Navigations en solo

à tous ceux qui naviguent en solo :
es-ce par conviction intime ou par nécessité
ou par manque d'équipiers ?

alain

L'équipage
10 fév. 2015
10 fév. 2015

Un mélange de tout ça, les proportions étant évolutives selon le calendrier ou la météo.

10 fév. 2015

Les deux mon capitaine. Le plus souvent en solo, la copine du moment de temps à autre, surtout l'été j'sais pas pourquoi, les copains pour des destinations bien ciblées et courtes, le reste du temps solo pour me détendre et ne pas avoir à être responsable des autres.

10 fév. 2015

Bonjour. Les trois mon capitaine ;-)

10 fév. 2015

Pur plaisir, sentiment de liberté plus fort, facilité.

10 fév. 201510 fév. 2015

Les 3 itou
Toutefois, mon niveau m'interdit le solo, donc, je fais du double avec Gilles, qui se reconnaitra ;-) et cela va très bien ainsi.

10 fév. 201510 fév. 2015

je navigue rarement seul mais c'est du solo en ce qui concerne la manoeuvre depuis 25 ans, car j'ai pas la patience de dire , fait ceci fait cela, et de devoir apprendre et surveiller, je ne veux pas de casse ni de blessure..les equipieres ou equipiers ( famille le plus souvent)n'y voient pas d'inconvenient.
le seul interet d'un equipage pour moi n'est pas la manoeuvre mais les quarts et la compagnie
@bmayer : moi c'est mon niveau en pedagogie qui m'interdit la nav en equipage :oups:

10 fév. 2015

Par manque d'équipière !

:aurevoirdame: :aurevoirdame: :aurevoirdame: :aurevoirdame: :aurevoirdame: :aurevoirdame:

11 fév. 2015

Tu en as bien eu une de l équipage de l époque ! :jelaferme: :blabla: :heu: :pecheur:

11 fév. 2015

Ben ouais, c'était Pépette !
Plus de nouvelle depuis.

08 août 2021
10 fév. 2015

Si j'ai été amené à naviguer en solo c'est par le manque d'équipiers , si je voulais continuer à sortir il fallait bien que j'arrive à me débrouiller tout seul .
Aujourd'hui 9 fois sur 10 je suis en solo , bon faut dire que le bateau n'est pas très grand et que c'est plus simple .

10 fév. 2015

en solo pendant une partie de l'année,
en double avec Mme en été,
quel bonheur d'être seul, par petit temps en particulier ...
pas plus tard qu'hier, virée à l'ile d'en face, magnifique beau temps, petit vent, mer calme, une lumière formidable, le soleil qui tombe dans l'eau, que du bonheur ...

10 fév. 2015

Je navigue parfois en solo par plaisir mais aussi par nécessité (ma femme n'aiment pas trop les traversées sauf si c’est du tout à la voile (de f2 à f6) et peu de moteur, en med hélas c'est souvent peu ou pas du tout de vent, et parfois beaucoup trop), de fait elle me rejoint aux escales pour du côtier. mouillages et visites et on fait quand même ensemble quelques traversées max 24/36 heures. Il m'arrive aussi d'embarquer des bons copains mais le solo a son charme.

10 fév. 201510 fév. 2015

Hello,

En Solo, à chaque fois que j'en ai l'occasion ( c'est à dire pas assez souvent à mon gout ) C'est un vrai plaisir.

Cette année, je devrais intensifier mes navs solo, car ma skipette sera moins dispo que d'habitude.

Cela dis, je n'ai pas encore rencontré de mauvaises conditions météo (et je ne suis pas pressé que ça arrive) donc je ne sais pas ce que ça donnerais... on verra bien le jour venu.

Cela dis, j'aime bien naviguer en équipage et/ou en famille aussi.

10 fév. 2015

J'aime bien partager les plaisirs (et aussi les corvées) donc je suis plutôt en équipage. Mais parfois pour naviguer il faut se débrouiller tout seul, et avoir un bateau adapté aux manœuvres en solo...
En caravelle, je peux naviguer en solo jusqu'à force 3-4, en double ou à trois jusqu'à F4 guère plus c'est un vieux bateau...
mais ce ne sont que des sorties à la journée.
Sur des croisières, toujours en équipage... car pas équipé pour le solo.
L'important pour moi étant d'aller sur l'eau, à la pêche aux souvenirs.

10 fév. 201510 fév. 2015

A tous ceux qui se déplacent seuls sur la plage (à pied, à cheval ou à vélo), est-ce pour conviction intime, nécessité ou manque de compagnie?"...

10 fév. 2015

le porte bagage est interdit aux passagers et la défense du bien être des animaux en tolère pas qu'on les surcharge.

14 fév. 2015

Sur la plage avant ?

10 fév. 2015

En solo, parce que j'ai encore pas trouvé d'équipier(e) assez fondu et dispo pour dégager après le boulot le vendredi soir et rentrer à 3 heures du mat' ! Ou pour redescendre à Yeu faute d'un mouillage correct vers Hoedic (après avoir fait LR-Hoedic bien sûr !)... :lavache:

L'été avec des potes divers pour des balades apéro... :alavotre:
(mais là, la moyenne est toute différente...)

11 fév. 2015

Toujours à deux avec mon infatigable pilote automatique.
Liberté totale!
Un seul mois avec mon épouse et 3 autres sans rendez vous.
Les rendez vous en navigation sont une plaie!
Des relations et des amis aux escales sur l arc antillais.
:acheval:

11 fév. 2015

helllo
par gout tout simplement, ou pour se remettre en question face aux elements, va savoir
loulou

11 fév. 2015

Par fusion avec l'intensité de la vie qui est en moi, et par fusion totale avec mon bateau que j'aime et surtout la mer, les vagues et le vents qui, ainsi en solo, me remplissent particulièrement.
Dire aussi que lors des nav de plusieurs jours, le fait de ne pouvoir dormir que par tranches de 10 min me plonge rapidement dans un état méditatif "total", extrêmement profond, une contact avec la subtilité de la vie que je ne trouve pratiquement qu'en mer.
Grimper en tête en escalade (j'en ai fait énormément), amène aussi à cet état. Mais c'est compliqué de prendre le thé en pleine paroi !
Faire l'amour aussi, mais ne dure pas assez longtemps :oups:
Alors la mer, la voile, et seul, c'est space, c'est fin, délicat, et j'aime à un niveau exceptionnel.
Bus

11 fév. 2015

En solo parce que ma nana n'est pas waterproof!

En même temps, j'aime bien caboter en solo... Le seul pb, c'est un mouillage sans guindeau...

Choix cornélien: achat guindeau ou changement de nana? :tesur:

11 fév. 2015

achat d'un guindeau, y'en a d'occas et ca t'evite de te peter le dos

11 fév. 2015

Une nouvelle nana, waterproof celle là, t'évitera de changer tes batteries pour des plus puissantes+panneau solaire ! :pouce:

12 fév. 2015

Pour la plupart de mes nav en solo car j'ai déjà du mal à me supporter alors avec un autre ..... mais maintenant que je vieillis j'apprécie de plus en plus la compagnie de bons copains qui eux mêmes naviguent en solo. Que c'est bon les manœuvres, les arrivées de port, les mouillages lorsqu'on est deux qui savent faire ... perso je ne bouge pas de la barre !!!
Idéalement de mon point de vue, c'est balade à deux ou trois bateaux et deux personnes à bord (mon épouse et ma gosse là ce serait le pied !) On peut rêver.
Gilles

12 fév. 2015

Question, qu'avez vous simplifié sur vos bateau pour que la navigation solo soit plus simple?

12 fév. 2015

Bonsoir. Conçu et installé un régulateur d'allure le pilote ayant rendu l'âme, et lui, il ne consomme rien.

12 fév. 2015

winches st, pilote, retour des drisses au cockpit, retour hale bas et balancine de tangon au cockpit, répétiteur de GPS (cog, sog, dtw, btw).

13 fév. 2015
17 fév. 201517 fév. 2015

Surtout les prises de ris automatique (encore appelées semi-automatiques), cad que l'on reprend, du cockpit, la bosse au fur et à mesure que l'on choque la drisse. Donc on reste dans le cockpit, et ça, c'est essentiel !
Ensuite, toujours dans le souci, IMPERATIF, d'éviter d'aller à l'avant (surtout sur un tri, c'est très étroit), mettre toutes les voiles d'avant sur enrouleur ou emmagasineur.

12 fév. 2015

Réponse directe à Alain
Par plaisir intense d'être seul à bord, en mer comme au mouillage, dans des coins ou il y de préférence peu de monde, à part des pubs rejoints en annexe le soir.
J'ai fait ça 15 ans de la Bretagne à l'Irlande. Expérience de vie irremplaçable.
.
ça fait trois ans que je n'ai pas pu le faire (famille), mais je sais je le referai au jour, avec le bateau qui va bien pour cet exercice
(qui ne sera pas celui que j'ai acheté pour navigué avec mes mômes, mais un bouffeur de miles solide, avec une quille profonde).

12 fév. 2015

j'ai supprimé un winch d'écoute ,le grément la voile d'avant
la bôme ,mis des ris automatiques ,un bon pilote auto
un bon frigo pour les glaçons ,une télé avec lecteurDVD pour le soir regarder les films intéressants en solitaire
un bon matelas ocasou ,avec une douche eau chaude et froide
une vraie caravane quoi avec la mer autour
epicetou
alain :star2: :star2:

12 fév. 2015

Par plaisir personnel un peu égoïste évidemment.
Une fois le bateau adapté pour.

12 fév. 2015
12 fév. 2015

par obligation une fois, mais je préfère être accompagné j'ai du mal à me parler à moi même, toute fois je ne me suis pas ennuyé d'être seul. André

12 fév. 201512 fév. 2015

Pour répondre à Cpt MArtin, je n'ai rien changé à mes bateaux pour le solo. Juste avoir un bon pilote.

Ma petite expérience en solo sur mes trois bateaux :

Mon premier bateau, un Kelt 6,20 avec lequel j'ai découvert les premières sorties en solo à la journée (après un long apprentissage, je partais de zero ou presque). Ce bateau était vraiment super malgré sa petite taille. J'avais un petit pilote AH800, mais le bateau était capable de tailler sa route barre amarrée au près. Un bateau très sécurisant (c'était un quillard).

Ensuite mon Biloup 9, avec qui j'ai fais mes première petite traversés (la Corse) et mes premières nuits seul en mer (une seule nuit à chaque fois), Magique!.
Plus volage que le Kelt, ne tenais pas tout seul au près, mais tout confort et facile à mener seul. Je me sentais vraiment à l'aise à son bord avec l'impression de tout maîtriser (l'impression seulement, il ne faut pas se leurer...)

Maintenant avec mon Comet 36, je retrouve les mêmes sensations qu'avec le Kelt mais dans 36 pieds, le grand luxe et un confort absolu!
Il tiens son cap au près juste en lâchant la barre (TE = 2m20 tout de même), c'est un vrai régal, il faut juste s'habituer à la (très)grande roue. Au près, c'est super, mais au portant faut pas chaumer à la barre, enfin le pilote tiens très bien le bateau.
Je suis parti seul pour deux nuits consécutives dés la première saison. Je n'ai rien eu besoin d'adapter, tout est assez facile, mais je n'ai eu que du beau temps en solo pour le moment. Je n'en reviens encore pas d'avoir la chance de naviguer sur ce bateau...
Y'a qu'au manœuvres de port que j'ai du mal (ça viendra j'espère) , mais dés les digues passées ... un régal.

Je pense que le secret (façon de parler) c'est de bien connaitre son bateau, d'avoir confiance en lui et de connaitre ces propres limites. Rester humble devant la mer et ne pas hésiter à rester au mouillage si on ne le sens pas.
Les limites sont plus à chercher du coté du skipper que du bateau. (enfin je parle pour moi en tout cas)

Vivement d'avoir plus de temps à passer en mer! Je ne suis qu'un padawan qui à tout à apprendre il faut du temps pour ça ...

Le solo c'est fantastique ... :heu:

14 fév. 2015

V.
otre commentaire est intéressant et m'interpelle. en effet, comme déjà signalé sur une autre file, je débute en prenant des cours puisque la voile m'était jusqu’alors un monde inconnu. j'ai d'ailleurs pris ma première leçon en solo le week end dernier. Cependant, comme je dois partir une semaine cet été dans les sporades avec un couple d'amis, l'idée saugrenue, sans doute, de louer une semaine de plus un bateau différent et d'accompagner ces amis"en flottille", m'est venue. Ce projet a sur le champ été stoppé, mon ami prônant la sécurité à tout prix, surtout dans les manœuvres de port, pas forcement achalandés comme sur nos cotes et nécessitant, selon ses dires, amarres+ancre. Je ne remets pas du tout en question cette façon de voir les choses mais me dit que j'apprends la voile peut être en vain car il y a de fortes chances que je ne sois que rarement accompagné, ce qui a déjà généré depuis mon inscription sur ce site le sujet"louer ou acheter". Malgré tous les avis donnés, je demeure dubitatif.
Je pense qu'il y a autant d'avis qu'il y a d'âmes au point que j'ai rencontré un naviguant ayant acheté un bateau de 6.50m après seulement quelques cours(méditerranée) et qui vient de changer pour un dix mètres en regrettant de ne pas l'avoir fait d'emblée.
Alors solo possible et raisonnable? ou complètement irresponsable?

14 fév. 2015

Bonjour Banville,

"solo possible et raisonnable? ou complètement irresponsable?"

Je dirais les deux mon capitaine!

Raisonnable si tu sais rester humble et patient. Humble pour ne jamais penser que tu plus fort que les éléments, et patient si tu sais prendre le temps de sortir uniquement par petit temps au début, puis petits à petit avec du vent...

Irresponsable si tu brûle les étapes...

AMHA bien sur et il y a des matelots bien plus expérimentés que moi ici qui pourrons te donner également leur avis.

25 fév. 2015

Ton ami n'a pas totalement tord concernant les manouvres de port.
Après avoir acheté mon love love , lors de ma deuxième sortie j'avais heurté un bateau voisin .Pour une entaille de la dimension d'un ongle , il avait fallu faire une déclaration d'accident. J'avais perdu l'envie d'aller jusqu'au port pendant plusieurs semaines.
On est vite regardé comme un danger par les autres bateaux lorsqu'on ne maitrise pas bien les manoeuvres de port.
C'est ainsi , même si les incidents dans un port son très fréquents , même avec des marins expérimentés , voir très expérimentés.
Pour les manoeuvres de port en solo , un 6m50 avec un hors bord est sans doute moins maniable qu'un 8m avec un inboard.
De toute façon, il est essentiel d'avoir un moteur qui marche parfaitement.
Un 6m50 avec un hb en puits (genre étap 22) pourrait peut être la meilleurs solution pour des manoeuvres de port en solo.
Autre solution, un copain en solo avec un love love , prévenait la capitainerie pour être aidé lors de son arrivée et moyennant un pack de bière était également aidé lors du départ.

il faut aussi se préparer à devoir prendre un mouillage en solo , ça se fait assez facilement en le prenant par l'arrière , avec un bout frappé à l'avant , et courant le long de la coque jusqu'à l'arrière, mais , il vaut mieux s'entrainer avant.

Ensuite , il me semble que pour un débuter en solo , un pilote , des retours au cockpit et un enrouleur sont indispensables si on veut sortir dans des conditions autres qu'une mer plate sans vent .

12 août 2021

Question d'absolu débutant; cela t'as pris combien de temps pour atteindre ce niveau d'autonomie? Tu estimerais cela a combien de jours/semaines de mer?

12 août 2021

D,ou sors tu exactement pour atterir sur ce post hors de propos ???

13 août 2021

j'ai embarqué des novices dans le cadre de formations à mon club de voile ,certains en moins de deux heures avaient compris l'essentiel (réglage de voiles en fonction de l'allure et tenue de la barre)
et d'autres malgré leur bonne volonté n'ont jamais rien compris ,
pourtant comme ils sont plusieurs à bord il y a une émulation ....
je n'en dirais pas plus ,après on va shunter le post
alain

13 fév. 2015

Seul changement sur mon petit voilier (26 pieds), hormis les drisses et ris ramenés au cockpit, j'ai découvert (ou redécouvert?) la capacité du pilote a bien mieux barrer au portant que moi, surtout dans une mer formée!

Au portant donc, j'affale ma GV, sous génois uniquement, mon pilote et roule ma poule, un thé ou un pastis suivant l'heure!

Je me souviens, il y a deux ans, d'avoir doublé Sicié, d'O en E sur une queue de mistral dans cette configuration de nav. Au retour,, 15 jours plus tard, je l'ai doublé sur un coup d'E de la même manière.

Bon, j'ai conscience que cela ne m'arrivera qu'une fois dans ma vie, car les 12 et quelques fois que j'ai doublé ce cap,j'ai galéré, renoncé 2 fois, me suis fait peur une fois.

Ca aussi, c'est un autre avantage du solo; tu peux te faire peur et tu ne traumatises personne!!

13 fév. 2015

Sur éos, je ramène tout au cockpit, j'avais installé des ris automatique, une seule bosse de la chute en passant par le guindant, mais problèmes de frottements, alors j'ai choisis la solution la plus simple, une bosse par œillet de ris, sa double le paquet de nouilles;)), mais c plus efficace. Ensuite j'ai un régulateur d'allure, mon pilote auto, Simard TP10 n'est pas assez puissant, je ne m'en servais qu'au moteur, mais je vais le coupler avec le régulateur, comme ça je pourrais suivre un cap et comme c le safran du régul qui commande la barre, la puissance sera là.
Pour l'arrivée au ponton, je m'y prend suffisamment tôt, j'installe 2 pare-bat par côté, 2 aussières à l'avant une sur chaque bord, pour la longueur je pars du chaumard jusque au Galhauban + 50cm, idem pour l'arrière, un nœud simple sur le hauban pour ne pas quelles tombent à l'eau, comme ça je suis ok sur chaque bord, et je ne descend pas avec un paquets d'aussières trop longues et impossibles à gérer.
Ensuite une fois que le bateau est arrêté j'ai tout mon temps pour régler l'amarrage, pointes et gardes.
Voilu
;-)

13 fév. 2015

j'ai rien changé au bateau puisque je n'ai jamais prevu de manoeuvrer avec l'aide de quelqu'un , d'ailleurs qu'y aurait il de fondamental a changer...
comme je l'ai deja dit parfois ,pour naviguer en equipage faut etre pedagogue sinon, je trouve beaucoup plus simple et moins dangeureux de manoeuvrer seul...ca va moins vite qu'avec un equipage competent....ca oui.mais envoyer un spi avec quelqu'un qui ne comprendra pas la manoeuvre ca risque de couter cher.
meme avec ma gentille femelle, une arrivée de port est plus difficile si je lui demande quelque chose...lancer l'aussiere a l'eau ou se foutre a l'eau entre le quai et le bateau , ca peut mal tourner... elle a meme reussi a casser un bras sur un coup de gite a l'interieur..mais y faut bien apprendre...pour moi plus de monde a bord = plus de fatigue: les surveiller , leur faire a bouffer, et souvent les servir ( en nav), les soigner, nettoyer leur bordel, surveiller leur conso d'eau et d'elec, les enjamber dans le cockpit, reparer ce qu'ils cassent......pppfff
Mais seul on se fait tres chier

13 fév. 2015

Oui, enfin, toi t'as un panzer amphibie comme bateau... ^^

13 fév. 2015

Tu as essayé d'embarquer "autre chose" que des Parisiens? :jelaferme:

Blague à part, les "touristes" à bord, c'est sûr que c'est galère. Le plus chiant, c'est justement de leur apprendre le fonctionnement d'un WC marin... "mieux" vaut le faire soi-même. :heu:
Après, si tu en as au moins 1 autre qui connaît le bateau, tu peux déléguer les tâches ingrates et te concentrer sur ce qui te fais plaisir en solo.

13 fév. 201513 fév. 2015

jamais eu personne qui veuille se charger des taches ingrates, je dois pas avoir de bol....le pire de tout entre l'australie et les seychelles, j'avais un australien et un ecossais
le premier etait cradot malade nul, je devais faire SA lessivea defaut de lui faire sa toilette ...debarqué aux seychelles
le deuxieme, comme je l'ai deja raconté s'est fait descendre par les somaliens
et pour couronner le tout aucun d'eux n'a payé sa part, l'australien voulais meme me taper du fric!!!
.
dans le genre moins grave y' aussi un autre qui regarde la video toute la journée , le soir plus de batterie, celui qui boit en 15 jours les bieres de tout le monde pour deux mois, celui qui fait de la pizza au pres dans 35 nds qui fout tout par terre puis va se coucher malade, celui qui ne veut pas mettre son ciré et qui est trempé en 15 mn.... putaing cong, un catalogue prendrait 10 pages
.
ca me donne une idée d'article pour se bidonner :mdr:

13 fév. 2015

je compatis...

15 fév. 2015

la vache!!!

15 fév. 2015

vraiment pas cool comme aventure
moi j aime naviguer seul par plaisir le seule moment on l on peut ce retrouver ce détendre enfin quant le vent le permet
et comme motu ! je ne fait rarement confiance aux autre pour les manœuvres même si je pence êtres assez pédagogue pour expliquer les choses mais ne veut pas de blessé ni de casse donc oui mon captaine je navigue 90% du temps seul

15 fév. 2015

quand on navigue seul et que l'on arrive on intrigue la plupart des autres navigateurs en équipage ,souvent on me demande comment je fais surtout après une traversée ,
il m'est arrivé de dire que je jetais l'ancre la nuit et que j'allais me coucher .
je suis souvent invité sur d'autres batos à coté du mien ,il faut avoir une bonne cave si on ne veut pas passer pour un pingre ,ou comme je fais mon pain quelque fois j'apprends ma technique au batos à coté .
c'est fou comme j'apprécie la compagnie après une semaine de solo
alain :topla:

16 fév. 2015

Moi, c'est au boulot, quand je leur dis que je pars seul, il y en a qui me regardent bizarrement et j'ai invariablement la question " mais comment tu fais, ... et la nuit, ... blabla" (sauf par ceux qui naviguent aussi bien sur).
Je répond toujours sérieusement bien sur car il y a des domaines ou je n'y connais rien et ou je pourrais poser le même genre de questions.

Ce qui reviens souvent aussi, c'est "tu dois t'ennuyer à mourir tout ce temps sur un bateau" et la, c'est plus compliqué d'expliquer que je ne m'ennuis jamais à bord, même tout seul ...

Et pourtant je ne fais que des petites nav en solo, 2 nuits en mer d'affilé, y'a mieux comme exploit :langue2: et pour rater la Corse ou la Sardaigne au départ de Toulon, faut vraiment le vouloir, ou avoir consommé des produits illicites et encore... :mdr:

Bon, j'ai un petit projet de plusieurs jours en mer, peut être pour cet été, je vais pouvoir me faire passer pour le nouveau Tabarly au boulot ...
:mdr: :oups: :acheval:

16 fév. 2015

Même question posée au boulot "comment tu fais la nuit... tu jettes l'ancre pour te reposer ?" (dans le golfe de gascogne)

17 fév. 2015

Souvent en solo le WE car ma femme se détend mieux en jardinant.

En couple pour les vacances mais même là, ma douce et tendre essaie de me laisser 1 semaine en solo et en profite pour aller voir sa sœur (qu'elle dit ;) )

quelque fois avec des copains (mais pas assez souvent... :( )

17 fév. 2015

avec les copains on partage son pain ,avec les copines ........
comme j'aime pas partager je navigue en solo
alain

18 fév. 2015

La navigation solo : d'abord une nécessité par manque d'équipier formé, qui est rapidement devenu un plaisir grisant.

19 fév. 2015

Pour ma part en solo la quazi totalité du temps, car si il faut que j'attende les potes ou la copine s'organise...
rien que le temps de leur faire comprendre qu'il faut du temps et qu'un voilier ne va pas à 20 noeuds il fait nuit et je ne pars pas ...

19 fév. 2015

@Motutunga(ga):

Ho oui un article sur les équipiers !

:pouce:

19 fév. 2015

J'aime partager, mais pas avec n'importe qui.

Le solo est donc pratiqué par nécéssité, mais rarement, ma moitié étant presque toujours partante, sauf sous la pluie ou la grêle :oups:

23 fév. 2015

moi le max en solo et de temps en avec un pote . c relax en solo

25 fév. 2015

Bin pour moi, c'est une histoire d'état d'âme. Quand je naviguais et que j'avais besoin de faire le point, j'aimais bien partir seul pendant deux jours histoire de me ressourcer, mais en règle générale c'était avec les copains pour faire des traversés dans la bonne humeur et pour pêcher. La mer a toujours était pour moi une occasion de rêver...

28 juil. 2021

Je relance ce fil pour un lien interessant pour les navigateurs solistes :
www.sfbaysss.org[...]ources/
Il y a un livre de conseils et partage d'expérience sur les nav solo que je trouve interessant et de plus il est en libre téléchargement.
Il s'agit du site d'une association de navigateurs solo avec un forum, pour ceux qui n'ont pas une barrière linguistique il y a surement de la matière à lire.

29 juil. 2021

Merci !

28 juil. 2021

Merci Chemistrebor, le bouquin m'a l'air super intéressant !

28 juil. 202128 juil. 2021

Thanks pour l’info et pour le bouquin. Intéressant.

29 juil. 202129 juil. 2021

Il y a aussi un bonus auquel il fait allusion (page 9), c'est un Sextant User Guide ecrit par le même auteur Andrew Evans, car il trouvait que les ouvrages disponibles étaient beaucoup trop mathématiques et surtout plus adaptés à la navigation celeste pour l'aviation que pour le skipper sur son 30' avec la barre franche entre les genous. (C'est ausi le constat d'Antoine dans son ouvrage "Mettre les voiles avec Antoine")
Le guide d'Andrew est disponible ici :
vdocument.in[...]by.html
www.woodenboats.lt[...]tep.pdf
en copiant "Step-by-Step Sextant Users Guide By Andrew Evans" dans une barre de recherche de moteurs , cela renvoit a pleins de liens de téléchargement.

29 juil. 2021
29 juil. 2021

Andrew Evans ne semble pas parler de Gennaker, ou alors j’ai loupé le chapitre. Important, le Gennaker en solo non?

29 juil. 2021

En tant que membre récent du forum je découvre peu à peu des sujets qui m'intéressent et que je parcours avec intérêt, et celui-ci en est un.

J'ai souvent navigué en solitaire, ni par conviction intime, ni par nécessité ni par manque d'équipiers.
J'aime ça, tout simplement !

Pour être honnête, je dois reconnaître que la première fois c'était par manque d'équipier.
C'était il y a 40 ans, en plein mois d'Août, mon épouse et moi venions de nous séparer, et comme elle était mon unique équipière et que tous mes copains étaient partis en vacances, il a bien fallu que je parte seul si je voulais naviguer.

A l'époque j'avais un Sangria, le NV, un super voilier qui m'a laissé des bons souvenirs par dizaines.
Parti de Calais, je voulais bêtement aller à Douvres, et finalement, préférant le largue au travers je suis arrivé à Ramsgate.
Tout content de moi, fier comme artaban de ma première petite nav tout seul comme un grand, j'ai décidé d'aller un peu plus loin.
Le lendemain je suis allé jusqu'à Levington, près d'Ipswich.
La meteo étant bonne et me sentant en confiance, le jour suivant j'entrepris une traversée plus longue, jusqu'à Vlissingen soit environ 100 nm.

Ce n'était ni difficile ni très long, mais ça m'a donné confiance, et surtout j'ai apprécié. Jamais je n'ai ressenti le moindre sentiment de solitude, au contraire, je trouvais que le temps passait très vite et j'étais tout simplement heureux.

Ce fut le point de départ, suivi de nombreuses balades en solitaire, certaines courtes, d'autres plus longues, avec en point d'orgue un tour du Royaume uni dans le sens anti-horaire, toujours avec le Sangria, et bien sûr avec des cartes et une gonio, le GPS n'existait pas à l'époque.

Rien de bien glorieux dans tout cela, je n'ai jamais effectué de longues navigations de plusieurs jours en solo, enfin sauf une traversée du golfe de Gascogne.

En dehors de ces traversées, mes seules navs de nuit c'était quand les étapes prévues étaient de plus d'une quinzaine d'heures, alors je partais très tôt, à minuit ou une heure du matin parfois, donc de nuit, pour être à peu près certain d'arriver de jour au port ou au mouillage suivant.

J'ai traversé 6 fois le golfe de Gascogne, 3 fois dans chaque sens, toujours au départ de Port Joinville, avec atterrages à Gijon (2 fois) et Viveiro, mais je n'ai fait cette traversée qu'une seule fois en solitaire.

Je pense que j'ai eu beaucoup de chance au cours des 25 ou 30 années pendant lesquelles j'ai navigué seul.
Un seul vrai baston, l'anémo a plusieurs fois dépassé 35 noeuds, en mer d'Irlande. J'avais fait escale en Irlande du Nord, à Bangor, et je me suis littéralement réfugié à Peel, sur l'île de Man, après avoir vainement voulu contourner l'île par le sud.
J'y suis resté 3 jours, histoire de me remettre de mes émotions et de profiter d'un pub hyper sympa.

Cela dit, je n'ai navigué en solitaire que l'été, disons de Mai à Août, et j'ai toujours pris mon temps, préférant attendre pour trouver des conditions meteo favorables au lieu de risquer de me faire surprendre par des vents trop forts.

Voilà ma bien modeste expérience de solitaire, j'ai bien sûr rêvé souvent de faire une transat, comme tout le monde, mais ce sera dans une autre vie !!!

J'ai aujourd'hui 67 ans, une condition physique et des réflexes qui déclinent un peu et une épouse qui préfèrera toujours m'accompagner plutôt que me laisser partir seul, donc la voile en solitaire c'est fini pour moi, mais je ne regrette rien.

Je n'ai qu'un regret : Avoir stupidement acheté un trawler pour l'année sabbatique que je me suis offerte lors de mon départ en retraite, et avoir parcouru plus de 4 000 nm avec ce bazar bruyant et puant le mazout alors que j'aurais pu faire tout ça à la voile en prenant mille fois plus de plaisir.

29 juil. 2021

En ce qui me concerne, c'était au départ par manque d'équipage dispo, mais c'est devenu un plaisir et un choix, même si j'apprécie tout autant et différemment la nav en couple, en famille, entre amis

29 juil. 202129 juil. 2021

Et bien c'est déjà une vrai expérience, surtout comparé à ce que j'ai pu faire en solo. Je me suis contenté de sortie sur mon First 25S à la journée, départ du Crouesty et je suis allé faire le tour de l'ile d'Houat , ou le contournement de la chaussée du Beniguet. Et déjà avec ces "micro-expériences" j'étais pas mécontent, car j'ai constaté que sur des simples sorties, les bourdes potentielles sont bien réelles et qu'on est vite dans une situation imprévue ...
Mais pour répondre à Fritz, je dirais que le solo est une necessité pour être zen ensuite avec un équipage.
Du reste s'il y avait une formation voile plaisance sérieuse à proposer en France, falcultative et réservée uniquement au demandeurs, il faudrait qu'elle soit faite en solo sur une day boat type J70 bien adapté.
Sinon pour la retraite, ce sera direct un voilier, le seul truc c'est de définir quel modèle ce sera, car plus on en discute et plus on évolue et on change d'objectif. A un moment j'étais parti sur un X yacht 332, et en discutant certains argumentent très bien pour un sun fast 3200, d'autres pour un Figaro2, et d'autres pour un Dehler 33 ou un Dufour 34... Et au finish je me dis que ce sera un pogo 8.50....
Interminable aussi ce sujet...

29 juil. 2021

Chemistrebor : «  Et au finish je me dis que ce sera un pogo 8.50. »

Il y a un article sur un couple en transat sur un Pogo 8.50 sur V & V. Tu l’as peut être déjà lu. Juste pour info. Extrait :

« Nous partons de Tenerife le 10 février avec un Nord-Est bien soutenu nous poussant à vive allure vers l’autre côté. Une houle désordonnée transforme cependant l’intérieur du bateau en véritable machine à laver, sans eau ! Le pilote automatique s’avère incapable de tenir la route. Houle et vent forts nous amènent dans la nuit du 15 au 16 février à affaler la grand-voile et poursuivre sous solent seul, pour éviter notamment les empannages intempestifs. Au petit matin, il y a moins de vent mais une mer toujours aussi capricieuse. Je monte sur le pont, je veux hisser la grand-voile. Une vague m’en empêche, me projetant par-dessus bord. »

29 juil. 2021

Interessant, c'est sur le dernier N° de V&V ?

29 juil. 202129 juil. 2021

Probablement. Je lis ça en ligne, sur leur site. L’article s’appelle « homme à la mer ». Un couple de psychologues.. J’ai trouvé l’article intéressant car ça a l’air réel. (Article complet réservé aux abonnés).
Bonne lecture.

« TÉMOIGNAGE. « Un homme à la mer, une femme seule à la barre »
Sorry, pas moyen de coller le lien.

Ça y est, je l’ai :
voilesetvoiliers.ouest-france.fr[...]32c4b90

30 juil. 2021

Frustrant de ne pas l'avoir en entier... tu peux faire un copié/collé de la fin, je suppose heureuse. ;-)

30 juil. 2021

Flora. Pas abonné pour le moment. On est en train de voir ça avec Chemistrebor. On te tient au courant.

30 juil. 202130 juil. 2021

Je suis abonné.
Ca fini bien, Mme réussit à le récupérer. Ils arrivent au Cap Vert et décident de s'arrêter là. Un ami viendra remonter le bateau au bassin d'Arcachon.
Quelques enseignements :
- Mr ne s'est pas attaché pour aller au pied de mât hisser la voile. Une grosse vague l'a bousculé et il est tombé à l'eau.
- ils n'avaient qu'une seule drisse de GV. Celle-ci perdue, impossible d'hisser la GV, à moins de remonter au mât pour la repasser.
- le gilet ne s'est pas bien gonflé, il restait dans le dos du naufragé. Il a galéré pour le remettre en place. C'est la couleur jaune du gilet qui a permis à Mme de le garder en visu.
- ils ont dû affaler la GV car ils faisaient des empannages intempestifs. Pas de retenue de bôme ? 180° vent arrière ? l'article ne le dit pas.
- Mr à l'eau, Mme ne sait pas lancer la bouée de sauvetage et lit le mode d'emploi. Trop tard.
- Mme sait démarrer le moteur. Ca a sauvé la vie de Mr.
- Ils n'avait visiblement pas d'échelle pour remonter à bord, car la remontée du naufragé a été laborieuse.
- pilote HS après l'accident. L'article ne dit pas pourquoi.
- leur sentiment est que le Pogo est quand même très instable pour la haute mer. "Machine à laver", "un sacré danseur", mais pas de sentiment d'insécurité.

Donc, à froid, derrière mon clavier et assis sur une chaise, je dirai "yavaitka s'attacher". Certes. L'aurai-je fait ? oui, je pense, mais pas certain, car des fois c'est vraiment chiant de s'attacher.

Mme a su récupérer Mr, ce qui me conforte dans l'idée qu'il faut apprendre à sa co-équipière ou co-équipier à barrer le bateau, affaler les voiles, démarrer le moteur, alerter les secours, regagner un port guidé par le GPS.

30 juil. 2021

Merci, BlackNav. Si tu pouvais envoyer l’article en entier en copié-collé en MP, ça serait très sympa.
Merci!

30 juil. 2021

Merci.
Je me doutais que ça finissait bien, sinon le titre l'aurait mentionné !

Heureusement que la GV était affalée, elle devait savoir rouler le génois aussi, pour repartir au moteur contre la mer et le vent. Et pas une petite jeune agile, ils sont retraités tous les deux, si j'ai bien compris.

Il a eu beaucoup de chance ! et elle beaucoup de sang-froid !

Je suis prête à parier qu'ils repartiront, mais pas sur un Pogo, savonnette de 8,50 m...

_"Ils arrivent au Cap Vert et décident de s'arrêter là. Un ami viendra remonter le bateau au bassin d'Arcachon." _

Bon courage à l'ami !

29 juil. 2021

bonjour perso bientot 76 printemps, plus de 20 ans que je navigue en solo= ras toujours un pur plaisir( voilier de 47 pieds) et beaucoup plus reposant mentalement( du moins pour moi) la perception de la mer et du large est totalement différente en solo il faut aimer aussi se retrouver avec sois meme!avant bien sure je naviguais avec ma femme et mon fils( né à bord) mais maintenant ma femme préfére son jardin et mon fils officier marmar navigue aussi en solo sur son propre bateau pendant ses loisirs! au début souvent on navigue en solo par nécessitè et apres ça devient une drogue je ne dis pas que qu'avoir des equipiers est un inconvénient mais quand les conditions deviennent pas toujours tres confortables les caracteres se revelent et gerer les etats d'ame ,l'inquietude ,les mals de mer etc devient vite pesant, sans même évoquer la nécessitè absolue de veiller sur la securitè des autres ! bref en solo on s'assume ,si on fait une connerie on ne s'en prend qu'à sois même! l'avantage aussi c'est d’être obligè de se maintenir dans une forme physique au top et surtout d'anticiper, de reflechir avant chaque manœuvre et de ne pas mettre la barre trop haute, de mettre alarme radar ,ais etc quand on se repose! quand on arrive dans un port avec du vent demander un coup de main pour l'amarrage c'est mieux que de foutre le bazar dans la marina
ceçi dit quand on est jeune et que l'on navigue avec de jolies équipieres amarinées c'est également très sympa aussi ! c'est en tout cas plus agreable que de se" farçir" à l'escale des gros barbus imbus d'eux meme qui apres un litre de rouge refond le monde toute la nuit.....

29 juil. 2021

Pour moi, naviguer en solo a vite été une évidence. Cela colle avec mon caractère de solitaire ;-)
Avec un ou plusieurs passagers/équipiers, même super sympas, je suis moins relax et moins concentrée, donc plus susceptible de faire des bourdes. Je me m'ennuie jamais à bord, sans avoir besoin de lire ni d'écouter de la musique. Je peux passer des heures à regarder/écouter la mer sans me lasser. Dans quelques années, j'aurai davantage de temps pour aller voir plus loin si j'y suis. J'ai des envies d'Europe du Nord...
Sinon, j'aimerais bien qu'un billet de 100 tombe du ciel chaque fois que quelqu'un me demande "mais t'as pas peur ?!" 😅

29 juil. 2021

Si ça se trouve, et si à l'époque mon Sangria avait été au Crouesty, je ne serais peut-être allé faire que le tour de l'île de Houat !
C'est juste une question de taille de l'île, moi j'avais l'Angleterre en face, il fallait bien que je m'en contente !!!

Je plaisante, mais c'est vrai. Je n'avais absolument pas programmé ma première nav en solo, ce sont les hasards de la vie qui m'ont conduit à la faire.

Tu as peut-être raison, je crois effectivement que j'étais plus zen en équipage après avoir fait du solitaire.
J'étais en tous cas beaucoup plus attentif à l'état du bateau, de son équipement, à la meteo, et tout cela m'a sans doute évité de me mettre en mauvaise situation bien des fois.

Cent fois d'avis tu changeras !!!
Moi aussi je suis en recherche de mon futur voilier, et comme ce sera sans aucun doute le dernier je vais essayer de ne pas me planter.
Parmi tes options je choisirais sans hésitation un Dehler, j'ai adoré ces bateaux.
J'ai eu l'occasion de naviguer (en Angleterre encore une fois !) sur un Dehler 36 DB il y a bien longtemps, j'en garde un excellent souvenir.
C'est un voilier très rapide mais très facile à prendre en main avec son solent autovireur. Il a des bastaques, mais on peut s'en passer si on ne sait pas trop s'en servir.
J'ai passé aussi une semaine sur un Dehler 28, idem, solent autovireur, grande GV full batten bien plate, un régal.
Le 34 est un bon choix, je crois qu'il y a eu une version CWS (Central winch System) qui est parfaite en solitaire (justement !)

En ce qui me concerne ce sera un voilier à salon de pont, ou au moins avec une timonerie fermée, je veux pouvoir naviguer au chaud et au sec, même si je sais bien que les performances seront assez minables.

29 juil. 2021

Quelle tristesse de naviguer seul!!!!!!

29 juil. 2021

Je partage à 100 % les impressions que nous livrent captainwat2 et estran.

Moi non plus je ne me suis jamais ennuyé, même sans livre ni musique.
Ce que l'on ressent quand on est seul à bord depuis un moment est un peu difficile à décrire, et ceux qui n'ont pas vécu ça (ou qui n'ont pas aimé !) peuvent ne pas comprendre.

On peut passer des heures à plat-ventre sur le pont en attendant l'hypothétique arrivée d'une bande de dauphins, des heurs assis sans bouger dans le cockpit à tenter de faire comprendre à un oiseau un peu fatigué qu'il peut se poser sur le balcon pour se reposer un peu sans craindre quoi que ce soit, je pense qu'on est atteint par une sorte de bien-être, de plénitude.
Quand il faisait mauvais, la plupart du temps ça me faisait rigoler alors qu'en équipage je pestais contre ce vent qui monte ou m'oblige à changer de cap. Seul, bien au contraire, ces situations augmentaient mon plaisir et je restais totalement serein.

29 juil. 2021

Par contre, pour moi, après quelques traversées (Atlantique et autres) tout seul, autant en mer, je me plaisais bien, autant je n'arrivais pas à rester tout seul à terre. Les séparations étaient toujours difficiles et il ne fallait pas repasser au même endroit 9 mois après.
Mais j'ai rapidement emmené ma femme et nos enfants nés dans les iles ont dès lors embarqué. Après, je n'ai plus jamais navigué seul sauf en convoyage, mais ça, c'est le boulot.
J'aime bien partager ce que je trouve agréable.

30 juil. 2021

Superbe je ne comprendrai jamais pourquoi un passionne de voile fasse un couple avec une femme qui n aime pas naviguer

29 juil. 2021

très souvent seul, pourquoi ? parce que je navigue toute l'année (ou presque); dans mes connaissances, tout le monde a son voilier

30 juil. 2021

Je vis toute l annee avec la meme femme donc aucun pb

30 juil. 202130 juil. 2021

(A Tatihou)
Il arrive de découvrir la voile après avoir rencontré son épouse, et de toute manière, l'amour ne se commande pas et ne suit pas une logique de rentabilité, faisabilité .... Et tant mieux d'ailleurs.

29 juil. 2021

J'ai une question puisqu'il y a des pratiquants assidus, qu'elles sont les Youtube channel qui vous plaisent à propos de la vie en voilier solo ?

29 juil. 2021

Merci Chemistrebor (et le chat aussi) pour ce lien et ce partage.

J'ai longtemps navigué en équipage sur des bateaux d'amis, puis en stage. Jusqu'à ce que je franchisse le pas et m'achète mon Poker. J'ai un ami, passionné de voile aussi, mais piéton, qui naturellement s'est associé à mon délire (pour les terriens !). Il n'était pas équipier au sens littéral du terme. Tour à tour, nous étions barreur, aux voiles, décideurs, capitaine, matelot ou cuistot. Bref, ce voilier a connu toutes nos erreurs, nos errements, nos réflexions, nos apéros agrémentés comme il se doit de commentaires plus ou moins débiles mais toujours dans l'amitié. Il nous a toujours pardonnés, corrigé nos fautes de débutant et tout appris.

Jusqu'à ce week-end, où quittant le travail vendredi soir, je descend dormir sur le bateau, attendant que Eric me rejoigne. Nous avions vérifié la météo. Un contre temps familial contrarie ce rituel que nous avions l'habitude de répéter chaque semaine. Je passe la nuit sur le bateau, prévoyant de bricoler quelques trucs et de rentrer chez moi samedi matin.

Le matin, tôt, vers 6h, je m'apprête à fermer le bateau, et au moment de vérifier pendille et amarres, j'aperçois un trident 80 dont le capitaine, évoluant doucement vers la sortie, me fait un grand signe de la main. Je l'ai pris comme un message : "Alors tu attend quoi ?". Et pour la 1ére fois je suis sorti tout seul. Lorsque j'ai mis en avant, mon cœur battait plus vite que le régime moteur de mon vieux couach. Je me suis mis dans le sillage du trident, j'ai imité sa route et ses manœuvres et j'ai découvert une autre navigation. Une dimension qui ne passe plus par le partage des responsabilités. La symbiose de l'émotionnel, du rationnel et de l'autonomie : En un mot la Liberté ! Avec son poids de dangers, mais aussi de réalisation existentielle.

Depuis ce jour, j'ai agrandi mon expérience de la voile. J'aime toujours autant partager, mais je ressens souvent le besoin de partir seul, pour venir à la rencontre de moi même.

30 juil. 2021

Quel beau témoignage !
Bien écrit en plus.

Je pense que tous ceux qui pratiquent les navigations en solitaire ont ressenti à peu près la même chose le jour où ils se sont lancés pour la première fois seuls sur leur bateau.

Chacun l'exprime à sa manière, tu l'as très bien fait.

01 août 2021

Merci

30 juil. 2021

Ecrit il y a quelques années...:

Parce que basta !

On n’a pas su convaincre la femme qu’on aime que chaque croisière n’est pas un naufrage.

On en a eu marre d’attendre que le bon copain soit libre. Qui est libre aujourd’hui ?

On n’a plus la chaleur de tous ceux qui auraient voulu et auxquels on pense, partis surfer sur de vieilles vagues du temps.

On n’ose plus proposer de partir à ceux dont le corps est usé ; leurs yeux diraient trois fois oui puis se noieraient de tant d’amertume.

Parce que l’été d’Europe est si court, il faut faire vite…La vie est si courte aussi et il est déjà bien tard…

Parce que « S’en fout la mort ». Déjà trois fois senti son haleine pourrie sur mon cou. Elle m’aura bien sur ; mais pas ma révolte à cet inéluctable, qui restera inutile et inobservée.

Parce que j’aime ce creux au ventre qui se fait à chaque dépassement de soi et là d’oser le large. Il n’est pas fait pour nous, il peut nous avaler avec indifférence n’importe quand, mais il est si beau...

Parce que « La véritable paix de Dieu commence à cent milles de toutes terres. » Joseph Conrad.

Parce que c’est bon de crier cela de toute sa voix, au large, sur la peau nue de la planète, sans humain pour l’entendre.

Parce qu’enfin il faut que j’y aille et que je ne cherche à convaincre personne.

01 août 2021

Magnifiquement exprimé, comme je ne saurais le faire !

30 juil. 2021

Oh, c'est encore plus simple :

Parce que C'EST COMME ÇA !

30 juil. 2021

Café noir, il y a toujours plus simple, mais reconnais qu’elle est plutôt pas mal, sa petite tirade... on croirait lire du Heredia.

30 juil. 2021

Si tu le dis, alors 👍

30 juil. 2021

Good! Je savais que tu apprécierais aussi!

30 juil. 2021

Marre des équipiers encore plus incompétents que moi, l'Amirauté n'aime pas la gîte, les enfants vivent leur vie.
Quelqu'un (Salut Gilles !) me dit "sors en solo (avec un pilote)".
Il avait raison.
J'avoue ne plus souhaiter ne sortir qu'en solo ;-)

30 juil. 2021

Ah quand même pas !
J’apprécie de sortir avec des potes, de naviguer en couple, comme de naviguer en solo. Ce sont trois choses différentes, et complémentaires.

30 juil. 2021

J'aimerais bien.
Bon, quand même, avec un pote,j'aime bien aussi, super souvenirs avec MMW33, avec Gilles Salafa

10 août 2021

Ah! je préfère quand même ;+) ;+) !

Mais d'accord avec toi, mais rien ne vaut ces instants sublimes où l'on est confronté aux éléments et à soi-même... cela entraine le principe de mouvement, si c'est rester 15 jours au ponton tout seul, pas sûr que cela soit aussi kiffant...

30 juil. 2021

Pas toujours facile en effet de convaincre la femme qu'on aime.

Ma petite "jeunette" de 50 ans (j'en ai 67 !) avec la quelle je vis depuis 18 ans, m'a un peu suivi pendant une dizaine d'années pour des petites croisières, avec mouillage ou port toutes les nuits.

Pour l'année sabbatique que nous avions décidée en 2017, elle n'a accepté de la passer sur un bateau qu'à la condition que ce soit sur un bateau à moteur avec un grand carré et vue panoramique à 360°, marre de vivre dans un sous-marin me disait-elle !

J'ai longuement hésité, et j'ai quand même accepté cette exigence.
Finalement, j'ai bien fait. Tant que nous étions en Méditerranée, pas de souci, le gros trawler lui donnait satisfaction. En revanche, après avoir passé Gibraltar ce n'était plus la même chanson. Je la voyais regarder avec insistance et envie tous les voiliers que nous croisions, et nous n'étions pas encore au Portugal qu'elle me disait déjà : "Tu avais raison, nous aurions du acheter un voilier".

Bon, je me suis bien fait ch... pendant un an sur un gros bazar de 35 tonnes qui sentait le mazout et faisait un barouf d'enfer, mais maintenant au moins mon épouse est aussi mordue que moi de la voile. Ouf !!!

Conséquence : Mes navs en solo ne seront plus ni très fréquentes ni très longues, et ça va me manquer, ça me manque déjà d'ailleurs rien qu'en vous lisant, mais bon, je n'ai pas à me plaindre, ma chérie est une excellente équipière.

31 juil. 2021

Salut BlackNav, pourrais tu copier-coller l’article de l’homme à la mer sur V&V dont on parlait plus haut?
C’est un vrai trésor, ce genre de retour d’expérience . Merci.

31 juil. 2021

43€/an avec un cadeau pour l’édition papier, et pour l’accès au site abonnés. Franchement, ça les vaut.
43€, Ça fait 3 manilles de 10 mm… Abonnez-vous!

31 juil. 2021

Ce qui serai plus intelligent c'est que V&V propose l’accès aux articles ou aux dossiers avec paiement à l'unité.
J'ai été abonné longtemps à V&V mais tout le contenu ne m’intéressait pas. Certains articles et dossiers oui, et je suis demandeur pour les acheter à l'unité. De même que j'achète les séries Comprendre éditées par V&V quand le thème m’intéresse.
Prendre un abonnement pour la totale,c'est de la vente forcée déguisée, dommage pour eux car j'aurai été prêt à bien le payer cet article.

05 août 2021

@chemistrebor

Je trouve ton dernier paragraphe assez surprenant, dans lequel tu qiualifies l'abonnement à une "vente forcée déguisée".
Un magazine quel qu'il soit doit faire des choix éditoriaux qui lui permettent d'intéresser un "lectorat" ET d'assurer sa rentabilité. Tous les articles publiés ne peuvent pas satisfaire la totalité des lecteurs. Lorsque nous souscrivons un abonnement, c'est parce que nous estimons que le profil général nous convient, tout en sachant que certains articles ne nous passionnent pas. C'est alors un choix économique par rapport à un achat au numéro si on est intéressé par un article de temps en temps.
Il n'est nullement question de "vente forcée déguisée". La presse écrite a de plus en plus de mal à survivre avec la concurrence d'internet, la disparition dramatique des annonces, jusqu'au jour où les annonceurs publicitaires estimeront ces supports non rentables et ce sera alors la disparition totale.

05 août 2021

@ Ecumeur
Je trouve aussi que ton raisonnement est surprenant. Je veux acheter un article de presse aux ayants droits, mais non, il me proposent tout un package sinon rien...
Résultat je n'achète rien. C'est dans leur intérêt ? C'est ainsi qu'ils vont mieux survivre ?

08 août 2021

Sans doute que ce choix est trop onéreux au regard du peu de ventes potentielles

10 août 2021

Perso, je prend avec beaucoup de recul les considérations marketing sur les produits grand public car il y a eu autant de ratés que de succès. V&V serait bien inspirés de constituer une databank des articles techniques et de proposer différentes formules d'achat. Ne serait-ce que les voileux qui souhaitent changer de voilier, il y a bien un marché pour disposer des articles ciblés relatant l'expérience sur des modèles récents et anciens. Les éditeurs de presse ont un joli pactole historique que les youtubeurs n'auront jamais.

01 août 202101 août 2021

Merci, BlackNav, pour ton retour.
Si tu souhaites vraiment aider tes copains de V & V, tu pourrais leur faire suivre le post de Chemistrebor, ci-dessus, dans lequel il fait d’intéressantes suggestions pour l’achat des articles parus. Apparemment, le payment à l’unité arrangerait pas mal de gens.
Pour ma part, après que tu m’aies gentiment envoyé promener, tu ne voudrais quand même pas que je suive tes suggestions, n’est-ce pas? Ce genre de refus peut guérir de toutes velléités d’abonnement pour un certain temps. Mais je suis sûr que tu le savais.

À bientôt et bonnes navs!

08 août 2021

en solo pour la performance car plus léger pour mon bateau

08 août 2021

Vous êtes étranges. Je respecte le droit d’auteur, c’est tout. Je vous fais une synthèse de l’article parce que je pense que l’aspect sécuritaire et préventif intéresse du monde. Et qu’y puis-je si l’on ne peut pas acheter les articles à l’unité ?!?
Sachez que vous pouvez acheter les magazines dématérialisés à l’unité sur leur appli.

08 août 2021

vous êtes hors sujet
alain

09 août 2021

OK peut-on connaître le numéro du V&V qui relate cette histoire ?

09 août 2021

ça date du 28/07 sur V&V en ligne. Peut-être le dernier numéro papier ?

10 août 202110 août 2021

& Blacknav
"43€/an avec un cadeau pour l’édition papier, et pour l’accès au site abonnés. Franchement, ça les vaut.
43€, Ça fait 3 manilles de 10 mm… Abonnez-vous! "
Tu as répondu comme un commercial de V&V avec des arguments type publicité, alors ne sois pas surpris si on te répond comme à un démarcheur d'assurance..
& Flora
J'ai déjà regardé mais non rien vu dans le n° en vente actuellement..

10 août 202110 août 2021

C'est une vieille histoire qui a dû paraître il y a plusieurs mois sur la version papier et qu'ils ont reprise pour alimenter la version en ligne pendant la période creuse ?

Je viens de le retrouver, l'histoire date de février 2020 au départ de Ténérife.

voilesetvoiliers.ouest-france.fr[...]32c4b90

10 août 202110 août 2021

Merci Flora pour le lien.
En lisant l'intro, il y a un point qui saute aux yeux, c'est la prépa dans le bassin d'Arcachon pour aller ensuite en haute mer.... Bref, le pogo est certainement un bateau "volage" comme un Figaro ou un mini 6.50, mais il faut peut-être avoir la préparation adéquate...
Bon de tte façon à lire le peu d'enthousiasme sur ce pogo 8.50, j'étais partis pour regarder d'autres supports et j'en trouve un bien intéressant : le Dehler 32 new.
Et bien super, le chantier a décider d’arrêter ce modèle qui était bien prometteur...
www.hanseyachtsag.com[...]ler-32/
(il y a un lien sur un article de V&V en accès libre sans abonnement...
file:///tmp/mozillatreb0/voilesetvoiliersn481mars_2011-1.pdf)

13 août 2021

au siècle dernier la navigation solo était quand même moins safe ,j'ai le souvenir sur le trajet corse/continent ou l'inverse de m''endormir la nuit et de me réveiller à coté d'un ferry illuminé
et on a toujours l'impression qu'ils sont tout près ,
maintenant avec l'ais et le radar des pilotes auto fiables c'est quand même mieux ,je n'hésite pas à faire 200mn d'un coup et j'arrive pas trop fatigué .
alain

13 août 2021

@ Le Chat: Parce que tu es un marin expérimenté, et que derrière tout l'arsenal électronique, sommeille un homme dont la vigilance a été forgée à l'ancienne. Ce n'est malheureusement pas le cas aujourd'hui, où beaucoup de novices (genre je loue pour la semaine !) s'en remettent à toutes ces aides et en oublient les rudiments de la sécurité. J'ai été formé par un vieux marin, style "la gueule taillée à l'opinel", qui possédait tout l'attirail. Il m'a interdit de m'en servir. Ma 1ère nuit en solo, je n'ai pas réussi à dormir, bien que mon regard ne rencontrait aucune lumière ni mouvement. Je m'assoupissais 1 minute puis me réveillais en sursaut en scrutant l'horizon et la mer aussi, des fois qu'un sous marin ou un cachalot aurait la mauvaise idée de croiser ma route. Le moindre bruit devenait suspect.
Aujourd'hui, j'en rigole, mais je ne suis pas sûr d'être totalement débarrassé de ces inquiétudes. Et si demain, je réitère ces moments que mon esprit réclame, il se peut que mes démons remontent à la surface. (C'est même à peu près certain !).

13 août 2021

dans le genre t'est pas mal non plus
alain

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Bientôt fini ?

Après la pluie...

  • 4.5 (165)

Bientôt fini ?

mars 2021