ma premiere sortie solo !!

bonjour, pour apprendre a naviguer , je me suis fait embarquer pas mal de fois sur differents voiliers , maintenant j'ai une petite experience ! et je vais surement acheter un voilier, pas tres grand au début !! alors j'envisage ma premiere sortie solo ! comment s'est passé votre premiere sortie solo ? que me conseiller vous de faire et pas faire ?
merci de vos réponses
Patrick

L'équipage
19 oct. 2011
19 oct. 2011

Un peu d'aprehension au début pour la manoeuvre de port et pour jeter/relever le mouillage, mais avec l'habitude on trouve "sa" technique.

Sinon la nav seul c'est le pied, tout est calme.

Simplement tu dois etre stricte sur la securité. Gilet tout le temps, prépare tes ris avant de partir et prends les plus tot qu'en équipage.

Tu verras quand tu y aura gouté, tu ne t'en passeras plus, je suis sorti seul aujourd'hui malgré la pluie et j'était presque seul dans la baie des anges! Le paradis pour vu que tu es un pilot auto !!

20 oct. 2011

Harnais bien sûr, mais aussi longe la plus courte possible.

Celles qui sont en vente sur le marché font en général deux mètres, idéales pour te balancer par-dessus bord et te faire traîner par ton canot sous pilote jusqu'à "boire la tasse" définitive.

Je persiste à ne pas comprendre le peu d'informations fournies à ce propos malgré des mésaventures récentes (drame au large de l'ile de Batz l'an passé par exemple...)

Ceci dit, il est vrai que la nav en solo a un côté magique.

Bon vent !

19 oct. 2011

D'abord naviguer à deux sur ton propre voilier.
Puis à deux et l'autre ne fait rien, il est là au cas où.
Puis rajouter des trucs que tu as constaté qui manquaient pour naviguer solo
Et puis solo.
Voilà.
Bon vent !

19 oct. 2011

oui comme tu dis , je serai stricte sur la sécurité (je suis pompier pro !!)

19 oct. 2011

Anticiper un max car tu ne peux être partout en même temps et tu n'as que deux bras (et la force qui va avec).
Prendre son temps, ne pas confondre vitesse et précipitation.
Avoir un bon pilote.
Profiter car c'est vraiment agréable(même si parfois on en c..e un peu).
Voili voilou

sors par tres beau temps et tu verras :tout s'enchaine comme tu as appris dans les livres ! ;-)

19 oct. 2011

Un bon pilote indispensable.
Pour le départ fais toi aider, tu lâcheras ton équipier à la station.
Pour hisser la gv 3,5nds bout au vent, cela évite le balayage de la bôme et la gv reste en drapeau.
Le reste c'est du classique, sauf qu'il faut anticiper beaucoup plus.
Évites de faire une nav de nuit la première fois.
Fais surtout comment tu le sents avec tes capacités! JP

19 oct. 2011

Je confirme, ton meillleur équipier sera ton pilote.
Je suis d accord sur l anticipation de préparer les ris.
Sécurité bien sur.
Seul en mer, tu es bien, tu savoures, apprécie autrement, pas que ce ne sois pas bien a deux ou plus mais seul...cela prends une autre dimension...MAGIQUE !
Ne pas se sentir pousser des ailes, pas prendre de risques.
Apres les arrivées et les départs , c est au feeling, moi a chaque fois que j arrive au ponton , une seule phrase me vient a l esprit :
Keep cool, prends ton temps, si ca ne le fais pas, refait le, représente toi, on a rien a prouver a personne.

Tres bonne nav, et a bientot peut etre...

19 oct. 2011

Je crois que le solo est une excellente école. Les priorités :
- sa sécurité
- l'anticipation
- la tête froide
Bonnes navs.

19 oct. 2011

un bon pilote et commencer de jour en effet,
et puis par 3-4 Beaufort suffira pour un debut,
sinon que du plaisir,
tres egoiste mais donc magique
bon vent

19 oct. 2011

cela dit, faut demystifier,
si tu connais le rafiot et qu'il n'y a pas trop de vent, tout est facile et bonheur ...

19 oct. 2011

Tout est dit,
n'oublie pas non plus de gérer ta fatigue et tes efforts, et solo tu en feras 2 fois plus qu'en double, voir encore plus car tes manœuvre seront anticipés et quelquefois pour rien, c'est le jeu.
Par ton métier tu dois avoir une bonne forme physique, donc pas de soucis.
Un bateau en parfait état, un pilote fiable, voir un second de secours pour des navigations un peu longues, perso j'en ai 3 mais c'est de la gourmandise.
Je confirme c'est que du bonheur et des souvenirs qui aident à passer l'hiver en attendant les prochaines navs.
Bon vent

19 oct. 2011

antibes st jean cap ferrat en hiver et de nuit fut ma premiere en solo= etre vigilant ne pas oublie de mettre son gilet et bien avoir la carte en tete et se dire que l on ne peut compte que sur soi = apres quel sourire de l avoir fait

20 oct. 2011

D'accord avec les precedents commantaires: le solo c'est magique!!! c'est une sensation extra de se retrouver seul sur son canot.
J'etais une peu dans le meme cas que toi. J'ai pas mal navigue sur des bateaux de loc ou avec des amis et un jour j'ai achete mon bateau. D'abord bien le preparer pour la nav en solo si pas deja fait. Bon pilote (bien calibre), manoeuvres qui reviennent au cockpit, et sortir les 1eres fois avec un ami. Puis il faut se lancer, en evitant le force 7 au debut...
Pour l'arriver au ponton, moi j'utilise la technique d'une amarre au centre du bateau que je chope sur le ponton puis tourne sur le winch. Ensuite ca laisse le temps de s'occuper du reste sans avoir l'avant ou l'arriere qui se barre chez le voisin...
bon vent.

20 oct. 2011

merci a tous de vos conseils , que je suivrai avec attention , j'ai hate d'etre au pied du mur !!!!

20 oct. 2011

C'est pas au pied du mur qu'il faut être.
C'est au pied du mât.
:acheval:

20 oct. 2011

en solo, "il faut être impeccable" : Willy de Roos
Bonne nav ! :bravo:

20 oct. 2011

il faut faire gaffe tout de m^me .

petite mesaventure : fin d'apres-midi , derriere l'Ile de Groix ,super beau temps ,le vent tombe ,petole ,courant descendant m'éloigne du port , je met le moteur ,5nm ,panne ... evidement n'étant pas en danger pas question d'appeler du secourt ,je suis rentré chez moi le lendemain à l'aube apres une nuit en mer ..

avoir toujours à terre un correspondant a qui l'on donne des nouvelles .et du paté Henaff

josé

20 oct. 2011

Et puis comme on dit chez nous: c'est en se mouchant qu'on devient moucheron! :acheval: :acheval: :acheval:

20 oct. 2011

Bonjour,

pour une première sortie en solo, l'idéal est une sortie à la journée ou quelques heures.
Pour ce type de sorties, tout se joue au port avant de larguer les amarres.
Tout doit être prêt, accessible et en état de marche.

GV prête à hisser et génois prêt à dérouler, vhf et gps allumés, amarres simplifiées pour faciliter le départ.

Si tout est bien préparé, tu n'auras pas de soucis majeur.

Le pilote est un plus, mais pas indispensable par petit temps. Par contre, au dela de F4, il devient quasi obligatoire pour se dégager des moments libres pour manoeuvrer, régler etc..

bonnes nav!

20 oct. 2011

je vous raconterai ça bientôt , si j'ai pas coulé !!!!!!!!!!!!!!!!!!

20 oct. 2011

Je rebondis sur le sujet du fil pour connaitre une méthode pour hisser/affaler un spi sur un Edel4, sans pilote, toute les manoeuvres sont au mat sauf le tangon ...
Merci d'avance

20 oct. 201120 oct. 2011

1èr sortie solo prévois une sortie à la journée prends toutes les mesures de précautions au niveau sécurité et n'emporte pas de pilote si non ce n'est plus du solo cela te forcera à prendre encore plus de marge .. dés que tu es sous voile par contre entraine toi à mettre à la cape le pilote tu pourras l'acheter bien plus tard

20 oct. 2011

Mouais . Comment tu faisais pour rester face au vent pour hisser la GV de ton lovelove lorsque tu allais au pied du mat? Dès que je saute au pied du mat, même avec le safran attaché le bateau se met à tourner et pour hisser la GV, puis le foc , c'est sportif. Alors ne pas emporter de pilote en solo ? Tu me laisses perplexe.

20 oct. 2011

de toute façon pour le moment le bateau n'est pas équipé d'un pilote !!!!

20 oct. 2011

En solo il faut faire les prises de ris en étant si j'ai bien suivi.
Par-contre si utilisation d'un pilote, on peut faire la prise de ris au près serré?

20 oct. 2011

Vive le solo!
obligation d'être super organisé, soigneux, responsable, vigilent.
JJ

20 oct. 2011

Heu, pas très responsable de dire que sans pilote, tu n'es plus solo :non:

Je passe en moyenne 800 milles par an, en solo...avec mon pilote. Toujours en vie, rarement fatigué, cela me convient.

En revanche, virement de bord, prise de ris (au cokpit, bon je sais, c'est plus vraiment une prise de ris!)pilote débranché

20 oct. 2011

pilote bien sur !!!!!!!!!!!

20 oct. 201120 oct. 2011

J'ai navigué très souvent en solo sur un 5.50m.
J'y avais monté un système de prise de ris rapide à un brin et je me mettais à la cape qques min pour prendre le ris. Cela ne m'a jamais mis en danger ni présenté un quelconque problème.
J'avais aussi mis en place un cordage hale-bas de foc (courant dans des filoir sur les chandeliers) qui permettait d'affaler rapidement le foc au besoin après avoir libéré sa drisse.
Ces systèmes seront installés sur mon nouveau Kelt cet hiver.
Inutile de dire que toutes les manoeuvres doivent être ramenées au cockpit, impératif sans pilote.

20 oct. 2011

Sans pilote. Viens à mon bord, tu ferras voir!
Voili voilou

20 oct. 2011

Moi Ma premiere sortie Solo, elle a pas vraiement été prevue ni preparée...Certains vont rire, (j'approuve!!!)J'ai "eu des mots" avec ma femme, resultat: mutinerie...
C'etait a la Ciotat...Au lieu de rentrer Au Frioul, j'ai poursuivi mon programme avec beaucoup de bonheur, Saint Mandrier, Porquerolle etc etc...Une tres grande joie!!!
A part que...a part que...Au retour, une "Brume de Mer" intense, on voyait qu'a 10m...corne de brume etc etc...Cela a duré des heures!!!!
Bon c'est a ce niveau que mon experience merite d'etre lue: je n'avais pas de GPS!!!
J'ai suivi le cap que j'avais preparé...au bout de 3h, je me suis dit que j'aurais du rencontrer la cote, j'ai decidé de mettre "plein Nord"...Apres bien de peripeties...je vais faire court...je suis arrivé pile a Bandol...
Pour dire, sans pilote...Pourquoi pas, mais surtout ...avec GPS!!!
Ca m'a servi de lecon...

20 oct. 2011

Belle expérience et chapeau ! Mais à deux, sans GPS, ça n'aurait rien changé... sauf pour le moral...

20 oct. 2011

Ils seraient peut-être rentrés avec des bleus ? :mdr:

20 oct. 2011

Pircarre..Effectivement, mais mon propos, s'orientait ...sur le materiel qui est (depuis, dans mon esprit)Indispensable...

20 oct. 2011

La nav en solo c'est top, je sors très souvent seul, a vrai dire j'utilise rarement le pilote, avec la barre franche, je cale le stick d'un coté ou l'autre du cockpit en cas de besoin, et ça suffit pour que le bateau garde son cap un petit moment.
J'avoue par contre ni mettre gilet ni m'attacher, comme le plus souvent c'est pour faire des ronds dans l'eau, j'ai le téléphone dans la poche dans une housse étanche, je fais juste gaffe si je dois pisser entre les haubans de pas basculer à l'eau !

Les précautions surtout : garder l'oeil sous le génois par tout ce qui peut arriver, même si tu es prioritaire ! Attention aussi aux filets des pêcheurs...

21 oct. 201121 oct. 2011

mouais.....
je t'imagine,une fois tombé à l'eau,fouiller tes poches,sortir la housse,bien lever les 2 bras pour maintenir le tel hors de l'eau(et si il y a un tant soit peu de clapot?ou si comme tu fais de ronds un bateau à moteur t'envoie un gros sillage?)puis délicatement composer le N/0....De + si tu n'as pas vu ou mémorisé la position de ta chute(GPS à table carte/GPS éteint:tu fais des ronds...)
ALLO?je suis tombé à l'eau,devant la grande motte,je vois une grande rangéé d'immeubles sur ma droite...Evidemment pour parler il faut que ta bouche soit assez proche du tel donc,pas mal surélevéé par rapport à la surface,sinon glou/glou le tel!
Pisser ds les haubans?beaucoup d'hommes à la mer sont retrouvés braguette ouverte(stats des gardes cotes US...a vérifier,)

20 oct. 2011

Ca fait plaisir de voir que nous sommes nombreux à aimer les plaisirs solitaires...
Tout a été dit: anticipation (un ris avant de partir), bien préparer sa nav (photocopies des cartes et/ou guide pour les entrées des ports, à prendre dans le cockpit), bateau toujours bien rangé, ne jamais se précipiter, bien se nourrir et boire pour éviter les fringales, veille sous le génois, commencer modestement,mais ensuite on peut faire les Açores ou l'Ecosse en solitaire...
PS une gaffe automatique pour les bouées, prises par l'arrière...

20 oct. 2011

S'arranger pour ne jamais devoir justifier l'alourdissement des conditions à satisfaire pour pratiquer le solo... :policier: :litjournal: :jelaferme:

20 oct. 2011

perso le pilote me parait indispensable sinon c'est vite la galére s'il faut resté toute la journée rivé à la barre .Pour tout,ce faire un café,manger,reglé le bateau faire sa navigation,m^me un petit roupillon,pêcher etc .en faite 90% du temps s'est le pilote qui travaille

Je ne pourrai m'en passer

josé

20 oct. 2011

comment faisaient les marins avant que le pilote soit inventé ? !!

20 oct. 2011

Les bateaux n'étaient pas les mêmes. Avec un déplacement lourd qui a une quille longue pas de souci pour naviguer barre amarrée et puis il y a eu aussi les régulateurs d'allures.
Et puis ce n'est pas parce que l'on s'éclairait à la chandelle que l'on doit continuer.
Voili voilou

20 oct. 2011

:oups:Et avant le GPS, avant le winch, avant les voiles en dacron, avant les congés...
:jelaferme: :jelaferme: :jelaferme:

20 oct. 2011

le probleme en solo c'est plus un probleme de grement qu'un probleme de tenue de cap ,
le grement marconi est fait pour étre performant du vent de travers au près serré ,sur un voilier bien reglé en blocant la barre le voilier tiens son cap , il n'en est rien des allures arrivées ou il a envie de retourner d'ou il vient .
les voiliers anciens avec des gv enormes et des petits focs meme au vent arriere tenaient un cap fabuleux ce qui donnait le temps au barreur d'aller se faire un café sans problemes ,voir le toumelin et d'autres solitaires qui n'avaient pas de pilote electronique
evidement il faut vivre avec son temps donc pilote obligatoie ou regulateur d'allures pour le solitaire qui veut tailler de la route
alain

20 oct. 2011

Sur mon voilier (O323) je navigue régulièrement en solo par choix ou par manque d’équipiers ! En solo le plus magique et le plus impressionnant c’est la première nuit !
Pour réussir une navigation en solo c’est la préparation ! Tout le monde l’a dit mais c’est le plus important, avec des équipements de qualité (pilote auto!)et en bon fonctionnement. Que ce soit à l’appareillage ou à l’arrivé tout doit être prêt (amarre, défenses, voiles prêtes à être hissées, toutes les bosses de ris passées etc …) Et puis être prêt physiquement suivant la longueur du parcours ! Concernant le gilet je le mets de plus en plus souvent avec l’âge ! Mais les seules fois ou j’ai failli tomber à l’eau c’est par temps calme ou l’attention se relâche !
Avant d’acheter tu peux louer un voilier dans les tailles que tu envisages d’acquérir, tu pourras vérifier tes compétences et tes aptitudes à moindre frais !!! Bonne nav !

21 oct. 2011

"toutes les bosses de ris passées"
Pour moi, la question n'est même pas soulevée, en équipage ou en solo, elles sont TOUJOURS passées :coucou:

20 oct. 2011

Cela fait une vingtaine d'années que je navigue en solo, en cotière, et j'ai démarré sans pilote ni GPS ni même enrouleur de génois!!

En vrac quelques points que j'ai retenus:
-les entrées et sorties de port se font au moteur, aller se mettre dans un coin dégagé pour hisser et affaler les voiles.
-l'enrouleur de génois me semble l'équipement le plus utile: il permet une réduction très importante de la voilure sans difficulté
-faire les premières sorties par temps calme pour prendre confiance. Par temps calme un voilier toutes voiles choquées devient très calme.
-Par temps agité un voilier toutes voiles affalées à la dérive secoue mais ne donne pas une impression de danger. Ne pas oublier que les pêcheurs se laissent dériver des heures moteur coupé.
-s'entrainer à prendre la cape (GV partiellement choquée, foc à contre, barre sous le vent éventuellement amarrée) le voilier devient très calme et on peut un tas de choses: prendre un ris, faire un point, grignoter, enfiler un ciré, démarrer un moteur récalcitrant, satisfaire un besoin dans un seau ou une écope. Pour prendre la cape une méthode est de faire un virement sans larguer le foc. Eventuellement le réduire un peu avec l'enrouleur si c'est un grand génois.
-s'organiser pour avoir tout très facilement accessible: cartes, vêtements, GPS, manivelle de winch, boisson etc...

le pilote est évidemment un plus énorme mais pour des petites sorties (quelques heures) on s'en passe très bien. Il y a actuellement un fil sur la navigation sans pilote avec des solutions pour amarrer la barre. Dans mon expérience du sandow au mètre tendu entre les filières et faisant un ou des tours autour de la barre est une solution simple et robuste qui donne des résultats.

20 oct. 2011

Une fois la technique expliquée reste le confort, important, sur un tout petit bateau,
le matin en préparant le petit déjeuner je fais toujours du thé ou du café en plus, dans une thermos de qualité, ça permet de se réhydrater, réchauffer réconforter si le temps se gâte ou si le frais arrive, sans quitter la veille, parce il y a toujours quelque chose qui demande surveillance au moment où j'ai besoin de boire ou de manger.
Le repas de midi est toujours préparé, simple et à géométrie variable pour s'adapter aux conditions, rangé, disponible dans une boite étanche permettant de la laisser trainer dans un cockpit humide sans soucis; y compris les indispensables fruits secs, biscuits et autres.
C'est trop bête de tout préparer pour le bateau et pas pour soi. idem pour les habits, mais c'est évident non.
Ceci pour un petit bateau en côtier, pas le problème sur un plus gros au large, mais ça n'est pas le sujet.

21 oct. 2011

merci de tous ces conseils

20 oct. 2011

juste un petit témoingnage:
ma première "nav" en solo a eu lieu le week end dernier!
Je suis juste sortie sur la vilaine. quitter le ponton sur une garde avant,
m'a déjà fait cogiter une 1/2 heure. Mais pas d'automatisme et du stress,ça vous rends
très méticuleux! Ensuite dans la quasi pétole j'ai envoyer la gv et le génois (enrouleur). Un sandow sur la barre,je me suis amusé à me déplacer sur le pont.
En rentrant,je me suis mis plusieurs fois à quai (babord et tribord),puis je suis rentrer.
Depuis j'installe un pilote auto en priorité (plus de confort)et je pense à mes manoeuvres
comme un skieur pro revoit sa futur descente avant de se présenter sur la ligne de départ!
La prochaine sortie,je passe l'écluse! Ya pas de raison! Mais pas plus de 3 bft;gilet et ligne de vie obligatoire.petit à petit l'oiseau...
Ma devise:ANTICIPATION. :coucou:

21 oct. 2011

A l'écluse, met toi à couple ! c'est plus facile que d'attraper les chaînes :pouce:

21 oct. 2011

je pense que je ferai de meme !!!!

20 oct. 2011

Bravo pour ce challenge :topla:

21 oct. 2011

L'enfer, c'est les autres..

21 oct. 2011

la question est 1èr sortie en solo !! donc je confirme pas de pilote d'ailleurs cela t'évitera de compter dessus et qu'il ai une défaillance c'est évident que par la suite si tu comptes passer plus de 10h en solo tu pourras en acheter un (MICHELR) à très bien résumer sur son post les petits détails les prises de ris sous voile etc etc mais soyons sérieux une bonne météo ne pas aller trop loin faire des aller retours s'il le faut et travailler tranquille toutes ses manoeuvres et bien pour une première c'est déja pas mal ce seras toujours mieux que de te caler sous pilote et attendre que ça se passe !!!!

21 oct. 2011

oui je pense que tu as raison , je verrai plus tard pour le pilote !

21 oct. 2011

Ma première, sur un coup de tête, et pas le temps de monter un équipage, ce fut un triangle Toulon-Minorque-Sardaigne Non Stop, un pur régal.
En solo, Vigilance, Anticipation et plaisir sont mes règles de base

21 oct. 201121 oct. 2011

tu avais quoi comme expérience avant cette sortie ?

24 oct. 2011

Aucune en solo avec mon bateau, seulement des sorties en équipage

Une fois seul (enfin pas complètement car mes copines Coculine, Cuvette et Nautamine sont souvent du voyage ...), et ça m'arrive à chaque fois, surtout la première nuit, on se demande vraiment ce qu'on est venu foutre dans cette galère mais très vite en écoutant l'extérieur (pas la radio ni la VHF), les bruits de la mer, le silence du ciel, on s'aprivoise au milieu et cela devient tout simplement extraordinaire. De toute façon , on ne voit pas le temps passer car il faut tout faire sans aide, règlages, contrôles, navigation, cuisine, et surtout se reposer règulièrement par petites tranches pour rester alerte et vigilant. Pas le temps de stresser sur le moment quand ça devient chaud, il y a une sorte de dépassement naturel de soi-même qui s'installe , c'est seulement après la sortie voire longtemps après que règulièrement j'ai eu des flashes en rêve de "comment ça ce serait-il passé si ..." et qu'on se rend compte en les analysant, des imprudences ou défauts d'anticipation.
Depuis je me suis astreint à au moins un A/R Corse en solo par an histoire de continuer à gagner de l'expérience , et si au moment du départ je n'ai pas d'adrénaline qui monte ou un sentiment de cette angoisse qui rend prudent et alerte, alors je commence par une nuit au mouillage histoire de revérifier et me remettre en phase avec le bateau et les éléments.

Mais en équipage, c'est sympa aussi, en fait il faut vivre les deux !

21 oct. 2011

En solo sans pilote ?

N'y a t'il pas un problème de taille mini du bateau ? Sur un petit bateau (disons moins de 6 m), même barre amarrée, l'équilibre change dès que l'on se déplace à l'avant (voir la remarque de Bernard 1968 plus haut). comment alors peut-on effectuer un changement de foc si on n'a pas d'enrouleur avec un bateau qui part dans dans tous les sens ?

21 oct. 2011

Non seulement de changement de foc, mais pour hisser la GV, puis pour hisser le foc, même en ayant pris soin de s'éloigner du port au moteur. Aller affaler au pied du mat avec un bateau qui ne reste pas face au vent dans l'instant où on a quitté la barre n'est pas triste non plus. Il semble par ailleurs que ça ne soit pas uniquement lié à la taille du bateau. Certains petits bateaux semblent garder relativement le cap , d'autres nettement plus gros semblent très instables. ça doit dépendre aussi de ta "carrure" se balader sur le pont quand on fait 50kg ou un quintal , n'a pas exactement le même effet sur le bateau.

J'ajouterais un autre truc pour la première sortie en solo. Se méfier des aides très gentilles proposées par des gars sur le ponton pour t'aider à te dégager de l'endroit où ton bateau est coincé,alors qu'il y a un peu de vent et un peu de houle qui rentre dans le port jusqu'au niveau des pontons. Les aides ne sont pas toujours compétentes, et il n'est pas toujours facile de se comprendre avec quelqu'un qu'on n'a jamais vu et qui va prétendre indiquer comment faire, s'il y en a deux ou trois qui s'y mettent , alors la c'est le bouquet.

21 oct. 2011

« pas de pilote d'ailleurs cela t'évitera de compter dessus et qu'il ai une défaillance » Alors pas de moteur, pas d'enrouleur, pas de winches... et à terre pas de voiture!
Voilà plus de 30 ans sur mon 3ème bateau (7,20m) je naviguais, en solo, sans pilote. Lorsque j'en ai eu un, j'ai pu cuisiner et manger chaud! Et quel confort, sécurité et tranquillité d'esprit pour hisser, affaler, changer de voile, envoyer le spi, mettre le bateau en ordre pour les entrées et les sorties de ports et faire la nav...
Mais chacun fait comme il veut.
Voili voilou.

21 oct. 2011

et pas de lunettes, on peut les perdre !
pas de téléphone
des voiles en coton

quel conseil dangereux !!

21 oct. 2011

Pas de harnais non plus, ça t'éviteras de compter dessus :heu: :heu: :heu: :heu:

21 oct. 201121 oct. 2011

Bon dans le "Serieux-Vecu"!!!Si ru as le choix...ne prends pas de voiles Full-Batten, half batten est amplement suffisant....Full batten, necessite peu d'ecart de cap pour affaler, hisser face au vent!!!

21 oct. 2011

j'suis mort de rire à voir comment ça dégénère j'ai bien préciser pour( la ou les )premières en solo je suis sur que sans pilote il anticiperas mieux ses manoeuvres c'est évident que par la suite le pilote lui seras une aide non négligeable!! les lunettes on les atachent le tél portable tout dépend de l'éloignement! je n'ai surtout pas dit PAS de harnais c'est la première chose à mettre faut pas non plus délirer une bonne météo et un éloignement raisonnable et en route sur un petit bateau qui pars facillement un peu de moteur pour certaines manoeuvres peux lui permettre de le garder en ligne avec la barre attaché

21 oct. 201121 oct. 2011

exemple vécu, depuis 10 ans j'ai toujours pu compter sur mon pilote, sauf il y a quelques semaines, cala d'orzu ( oui la ou il y a la fameuse paillote chez francis ...

:litjournal: :policier: :acheval:

pour ceux qui connaissent, je pars marcher quelques heures, des que je vois de la houle rentrer, je rentre vite fait, dans les creux restent 20 cms sous la quille. je branche le pilote dont la prise merdait un peu depuis quelques jours, un des fils sort, pas de pilote. je démarre le moteur à la manivelle, démarreur en rideau depuis 1 mois ...

l'enfer que ça a été pour simplement hisser ma petite gv de 18 mètres carrés, 10 AR entre la barre et le mat. je déroule le genoa, je bricole la barre avec des élastiques, ça tient 3 minutes, au bout d'une demie heure, assez loin de la cote, je sors les outils et je fais une connexion de secours. ouf !!!

alors les sorties sans pilote, pas pour moi !

21 oct. 2011

Normalement, cala d'orzu, la drisse de gv aurait dû casser puis le tambour d'enrouleur se bloquer. Sur le mien c'est comme ça! ;-)

21 oct. 2011

vent a 15 noeuds +, oui mer calme, au pres, voiles un peu déréglées (GV trop choquée ) il peut marcher tout seul, le reste je n'y crois pas trop.

23 oct. 201123 oct. 2011

Connaître ton bateau "par coeur". Et l'aimer.
C'est la règle absolue.

Tu dois tout savoir faire "avec une main". Car l'autre main est pour ta sécurité.
Ne jamais aller à l'avant en mer. Enrouleur obligatoire.
Tout renvoyé au cockpit. Ris automatiques donc.
Eviter la gîte qui t'envoi par dessus bord : multicoque appréciable !
Tubes de lait concentré pour les moments de bles la nuit (1 /nuit).
Quelques repas lyophilisés pour le moral quand t'as pas le temps de cuisiner.

Alcool strictement interdit.
Beaucoup de rêve dans la tête.
Visualiser ton périple les yeux fermés du départ à l'arrivée.

Deux pilotes.
Deux GPS.
Anges gardien (non disponible au ship - à préparer à l'avance)
Une tête bien froide.

Et... partir, surtout partir.
Moi, je pars toujours la nuit, avec des grands bords au large, au calme.

Bon trip ! :-)

24 oct. 2011

Gosh, c'est de la sortie commando !
Quelques centaines de sortie solo
mais je vais à l'avant quand j'envoie le spi
au pied de mat pour prendre des ris (rares, j'ai tendance à affaler la Gv des que ça souffle)
apéro + vin, à consommer avec modération certes !
1 pilote

24 oct. 2011

hummm.

Heureusement qu'on peut partir en solo sans enrouleur, sans ris automatiques, sans X GPS, sans bouffe lyo....., et jouir de la mer de la vie, avec des doutes, des rêves, des difficultés, des victoires sur soi même...... avec son petit vin chaud du soir, sa tranche de pain grillée sur le gaz le matin, ses exploits gastronomique dans une gîte apprivoisée....

:heu:

26 oct. 201116 juin 2020

Ah, Jean et Clari, deux bon épicuriens qui donnent le ton ... de la convivialité du bord que j'aime tant, que nous aimons tous !
A rappeler cependant que notre ami auteur du fil, Pirate45, profane du solo, pourrait bien risquer sa peau en s'enfilant la petite rasade sympa qui, la faucheuse passant par là (comme dit Georges Brassens), fait le petit accroc qui te déséquilibre et t’envoie à la baille...

Je dois dire que j'ai bien voulu lui donner le ton du "grand solo amateur", celui que le modeste navigateur, moi, vous, nous tous, devons aborder avec circonspection, respect et pragmatisme. Les pro eux, sont dans d'autres mondes nous le savons, inaccessible au vulgum pecus.
Donc, fort de deux bons solos, 800 M et 1700 M, faits sur nos côtes, et surtout mon "France - Suède", avec 2 escales, sur 15 j., du 24/24 à dormir par tranches de 10 min car c'est un des endroits les plus fréquentés au monde par ces belles unités qui transportent "tout", ... j'ai bien compris que la survie nécessite une énorme rigueur, du coeur, de l'intuition, de la chance, et un peu de cogitation aussi.

Donc oui, je banni l'alcool pour le lait concentré, et la gastronomie par le lyophilisé ou les salades modestes, parce que ... pas droit à une seule erreur, et si peu de temps entre deux cargos !

Je pense qu'il y a le solo du dimanche, le solo du week end pour le Golfe du Lion, et ... d'autres solos !
Pour terminer sur une note très épicurienne, le solo est au marin ce que le jeune est à l'épicurien : un extraordinaire moyens de s'enivrer de sensations exquises... mais à la condition d'être à l'arrivée au port, car il faut arriver !

Pour illustrer, un petit montage d’aperçu de l'ambiance quand tu ne "traverse" pas le rail, mais quand "tu le suis" sur 1700 M :

27 oct. 2011

Bus,
Chapeau bas pour tes traversées ! mais on est pas dans le fil ! La question est : premiere sortie solo devant le port quand j'aurais mon petit croiseur !!!

27 oct. 2011

je vais surement acheter un voilier, pas très grand au début !! alors j'envisage ma première sortie solo

27 oct. 2011

Ben non quoi, le matelot parle de sa "première sortie solo", pas forcément "devant le port" ! Si comme moi il démarre par une nuit complète à bord, ... mes conseils (qu'il demande) sont précis et justes.
Après s'il veut picoler ou cuisiner sans pilote barre amarée, à fortiori pas trop loin des côtes, c'est son pb !
Et plus le croiseur est petit, plus il y a de risques. :-p

27 oct. 201127 oct. 2011

première sortie en solo? Quand j'ai acheté mon AS DE CŒUR à la grande motte il a bien fallu le ramener à Port Camargue, nous étions en 1971! C'était mon premier bateau et je n'étais pas peu fier!

27 oct. 2011

ma premiere sortie en voilier, je l'ai faite en solo entre Dielette et Granville, puis Granville St Malo,sur la derniere etape, voiles mal reglées, quatre heures trente accroché a la barre, pas de pilote,mais ce jour la grand soleil, du bonheur et beaucoup d' apréhention

27 oct. 2011

Salut à tous,

Puisqu'on risque de finir par l'oublier,juste un mot pr rappeler encore qu'il est possible de faire simple et sans danger sur un voilier!
Il ne faut pas des heures pour comprendre l’équilibre sous voiles (pour peu que l'on ai quelques notions théoriques) et avec un simple blocage élastique de la barre, cela laisse le temps de tout faire sans aucun soucis avec un peu de d'eau à courir:
Prise de ris ou affalage de GV, changement de voile d'avant, manœuvre de spi, préparation de l'entrée de port (bouts et par-battages)ou de mouillage.

Pour qu'elle se passe bien chaque manœuvre doit être pensée à l'avance tranquillement et préparé par un bateau clair.

Le problème du solo est peut-être plus rapidement la nav par manque de disponibilité ou à cause des conditions, mais si elle est elle aussi bien préparée, c'est vraiment facile.
Le seul vrai risque, c'est de passer à la baille et la solution vous la connaissez tous.

En solo il ne faut pas se faire peur pour rien avant de partir, pas obligatoirement être dépendant d'un pilote (sur un mono) ni d'équipements technologiquement complexes.
Il suffit de bien se préparer puis de larguer et partir pour savourer!
(pour moi sur un canot de 6.5 m, sans pilote, GPS ni enrouleur mais avec une bonne pipe et parfois une petite gorgée de vieux rhum, la vie est belle!)

27 oct. 201127 oct. 2011

on ne peut pas mieux dire.

Nul besoin de justifier la validité de ses dire par la description de son CV nautique ou autre, qui finalement ne valide que son égo. .....:scie:

Hormis le risque de chute, la navigation en solitaire n'a rien d'un exploit. Le plus dur étant, à mon avis, les escales quand il y en a.

27 oct. 2011

solo vous avez dit solo ouf je me sen moins seul les deux derniers post me réconforte ils rejoignent ce que je voulais dire depuis le début et décrivent tout à fait la réalité (c'est évident qu'après pour des sorties plus longues ou plus musclées un équipement différent peut être utile mais ce n'est pas la question posée ) Cordialement D F

27 oct. 2011

Merci Clari pour la référence à mon égo qui est effectivement immense, et qui m'a permis de faire, avec l'humilité nécessaire face à la mer, de si grand périples en solo amateur.

Comme je l'écris, l'essentiel est d'être de retour au port !
Le matelot demande des conseils. Je les donne, en homme d'assez bonne expérience, et je me suis bien gardé de raconter pour ne point trop l'effrayer, les véritables danger épreuves, avaries gravissimes, blessures et autre stress à barrer sans pouvoir faire la nav, ou changer de ris en plein bordel au milieu du rail où le pilote et le renvoi au cokpit n'étaient pas un luxe...

Je vous trouves certains un peu fier et l'égo que vous pointez ressemble à celui qui note la paille dans l'oeuil du copain sans voir la poutre qui est dans le sien !
Non SVP, n'envoyons pas au carton un jeune marin. Il veut être prévenu, donnons des conseils.
J'ai cassé mon unique pilote en plein milieu du rail, barré 48 h pour faillir mourrir sur les Pierres Noires, en pleine nuit, épuisé, groggy, inconscient de mon inconscience que justement mon égo entretenait "t'es fort, tu peu le faire". Tiens j'aurais dû boire un coup !
Non, jamais plus. Deux pilotes !

Celui de Eric ci-avant sur la préparation de la nav, que j'ai oublié de mentionner, surtout près du port et de la côte, le cadre forcément des premières sorties, est essentiel. Un GPS, gratuit sur un portable ou si peu onéreux, n'est pas du tout à discuter si on veut parler de "conseils" !
Le bon conseil franchouillard du rouge et du calendo en solo ... OK pour les pros qui soignent leur fierté et leur égo, mais pas pour un débutant. Assurément pas.

Comme ça, notre homme a un cadre du solo "engagé", celui qui dépasse la petite journée. S'il faut s'en tenir quitter le port ou le mouillage pour quelques heures, c'est le début et sans rien, on y arrive tous heureusement. Mais la cible du grand solo, c'est autre chose, et j'espère que ça le fera rêver, car l'émotionnel est bien à la hauteur de l'engagement !...
On peut aussi se fabriquer de l'émotionnel avec du pinard ou de la drogue. Ca n'a pas le même goût.

27 oct. 201127 oct. 2011

Hello tous,

Avec mon premier bateau (un 6.20m), on faisait des croisières tranquilles à 2, 3, ou 4.
C'était mes premières expériences en tant que "skipper". Je n'avais pas encore installé de pilote auto à cette époque.

Une fois, on est parti le matin de bonne heure, et comme je ne voulais pas réveiller mon équipage, je suis partis du mouillage à la voile, sans faire de bruit, j'ai hissé les voiles, et tout était très facile, le bateau avançais barre amarrée, au près, seul ...

ça à été le déclic pour moi. Partir en solo n'était donc pas si compliqué !

C'était il y a plus de 20 ans (snif)

Après cela, je ne me suis pas privé de ces petits plaisirs de la nav en solo, je continu depuis de temps en temps, à la journée principalement, mais je sais que même sur plusieurs jour, ce n'est pas la marche du bateau qui pose problème.

Voila pour mon expérience. Donc, il faut juste se lancer, c'est pas très compliqué.

A+
Now.

27 oct. 2011

Attendons aussi que notre ami Pirate45 ait son bateau. Kelt 6.20 (clin d’œil à Now) Love-Love (clin d’œil à Koala), Sangria (clin d’œil à ...) ou un autre.
Le bateau en question sera peut-être équipé d'un enrouleur de génois, d'un pilote auto etc. Ce qui facilitera les manœuvres en solo, une fois hors du port.

27 oct. 201127 oct. 2011

première nav' en solo pour moi : pas plus de F3, moteur et barre attachée pour monter les voiles (en plus, drisses et commandes au cokpit, on est pas loin de la barre et du moteur :)avec des voiles préparées avant. Juste une garcette à défaire avant.
C'est l'inertie au moteur en arrivant et partant du ponton qui m'ont le plus surpris, le côté volage d'un bateau léger.
c'était ma première sortie tout court sur mon canote ;
depuis, avec le pilote rajouté, c'est jouable par vent nettement plus fort.
Mais toujours le moteur pour hisser, avec ou sans pilote.

27 oct. 2011

@g1p : très chouette ton blog et tes récits, bravo !
Et bien belles photos, parole de connaisseur :) :pouce:
message en mp

27 oct. 2011

bonsoir, ce fil me fait sourire.je vais me mettre en ménage et je vais faire comme mes arriéres grand parent,pas de confort. l'eau du puit, le wc dans le jardin,et une soupe le soir.je vais pas m'emmerder avec le confort à la dure comme les anciens. :non: :goodbye: :goodbye: :goodbye:

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Les Cabanes de Fleury : l'orage est à terre

Après la pluie...

  • 4.5 (10)

Les Cabanes de Fleury : l'orage est à terre

mars 2021