sortir du planning des mises à l'eau du lendemain, puis je me suis dit, osef, tout ce qui pourrait empêcher le bateau de flotter, c'est vu, le reste, c'est du confort et de la sécu un peu aussi, mais pas de l'indispensable, on met à l'eau… :goodbye:

Arrivés donc le vendredi, un des plus grands stress de ma vie que ce jour, voir mon bateau se promener sur la remorque de Navy pour filer jusqu'à la cale de mise-à-l'eau, je crois que je suais un litre d'Adrénaline à chaque mètre parcouru par la remorque, et je suis tout au fond de Navy, ça en fait des mètres jusqu'à la cale…

Arrivé à la cale, quand le sympathique conducteur du tracteur de Navy a commencé à reculer, je suis passé à 2 litres par mètre, mais bon, on a affaire à des gens compétents et sympas, et jm13 était là… bateau dans l'eau, je respire une seconde, et stress à nouveau en montant à bord… pour vérifier toutes les entrées d'eau… y'avait pas de quoi, tout va bien, même le presse-étoupe qui avait pas vu l'eau depuis longtemps ne goutte presque pas, on laisse donc repartir la remorque, on discute un peu avec jm13 et je sais plus qui le long du quai, mais mon stress retombe pas vraiment, je retourne vérifier mes entrées d'eau… ET BAM, j'ai dû travailler comme un cochon, ma vanne d'évacuation des WC goutte légèrement, zut… j'essuie, je la mets en position fermée, annonce la nouvelle, et patiente, avant de vérifier à nouveau… en position fermée, ça ne fait plus d'eau, j'ai donc merdé le raccord interne, mais le bricoler à flot me tente guère, tant pis, on se passera des WC cette année.

On décide donc de faire des ronds dans le bassin des tellines avec jm13, juste au moteur, pour faire quelques manœuvres et commencer un peu à comprendre comment ça marche tout ce bazar, ça se passe pas trop mal.

Le Samedi, on doit sortir avec Mayko à notre bord, là, c'est plus moteur, on passe à la voile, on file dans le Golfe, et c'est parti, on enchaîne les empannages, les virements, les je sais plus quoi, vu que l'aérien de mon anémo s'est fait la malle, on se fie aux estimations de Mayko pour le vent, il nous dit:"il doit y avoir un bon 20 nœuds", c'est cool, au portant tout va bien, puis vient le moment ou il va bien falloir faire du près, d'une part parce qu'il faut bien en faire pour savoir ce que c'est, et puis on a pas le choix, vu que pour le retour à PSL on va avoir le vent dans le pif.

Là, on a pu confirmer dès le premier bord de près un truc que j'avais longtemps dit à l'amirauté, mais j'avais abandonné vu qu'elle me soutenait le contraire : notre façon de "ranger" le bateau, c'est absolument pas marin, quand quelques trucs se sont cassés la figure dans le carré, ça c'est bien confirmé.
En plus ma fille qui au portant aimait bien, et voulait quasiment pas laisser la barre aux autres a complètement changé, elle hurle, à en devenir stressante, je suis à la barre, une rafale que j'ai même pas senti, donc gros coup de gîte supplémentaire (déjà qu'on était pas loin d'avoir le liston dans l'eau juste avant… :heu:), je cris "Philippe!!! je crois que je suis en train de faire une connerie", flegmatique, il me regarde et me dit: "ben non, t'es très bien là, il y a juste eu une rafale, t'as pas senti?", à noter que durant cette rafale, d'autres objets ont également traversé le carré en vol plané, ainsi que le fiston, un peu mal à l'épaule, mais ça va, il aura même pas d'hématome au final.

Dimanche, rebelote avec Mayko, me semble que ça soufflait un peu plus, d'ailleurs on a gréé les ris ce coup-ci, et on sort tout de suite avec un ris dans la GV, on continue l'apprentissage des manœuvres, on teste le mouillage (au prix de ma chaîne toute neuve, j'espère que l'ancre va crocher, j'vais quand même pas tout changer la même année :langue2:), là aussi tout va bien, on repart à la voile, un peu de portant, puis revient le près, j'suis pas très doué pour barrer au près, va vraiment falloir que j'améliore ce point, par contre, le fiston, qui n'avait jamais mis les pieds sur un voilier, ça l'éclate, et il barre plutôt bien… mais, ma fille, même hurlements que la veille, peut-être même pire, elle nous fait un cinéma pas possible, alors qu'elle ne semble pas plus paniquée que ça… puis viens le "Maaaaamaaaaann, j'ai envie de vomir!", elle mange un peu, s'occupe dans le carré, puis c'est reparti, hurle, et fini par baptiser l'évier du bloc cuisine, et s'endort 5 minutes après… c'est plus calme, on continue nos petits bords de près pour revenir sur PSL, Mayko confirme son impression de la veille, mon bateau a l'air vraiment pas mal.

Ma mère nous rend visite dimanche soir, passe nous dire au revoir le lundi matin, et ma fille repartira d'ailleurs avec elle, mais ça, on ne le saura que le lundi matin, les 2 semaines restantes se feront donc à 3.

Le week-end s'est donc achevé, si on veux sortir, ça sera en autonome,
en ce lundi, il semble ne pas trop y avoir de vent, on devrait pouvoir gérer…
ben en fait, il y avait tellement pas de vent, qu'une fois passé le phare du canal St-Louis et envoyé toute la toile, on a jamais réussi à faire décoller le canote, malgré plein de tentatives différentes, on rentre donc tout et on se fait un petit tour au moteur, d'ailleurs, les quelques mâts qu'on aperçoit dans le Golfe, personne sauf un n'a ses voiles… après une heure/ une heure et demi de ballade, retour à PSL, le bruit du diesel, je l'ai toute l'année dans les oreilles, ça me gonfle de l'entendre trop longtemps sur mon bateau… ah tiens, ça sera aussi notre première prise de quai sans personne de compétent à bord… miracle, un tour "d'honneur" pour sentir la chose, je me lance, et impeccable, tout se passe bien
la deuxième semaine de vacances s'écoule ainsi, avec des petites sorties pas trop mal,

Arrive le vendredi, là, ça souffle un peu plus, alors qu'on avait décidé d'aller tester un autre port… un SMS de Mayko m'avait averti, aujourd'hui, si tu veux aller quelque part, soit y pour 14h max… nous partons donc vers 12h je crois, avec le lointain objectif du port de Fos St-Gervais, ça se fera au portant, on commence à prendre un ris, sans personne d'expérimenté à bord, on est pas loin de nos limites de vent, je décide de rouler aussi un peu de génois, on avance bien, mais je suis un peu tendu, plus pour me rassurer que par nécessité, si ça monte, je prends assez rapidement le 2° ris, on continue comme ça, ça va bien… on arrive presque en face de Fos St-Gervais, l'amirauté me trouve le tel de la capitainerie dans le Bloc, et je les appellent… pour demander une place visiteur pour un voilier de 8m… complet me réponds-t-on… zut, pas de bol, en plus le vent monte, que faire ?
Comme un gros malin, je pense pas à Port-de-Bouc qui n'est pas loin, et décide de retourner sur PSL… ça souffle bien assez à mon goût, un peu trop même, autour de 20/25 nœuds je dirais, parce que ça ressemble à peu près à ce qu'on a eu le week-end précédent, du coup, on rentre toute la toile et retour au moteur… aïe, y'a vraiment du vent pour la prise de quai, qu'à cela ne tienne, je ferais 3 tours pour rien si il faut avant de me lancer, on a pu retrouver la même place que ce midi en partant, premier tour de reconnaissance même si je connais déjà la place et que les autres n'ont pas bougé… je me mets pour me présenter, je le sens pas en effet, pas grave, on mets un peu de gaz pour redonner un peu d'erre et on refait un tour, je le sens toujours pas… 3° tour, allez, on doit être bon, tout est bien préparé, j'ai encore redit 10 fois comment on devait procéder, là ou va se trouver notre poupe, il y a un gros Catana, et à couple avec lui, un joli bateau, un amphora ou un amphitrite probablement, en tout cas, ça y ressemble, l'équipage est dans le carré, sûrement en train de causer ou de commencer l'apéro, je commence mon approche, ça à l'air bien, l'équipage du bateau à couple a juste jeté un œil dans notre direction et n'a pas l'air inquiet, mais l'annexe du gros 50 pieds devant m'inquiète, ce midi, elle était sur le côté du bateau, ce soir elle est encore à l'eau, mais à la poupe, ça raccourci ma distance de manœuvre… mais je me présente bien, le fiston et l'amirauté passe à quai, le fiston fait bien le tour mort sur la bite et … PATATRA, je sais plus si c'est moi qui est pas laissé le temps à l'amirauté de faire son tour mort, si elle l'a loupé, si je me suis mélangé entre l'inverseur et la barre, toujours est-il que le cul du bateau repart… je vois l'ancre de l'amphora/trite à 20cm de mon patara, ouille, je suis mal… et je me mélange encore les pinceaux, l'ancre est maintenant juste au dessus de ma filière bâbord… je suis très mal… un chandelier cède, me voilà comme un con, filière contre le joli présumé Wauquiez, sur l'instant, je m'en contrefout du chandelier, mais je suis horrifié quand je vois que ma filière à fait une rayure sur la coque du beau bateau… l'équipage a d'ailleurs vu que j'avais merdé, et vient intervenir, on repousse Émeraude, on reprend la aussière arrière comme il faut… sauf que dans ce mouvement, l'aussière avant avait du être relâchée pas mal… voilà mon étrave qui s'éloigne du quai,BING mon échelle de bain tape le béton… on verra ça après, finissons d'immobiliser le canot… ce qui se fait rapidement maintenant que les 2 aussières sont prises correctement…
je me confonds bien entendu en excuse auprès de l'équipage du bateau victime de mon incompétence, leur dit de constater les dégâts et de revenir me voir, ce à quoi on me répond "oh, ça a l'air d'être que de la peinture, c'est rien, puis on est tous passé par-là"

Penaud, je fini un amarrage correct de mon canot, avec 2 gardes et tout, presque comme dans le cours des Glénans, nom d'un chien, j'ai déjà assez eu l'air couillon comme ça pour ce soir, si le vent monte encore, je vais pas aller taper dans les autres autour, je revois l'équipage du gros bateau, on discute, des gens très sympa, plus d'un m'aurait traité de tous les noms, eux super cool, pas de déclarations, c'est bien juste des petites rayures, pas de dégâts, et ils me disent: "on a pas compris, tu avais super bien commencé ta manœuvre"… et moi non plus, depuis 10 jours que j'ai loupé ce truc, j'ai toujours pas réussi à trouver le moment ou j'ai perdu le contrôle du bateau, et de moi-même (pas que je me sois énervé, mais je me suis senti désemparé, ne sachant plus trop comment agir).

Après une bonne nuit, réparation du chandelier, c'est mal foutu sur mon canot, du coup, on met un coup de disqueuse et on le raccourci de 5 cm, et on refixe comme ça, on remet à sec dans 10 jours, ça ira bien ainsi.

Le week-end et 2 ou 3 jours se passent entre visites de potes et bricolage, de toutes façons y'a trop de vent…

Jeudi, l'Amirauté pète un fusible, 4 jours qu'on reste à quai, s'en est trop, elle se tire à la plage, elle en revient en début de soirée en tirant quand même un peu la tronche, ça s'arrange un peu mais elle boude, quand de nouveaux amis belges, un couple de retraités qui as son gros FP à sec juste à côté du quai arrive à la faire sourire, on boit un verre tous ensemble, puis là, une idée folle, Paul, le proprio du FP me dit, fait pas le con, si elle boude, l'année prochaine tu va revenir tout seul avec ton fils… il me fait une proposition que j'accepte pas vraiment, mais ne refuse pas, et me voilà à la nuit tombante, à bord de mon canot avec l'amirauté, le fiston sur le quai, et mes aussières qui se détendent, et reviennent sur le pont… on va dormir au mouillage… cool, il fait nuit dans 10 à 15 minutes, j'ai monté hier des feux de nav' de secours, parce que les miens déconnent, et des trucs à piles, même vendu par un ship, j'ai pas vraiment confiance… on ira donc pas à la gracieuse, mais juste dans la darse d'à côté, un super périple d'au moins 500 mètres…, je place le canote ou ça me semble bien, file la barre à Madame, et cours à l'avant mouiller… angoisse… je sais même pas combien y'a d'eau ici, ni combien j'ai envoyer de chaîne… attendons, on prend 2 repères fixes, et on va voir si on bouge ou pas… 5 minutes, 10 minutes… zut, je crois qu'on recule, je remonte tout à la vitesse de l'éclair (j'ai pas de guindeau), repositionne le bateau comme je le souhaitais, remouille, beaucoup plus de chaîne cette fois-ci, je reprends mes repères, 5 minutes, 10 minutes, 15 minutes, je sais pas si je suis plus détendu ou quoi, mais ça me semble tenir, je coupe le moulin et sort la ligne de sonde, parce qu'il serait quand même temps de savoir si y'a de l'eau ou pas ici :heu:

(tiens ça me reviens à l'instant, c'est le jour ou j'ai douté de l'état du gazole et du réservoir que l'amirauté a boudé)

On a de l'eau, environ 7 à 8m, vu ou j'ai placé le bateau, et ce que j'estime avoir mouiller comme chaîne et la configuration du lieu, même en cas de renverse , on devrait pas trop avoir de souci… on se sert l'apéro, on met cuire le riz, ce soir, c'est poisson frais, on a pêché avec un voisin ce que j'ai identifié comme des Saupes, ça se mange, mais c'est pas très bon, en tout cas, à la poêle et à l'huile d'olive comme on les a préparés…

Je passe la nuit comme tout le monde je suppose lors d'une première nuit au mouillage… la lampe frontale à portée de main, et à contrôler notre position hyper souvent, mais au matin, quand on se lève enfin pour de vrai, avec le café en main dans le cockpit, on admire le paysage industriel, et là, juste … rien… le bateau est sur son ancre, il bouge pas, on est peinard, et pourtant le lieu est loin d'être paradisiaque, mais juste envie de rester comme ça, des heures, voire des jours…
bon, le manque de tabac nous fera tout de même rentrer à quai dans l'après-midi.

C'est marrant, ça a dû remotiver l'amirauté, elle sort un seau, une brosse et une vieille brosse à dent et passera le reste de la journée à mettre le pont bien propre, sans que personne ne lui demande rien…

arrive la fin, et la préparation de la remise à sec, il faut désarmer le bateau… j'ai jamais travaillé aussi doucement je crois, c'est d'un triste de désarmer… presque une larme à l'œil… l'amirauté aussi n'est pas motivée, elle voudrait bien prolonger de quelques semaines… et quand nous voilà à sec, elle fera un seul commentaire "non, je veux qu'on le remette à l'eau"

Bilan: la voile c'est cool, mais c'est pas si simple qu'on pourrait le croire, et les difficultés pour nous, n'ont pas été forcément là ou je les auraient pensé.

Mon analyse:

_Le "rangement" du bateau, même si nous avons arrangé les choses pour que rien ne se casse la figure est à revoir, on met trop de temps à trouver quelques chose, notamment les outils, parce qu'on est un peu bordélique, et en mer, ça pourrait s'avérer dangereux. Et notre avitaillement aussi est mal foutu, mais avec l'expérience, ça viendra.

_Les enfants: on a eu du bol pour le fiston à qui ça a tout de suite plu, pour notre fille, quelques cours dans le lac de barrage vers chez nous devraient probablement l'aider à mieux comprendre ce qu'il se passe.

_Nous: j'avais prévu de faire une ou deux semaines au moins de stages avant la mise à l'eau, qui ne se sont pas faites pour diverses raisons, ça nous aurait bien aidé, parce que malgré les cours accélérés de jm13 et Mayko, on est loin du compte, il faut donc impérativement que je le fasse avant la saison prochaine, et aussi au moins un stage pour l'amirauté.

_Le bateau: conforme à ce qu'on peut attendre d'un petit voilier des années 70, pas mal rouleur, mais il marche bien, et à part quelques conneries sur le plan de pont, et deux ou 3 bricoles, on peux dire qu'on a plutôt un bon bateau et plutôt sain.

Du coup, si d'autres fous veulent se lancer sans expérience dans l'achat d'un petit voilier, je dirais, oui, c'est faisable, mais pas si vous avez des enfants à bord, c'est un petit peu trop fou, et encore, nous on a eu des gens d'expériences avec nous les premiers jours.

Je pense que sans mon fils à bord, on aurait fait plus de sortie, lui voulait, mais moi, ça m'inquiétait, parce que pas assez compétent, donc avec enfants, un minimum de formation préalable me parait indispensable pas forcément des mois, mais au moins un ou deux stages sérieux.

Et ne soyez pas bordéliques, 10 minutes pour trouver la foutue clé de 13 qui sert pour ce foutu écrou, à quai ou à sec, ça perd juste du temps… en mer si il y a danger… ça pourrait être une catastrophe…

Bref, ni l'équipage ni le bateau n'était vraiment prêt, mais on a qu'une hâte, c'est de le remettre à l'eau. :-D :-D :-p ;-)

Voilà, désolé, j'avais dit que je ferais pas trop long, et finalement, j'ai encore fait un roman, mais plus court que ma première mouture que je n'ai pas posté…
je n'en voudrais donc à personne si personne ne lit cet énorme pavé, et si quelqu'un le lit, ben je veux bien vos commentaires. (et merci à l'amirauté qui viens de relire et virer quelques fautes, mais il en reste peut-être)

L'équipage
26 août 2015
26 août 2015

Ouh la... je lirai ça à tête reposée :-p
Personne n'est dégoûté? Non? Bon ben c'est presque gagné alors!
:famille: :whaou:

27 août 2015

comme louis XVI..
alain :jelaferme:

26 août 2015

cela sent l'enthousiasme, un excellent début amha :-)

26 août 2015

beaux débuts ! et beau texte, on s'est ss doute tous reconnus ...
merci !

il faut prendre le temps,...
de te sentir á l'aise en controle,
d'amariner la famille sans forcer,
d'apprendre á connaitre le rafiot,
d'apprendre la zone de nav,
de définir une place optimale de chaque chose,
de ranger avant de partir, ...

comme tu le dis, c'est á la fois si simple et si compliqué,
c' est aussi l'apprentissage qui fait l'intérèt, pour toute la famille !
c'est un vrai travail ...

et puis heureusement qu'on est un peu inconscient avant de se lancer dans ces aventures, sinon on resterait á surfer le net plutot que la vague ...

26 août 2015

Je me précipite pour te lire !
Ben voilà ! Rien ne se passe comme on voudrait, la météo n'est jamais comme on l'espère mais tout ça n'est rien en comparaison du plaisir d'une petite nuit au mouillage !

j ai bien apprecié le recit de tes aventures ,en gros tout c est bien passé :pouce:

26 août 201526 août 2015

Ben voila, je n'aurais qu'un mot : BRAVO!

Ben non finalement un peu plus qu'un mot, ça me parait être des débuts tout à fait normaux et engageants.

Juste, tu aurais pu profiter des quelques jours de calme (si j'ai bien lu) pour aller passer une ou deux nuits tranquilles au mouillage dans un endroit plus accueillant (y'a bien des plages dans vot coin?) pour agrémenter un peu le séjour.
mais bon, ça se passe comme ça se passe, l'important c'est de sentir l’enthousiasme de l'équipage et ça se sent bien dans le récit.

Le fait que à peine remis au sec, vous avez hâte de remettre à l'eau indique bien que vous êtes foutus, vous avez chopé le virus !

Quand à ta prose, j'ai tout lu d'un coup sans lassitude, ça retranscris bien l'ambiance

:pouce:

Edit : Ah oui, j'oubliais, ça fait plaisir aussi de voir que des "anciens" aient pris un peu de temps pour vous montrer la voie, bravo à JM13 et Mayko (mais les connaissant, ça ne m'étonne pas du tout de leur part) :bravo:

26 août 2015

Un bon début !
Pour les " sonneries ".... Ça rappele les nôtres... :-p
To be continued ?

26 août 2015

Excellent récit ! Ça se lit tout seul et c'est pas ennuyeux. Tu donnes envie.

27 août 2015

C'est en forgeant que l'on devient forgeron...
Qui qui va regarder ses zolies photos cet hiver en révant à la saison prochaine ?

27 août 201527 août 2015

Ben manifestement la mayonnaise est montée, c'est super ! :pouce:
Pas si catastrophique que ça les première armes, quand ça a été mon tour on se serait cru dans "La croisière du Snark"...
En ce qui concerne les mômes, il faut tout faire pour qu'ils accrochent, il se passe des choses dans la vie de famille à bord qui n'ont pas d'équivalent à terre.
Vivement la prochaine, hein ? :mdr:

27 août 201527 août 2015

ce sont des debuts difficiles mais pas plus que prevus...
la famille barre plutot bien pour des ultra debutants, et la meilleure c'est la hurleuse qui m'a fait des empannages sans meme devier de la route de plus de 5°
ce bateau est plutot raide a la toile puisque comme on con on est sorti le premier jour sans aucun ris gréé alors qu'il y avait pas loin de 20 nds
le capitaine a vite compris comment on prends un ris , mais il faut dire qu'avec cette tailel de bateau c'est tres vite fait..Par contre comme je le craignais les arrivées de quoi ( pourtant toujours face au vent a PSL) c'est pas gagné, il faut dire a la decharge du skipper que la commande d'inverseur est assez merdique.
Tout s'est cassé la gueulle le premier jour = le contraire m'aurait etonné, mais comme ca a commencé avec 20 nds mini au moins ils ne seront pas surpris par la suite.
n'oublions pas de remercier Tiki qui a "refait" en express le safran ( un peu delaminé) le WE avant la mise a l'eau0.
enfin comme il n'y a aucune electronique je compte bien faire de toualenvers un adepte de la vrai nav et pas de la tablette, n'en deplaise au tristes
llaurent a pu comprendre que la voile paradisiaque c'est pas pour tout de suite mais au moins est conscient du chemin a parcourir...entre entretien , mise a niveau, manoeuvre , navigation, vie a bord , plaining , meteo sans oubliéer la gestion du budjet

27 août 2015

J'ai retrouvé dans ce récit, mes 1ères impressions de sortie en CDB avec mon amirauté, mon beau-père et ma fille de 4 ans... J'ai eu la même galère, pété une filière qui avait accrochée les cadènes d'un vieux gréement dans le port du Palais, chandelier cassé net et balcon tordu..
J'ai compris que le chemin était encore long et j'étais tout aussi inquiet du fait que l'équipage en voulait, et par ignorance, ne voyait pas les difficultés et les dangers...
C'était il y déjà 12 ans, ben il faut persévérer, faire des sorties modestes et élargir petit à petit, poursuivre les formations (j'en suis à près de 15 stages et j'attaque le cursus monitorat).. Mais en tous cas les émotions sont bien là et sont partagées par tous, donc c'est (quasi) déjà gagné..
Et après avec les années, on peut envisager avec discernement comment passer sa retraite sereinement sur un voilier (encore 10 ans pour moi) ..

27 août 2015

Bravo et merci pour ce récit de ta première navigation comme de propriétaire en famille :famille:une bonne bouffé d’air pure ça fait du bien ! :pouce:

Par contre une chose m’étonne pourquoi embarquer un vieux grincheux avec toi pour les vacances ? :heu: :-D
Parce que comme leste mobile on trouve mieux non ? :acheval: :acheval:

Allez bon re-bricolage et bisous à Philippe !
:bravo: :bravo:

27 août 201527 août 2015

Je pensais que le vieux grincheux aurait pu balancer une giroflée à cinq branches à la "hurleuse" :heu: :mdr:

27 août 2015

"" j'avais longtemps dit à l'amirauté, mais j'avais abandonné vu qu'elle me soutenait le contraire : notre façon de "ranger" le bateau ""

"" l'amirauté, elle sort un seau, une brosse et une vieille brosse à dent et passera le reste de la journée à mettre le pont bien propre, sans que personne ne lui demande rien… ""

1 c'est forcement du vécu...
2 c'est curieux, il doit y avoir une école secrète d'amirauté qu'on ne connait pas nous les hommes, elles ont toutes le même diplôme...

un bonheur à lire !

27 août 2015

A vrai dire, ce terme "Amirauté" est le seul bémol de ce long et néanmoins plaisant récit. Je ne supporte pas l'emploi de ce mot, c'est vieillot. Je préfère l'emploi des mots équipière, épouse, femme, ou carrément son prénom (voire même son surnom mignon), une façon de nous la présenter virtuellement.

Mais bon, de quoi je me mêle, après tout ?!! Si tu lui as fait lire et même corriger ta prose et qu'elle n'a pas tiqué... :acheval:

27 août 2015

:aurevoirdame:

Ah, au fait... quand on s'est rencontrés sur Harmattan de Océanix tu m'as dit un truc du genre "quoi, t'as même pas été en Corse et tu oses me critiquer ?"
Ben, maintenant, la Corse c'est fait, alors je te dis pas ce que tu vas morfler ! :cheri:

27 août 2015

il y en a par manque d'eau qui naviguent avec leur gourde
alain :star2:

27 août 2015

bravo!!! bienvenue chez les fous :bravo: :bravo: :bravo: :bravo:

27 août 2015

:pouce: :bravo: :bravo: :bravo:

Merci pour ce récit rafraîchissant

27 août 2015

hello
bon debuts, comme les copains
la zone n est pas la plus propice a la navigation,traffic, vents
quand j avais mis popola (cha europe) a l eau a martigues avec l amraute a bord pour la premier fois, je m etais vite planque a carrau (mouillage) le temps que ca se calme (ca doit faire 10 ans)
depuis on est rodés
loulou

27 août 2015

+1
une virée à Carry-le-Rouet et hop, tu peux passer une semaine plus agréable en rade de Marseille, ce qui inclue pour l'équipage la possibilité de faire les boutiques, aller à la plage, mouiller au Frioul...
Pour la prochaine fois; je te le souhaite :pouce:

27 août 201527 août 2015

:bravo: :-)

27 août 2015

Bienvenu au club !

Continue, en ménageant les femmes de l'équipage et tout ira parfait.

Choisi bien les endroits pour mouiller et dormir. C'est comme cela que soit tu pourras récupérer toutes les conneries de la journée. Une bonne soirée suivie d'une belle nuit dans un beau mouillage abrité, et ça repart de plus belle. Une mauvaise nuit dans un mouillage agité et bruyant, et tout le monde se casse le lendemain.

Pour le rangement, trouve des caisses transparentes et tu marques au feutre ce qu'il y a dedans, genre "outils", "électricité", "plomberie", "accastillage". Tu verras qu'au fil du temps tu stocke à bord l'équivalent d'un gros Castorama.

Pour le mal de mer, on a testé cet été le scopoderm, après avoir testé tous les autres systèmes, depuis le mercalm jusqu'aux lunettes en passant par l'orthoptiste ou le gingembre, et il n'y a pas mieux. Quand j'ai vu ma fille, qui a déja vomi à l'arrêt dans un parking, lire couchée sur une banquette à plat ventre, la tête en bas, pendant une après midi dans un clapôt de furieux, j'ai compris que l'on avait la solution.

Pour les manoeuvres, cela rentrera avec la pratique. Tu as des bons soutiens à PSL pour continuer ta progression et rejoindre le super club des grands marins qui sont allés en Corse !

Jacques

27 août 2015

Très sympa ce récit ! Plein de fraîcheur ! :-) Il manque juste les problèmes de courants et de marées qui te sont épargnés dans ton bassin...

L'avantage que nous avons, c'est que nos enfants ont commencé la voile dès la naissance, ou presque, donc tout leur parait normal (gîte, virement de bord, houle...). Le plus délicat reste les sillages des cargos que nous croisons dans les chenaux (surtout au Havre) que mon fils ne supporte vraiment pas...

Cet été nous avons eu la chance de voir des dauphins, des phoques, des vieux gréement sous voile, de beaux levés et couchés de soleil en mer, ce qui émerveille les enfants (entre autre) et rendent ces vacances uniques !

28 août 2015

comment pas de courants et de marées !!!!!
nous avons le ligure et bien d'autres c'est souvent +ou- 2nds soit 30% de la vitesse en plus ou en moins ,et la marée relative au vent et à la pression atmosphérique + la lune imprévisibles.
la plupart des coureurs océaniques ,n'aiment pas beaucoup venir naviguer sur la flaque ,certains y ont laissé leur batos
alain

27 août 2015

bravo et merci de ce partage
et un grand bravo aussi à Mayko Jm13 et Tiki

27 août 2015

Et surtout BRAVO à Paul "le Belge"!!!! :-)
Sans lui nos efforts auraient été anéantis. :mdr:

27 août 2015

Bravo !
:pouce:
Chouette texte sympa et bien écrit décrivant bien vos débuts...

...Un peu similaires à tout le monde je crois bien :-)

Tu as eu aussi de bons professeurs dirait-on?

Mais mouiller d'urgence au hasard sans regarder la carte ?!
Pas très prudent pour un débutant (ou un vieux loup de mer)
Mais "bordéliser" l'intérieur ? cela a dut être une bonne leçon, madame a du rapidement comprendre tes arguments !

Je préconise quant à moi une place pour chaque chose, absolument inamovible et un plan pour tout ce qui est sous les couchettes/banettes/coussins du carré, car des trucs ne servent que rarement et on ne sait plus où on les a mis, et avec cette "check liste" on s'y retrouve facilement lorsque l'on en a besoin.

De plus, rangement immédiat de tout après utilisation, sauf de la carte, des jumelles, du compas de relèvement et de l'appareil photo...
(et éventuellement de la vaisselle sale s'il faut appareiller d'urgence pour cause vent ou marée)

Je ne suis pas maniaque mais sur un petit voilier une organisation rigoureuse permet d'être cool et de profiter du bon temps plutôt que de retourner tout le bateau et de se prendre le chou pour trouver le décapsuleur ou autre ustensile dérisoire...
:lavache:

27 août 2015

A part ça le stresse de la mise a l'eau de ton "navire"
:mdr: :mdr: :mdr:

Malheureusement, cela pourra encore arriver, malgré l'habitude des futures mises à l'eau !

Et regardes sur you...truc les mises à l'eau ratées de yachts de luxe, paquebot et autres quelques jours avant la mise à l'eau de votre beau voilier, et tu auras quelques sensations :mdr:

27 août 2015

j'ai eu des sueurs rétrospectives ,quel risques énormes avons nous pris à la pelou's cup quand je t'ai confié la barre .... :whaou: :-D :-D

27 août 2015

J'aime bien lire des récits comme celui-ci car souvent il y transpire des émotions , des sensations dont je pense que la plus part d'entre nous avons connu et qui me rappelle des souvenirs .
Curieusement il ne m'est rien arrivé de spécial lors de mes premières sorties en tant que skipper de mon propre bateau , chance du débutant ou concentration je ne sais pas , c'est plus tard alors que je me croyais aguerri que j'ai fais de belles gourdes ( rien de grave pour le matériel , seul l'égo à morflé ) et je pense pouvoir affirmer Toualenver ( surtout avec un tel pseudo ) , que tu fera des bêtises même dans quelques années , le seul truc c'est qu'en ayant de la bouteille , tu en évitera certaines au dernier moment , en rattrapera d'autres et limitera les conséquences mais tu en fera .
Perso je trouve dangereux que quelque chose " vole" et se promène dans le carré , on peut être amené à descendre en urgence et à tout les coups y poser les pieds dessus avec ce que cela peut entrainer .

27 août 2015

Excellent récit, plein de recul et de lucidité ! T'as plus qu'à être aussi lucide à ta prochaine manoeuvre d'accostage !

Pour ma part, pas fou : ma 1ère sortie en tant que chef de bord, je l'ai faite avec un équipier moins compétent que moi, sur un sombre étang, sous la pluie : personne pour voir mes conneries, je me suis dépêtré avec elles sans prendre le moindre risque pour ma dignité !

27 août 2015

Merci à tous pour vos commentaires et remarques,
finalement, d'après certains de vos retours, je suis pas plus ridicules que les autres débutants, ça fait plaisir.
Je vais me noter vos conseils pour la saison prochaine, ce coup-là, on sortira du Golfe de Fos, aller voir la vraie flaque.

@Calou: pour le terme Amirauté, c'est qu'on le voit tellement souvent ici pour désigner sa compagne, que je l'ai pris comme un usage à force de lire et intervenir sur le forum, je lui trouvait un petit côté désuet sympa, mais c'est vrai que j'aurais pu glissé quelques "puces" ou "Lydie" pour éviter les répétitions.

@Fritz: et oui, tu te rends compte de ce que j'aurais pu faire subir à ton joli chat-bateau ;-)

Ah et sinon, dans ma première mouture du post, j'avais fait un truc de remerciement, en coupant plein de choses, j'ai pas pensé à le remettre, dans le désordre, les principaux, Mayko et jm13 qui nous ont donnés des cours express, Alain que j'ai dérangé au tel un dimanche pour avoir des conseils, Tiki, grâce à qui je doit être le seul (à part les constructeurs amateurs helvètes) à avoir un safran indestructible Swiss Made, pleins d'autres, tous les copains de PSL en gros, pour leurs idées, leurs conseils etc, et plus généralement, l'ensemble de la communauté Héo, pour vos réponses à mes questions parfois un peu basiques quand j'ouvre un fil, mais aussi pour tous vos propres fils, grâce auxquels, même sans y connaître grand chose, on garde en mémoire les trucs à faire ou ne pas faire devant certaines situations.
L'année prochaine, j'essayerais de pas casser mon smartphone le dernier jour des vacances, ça me permettras de vous joindre quelques images à la prose :-p

27 août 2015

L'équipage de ton amphitrite a déjà donné la conclusion qui s'impose : on est tous passés par là = on a tous été ridicules, et ceux qui pensent ne pas l'avoir été, c'est qu'ils le sont toujours ! ;-p

27 août 201527 août 2015

Binette larme à l’œil. Binette bises. :langue2:

27 août 2015

Cher Tout-à-l'envers,
je ne suis pas intervenu pour commenter ton récit bien que je l'ai lu avec attention et plaisir.
Contrairement à certains intervenants, je ne m'y suis pas retrouvé puisque j'ai eu la chance de monter sur un voilier assez tôt - 5 ans comme équipier (poids mort) sur le Haddock paternel et 10 ans sur le Bar du grand-père - et mon apprentissage s'est fait petit à petit, au fil des années et des responsabilités que l'on voulait bien me confier. Et donc depuis de longues années, je pratique la plaisance, sans stress, dès que j'ai un moment de libre.

Or donc, en te lisant, j'arrive à la conclusion sans doute erronée que ces vacances et cette première expérience sont plutôt à classer dans la catégorie échec, non ?
Si je résume, tu as ss doute dégouté ta fille à vie, tu t'es engueulé avec ta femme, t'as abimé ton bateau, tu vomis à chaque grutage et le meilleur moment c'est quand t'as été mouiller une nuit dans la "zone indus de Dunkerque" ?

Bon, j'ai noirci un peu le tableau mais si toi, malgré tout ça, tu conclus que c'était des vacances de rêve, alors je te prédis un avenir de marin addict, voir un gus qui un jour plaquera tout pour vivre en permanence sur l'eau.
Je te souhaite plein de bonne naviguation, avec peut être un peu moins d'incidents à raconter
;-)

27 août 2015

En effet, tu force un peu le trait, mais oui, on en as conclue que c'était des bonnes vacances
et merci pour ta conclusion :topla:

27 août 2015

Salut toutalenver,
Ne te prends pas la tête à faire des stages. Trouve toi un équipier et pars naviguer avec TON voilier. Enchaine les sorties, les manoeuvres etc... c'est comme ça que l'expérience viendra. Pas en sortant 2 fois par an.
D'autre part, tu seras bien mieux préparé pour tes sorties en famille de l'année prochaine.

27 août 2015

oui, ça serait le top c'est certain…
sauf que je suis basé à Navy Service, mon bateau est donc la plupart du temps à sec, et si je me mets à payer des mises-l'eau/sortie d'eau un peu trop souvent, ça va revenir plus cher qu'une place en visiteur dans un port à flot ^^
En plus j'habite relativement loin, ce qui fait qu'à la fois pour des questions logistique et de porte-monnaie, en gros, je vais une fois par mois à PSL, pas plus.
J'ai bien prévu pour plus tard de chercher du boulot plus près du bateau, mais pour l'instant, c'est pas vraiment possible.

27 août 2015

On sent l'envie et la jubilation dans le récit et cela fait bien plaisir. Sacré équipe à PSL. Bravo !

D'accord avec gregoired. De ce que tu racontes, j'ai l'impression que tu es déjà au-delà des stages d'apprentissage. Tu vas claquer un pognon qui te sera bien plus profitable si tu l'utilises pour naviguer sur ton propre bateau.

A part peut-être le stage commando de Philippe qui, vu de ma fenêtre, me semble être une superbe opportunité.

Bonne continuation à toute ta famille.

27 août 2015

Au delà des stage, peut-être pas encore…
je devait avoir quelques restes des mes quelques cours en optimist quand j'étais môme, plus la théorie que j'ai bouffé entre ici, le cours des glénans, et quelques sites, ça as du aider un peu, et aussi 2 profs de chocs pour les cours accélérés, mais ça remplace pas la pratique.
avec mon bateau au lieu de stages, c'est sur que ça serait mieux, je vais creuser la question pour envisager des solutions.

Et le stage commando, sauf accident, j'en suis, bien évidemment ;-)

27 août 2015

L'argent économisé en faisant l'impasse sur les stages te permettra de vous offrir quelques mises à l'eau pour des WE de navigation.
Ta progression sera peut-être moins rapide mais avec les conseils des Héonautes et la pratique tu avanceras !

27 août 2015

salut oui ,comme tous te dise tu n'est pas ridicule le plus dur c'est de vaincre ses appréhensions , moi la première fois j'avais été faire un tour du coté de fos ( avec ma femme et mon fils ) venant de st chamas, au retour pour attendre le pont basculant je me met à quais et je dit a mon fils d'amarrer le cul en premier, sans regarder le courant dans le canal et je commence a voir l'avant du bateau qui part au milieu du chenal et se rebat carrément dans l'autre sens on fini part amarrer et la je me prend une crise d'éternuement ( le stress je pense ) la vigie nous signale qu'un tanker arrive et qu'il faut passer en même temps là re éternuements je veux passer derrière pour raisons de sécurité mais mon fils me non non ont passe devant pour éviter les remous,le pont s'ouvre et on voit arriver le tank, ont largues les amarres et gros demi tour au milieu du chenal pour prendre la bonne direction et plein gaz mais derrière zebulon arrivait vite aussi je serre les fesses je voulais virais sur babord le plus tôt possible mais manque de bol des filets des pèche partout, enfin en se serrant beaucoup zebulon passe et on peu finir de rentrer sur le port de st chamas inutile de te dire que j'ai bien dormi cette nuit :scie:

27 août 2015

Pour un bon apprentissage, faut faire les choses tout seul sur ton bateau. "Tout seul" ne veut pas dire en solo.

En gros, tu sors avec un ou deux copains mais tu leur demandes de ne rien faire (à part tenir la barre quand tu manœuvres les voiles).

C'est toi qui fais la sortie de port, toi qui hisses la GV, déroule génois, règle les voiles etc...
Idem, c'est toi qui affales, qui fais la manœuvre de mise à quai etc..

Tu fais ça 5 jours d'affilée et tu apprendras autant qu'en 3 semaines de stage. Même si c'est pour faire un tour de 30 minutes avec 3 ris dans la GV tu apprendras beaucoup plus.

Quand tu auras besoin d'apprendre la nav, la cartographie etc...ça vaudra le coup de faire un stage de bon niveau.

27 août 2015

oui, je vais creuser cette idée,
ça va pas être simple, mais c'est à creuser…
puis ça sera une motivation de plus pour arrêter de m'acheter mon cancer à crédit tous les matins, un mois de clopes, ça paye largement une mise à l'eau et une mise à sec…voire une et demi.
carto et nav', j'ai eu un petit cours version mayko… j'ai grillé 300 neurones en 45 secondes… mais il m'as dit qu'il fallait qu'on complète ça… va plus me rester beaucoup de matière grise…

mais c'est évident que si je trouve une solution pour naviguer plus sur mon propre bateau que dans des stages, ça sera très formateur, et ça me permettras de bien connaitre ses réactions…

en tant que mécréant, je vais tout de même faire une petite prière pour mon défunt compte bancaire, qui va souffrir le martyr pour des siècles et des siècles… Amen!

28 août 2015

Toutalenver,

Inscrit toi partout en liste d'attente. Regarde les Calou's qui ont fini par avoir une place aux Embiez.

Un bateau qui navigue doit être à l'eau, et je crois aussi qu'avec plein de petites sorties, tu vas trés vite progresser.

Tu vois sur une période longue combien une connerie peut te coincer pendant plusieurs jours et n'aurait aucune importance un week end.

Je sors aussi d'un parcours comme le tien : voile légère en lac, quelques sorties en mer sur habitable et la conviction que j'avais trouvé le truc que je cherchais.

On est parti quelques fois avec un pote qui assurait, comme tu l'as fait avec Mayko, et puis on s'est laché. A chaque connerie, on a compris un nouveau truc. Et la lecture (Heo n'existait pas, donc c'était les glénans, les revues...) pour apprendre des solutions possibles.

Au final, sortir souvent, même quelques heures, te permet de connaître des situations différentes, de les observer, de comprendre comment fonctionne la mer, autant de choses qui te serviront en croisière.

Tire des leçons de tout et progresse. Ton bateau doit être fiable. Ce qui est à bord doit fonctionner. Tu dois connaître ses limites, ce qui est déterminant quand il faut choisir une solution de repli parce que les choses ne se passent pas comme prévu.

Pense toujours à ton équipage. Il est important que chacun trouve son compte.

Jacques

28 août 2015

le probleme est surtout financier

29 août 2015

excellent !!!! à tous points de vue . Erendil a raison, il faut que le bateau soit à l 'eau. Même provisoirement pendant quelques mois d'affilée . Et surtout plus vers le Var et le 06 pour t' éloigner de ce foutu mistral . C'est en forgeant qu 'on devient forgeron et tu as forgé une belle pièce....... A suivre

29 août 2015

il est plus facile d'avoir une place à l'ouest rien de nouveau
qu'a l'est ou on fait les demandes pour nos arrières petits enfants .
alain

29 août 2015

aux marines de cogolin , j'ai mis 3 mois pour avoir la place pour mon first 24 il y a 5 ans et un an , à peu pres , car je me suis desisté 2 fois sur quelques mois pour avoir une place pour mon first 285 .... de plus , ils son agreable meme au telephone pour se renseigner sur le suivi dans la liste ........heueusement qu'à chaque fois , j'avais bien prospecter pour l'achat rapide du bateau

29 août 201529 août 2015

intéressant,ça veux dire que même vers l'est, il y a des petites chance de pouvoir trouver une place, par contre je viens de regarder les tarifs sur leur site… ouille, ça pique, si j'ai bien compris le tableau, 3342€/an pour mes dimensions… , plus de 3 fois le prix de Navy Service, et de mémoire, environ le double du port à flot de PSL.

Mais bon, c'est sur qu'il va falloir que je me penche sur la question, parce que j'aimerai bien pouvoir en profiter le plus souvent possible de mon canote, surtout une fois que j'aurai fini mes travaux en cours.

29 août 2015

rien n'empeche de tenter sa chance ......certaines categories superieures sont peut etre surchargées ? tres possible ..... en tout cas , sans piston sans tractation je navigue depuis 2011 dans le golfe de st tropez en ayant loué une place à l'année directement à la capitainerie 3 mois apres avoir pris la decision de m'inscrire.......j'avais un petit budget pour un 24pds et je n'ai pas negocié le prix pour ne pas pas perdre de temps sur la saison .......

j'ai eu du bol certainement ....... tant mieux ......
il y a d'autres manieres peut etre d'avoir des places ....achat de bateau neuf , rachat de l'amodiation ( 4 ans actuellement ) etc ......

29 août 2015

Marines de Cogolin: 20 ans d'attente à la dernière demande. Ils peuvent être sympa, ils ne seront plus là et nous non plus.
:lavache:

29 août 2015

Et pourquoi avoir remonter au moteur, le louvoyage c'est sympa.

29 août 2015

tout simplement parce qu'il y avait environ 25 nœuds, et que j'ai estimé que ça serait peut-être un peu au dessus de mes capacités à gérer un retour en louvoyant avec ce vent
(d'ailleurs pour les premières sorties, le cours des glénans préconise 5 à 10 noeuds).
Sinon, c'est évident que c'est super sympa, avec moins de 20 nœuds, disons autour de 15, on serait sûrement revenu sur des bords de près, c'est plus intéressant et plus formateur que le moteur

29 août 2015

Et pourquoi etre sortie? Une place au port ne peu se refuser.

29 août 201529 août 2015

Parce que justement moi aussi je pensais pas qu'on me refuserait une place, et comme dit dans mon long post initial, comme un couillon, j'ai pas pensé à me dérouter vers Port de Bouc qui était pas loin non plus (en même temps, dans le Golfe de Fos rien n'est loin), mais qui nous aurait permis de continuer notre route sous voiles, mais vu qu'au tel la dame que j'ai eu à Fos était catégorique sur le fait qu'il n'y avait pas de place, il as bien fallu prendre une décision, peut-être pas la meilleure, ni la plus intéressante, mais ce fut ma décision, celle qui me paraissait la plus sécure pour les gens à bord et pour le bateau (ou inversement car j'ai bien retenu une phrase de Fritz, je l'ai entendu la prononcer 2 ou 3 fois: "l'équipier le plus important, c'est le bateau, c'est lui qui as ta vie en main"c'est peut-être pas sa phrase exacte, mais c'est l'esprit)

[edit] ne pas oublier que l'on part de quasiment 0, c'est pas mes quelques cours d'optimist il y a bientôt 30 ans qui font de moi un vieux loup de mer, Lydie était monté une seule fois sur un voilier en nav', c'était sur le non-such de Fritz, un bateau sécurisant et en plus par temps de demoiselle, et mon fils n'avait jamais mis les pieds sur un bateau, à par le ferry pour un voyage scolaire [/edit]

29 août 2015

Une place à l 'année ? Un coup de bol . Il faut appeler de temps en temps les capitaineries dont celle des Embiez . Mais , maintenant en hors saison on peut trouver des places passagers moins chères. Alors quelques mois en passager permettront de naviguer plus souvent et dans des conditions de vent plus maniables . Et puis après retour à PSL . (en profitant de conditions meteo clémentes , bien entendu )

29 août 201529 août 2015

Moralité, ne pas prevenir de son arrivé. Et dire que je viens de faire "subir" une semaine de nav a ma femme et ma fille alors qu'elles n'avaient quasi jamais navigues.

29 août 2015

Comme beaucoup je pense que pour la prochaine saison tu aurais intérêt à t'éloigner vers l'est: le cadre sera plus "vacance" pour ton équipage ;-)

Pour une place à l'année, c'est effectivement plus chère, de même que l'entretien mais pour avoir connu Martigues à sec et l'île des embiez depuis 3 ans (après pas loin de 15 ans sur liste d'attente!) cela n'a rien à voir et tu peux profiter d'un WE en mi saison même sans sortir ET SURTOUT, la vie au port est déjà agréable en soi pour l'équipage!

Il me semble que pour les "petits" bateaux (moins de 9-10m) il est plus facile d'avoir une place, moins de liste d'attente que pour un 12m par exemple. Le prix est comme tu l'annonçais de +-3500€ par an.

Un dernier point à prendre en compte: tu peux toujours refuser la place si on te la propose et surtout dans 6 ans/8 ans/15 ans... tu habitera peut-être plus près ou bien tu aura des moyens supérieurs, des enfants plus autonomes financièrement (ou pas!) mais ce qui est sur c'est que si tu prend date tu te laisse plus de possibilités de choix pour l'avenir :-)

31 août 2015

La seule erreur, ce fut de vouloir naviguer en Méd'
Partout ailleurs, on fait de la voile....
Là, avec le régime de vents, on fait du moteur ... ou de la survie :mdr:
Mais, c'est vrai, ce pourrait être un bel endroit!

27 août 2017

alors et cette année comment ça se passe ..??????
c'est le feuilleton de l'été ........
c'est comme ça maintenant ...
alain

27 août 2017

la réponse ici Alain: www.hisse-et-oh.com[...]saison3
et tu fait parti de ceux que je remercie pour m'avoir un jour filé la barre de ton navire ;)
(d'après mayko, je barre encore un peu près bien, reste à vaincre mes appréhensions de non marin et mes doutes sur ma capacité à maintenir mon équipage en vie… mais je préfère aller doucement quitte à passer encore une saison à rester dans le Golfe, plutôt que d'aller au delà de mes capacités et mettre en jeu la vie de ceux qui m'accompagne… la mienne, c'est pas trop grave, mais je suis pas seul à bord)

27 août 2017

super récit, on est tous passés par là, mais tu découvrira bien assez tôt pourquoi il ne faut jamais manger ni saupes ni oblades ;)

27 août 2017

les oblades si ,c'est exellent ,mais les saupes si on n'enlève pas la peau noire dans le ventre c'est amer et on fait de mauvais rèves .
alain

28 août 2017

les oblades : au mouillage la pompe des wc c'est un peu ... comme dire a table !
c'est bien dommage de naviguer aussi peu souvent !

28 août 2017

:-D :-D :-D Ex-cel-lent ! Quel comique tu fais ! !!

28 août 2017

Salut Laurent
Remplie d'émotion, de passion, d’honnêteté, bref, c'est juste une belle histoire, celle d'un fleuve pas forcément toujours tranquille qui à l'arrivée, si j'ai bien compris, a même enthousiasmé ta Germaine ce qui est déjà beaucoup.
Moi, j'ai fait pire dans mes débuts et encore aujourd'hui, je n'ai pas forcément à être fier tous les jours, mais heureusement, sinon il n'y aurait plus d'aventure si tout ce passait bien.
Contrairement à Mayko, je pense que tu devrais vite t'équiper d'un sondeur et surtout d'anémomètre, c'est vraiment un plus je trouve...
Le rangement va vite venir et les manoeuvres pareils, tu vas apprends vite fait et garde plutôt ta caillasse pour d'autres plaisirs, tu en sauras plus avec des équipiers à mon avis....
Je te souhaite le plein de bonheur avec ta canote, fut-elle un mono.. :cheri:
Pascal :alavotre: :alavotre:

28 août 2017

Salut Pascal,
Si ça t'a plu, je te suggère de lire la saison de cette année, j'ai mis le lien 5 posts plus haut, tu devrait aimer aussi
;-) :alavotre: :alavotre:

28 août 2017

pour l'anémomètre un appareil a main est de loin suffisant sur un voilier de cette taille !!

28 août 2017

Les anémomètre "a main" sont ils fiable ?
Que connaissez vous comme modèles sérieux ?

28 août 2017

Anémomètre à main = gadget presque inutile, enfin ceux que je connais.

ça donne une indication, mais tu as la même indication à quelque chose près sans l'appareil juste en étant dehors.

AMHA.

31 août 2017

j'utilise apres avoir mis à la benne deux anemos en 20 ans, + un anemo LA CROSSE sur le balcon AR qui est précis au portant là ou c'est le plus utile, AMHA

28 août 201728 août 2017

Je préfère personnellement l'usage de l'anémomètre à fesses.
Pas hyper précis, mais d'un usage d'une facilité déconcertante :
- une petite tension dans le postérieur : 20 noeuds;
- fessier crispé, il y aura des courbatures demain : 30 noeuds;
- des crampes toutes les cinq minutes : 40 noeuds;
- t'as le sentiment d'avoir les fesses de JCVD : au delà.

:-D

29 août 201716 juin 2020

j'ai acheté celui ci en chine sur ebay a 17 euros, il est parfait, pour la précision franchement qui a besoin de précision ...

30 août 2017

Bonjour je ne le trouve pas sur ebay peux tu m'envoyer le lien ?
il est sur d'autres sites mais à un prix 10 fois supérieur (160€).
merci d'avance.

29 août 2017

plus besoin e dépenser un bras dans un fixe , monter au mat les cables , même avec un 12 mètres je reprendrai le même !
la girouette de mat mécanique en haut du mat reste pour moi obligatoire et des penons .
mais si mes moyens était large je ferai monter pleins d'électroniques

31 août 2017

prix 17,92 rendu dans ma boite a lettre , a 160 euros se sont des revendeurs européens
j'ai sa en ref: HoldPeak HP-866B Digital anémomètre vent vitesse Air vitesse Temp testeur G9C7
le vendeur : angshoo

31 août 201731 août 2017

36,99 ! rendu a la maison

www.ebay.fr[...]6284239

19,68 euros en 2 minutes de recherche
www.ebay.fr[...]1414655

31 août 2017
31 août 2017

Le problème de ce genre d'anémo est qu'il faut le garder à la main, donc tu ne mesures pas le vent très longtemps. Et tu ne dois pas te rater en visant là d'où vient le vent sinon aucune fiabilité.
Un anémo à axe vertical c'est déjà plus fiable, et si en plus tu peux le fixer, c'est encore mieux.
Autant vous dire que si ce n'était pas hors budget, ça fait longtemps qu'un anémo LCJ serait installé.

31 août 201731 août 2017

Calou il y a une flêche sur l'appareil pour indiquer le sens de visée , et puis la vitesse du vent ... tu la prend une fois de temps en temps pour te rassurer qu'il y a bien 40 noeuds et que tu a bien raison de rester au chaud !!
ou 2 noeuds et qu'il est temps de sortir le maillot de bain (ou pas ) !

pour l'axe verticale : avec la gite a 20 noeuds la girouette en haut du mat est elle fiable ? les mouettes les embruns l'usure des godets des roulements

Calou , petite rectification si tu parle d'axe verticale pour un anémomètre a main , je ne sais pas si c'est plus fiable , j'ai pris celui ci a cause de la girouette qui est protègée moins de risque de casse ... enfin je suppose !
et les chiffres plus gros .......... :doc:

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Mouillage en med, on se croiserai en Polynésie

Souvenir d'été

  • 4.5 (122)

Mouillage en med, on se croiserai en Polynésie

novembre 2021