Mon bateau, mon rapport à la masculinité

Après la féminité (honneur à la pensée forte - www.hisse-et-oh.com[...]eminite ), voici le temps douloureux, délicat, de l'autre bord, la délicate fusion avec l'expression outrageusement masculine de nos bateaux.

Il est évident que pour la population dominante de barbus que nous sommes sur le forum (merci à Moustic pour son soutient), il est sans doute plus entrainant de causer avec la féminité (fil précité) qu'avec ... soi-même.
Certes, l'auguste rapport des subtiles formes de mon esprit pétillant avec les rondeurs de la mer ou de mes coques, (mon Peg. il en a trois ! - je sais, je suis gâté), n'est bien qu'une mise en bouche d'une aventure autrement plus entraînante, autrement pourvue de sagacité que celle de mon rapport avec la féminité absolue, celle de ma dimension ultime (d'aucun l'auront nommée), celle qui se perd dans la mer, celles qui s'extasie de complicité avec la barre, le mât, les voiles et le soleil qui ricoche sur la houle si douce à mon cœur, cette houle qui me berce et me porte à l'extase, immanente, celle-là même propre à l'immersion dans l'utérus maternel, ô doux souvenir que je retrouve avec tant de joie. :heu:

Il s'agit, après les douceurs et les fureurs de la féminité, d'aller chercher cet autre polarité qui nous compose (en majorité chez les barbus), l'expression de la force brute.
(Il s'agit d'une intro !)

Qu'en est-il de mon ressenti (je rappelle que le fil, ce n'est pas la masculinité, mais le rapport de CHACUN avec ledit concept), à l'approche de la mâture, lors du déploiement de mon bout-dehors télescopique (si si c'est ainsi sur Peg.), ou encore, à l'annonce du vent frais, à l'approche des lames si dures, froides, puissantes et sauvages, pénétrantes à souhait...
Qu'en est-il ? :jelaferme:

Non, point trop de retenues mais bien plutôt une effervescence, une dynamique extraordinaire sans laquelle, tu es tout simplement mort.
Mort si tu ne sais agir et réagir à la lame, mort si tune sais être femme et arrondir la vague, mort si tu ne sait contourner, emberlificoter, manipuler, tournoyer autour desdites lames, déferlantes et rugissantes mer audacieuses dans lesquelles, il faut bien l'admettre, notre propre masculinité a plutôt intérêt à filer doux, tout en assurant la continuité de la position de l'espar principale, espar sans lequel non seulement nous perdons notre fierté, mais surtout notre mobilité (et c'est là qu'il ne faut pas, ne faut plus, rencontrer de féminines lames ravageuses ... !). ;-)

Il fallait y aller, et que penser du défit. Elle est bien belle, la grande bleu, elle est si douce ma coque si ronde.
Mais face aux éléments, si t'es pas équipé, si ton bateau n'est pas monté comme il faut, ... où vas-tu matelot ? :-(

Ceci c'est pour le décor.
La face cachée, c'est le mental, car la masculinité verse moins dans la poésie. Il faut y être, il faut agir, il faut la force, il faut mouliner, il faut plonger, arracher, wincher, mousquetonner, grimper, ramper, racler, tirer, pousser, ... toutes sortes de forces excentriquement masculines, qui se régalent ou se lamentent dans la douleur, dans la testostérone et l'adrénaline...
Point de sexité mais des principes que l'on a tous, et qui tout d'un coup, sur notre bateau, puisqu'on est matelot, trouvent à s'exprimer, enfin, trouvent un exutoire, trouvent leur voie, ... avec la féminité peut-être, comme aboutissement. :-p

Exprimer sa masculinité est le prix incontournable pour aller en mer au-delà du port.
Alors, ils sont comment tes pare-battages ? :-D

L'équipage
29 août 2011
30 août 2011

Prochaine épisode : "Mon bateau, mon rapport à l'hermaphrodisme.".

Clarivoile devrait en profiter pour nous toucher deux mots de l'impermanence et de la réincarnation.

Tout cela devrait nous aider à choisir une fois pour toutes entre la jouissance et la souffrance.

Ouf, il était temps que sur ce forum on se posent enfin les bonnes questions. :-(

31 août 2011

Peut être bientôt " Mon bateau, mon rapport à l'argent" ?

30 août 2011

Devrais je avouer que l'hiver fut rude à mon coeur de barbu ?..
(ici le récit d'une greffe à rallonge...)
Arrivée par bon vent après le Cap Gruissan, l'étrave fendante et les drisses bandées, quelle ne fut pas ma surprise de voir mon espar vertical vaciller à peine arrimé au ponton. :lavache:
Une (h)alu mignonne en pièce au pied du mât, les travaux s'annonçaient...
Quelques jours après, une chèvre posée sur le pont, les pâtes brélées aux cadènes pour l'empêcher de se cabrer, Elpeyo baisse la garde, son poteau posé sur le quai.
:scie:
J'ai taillé une première prothèse pour modèle en cyprès ; trop fragile. Une autre plus précise en Niangon, mais à peine enfilée dans la base et le mât monté, la fibre se fendant me faisait craindre le pire. La biquette au boulot re-dépose mon engin pour essayer un nouveau matériau. Après échange chez Hisse Héo, c'est le synthétique qui emporte mon choix : certains l'ont en nylon, d'autre en eptalon : je choisi le polyurétane et y taille un pied de mât en trois parties, broches inox en liaison. "Le plastique c'est fantastique, le caoutchouc super doux " disait la chanson.. La biquette replace le tout, étayés par de nouveaux haubans sécurisant.
Cette fois mon mât tiendra, c'est sûr. Les vents n'y pourront rien, je resterai droit comme un i.
:acheval:
... et bein non, trop souple le nouveau : il se tasse, résiste mais boudine et ...
rappel de la biquette pour enlever cette nouvelle prothèse à peine emmanchée...
L'inox marine ne pourra défaillir, c'est bien sûr : hop, la pièce pliée par le métallier de Narbonne, renforcée par deux autres cornières, le mât reprend sa place pour la troisième fois !

Force 3, réglages ; 4 puis 5, réglages. plus le vent monte plus je sens des échos juvéniles me titiller, fier de mon étendard invincible. Je souris :)
Et quand le 6, le 7 et les claques de 8 ont flatté mon pylône, je dois dire cher Bus,
que c'est un peu ma force virile qui était en jeu. Si si :-)

Maintenant, je vais faire gaffe quand même étant plus près de 60 que de 50. Les exploits, c'est pour les jeunots, n'est ce pas ! :reflechi:

30 août 2011

Bravo à Bus et elpeyo, c'est bien écrit et j'admire... et puis ça change un peu du ton habituel.
Féléictations

ben oui ya pas que les debats techniques qui sont importants
,le mental c'est utile aussi!
dommage que je ne puisse pas vous suivre sur ce chemin car j'ai preferé l'ecole buissonniere a l'enseignement de la philosophie :pecheur:

30 août 201130 août 2011
31 août 2011

Bon les matelots, le fil sur la masculinité a eu bien moins de succès que l'autre sur la féminité... ! Je savais que nous étions un peuple de mâles forcéments plus stimulés par l'opposé de notre force primitive :mdr: , et bien moins par autre regard sur notre propre rapport à ce l'on cherche à exprimer avec l'amour de soi, si bien dissimulé dans la tendre masculinité de nos bateau... ! :jelaferme:
Dont acte !
Je vais, comme promis, faire un article de synthèse sur le rapport à la féminité.
A suivre les courageux et merci à tous pour les bons et si forts moments passés ensemble. :pouce:

La féminité : www.hisse-et-oh.com[...]eminite

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

un soleil gros comme ça

Après la pluie...

  • 4.5 (165)

un soleil gros comme ça

mars 2021