Petits Bonheurs de Terriens, à l attention des revenants.

Suite de mon post dans "Petits Bonheurs de Ponton": il est pour moi evident que la vie à bord est plus forte, plus vraie et plus pure qu a Terre et que les joies y sont plus grandes.
Cela dit, malgres des années de vie à bord, je vie aussi parfois à terre et peut etre pas seulement à cause de la caisse de bord (excuse ?).
Alors, comment rester motivé à une vie à terre quand on a connu la vie en mer ?
Comment gerez vous votre retour dans le systeme apres un long voyage ?
Revez vous de repartir ?
Et si non, pourquoi ?

L'équipage
15 sept. 2003
18 sept. 2003
  • à chacun son trip -

Salut TT,

Mec c'est à chacun son trip... parles pas de la vie sur un boat à un gus qui est comme un pape dans un pré avec ses chevaux, à un béat qui prend son pieds dans la foule du métro, à un dingue qui jouit à mort pendu à un bout' au milieu d'une falaise de 400m, à un musico qui se noie (que) dans les notes de sa "gratte"... etc...

Toi t'es top sur un bateau, moi aussi, mais le reste ben chacun se le gére, un peu méthode Coué.

Possible aussi faire Za-Zen, méditer, faire le recentrage de ses énergies... C'est plutôt du domaine du ressenti, de ce que chacun autogénère. A ce sujet ça me rappelle les stoïciens, et notamment le fameux Diogène qui disait notamment, lorsqu'il avait vendu comme esclave, qu'il était plus libre que son maître... simplement parcequ'il avait décidé que rien ne pourrait le toucher, l'influencer... alors que son mâitre se faisait un tas de soucis pour ses affaires, ses biens, etc...

Enfin c'est comme ça que je me le vois...

18 sept. 2003

la terre pour ultime banette

A terre ,on est comme un oiseau en cage,comme une femme voilee en terre integriste,on vit pas ,on survit.
La terre c est l exil ou faut aller bosser ;c est le champ de coton de l esclave...
Alors je chante:"o when the sea ...o when the sea
...go marchin' in.."
Les voiliers ont une ame,les marins a terre ,eux,n en n'ont plus..

19 sept. 2003
  • JMM vrai mataf' -

T'es comme Mérien, qui avait pris ce nom a contrario par rapport à "Terrien"... c'est ton point de vue.
Tu peux chanter aussi comme Renaud (Couach), "c'est pas l'homme qui prend la mer, xétéra ... tatatinnnn..." .

26 jan. 2004

pas de reponse, alors je repars !

Bon, comme personne n a pu me convraincre que la vie de terrien vallait bien une vie de marin, je retourne dans les iles !
Encore quelques mois pour profiter de la famille, des amis, des restaus, de la bonne bouf, du confort, et de cette belle vie facile (et artificielle ?) et retour à la vraie vie !!!

Je reponds donc à mes questions :
Alors, comment rester motivé à une vie à terre quand on a connu la vie en mer ?
- avec la methode Koué (hypnose)
Comment gerez vous votre retour dans le systeme apres un long voyage ?
- je bosse comme un dingue
Revez vous de repartir ?
- sur !
Et si non, pourquoi ?
- NA car OUI !

Et vous, vous repondez quoi ?

26 jan. 2004

Question à cent balles :-)

Comment supporter la vie en mer alors qu'on est si bien à terre. Ben oui, l'homme n'est pas un mammifère marin, ça se saurait :-)

ça te va, comme ça, Tryptique ?

Robert.

26 jan. 2004

Allez la terre!

Dans mon petit microcosme de chercheur, je me marre comme un fou et je fais des découvertes qui me passionne autant qu'elle doivent vous laisser froid.

Alors supporter ca 10 mois par ans, c'est pas trop.

Je garde le bateau comme loisir, tant il est vrai que l'inverse serait impossible.
On peut pas tout faire dans la vie. Ya que Darwin qui a reussi a faire des découvertes incroyables en se balladant autour du monde a la voile (Pure!!).

Moi je pourrais pas laisser mon labo...

Et ca m'empeche pas de penser a la mer a quasi plein temps!

26 jan. 2004

poncet ou janichon

disait a peu pres cela ( du moins c est ce que j ai retenu ) :

l essentiel est le voyage, un marin voyage, un journaliste aussi ( par ses decouvertes ), ainsi que le musicien ( qui compose et joue ses morceaux ), etc

Apres tout, l essentiel est de se sentir bien dans ses baskets non ?

26 jan. 2004

En voilà une question que c'esr une question.

Alors, comment rester motivé à une vie à terre quand on a connu la vie en mer ?
-C'est une question d'autosuggestion pour sur, mais sur terre on peut faire aussi beaucoup de choses et rencontres interressantes.Perso, je n'ai jamais vécu uniquement pour la mer, c'était la partie d'un tout seulement. Par contre le problème de la réinsertion dans le monde du travail a été très difficile à résoudre.
Comment gerez vous votre retour dans le systeme apres un long voyage ?
- Au début, très très mal : on se retrouve dans un monde d'assistés qu'on ne comprend plus, les démarches administratives sont autrement plus compliquées en RF que dans les démarches de clearance et d'immigration dans n'impotre quelle RB même US. (RB= république bananière).
Impossible d'expliquer à quiconquel'impression de supériorité que l'on peut ressentir d'avoir voyagé et d'avoir été 100% autonomes (heureusement, ça se passe rapidement en s'apercevant qu'on est pas tout seul, même sur terre :-) ).
Pour trouver du boulot, c'est carrément l'enfer : On est bien meilleur que les autres puisqu'on a pu se débrouiller partout avec des ficelles et clous rouillés, plus l'expérience qui ne se perd jamais... pourquoi les tarifs ont-ils chuttés comme ça ? Je vais pas me laisser emmerder par ce c... Après tout j'ai rien à lui prouver. Hé les mecs je suis là, vous m'attendiez ? et bien me voilà.
Comment ? vous vous êtes démerdez sans moi jusqu'alors... :-(
Et puis, on reflechit, on se dit que bon, ils se effctivement démerder, qu'on est pas revenu pour leur beaux yeux, mais pour pouvoir repartir dès qu'on le peut. Alors concéssions... c'est comme avec le bateau et avec la mer ;-) , une histoire de compromis.
Et puis un mec un peu plus ouvert s'aperçoit que vous n'êtes pas qu'un poireau et que vous en valez bien un autre, ça se débrouille un poil, le boulot vient, on se laisse rattraper...

Mais bon, pas question de rentrer dans le rang, ils ont leurs problèmes, j'ai les miens, on fait juste un bout de chemin ensembles, c'est tout :-p

Revez vous de repartir ?
- Ce n'est pas un rêve, je m'y emploie.En fait c'est devenu une obsession et encore plus depuis que je claviote sur HeO;-)

En conclusion : Je vais m'organiser autrement, essayer 1 an de ballade pour 4 à 6 mois de boulot pour que ça reste plus frais, sinon, c'est vraiment trop difficile.
Heureusement que j'ai trouvé un super endroit pour soigner mes blessures :-) parce que j'ai essayé ailleurs et ça ne fonctionnait pas. Question de timing je pense ;-).

Voilà : une réponse bien longue qui laisse le temps de s'endormir :-D :-D
Bonne nuit les petits:-D POM POPOPOM POPOPOM POPO...

26 jan. 200416 juin 2020

Ah oui j'oubliais...

Tout ça c'est que dans la tête... de celui qui revient.
Tout p'tit déjà....(tof)

27 jan. 2004

J'avais une idée....

Pour faire passer l'accoutumance.. (marre d'avoir les boules a la fin de chaque week end, de chaque vacance ..)
Alors je me suis dit tu vas d'une certaine facon faire extreme pour cela il faut:
Choisir une semaine avec une meteo pourrie en plein hivers
Couper tous les moyens de communications
Oublier les livres
Douche froide et WC a la capitainerie (tres loin)
Se lever tous les jours (6h38) pour la meteo marine avec tout ca je pensais me degouter un peu...

Mon reve fut exaucé, 5 jours de tramontane F8/9 et un jour de pluie pour finir, personne sur les pontons, tout seul dans le bateau, a ecouter les rafles de vent, les amarres grincer etc...
Et pourtant je me suis regalé et pas embeté une seule seconde, j'ai réparé pleins de trucs dans le bateau, j'ai sorti les cartes pour l'itineraire de cet été, j'ai installé une nouvellevhf, reverni les bois etc etc .. et j'avais les boules en repartant... les mecs yapa de solution

27 jan. 2004

Merci Brindalu

J ai aussi essayer ta technique sur la durée :
1998 - au bout de 14 mois à bord et sans trop de confort, je dois en avoir marre !
--&gt et ça n a pas marché, je suis reparti.
2000 - au bout de 25 mois sans passer une seule nuit à terre ... et toujours aux mouillages (no marina)
--&gt à peine content de dormir à terre sans risque de deraper ... et ça dure meme pas !
Maintenant, j essai de me faire croire à terre que je suis à bord pour tenir. M enfin, je repars, sinon, j en serais peut etre arrivé à mettre une pompe Lavac aux WC terriens trop faciles ;-)

27 jan. 2004

Un autre truc

C'est de trouver un appart qui ressemble à ton bateau.
Le mien est hyper lumineux, grand pour deux et plein de volumes marrants. L'appart itou : Plein Sud, grande fenêtre, 2 pieces marrantes oou tu peux tourner autour et te cacher, comme dans le bateau etc... Ainsi, tu perds pas les joies que t'apporte le bateau.
Je serais plutôt d'avis de se frotter dans le sens du poil plutôt que de se flageler. Petits plaisirs... rendent la vie plus heureuse.
En cherchant ce qui te plait à terre, (soit honnête y a plus de nanas ou de mecs à terre :-) ), tu arrives mieux à le vivre. Question d'angle de vue, ou de profondeur de champ (pour rendre les cons un peu flous et faire ressortir le sujet principal).
Question de tolérance aussi.
Ouais, en fait, c'est ça qui manque aux mecs qui sont restés à l'écart u peu trop longtemps : de la tolérance pour ceux qui n'ont pas fait le même choix.
Quand tu voyages, tu t'en fout, tu t'implique nulle pqrt, ou si peu que t'es hypertolérant avec les autres puisque tu fais pas partie de leur monde ou que c'est temporaire.
Ben quand tu reviens, c'est aussi temporaire, faut essayer de garder le même oeil, la même attitude. En tous cas, c'est en redevenant touriste que je me suis sortit que la cagouille dans laquelle je m'enfonçais, en allant bosser dans un coin que je ne connaissais pas, qui m'interressait. Mais je suis persuadé maintenant que tu peux faire pareil n'importe où, c'est qu'une question d'optique. T'es là pour bosser certes, mais rien ne t'empêches d'en profiter pour en profiter ;-)
Bien sur c'est pas nezenlairder, mais c'est plus j'y vais et faut que ça marche comme je l'veux.
C'est vrai quoi, pourquoi être plus exigeant avec ceux qu'on connait, qu'avec ceux qu'on aprécie ? :-D

28 jan. 2004

implication et voyage

&gt Quand tu voyages, tu t'en fout, tu t'implique nulle pqrt, ou si peu que t'es hypertolérant avec les autres puisque tu fais pas partie de leur monde ou que c'est temporaire.

Yes, Evenkeel, c'est peut-être là qu'on peut trouver des vertus à la vie à terre: la possibilité (nécessité?) de s'impliquer avec d'autres, que ce soit socialement (boulot, politique...), affectivement (famille, amis...) ou de toute autre manière. Etre utile, se sentir nécessaire à un tout petit peu plus que son projet personnel.

Tout le monde n'a pas forcément le même besoin d'interaction avec les autres. Et ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit: le voyage est aussi une superbe possibilité d'ouverture, de découverte, de connaissance du monde. Mais comme le dit Evenkeel, par nature, il empêche les implications durables.

C'est sûr que si on vit le retour à terre comme un passage en prison, un empêchement de voyager, on doit avoir du mal à en faire un projet enthousiasmant...

28 jan. 2004

100%

d'accord avec le dernier post d' Hubert et Evenkeel :-)

" ... L'insoutenable légèreté de l'être ... "

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Souvenir d'été

  • 4.5 (33)

novembre 2021