L'échouement de 'Vestas' sur les Cargados: le rôle de la cartographie vu par Geogarage

Une superbe analyse du rôle de la cartographie dans l'échouement du voilier Vestas sur les îles Cargados par Peio Elissalde de Geogarage, un 'ponte' de la cartographie marine (en anglais)
blog.geogarage.com[...]in.html

L'équipage
18 déc. 2014
18 déc. 2014

Belle analyse en effet.
Quand je trace une route sur carte électronique par waypoints, je prends toujours la précaution d'examiner cette route avec un fort zoom, et de marquer avec un signe spécial les détails qui n'apparaissent pas sur le zoom le plus faible.
Et contrairement aux coureurs, j'ai toutes les cartes papier de ma croisière.

18 déc. 2014

exact : pour ma part, erreur une fois :
en route de Perros-Guirrec vers les Héaux de Bréhat, en solitaire ; sous PA, je descend dans le carré pour manger ; tout d'un coup, je vois par le hublot défiler une grosse bouée métallique, à 5 mètres : la BASSE-CRUBLENT : 48 54.2899N , 003 11.1806WW .
Je n'avais pas recompilé ma route à petite échelle et cette bouée est à plusieurs miles en mer ; bonne leçon !

18 déc. 2014

ça, on aime, comme analyse :pouce:
Tellement mieux que les verbiages qui font polémique en ce moment sur le site internet de VetV...

18 déc. 2014

En parlant de voiles et voiliers voila ce qu'en dit Charles: v&v.com : Comment avez-vous réagi en apprenant que Team Vestas Wind s’était échoué ?

C.C. : On s’est dit “Oh les cons !“. Mais on n’était pas totalement surpris que cela ait pu échapper à des gens. Quand on a préparé notre navigation, cette petite île, on est vraiment tombé dessus en zoomant, zoomant, zoomant dans la carte. Tu peux t’arrêter de zoomer en te disant que là il n’y a rien. C’est juste un haut-fond comme les autres. Il y en a plein où c’est marqué 20 mètres ou 200 mètres de fond. Là, il faut arriver à un niveau de zoom très élevé pour découvrir tout l’archipel. C’est une erreur de cartographie, mais surtout une erreur de préparation. Quand on a appris leur échouement, on était désespéré pour eux. On n’est déjà que sept bateaux, ce n’est pas bon d’en perdre un. C’est une bonne équipe. Cela faisait plaisir de régater contre eux. On ne souhaite ça à personne. On y a pensé juste avant que cela arrive. Ce n’est pas un problème de compétence, parce qu’on sait très bien que c’est une erreur bête. Comme tous les accidents. Là, les conséquences sont catastrophiques pour eux.

Gil.

18 déc. 2014

Je ne sais pas si c'est du verbiage mais c'est la réalité du fonctionement à la table à carte sur un VOR: www.courseaularge.com[...]nd.html

Gil.

18 déc. 201418 déc. 2014
18 déc. 2014

un petit lien utile pour mieux comprendre ...
www.adrena.fr[...]el.html
ne pas rater la conclusion de l'article du blog geogarage, pleine de modestie...

18 déc. 201416 juin 2020

Situation similaire, dans l'Atlantique centre-équatorial il y a deux cailloux "St Pierre et St Paul" qui sont de taille minime quelques centaines de mètres. La grosse carte routière ((elle couvre europe ouest, l'Afrique ouest et coin NE du Brésil) montre deux points avec indication du nom, c'est une carte échelle 1:10millions donc le trait de crayon 0.3mm donne trois km bien au délà de la taille des îlots.
Sur navionics webapp j'ai beau chercher je ne les ai pas trouvés (les zones navionics ne couvrent pas les océans peut-être ? pourtant dans la webapp on voit des sondes.. ?)
Sur les CM idem.
Opencpn montre comme indice le petit rectangle rouge de la carte de détail (une carte brésilienne 1:1000), mais déjà il faut l'avoir dans la base des cartes.
Bref, si on utilise une carte routière papier à grande échelle les trucs dangereux sautent à l'oeil.
Personnellement je ne vois pas comment on puisse se rendre compte même visuellement d'une traversée longue dans un écran de 10", mais bon... Et puis c'est très démotivant, dans une grosse carte le point de midi nous déplace au moins un peu vers la destination, dans un écran on bouge de quelques millimètres par jour :mdr:

18 déc. 2014

ah oui; y sont pas gros les deux Saints. Qu'une mouche vienne déposer son offrande sur ton écran et ça devient alors confusant!

18 déc. 201416 juin 2020

Excellent exemple, Roberto
Navionics semble bien faire l'impasse sur ces îles. Elle n'est en particulier pas sur la Carte Carib. & South America (sur tablette).
En revanche, il faut saluer Maxsea (sur ordinateur comme sur tablette) qui est livré systématiquement avec un ensemble de cartes raster à très petite échelle qui couvrent le monde entier (voir image)
Ces deux îlots sont bien visibles
Un très bon point aussi pour iSailor et les cartes vectorielles Transas qui couvrent les îles de l'Atlantique. Ces deux îlots sont visibles à très petite échelle, ce qui démontre que c'est possible même pour des vectorielles. Mais Transas est une entreprise sérieuse qui produit d'excellentes cartes pour les cargos.

PS Beaucoup d'autres exemples montrent que les cartes Cmap et Transas sont supérieures aux cartes Navionics. Mais ces dernières sont plus populaires, car elles sont apparues un peu plus tôt à des prix bradés qui ont augmenté depuis (avec le logiciel iNavx notamment) et ont ainsi bénéficiées d'une grande publicité.

18 déc. 201418 déc. 2014

Quelque chose m'échappe...
Vu la puissance de calcul présente, vu les compétences existantes en informatique, il n'existe pas une "sécurité" pour ; Dans le cas d'une route signaler par avance des fonds plus hauts qu'un seuil prédéterminé, ou des obstacles ; Dans le cas d'une trace, qu'il y a dans un secteur (au sens angle) devant le bateau (dans l'espace de temps T) des fonds plus hauts qu'un seuil prédéterminé ou des obstacles.
Je serais responsable technique / du développement chez Adrena / maxsea / et autres, je gratterais VITE l'expression de besoin. (sachant que ce N'EST PAS faisable avec des cartes raster sachant que cela ne peut se faire qu'avec les infos présentes dans les cartes vectorielles)

18 déc. 2014

Si cela existe, mais je crois seulement si on a une route faite par des waypoints. Dans le cas de Vestas, amha ils n'avaient pas de waypoints, ils étaient en train de suivre une grosse rotation du vent donc amha le cap était ajusté presque en continu, sans suivre un cap entre deux wp.
Pure opinion personnelle bien sûr.
.

18 déc. 201418 déc. 2014

Ces matériels sont tous capables de lancer des alertes.
Mais à condition de savoir les paramétrer.

Tu comprendras sans doute qu'il ne peut pas y avoir d'alerte par défaut.
J'exagère (car ce ne sont pas les mêmes matériels) mais entre un pétrolier de 25m de TE et un Gibsea de 2m TE, quel étalonnage en sortie d'usine ? Et pourquoi ?

Sur un bateau à passagers, sur un porte-conteneurs moderne, voire un méthanier, la maîtrise est très forte et l'outil bien en main.
Plus les navires sont petits ou anciens, plus cette connaissance baisse.
Des audits ont montré que sur de nombreux navires le TE du navire n'était même pas entré dans les paramètres parce que personne à bord n'était capable de le faire.

De plus, sur un voilier de plaisance ou sur un voilier de course, quel temps les skippers occupent-ils à leur formation sur ce type de matériel alors que les officiers de la Mar-Mar ont maintenant l'obligation de suivre une formation de 40 heures sur du matériel générique suivie d'une formation d'une ou deux journées sur le matériel spécifique au navire sur lequel ils embarquent.

Le constat en plaisance est que les possibilités de paramétrage sont utilisées à minima .... quand elles le sont !

Ce sont des outils performants qu'il faut apprendre à utiliser.
Sinon vous aurez un faux sentiment de sécurité.

18 déc. 2014

Ça existe, c'est la fonction guidage, le résultat est bluffant même dans des zones extrêmement compliquées. Branché sur un PA, ça permet de se concentrer sur autre chose, le zoom d'un 2ème lecteur de carte pour certains, ou la cuisson des pâtes pour d'autres, tout dépend des priorités accordées.
Si à l'approche c'est déconseillé, ça évite au large des obstacles qu'on ne pourrait voir sans un énorme grossissement.

18 déc. 201416 juin 2020

Cela n'empêche non plu sles erreurs humaines: cas d'un cargo qui avait tracé sa route, le système a crié haut et fort qu'elle passait sur un banc, ils ont coupé l'alarme car c'était un peu défectueux et cela n'a pas raté: bonnnnk
.
Bonne visibilité, les cardinales tout à fait visibles, etc etc ils ont rajouté "défaut de veille appropriée" car tout le monde trop concentrés sur les écrans sans regarder dehors.

18 déc. 2014

Si naviguer en mer consiste uniquement à suivre de façon complètement débile des cartos électroniques et ne mème plus faire attention à l'extérieur et encore moins à garder le moindre bon sens il n'y a plus besoin d'équipage, des robots feront toujours mieux. On pourra toujours se faire plaisir à terre sur un simulateur hypercouteux 3D, à la grande joie de son fabricant.

18 déc. 2014

De mémoire, dans le cas ci dessus (un rapport MAIB, le cargo s'appelait Ovit ou Ovid) il y avait une composante pour ainsi dire générationnelle: l'officier de veille était jeune, probablement pendant sa formation il avait été beaucoup plus exposé aux différents "simulateurs" que ceux qui ont été formés il y a longtemps (?).
Cela dit, ce n'est pas rare de voir par exemple dans le golfe du morbihan des gens les yeux rivés sur le cartographique qui regardent leur route fond pour reconnaître où ils sont en train d'aller et qui s'aperçoivent seulement à la dernière minute qu'il y a plein de bateaux tout autour :-(

18 déc. 2014

Inconcevable de ne pas être sous la capote avec le lecteur de cartes (ou la tablette) bien protégé, avec la télécommande de la barre franche :mdr:

18 déc. 2014

Pour moi, AMHA, il est inconcevable que le chartplotter ne soit pas directement à la barre, avec simultanément la visi extérieure.

Sur un bateau mar-mar, a-t'on déjà vu le chartplottter ailleurs que dans la timonerie, directement sous les yeux de l'homme de barre ?

18 déc. 201416 juin 2020

Voici un autre exemple, entre Mayotte et Madagascar, où un voilier que je connais a violemment talonné il y a une douzaine d'années.
.
La carte papier du SHOM (Nord Mada) montre bien les trois hautes fonds à 13 m, ce que ne montre pas la carte navionics, si on ne zoom pas suffisamment.
.
Mauvais temps, creux de vague, et des fonds certainement moindres qu'indiqués sur la carte de détail, dont les relevés sont très anciens.

18 déc. 201416 juin 2020

un autre magnifique exemple.

Cherchez donc ces hauts fonds d'à peine plus de 5 m sur la première carte... sur une ligne de sonde à 100 m (croix rouge)
navionics, toujours.

18 déc. 2014

Avatar
Yves (...)

"Ces matériels sont tous capables de lancer des alertes.
Mais à condition de savoir les paramétrer. "

Je vais peut-être dire une bétise mais je ne suis vraiment pas sûr de cette affirmation en ce qui concerne la plaisance en tous cas.
Si tu fais un routage météo avec Maxsea,exemple que je connais,( sur vecteur ou sectorielle, idem) entre deux points, la profondeur n'est nullement pris en compte. C'est du 2D avec des infos inertes de profondeur.

18 déc. 2014

On a fait de ces instruments de cartographie des couteaux suisses.
C'est bien ce qui est arrivé à Vestas.

18 déc. 2014

La position des way points est très trompeuse selon qu'on les observe aux différents niveaux de zoom. Le tracé d'une route compliquée près d'abords dangereux suppose qu'ils soient ajustés au niveau de zoom le plus fort après avoir dégrossi la route sur une échelle plus large.

19 déc. 2014

Un long et riche article de Francis Fustier sur le même sujet dans son blog incontournable
blog.francis-fustier.fr[...]retour/
Ses conclusions recoupent très largement celles du blog de Geogarage.
Beaucoup d'Héossiens ont montré par des exemple concrets sur les différents fils consacrés à ces problèmes qu'ils étaient conscients des enjeux et partageaient largement ces analyses

19 déc. 201419 déc. 2014

Ce n’est pas qu’une opposition entre Rasters et Vectorielles. C’est avant tout un état d’esprit, celui de la critique systématique de son estime. Voir ce lien, où Piou nous parle justement de ces fameuses « Cargados » :

www.plaisance-pratique.com[...]rot-gps Lui, avait vu le problème… mais peut être n’était il pas en régate…

90 % des accidents d’aviation sont d’origine humaine. Je ne pense pas que ce soit très différent en navigation de plaisance… ou marchande. Curieusement, nous travaillons sur un dossier sur ce sujet, dont le titre sera : « Excès de confiance et aveuglement cathodique » traitant non pas d’inconscients plaisanciers mais de la marine marchande et des douanes…

Une pensée émue pour le malheureux Wouter, le navigateur de Vestas Wind, aujourd’hui dévasté ; nos.nl[...]ch.html en me rappelant que çà aurait déjà pu m’arriver, et que ça peut se produire demain…

Michel

19 déc. 2014

Excellent article. Merci pour le lien.
Polo

19 déc. 2014

Moralité:une carte papier pèse combien dan sur tel projet (en coût financier et en poids!!!).
Je suis toujours surpris, moi qui navigue qu'avec des cartes papier, de trouver des voiliers avec que de l'électronique.

19 déc. 2014

Au contraire. Dans des endroits mal pavés, surtout en nav solo, faire le point en quasi permanence, oblige à des pertes d'inattention quant â l'environement.
En nav cotiere, je mets la carto à fond de zoom, et une fraction de seconde, je vois sur la carte s'ily a quelques cailloux qui trainent et comment je me situe par rapport à eux. Ainsi, la plupard du temps, c'est à l'exterieure du bateau que se projette mon regard.
Maintenant, il faut bien sur que les cartes soient bonnes. C'est une autre histoire.

19 déc. 201416 juin 2020

@Yoruk (Michel)
Dans l'affaire qui nous concerne, on ne peut pas nier que les cartes vectorielles utilisées (Cmap) ont favorisé cet accident.

Bon, comme Noël approche, voici un (lourd) cadeau. Un ensemble de 89 cartes raster .kap à très petite échelle (du 1/10 000 000 au 1/ 3 500 000) couvrant le monde entier. Lisibles par OpenCpn (ou Seaiq sur Ipad)
Poids zippé: 200 Mo
dl.free.fr[...]UENSu2n
On y voit parfaitement les îlots, rochers et haut-fonds dangereux lors d'une navigation HAUTURIERE.
Il est intéressant de comparer avec ce que donnent les cartes vectorielles (par exemple les CM93, ou les Navionics par SASPlanet ou sur leur site internet)
PS Ces cartes ne sont pas piratées: la grande majorité d'entre elles viennent du site de la NOAA/NGA où elles ont été en accès libre un certain temps. La version .kap a été réalisée par un groupe d'enthousiastes du Cruisers' Forum. Puis pour de sombres histoires de copyright lié à l'emploi de données provenant de services hydrographiques non américains (SHOM, UKHO...), beaucoup ont été retirées du site. Certaines sont assez anciennes (années 90), mais les rochers ne bougent pas...On remarquera qu'elles montrent un assez grand nombre de dangers datés de la fin du XIXe et au début du XXe et qui souvent n'existent sans doute pas.
Il y a aussi quelques cartes .kap néo-zed (couvrant tout le Pacifique) en accès libre, et une .kap brésilienne, aussi en accès libre.
Bien sûr chacun peut faire une sélection en fonction de sa zone de navigation.
Voici à titre d'exemple, les fameuses Cargados et le banc D. Joao de Castro sur la route directe entre Ponta Delgada et Angra do Heroismo aux Açores (une expédition récente a montré qu'il était aujourd'hui à -12 m

)
Et cherchez donc les Îles du Duc de Gloucester (sud des Tuamotou) sur les CM93. Seul le nom existe, pas la position des îlots.

19 déc. 2014

le telechargement ne démarre pas avec ton lien :-(

19 déc. 2014

MERCI (2 fois)

1 fois pour Pytheas54

1 fois pour François 260

:pouce:

:bravo: :bravo: :bravo: :bravo:

19 déc. 2014

Parfois faut désactiver adblock si tu l'utilise

19 déc. 2014

La conclusion que je tire de tout cela, c'est qu'il faudrait peut-être des cartes électronique spécialement faites pour préparer sa route. Ces cartes contiendraient très peu de détails par rapport au cartes électroniques normales. Mais elles montreraient directement les endroits qu'il faut regarder plus en détail si on passe dans les environs.

19 déc. 201416 juin 2020

C'est une idée qui vient naturellement. Mais c'est très difficile à faire pour les cartes vectorielles existantes qui n'ont pas été conçues pour cela dès l'origine. Beaucoup de la myriade d'"objets" d'une carte vectorielle (= juste une grosse base de données) contiennent un paramètre SCAMIN qui détermine à quelle échelle cet objet va disparaître quand on dézoome
www.fuerstenberg-dhg.de[...]dex.php
Cela évite la saturation visuelle de l'écran (les CM93 ne sont pas parfaites de ce point de vue à certaines échelles, voir image).
Pour faire une telle carte, il faudrait modifier ce paramètre SCAMIN en passant en revue un par un les centaines (?) de milliers d'objets (un cercle de 5 M de rayon peut comporter entre 500 et 8000 objets simples ou complexes) qui composent la cartographie pour (par exemple) l'Europe de l'ouest. Je doute que les éditeurs de cartes commerciales trouve l'argent pour payer des collaborateurs pour le faire. Car la décision ne peut se faire que par un être humain s'appuyant sur une carte raster.
Transas semble avoir dès la conception de ses cartes réalisé un codage SCAMIN assurant que ses cartes vectorielles ressemblent aux cartes raster à très petite échelle (voir image dans un de mes posts ci-dessus), mais ce n'est pas parfait à toutes les échelles.

11 nov. 2017

IL reste encore les bonnes vieilles méthodes de limites en longitude et latitude dans une zone où on risque de croiser quelque caillou à la dérive et/ou de limites au sondeur, mais cela tend à être oublié!

11 nov. 201711 nov. 2017

Ou (et) encore tu traces ta route sur une carte à l'échelle qui va bien, puis tu centres sur le début de route, tu zoomes et tu auscultes tout le long de la route tracée, en fait ça va assez vite, peut même le faire à plusieurs niveau de zoom si nécessaire.

19 déc. 2014

www.latitude38.com[...]y.lasso

une vidéo, d’après le dernier Voiles et voiliers , il y aurait eu un changement de trajet décidé par la direction de course, et qui faisait passer la flotte sur cette atoll désert et le navigateur n'a jamais zoomé. je trouve que les cartes papiers c'est pas mal, on voit les dangers sans zoomer. disons qu'il faut les 2 même sur des bateaux aux sommet de la technologie !!!!!!!!!!!!!

19 déc. 2014

un eclairage particulièrement intéressant:

blog.francis-fustier.fr[...]retour/

19 déc. 2014

Alors, réveillé mais pas encore les yeux en face des trous ?
:langue2:

19 déc. 2014

Article très honnête et très érudit de Francis Fustier. Pour autant, il ne faudrait pas que son nouvel enthousiasme pour les cartes Rasters ne le pousse aussi loin et de manière symétrique que celui qu’il avait pour les cartes vectorielles. J’ai le souvenir d’une route du côté de Culebra et de Vieques (du côté de Porto Rico) ou j’avais sur l’écran maxsea un cocktail de cartes de services hydrographiques divers et ou les sondes étaient tantôt en Fatoms, tantôt en pieds, tantôt en mètres. Tout cela se fusionnant gentiment en zoomant ou en avançant. Je me demande si lorsqu’on trace une route et qu’on la suit, le risque d’erreur avec des cartes rasters hétérogènes en unités de mesure n’est pas plus élevé qu’avec une carte vectorielle bien homogène.

20 déc. 2014

Parfaitement d'accord avec la mise en garde. Tant qu'on ne pourra pas bénéficier de cartes ENC S-57 (ou future S-101) couvrant toutes les régions du globe dans les moindres détails, il sera toujours nécessaires, à mon sens, de comparer les moins pires des deux formats, raster et vectorielles. Mais surtout ne pas faire aveuglément confiance à un seul des deux.

19 déc. 201416 juin 2020

Et un petit rappel :

19 déc. 201419 déc. 2014

Ce texte illustre bien les limites d'une réglementation internationale de type juridique
Essayons de comprendre
Etape 0: les cartes papier sont obligatoires (et cela depuis TRES longtemps)
Etape 1: l'utilisation de cartes vectorielles en remplacement des cartes papier devient légale à condition que des prescriptions très détaillées soient respectées par le matériel, le logiciel, le contenu des cartes etc.. l'ensemble formant un ECDIS.
Etape 2: MAIS les cartes vectorielles n'existent pas partout. l'IMO/OMI autorise alors l'emploi de cartes électronique raster dans les zones où les vectorielles n'existent pas (encore)(ces cartes raster, images exactes des cartes papier sont faciles à produire).
MAIS comme l'IMO/OMI n'a pas édicté(et ne veut sans doute pas édicter) de normes concernant l'ensemble cartes raster / matériel / etc..., elle exige la présence des cartes papier afin que l'on se retrouve formellement dans la situation de l'étape 0.
C'est l'application du principe de précaution juridique, qui est relativement peu pertinent dans ce cas car les cartes raster sont l'image exacte des cartes papier. La seule justification serait que le matériel, non testé et approuvé, pourrait conduire à un affichage incorrect.

Implication pour les plaisanciers ?
Nous n'avons pas d'ECDIS, mais des ECS (dispositifs d'affichage électronique non approuvé officiellement). Donc ces dispositions ne sont pas pertinentes pour nous, étant plus juridiques que techniques ou pratiques.
On notera enfin que la France, comme d'autres pays, autorise les plaisanciers à utiliser un ECS à la place des cartes papier, sans distinction entre les cartes raster et vectorielles, officielles ou commerciales, à la condition essentielle que l'origine des informations soit un service hydrographique, et non un service officiel autre comme l'IGN par exemple ! (c'est clairement l'interprétation de la directive 240 qui est faite par la Mission de la Navigation de Plaisance et des Loisirs Nautiques de la Direction des Affaires Maritime du ministère concerné, comme il est devenu clair dans un autre fil).
les cartes raster étant l'image exacte des cartes papier, il paraît peu intelligent d'avoir les cartes papier quand on utilise les cartes raster. Il ne reste qu'a espérer que le logiciel affiche convenablement les cartes raster (et les vectorielles !). Les dizaines de milliers d'utilisateurs des logiciels commerciaux ou non comme Maxsea, Inavx ou Opencpn n'ont pas remarqué de dysfonctionnements logiciels graves (je ne parle pas des cartes elles-mêmes)

19 déc. 2014

C'est clair que la législation ne peut pas être aussi exigeante en plaisance que pour le transport même si le risque est le même.
N'importe qui peut partir demain avec un voilier de 15 tonnes sans aucune formation ou sans connaissance basique de la nav.

ECDIS ou ECS, peu importe.
Il s'agit de matériels, de logiciels (à jour ou non de leur versionning) et surtout de connaissance à minima dans le mode d'utilisation de l'ensemble.
Et de cartes à jour.

C'est paradoxal : ces systèmes complexes réduisent considérablement les échouements, voire les collisions mais ils les accroissent en cas de mauvaise utilisation.

Pour l'OMI, qu'ils expliquent ce qu'est un portefeuille approprié.

20 déc. 2014

Merci Coyotte, incroyable et bien triste !!!!

20 déc. 2014

Une fois de plus, on retrouve l'inénarrable Gaston Flosse qui échappe à ... l'atoll !

www.lemonde.fr[...]24.html

22 déc. 201416 juin 2020

Navionics a modifié ses cartes suite à l'échouement du voilier Vestas
Version antérieure (en gif animé, du blog Geogarage) (cliquez une nouvelle fois sur l'image pour l'ouvrir dans un nouvel onglet)
Version actuelle

22 déc. 2014

bonjour le sujet "assurances ..."

11 nov. 2017

Je remonte ce fil pour une petite info que je viens de recevoir pendant mes "Practical weeks".
Il semble que les assureurs ont réagi suite à cette mésaventure et peut être aussi en prévision d'un développement de ce type de courses, et ils imposeraient désormais que dans chaque team il y est des personnes avec les compétences de Yachtmaster ce qui n'est pas le cas actuellement. On comprend bien que savoir manœuvrer et régler une bête de course pour foncer pleine balle , c'est autre chose que de naviguer à 5-6 kt sur un croiseur en faisant les calculs de rote de surface et de fond.
Mais dans tous les cas si on se prend un récif, c'est la fin de l'histoire ..
Il est possible que la recherche de performance est fait le savoir basique de marin ait été un peu laissé de coté .. Et finalement les assureurs qui sont les payeurs (c'est leur métier), reviennent aux fondamentaux. La moralité de cette histoire c'est que la formation de marin "à l'ancienne" reste quand même une valeur essentielle.
Peut-être que vous avez eu aussi les même retours sur les pontons du coté des clubs de yachting.

13 nov. 2017

Le navigateur de Vestas avait des dizaines de milliers de milles derrière lui et s'il n'avait pas le yachtmaster, le passer aurait été pour lui une formalité pour lui...

13 nov. 2017

Bah on verra bien avec les régatiers et racers qui vont arriver dans les stages de validation. C'est effectivement logique que les gars qui ont 20000, 30000 (voir plus), de mile nautiques au compteur, ne devraient pas , en principe , avoir de mal à valider un Yachtmaster qui est justement conçu pour valider une connaissance théorique et maitrise pratique. Mais les assureurs demandent quand même cette confirmation, je ne pense pas qu'il y ait eu un lobbying du RYA et IYT, mais amha dans les rapports d'analyse, ils ont quand même du noter des possibilités d'un manque dans les équipes, et c'est facilement corrigeable par formation ..
Pour certaines courses, il y a aussi la procédure de qualification par un parcours spécifique..

12 nov. 2017

je ne sais ou j'ai lu que dans l'équipage de Donfeng ils ont du passer leur yacht master... mis je l'ai lu

12 nov. 2017

Avoir 2 jeux de cartes, Navionics ou Maxsea ou ISailor est un gage de sécurité quand on va dans un coin qu’on découvre.

CaptainRV

13 nov. 2017

Incultes!!!!!
Voilà ce que c’est de ne pas avoir lu Moitessier!
Ils auraient su où étaient les Cargados et se seraient méfiés.
J’ai voulu y passer mais c’est maintenant interdit sauf à quelques pêcheurs dûment autorisés par le bureau des « outer Islands development.
Suis passé à côté mais sans monter dessus!

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Les caprices du ciel

Après la pluie...

  • 4.5 (194)

Les caprices du ciel

mars 2021