L'Eolien dans la tempête

Qui a dit que l'éolien ne marche pas
www.terraeco.net[...]75.html

L'équipage
11 déc. 2013
11 déc. 2013

le problème est celui du stockage, en mer ça nous est arrivé d'avoir plus de 50 nœuds sans avoir eu le loisir de débrancher l'éolienne, il a fallu allumer tout ce qui pouvait consommer de l'énergie, le débalasteur chauffait au rouge et on n'avait pas trop le loisir d'aller bricoler dehors ou dedans.
je suppose que ça doit être pareil en grand. le gus qui trouvera un moyen simple et assez discret de stocker l'énergie électrique se fera des c..illes en or très rapidement

11 déc. 2013

La piste la plus prometteuse pour stocker l'électricité excédentaire, c'est de l'utiliser pour produire de l'hydrogène, hydrogène que l'on injecte ensuite dans le réseau gazier et qui se substitue au gaz naturel.

Mais cette solution n'est pas compétitive à ce stade.

12 déc. 2013

l'Hydrogène peut être mélangé au gaz nat., et donc injecté ds les gazocus mais pas à 100% (cf Hythane).

14 déc. 201314 déc. 2013

Des batteries ?

Sérieusement, l'énergie potentielle élastique est une bonne piste.

Un immense ressort qui peut faire tourner un alternateur...

14 déc. 2013

Par ailleurs, on pourrait également profiter de l'énergie cinétique des mouvements créés par des vagues pour remonter un grand ressort caché quelque part dans le bateau.

C'est moins compliqué et moins "high tech" que beaucoup de solutions.

11 déc. 2013

En GB, ils suppriment les subventions pour les eoliennes a terre... bon debarras....
www.telegraph.co.uk[...]cut.htm

12 déc. 2013

à mon avis il faut surtout un bon réseau élec. national et même européen pour absorber l'élec éolienne en continu et si besoin est, pouvoir la stocker ds des barrages ou steps hydrauliques. sauf exceptions ( îles..), je ne crois pas trop à l'intérêt de faire du stockage décentralisé, sur site de production (complexe et coûteux).

12 déc. 2013

l'ennui de faire de l'hydrogène en décomposant l'eau c'est que le rendement est très mauvais. De plus, si je me souviens bien, pas facile de le stocker car il file à travers les parois et est explosif. Remonter l'eau dans les barrages est une bonne idée on récupère je crois 1/3 de l'énergie mais les barrages sont insuffisants et loin !
ça se fait depuis longtemps.

Il faut trouver un truc avec l'hydrogène ! Chimistes ! a vos éprouvettes !

12 déc. 2013

"Loin", ça n'a pas trop d'importance, à partir du moment où les électrons ont rejoint le réseau (ce qui n'est pas évident - pertes potentielles et bien coûteux- c'est la jonction Mer-Réseau terrestre, en courant continu; technique et cher);

stocker l'Hydrogène peut se faire de plusieurs manières (compression à 200b mini, solide-chimique/hydrures, ou froid) mais c'est aussi coûteux, et techniquement pas évident, et puis, il faut pouvoir retransformer l'H en électricité pr injecter en période de pic de demande...(avec une pile à combustible - cher aussi - ou en combustion directe avec une turbine à gaz: rendement pas terrible de mémoire) ; et au final, faire le bilan du rendement et coût de la chaîne complète...dur, dur.

12 déc. 2013

Comme j'ai initié ce post et que je vois des éoliennes terrestres souvent (et qui à ma grande surprise tourne presque tt le temps), le problème de la surproduction qui ne peux se stocker (et fait baisser le prix du kw!!!), j'ai dans l'idée la production d'air comprimé (en son temps le pdg de Renault avait rejeté l'idée, d'un geste du bras!!! c'était pour les voitures). C'est plus simple que de remplir les barrages (au demeurant très rentable).

12 déc. 201312 déc. 2013

pas plus simple je pense; car il faut vite des volumes de stockage d'air très conséquents pour stocker les excès de kwH produits par l'éolien en période de faible consommation, donc trouver des sites adéquats (géologiques); et sauf erreur, c'est une technique qui reste encore à développer (en gros volume; très différent de l'auto.), pour être efficace et qui doit rester coûteuse à mon avis (cycle complet : compression-stockage, sans fuites....- production d'électricité/décompression).

A priori il existe très peu de sites de stockage par air comprimé, équipés ds le monde (on parle de dizaines et plutôt même de centaines de MW de capacité pour comparer aux STEPS hydrauliques, avec 2 bassins amont et aval).

Mais en France, la production de l'éolien pèse peu en proportion de la production globale d'élec. (nucléaire, et même hydraulique); donc la "surproduction" éolienne n'est pas un souci à mon avis (différent en Espagne et Danemark,voire Allge, où on ne doit pas être loin du pourcentage dit critique de 25% de la prod. totale: là, il faut soit stocker, soit -mieux je pense- exporter...mais il faut un réseau européen bien interconnecté).

Pour revenir au stockage hydrau., il me semble que la Suisse a qqes projets en carton (située au centre du réseau, avec du relief, et habituée du trading financier...).

13 déc. 2013

Heu, je vous signale qu'en injectant l'hydrogène dans le réseau gazier, on peut parfaitement le stocker mélangé au gaz naturel dans les unités de stockage pour le gaz naturel. Unités de stockage qu'il y a en abondance et qui sont capable de faire le pont inter-saison.

Inutile donc de stocker l'hydrogène en tant que tel. Et encore plus inutile de le reconvertir en électricité.

13 déc. 2013

oui techniquement c'est ce qui me parait le plus simple (ou le moins complexe, car il faut qd même un/des électrolyseurs/parc éolien, et un accès au réseau gazoduc, pas trop loin des éoliennes...pas forcément évident, surtout ds le sud car il me semble que le réseau est surtout développé au N de la France). Plus adapté pour les projets de parc en Mer par contre.
et je crains donc qu'il ne faille qd même stocker, mini pour faire tampon (l'injection en continu est séduisante /papier, est-elle mais réaliste, j'en doute).

Mais reste le côté financier de la chose; il faudrait un tarif suffisamment élevé d'achat/injection de l'H ds le réseau de gaz nat. pour rentabiliser et déclencher des investissements qui seront significatifs (à l'image des tarifs/l'éolien).

A mon avis le surcroît de volume de gaz nat potentiellement apporté par "l'H éolien" revendu, ne permettrait (et de loin) pas de rentabiliser ce type de projet. Ou alors valoriser le mélange H/gaz nat (carburant type Hytane par ex.: mais ça revient à créer tte une nvelle filière-nouveau marché; compliqué, long, incertain...cf le GPL).

En gros, je pense qu'il faudrait créer des tarifs de "stockage" et créer ainsi un marché (avec obligation éventuelle/tout nouveau projet EnR).
Evoqué mais pas évident. mais je pense qu'on y viendra au fur et à mesure de l'augmentation de la pénétration réseau des EnR (Allge, Espagne...mais ptêt pas en France, Nucléaire "first"+ pas mal de barrages).

le mieux avec l'energie exedentaire c'est de comprimer de l'air qui actionera des turbines apres pour reproduire de l'electricité :-)

13 déc. 2013

Tous les meuniers de Beauce vous le diront, on ne travaille que 180 jours par an... il faut donc trouver une énergie pour les autres 180...
Le rendement d'une éolienne n'est en fait au mieux que 20% de la puissance théorique et encore, pas répartie forcément quand on en a besoin.
Dans ces conditions, développer l'éolien actuellement (comme l'électro-solaire) est une énorme bêtise, genre charrue avant les bœufs.
Une piste de recherche est la décentralisation des moyens, avec des solutions locales qui se multiplient (éolien, solaire, biomasse, géothermie, etc...) et une exploitation plus régulatrice au niveau global.
Mais le lobby nucléaire est évidemment vent debout contre ces options, sans parler de la bêtise crasse de nos élus qui veillent jalousement sur leur pré carré et excluent toute décision qui pourrait déplaire à leur électorat...
Déjà, incitons fortement nos concitoyens à réduire leur consommations.
Là des solutions existent depuis longtemps et sans pour autant revenir à l'âge des édredons en plume et de la lampe à huile...
Mais ce débat n'en finira pas à cause de l'égoïsme rampant de nos concitoyens!
Que les autres fassent, moi, je ne change rien! :non:

13 déc. 2013

Bon ! yapluka refaire le monde... Facile non ?

13 déc. 2013

y a des choses qui me chiffonne dans l énergie électrique . il y a 25 ans environs je suis aller visiter le barrage hydroélectrique de génissiat et le guide de l époque nous disait qu il tournai a moins de la moitié de ça capacité de production et que tous les barrage du rhone était de la même et que les 9 du rhone pouvais très largement fournir la France . aujourd’hui la consommation est plus élevè certes mes n a pas du augmenter de tant que ça toute même , quand je voie tous éolien et surtout ces centrale nucléaire qui pourrisse notre belle planète il y a des questions a ce posé sur l énergie électrique en France .

13 déc. 2013

Missions de la Compagnie nationale du Rhône

Créée en 1933, elle exploite 19 centrales hydro-électriques construites sur le cours du Rhône. Cette société est totalement indépendante d'EDF depuis 2002 et constitue son premier concurrent dans le marché de l'électricité en France. Sa production s'élève en moyenne à 14,9 milliards de kWh par an, un quart de l'hydroélectricité nationale, soit 3 % de la production française.
A part un barrage construit en corse tous les sites en France ont été finalisés,il y avait des possibilités sur la Garonne mais abandonnés.

13 déc. 2013

les centrales de pompage-turbinage, appelées aussi STEP (stations de transfert d'énergie par pompage), qui disposent d'un réservoir supérieur et d'un réservoir inférieur, reliés par une conduite forcée au bas de laquelle sont installés des groupes réversibles qui pompent l'eau du réservoir inférieur vers le réservoir supérieur pendant les heures creuses (la nuit, le week-end) puis la turbinent pendant les heures de pointe. La première STEP installée en France est celle du Lac Noir (Vosges), construite entre 1928 et 1933, d'une puissance de 80 MW ; actuellement en reconstruction, elle aura une puissance de 55 MW et une capacité de 0,6 GWh 9. Les six principales centrales (La Coche, Le Cheylas, Super-Bissorte, Grand Maison, Montezic et Revin) représentent une puissance maximale cumulée en turbinage de 4 173 MWRTE 4. La plus puissante est celle de Grand'Maison dans l'Isère, mise en service en 1988, de 1 800 MW et de capacité 36 GWh 10. Les principales autres STEP sont : Superbissorte (883 MW), Montézic (910 MW, capacité 23 GWh 11), Revin (720 MW, capacité 4,7 GWh12), Le Cheylas (460 MW) et La Coche (330 MW).

il y a 25 ans il n'y avait pas la clim partout,on acceptait encore les temperatures de saison :-)

13 déc. 2013

Il y a un peu plus de 40 ans, les pouvoirs publics ont décidé d'un vaste plan de construction du parc nucléaire civil que nous connaissons sans aucun débat démocratique sur le sujet.
Ce serait impensable aujourd'hui.

EDF a ensuite orchestré une vaste campagne faisant la promotion du tout-électrique.
Tout le monde s'est engouffré dans le merdier.

16 déc. 201316 déc. 2013

"Heureusement l'écologie politique, nouvelle religion laique, n'embrumait pas encore les esprits." ...

Et les pouvoirs politiques de cette période t'ont bien endormi.

Certes, 2/3 de la population était effectivement favorable à cette source d'énergie miraculeuse.
Faut dire qu'à cette époque, on croyait à tout.
Il y avait tellement d'optimisme d'ailleurs, que le programme prévoyait la construction de 170 centrales jusqu'en 2000.

Il n'y avait pas de raison que les français s'y opposent puisque tout débat sur le sujet était muselé par le pouvoir en place.
Ce programme a été décidé par deux hommes, le président de la République et le premier ministre d'alors.
Un troisième s'est vite accroché aux wagons : il était ministre des finances.

"Les français ont énormément profité de cette électricité bon marché".

Oui, mais il y a bien longtemps que cette croyance dogmatique est reléguée à l'étagère des belles promesses.
Même EDF, aujourd'hui, ne cache plus l'augmentation inexorable des coups de production bien au-delà de l'inflation qu'il est bien difficile de chiffrer avec précision puisque personne encore n'a été foutu d'évaluer le coût de la déconstruction des plus anciennes centrales qui n'en peuvent plus.
Quant à l'EPR, les budgets explosent.
On en est à presque 9 milliards d'€ soit 3 fois plus que prévu initialement et il n'y a toujours pas de quoi faire bouillir ma casserole d'eau en production.

Enfin, sur l'opposition à cette époque : le "groupe des 400", scientifiques de haut niveau, n'ont bien sûr jamais été écoutés.
Les seuls organes de presse à cette époque qui leur ont ouvert leurs colonnes étaient étrangers : nord-américains, britanniques, suisses et allemands.
Allemands et suisses surtout, car ils étaient directement concernés par l'implantation des 2 cathédrales que sont Bugey et Fessenheim (1971).
Ces d'ailleurs sur ces deux sites que des manifestations ont été violemment réprimées par la police.
On peut même parler de véritable propagande officielle de la presse française par son silence : le mensonge par omission.

Inutile d'ouvrir ici le débat sur les intérêts financiers directement liés à cette industrie pour les familles Pompidou et Giscard qui, en plus, tombaient à pic : CGE puis SOGERCA pour le premier, Creusot-Loire (en association avec Jeumont-Schneider), Framatome, Thomson-CSF, banque CFCE pour le second.

Le nucléaire français ou la très belle histoire du lobby de l'atome.

14 déc. 2013

Pourquoi réécrire l'Histoire.
Après la libération puis la fin de la guerre d'Algérie, il y a plus de 40ans notre pays était porté par un formidable élan économique et de grands espoirs de vivre mieux. les Français travaillaient comme des malades et étaient optimistes malgré la poursuite de la guerre froide et l'affaire de Cuba. Couplé au nucléaire militaire voulu par tous nos dirigeants dès 1945, le Nucléaire civil a été un gigantesque effort national, très consensuel, soutenu par la droite comme la gauche, pour que la France puisse avoir une relative indépendance énergétique face aux incertitudes de l'évolution du pétrôle, le premier choc pétrolier ayant validé ce choix. Les français ont énormément profité de cette électricité bon marché .

Heureusement l'écologie politique, nouvelle religion laique, n'embrumait pas encore les esprits.

13 déc. 2013

J'avais cru comprendre que l'on est obligé d'adapter en permanence l'offre et la demande sur un réseau électrique
et qu'en cas de vitesse de vent trop élevé les éoliennes sont mises en survie, les risques mécaniques devenant très importants. En outre une pointe de production à une heure donnée a peu de signfication pratique rapport à une année de consommation à assurer. Cette irrégularité de production des éoliennes terrestres est LE gros problème et oblige à les coupler à des centrals thermiques ce qui est le comble mais ne gène pas les écolos.
Je vis dans un coin rempli d'éoliennes, et bien qu'on soit heureusement encore loin du délire des espagnoles on ne peut pas dire que cela soit une réussite (sauf pour les agriculteurs propriétaires des terrains) et vu d'avion cela n'est pas mieux (consulter les dernières cartes aéro vous serez effarez). Plaignez aussi ceux qui vivent juste à côté.

13 déc. 2013

l'arrêt de la production se fait par "mise en drapeau" (des pales). mais il faut une sacrée vitesse de vent (à vérif mais je dirais à partir de 90km/h environ). le renforcement du réseau avec des centrales thermiques est nécessaire qd l'éolien représente une proportion importante de la production totale du réseau national (pas le cas en France à mon avis, mais sûrement vrai en Espagne, Allge, où il faut à priori brûler du charbon ou gaz en période de point de conso. et manque de vent, en simplifié...). un réseau plus "européen " peut être une bonne solution (probabilité ! qu'il y ait toujours du vent à un endroit).

14 déc. 2013

La bonne puissance est obtenue à après 40 km/h et elles se mettent en drapeau vers 90.
Ce qui tend à dire qu'en dessous de 25 km/h la puissance délivrée est faiblarde... et elles ne produisent plus rien en dessous de 15.
Ces 10 derniers jours bien froids, elles ne servaient que de décor, le vent n'ayant pas dépassé 7 km/h chez nous, en Vendée!

13 déc. 2013

Je vis en Espagne et les éoliennes ne sont nullement gênantes, bien au contraire nous les apprécions, chez moi le solaire et l'éolien se complètent parfaitement. Il faut s'adapter en modérant sa consommation comme sur un bateau et quelle tranquilité d'esprit de savoir que l'on ne participe pas au massacre de la nature par le nucléaire. :famille:

14 déc. 2013

Encore une bonne mesure à signaler à nos gouvernants actuels!
On nage dans la pure idiotie. Actuellement en France le particulier est limité à 3kW (20m2 de surface). Il faut compter 15 à 20000e.
L'installation est théoriquement payée en 7 à 8ans mais l'onduleur
n' a pas une vie garantie plus de 10ans et coute 2500e. Les panneaux solaires vieillissent et le rendement baisse. Un autre gros problème est l'absurde intégration toiture qui menace l'étanchéité de celle-çi (cela m'a déjà couté un plafond à refaire)
plus le risque théorique d'incendie (arc électrique en cas de rupture en charge d'un cable véhiculant le courant continu en sous toiture). En autonomie complète il faut rajouter un couteux parc de batterie au Pb à durée de vie finie (10ans?).
Le rachat par EDF a déjà été décoté et ne peut que baisser.

14 déc. 2013

Espagne : les petites joies du solaire.

www.express.be[...]470.htm

13 déc. 2013

@outremer, pourquoi tu préfères les pylônes?, moi je préfère des mobiles, chacun ses gouts...

14 déc. 2013

Personne ne vous empèche de dormir à côté ou d'en acheter une et de l'installer dans votre jardin (j'en ai une pas loin dans la ferme d'à côté et je peux en monter une très belle (pas un jouet) à 5m de ma maison, à 25m d'une maison de retraite, en plein milieu d'un gentil petit village, à 100m de la Mairie et 500m de l'église classée. Mais cela n'est pas financièrement interessant Avec (hélàs) mes panneaux solaires (autre forme d'arnaque pour le particulier) et un gros groupe électrogène en secours je pourrais ètre autonome de l'EDF si je balance ma production sur un gros parc de batteries, le rève en somme. A 300m il y a aussi un pur écolo avec 3 éoliennes et des panneaux solaires orientables. alimantant un gros parc de batteries. Pour les survitesses d'éolienne j'ai testé en live de nuit en plein Gascogne quand une pale de mon AirX en brutale survitesse, a cassé , ne passant pas très loin de ma tète.
Pour l'Espagne toute la côte nord est peuplée de nombreuses éoliennes rapprochées. On ne voit plus que ça quand on arrive.
La nuit cela fait effectivement de jolies guirlandes.

13 déc. 2013

Un grand merci à PogoDjinn pour essayer d'ouvrir le débat.

Beaucoup voient ici l'énergie éolienne selon le modèle de leur bateau : quand ça souffle, c'est bien mais si on ne s'en sert pas c'est gaspillé-foutu.

Il ne faut plus parler de réseau de distribution d'électricité français mais européen.
EDF, comme toutes les compagnies européennes, y déverse sa production ou pompe pour nous le redistribuer.

Penser que l'électricité produite par un parc éolien sous 30 noeuds de vent, au large de la Normandie, à 3 heures du mat', en été quand tout le monde dort et qu'il fait chaud ... penser que cette électricité est perdue pour tout le monde n'est qu'une vue de l'esprit.

c'est marrant que personne n'ai relevé ce que j'ai dit sur l'air comprimé car la chercheur (jeune)qui a developpé l'idée a eté felicité et encouragé par toute les instances internationales et financieres :reflechi: on lui a monté un labo dans la silicon valley

13 déc. 2013

Il y a eu des essais de petites voitures à moteur à air comprimé,beaucoup de pertes du à l'échauffement pas su si cela a abouti.Par contre PSA pour les petites voitures qui seraient trop chères en version hybrides va sortir un système de récupération d'énergie au freinage par compression d'un gaz avec réserve,qui serait restitué pour la relance du véhicule sur C3 si mon souvenir est bon.

14 déc. 2013

Je pense que tu évoques cette jeune (et jolie) canadienne ...

www.lepoint.fr[...]927.php

:litjournal: :pouce: :tesur: :tesur: :tesur:

oui merçi nrs ! je vois qu'on a les memes lectures sinon les memes idées :pouce:

13 déc. 2013

Il va falloir attendre une nouvelle tempête pour mettre le chauffage

13 déc. 2013

Il existe bien des stations de pompage pendant les heures creuse et restitue l’énergie en pointe mais pour le nucléaire

13 déc. 201313 déc. 2013

@Pierre
Les idées, ce n'est pas ce qui manque.
Et le délire est au rendez-vous : des grottes, des tuyères de fusées, stocker de l'air comprimé dans des grottes (300MW en Allemagne depuis 78, 110 MW aux US depuis 91), dans des poches de sel sous-terraines, des excavations dans le granit, .... à 250 voire 500m de profondeur stocké à 90, 170, .... bars.
L'Angleterre planche sur des ballons immergés à 500 m de fond.
Ca va encore faire grimper le niveau de la mer !

Tout le monde en convient, pour l'instant c'est un peu cher. :mdr:
Areva planche et Statoil a fait des expérimentations.

Et stockage thermodynamique, Pierre, tu y as pensé : on utilise l'électricité produite en surplus pour chauffer un gaz qui circule dans une colline artificielle faite de pierre de lave (basalte).
La chaleur accumulée peut ensuite être récupérée en faisant circuler du gaz refroidi.
D'un côté on aurait des graviers à 800°C et de l'autre ceux à -70°C.
Reste à fabriquer les turbo-machines pour pomper la chaleur.
La taille de ces volcans : 1 million de m3 pièce serait suffisant pour stocker la chaleur durant 1 an.

Sont sur le coup : Poweo, l'Agence nationale de la recherche, Onera (recherche aéronautique), le Commissariat à l'énergie atomique et le conservatoire des arts et métiers.
Pour l'instant le marché est qualifié de "flou". :tesur:

Vus les enjeux financiers colossaux en amont, tu te doutes bien qu'on ne va se lancer tête baissé vers la première bonne-vraie-fausse-mauvaise idée comme ça.

Mais la route est ouverte !

13 déc. 2013

Sinon pour reprendre le sous-titre du fil "On dit que l'éolien ne marche pas", quelques infos quand même : plus de 6GW d'éolien offshore installé en Europe pour l'essentiel en Baltique et Mer du Nord.
1GW installé et raccordé au réseau sur la seule durée du 1er semestre 2013 soit le double de ce qui avait été installé au 1er semestre 2012.
On est en phase d'accélération.
Même si en France on en est toujours à 0MW en éolien offshore, les appels d'offre ont enfin été lancés en 2012.
Le retard sera comblé d'ici 2020-2025.
Ce ne sont pas des domaines pour lesquels on travaille à la petite semaine mais sur des perspectives de 30, 40 ou 50 ans.

Les experts qui planchent dans ce domaine disent que l'ensemble (100%) du mix énergétique sera renouvelable dans 300 ans.
Ca laisse le temps de faire quelques fils sur le sujet ! :mdr:
A vos plumes ....

14 déc. 2013

quand nos présidents (tous) sont les VRP du nucléaire dans le monde, qu'on a tout fait depuis 40 ans pour nous faire bouffer de l'électricité, faut pas s'étonner que la recherche et les énergies alternatives n'avancent pas beaucoup ...

14 déc. 2013

De ce que j'ai pu glaner ici où là, on a fait le plein dans l'hydro-électrique européen (5 à 6 % maximum des besoins) l'acceptable en éolien ne devrait pas dépasser 10% de nos besoins, l'électro-solaire n'ira pas très loin non plus et tout ça reste dépendant de capacités de stockage du fait des impondérables (pas de vent, pas de soleil, etc...) qui risquent d'être gigantesques!
La géothermie me semblait plus cohérente mais il semble que les forages à grande profondeur soient difficiles à pérenniser.
Je le répète, les économies d'énergie, là est l'avenir mais si un slogan le répète à l'envi sur les ondes, je me demande si les gens l'entendent bien...
On sait aujourd'hui faire des maisons à énergie positive, on sait faire des autos qui consomment moins de 2L/100 km, on sait éteindre les lumières automatiquement... j’en passe et personne ne bronche!

14 déc. 201314 déc. 2013

Et contre les surcharges de sinistrose, tu as un remède ?

14 déc. 2013

Je te dirais bien "Single Malt 12 ans d'âge" mais ce ne serait que passager.
Peut-être un peu plus de confiance envers nos concitoyens mais surtout ne plus regarder BFM TV, ITélé et consort...

14 déc. 2013

Effectivement la logique serait de procéder massivement à l'isolation de toutes les maisons de France. Cela aiderait d'abord à diminuer sensiblement le nombre de chômeurs. Malheureusement très peu de proprios sont en mesure d'assumer la charge financière majeure correspondante, les permis d'isolation/rénovation par l'extérieur seraient difficiles à obtenir pour beaucoup de constructions et politiquement comme image de marque les éoliennes se voient mieux qu'un mur isolé.

14 déc. 2013

Il faut simplement faire une taxe de plus sur les riches, ou alors sur ceux qui ont l'audace de vivre dans un endroit où il ne fait jamais très froid.

14 déc. 2013

oui mais c'est dur à vendre et financer les économies (et assez contradictoire avec un système capitaliste qui pousse à la croissance sans limite...); et on a tendance à multiplier les nouveaux usages (type pc ou autres objets électro. notamment).

mais l'enjeu est surtout sur des pays comme la Chine (ou US) qui marchent au charbon pour leur prod. d'élec., encore bien abondant (150 ans de conso actuelle je crois) et bien réparti ds le monde en plus. Je crains qui faille une bonne crise (enviro, éco) pour les déclencher réellement ces économies...

on sait tout faire pour l'economie d'energie !le probleme c'est de passer a la caisse ,pourquoi la vw up hybride qui consommera 1l au 100 est elle si chere ?pour les maisons solaire ,je m'en suis fait une en 1992 ;mais maintenant combien couterait elle ? on a la technologie , mais ce qui manque c'est de la rendre abordable au commun des mortels :-)

14 déc. 2013

En allemagne, du moins par chez moi, chaque 3 ème maison est couverte de panneaux solaires.
C'est assez surprenant.

14 déc. 201314 déc. 2013

Sur la critique du héolien (ne marche que si vent), il faut dire que le nucléaire n'est pas plus adaptable (edf passe son tps a acheté à l'étranger des w pour compenser les pics et reperds le bénéf du w nucléaire soit disant - cher).
C'est sur que le chauffage élec est une aberration.
Pour la vitesse des éolienne, a priori, voir mon lien, il ont laissé tourner pendant la tempête.

14 déc. 2013

Pourquoi est-ce le chauffage électrique une aberration ? Il peut être très bien utilisé en combinaison avec l'échange thermique, par exemple.

Quels sont les alternatifs ?

Dans un climat très froid avec le sous-sol qui ne convient pas, les échangeurs thermiques ne sont pas envisageables.

On peut utiliser l'électricité pour chauffer une masse (pierre ollaire par exemple) qui va rendre la chaleur pendant une longue période. On peut chauffer la pierre pendant les périodes d'excédent de production (la nuit) et la restituer pendant la journée.

14 déc. 2013

Le chauffage électrique est une aberration sur le plan de la physique car pour produire de l'électricité on part d'un phénomène le plus souvent thermique avec un rendement médiocre, obligatoirement avec réchauffement de l'environnement (principe de Carnot) et grosses pertes thermiques, pour faire tourner des alternateurs (bon rendement) puis pour perdre beaucoup d'énergie encore par chaleur (effet joule) sur les cables de transport enfin pour arriver à la résistance chauffante.
Cela est particulièrement vrai pour une production par centrale à combustion. Par contre cela n'est plus vrai pour le Nucléaire car on part du principe que le rendement de fission est physiquement très mauvais mais que l'on dispose d'une ressource au potentiel très important.
Avec le nucléaire, on suit en cela la nature où les rendements de conversion énergétiques sont très mauvais souvent autour de 10% à chaque étape (chaine soleil, photosynthèse chlorophylienne, animaux végétariens, animaux carnivores, homme - A noter que l'O2 absent autrefois à décuplé le rendement énergétique biochimique et a permis que l'homme existe).
Comme le chauffage électrique est très fiable et peu couteux et facile à installer cela explique son succès, couplé obligatoirement à une bonne isolation des locaux.
Le rendement est nettement amélioré (x 3 à 4) si l'on passe à la géothermie ou aérothermie avec pompe à chaleur, solutions remarquables qui devraient ètre beaucoup plus utilisées. Le chauffage à basse température inclus dans le sol de la maison permet en outre d'apporter une très forte inertie thermique et un grand confort qui manquent un peu avec les radiateurs électriques habituels. J'ai connu tous les différents types de chauffage: le poêle à charbon, chauffage central à charbon, puis au fioul avec maison non isolée, puis chauffage électrique classique avec maison bien isolée, puis géothermie avec maison super isolée (classée A), le progrès est vraiment remarquable.
A noter que beaucoup de solutions écolos demandent de toute façon de l'électricité pour que cela marche, l'autarcie vraie avec confort moderne étant encore très rare.

14 déc. 2013

pas a propos: J'ai vu ce matin les éolienne du côté de Pont château qui tournaient alors que la fumée d'un feu à côté montait tout droit sans un poil de vent.
J'ai lu quelque part qu'on faisait volontairement tourner les éoliennes pour faire croire qu'elles étaient utiles.
Ca que j'ai vu ce matin semble bien le démontrer mais il y a peut-être une explication plus saine... C'est peut-être une façon de réguler le courant quand il y en a trop
Ca me choque un peu

14 déc. 2013

A les salauds, ils ont mis des moteurs électriques pour nous piégés...
Et si les performances étaient-elles ??
A noter que le vent est loin d'être uniforme.

14 déc. 201314 déc. 2013

@PogoDjinn
"on a tendance à multiplier les nouveaux usages (type pc ou autres objets électro. notamment)."

J'ai lu un papier de JL Porquet commentant le livre de F. Flipo, M. Debré et M. Michot "La face cachée du numérique".

Inquiétant.
Nos maisons et notre environnement connectés consomment énormément d'énergie : playstations, tablettes, smartphone, Wifi, centrales d'alarme, vidéo-surveillance, ...

Les nouvelles technologies sont maintenant à l'origine de gaz à effet de serre dont le volume est comparable à celui généré par l'aviation, soit 2% des émissions globales.
Et ce n'est pas fini.

En France, ces nouvelles technologies consomment 14% de l'électricité nécessaire au pays, soit la production de 7 centrales nucléaires.
Les appareils qu'on utilise représente la moitié de cette consommation.
Le reste, ce sont les infrastructures nécessaires quand on envoie un mail, quand on fait une recherche sur Google, quand on accède à un site.
Ces infrastructures qu'on appelle des "data-centers".
Il y en a 500 000 dans le monde.
Et la production de données sera multipliée par 50 d'ici 2020 !!! :-(

14 déc. 2013

oui derrière le "cloud" se cache une grosse augmentation de la conso donc de la prod. d'élec.; le numérique n'est pas tout vert, "neutre", loin de là... (Google a investi pas mal ds des parcs d'EnR mais à mon avis ce doit être loin de représenter la conso de leurs datas centers avec un croissance qui doit être très forte).

peut-être cette augmentation ne fera-t-elle (au mieux ) que compenser la baisse de conso élec due à la désindustrialisation ds les pays "modernes" mais j'ai peur que non, puis cette éventuelle baisse risque à priori d'être compensée (facile) par la forte hausse en Chine surtout, où sont transférés les prod. industrielles traditionnelles (ce qu'on a du observer ds ces dernières années sauf erreur).

Ds l'énergie, l'inertie est considérable en fait.

A mon avis tant que les grands fondamentaux sont en croissance (population, et PIB, mondiaux, avec ce phénomène de rattrapage des pays "émergents", parfois très peuplés), je vois mal comment la conso/prod. d'élec (et autres énergies, pétrole en particulier), peut se réduire, même avec une efficacité énergétique en progression (baisse de la conso d'énergie/PIB, mais comme le PIB augmente régulièrement...).

jusqu'à une bonne crise pour je ne sais quelle raison ...(forte hausse des prix possible mais pas avant 15-20 ans je dirais - le stock mondial de ressources fossiles notamment est encore important cf charbon-); pas réjouissant mais bon....

une seule solution :la decroissance intelligente (je prefere ce mot a" ecoconstruit" :-D)

14 déc. 2013

si on est capable d'assurer un niveau "décent" (à définir...) de vie à tt le monde (7Mds d'individus qd même...), pourquoi pas; parce qu'il y a une opposition évidente entre économie de croissance et préservation de l'environnement (on peut essayer de donner une valeur à la nature certes, mais ça veut svt dire taxes ou chgt radical de fiscalité, régulation plus forte, et là, politiquement il ne faut pas viser la réélection, cf l'écotaxe...);

mais ne suis pas trop convaincu par les discours sur la décroissance qd même; même avec de la croissance d'ailleurs, il me semble qu'on crée de moins en moins d'emplois (cf croissance sans emplois...ou "vrais" emplois). Après, il me semble avoir lu que la richesse mondiale actuelle, bien "mieux" répartie..., pourrait suffire amplement. mais ça, c'est un autre programme...

14 déc. 2013

C'est bien beau toutes ces rhétoriques moralisatrices, mais si on commençait par faire le bilan carbone de nos joujoux en plastique que l'on ne sait même pas recycler dans des conditions décentes...

15 déc. 2013

un tas de pétrole, à la base...le pb c'est qu'on est incapable de retransformer les composites en matière réutilisable (résine + tissu, polyester pour la plupart n'est pas recyclable). l'auto. se recycle bcp mieux (sauf l'électro. je présume).

14 déc. 2013

Oui mais d'un autre coté,on économise du papier, le courrier accuse une baisse de 25%,on imprime très peu de photos,on a moins besoin de se déplacer,on économise de l'essence...

15 déc. 2013

Je reviens de trois semaines en Inde...
Un monde à elle toute seule (1,3 Mds d'habitants) avec une densité de population trois fois supérieure à la France
Je peux vous dire que, au vu de la manière dont ils circulent et de leur volonté/nécessité de se développer, l'écologie, c'est pas gagné...
Reste qu'ils n'ont pas trop besoin de se chauffer :heu:

15 déc. 201315 déc. 2013

Oui, l'écologie, priorité 21 comme j'ai entendu...on le voit bien depuis le début de la crise éco de 2007-2008, les "masques" sont tombés. le réchauffement climatique notamment, est bcp moins à la mode, voir les conférences sur le climat qui prévoient de décider une suite au protocole de Kyoto lors de la prochaine session...(sans la Chine et les US bien entendu), sans parler des schistes (et du sacro-saint diesel en France toujours fiscalement favorisé vs l'essence moins polluante, hors CO2).

"souci de riches" qu'on dit aussi...

d'ailleurs, on parle de plus en plus d'adaptation au réchauffement plutôt que de lutte, vu la proba de + en + forte de hausse d'environ 4°C de la température moyenne globale en fin de siècle (mais ça touchera surtout des pays "pauvres", l'élévation des eaux notamment, -quoique N.York en fera ptêt partie-donc pas sûr qu'il y ait grd chose de décidé malheureusement);

Par contre ce qui "monte", et devient même urgent apparemment (crise?), ce sont les alertes à la pollution en Chine (Shangaï récemment, sous un gros brouillard, après Pékin, plus divers scandales dont un fleuve bien pollué).

Si elles se renouvellent régulièrement, je pense que ça pourrait faire évoluer les choses.

Un bon pb de court terme , rien de mieux pour pousser à changer...la faiblesse de l'écologie c'est que le plus souvent ce sont des perspectives à LT, politiquement très dures à défendre (même si les verts allds ont montré le contraire).

15 déc. 2013

La plus grande faiblesse de l'écologie politique est sa pensée unique purement catastrophiste: tous les discours son négatifs d'un pessimisme noir, menés par des groupes extrèmement sectaires. Cela ne peut avoir qu'un temps,
d'autant que certaines projections pseudo scientifiques, sont à l'évidence orientées. Les hommes ont besoin d'espoir, de nourriture et donc de travail.
De toute façon, les nouveaux maitres du monde qui se fabrique devant nous ne se laisserons pas dicter leur conduite par des pays déclinants (la Roue de l'Histoire tourne).

on peut avoir une conscience ecologique sans parler d'ecologie politique ,c'est une demarche personnelle que l'on peut essayer de faire partager :-)

16 déc. 2013

@pierre2
Je partage tout à fait. Ce n'est pas parce que nos dirigeants (quel mot stupide, ils nous font croire qu'ils dirigent, c'est tout...) sont des girouettes que chacun, à son niveau, ne doit pas militer pour faire avancer les choses dans le bon sens.
Je sais, c'est un peu "si tous les gars du monde..." mais l'inverse "à quoi bon" est tellement désespérant!

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

L'eau de l'Aude là

Après la pluie...

  • 4.5 (32)

L'eau de l'Aude là

mars 2021