Port a sec de Vannes, bonjour l'ambiance

Hier sur Vannes, nous visitons deux petits voiliers qui nous intéresse à acheter....le premier est sur le chantier Caudart; nous voici devant le chantier, il fait un temps superbe , le proprio nous a fournit toutes les indications et nous voici fin prêt pour la visite. Ce petit voilier nous intéresse vraiment, il est dans notre budget et semble en bon état, deux conditions importantes.... sauf que.....Lorsque nous nous présentons, le responsable du chantier prend un air très géné....En fait, il y a eut un coup de tabac dans le golf ce week-end et le voilier a basculé du ber, il est littéralement défoncé, quille désolidarisé, avant mort, démâté, un pur carnage...d'après ce que nous apprendrons en discutant sur le secteur, l'hivernage c'est pas le top chez eux...deux voiliers sont détruits suite a ce coup de vent. Mon époux, qui avait sélectionné ce voilier est totalement démoralisé et j'imagine bien la tête du proprio après l'échange qu'il, a eut avec mon époux.
J'avoue avoir été tellement scandalisé de ce manque de professionnalisme que cela explique ce post.

Quelques heures plus tard, nous visitons un autre petit voilier qui a toutes les caractéristiques de nous convenir, sur vannes toujours et dans une autre zone. Il est au mouillage et le proprio l'a rendu "fin prêt" pour notre visite. Il nous sent motivé et il a bien raison. Et là, de nouveau consternation, un chantier de Vannes est intervenu ( j'ai préféré ne pas demander lequel) l'apprenti a commis une fameuse boulette et tous les fond sont remplis de gazole, l'odeur est plus que limite...là aussi le proprio est dégouté, tout autant que moi qui venait pour conclure l'affaire.....autant j'ai vu des chantiers hyper sérieux comme a Paimboeuf ou sur Nantes autant là, j'avoue ne pas comprendre....je risque pas d'hiverner là haut......Non mais Allo quoi......

L'équipage
23 juil. 2013
23 juil. 2013

quel genre de bateau??,

23 juil. 2013

si coup de vent brusque et violent (sous orage) la chute d'un ber est toujours hélas possible.

D'autant qu'en été les chantiers ne prennent pas les mêmes précautions qu'en hiver (bateaux arrimés au sol par des drisses et des bouts' tendus depuis le mât)

23 juil. 201323 juil. 2013

Le premier était un first 325 et le second un Fast 30....
A Emma, visiblement ce n'est pas la première fois que cela arrive....
On recherche entre 9,50 et 11 metres bateau marin et rapide, en état de naviguer, petit budget, vieille coque....voila....pour info....

23 juil. 2013

Je ne connais pas du tout les circonstances de cet accident. mais il me semble un peu tendancieux de vouloir généraliser un cas exceptionnel, peut-être consécutif à l'un des orages du début de week end et non pas à un coup de vent .
Il y a 500 bateaux hivernés chaque année sur le terre-plein du Chantier Caudard et je peux témoigner du professionnalisme et de la véritable expertise de Charles Caudard. Au cours des 6 ou 7 derniers hivers où j'ai hiverné Steredenn c/o Caudard, je n'ai pas vu le moindre problème, malgré de sérieux coups de vent. Le terreplein est, en réalité, très bien abrité.
A noter, enfin, que les bateaux sont calés par le chantier sur épontilles bois et étais de maçons,et non pas sur bers, sauf rares exceptions (bers de propriétaires et demandes spécifiques).

23 juil. 2013

De toute façon, je ne mettrais pas mon voilier chez eux.....et pour cause.....rire....

23 juil. 2013

la les chantiers de vannes ont pris un sérieux coup de Bamboo!!!

23 juil. 201316 juin 2020

Ca arrive chez d'autres aussi, le chantier n'y est pour rien, il y a des effets venturi que personne ne maitrise dans un évènement climatique.
Quand à la maladresse du salarié, l'histoire ne dit pas si le malheureux propriétaire n'a pas été indemnisé, et bénit soit celui, qui n'a jamais rien renversé dans son bateau. :mdr:
Ykavoir, le mikado géant c'est ici :

23 juil. 2013

Oui mais tes photos montre les effets à La Rochelle de la tempête de fin décembre 1999 qui a ravagé plus de la moitié de la France, pas les résultats de rafales d'orage ! :jelaferme:

24 juil. 2013

Ne nous méprenons pas, je riais non pas pour la tempête de 99 et les autres d'avant et d'après, où au détriment des bateaux esquintés et des malheureuses victimes, mais au souvenir d'une bouteille en verre, pleine de sirop cassée dans le bateau.
Bon c'est moins pénible que du GO, mais ça fait son lot de distribil quand même, ça ne s'évapore pas et c'est tout aussi tenace.
Drôle d'autant plus que toutes les personnes à proximité, n'ont esquissé aucun geste pour la rattraper, moi y compris, comme si nous étions hypnotisés par ses oscillations avant la chute sur le plancher (une lame d'étrave au mouillage, pour les circonstances) :-)
Cela pour souligner que chacun peut commettre une maladresse, ça ne mérite pas une condamnation sans appel ou une mise en cause du savoir faire d'un homme de l'art, qui s'efforcera bien souvent de remédier à sa bévue.

24 juil. 201324 juil. 2013

En soulignant que les photos présentées par Bikeel correspondaient à la tempête de 99, mon propos n'était absolument pas de jeter opprobre sur les compétences du chantier de Vannes, mais juste de relever une illustration à mon sens quelque peu exagérée au regard de l'histoire conté dans le post à l'origine du fil. :topla:

24 juil. 2013

Si on peut comprendre la déception de notre consœur, qui entrevoyait la fin d'une longue quête de "Graal flottant", on peut toutefois souligner que la narration est assez maladroite.
Quand on est un tiers non impliqué (elle n'est qu'un acheteur potentiel parmi d'autres peut-être), on n'incrimine pas le savoir faire d'un professionnel, qui sans doute a épontillé des milliers de bateaux dans le cadre de ses activités et est sans doute lui-même bien embarrassé.
Ce sera à l'expert de l'assurance de déterminer les responsabilités dans cette malheureuse affaire, et à personne d'autre.
Et une fois les responsabilités déterminées, l'affaire se réglera entre le propriétaire du navire, le chantier et leurs assureurs respectifs.
Pour rester didactique en marge de cette affaire, profitez en pour vérifier ce qui est écrit en petit dans vos contrats d'assurance, rubrique "exclusions de garantie".
Beaucoup de compagnies excluent, ou restreignent le risque de chute d'un ber, d'une remorque routière ou lors d'une manutention, qu'on se le dise. :tesur:

24 juil. 2013

La (les) tempête (s) de 99 furent une "rafale d'orage" à grande échelle, que je sache.
Quand un orage se déclenche, c'est toujours très localisé mais les vents peuvent atteindre des vitesses impressionnantes et avec une direction imprévisible. Aucun port à sec n'est à l'abri de ce genre de problème, tant la soudaineté et la violence peut surprendre.
Je ne jetterais personnellement pas l'opprobre sur ces gens et les "rires" sont ridicules ... :non:

24 juil. 2013

Sur la deuxième de mes photos, (copyright moi-même), on voit très nettement, que ce n'est pas l'orientation des bateaux, qui a provoqué la chute de certains, et pas plus que leurs masses respectives, ne les a laissé debout (voir en arrière plan la petite vedette intacte).
On distingue nettement, sur l'arrière plan, que c'est un couloir de vent qui a renversé les bateaux, alors que ceux qui sont perpendiculaires sur la gauche, auraient du logiquement chuter également dans la rafale.
Donc ça ressemble bien à un effet venturi très localisé. Ce qui expliquerait également la malheureuse expérience, dans l'orage de vannes sur un seul des bateaux stockés.

24 juil. 2013

Moi aussi j'ai renversé, une foi, une bouteille casi neuve d' Aberlour dans mon canot, désastre! ! !
Action - Réaction =
j'ai jeté les glaçons dans la cale, et j'ai bu mon vieux malt directement dans l'écope :doc:

Bon, plus sérieux, je trouve un peu exagéré l'intitulé de ce post, pourquoi incriminer un pro et le port en entier pour un événement climatique ?
Un peu racoleur tout ça, non ?

24 juil. 2013

ça doit être du à la déception.. deux canots' dans la même journée..

24 juil. 2013

Pour ma part, j'ai eu l'occasion d'hiverner mon bateau dans ce chantier. Si j'ai regretté le manque de point d'eau, de prise de courant, et d'avoir mon bateau à 2 cm de celui de mes voisins, je ne mettrais jamais en cause le professionalisme du personnel. Ce qui est très surprenant, c'est qu'il est plutôt bien abrité.

Sans vouloir poser une quelconque analyse sur ce qui s'est passé, je relève que le voilier qui est tombé du ber est décrit comme ayant sa quille désolidarisée.
Le narrateur induit implicitement que cette désolidarisation est la conséquence de la chute.
J'en doute.
Une bonne partie de la masse du bateau est située dans la quille.
La liaison quille/coque est, par définition robuste, puisqu'elle est réputée être en mesure de supporter les mouvements latéraux de la quille en mer.
Tomber du ber consiste à choquer la coque au sol, l'endommager, mais les efforts transmis à la quille restent modestes, sans aucun rapport avec ce pourquoi cette quille est conçue.

En revanche, si la jonction quille/coque est fragile, l'effet latéral du vent sur le gréement induit un effort en rotation de la coque par rapport aux bers qui peut mobiliser la coque par rapport à la quille.
Le bateau reposant sur la quille, la quille est en porte à faux, la désolidarisation à lieu et c'est elle qui occasionne la chute du ber.

J'ai eu occasion d'examiner un bateau qui est tombé à la suite de cet enchainement, l'aspect des faciès de rupture des boulons de quille est déterminant pour poser un diagnostic. :litjournal:

26 juil. 2013

Moi je vous conseille plutot la visite d'un dériveur à fond plat ou "mieux" un catamarant ....ils leur en faut plus pour "tomber du ber"
:lavache: :jelaferme: :acheval:

13 août 2013

Retour d'information ...
Je viens d'avoir un contact avec Françoise, la secrétaire du chantier Caudard. Il y a une expertise en cours pour rechercher les causes des accidents ayant touché deux bateaux lors de ce violent orage. Hypothèse probable: il semblerait qu'une mini tornade très localisée ait traversé le chantier pendant cet orage.
Un First 345 qui avait été mis à terre et épontillé tout récemment a été littéralement soulevé avant de retomber. L'autre bateau est un 747 One Design qui était tout juste vendu et se trouvait sur sa remorque, non sanglé: également soulevé !
Ce n'est que le 2ème accident en plus de 40 ans d'activité...
Il faut, maintenant, attendre le résultat des expertises en cours et les décisions des compagnies d'assurances concernées.

17 août 2013

Imaginez un instant,si vous aviez acheté le voilier 2 jours avant,finalement vous avez eu beaucoup de chance et point d'emmerdements,attention au 3ème....!

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Souvenir d'été

  • 4.5 (94)

novembre 2021