Partage d'expérience : peinture + polilustrage de mon First 345

Bonjour à tous,

Je voulais commencer ce post en remerciant la communauté hisse et oh pour toutes les précieuses infos que j'ai pu trouver en tant que lecteur sur votre forum pour la rénovation de mon voilier, un first 345 centenial. Je souhaite rédiger cet article pour les novices comme moi qui cherchent des informations utiles pour leur peinture, j'espère qu'ils en trouveront un maximum dans ce topic.

Je précise pour les lignes qui vont suivre que ce fut ma première peinture et que j'étais totalement novice en la matière. Si vous envisagez de repeindre votre bateau, réfléchissez y à deux fois en fonction de la qualité du résultat que vous espérez. Cela nécessite une maitrise du sujet et surtout de la technique, au risque d'être déçu. Être peintre ne s'improvise pas.

J'ai finalement obtenu un résultat dont je suis extrêmement satisfait, mais il a fallu mouiller le maillot pour y arriver. J'ai repeint mon bateau en bleu, ce qui peut être contesté : entretien plus fréquent, marques plus voyantes, moins visible en mer, plus chaud à l'interieur.... (pour ce dernier point de la chaleur, je tiens à partager avec vous que je n'ai par chance pas constaté une différence notable en plein été sur la côte d'azur). Allez c'est parti je vous décris les étapes :

Etape 1 :

J'ai nettoyé ma coque avec des cristaux saint marc, et pour les tâches plus récalcitrantes ou collantes, j'ai utilisé un peu d'acétone pour en venir à bout.

Etape 2 :

Pose de mastic epoxy pour colmater les petites imperfections ou fissures de la coque. J'ai ensuite poncé et lissé l'intégralité de la coque avec une ponceuse orbitale et du papier de ponçage grain 180 suivi d'un grain 250 mais pas plus fin, le but étant d'avoir une surface lisse mais microrayée pour que l'apprêt de peinture (la sous couche) viennent y adhérer facilement.

enter image description here
enter image description here

Etape 3 :

Montage d'une cabine de protection de fortune pour protéger les voisins et la peinture fraîche des aspérités qui pourraient venir s'y poser. Protégez également les parties qui ne doivent pas êtres peintes avec du scotch. Je recommande d'utiliser du scotch de peinture de qualité, car quand il va chauffer un peu au soleil, il risque de laisser une belle trace collante à l'endroit où il était collé, problème que j'ai eut avec un exemplaire de scotch bon marché. On y vient facilement à bout au polish. J'en reviens au montage de la tente.

Pour cela, j'ai utilisé de la bâche de protection de peinture et une ossature faite de garcette tendue, ce qui assure rigidité et flexibilité en cas de coups de vents. Cela évite également aux bâches de se déchirer sous la force du vent.

Pour lier et tendre les baches entre elles, je roulais l'extrémité des deux morceux de baches à lier. Je faisais un trou dans les deux boudins ainsi obtenus et dans lesquels j'insérerais ensuite un riselang en guise de couture. Cela est légèrement visible sur la photo ci dessous. Le but du boudin est de créer moins d'élasticité au niveau du point de couture en cas de vent, de cette manière, vous préservez la bâche de déchirures dues aux efforts qui s'y appliquent.

Cette étape a nécessité de la créativité mais m'a permis d'économiser le montage d'un cocon de peinture. Cependant, il vaut mieux peindre rapidement avant que le temps et la météo abiment au fur et à mesure votre ouvrage qui faudra peut-être consolider par endroit.

enter image description here

enter image description here

Etape 3 : Pose de l'apprêt

Vient le temps de poser l'apprêt. Le but de l'apprêt est de créer une surface d'accroche pour la peinture qui va s'y poser mais permet aussi d'éviter d'avoir des auréoles dans votre peinture qui sera due à la présence de mastic epoxy "brut". Aussi,(mais je suis moins sûr de cette information) l'apprêt, qui est une sous couche, permet de passer d'une couleur à une autre sans avoir de résultat final "délavé" du à la différence importante d'une couleur à l'autre par exemple si vous passez du bleu au blanc

Dans mon cas, pour passer du blanc au bleu, il n'aurait pas forcément était nécessaire d'apprêter tout le bateau, mais seulement les endroits où du mastic epoxy à été posé. A cause de mon inexpérience à ce moment là, j'ai finalement apprêté tout le bateau avec l'apprêt fourni avec ma peinture.

Pour ce faire, il faut mélanger l'apprêt avec son durcisseur. Pour l'appliquer, j'ai utilisé un compresseur de 50L avec une pression au pistolet de 2 bars. Chose que je n'ai pas faite, mais que j'aurais du faire, c'est d'utiliser un filtre avant de verser le mélange dans le pistolet de peinture pour éviter de contaminer ce dernier avec de potentielles aspérités.

J'ai fait a peu près deux couhes généreuses dites "mouillée sur mouiléé", c'est à dire moins de 15 min entre les deux couches. Je ne sais pas si ce choix est le plus optimal, mais en tout cas, c'est de cette manière que j'ai procédé.

La pose de l'apprêt est un bon entrainement au pistolet que je manipulais pour la première fois. En effet à ce stade, vous pouvez vous permettre des coulures ou un résultat granuleux (ce qui fut mon cas) car un ponçage va suivre cette opération.

enter image description here

Etape 4 : Ponçage et lissage de l'apprêt

C'est repartit pour une séance de ponçage, toujours à la ponceuse orbitale, j'ai commencé à poncer la coque avec un grain 180, suivi d'un grain 250 puis d'un grain 500.

Le 180 est peut être un peu trop granuleux si votre couche d'apprêt est plutôt lisse et pas très épaisse. Dans ce cas, vous pouvez commencer au 250. A ce stade, l'apprêt commence déjà à briller sur certains angles. Le bâteau est prêt pour la peinture. La encore il n'est pas nécessaire de poncer avec un grain plus fin que le 500, car la sous couche doit garder des microyures où la peinture va pouvoir venir se fixer et tenir plus durablement.

enter image description here

Etape 5 : Pose de la peinture (ou pose de la laque comme certains disent)

C'est le grand jour, l'heure de mettre la couleur sur ma coque. J'ai choisi une peinture qui n'est pas du tout marine, sur les conseils d'un carrossier auto qui m'a orienté vers une peinture de camion, la LECHLER isofan dite brillant direct. J'ai pris bleu kobalt. Je ne sais pas si ce choix de peinture est optimal, à ce jour j'en suis très content mais c'est peut être un peu tôt pour parler de sa tenue dans le temps. J'ai simplement décidé de faire confiance à plus expérimenté que moi. Cette peinture brillant direct ne nécessite pas de couche de vernis.

Je régle mon pistolet à 2 bars et prépare la peinture avec 20% de diluant comme indiqué sur la notice. ERREUR ! en effet, je pense que la notice indique le mélange nécessaire dans des conditions optimales autour de 20C et avec un taux d'humidité faible.

J'ai peint par temps frais, en janvier sur la côte d'azur. J'ai appliqué la peinture en deux couches "mouillées sur mouillées" en partant de l'arrière du bateau vers l'avant, puis la seconde couhe rapidement après, en repartant de l'arrière vers l'avant. Enfin une troisième couche très lègère sur l'ensemble de la coque pour combler les manques.

J'ai bien noté que la peinture qui sortait du pistolet était granuleuse et faisait de la peau d'orange, mais je me disais à ce moment là que la peinture allait se tendre. ERREUR ENCORE UNE FOIS !

Le résultat après séchage laisse entrevoir une belle couleur, mais une peu d'orange si granuleuse qu'on pourrait s'en servir de pierre ponce pour les pieds. Selon moi, cette erreur est due au mélange de diluant : j'aurai du prendre en compte le temps frais et augmenter cette dose de diluant. Lorsque vous faites vos test de réglages du pistolet sur un morceau de quelque chose, assurer vous que la peinture est bien lisse. Sinon, cherchez la solution mais ne surtout pas peindre comme ça. De manière générale, je déconseille de peindre en hiver. Voyez ci dessous :

enter image description here
enter image description here
enter image description here
enter image description here
enter image description here

Etape 5 : Polilustrage (aussi dit polimiroir)

Et voilà : je suis content mais contrarié à la fois, j'étais si prêt du but. J'ai un résultat très moyen, une coque qui va être une horreur à nettoyer lorsque le sel ou les produits de nettoyage vont s'y infiltrer, et un cocon qui commence à se détruire un peu de partout.

Je réalise alors à mes dépends qu'on ne s'improvise pas peintre. Qu'est ce que je fais? je laisse comme ça en regrettant mon choix de peindre dès que je pose les yeux sur ma coque? Ou alors je repeins en ayant aucune garantie d'avoir un meilleur résultat?

Et bien non, j'ai choisi la solution des maniaco-dépressifs comme moi : le poli lustrage

Qu'est ce que c'est? Il s'agit de venir poncer la peinture existante avec un grain fin, puis de continuer plusieurs passes de ponçage avec un grain de plus en plus fin jusqu'à obtenir un résultat où on peut se voir dedans. Ensuite, on polish le tout pour remonter le brillant et le résultat est vraiment bluffant.

ATTENTION AVANT DE SE LANCER LA DEDANS : c'est un travail qui nécessite une patience et une motivation en titane. Pour vous donner une idée, j'ai travaillé 8h par jour pendant un mois tous les jours sauf le dimanche pour arriver au résultat final, soit environ 200h de travail pour finir une coque de 11m. Je sais toujours pas où j'ai trouvé cette motivation à l'heure où j'écris ces lignes, je ne sais pas si je pourrai envisager de nouveau une telle opération. (il faut compter 8h pour finir de poncer 1 mètre linéaire de coque !). Je vous jure que même la nuit, je rêvais de ponçage.

Etape a: prérequis

Il faut commencer par attendre au moins 10 jours après l'application de la peinture, voire plus si c'est en hiver, pour que cette dernière soit bien sèche.

Nettoyer le bateau avant de le poncer. J'ai eut la chance qu'un ami du chantier me prête une super ponceuse mirka, dont la prise en main et l'efficacité est excellente et évite des faire des betises. Une ponceuse orbitale classique aurait suffit, mais j'avoue que pour un tel chantier, travailler avec du bon matériel n'est pas un luxe. Je remercie encore cet ami pour cette ponceuse.

Armez vous de papiers à poncer, j'ai acheté un pack de 100 pièces allant du 1000 au 3000 sur amazon pour moins de 20e, et j'ai également acheté du papier 500 et un pad de ponçage de finition grain 6000 dans un shipchandler. Un spray type produit vitre rempli d'eau sera également nécessaire pour le ponçage à l'eau. A savoir : lorsque vous utilisez votre papier avec de l'eau, vous divisez son abrasivité par 2 si je ne vous dis pas de bêtises. Ainsi du 1000 à l'eau équivaut à du 2000 a sec (information à confirmer)

Plus un papier est fin, plus son chiffre est élévé ( grain 500 plus abrasif que le 1000)

Enfin, HYPER IMPORTANT, je recommande si possible de mette un maximum de couche de peinture (5 ou 6 ne sera pas de trop). En effet vous diminuez le risque de passer au travers de votre peinture lors du ponçage, et pouvez poncer sans avoir constamment des sueurs froides pendant l'opération. Passer au travers de votre couche de peinture est le plus gros risque de l'opération. Je n'avais que 3 couches légères et j'ai eut de mauvaises surprises que j'ai heureusement pu dissimuler avec la pose de ma ligne de flottaison.

Etape b :

Délimitez une petite zone de poncage car vous allez travailler dessus très longtemps (environ 4h par morceaux dans mon cas). Je délimitais avec du scotch un zone de 1m de large sur une hauteur équivalente à la moitié de mon franc bord.

Etape b:

J'ai commencé à poncer ma peinture avec un papier de grain 500 à sec. Si votre peau d'orange est légère (ce qui n'était absolument pas mon cas), je vous recommande de commencer avec plus fin, genre du 1000 ou 1500 à sec.

Vous constaterez qu'entre le passage de chaque grain de ponçage, la taille de votre peau d'orange diminue, jusqu'a atteindre un certain refus. Vous ne parvenez plus à réduire la taille de ces micros bosses sur la peinture : il est temps de passer au grain suivant, plus fin que le précédant. J'ai du mal a expliquer cela comme je voudrais, mais je pense que vous le verrez par vous même en essayant.

J'ai donc commencé des passes de ponçages, toujours régulières, horizontales et verticales pour être sûr de passer partout de la même manière. N'appuyer pas sur la ponceuse, c'est elle qui travaille, pas vous. Vous devez même pouvoir la diriger avec un seul doigt pour vous donner idée de la force à appliquer.

Voilà la succession de grains que j'ai utilisé
- 500 à sec
-1000 à sec
-1200 à sec
-1500 à sec (à cette étape, la peinture commence à miroiter légèrement)
-1500 à l'eau (pour le ponçage à l'eau, utilisez le spray d'eau sur votre peinture pour la mouiller légèrement et poncez. Essuyez la "boue" formée dès que l'eau sèche et renouveler l'opération)
-2000 à l'eau
-3000 à l'eau
-6000 à l'eau

Il est important de procéder dans cet ordre car le 1000 effacera les rayures causées par le 500, le 1200 effacera celle du 1000 ect.... Mais par contre, un papier 3000 n'effacera pas les rayures d'un papier 500. Plus les rayures seront estompées, plus le résultat deviendra miroitant.

Veillez à chaque fois que vous délimitez une nouvelle zone de ponçage avec votre scotch, à bien déborder d'environ 10 cm sur la zone précédemment poncée par souci d'homogénéité et pour ne pas obtenir de délimitations disgracieuses

enter image description here

Voici à ce stade le résultat obtenu. C'est très impressionnant et motivant à voir en sachant que le bateau n'est même pas encore polishé. Ce qui va nous emmener à l'étape suivante.

enter image description here
enter image description here
enter image description here
enter image description here
enter image description here
enter image description here
enter image description here

Etape 6 : Polish

Dernière étape du polish. Il s'agit de remonter le brillant de la peinture et de la lisser une dernière fois. En effet, un polish très abrasif dit cutting compound est comme un papier à poncer très fin. Il faut garder en tête que poncer et polisher c'est presque la même chose, sauf qu'au lieu d'utiliser un disque, on utilise une pâte à l'abrasivité extrêmement bien plus fine.

Voici l'équipement que j'ai utilisé :

Une polisheuse que j'ai acheté 60e sur amazon. Les pads fournit ne convenaient pas pour ce travail.

Des chiffons microfibres

J'ai acheté des pads de marque 3m que j'ai trouvé cher mais de très bonne facture. Je vous conseille néanmoins de rechercher sur amazon là aussi, car bien moins cher et pour en avoir testé personnellement, d'aussi bonne qualité. Voila les pads en mousse nécessaires :

-un pad en mousse dur vert
-un pad en mousse plus souple jaune
-un pad en mousse très souple bleu

Il en en va de même pour les polishs, j'ai acheté un kit 3m vert, jaune ,bleu allant du moins au plus fin dans ce même ordre.

-le vert dit fast cut ou cutting compound qui est un polish très abrasif
-le jaune dit finesse qui permet de rendre le résultat plus net
-le bleu qui est une cire de finition

Il faut procéder de la manière suivante:

Commencez par conditionner votre pad. Tartinez généreusement le polish sur l'intégralité du pad pour que la mousse "boive" le produit. Essuyer ensuite le surplus. Sachez qu'ensuite, seules 4-5 gouttes de polish placées sur le pad suffisent pour travailler sur une zone assez large. Il est inutile d'en mettre trop, cependant étaler le bien sur votre zone de travail avant d'allumer la polisseuse pour éviter que le produit ne gicle partout lorsqu'elle se met à tourner.

Travaillez par zones de la même taille que celles pendant le ponçage. J'ai commencé par le polish vert avec le pad vert qui sont les plus abrasifs de la gamme. Il faut faire des passes lentes, verticalement et horizontalement et bien essuyer le tout avec des chiffons microfibres.

Prenez un lot de 3 mircofibres et utlisez les toujours dans le même ordre pour essuyer le polish : une très sale pour enlever le gros, une moins sale pour enlever ce qui reste, une propre pour la finition.

Et ensuite il suffit de continuer l'opération jusqu'à effectuer toute la coque. On renouvelle exactement la même opération avec le polish jaune et le pad jaune, qui va effacer ce qu'on appelle les hologrammes, c'est à dire les marques laissées par le précédant polish qui est plus abrasif. Vous avez peut être déjà constaté ce phénomène sur des voitures mal polishées où on peut observer sous une certaine lumière les traces des passes de polisseuse.

Renouveller une dernière fois l'opération avec le polish bleu et le pad bleu. Et voila c'est terminé, le bateau scintille comme un miroir et est lisse comme jamais !

J'ai posé des bandes blanches adhésives que j'ai trouvé sur internet, facile à poser et vraiment, l'apparence est à s'y méprendre avec de la peinture.

enter image description here
enter image description here
enter image description here
enter image description here
enter image description here
enter image description here
enter image description here
enter image description here
enter image description here
enter image description here
enter image description here

J'espère vraiment que ce post pourra en aider plus d'un dans leur réflexion pour repeindre leur bateau. Je continue d'insister sur le fait que j'ai trouvé cette opération très difficile autant physiquement que mentalement. Cependant, elle ne fait que confirmer les dires d'un voisin du chantier naval : mauvais peintre, bon ponceur !

Merci d'avoir porté de l'attention à mon témoignage, n'hésitez pas à me corriger si j'ai dit des bêtises. A bientot

L'équipage
11 nov. 2020
Cette discussion est en mode Débat. Les règles principales de participation :
  • Seules les réponses au sujet principal sont autorisées. Interdisant ainsi les échanges entre intervenant et favorisant les contributions.
  • Vous ne pouvez publier que 3 contributions (3 réponses au sujet principal).
  • Vous pouvez corriger et compléter vos réponse et contributions.
  • Un nouvel utilisateur ne peut participer au débat (Ceci afin d'éviter les Trolls).
L'objectif étant de favoriser l'argumentations de fond, la synthèse des idées et éviter les dérives. Bon débat a tous !
11 nov. 2020
0

Magnifique, quel courage ! Résultat extraordinaire, maintenant va falloir faire gaffe dans les manœuvres 😎🤓🌈🎊

12 nov. 2020
1

Beau boulot ! Bravo ! Le résultat est superbe ! Merci pour ce compte rendu très complet.
Plus besoin de salle de sport ni de coach en préparation mentale après un tel exercice !

12 nov. 2020
0

Tout simplement superbe. Il va avoir un gueule d'enfer sur l'eau! On veux des photo quand il sera à flot!
Bravo.

12 nov. 2020
0

Bravo!!!

12 nov. 2020
0

superbe résultat mais à quel prix.quel courage . j'ai commencé la préparation de la coque de mon écume de mer
ponçage au 80-180.j'attend le printemps prochain pour attaquer la peinture (2 couches de Prekote et 2 couches de toplac)Ton expérience va m'ètre utile.merci à toi et bon vent

12 nov. 2020
0

Impressionnant, tu as vraiment bien rattrapé cette peinture !
Star Yachting j’y ai passé quelques heures à bricoler mon bateau aussi mais pas autant que toi visiblement !

12 nov. 2020
0

Impressionnant, tu as vraiment bien rattrapé cette peinture !
Star Yachting j’y ai passé quelques heures à bricoler mon bateau aussi mais pas autant que toi visiblement !

Rob48953, je vois que tu as l'oeil aiguisé ! Star Yachting, que de bons souvenirs !

superbe résultat mais à quel prix.quel courage . j'ai commencé la préparation de la coque de mon écume de mer

Lou foc, merci de m avoir rappelé que j ai oublié un détail important qui est celui du prix : voici ci dessous un petit détail de tout ce que cela m a couté, j espere ne rien oublier.

le cocon : 125 euros

  • 4 rouleaux de baches en plastique ≈ 50e
  • Beaucoup de scotch, au moins 8 rouleaux ≈ 40e
  • Des riselang ≈ 15e
  • quelques mètres de fil et de garcette bon marché ≈ 20e

La peinture et la preparation du support : 440e

  • Ponceuse orbitale 1er prix de chez 1er prix≈ 15e ! -2L de peinture et son apprêt + diluant ≈ 300e -lot de papier abrasif en magasin 180/240/500 ≈ 30e -un peu d acetone (le diluant fera l affaire) pour nettoyer ≈ 5e -on m a prêté le compresseur et les pistolets de peinture ≈ 0e
  • deux boites de mastic epoxy bi composant ≈ 40e
  • Lignes de flottaison adhesives blanches en rouleau ≈ 50e

Le polilustrage : 315e

  • Une polisseuse ≈ 60e sur le net
  • Pads de polissage 3m ≈ 75e
  • Kit polish perfect it 3m (3bouteilles)≈ 120e
  • Pack de 100 papier a poncer du 1000 au 3000 sur le net ≈ 20e
  • 20 feuilles de papier grain 500 en magasin ≈ 15e
  • 3 disques grain 6000 trizact en magasin ≈ 20e ≈ un spray d'eau ≈ 2e

SOUS TOTAL: 880e

On peut aussi compter le stationnement a terre, entre le montage de la tente, la preparation de la peinture, le sechage la polilustrage... On peut facilement compter 2mois de stationnement dans mon cas environ 660e

TOTAL FRAIS ET STATIONNEMENT : 880e + 660e = 1540e

Pour le papier a poncer, je vous conseille vraiment d acheter des lots de 100 sur internet car bien plus economique qu en magasin (de souvenir, 8e le lot de 3 feuilles 180 diametre 125mm en grande surface). Vous pouvez facilement trouver un melange de 100 feuilles à moins de 20e sur internet. Dans mon cas, au début j allais en grande surface. Pour le polilustrage, il y a une telle quantité de papier utilisé que je vous conseille clairement d aller sur internet, je l'aurais fait bien avant si j'avais su.

Il en est de même pour les pads de polissages où vous pouvez clairement economiser une bonne cinquantaine d euros.

Pareil pour le kit de bouteilles de polish. Ce kit existe en format mini à 50e je crois. J ai acheté des grandes bouteilles de polish mais vous n utiliserez même pas un quart de chaque bouteille pour un bateau de 10m. Au moins, j en ai pour ma prochaine sortie d'eau.

J'espère n'avoir rien oublié. Sachez que pour ce travail, le plus gros investissement a fournir n'est pas financier mais personnel.

12 nov. 2020
0

Respect!!!

Effectivement les vidéos de peintres pro sont sympa, qui font croire que deux passes de pistolets suffisent pour avoir une peinture parfaite.
Tu nous mets en face de la vraie vie!
Un propriétaire souhaitait que je repeigne son bateau alors que mes connaissances initiales étaient au même niveau que les tiennes. Je ne regrette pas d'avoir refuser, car au dessus de mes compétences!

Est-ce qu'un départ d'une peinture appliquée au rouleau patte du cousin du lièvre avec passe de splatter (ou spalter?) pourrait permettre d'avoir une base plus lisse avant polishage?

12 nov. 2020
0

Merci beaucoup pour ce retour d'expérience, ce que j'aimerais aussi beaucoup lire dans les commentaires de la part de ceux ayant repeint leur coque est surtout COMMENT EVITER d'avoir à polir leur coque 8 heures par jour pour reprendre le résultat d'un mise en peinture initiale désastreuse.
Si j'ai bien compris, pour les débutants en la matière mieux vaut utiliser le rouleau que le pistolet à peinture. Est-ce bien cela ?

12 nov. 2020
0

au rouleau, ça va être long, surtout vu la taille...

au pistolet, ça demande une prise en main et du matériel adapté,
dans le cas présent, je pense (et je peux me tromper) que le débit du pistolet est supérieur à la capacité du compresseur à l'alimenter (volume de la cuve)
dans mon cas, j'ai vite abandonné le rouleau, et j'ai essayé pistolet pro (Kremlin) et amateur (Prodif),
ce dernier avait un meilleur résultat car adapté à mon compresseur (100l, et il faut qd m^ des pauses pour sa recharge),

les conditions climatiques n'étaient pas non plus idéales
super boulot de rattrapage qd même, bravo

12 nov. 2020
0

Effectivement, vu le résultat que j ai eut après l application de peinture au pistolet, je pense que cela aurait etait similaire avec une application au rouleau (et permet d'economiser le montage d un cocon si on peint par beau temps sans vent)

On peut très bien avoir un beau résultat du premier coup au pistolet, le mien était très mauvais à cause d'un mélange de peinture mal effectué et la négligence des conditions climatiques.

Comme je vous le dis, j ai des compétences limitée en la matière mais avec le recul, si j avais du faire ça au rouleau, j aurais procéder de la maniere suivante :

-bien poser le mastic, poncer l appret...
-bien nettoyer avec de l alcool a bruler avant de peindre (j ai oublié de le préciser plus haut)
-passer une couche de peinture. Il me semble qu il existe un rouleau qui lisse la peinture encore mieux que la patte de lapin mais je ne me souviens plus du nom.
-poncer la premiere couche legerement au 500 pour attenuer la peau d orange
-remettre une couche
-reponcer au 500
-remettre des couches et répéter le procédé jusqu a obtention d'un resultat lisse.
-si la peinture semble trop dure, ou s'étale mal, alors n hesitez pas à le diluer plus.

Cependant, vous n'aurez presque jamais un resultat aussi lisse avec un reflet aussi net qu avec la technique du polilustrage.

En effet il me semble que, meme au pistolet, la peau d'orange est inévitable, les experts savent seulement reduire son effet au maximum lors du melange et de l application de la peinture.

Si vous voulez tenter le polilustrage, prenez aussi en compte la forme de votre coque. La mienne étant rectiligne, il était facile de passer avec la ponceuse partout. Je n'ose pas imaginer la difficulté supplémentaire de travail si la forme de votre coque necessite de poncer a la main. De plus, c est lors du poncage des angles que vous risquez le plus de percer la couche de peinture.

Renseignez vous aussi sur votre peinture, je ne suis pas certain que toute retrouvent leur brillant avec le polissage qui suit le poncage de cette derniere.

Enfin, le polilustrage est possible apres une application au pistolet ou au rouleau. Il me semble avoir lu qu a l epoque, les voitures etant faites a la main, elles étaient peintes avec des couches successives au rouleau puis ensuite polilustrées.

12 nov. 2020
0

Bravo pour ce très beau travail; j'en retiens surtout qu'il est possible de rattraper des défauts importants de peinture, à condition de s'en donner le temps.

12 nov. 2020
0

Quand je disais"à quel prix" je pensais au prix de la sueur.Tu as eu du courage et de la persévérence,mais il est vrai que la partie ponçage est primordiale pour une bonne finition.
Pour la question de l'aspect peau d'orange,je pense qu'il faut bien respecter la température extérieure et le taux d'humidité donné par le fabricant.il faut aussi faire des essais sur support pour pouvoir trouver le bon dosage de diluant.Ceci dit je ne suis pas un expert peinture.

12 nov. 2020
0

Hello,

J'ai déjà repeins deux bateaux avec deux techniques différentes.

Le premier était un Kelt 6.2 que j'avais entièrement refait, dont peinture coque et pont.
Je l'avais fait au pistolet traditionnel (avec un compresseur) j'étais sous un genre de hangar couvert mais totalement ouvert (un toit mais pas de murs)

Je n'avais pas galéré comme la description de ce fil. J'avais utilisé de la monocomposant toplac de chez international pour la coque et l'autre de chez internationnal aussi mais anti-dérapante dont j'ai oublié le nom. Avec la sous couche de la même marque et également le diluant de la même marque.

Résultat impeccable avec "seulement" 4 couches si je me souviens bien (2 sous couches et 2 finitions) coque bien brillante façon miroir et tenue durable. J'avais bien pris mon temps pour la préparation, mais il faut dire que la taille du bateau (6m20) facilite la chose.

C'était ma première expérience de peinture au pistolet, donc j'avais bien pris le temps à la préparation mais aussi fait plusieurs essais d'applications et avec différents taux de dilution avant de faire la coque.

Pour le pont, l'anti-dérappant était vraiment efficace, même un peu trop, les maillots de bains et short en souffrais 😉

Ma deuxième peinture bateau, c'était mon Biloup de 29 pieds (8,58m de coque).
La j'étais dehors j'avais mis de la bi-composant mais au rouleau.

Même préparation et même nombre de couches que la première fois, mais résultat mitigé. La coque brillait mais avec un effet peau d'orange de près que je n'avais pas du tout eu avec le pistolet.
IL faut dire que je l'avais appliquée dans des conditions limites coté météo et il avait plu pas longtemps après l'application de la dernière couche donc ça n'était pas bon pour la phase de durcissement. J'avais été obligé de peindre car pris par le temps, je devais absolument remettre à l'eau ...
Curieusement la tenue dans le temps à été moins bonne avec la bi-composant qu'avec la Toplac, mais peut être est-ce du aux conditions d'applications qui avait été moins bonnes que la première fois. bon, finalement le résultat était quand même pas mal, une fois le bateau à l'eau et sans avoir le nez dessus la coque était quand même bien belle.

Donc en conclusion, la peinture au pistolet peux donner le même résultat avec beaucoup moins d'efforts que ce qui est décrit dans ce fil, la première fois j'avais eu un beau brillant miroir sans faire de lustrage
Deuxième conclusion les conditions météo sont très importantes, je pense que le résultat mitigé de ma deuxième peinture viens plus de la que de la technique d'application, bien que tout de même on ne peu pas lutter contre l'effet pistolet à mon avis, j'aurais pu avoir un meilleur résultat si il avait fait vraiment beau et sec.

Voila pour mon expérience.

12 nov. 2020
0

Oui à une époque les voitures de luxe utilisaient une peinture à polir, les Ferrari entre autres. Je suppose que depuis les techniques ont évolué.
Chapeau bas pour ton chantier et ton obstination. Pour avoir fait un simple ponçage à l’eau et polish sur mon 34´ j’imagine l’ampleur de la tâche 🙏😳

12 nov. 2020
0

Un grand bravo pour le résultat, mais quel travail pour y arriver !
Un petit ajout :
Un copain avait fait repeindre son First 35 par une entreprise. Beau résultat.
Je ne saurais dire combien de temps le bateau est resté au sec ensuite avant la mise à l'eau. Ni combien de couches avaient été passées.
Mais toujours est-il qu'une saison après, le frottement des pare-battages avait enlevé la peinture laissant apparaître l'apprêt blanc.
Il y a une (grosse) différence entre une peinture sèche et une peinture dure.
Il est pratiquement sûr que la mise à l'eau avait été trop précoce.

12 nov. 2020
0

Tu as dilué ta peinture à 20%.
N'était-ce pas trop?
Le diluant s'évapore vite.
Est-il possible que cette évaporation ait eu lieu avant que la peinture se soit tendue?

Autre hypothèse, une projection d'une trop faible quantité de peinture: une couche trop mince! donc séchage rapide avant la mise en tension du film.
Mais trop épais, ce sont les coulures qui apparaissent.
Je formule cette hypothèse car c'est un phénomène que je constate avec une bombe de peinture.

Nota: il existe des peignes permettant de mesurer l'épaisseur du feuil humide de peinture.
Exemple
www.brant-industrie.fr[...]humide/

12 nov. 2020
1

Bonsoir , j'ai lu avec intérêt cet article ou la passion pour son bateau a permis de récupérer une situation bien compromise .
Tout d'abord de ce que j'ai vu la préparation a été bien réalisée , c'est le plus important .
Les erreurs commises sont :
- le choix de la couleur et de la peinture :
A propos de la couleur , le bleu foncé , le noir , sont des couleurs à base de pigments organiques qui donnent une viscosité , une rhéologie rendant l'application difficile , surtout en brillant direct , le choix d'une base à vernir aurait rendu le résultat plus facile .
Le choix de la peinture : il y a une quantité phénoménale de polyuréthane 2 composants : le type de polymère hydroxylé , acrylique ça sèche vite , polyester c'est pas mal , aujourd'hui les acryliques modifiés + un haut extrait sec me paraissent les plus adaptés mais les polyesters haut de gamme ( Awlgrip ) sont difficiles à concurrencer . Ensuite , le choix du fournisseur sans connaissance de la lecture d'une Fiche technique fait que l'on peut se tromper facilement . Ici le choix de Lechler , fabricant Italien de peintures bon marché n'est pas un bon choix . Leur gamme de PU 2K est basée sur des résines peu performantes , offrant une compétitivité plus que de la performance , il y a en France des producteurs de peintures qui ont un savoir faire qui aurait répondu techniquement et professionnellement à tes besoins , je penses à Monopol , Mäder , Comus , tous ont des gammes parfaitement adaptées à cette application sur bateau , de plus les techniciens ne sont pas avares de conseils , Lechler répond plutôt à une demande plutôt industrielle sans Obligation de résultats .
- Conditions d'application , là c'est très important et l'erreur majeure est d'avoir appliquer avec une température inférieure à 20°C , c'est fondamental , pour la viscosité , pour l'aspect et la qualité du rendu , de plus , la réaction des polyuréthanes est très sensible à la température et l'humidité qui y est liée , tu as eu beaucoup de chance de ne pas avoir de micro bullage . Ces opérations de peintures surtout avec un PU2K ne se font qu'au Printemps , en Été à la fraîche , en automne quand il fait beau , jamais en hiver .
- Matèriel , un pistolet à peinture consomme énormément d'air , donc un compresseur de 50 l est un peu faible , un 100 l aurait été plus adapté , ce choix a entraîner une erreur de réglage , il faut 3 bars + un bon débit d'air pour éclater une peinture fraîche probablement mal ajustée en viscosité (20 sec. coupe AFNOR n°4 à 20°C ) , en plus , la méconnaissance de la composition des solvants rends encore plus difficile l'ajustage de la peinture .
Pour vous rassurer j'ai eu l'occasion de peindre ou de faire peindre un paquet de produits sur des chaînes automobiles , de camions , d'autobus et de cars , d'hélicoptères , d'avions etc... mais aussi pas mal de voitures et d'objets ou j'ai aussi fait des erreurs , des petites coulures et défauts . J'ai appris en payant de ma personne comme notre ami .
J'aimerais aussi ajouter l'excellent article de notre ami Philippe sur la mise en peinture de son bateau , qui plus est , avec une peinture métallisée .

12 nov. 2020
0

@safioran :
par ex ça, c'est quoi en qualité ?
solutions-comus.com[...]340.pdf

12 nov. 2020
1

Mon cher Bil, il s'agit d'un équivalent d'Awlgrip .
Comus a acheter la gamme de Plasticoque , fabrique de peintures initialement installé à Marennes d'Oleron que je visitais régulièrement .
En lisant la FT , on remarque qu'il est mentionné qu'il s'agit d'une laque polyuréthane basée sur un polymère polyester ( saturé ) qui va donner une rondeur , un brillant profond et un compromis duretée / souplesse Bien adapté à nos coques polyester .

12 nov. 2020
0

super! merci pour l'explication ...

12 nov. 202012 nov. 2020
0

Et bien je vois que nous avons des experts de la peinture par ici. Je n avais jamais estimé que la taille du compresseur aurait pu etre le problème. Il est vrai que la cuve est petite mais permettait de travailler sur une bonne surface entre 2 demarrages du compresseur.

Kobaia, en effet le temps de sechage peut surprendre car la peinture est seche au toucher en quelques heures, mais il est important de bien attendre qu elle seche jusqu au coeur de celle ci. Peut être aussi que l'apprêt utilisé n'était pas bien adapté a la peinture ? Dans tous les cas, j espère que le first 35 de ton copain n'a pas trop souffert de cette mésaventure

Polmar, je ne saurais dire si la peau d orange est due a l evaporation trop précoce du diluant dans la peinture ou bien à de trop fines couches de peinture.

Je ne pense pas, car l aspect était peau d'orange dès l application de la peinture (encore mouilleé) sur la coque et non quelques secondes après comme on peut l imaginer dans le cas d'une evaporation. Au moment de l application, je pensais justement " mais tkt ca va se tendre"

Enfin de manière générale et selon les recherches que j ai pu faire, je suis d'accord avec ce qu a dit now un peu plus haut. Safioran a egalement l'air de bien savoir de ce dont il parle, donc je pense qu on peut prendre note de ces conseils.

12 nov. 2020
4

@bellikovitch , je suis ingénieur en chimie des peintures , et j'ai travaillé pendant 20 années dans les peintures , notamment dans la mise au point des systèmes de peintures pour les voitures en fibres de verre ( Alpine , Matra etc..) toute matière plastique qui ce qui se peinturait était de mon domaine ,puis je suis passé en amont vers la conception des résines qui sont la colonne vertébrale des peintures , la formulation d'une peinture n'étant qu'une cuisine obéissant à des règles en vue d'obtenir des performances . Pour finir , les polyuréthanes était une de mes spécialité ce qui explique mes remarques , notamment sur Lechler .

13 nov. 2020
0

bonjour et bravo pour ce travail
j ai repeins mon ancien B JET 7m20 mais je ne suis allé que jusque a l’après et 2 couches de sous-couche pour la finition j'ai loué le savoir faire d'un pro.
mastique + après + sous couches m ont données suffisamment de travail de ponçage de coulures pour me rendre compte que je ne ferais pas un bon travail de finition

14 nov. 2020
1

Bonjour,

Je suis précisement en train d apprendre à peindre au pistolet.

En plus des problèmes de dilution, il est écrit noir sur blanc dans mon cours qu'un effet de peau d orange peut également être provoqué lorsque l'on tient le pistolet trop loin du support à peindre.

En effet, les gouttelettes les plus fines parcourent trop de chemin et ont le temps de coaguler en l'air. Elles perturbent ensuite l'éclatement des plus grosses : Peau d'orange.

( Juste une piste pour la prochaine fois 😉)

Chardon de Belle île !

Faune et Flore marine !

  • 4.5 (159)

Chardon de Belle île !

janvier 2021