Naviguer simplement..

Je remarque a travers les fils (et suis concerné) la difficulté a mettre en oeuvre nos naviguations virtuelles.
Problèmes des paramètrages, de compatibilité d'instruments, etcetc...
Et pourtant..n'est il pas plus simple et gratifiant de naviguer simplement en lisant une carte papier, en reconnaissant sans faille un phare le nuit qui sans coup fer rire nous mènera a bon port, un alignement qu'il n'y aura plus qu'a suivre,une dèrive constatée, certains nuages suivis d'un baro qui nous diront le temps a venir..le vent qui siffle dans les oreilles averties et nous donne sa direction au degrès près..et tant d'autres choses qui nous font nous immerger dans nos naviguations....ne sommes nous pas en train de faire naufrage??...

L'équipage
24 mar. 2015
24 mar. 2015

Qd grâce au phare qui luit le "sombre" devient " clarté" ;-)
Mon gps est full compatible avec mes yeux et ma carte papier, ça me suffit.

24 mar. 2015

Salut Tribal,
Oui, un appuis electronique est bien sur appreciable mais en effet garder ses sens bien affutés une chose primordiale et un plaisir plus intense.
Mersi de ta visite.

24 mar. 2015

Je vois moi aussi ces fils qui parlent de version d OS, d interfacage, de tablette, de capteur, qui marchent qui marchent pas. J arrive pas a m'y intéresser, et je n aimerai pas avoir à busoquer le truc en route parce qu il cesse de fonctionner. Déjà qu un moteur rétif me gave :-(

24 mar. 2015

J'ai connu un artiste en ébénisterie, il faisait un travail fabuleux. Avec de l'arthrite dans les mains, il a arrêté, parce qu'il ne voulait pas utiliser des outils plus modernes électriques. J'ai trouvé ça dommage.
AMHA, l'électronique à bord c'est pareil. Peut importe comment on se positionne, l'important c'est juste de pouvoir être là, et de maitriser sa sécurité.

24 mar. 201524 mar. 2015

Les deux systèmes sont compatibles, et la liberté que nous offre notre passion commune nous permet justement de profiter de ces moments pour ce que s'exprime en chacun, chacune, de nous sont plaisir de naviguer.
Tu peux savoir te trouver à tel endroit à 1m près, et quand même sortir ton sextant et passer un moment de pur bonheur a manier les tables, surtout si tu viens de poser le bouquin de Moitessier "vagabond des mers du sud".
Ou alors tu à Goulphar en vue et tu te fait un petit transport d'amer mmmm!!!!! c bon!
L'informatique, l'électronique peut-être aussi une passion, c pas la mienne mais je la respecte, je reconnais que par mauvais temps, mauvaise visi, j'apprécie la modernité ;))

25 mar. 2015

Ce dont je viens jouir dans ce monde de la navigation à voile c'est justement la simplicité.
Certes, l'électronique peut maintenant aider, en particulier avec l'avènement du GPS, mais le plaisir profond ( :tesur:) nait bien en amont de ces facilités.

ben moi c'est plutot avec l'electronique que j'aurai du mal!c'est vrai que dans une truelle et un marteau ya pas trop d'electronique :-D

25 mar. 2015

Salut Pierre,
Simple et efficace sont les mamelles d'un bon voilier.. :pouce:

25 mar. 2015

Je pense que plus le temps passe, plus il y aura de plaisanciers "génération GPS" .

C'est à dire inaptes à naviguer sans electronique par les simples moyens traditionnels, parce qu'ils n'auront pas appris à le faire.

oui c'est sur :la simplicité,c'est mon leitmotiv depuis des années et en plus ça m'arrange je suis nul en electronique ;-)

25 mar. 2015

Bah, personne ne dit ici qu'il ne sort pas pour un problème de parentérale.

Je suis d'accord sur le principe, Il nous arrive souvent de couper les instruments et naviguer à l'ancienne pour une vitesse moyenne équivalente, mais aujourd'hui j'aurais du mal à me priver de carto électronique.

La flemme sans doute, mais c'est beaucoup plus relaxant de naviguer sans être constamment à l'estime.

27 mar. 2015

Bonjur,

Ton problème de parentèrale me fait mal à ma sortie entérale...

Kzz Kzz..

:acheval:

25 mar. 2015

Bonjour à tous,
Sujet intéressant. Perso, je conserve une douce fascination pour les cartes papier. Marines ou terrestres, j'ai passé des nuits à tracer des routes imaginaires à travers deserts, montagnes, mers océans. Parfois la route papier est devenue réelle, parfois elle reste en attente. Prête à ressurgir.
Pour le rêve et la préparation, la carte est irremplaçable. Pour la réalisation, les moyens modernes à notre disposition sont redoutables d'efficacité et de precision, et n'empêchent pas de reporter les points sur la carte papier, tracer, mesurer des azimuts, des distances, des relevements.
Un mix entre modernité et classicisme, le meilleur des deux mondes.
Ciao
Polo

25 mar. 2015

bonjour, je pense que je navigue encore à l'ancienne (moi je peux vu l'âge) mais que c'est reposant de voir son bateau sur un écran et de se dire : Tiens tu vois tu l'avais bien dit tu es là.
Pourquoi se forcer à faire une route sur du papier quand çà boulègue et que l'intérieur du bateau n'est pas très maniable ?
Je me suis surpris lors de mes dernières traversées vers la Corse de ne pas jeter un œil ni sur l'écran et encore moins sur la carte. Le cap affiché au pilote et c'est tout droit, oui j'ai un pilote car solo et il barre beaucoup mieux que moi.
Je pense qu'il faut bien prendre les recommandations des fabricants : Aide à la navigation.
Et puis si un jour les bateaux deviennent automatiques eh bien ce sera une autre découverte. C'est sur qu'entre Moitessier, Stam ce n'est pas les courses mais ce sont toujours les mêmes tour du monde. C'est une autre façon de naviguer avec d'autres sensations mais ils le font tous les deux.
Gilles

25 mar. 201516 juin 2020

le GPS a parfois son utilité ...

25 mar. 2015

je ne croie pas que ce soit electronique ou pas electronique .

Les anciens ont appris a naviguer sans electronique donc on faisait de l'estime pour la nav , on regardait les nuages pour la meteo , l'etat de la mer pour le coup de vent ..le courant donné par le casier , la variation de la direction du vent pour savoir si l'on allait vers une depression ou un anticyclone , les oiseaux aussi nous renseignaient etc...en un mot on "collait" a notre environnement

Tout celà nous est resté bien evidement ,et l'electronique nous conforte simplement souvent dans notre ressenti ...

Par contre le dommage est de passé à coté de tout ce qui fait le "sel" de la mer et de la naviguation et d'etre simplement un "promeneur" sans rien voir ,ni sentir , ni ressentir c'est celà qui me fait de la peine .

Voir que de plus en plus la sortie en mer pour beaucoup se resume a l'image du smarphone sur qui on a constamment le nez collé dessus , me desole car ils passent a coté de l'essentiel ,me semble-t-il

L'expression de ton regret me fait irrésistiblement penser aux reproches faits jadis aux régulateurs de vitesse et aux automobiles automatique.

En pratique, c'est précisément le temps passé (je n'ai pas dit perdu) à naviguer "à l'ancienne" qui risque de faire passer à côté de l'essentiel.

C'est précisément parce que la position, la route, les cartes sont disponibles a tous moments sur l'électronique qu'on dispose de tout son temps pour faire autre chose si on le souhaite.

Sinon, je te rejoins sur le plaisir de tracer une route sur une carte, surtout lorsque ce besoin n'est plus une nécessité indispensable mais juste un plaisir et sur la perversion consistant à ne regarder que la route virtuelle sur un écran. :litjournal:

26 mar. 2015

Je suis globalement complètement d'accord avec toi, sans aucun sectarisme du genre la technologie c'est caca. Vous avez appris une navigation plus débrouillarde, plus en relation avec la mer, car il n'y avait pas d'autres choix. Maintenant il faut transmettre ce savoir faire ou ouvrir des écoles de voiles "tradi" ;)
Parce que les temps ont changé, c'est le règne des données, même quand on va acheter une paire de basket pour courir on nous propose une montre gps pour connaitre son ratio au kilomètre, et j'ai l'impression que plein de choses deviennent ou paraissent impossibles selon la doxa, alors qu'elles ont été faites auparavant.
Exemple : j'ai traversé en 2010 avec un pote le sud du Mexique à San Francisco avec une vieille cox payée 300 balles, on avait 20 piges, une carte papier des jerricans d'essence et des sacs de couchage, 10 000 bornes sans gps. Et là je vois des mecs qui feraient casi pas un Lyon Paris sans gps.
Ben le bateau c'est un peu la même, quand on lit Moitessier le mec a les instruments rudimentaires de nav, observe le ciel et la mer, et du coup je me dis deux possibilité :
-apprendre en autodidacte complet (surement très long et très dangereux)
-recueillir un savoir faire et des connaissances auprès de marins expérimentés

Une fois qu'on sait faire ça, ouais le gps est pratique et sécurisant. Mais y'a eu tellement de voiles hissées avant qu'on use les satellites que je trouve ça terriblement dommage que ce savoir se perde.

ciao les marins ;)

26 mar. 2015

"une navigation plus débrouillarde, plus en relation avec la mer, car il n'y avait pas d'autres choix."
C'est ce que je disais. Je ne vomis pas les instruments modernes, c'est très pratique. Mais je crois que l'idéal c'est encore de savoir très bien faire sans et de faire avec ;)

26 mar. 2015

Moitessier n avait pas le choix ,GPS Cartographie , enrouleur n existé pas a cette période .

25 mar. 2015

Bonjour,
pour ma part j' ai longtemps résisté au GPS, refusant d' en embarquer un pour aller au Groënland en 93, je trouve que les atterrissages à l' ancienne procurent infiniment plus de sensations: stress intense quand çà fait trois jours que le ciel est bouché et que l' on approche de terre et un plaisir indéfinissable quand on arrive à peu de chose près à l' endroit prévu.
Maintenant, quand j' ai acheté mon présent bateau, équipé d' un GPS portable, je ne suis quand-même pas allé jusqu' à le mettre sur le Coincoin.
A l' automne dernier en redescendant d' Irlande, arrivé de nuit après 4 jours de nav fatigantes sur Ouessant avec une visi d' une trentaine de mètres, j' ai effectivement apprécié pour une question de confort de pouvoir raser La Jument et les Pierres Noires et ainsi gagner quelques heures à l' arrivée en rade de Brest.
Ce qui m' énerve le plus est que je vais peut-être être OBLIGE de venir à la carto électronique à contrecoeur, car ayant passé des annonces (notamment sur héo) pour renouveler mon jeu de cartes d 'irlande(datant des années 50 à 80) pas la moindre réponse et en neuf je n' ai pas les moyens.
De nos jours, la résistance au modernisme coûte cher!
Gorlann

25 mar. 2015

J'aime les cartes papier car je " voyage " rien qu'en les regardant et puis on voit d'un coup d’œil toute la zone de navigation , de plus mon égo est flatté lorsque le GPS confirme mon estime ou mes relèvements mais même si je navigue la plus part du temps à " l'ancienne " ( je n'ai aucun mérite mes navs sont simples la plus part du temps ) il m'arrive d'embarquer pour des navs de nuit en solo ou pour des endroits que je ne connais pas du tout , un PC portable qui m'aide bien à trouver ma route et je dirais même que je ne serais pas allé à certains endroits sans cette aide .

Il y a 15 jours j'ai cherché à me racheter un compas de relèvement ( pour remplacer celui que l'on m'avait volé ) et dans les 2 magasins ou je suis allé ils n'en n'avaient pas , il faut le commander car ils n'en vendent plus souvent , tout le monde est équipé ou plus personne ne s'en sert ?

25 mar. 2015

Le mien je l'ai acheté chez Décathlon.

25 mar. 201525 mar. 2015

Compas de relèvement
www.legeeksportif.com[...]mentee/
:oups: :jelaferme: :acheval: :acheval:

25 mar. 2015

:pouce: la boucle est bouclée ! Nav à l'ancienne sur instrument moderne... :mdr:

25 mar. 2015

Merci annaKarenine et Tup , dommage que j'ai un windows phone car cette application aurait pu bien me dépanner .

25 mar. 2015

Bonsoir,
j' ai racheté un Plastimo iris 50 dans une coopérative maritime fin Aout dernier car je doutais de ceux que j' avais à bord. Le problème venant apparemment d' une anomalie magnétique générale à bord, je me retrouve avec 3 compas dont un neuf et garanti.
Je peux donc te le revendre si tu veux( au prix de l' occasion bien-sûr).
Sinon il était en stock à la coop-mar de Concarneau.
Gorlann

25 mar. 2015

Salut Gorlann,
Tu le ferais a combien ton iris 50??

25 mar. 2015

Aucune électronique embarquée. Nav' a vue. Regardez vos i-phone et tablettes pour faire route, pour moi c'est le vent , les nuages, l'état de la mer et mes compétences qui me guident.
Histoire vraie :" je n'ai pas pu rentrer parce que je n'avais plus de batterie, mon i-foune ne m'a pas indiqué le cap "!
Ah ce moment jouissif ou tu te dis que tu est beaucoup moins con que tes "contents pour rien" !

25 mar. 2015

Bonjour,

Comme bien d'autres, j'ai commencé avec les cartes papier. Puis un jour j'ai acheté un GPS à "2 lignes" (sony pyxis) et ma principale motivation c'était de retrouver plus facilement mes coins de pêche ! Mais malgré tout, il fallait encore savoir lire une carte papier. Aujourd'hui j'ai un traceur à la barre, mais ma carte papier est ouverte sur la table à carte avec mon crayon et mon rapporteur breton, j'aime bien avoir, en plus du traceur, une vue plus globale de ma route. Alors génération GPS, peut-être, en tout cas le plaisir de naviguer n'en est que plus fort, car oui, c'est plus simple !
N'empêche que j'explose toujours de rire l'été quand j'entends à la VHF des appels du style "Port machin, on voudrait une place, on arrive dans 23 minutes..." :lavache: :mdr:

25 mar. 2015

trop top l électroniques , a l ancienne , plus jamais pour moi ...

25 mar. 2015

Il y a des gens pour qui l'électronique est un jeu simple et rigolo. Pourquoi s'en priver ? Par masochisme ?

oui francois tu as bien raison et il y a des gens qui ne sont pas doués pour ça :-)

25 mar. 2015

Le très gros danger de la nav électronique exclusive c'est de perdre son esprit critique en prenant l'affichage pour vérité divine et en rendant sa nave totalement virtuelle et coupé des réalités:
Il y a peu un routeur pro a fait se vautrer et détruire son bateau de course pour ne pas avoir fait afficher la totalité des infos de sa carte vectorielles, alors qu'une carte papier ou bitmap lui aurait tout de suite montré le récif.

25 mar. 201525 mar. 2015

Bien savoir naviguer a l’ancienne permet de mieux appréhender la machine et comprendre ce quelle fait. ça permet de mieux connaitre limites de l’électronique et ça c'est important pour la sécurité/performance.

Il faut être capable de faire sans au cas ou.

25 mar. 2015

petite illustration :

Nous etions 4/5 en train de discuter de tout et de rien en haut de la cale assis sur le muret ...

un touriste passe et nous demande si la mer monte ou descends , "le parisien" ( ce n'est pas mechant) sort tout de suite son smarphone " je vais vous dire" ... et un "vieux" explique au touriste qu'il suffit de regarder comment sont dirigé les bateaux sur leur mouillage pour savoir si la mer monte ou descends .

:reflechi:

28 mar. 2015

ne pas oublier de tenir compte des contre-courants... ;-)

25 mar. 2015

ben tiens, moi qui ai jamais trop fréquenté les régions à marées… j'aurais pensé à observer un truc pour savoir, mais pas forcément les bateaux…
en une demi seconde de réfléxion, je dirait… cul vers la mer si la marée est descendante… et vers la terre si elle est montante ? j'ai bon?

25 mar. 2015

a l étale avec un peu de vent ???

25 mar. 2015

moi je regarde la lune tous les jours et j'en déduit l'heure de marée, le coef et les hauteurs d'eau... par chez moi, pas à St Malo
pour l'orientation des bateaux, méfiance avec des deriveurs intégraux qui montrent plus le vent que le courant

25 mar. 2015

Je me souviens m'être perdu dans le brouillard des Anglo-Normandes et m'en être sorti grâce au gonio. Le gonio, c'était mieux que le sextant, le GPS c'est encore mieux, la carto électronique c'est top.
Je me souviens d'un rallye ULM récent, le seul qui s'est perdu naviguait à la boussole.
J'admire ceux qui refusent le progrès, moi j'en suis incapable.

25 mar. 2015

le "progrès", c'est comme la capote : c'est plus sûr avec, mais c'est meilleur sans..

25 mar. 2015

La boussole à bon dos. Le quidam ne devait pas suivre sa navigation, puisque par définition de la nav observée et chronometrée, à chaque instant on doit savoir toutes les 2 à 5mn où on se trouve exactement, ce qu'on valide aussi par des repères immanquables et par principe on prépare les dégagements. Le GPS avion, qui facilite grandement la nav, peut tomber en panne, ne dispense pas de tenir rigoureusement sa navigation (rappelé dans tous les documents officiels sur le GPS aéro) en validant obligatoirement les points de report, idem avec les aides radioélectriques très précises aussi (accidents dramatiques connus en civil et militaires par non validation d'un seul point!!!!).

25 mar. 2015

Salut a tous,
J'ai lu avec bonheur vos inter,j'ai cru remarqué aussi que "ceux" qui naviguent encore avec l'environnement (l'éléctronique restant une solide aide a la naviguation)nous parlent avec plus de détail de ce qui les entoure, les informent, un peu comme s'ils s'immèrgeaient plus dans leurs naviguations..peut ètre n'est ce qu'une impression...
Bah...on est pas là pour faire polémique, juste pour partager un peu..
:alavotre:

26 mar. 201526 mar. 2015

chez moi ,il y un Mr passionné de botanique et d'environnement de temps a autre il organise une randonné dans une zone humide rien que pour le plaisir de la decouverte .

J'ai fait 100 fois la randonné seul puis dernierement je suis allé avec ce Mr , et j'en conclu que je ne voyais rien ,je marchais comme un idiot sans rien voir ni savoir sur la nature, les animaux ,etc

Pour la mer c'est la m^me chose et a mon sens l'electronique a tué le sens d'observation ou tout au moins fait que l'on passe a coté de beaucoup de choses qui est (pour moi) l'essentiel et le "sel" de la nav ou de la randonné en mer .

Je trouve formidable de discuter avec le "vieux" pêcheur en haut de la cale . et lui demandé "alors aujourd'hui le peche a été bonne" - "vu les vents et le coeff je suis resté à terre , j'irai demain ça va etre meilleur" . Derriere ce propos il y toute une vie et d'experience du vrai marin , que ne lui a pas apporté l'electronique .

25 mar. 2015

Je voudrais juste rajouter un truc, ca a été dit plus haut, mais c vrai que le prix des cartes papiers devient vraiment prohibitif, maintenant que nous avons Opencpn c'dur pour le portefeuille de naviguer à l'ancienne.
Et encore Opencpn m'a offert la possibilité de remettre mes déclinaisons à jours.
Encore merci Les toubibs.

26 mar. 2015

Je ne sais si c'était le sens initial de la remarque de sombreclarté, mais au-delà du débat classique GPS-Nav à l'estime, ce que j'ai noté de mon côté ce sont les questions nombreuses sur ce qui est pour moi du domaine de la prise de tête.
Du genre "problème de radar, problème de connection IPAD et INAVX à mon NAVICOM, Paramétrage Nmea, problème avec les télécommandes filaire et non filaire de mon guindeau" etc, etc, etc.
Je pense que je ne supporterai pas de "perdre" du temps en navigation à essayer de dépatouiller un "sac de nds" de ce genre. Je vote pour "keep it simple"

26 mar. 2015

et une étoile pour Tribal, une.. tant je partage tout à fait ce que tu dis ;-)

26 mar. 2015

Naviguer simplement ? Personnellement, je trouve que les outils modernes simplifient la navigation. Les outils eux-mêmes sont certes plus complexes (et donc plus sujets à pannes), mais leur utilisation est plus simple (sinon, où serait l'intérêt ?).
Le jour où je me suis équipé, c'était un peu par curiosité, mais surtout quand j'ai réalisé le prix d'achat des cartes papier comparé à celui des cartes électroniques (je ne parle pas du coût des mises à jour).
Sur le fond, je trouve que le principal apport des GPS et des traceurs est d'éviter de confondre un amer avec un autre, avec les conséquence que cela peut avoir. Pour le reste, papier-crayon-compas de relèvement-rapporteur, ça fait en gros la même chose que l'électronique, mais de façon un peu plus fastidieuse.

26 mar. 2015

Nous n'avons ni l'expérience de certains, ni le "jusqu'au boutisme de certains" que je respecte parfaitement . Pour moi la voile c'est un moyen de voyager, pas un but en soit, c'est peu être ici que réside la différence. Naviguer pour naviguer m’ennuie, par contre aller d'un point a un autre, dans une zone que je ne connais pas, là , j'adore.!
Ce que j'aime, c'est l"esprit du voyage a la voile" , le temps laissé au temps, la rencontre avec la nature sauvage, la vie et le partage avec les locaux, les pécheurs les êtres de la mer.

A bord, nous évitons le "ni ni", simplement lorsqu'on quitte la France (ou l'Europe) c est un peu casse tête pour trouver la carte détaillée des zones ( en particulier les infos sur les courants) et qui plus est d'imaginer que les cartes soient a jour. Nous avons quelques routières et sinon c'est carto électronique, par ce que a 30 Euros la carte quand on fait du chemin, le budget est vite stratosphérique. Nous avons appris , a l'école, les arts de l'estime, du compas et autre joyeuseté.
Même si a bord le nez dans la carto, nous n'oublions pas de regarder le ciel ( et l'arrivée des lenticulaires) , les yeux bardé sur le baromètre ( vieux reste de mon enfance a Nouméa ou il trônait en bonne place dans notre maison). Nous utilisons le sondeur et surtout nous sommes capable d'estimer notre "temps de route" d'une manière assez précise, pour permettre des atterrissages de jour. La carte c'est super, sauf dans les zones ou justement, le feu d'entrée est cassé, la bouée est pas a la bonne place, le port a rajouter un brise lame qui justement est pas dans les cartes, bref....
Au fond pourquoi faudrait il être fromage ou désert ?

Ceci étant j'ai un profond respect pour ceux qui navigue comme bon leur semble

26 mar. 2015

pour avoir maintes fois naviguer sans carte sans GPS sans meteo (previsions) je soutiens que c'est la liberté, mais c'est toujours un peu limite a l'approche des cotes.
malheureusement comme vous tous je me suis fait contaminé par l'information et la technologie bon marché et suis devenu un lache ordinaire, pas encore petochard mais peut etre pas pour longtemps.
je pense qu'avoir eu la chance d'apprendre avec comme seuls instruments un compas un bout de ficelle et un loch a la traine (plachette a noeud) est un privilege que personne n'aura plus maintennant

26 mar. 2015

"je pense qu'avoir eu la chance d'apprendre avec comme seuls instruments un compas un bout de ficelle et un loch a la traine (plachette a noeud) est un privilege que personne n'aura plus maintennant"
Voila c'est un peu ce que je voulais dire plus haut. Mais je sais pas si j'ai raison ou pas

Courir des heures, pieds nus, pour attraper son repas du soir que l'on dégustera, cru, avant de se coucher par terre dans les feuilles mouillées, c'est un autre privilège que personne n'aura plus aujourd'hui... :-( :litjournal:

Molière à fait dire à Valère qu'il faut manger pour vivre et pas vivre pour manger.
L'électronique doit être un outil pour naviguer mais il est absurde de naviguer pour se servir d'électronique.

La carto électronique permet, à tout instant, instantanément, de savoir où on est, et vers où on va.
C'est plus précis, plus fiable, plus pratique, plus rapide que n'importe quel autre moyen "classique" : quand mon traceur tombe en panne, j'ai un GPS portable, quand ce dernier tombe à) l'eau, il flotte et il est étanche, quand tombe aussi en panne, j'ai celui de la tablette et celui de mon téléphone...

Et avec le temps gagné je peux regarder la mer.

Quand ma carte papier s'envole, je suis comme un gland, quand je n'ai pas d'électricité pour la lire, je suis comme un gland, et quand la visibilité est mauvaise...gland pareil.

La carto électronique est un super outil, mais ce n'est qu'un outil et c'est la qualité de l'ouvrier qui fait la valeur de l'outil. :litjournal:

26 mar. 2015

bjr,
j'ai appris la nav à beg rohu tout au début de la base
mais je navigue plutôt en med de moins en moins loin .
mais souvent comme les distances font moins de 250mn d'une traite
je règle le bato au mieux dans la direction approximative pour avoir un rapport cap vitesse confortable en laissant les anticyclones a droite et les dépressions à gauche ,évidemment je note le cap et la vitesse ,le loch ,et le baro ,puis j'affine ma nav en arrivant en vue de terre ,si c'est de nuit les phares me positionnent ,si la visi n'est pas bonne je met la carto en route ...quelque fois je trace ma route sur papier millimètré .
on ne peut pas se perdre ....
alain

26 mar. 2015

et pis comme la terre est ronde...

26 mar. 2015

Et parmi nous, qui tient un livre de bord??

Je suppose que c'est TRES TRES fastidieux pour les" naviguateurs éléctroniques"...
Pour ma part, je le tient a jour régulièrement, et lorsqje l'ouvre, c'est un bonheur de feuilleter ses pages.
Et vous??

26 mar. 2015

moi oui ...

La nature m'a octroyé une écriture manuscrite que je qualifierais d'"ingrate" : mes profs m'ont imposer de n'écrire qu'en lettres bâton afin, espéraient-ils, d'avoir une chance d'essayer de tenter de me relire et je suis, en ce qui me concerne, incapable de me relire si j'ai oublié ce que j'ai écrit les bâtons étant devenus attachés puis ouverts puis...et merde c'est plus rapide de frapper sur un clavier (qui est mon seul mode réel d'écriture depuis plus de quarante ans).

Par conséquent, l'idée même d'écrire quelque chose pour mémoire est donc pour moi au mieux risible et au pire absurde.

Lorsque je navigue dans des zones qui imposent ce rituel, je griffonne effectivement quelques traits sur les pages, pour la maréchaussée.

Avantage collatéral : j'ai une excellente mémoire, il me suffit donc de fermer les yeux pour retrouver le bonheur de mes souvenirs. :litjournal:

Un simple coup d’œil convaincra n'importe qui de la totale absence de sérieux du skipper. Tout effort ayant pour but de démontrer le contraire est, dès le départ voué à l'échec.

Pour ce qui est des problèmes, il m'a toujours semblé que leurs considérer comme un sujet à part entière est inutile, leur seule vocation étant d'être les préliminaires à des solutions.

Au milieu de rien, seul le maintien d'un cap "correct" est nécessaire quelque soit le mode de navigation et dans un "rien" un peu grand, cette seule instruction peut perdurer durant des jours sans grand inconvénient. :litjournal:

27 mar. 2015

Au milieu de rien à moins d'être hypermnésique il n'est pas évident de mémoriser les coordonnées du dernier point de navigation valide, qui serait très utile pour reprendre une navigation traditionnelle un peu précise au cas où toute l'électronique serait brutalement HS (touchée par la foudre par exemple, objet d'un échange récent sur HeO), ou pour justifier auprès des autorités judiciaires du sérieux du skipper en cas de très gros problème à bord(également traité il y a peu sur ce forum). Perso j'écris très mal mais mon épouse très bien (et elle est très pointilleuse sur la tenue bateau).

28 mar. 2015

Effectivement au pire on peut marcher en latitude constante, comme Christophe Colombe qui par erreur a découvert l'Amérique en visant le Japon. Dans ma lointaine jeunesse lors de ma première nav aventureuse et très mal réfléchie en solo en pneumatique+HB à fond la caisse, en partant de l'Aiguillon voulant aller à St Martin de Ré je me suis lamentablement retrouvé à La Flotte (ébahissement du local lors de ma question bête!), et en plus j'ai failli me faire coincé dans le port à flôt alors que à la tombée du soir ma jeune épouse et mes jeunes enfants m'attendaient sur le continent sans savoir où j'étais. Ce n'étais vraiment pas une navigation responsable. Heureusement que je n'avais pas visé l'Amérique!

26 mar. 2015

pour avoir sur mon 9 m en cp construit par moi , un seul winch , greement en cable galva , un sondeur et un sextant plastique j ai fait un France Tahiti par Panama , suivit de par 3 autres transats au sextant avant l arrivée du satnav puis GPS pour les autres transats , aujourd hui , quelle bonheur de voir mon bateau sur un écran a cartographie , je l ai fait , mais j espère plus jamais ...

26 mar. 2015

moi oui

26 mar. 2015

Bonsoir,
quand je fais des ronds dans l' eau à la journée, je ne le tiens pas, mais dès que je navigue dans un coin que je ne connais pas, ou en semi-hauturier ou hauturier je le tiens scrupuleusement, pas pour les pandores mais pour ma nav.
Gorlann

pas de journal de bord non plus ,pour quoi faire?

26 mar. 2015

ne serait-ce que pour être en règle

28 mar. 2015

Le journal de bord papier s'avère utile quand un équipier coupe (involontairement) les batteries service (vécu dans le golfe de Gascogne).

bof.
Un logiciel de journal, écrit correctement, sauvegardera au fur et à mesure de la saisie.
Couper les batteries sera sans conséquence. :litjournal:

26 mar. 2015

Sur les miens (c'est mon 3 ème, 1 par bateau) il y a bien sur les conditions de mer, 4 mots toutes les 4 heures lorsq rien de spécial ne se pass a bord mais il y a aussi quelques phrases lors d'une éscale, des conditions difficiles, des mots d'amis embarqués, des photos, cartes postales,un vrai bric a brac, excellent!

26 mar. 2015

tout à fait similaire. Ca combine livre de bord (en mer) et carnet de voyage, avec photos, cartes postales, dessins d'alignements relevés sur le terrain, etc. :topla:

26 mar. 2015

Cool..! :topla:

26 mar. 2015

Et puis s'il y a un pepin a bord c'est une trace écrite des conditions du moment.

26 mar. 2015

Bonsoir,
je pense que sur un bateau, rares sont les marins qui aiment toutes les taches à faire lors d' une navigation. Certains s' éclatent à la barre quelques soit les conditions, d' autres comme moi trouvent "magique de calculer une estime et de se positionner avec des instruments rudimentaires, il en faut pour tous les goûts.
Souvent, les meilleures navs sont quand les équipiers sont complémentaires, car si tout le monde veut barrer et personne faire la nav, il y a forcément des frustrations.
Ceux qui n' aiment pas trop la nav pure investissent dans des aides à la nav, pour moi , c' est plutôt pilote et régulateur d' allure, car en traversée, si les conditions sont un peu musclées j' adore barrer mais si c' est un peu monotone, je préfère mettre le pilote ou passer la barre à un équipier et calculer ma position.
Pour les manoeuvres, je suis devenu un vieux crouton: debut des 80, j' adorais me faire rincer à changer les voiles d' avant sur ma Corvette puis en 90 quand je préparais mon Loisir 7.30 pour le Spitsberg, un ami qui devais me faire mon jeu de voiles m' a quasiment imposer de mettre un enrouleur. J' ai fini par lui faire confiance à contrecoeur et depuis, sur tous mes bateaux successifs, c' est enrouleur pour le génois et trinquette sur enmagasineur.
Gorlann

26 mar. 2015

Comme les Vikings, je navigue au "spath d'Islande", un cristal de calcite transparent qui me donne, même par temps couvert, la position du soleil. L'arrivée de la boussole, puis des cartes papiers (je n'ose même pas parler de la règle de Cras) ont fait disparaître le sens marin et le goût de l'effort. ;-)

27 mar. 2015

+10 000 Gradlon ;)

La différence entre celui qui sait naviguer avec d'anciens instruments comme avec les nouveaux et celui qui ne sait le faire qu'avec les nouveaux, c'est qu'il y en a un qui sait faire une chose de plus que l'autre, il a donc le choix.
Apprendre avec une méthode, puis en apprendre une autre, c'est différent de rester calé et sectaire sur une méthode dite puriste ou moderne

27 mar. 2015

Personne ne conteste l'electronique ,personne ancien comme nouveau ...et ce n'est pas le propos du sujet d'ailleurs

ce qui me navre c'est que certain a travers ou a cause de leur seul methode "electronique " sont totalement deconnecté du milieu , ils ne voient rien , ne sentent rien, n'observent rien , n'apprennent rien , ne sont curieux de rien . Ils ne sont que des promeneurs sur l'eau ,c'est quand m^me bien dommage

Et leur seul argument s'est la moquerie, la raillerie, tourné en derision ce coté tant enrichissant qu'est la decouverte ,la connaissance (bien modeste) de notre environnement ... c'est un peu court à moins que c'est une façon de caché une certaine gene .

La modernité n'est pas l'ignorance

27 mar. 2015

ce sujet est bien ecrit et tres juste

27 mar. 2015

Merci aussi pour ce sujet zheul.

27 mar. 2015

Et puisqu'on bavarde...
J'ai un régulateur, sans conteste le meilleur barreur du bord mais posséde aussi un pilote auto pour les chenalages, les entrées de port ou les "besoins urgents".. :mdr:
Bref.. l'installant, je me dit pourquoi ne pas le coupler au gps et me renseigne ici sur ce qui s'y dit..
Et je lis:"Le pilote couplé au GPS est trés interressant car il permet de rectifier le cap par courant traversier".j me dit "c'est vrai ça"!! :reflechi:
Mais après une petite reflexion supplémentaire, j'en suis venu a la conclusion que ce brave pilote ne ferait rien de plus que l'erreur du débutant en rectifiant son cap au fil de la dérive pour finir a se retrouver bout au courant pour aller chercher son amer....plutot que d'avoir anticipé et "monté" de qques degrès dans le courant pour pouvoir ensuite descendre gentiment sur son amer...Comme quoi tous les pretextes sont bons... :mdr: :mdr:

27 mar. 2015

et puis finalement, c'est pas l'amer à boire.. :heu:

28 mar. 201528 mar. 2015

et puis tout dépends du terrain de jeu
perso, d'Oléron à Yeu, je ne sors que l'annuaire des marées... les cartes restent au sec, l'electronique est eteinte pour économiser les batteries... juste le nez en l'air, à chercher l'insolite, les globicéphales qui passent au loin, l'arrivée des dauphins, le vol d'un fou... et surveiller les bateaux de pêche !!!
au delà de Yeu... je suis plus serieux :heu:
et au sud d'Oléron, j'y vais pas :mdr:

28 mar. 2015

Effectivement tout dépend du terrain de jeu, perso j'avoue ne rien allumer ni faire trop le point de Palavas à La Corse parce qu'on connait ..... Le livre de bord est un mélange de souvenirs et d'entretien du bateau. En fait j'ai un cahier d'un côté se sont les sorties et de l'autre l'entretien.
Mais mon exemple n'est pas forcément celui à suivre et je suis pratiquement toujours en solo.
Je trouve que la chose la plus importante est la gestion du temps une fois qu'on la maîtrise on a fait un grand pas. Je m'explique si on sait que l'on met 14h en gros pour faire Palavas Marseille on ne doit pas commencer à chercher le Rhône après 5 h nav ..... C'est comme pour la Corse on sait qu'il faut en gros une vingtaine d'heures pour traverser alors si 10h après on prend les jumelles pour chercher la côte ...
Gilles

28 mar. 2015

l'avenir du marin : la mort du GPS , votez pour moi les mouillages vont se degager! :alavotre: :bravo:

01 avr. 2015

oui, mais moi j'arrive jamais ou je veux aller, heureusement mon GPS se trompe pas, Lui ! Et même ses infos je me gourre en les reportant sur la carte. Un équipier c'est l'idéal mais il faut pas qu'il boive, ça c'est déjà plus dur a trouver

28 mar. 201528 mar. 2015

J'imagine assez bien une course sans moyens de nav autres qu'un carte, une règle graduée, un crayon et une montre. Sonde à main éventuellement autorisée. Falmouth Cherbourg, par exemple.
Et naturellement, sans moyens de communication.
Outils modernes de navigation à bord par securité, mais plombés.

28 mar. 201528 mar. 2015

Bonsoir Lulu. Une fois Aurigny et les Casquets parés, c'est tout droit, on garde le cap et pour le sondeur, pas utile, on arrive avec 60 m de fond devant l'entrée.

Sauf quand un p...tain de filet ou ligne vous barre le passage :-(

28 mar. 2015

Bon d'accord pour le compas mais, faut laisser les courants faire, un coup dans un sens , un coup dans l'autre, çà fait une route fond pas droite mais ce n'est pas le but. Le compas, je l'oublie quand je fais le tour de la Manche ou disons plutôt le Cotentin et il reste sagement sous sa protection, mes yeux suffisent.

28 mar. 2015

Quand il n'y a rien dans son profil, on file ailleurs mettre sa merde.

02 avr. 2015

Attention : faut pas se fier à la mousse.
Si tu commandes une bière, le nord tourne en rond !

28 mar. 201528 mar. 2015

Bonsoir Nossi.
Oui, mais sans compas et avec des courants, ça se corse un petit peu ...

28 mar. 2015

le mieux pour ça, c'est un Armandèche, tout dessus au près par 30 neuds de vent... :mdr:

28 mar. 2015

:blabla: :mdr:

01 avr. 2015

c'est quand même pas difficile de trouver le nord sans compas; suffit de regarder son mât,; la face où pousse la mousse est au nord

;-)

28 mar. 2015

C'est vrai que ça faisait longtemps qu'on n'avait pas eu un topic sur le sujet. :scie:
Je ne vais m'exciter mais, au cours de la nav en Bretagne que j'ai faite cette semaine, on est passé à côté de 2 conneries en suivant une carto électronique : une en sortant de Sainte Marine (Bénodet) à basse mer et une en visant la Teignouse depuis Belle-ïle.
Il n'y avait pourtant rien de compliqué.
J'ai la fâcheuse habitude de faire le point régulièrement grâce à mon modeste Garmin 72 (qui m'évite simplement les relèvements), mon crayon, ma gomme et ma règle.

Quand le point est porté sur la carte, il est indiscutable.
Ce n'est pas le cas sur un écran quand chacun veut se mêler de tout en modifiant les paramètres et le zoom que, personnellement, j'appelle la gâchette !

28 mar. 2015

Yves, tu peux en dire plus, ça peut être pédagogique ...

28 mar. 2015

" quand chacun veut se mêler de tout "

D'où l'intérêt de la nav' en solitaire ! :heu:

28 mar. 2015

Bonjour,
Je ne pense pas être plus doué ou précis qu'un GPS et une Carto électronique pour faire un point., Lui ne fait pas d'erreur, moi si...
:litjournal:

la simplicité c'est la liberté ,et la liberté c'est un petit bateau non budjetivore ,alors de la a mettre un budjet electronique qui double le prix du bateau ? pour quel resultat :les vagues auront toujours la meme hauteur et le soleil brillera pareil et la vue sur le mouillage idylique sera la meme aussi ,aller, profitez bien de vos joujous ;-)quels qu'ils soient

30 mar. 2015

la simplicité, pourquoi pas? Mais ça dépend de ce qu'on entend par là. Est-ce la nav avec juste une planche et une voile ? avec un voilier plus ou moins modeste avec juste un compas de relèvement et des cartes papier, ou bien une nav avec le portable de la maison (quand on en a un), un GPS et une carto gratuite ? Le tout est de savoir ce que veut dire simple pour chacun.
J'ai navigué entre St Malo et la Gironde dans tous les coins avec juste un compas de relèvement et les cartes papier, même pas le sondeur qui était toujours en panne, c'était une nav très simple, mais sans trop de sécurité, maintenant avec le GPS, un petit sondeur et une carto électronique c'est beaucoup plus simple et plus agréable. Pour ceux qui ne sont pas sûr de leur position, laisser la trace apparente sur l'écran permet à chaque instant de savoir où on est, ou on va, et quel sera le prochain danger.
Pour moi c'est ça une nav simple et sûre. Mais chacun à bien le droit de faire ce qu'il veut

30 mar. 2015

l important c'est d'abord d'etre sur de ne pas etre ou "il ne faut pas"mais arrive le moment ou il faut savoir ou l on est!(approche et entréé d'un mouillage et, ou,d'unport...
ce marronnier (electro ou traditionel?imbécile rivé aux écrans ou vieux loup de mer en osmose avec les éléments..ect...)revient régulièrement....
si vous voulez devenir un vieux et bon marin(je ne parle pas des accidents de santé)respectez l activité "navigation" apprenez "toutes" les techniques (tradi/papier-compas-crayons ect...et modernes GPS carto ..ect....)
il est satisfaisant de se sentir(et d'etre) compétent

31 mar. 2015

carte ou gps , alors ? :heu:

31 mar. 201516 juin 2020

Zut , j'ai raté la photo ! et notez au passage l'importance du méridien de Greenwich ....

31 mar. 2015

Tu as réponse a tout toi!! :whaou: :whaou:

31 mar. 2015

@larousine J'aimerais bien voir Tahiti ! :mdr:

01 avr. 2015

Heureux habitants de st Helene ! Il parait meme qu'il y passe pas grand monde ...

02 avr. 2015

he ho c'est mon avatar ca

01 avr. 2015

d'où l'expression "habiter le trou de cul du monde"

02 avr. 2015

pour ceux comme moi qui voudraient revenir au sextant, par securité, nostalgie, elegance, independance, voila les ephemerides
www.stw.fr[...]_dt.cfm
bien sur il faut tout de meme un ordi qui sera blindé pour la prochaine EMC, et là vous serez peinard au mouillage

Sextan, sextan, c'est valable quand on est jeune mais passer un certain âge, la vue baisse et il n'y a pas qu'elle et là : tan plus... :oups: :jelaferme: :litjournal:

Chez les canidés, il y a un os à l'intérieur.
C'est sans doute l'effet "loup de mer" :mdr:

Oui mais, du coup, ça perd un peu de son sens avec le loup de mer... :litjournal:

02 avr. 2015

non seulement chez henri 4

02 avr. 201502 avr. 2015

desolé moi ca baisse pas...ca n'a jamais baissé ce qui a fortement compliqué ma vie, car faire le point sur cette question peut couter cher et surtout des tourments et des complications
salauds d'vieux

02 avr. 2015

Chez les primates aussi. :cheri:

02 avr. 2015

bonjour,
dans les années 70 on voyait fleurir dans les champs des coques en acier ou ayatolla construites par des amateurs qui rèvaient de cocotiers .
comme la plupart qui arrivaient au bout du projet il partaient plein ouest pour les Antilles ,une bonne partie arrivait au brésil ,
la déclinaison de 18° au milieu il ne savaient pas ce que c'était
il y en a même qui naviguaient avec un horaire airfrance Paris/ Pointe pitre pour se recaler en latitude .
juste avec un compas et RFI sur la blu ,quelle poésie
ma première transat je l'ai faite comme ça ,mais grand luxe j'avais avec moi Le Souder et mon zeiss à miroir hydrographique pleine ouverture .
alain

02 avr. 2015

Je ne crois pas du tout a ton histoire d airfrance , les avions prennent pas la route des alizées ....

04 avr. 2015

fr.distance.to[...]rseille
le vol marseille /pointe à pitre est plus logique si tu veux je copie l'horaire
alain

02 avr. 2015

Avant pour avoir de l'eau au robinet on bougeait le pied.
Maintenant on bouge la main.
On paye juste une pompe électrique en plus. :heu:

02 avr. 2015

tup pour l'eau chaude avec le pied c'est pas gagné ,la bouilloire c'est petit pour la douche à l'eau froide je met la combine et je ne me lave que ce qui dépasse ....
devine?
alain

02 avr. 2015

Mince! Je suis vraiment largé avec le "naviguer simple". J'en étais encore à la pompe manuelle sans penser à l'eau chaude.

02 avr. 2015

la pompe lectrique c'est tout de meme essez simple , mets en une

02 avr. 2015

La pompe n'est pas trop compliquée en effet mais pour la faire fonctionner C'est une autre histoire..il y a l'installation mais ensuite...de la consomation electrique et des litres et des litres d'eau douce...combien fait ton tank??
A quai, pas de problème pour moi, an douce et chaude a volonté, par contre en mer...pompe a pied! :scie:

02 avr. 2015

Non! :-p :-p
Je ne veux même pas installer des tuyaux de remplissage pour les reservoirs. Remplissage direct par les trappes de nettoyage et pas par une nable.

03 avr. 2015

d'apres moi avec de l'eau sous pression on consomme moins car on ne prends que ce dont on a besoin et on peut regler le debit correctement..il s'agit pas de prendre des douches a fond pendant 1/2h.
une douche/jour 2l pour un mois = 60l
a deux mes 800l durent entre un et deux mois selon les possibilités d'appro a venir.
Il faut des pompes a pied en secours, mais une bonne pompe a pied coute environ 100€ ( j'en ai deux)et un pompe electrique 200€ max ....les pompes a pied s'usent tres vite aussi je les economise.
pour ce qui est de l'installation elle est plus simple pour le circuit pression que sur le circuit "manuel"..et on peut avoir l'eau chaude car la douche dehors ca va bien sous les tropique sinon tu restes crado..
encore un detail les pompes a pied sont plastoc et craignent beaucoup le gel ce qui est moins le cas des electriques
.
Tup tu est trop underground attention on te surveille , la suisse risque de te renier!!!

03 avr. 2015

mais a celui qui navigue loin sans electricité sans confort moderne sans electronique , je dis bravo et je suis jaloux

03 avr. 2015

pas moi ....

03 avr. 2015

Naviguer simple ou le plus simplement est un très beau casse tête.
La navigation simple ou l'équipement simple dépend vraiment de chaques personnes, du confort réel ou ressentis, de ces connaissances pour réparer le simple.
Ma version du simple et du confort est la suivante en partant bien sûr d'un bon bateau fait pour le programme voulu.
En premier un vrai lit. ça c'est pas compliqué sauf si tu te prends le chou pour accéder dessous donc là il faut déjà réfléchir au simple.
Ensuite une cuisine sympa ou tu peux faire à manger "simplement" c'est à nouveau compliqué :-)
Après le simple c'est de pouvoir réparer tous ce que tu mets dans le canot, un bateau simple c'est de pouvoir accéder à tous les recoins pour réparer le truc qui devait te simplifier la vie.
Pour certain, réparer une pompe électrique c'est plus simple que de démonter une pompe à pied double membrane là on est tous d'accord.
Simple ne veux pas dire sans confort. Le voyage avec le Romanée était super confortable. Le bateau était déjà confortable dans le gros temps pour deux personnes jeunes. Pas de frigo, de four, d'électronique de guindeau. 20 ans plus tard ce n'est plus possible car remonter un mouillageà la main ce n'est plus simple du tout, p... de dos.
L'électronique c'est fabuleux 3000 bouquins dans une liseuse pour 100 gr. et 100 euro y a pas photo comparé a ma demie tonne de bouquin papier. etc etc.
Le plus compliqué pour faire simple c'est que, pour chaque objet on dois se poser la question. Est ce indispensable? Est ce que cela va vraiment me simplifier la vie.
Le prochain canot aura déjà plus de choses. Ma moitié veut un four, un frigo et une vraie douche, j'ai dis ok mais elle n'a pas spécifié ou elle voulait la douche ni si elle voulait de l'eau chaude ouf! Mais je suis déjà, dans la construction, à prévoir et à anticiper des aménagements futurs pour que cela soit simple par la suite.
Voili faire simple ou naviguer simple c'est pas de la tarte.
J'attend 15 degrés pour des collages simples et il en fait 10. grrrr.
Salut à vous.
Olivier

03 avr. 2015

j'ai toujours dit et pensé qu'il est infiniment plus difficile de faire simple que compliqué ... et la simplicité passe avant tout par l'apprentissage , le savoir et l'experience ....

03 avr. 2015

tup a bien resumé en disant : " simple c'est de pouvoir tout reparé simple"..simple ou pas simple tout doit etre utile et reparable en totale autonomie.....
si un truc risque de ne pas etre reparable ou remplacable facilement par un autre faut oublier...le moteur faisant en partie exeption a cause du poids et du prix ( on va pas emmener un attelier de fraisage)
le choses irreparrables dovent etre indestructibles : mat , safran, quille, arbre d'helice....sans oublier la coque!
.
plus on a de bordel plus on a d'outils de fournitures et de competences, sinon tout ca finira par mourir...et alors le consumerisme nous sauvera t il ?

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Plage des Cabanes de Fleury, après la crue

Après la pluie...

  • 4.5 (124)

Plage des Cabanes de Fleury, après la crue

mars 2021