Polynésie française, l'enfer du miroir ...

Les voiliers sont de moins en moins bienvenus en PF: haine et racisme ordinaires, manipulations politiques (les élections arrivent...), etc ...
Même les réseaux sociaux US s'en font écho, par exemple:

www.sailingtotem.com[...]ti.html

Fiu

L'équipage
14 nov. 2019
15 nov. 2019

Cela vaut la peine d'être traduit... (par DeepL)

""Devrions-nous sauter Tahiti ?" Une question que je n'aurais jamais cru entendre m'a été posée sérieusement la semaine dernière au cours d'un coucher de soleil alors que nous discutions des plans 2020.

La destination de croisière populaire envoie un message fort que les croisiéristes ne sont plus les bienvenus. La semaine dernière, un croiseur local a signalé que la police avait commencé à débarrasser les bateaux du mouillage très fréquenté de Taina à Tahiti. C'est à cet endroit que les bateaux de passage s'amarrent lorsqu'ils visitent la plus grande île de la Polynésie française. Il y avait peu de préavis pour la réunion convoquée pour discuter des plans, et aucune autre option n'était offerte ; la marina de Taina est généralement réservée à l'avance et n'est pas une option prête.

Tahiti n'est pas le seul endroit en Polynésie française à resserrer les réglementations et à chasser les bateaux. Bora Bora Bora a totalement interdit l'ancrage. Moorea devrait suivre bientôt. En Polynésie française, la tendance est à l'accroissement des restrictions : la presse locale rapporte que l'objectif est de réguler l'ancrage sur l'ensemble des îles. Entre-temps, à Tahiti, les autorités portuaires qui ont dégagé le mouillage de Taina ont clairement indiqué qu'"il n'y a pas de plan B" pour déplacer les bateaux dégagés ; c'est d'autant plus regrettable que la saison des cyclones commence ce mois-ci à Tahiti, avec un timing et un ton malheureux.

Ce n'est peut-être pas grand-chose d'être obligé d'utiliser des amarres ou des marinas. Mais c'est plus compliqué que de planifier à l'avance et d'établir un budget un peu plus élevé. Demandez à la famille Hynes sur l'Outremer 51, Archer. Sa famille est retournée au champ d'amarrage à Bora Bora Bora où ils avaient laissé leur bateau pour aller dîner à terre en juillet. Archer n'était pas là : une fouille a révélé que le bateau avait été emporté par le vent jusqu'à ce qu'il heurte la structure impitoyable d'un bungalow de station balnéaire après l'amarrage (environ 30 $/nuit) et qu'il s'est brisé, causant des dommages considérables au bateau.

Le schéma de Bora Bora Bora montre les amarres disponibles (en vert) et les anciennes zones de mouillage (en rouge foncé) - source, Seth Hynes
"C'est vraiment triste ce qui est arrivé à notre bateau, se dit Seth, mais encore plus triste de voir ce qui se passe dans la région. Je pense que c'est bien que les gens du coin veuillent protéger leurs îles, mais j'aurais aimé qu'ils travaillent avec la communauté des croisières pour le faire en toute sécurité plutôt que de se précipiter dans le changement. En appliquant la loi du "non ancrage" avant la mise en place de l'infrastructure, elle nous a tous mis dans une situation très dangereuse. Je suis content que personne n'ait été blessé sur notre bateau ou à l'hôtel, car les choses auraient pu être bien pires."

Heureusement, et c'est incroyable, ce dommage à Archer n'est qu'esthétique.

Vue du pont inférieur des dommages causés par l'impact au-dessus d'un poste d'amarrage.
Bonaire a fait un travail fantastique pour protéger son récif frangeant en exigeant que les bateaux ramassent des amarres abordables. C'est magique de nager sous votre bateau sur un récif vibrant et prospère à une profondeur de plongée en apnée/plongée libre que cette configuration rend possible.

Les croisiéristes connaissent tous le mantra de ne pas faire confiance à un amarrage tant que vous n'avez pas été en mesure de le vérifier. Facile à Bonaire, et on a remplacé la ligne d'effilochage. Mais comment pouvait-on raisonnablement s'attendre à ce qu'Archer vérifie la manille à 85 pieds de profondeur qui s'est cassée ? Bien sûr qu'ils ne peuvent pas, ils doivent compter sur l'intégrité des propriétaires/gestionnaires, et cette chaîne à Bora Bora Bora clarifie une motivation pour le profit par rapport à la sécurité des navires.

Pourquoi est-ce que ça arrive ?

Le déménagement à Tahiti est dû en partie à un plan de développement, mais lisez les articles de la presse locale sur les restrictions et les sentiments locaux. Il est douloureux de savoir que les commentaires des lecteurs indiquent qu'ils sont heureux que les croisiéristes s'en aillent, fâchés par le manque de respect qu'ils ressentent pour la communauté locale et l'environnement.

Protestations à Huahine : avec l'autorisation de TNTV Tahiti Nui Télévision
A Huahine, un groupe de jeunes a organisé une manifestation qui comprenait une grande grand-voile flottante peinte sans "ancrage" - et a donné des photos de presse des dommages causés par des bateaux négligents. Voilà, au moins, un geste positif pour diriger les bateaux vers un mouillage dans une zone encadrée loin du récif et du corail vulnérable (fantastique, mais triste qu'ils aient dû prendre cela en main). A Raiatea, l'île la plus peuplée après Tahiti, il y a eu des problèmes cette saison avec des bateaux locaux qui menaçaient agressivement les croisiéristes, avec des tactiques allant de l'assaut verbal à la coupure du mouillage.

Y a-t-il trop de bateaux ? Deux ou trois facteurs se sont combinés pour augmenter considérablement le nombre de bateaux dans la région. Il y a quelques années, la Polynésie française a commencé à autoriser les navires à rester trois ans avant l'importation (auparavant, les bateaux étaient limités à quelques mois seulement). Par la suite, les visas de long séjour sont devenus plus faciles à obtenir, ce qui permet non seulement de visiter les bateaux, mais aussi aux équipages de passer plus de temps dans les îles. Il y a tout simplement plus de bateaux, et suffisamment de ces bateaux ne respectent pas les mœurs locales. Il s'agit d'une réponse à une invasion perçue de croiseurs irrespectueux. Les plaintes vont de la culture à l'environnement, et ce n'est pas à vous ou à moi de juger en tant qu'invités dans un lieu ; c'est aux hôtes, qui semblent prêts à cesser de jouer ce rôle.

Tout cela a joué dans cette conversation sur les couchers de soleil il y a quelques nuits, alors que nous nous asseyions sous Totem dans la salle des fêtes de l'hôtel."

Traduit avec

19 nov. 2019

Merci infiniment pour cette traduction.
Fiu

15 nov. 2019

La suite de la traduction :

"Devrions-nous envisager un réacheminement majeur et sauter complètement la Polynésie française ? J'adorerais rendre visite à ma famille à Hilo. Les destinations hors-piste de Kiribati sont très attrayantes. De toute façon, nous voulons nous orienter vers des endroits que nous n'avons jamais visités auparavant.

On a été très sérieux pendant 20 minutes, puis on est revenus à la réalité. Bien sûr que nous irons en Polynésie française ! Il y a beaucoup d'îles, et nous prévoyons le moins de temps possible dans les zones les plus sujettes aux restrictions.

J'ai hâte de trouver la leçon dans n'importe quelle situation. Quelle est la leçon ici ? Que nous (les croisiéristes) avons besoin de perdre nos droits et de prendre du recul par rapport à notre impact négatif, réel ou perçu. Il nous incombe d'être de bons citoyens proactifs. L'AVP (Association Voiliers Polynesie), qui rencontre les autorités pour représenter les croisiéristes et trouver un pont pour éduquer les croisiéristes et les affréteurs à visiter de façon responsable, tout en renforçant la confiance locale que ces bateaux contribuent à leur communauté plutôt que de la nuire. N'importe qui peut se joindre à l'organisation et l'aider à défendre les intérêts de la communauté des croisières : visitez voiliers.asso.pf[...]dherer/ pour plus de détails.

Mon amie Holly Scott navigue hors de Raiatea, et à juste titre - ces îles qui poussent les bateaux de croisière sont à la fois les moins intéressantes et les plus touristiques. Ce sont exactement les endroits où nous préférons ne pas passer beaucoup de temps. Mais ce sont des noms populaires qui sont familiers aux étrangers et qui ont un attrait historique basé sur les sentiers battus et l'accessibilité. Il y a beaucoup de plus beaux endroits à explorer en Polynésie française. Et j'espère qu'ils sont visités par ceux qui ont à cœur le respect des coutumes locales et de l'environnement. Nous garderons un œil sur la situation, passerons moins de temps (ou pas du tout) dans les îles de la Société, et serons toujours conscients que nous sommes des invités dans leur maison."

Traduit avec

15 nov. 2019

Mauvaise traduction de cruising people par croisiéristes, évidemment il s'agit des "plaisanciers", des gens de bateau à voile.

16 nov. 2019

Actuellement, je suggérerais aux voileux voulant avoir un aperçu de la Polynésie en évitant la plupart des inconvénients décrits ici de s'arrêter aux Marquises, puis descendre sur Mangareva, avant de remonter sur les atolls, et ensuite filer sur les Cook ou les Samoa, Fidji, avec éventuellement une escale à Maupiti si les conditions le permettent...
Mais on peut aussi envisager d'autres itinéraires par Kiribati, Micronésie, etc, regardez les cartes.

Avec le départ des yachties les Ma'ohis vont y perdre. Comme quand il y a 20 ans ils ont favorisé la construction d'hôtels de luxe dont le 4/5 ont périclité faute de clients, ruinant au passage beaucoup de pensions locales au profit des AirBNB tenus pour la plupart par des Popaa. Apparemment, ça ne les a pas guéris de leurs rêves de grandeur puisqu'ils attendent les yachts de milliardaires pour nous remplacer. Quand les infrastructures portuaires, les services attendus par les super-riches et le maillage commercial à terre ne sont pas dans leurs normes.

16 nov. 2019

Tu as surement raison, mais c'est difficile de ne pas s'arrêter à Tahiti quand c'est la première fois !

16 nov. 2019

Juste pour le mythe , car la ville de Papeete n est pas terrible ... Une circulation digne du périph. parisien

16 nov. 2019

Je dirais que c'est dommage de rater Moorea, Raiatea et Bora, et sans doute bientôt Huahiné qui suit le mauvais exemple, ou de n'y rester que quelques jours parqués dans une réserve à touristes, mais personnellement je ne trouve guère d'attraits à Tahiti.
Sauf à la presqu'île du côté de Tautira où la Polynésie authentique survit, mais c'est une côte au vent et il y a peu de mouillages sûrs.

16 nov. 2019

Je n'irai jamais maintenant, mais Moorea m'a longtemps fait rêver, peut-être parce que j'ai des copains qui y sont restés des années et qui m'en ont beaucoup parlé...

16 nov. 2019

Juste pour le mythe , car la ville de Papeete n est pas terrible ... Une circulation digne du périph. parisien

17 nov. 2019

Hello,
Dernière mise à jour, mais en Anglais...

voiliers.asso.pf[...]ynesia/

Heureusement qu'on ne compte pas filer direct en Polynésie une fois le canal franchi...espérons que ça s'arrange d'ici-là.

17 nov. 2019

Il faut rester positif mais je crains que pour Tahiti et les îles sous le vent, ce soit râpé.

17 nov. 2019

bjr ,
pour bien connaitre Polynesie .(j'y ai été en bateau et j'y vais chaque année en avion), je peux vous dire que
le probleme est grave .
2 questions me viennent donc a l'esprit
si un membre de L'AVP peut répondre merci

1 si tous les voiliers arrivés sont chassés , qu'en est il de ceux arrivés avant la suppression de la taxe et qui ont payer la papétisation ?

2 ou vont aller tous ces bateau ??
dans les tuamotus ?,
rangi et /ou apataki ,(un petit chantier et stockage au sec a apataki)
dans ce cas , c'est 2 endroits seront vite submergés !!

3 qu'elle est le statut sociale des occupants des bateaux arrivés ces dernières années ?
-couple avec enfants en age d'etres scolarisés?
-retraité ?
-couple sans enfant?
-rentiers ?-
-traine savates ?
-métropolitains venant passer quelques mois /ans sur leur bateau qui les attend stocké au sec le reste du temps ?

de la réponse a ces questions dépendra les possibilités de déplacement des voiliers déja presents an polynesie

une applications rétroactive de la taxe serait une bonne chose

mais
peu de ceux qui sont las bas ont les moyens de la payer

et dans ceux qui ne peuvent pas s'en acquitté , peu sont capable de poursuivre le TDM ou de faire le chemin inverse pour ramener leur bateau en europe .!

vous voyer donc l'ampleur du problème.
les politiques locaux , eux , en total méconnaissance de l'évolution du monde nautique , n'ont rien vu venir !

17 nov. 2019

Bonjour,
eh bien, pas très réjouissant toutes ces informations!
J'ai loué un catamaran dans un an avec 3 autres couples chez Dream Yacht Charter pour visiter les îles sous le vent au départ de Raiatea... En 2009 on n'était pas décidés pour passer Panama, du coup on était remonté aux USA.
On suit toutes les infos concernant ce secteur.

17 nov. 2019

C est immense la Polynésie , tu devrais trouver des coins tranquilles

19 nov. 2019

Il y a effectivement une infinité de coins sympas, très peu fréquentés (Hao, Raivavae, Mangareva, etc ....). Le problème est qu'il est nécessaire de passer par une point central unique: Tahiti (appros, réparations, séjour dans son propre pays, problèmes de santé, CNED, refaire la caisse de bord, etc...). Et c'est là (ainsi qu'aux îles sous le vent (Bora and Co)) que se concentrent les problèmes actuels ....
Pour des infos récentes:
voiliers.asso.pf[...]/
French Poly Cruisers Facebook Group

19 nov. 2019

Le problème aussi pour en avoir pas mal discuté avec des gars de chantier local à Papeete, c'est qu'ils commencent aussi à en avoir assez de ceux qui s'arrêtent pour regonfler la caisse de bord et qui prennent le boulot des locaux.
Mais c'est vrai que Tahiti, à part pour l'avitaillement, c'est franchement pas l'endroit le plus intéressant de la Polynésie.

19 nov. 2019

ah la la...le vieux fantasme des "arrivants qui prennent le boulot des locaux"...on entend ça aux Antilles Françaises aussi, pfff...combien de commerces ou activités crées par des "arrivants" se sont-ils maintenus une fois "cédés" aux locaux?
Les Chinois, par exemple, ne s'implantent que là ou on leur laisse la place de le faire...

19 nov. 2019

Ouais, à la Martinique par exemple, je connais plusieurs "arrivants" dans les années 80 qui se sont installés, ont monté leur petit business (qui n'existait pas) et ont créé des emplois... occupés par des locaux et aussi d'autres arrivants... etc.
Après, je sais pas ? ce que tu dis Pat45 n'est peut-être pas une généralité ?

19 nov. 2019

Pas un fantasme, une réalité vue sur place.
Quand un jeune couple s'installe à Moorea en y montant un petit commerce de restauration et qui agrémente ses fins de mois grâce à un bateau poubelle transformé en Airbnb au mouillage devant Maharepa et qui râle parce qu'on va sans doute faire dégager son bateau, quand un autre jeune couple achète un vieux bateau en ferraille au mouillage à Tahiti et bosse comme serveuse à l'aéroport de Faaa, des exemples comme ça, il y en a suffisamment pour comprendre que les locaux en ont un peu assez.

19 nov. 2019

Et donc?s'ils montent un commerce, c'est qu'il y avait la place pour en monter un, non?idem pour la place de serveuse...je ne vois pas ce qui a pu empêcher un gars du coin de réaliser le projet, ou de postuler?
Il y a quelques années des" métros"ont monté une boulangerie-sandwicherie à St Louis, Marie Galante...la boutique dépotait, mais lassés des menaces et autres pierres balancés à travers la vitrine, ils ont finalement revendu à un gars du coin, qui a coulé l'affaire en quelques mois...
En guada , un petit supermarché tout pourri a été repris par des Chinois...il ne désemplit pas depuis...
ça me rappelle l'époque ou je m'étais installé en Bretagne, et ou on me reprochait de "piquer"une clientèle aux "locaux"...

19 nov. 2019

le Pacifique connaît des lois spécifiques sur "l'emploi local".

la Calédonie a inauguré ce mouvement (avec une sainte alliance caldoches kanaks) et la Polynésie tente de suivre (la1ere.francetvinfo.fr[...]95.html ).

Cela tient à une vision de l'économie qui tend à dire "il y a un gâteau à partager, chassons les intrus", vision très éloignée de la réalité de la création de valeur.
Pour autant, politiquement, cette absurdité marche (y compris en métropole, n'est-ce pas?).

au final, aujourd'hui un "zor" ou une "zor" ne se pointera plus car le/la conjoint-e ne pourra obtenir du taf. des compétences sont recherchées et non pourvues. la dynamique de création d'entreprises est donc aussi en berne. mais pas touche à "l'emploi local"!

26 nov. 2019

Exactement, le voileux qui prend le boulot des locaux est un mythe complet: la Polynésie manque d'infirmières, d'enseignants, de médecins, en résumé de gens qualifiés... et c'est ce que sont les tourdumondistes qui s'arrêtent pour remonter la caisse de bord, pour leur très grande majorité. Effectivement, ceux qui créent une entreprise la revendent en partant: dernier exemple en date local: Mat Rigging, cette entreprise créée par Mathieu Angelin vient d'être vendue à un "pur souche" polynésien ....

19 nov. 2019

les caisses de hinano gratuites qui un jour seront payées par un bout de terrain
en paiement de la dette ,c'est comme ça que ça fonctionnait dans les années 60 .
mais le problème c'est plus l'occupation du lagon par le batos ventouse qui se dégradent et polluent .
alain

25 nov. 201925 nov. 2019

Faut pas pousser, les iles sous le vent ne sont plus ce qu'elles ont été mais on peut toujours y aller jeter sa pioches même à Bora où Moréa, par contre on est limité dans le temps.
Pour Tahiti, il n'y a pas que Taina, il y a d'autres mouillages intéressant comme la pointe Vénus ou d'autres endroits. Chaque ile essaie de préserver son environnement à sa façon car il y a eu trop d'abus.
Là je suis aux Marquises, chapelet d'iles extraordinaires qui te font oublier les désagréments des iles sous le vent...
Le problème comme souvent, c'est qu'on généralise un fait divers et franchement, l’accueil est encore là partout, mais comme partout dans le monde tu auras de petit inconvénient et c'est vraiment stupide de rater ces iles sous prétexte qu'on va sortir de son contexte un problème qui est en réalité souvent marginal...

26 nov. 2019

"Faut pas pousser"... ou quand tu parles sans savoir:
L'arrêté ministériel n°94 du 18 janvier 2019 révise les tarifs d'occupation du domaine public maritime polynésien. Avant cette date, c'était gratuit pour poser son ancre en Polynésie; depuis ce texte (pas encore appliqué, comme d'hab en PF....), c'est théoriquement 1.200.000/an (environ 10.000€).
Un fait divers, tu dis ???
Un problème marginal ???

lexpol.cloud.pf[...]ent.php

19 nov. 2019

Pen Duick VI est-il toujours immatriculé à Papeete?

19 nov. 201916 juin 2020
29 nov. 201916 juin 2020

Alors que les polynésiens pensent qu'ils sont envahis par les plaisanciers, que devraient penser les antillais des petites Antilles ?

Voici ce qui est en train de "débouler" dans les alizés (en violet les voiliers)

29 nov. 201916 juin 2020

Migration automnale, comme les cigognes !

(paru dans "l'Obs")

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

j ai profiter du confinement  au port de las palmas grand cannaria pour faibriquer ce cokpit. pour infos javais dejas consrtuit mon voilier sur plan Trielen dessiner par Jaquea Lassere

Bricolages d'hiver

  • 4.5 (166)

j ai profiter du confinement au port de las palmas grand cannaria pour faibriquer ce cokpit. pour infos javais dejas consrtuit mon voilier sur plan Trielen dessiner par Jaquea Lassere

février 2020