le salon nautique vu par la presse économique

pas sur que ce texte s'inscrive vraiment dansune dynamique maritime, mais l'analyse est intéressante et permet aussi de mieux comprendre les choses:

je me suis permis de repiquer cet article, j'espère qu'il n'y a pas de copyright ou autre, j'ai de toute façon laissé les sources

"Il y a aujourd'hui un effet 'papy boom' sur la plaisance"

La Tribune - édition électronique du 15/12/2004 à 8:10

A l'issue du salon nautique de Paris, le bilan dressé par Francis Prêtre, analyste chez Oddo Midcaps, est positif. Le marché de la plaisance est dans "une tendance de croissance longue et forte". Rodriguez et Bénéteau devraient en profiter.

latribune.fr- Quelle était la température chez les fabricants au cours du salon nautique qui vient de se tenir à Paris ?

Francis Prêtre - Le premier élément à prendre en compte est la non participation de Rodriguez à ce salon en raison de son positionnement client différent. Il y avait en revanche d'autres groupes comme Bénéteau. Pour eux, ce salon est très important car il représente 20 à 25% du chiffre d'affaires annuel du marché de la voile. La tendance est plutôt favorable et dans la lignée des précédentes réunions. Les prises de commandes seraient globalement en hausse de 5 à 10% par rapport à l'an dernier.

Il est d'ailleurs intéressant de noter que la conjoncture économique erratique que l'on a connue n'a pas vraiment d'impact sur le segment de la plaisance à voile et à moteur. Un bateau a une durée de vie de 30 à 35 ans et actuellement le marché du renouvellement explose. Certains propriétaires se tournent vers l'occasion mais le neuf en profite aussi.

Nous sommes dans une tendance de croissance longue et forte. Cette croissance peut être dopée par une économie dynamique. Pour les Etats-Unis, certains indicateurs avancés laissent entrevoir une hausse de quelque 15% l'an prochain. Mais, même en Europe, où la reprise est plus tardive, le marché de la plaisance devrait croître. On peut tabler sur une fourchette de 3 à 5%.

On a beaucoup parlé du manque de place dans les ports. Cela peut-il être un frein ?

En France, il manque effectivement 50.000 anneaux. Mais sur l'ensemble du littoral, il y a des créations de places. Cela ne reste donc qu'un problème hexagonal, qui n'est pas en mesure de peser sur le marché, d'autant que la situation en France va s'améliorer. Le gouvernement, qui a compris que la plaisance crée de l'activité, a lancé un plan qui devrait déboucher sur la création de 35.000 places. De surcroît, beaucoup de petits anneaux vont se libérer. Ce qui va permettre des aménagements pour créer de nouvelles places pour des embarcations plus importantes.

Les constructeurs sont-ils prêts à répondre à la demande ?

Deux facteurs seront déterminants : l'innovation et la taille. Chez Bénéteau par exemple, plus de 100 nouveaux modèles ont été lancés dans la division moteur entre 2000 et 2004. En quatre ans, la gamme voile a été entièrement renouvelée ; le tout, accompagné par une plus grande industrialisation du processus de fabrication. Désormais, un bateau de 15 mètres sort chaque jour des usines, contre un en quinze jours il y a quatre ans. Les nouveaux process industriels ont permis d'améliorer la productivité (l'Allemand Bavaria a quintuplé sa production en 4/5 ans) tout en abaissant le prix des bateaux. Aujourd'hui, un 16 mètres chez Bénéteau est un peu moins cher qu'il y a 5 ans. Et la tendance devrait s'accélérer.

Cela permet aux fabricants de s'adapter aux nouveaux besoins de la clientèle. Il y a aujourd'hui un effet "papy boom" sur la plaisance. Cette clientèle à la retraite dispose souvent d'un pécule assez important lui permettant d'acquérir une unité combinant confort et vitesse de déplacement Le pouvoir d'achat de la tranche d'âge des 55/65 ans n'est cependant pas uniforme. Les fabricants l'ont bien compris, d'où le lancement de bateaux plus simples, toujours à l'habitacle spacieux et d'une bonne capacité de navigation. L'industrialisation poussée a permis de concevoir des bateaux performants à prix plus modeste et, in fine, cela aboutit à un élargissement de la clientèle.

Enfin, un autre élément a son importance: les banques et les assureurs offrent aujourd'hui aux clients des formules de financements dédiées qui n'existaient pas auparavant. Cela abaisse encore le coût du navire et joue en faveur de l'expansion du marché.

Cela est moins vrai dans le cas de Rodriguez qui vise le très haut de gamme...

C'est exact. Le critère financier joue nettement moins chez Rodriguez, qui vise une clientèle de milliardaires. Pour le groupe cannois, les deux mots d'ordre doivent être innovation et service. Rodriguez est le leader mondial de l'open de plus de 80 pieds. Demain, il veut être le leader sur l'open de plus de 100 pieds et un acteur majeur sur les autres bateaux de plus de 100 pieds. Il y a donc un désir de nouvelle montée en gamme.

Outre un effet dollar défavorable, le groupe a donc dû supporter des coûts de lancement en vue de cette mutation, qui ont pesé sur les marges. Il a aussi été pénalisé par le marché de l'occasion. Désireux de réduire son exposition à cette activité, il a déstocké et consenti pour cela des tarifs plus avantageux à ses clients. Mais la rentabilité de Rodriguez va remonter. Comme le montre son carnet de commandes, il amorce un nouveau cycle qui va l'amener à réaliser en 2005 près de 70% de son activité dans les bateaux de plus de 100 pieds. Il y a quatre ans, 80% de son chiffre d'affaires provenait de bateaux de 80 à 100 pieds. Il a aussi la volonté de se développer en Asie. Un projet qui devrait bientôt prendre forme.

Est-ce pour autant une opportunité en Bourse ?

Aujourd'hui, j'ai un avis positif sur Bénéteau et Rodriguez. Mais s'il fallait choisir entre les deux, je mettrais Bénéteau en tête. Si Rodriguez est dans une bonne dynamique, je pense qu'il faudra attendre que son implantation asiatique se concrétise pour qu'il constitue une meilleure opportunité. Cela devrait arriver au maximum dans un à deux ans. Enfin, n'oublions pas que la phase de concentration va s'accélérer dans le secteur. Des mastodontes se sont créés dans les années 1990. Mais il reste beaucoup d'acteurs plus petits qui, bien que disposant souvent d'une marque forte, ne pourront pas résister éternellement à une concurrence tarifaire accrue. Bénéteau veut réaliser de la croissance externe dans le segment des bateaux à moteur. Et un partenaire devrait à terme rejoindre Rodriguez. Cette consolidation attendue peut aider les deux titres.

Propos recueillis par Olivier Decarre

L'équipage
15 déc. 2004
15 déc. 2004

fin des petits bateaux

très intéressant par contre je suis presque choqué par sa réflexion sur les places de port: "De surcroît, beaucoup de petits anneaux vont se libérer. Ce qui va permettre des aménagements pour créer de nouvelles places pour des embarcations plus importantes. "
Cela signe-t-il la mort des petits bateaux ? y'a-t-il une volonté affichée en France de faire disparaître les petits bateaux pour laisser la place aux plus gros plus chers ? L'argent devient-il le maître absolu y compris dans la plaisance ?

Lochti

15 déc. 2004

bien sur que oui

regarde les bagnoles.....
toujours plus grosses.
simplement mets cote a cote une clio et eun R5 tu va comprendre tres vite....

ensuite regarde les equipement de base et pour finir, les prix de base
compare enfin ton pouvoir d'achat aujourd'hui avec la meme personne au meme age a l'epoque de la R5 et tout est dit.
Pour revenir a nos chers navires, peut tu me dire quel grand chantier produit encore des voiliersentre 6 et 8 metres avec amenagements type Sangria ou plus pres de nous Fantasia

Aujourd'hui un 8 metres, c'est un day boat pas un bateau familial

r.d.

15 déc. 2004

Effet "papy boom"

En effet, en faisant la queue à l'ouverture du Salon, je cherchais une tête connue dans la foule. J'étais frappé pas la quantité de cheveux blancs, majoritaires. Des types grands et costauds, genre classe aisée, mais à cheveux blancs.

Idem aux visites de bateaux. Pour le Fist 21.7, beaucoup aussi de cheveux blancs. Visiblement des nouveaux venus à la plaisance, qui veulent petit pour commencer.

15 déc. 2004

Et puis comme je suis enrage aujourd'hui

regarde qui utilise les petits cabiniers entre 4.5 m et 6.0m . Ce sont pour la plupart les petits papys qui vont a la peche. ON A PLUS BESOIN D'EUX!!!! ILS PEUVENT CREVER !!!Voila ce que pense les ges comme Anette pour ne pas la nomer. Seulement elle oublie un peu vite que ce sont ces gens la qui ont fait du petit, tout petit chantier du pere Beneteau ce qu'il est devenu

Maintenant je m'arette parceque la tension est monte a 25 et que si je continue, je ne pourrais pas profiter de mon contretorpilleur

r.d.

15 déc. 2004

soirée tupperware

je trouve que le salon est devenu aussi inintéressant qu'une soirée tupperware.
cela dure juste plusieurs jours.
didier

16 déc. 2004

Tout à fait d'accord...

...mais les tupperwares sont de plus en plus chers.

15 déc. 2004

JE VEUX BIEN....

...qu'il soit dit et écrit que le salon de cette année ait été positif.Toutefois,aprés y avoir passé les 5 derniers jours,j'ai constaté que personne ne se marchait sur les pieds et que le flux de visiteurs était des plus fluides....sauf de 11 à 13 heures dimanche dernier.
Triste de ne voir autour des bateaux exposés que des gens en " complets vestons cravates " accompagnés de Méméres déguisées en arbres de Noël!!!(bonjour les grelots par force 5 et...plus!!!).
Désolé de ne trouver que deux classes de bateaux.Les tous petits,maxi 6 mètres et les "autres" à partir de 12!!!entre les deux,RIEN!
...un vendeur allant jusqu'à me dire "...mais,Monsieur,ce n'est plus la tendance!"
Navrant,désolant,consternant ce salon à la peau de toutou!
La sélection arrive,les Mouettos!
Bientôt ne nous restera possible de choisir qu'entre un Optimist blanc ou rouge!!!et encore!
Ces "messieurs" s'arrogerons bien le droit de choisir eux-mêmes les couleurs!!!!....surtout pas
le....rouge!

15 déc. 2004

incorrigible optimiste

je veux croire que cela permettra l'émergence de bateaux différents, issus de petits chantiers ou l'on sait comment c'est fabriqué et tout et tout.

j'au tupperware de 26 ans, je le changerai certainement l'année prochaine pour un plus grand, qui sera aussi un tupperware mais de 15 ans environ.

en aucun cas, je ne prendrai un bateau plus récent

Qui va les acheter d'occase leurs canotes dans quelques années?

15 déc. 2004

incorrigible optimiste

je veux croire que cela permettra l'émergence de bateaux différents, issus de petits chantiers ou l'on sait comment c'est fabriqué et tout et tout.

j'au tupperware de 26 ans, je le changerai certainement l'année prochaine pour un plus grand, qui sera aussi un tupperware mais de 15 ans environ.

en aucun cas, je ne prendrai un bateau plus récent

Qui va les acheter d'occase leurs canotes dans quelques années?

15 déc. 2004

D'un autre cote

il en est de la plaisance comme de toute chose.

Une fois la mode passee, tout retombe dans le neant. Et je veux croire que la mode passera vite...enfin j'espere.....
Et nous pourrons enfin retrouver des bateaux qui ressemblerons a des bataux et non pas a des caravannes.

Ceci me rappelle d'avor lu la meme chose dans les annees 70/80 en ce qui concerne les voiliers de l'epoque et en relisant les "bateaux" et 'VetV' du debut, qui disaient deja que les Sangria et autres Ecumeetaient deja des caravannes Amusant non??

15 déc. 2004

dans 15 ans...

... les bateaux actuels feront triste mine, enfin ceux qui seront encore à flot !

faites une revue de détail sur un bateau neuf de grande série, c'est à proprement parler hallucinant et on voudrait nous faire croire que ce sont des unités qui vont durer dans le temps !!!
pour en revenir à la comparaison avec les voitures, je me faisait la reflexion suivante, on collectionne et on renove les voitures de l'après guerre, mais qu'en est-il des voitures d'après 75 ? combien sont encore en état de ciculer ? et je vous laisse immaginer les voitures sorties des chaines cette année, qu'en restera-t-il dans 20 ans ??? et malheureusement les bateaux suivent le meme raisonnement, on fait miroiter une bonne revente du bateau dans 15 à 20 ans alors qu'en fait les constructeurs et les vendeurs savent parfaitement ce que sera la réalité (triste réalité de vrai-je dire !!!)

notre espoir est que les nouveaux proprios prennent conscience de cet état de fait, ou que les plaisanciers qui se sentent mis à l'écart réussissent à se fédérer (à l'exemple des motards des années 80) pour réussir à faire entendre leurs voix. probablement une belle utopie ! mais on peut toujours rever (c'est encore gratuit, profitons en !!!)

15 déc. 2004

bientôt

les sous marins de plaisance
tout le monde sait que les boursocoteurs naviguent entre deux eaux
c'est bien la conclusion de l'article non ?

PS j'ai un petit bateau

15 déc. 200416 juin 2020

pour les sérieux

voici le cours de madame Anette

15 déc. 2004

moi aussi j'ai un petit bateau

et jen'ai rien contre les gros (mon papa en a un) mais il faudrait garder de la place pour tout le monde !!

Et ce n'est pas tellement une question d'argent, Beaucoup de marins naviguent sur des petits bateaux pour les avantages que cela apporte (petit bateau = petit souci, petit entretien, mais très facile à utiliser en solo car à dimension humaine). D'autres naviguent sur les gros pour les avantages que cela apporte aussi...

15 déc. 2004

de l'évolution du plaisancier

si vous regardez le pontons et, avec un peu de mémoire:
il ya 20 ans un 30 pieds était un gros bateau, avec 1 cabine double et une couchette cercueuil
aujourd'hui, dans un 26pieds, tu as 1 couchette double à l'arrière et un lit breton à l'avant

mais...y a plus de coffre! tu me diras, y a plus besoin d'avoir 2 focs, un inter et un génois non plus
certes, ce à quoi je rétorque que l'eau (chaude encore plus) sous pression ca prend de la place... et on les range où les fringues après?
et ma cocotte minute (la grosse, j'ai 3 gamins dont un mâle de 13ans...), je la case où dans un 35 pieds aujourd'hui?
dans un vieux 28, pas de souci... c'est'y qu'on mange seulement au restau maintenant?

un autre point, n'avez vous pas le sentiment que les pontons sont de moins en moins occupés par les voiliers et que les canot à moteur prennent le pas sur la marine élégante (me tapez pas dessus jp et roro, c'est pour de rire :-).

sur mon ponton, quand un voilier quitte une place, il est remplacé par un bateau à moteur (ponton dédié aux embarcations entre 8 et 12m)

15 déc. 2004

La question des petits chantiers

se pose effectivement.

Que deviendra ce chantier de Pont-l'Abbé par exemple, qui livre pour le prix d'un petit cabriolet le très joli canot à corne Loctudy de F.Sergent, coque synthétique et finitions bois?

Les géants de la voile en reprendront-ils la construction pour leur propre compte, face aux moues des actionnaires?

Les perspectives abondent, mais la prospective n'existe pas.

15 déc. 2004

La plaisance evolue comme la société

Et celà est bien normal tous les secteurs evolus alors pourquoi pas la plaisance.La plaisance est devenu un loisir de "consommation" comme la neige , les voyages etc alors qu'au par avant c'était affaire de passionnés.Mais croire que les tendances de croissance sera constante est une erreure il y aura comme dans tout secteur une fin lorsque une mode chassera l'autre.
Et les bateaux ont également suivi la société de consommation l'on faisait du solide , du serieux du marin maintenant l'on fait juste ce qu'il faut mais il faut que ça "jette".Mais finalement pourquoi pas les bateaux ne naviguent pas ils restent amarré au pontons alors l'on construits les bateaux adaptés à l'utilisation.Et d'ailleurs l'on parle souvent ici même de bateaux de "voyages" pour ceux qui naviguent plus que le commun des plaisanciers.
Mais personnellemnt ce qui me chagrine (pour etre poli) c'est l'ambiance des ports qui est devenu souvent execrable dans certains endroit donc à fuire à tout prix en pleine saison.
josé

on favorise les gros

a toulon si tu veux acheter un boat plus gros on te trouve facilement une place par contre si tu veux un plus petit on te dis qu'il n(ya pas de places de petits libre :voila la selection!

15 déc. 2004

même à l'arsenal?

non, c'est pour blaguer...

pour l'ambiance sur les pontons, ca vient peut être aussi du fait que les gens qui achètent des bateaux modernes "conçus" pour la vie à bord n'habitent pas à bord...

l'équation à quelques inconnues est assez simple à mes yeux :

Il y a relativement peu de couples qui naviguent uniquement par plaisir (combien de nos compagnent naviguent pour nous voir?), le bateau n'est pour la plupart des familles, pas une acquisition de première importance et vient de ce fait en plus (de la 3e voiture, ou del a résidence secondaire, ou des vacances à XYZ).
donc, pour payer ce jouet, il faut bosser et un peu plus que s'il n'y avait pas le jouet, mlais comme il y a déjà les autres trucs hé ben, on passe sa vie à bosser sans pour autant profiter de son jouet...
et je suis sur d'un truc, c'est que le mec qui achête un bateau (sauf quelques exeptions), quel que soit le budget qu'il mat dedans, il en est aussi content et aussi fier et je suis sur que ca correspond au même rêve.

après, pour pouvoir naviguer, c'est une question de compromis familiaux et de boulot

un petit sondage en passant:
combien de divorcés et de célibataires par rapport au nombre de couples mariés sur les bateaux autour de vous

comment ça, je suis hors sujet!

15 déc. 2004

Les bateaux, c'est comme les batteries :

Lorsque j'était apprenti, un client faisait un scandale si sa batterie d'à peine cinq ans tombait en panne… mais m'sieur, vous avez oublié d'ajouter de l'eau distillée !

Loi de marché : on a créé la batterie sans entretien, plus besoin de la surveiller… c'est naze au bout de deux ans ? Normal m'sieur, la garantie est de dix huit mois !

Cela s'appelle de la durée de vie programmée, et j'ai l'impression que les bateaux "modernes" sont ainsi programmés, ou alors il faut s'adresser à un chantier traditionnel et sérieux, qui va vous fabriquer l'unité de vos rêves personnalisée et indestructible…

Ca existe, mais ce n'est pas exactement le même prix…

Pourquoi les chantiers de construction industrielle se donneraient-ils la peine de proposer des "petits" bateaux, si la clientèle potentielle n'est pas rentable ? Je ne vous explique même pas la conclusion ! :-(

15 déc. 2004

45 pieds

d accord c est deja un grand voilier que j ai construis entierement en 5 ans ; et la a 6500 euros par ans le port, tu as du mal a trouver un chantier pour lever ton bateau ou tu peux faire ton carenage toi meme;il faut compter quand meme 750 euros rien que pour le sortir et mise a l eau ,etc... bref on tire par le haut la plaisance, quant au vente pas sur que ca soit aussi bon ,pour cannes juste apres le salon c etait merveilleux 2 mois apres la discution est tout autre

15 déc. 2004

pour le salon de paris 2004

j'attend les chiffres avec impatience, mais les échos que j'ai eu font plutôt état d'une baisse importante de la fréquentation estimée par certains commercants à 20% (j'ai pas dit des acheteurs mais des visiteurs)

16 déc. 2004

Merci pour l article ... en voila un autre ...

Cela m interesse enormement ... pour mon mémoire (these) sur l economie du nautisme .... Avis à ceux qui ont d autres articles economiques !

Jean-Pierre Raffarin inaugure le Salon nautique international de Paris

PARIS (AFP) - Le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a inauguré vendredi la 44e édition du Salon nautique international de Paris en se félicitant des performances des entreprises françaises dans ce secteur.

"Ces entreprises donnent une image du dynamisme et de la créativité de notre pays (...) Avec 5% de croissance en France, ces entreprises montrent le chemin", a-t-il déclaré.

M. Raffarin s'est amusé de constater que les années précédentes, il était venu au deuxième jour du salon mais cette fois dès le premier jour, traditionnellement réservé aux professionnels.

"J'apprécie cette promotion qui me va droit au coeur. Trente mois à Matignon, professionnel reconnu, c'est une joie que je voulais souligner", a-t-il dit.

Le Premier ministre a passé deux heures au salon accompagné du ministre des Sports, Jean-François Lamour, et du secrétaire d'Etat à la Mer, François Goulard.

M. Raffarin a fait le tour des stands: planches à voile - en compagnie de Faustine Merret, médaille d'or en planche à voile Mistral aux JO d'Athènes - scooters des mer, yachts, sans oublier la région Aquitaine, invitée d'honneur du salon.

Quelque 300.000 visiteurs sont attendus au parc des Expositions de la Porte de Versailles, du samedi 4 au lundi 13 décembre, où 1.200 bateaux à voile et à moteur sont exposés dont près de 300 nouveautés.

La croissance de la production de l'industrie nautique française devrait atteindre plus de 5% en 2004, selon la Fédération des Industries Nautiques (FIN).

Depuis l'explosion du marché de la voile qui a suivi la victoire d'Eric Tabarly en 1964 dans la Transat anglaise, la France s'est imposée comme le leader mondial dans la construction de voiliers habitables avec les chantiers Bénéteau.

et l'ambiance?

la première fois que j'ai visité le salon, gamin de 16 ans seul, j'étais le bienvenu partout.
Les exposants répondaient à toutes les questions, précisément et pertinemment. En plus, on pouvait tous visiter, car ils étaient fier de montrer leurs belles réalisations, les artisans.
Depuis quelques années, et celle-ci plus que d'autres:
- impossible de visiter un bateau, sauf si on veut l'acheter et qu'on a eu contact avec un concessionnaire
- impossible de visiter un stand de ship, d'accastilleur sérieux ou de voilerie, sauf si on est un professionnel (y a même des cerbères et des chaines à l'entrée.
- Sur les stand qu'on peut visiter, une hotesse ignare avec quelques réponses standard, en fin de compte, tu fais les questions et les réponses toi même, et tu donne encore cours au soi-disant représentant...

J'vais plus au salon, en tout cas, plus celui-là
:-(

16 déc. 2004

là, kiwi

je te trouve un peu dur quand même, il y apeu de bateaux "invisitables", sauf dans les grosses unités, mais ceux là, tu veux les visiter pour acheter ou pour le plaisir de visiter?

il faut aussi comprendre que les exposants sont là pour travailler et laparticipation à un salonoûte extrêmement cher: location d'espace, conception et réalisation du stand, frais de personnel(heures sup, récup etc), frais de vies des dits personnels (hébergement...), les tonnes de documentation, le transport des canots et la remise en état des canots à l'issue du salon, les tenues pour les équipes sans oublier les petits fours.
Y a intérêt à en fourguer des tupperwares pendant le salon pour rentabiliser!
si j'ai bonne mémoire, il y 20 ans tu ne pouvais pas visiter un Amel sans RV et patte blanche, il y ades choses qui ne changent pas (comme les Amel :-D)
mais non, j'déconne (pour les Amel)

16 déc. 2004

Economie , économie

Tous les jours a la TV on nous parle d'économie et d'écologie !
On nous dit que bientot on ne pourra plus payer les retraites ....... alors ceux qui n'auront pas de retraite comment feront-ils pour payer l'entretien de ces nouveaux beaux bateaux ?
Fonctionnaire j'ai vu mon salaire être augmenté de 0,6% en 3 ans, dans le même temps mon loyer a subi une hausse de presque 10%, ma mutuelle est augmentée de plus de 20% en 2005. Alors donnez-moi la recette pour être parmi ces chanceux "cheveux gris" qui achètent ces gros bateaux ........( j'ai 60ans mais seulement quelques cheveux blancs, pas tous)
D'autre part , étant un peu écolo sur les bords, je suis inquiète sur la manière dont on va recycler ces bateaux dans quelques années .
A-t-on prévu aussi des déchetteries pour les plastiques qui sont dedans comme on en trouve quelques unes pour nos vieilles batteries de voiture.
A part ça, je suis allée au Salon - pour la première fois de ma vie- et j'ai pu voir de beaux bateaux comme nos gosses vont regarder les vitrines du Boulevard Haussmann ou des Champs Elysées.

16 déc. 2004

franchement

ayant des cheveux tout a fait sel;et encore plus beaucoup;je suis bien content de tirer des bords en Bretagne.

mon boat : de 1978 et 8,5 m (la longueur c'est vraiment hors tout tout).

C'est vrai que j'ai quelques (ex) amis de l'ouest parisien qui ne veulent plus venir à bord (pas de douche et pas de place pour le vanity M.... de madame)

Qu'ils restent dans l'ouest parisien moi je suis bien dans la France de l'ouest.

Espérons qu'il y aura encore longtemps de la place pour des gens comme nous. Mais je reste optimiste un 50 pieds avec 3 SdB c'est du boulot et trouver une bonne pour le bord c'est cher.
mamerveille est visible sur

perso.wanadoo.fr[...]hesne3/

bonne journée à tous

16 déc. 2004

Ah qu’elles font plaisir vos réactions…..

On se sent moins seul à déplorer de voir notre passion investie par les lois du marché de la consommation et de l’argent. Comme la plupart de vous, si je comprends bien, fils des écoles de voiles rustiques et subventionnées des années 65-75, j’avais l’impression d’aimer un environnement, des bateaux et une culture qui me mettaient « à part », exclusion –comme on dit aujourd’hui- vécue comme un privilège. L’important étant de partir (que ce soit aux Glénan ou à Zanzibar) nous privilégiions des outils (mais un voilier c’est plus qu’un outil…) adaptés à nos moyens bricolos-financiers et nous permettant de ne pas sacrifier notre sacro-sainte autonomie, quitte à sacrifier quelques conforts. Nous nous nourrissions des livres des « grands » anciens, dont il faut noter qu’aucun n’était riche (à part Alain Gerbault sans doute).
Et puis voici qu’année après année le « business » qui récupère tout sans vergogne s’est dit (mais il ne se dit rien, il a une évolution darwinienne…) qu’il y a avait du fric à faire avec les rêves de ces drôles de types qui veulent à toutes forces aller sur la mer. Tout ce que vous décrivez en découle, car les nouveaux riches qui ont rejoint le rêve, mais veulent l’acheter plutôt que de le gagner, ont provoqué cette évolution économique : des bateaux tupperwares et kleenex faits pour rester à la « marina », des francs bord de cargos, 2 douches et 3 chiottes dans 40 pieds (d’ailleurs avant on disait 12 mètres…), 2 barres à roues dans 35 pieds, plus de bateaux à moteurs, moins de places de port, les fucking jet-ski, etc. Evidemment, ça va moins bien pour les rêveurs originaux que nous sommes ; même s’il ne faut pas sombrer totalement dans le « c’était mieux avant » car il y a quand même du bon matos aujourd’hui (mais à quels prix !).
Le plus préoccupant pour l’espoir d’un éventuel sursaut qui influencerait cette évolution, c’est qu’effectivement nous sommes majoritairement des cheveux blancs avant d’être des vieux cons que personne ne comprends plus. C’est une culture qui va disparaître, où est la relève ? Peut-on encore convaincre nos jeunes que « la vérité est ailleurs » comme leur dit le slogan de la série X-Files ? Faut-il en avoir l’ambition ou accepter de se marginaliser dans un bonheur navigant, tant qu’on peut, hors de ces sentiers battus par les marchands du temple ?.

CLK qui doute

16 déc. 2004

1° salon du papy

Moi, c'était mon premier salon... 54 ans, jamais trop tard :-D
Très bien reçu sur le stand Volvo, Café, petits croissant, sympa... Accueil tres pro chez Mastervolt, (Chargeur, convertisseur) avec un type connaissant son sujet sur le bout des doigts...moins pro sur d'autres stand, mais comme l'a dit quelqu'un, ce ne sont pas des phimantropes, faut rentabiliser l'investissement pour une boite sinon elle coule!!
Les gros bateaux, ben oui y'en avait plein, mais j'ai mon vieux clou a retaper, ça me suffit...
Je suis pas à la rue, mais je ne mettrai pas 150 K€ (ou le double !!! :-D ) dans un ship... Je suis pas jaloux, ça ne me pose aucun probleme si d'autres le font, il me semble que la mer est assez grande pour tous..quant au port, je m'en fous, je vais prendre un corps mort dans un coin d'echouage...j'aurais de la vase sur le pont,??? pas grave, trop content d'avoir un bout de bateau!! :-D :-D
La vie , c'est trop cool pour se la gacher avec les autres!!

16 déc. 2004

Droit a l'erreur

d'autres standS
phiLantropes
Décidément ça serait bien de pouvoir corriger :-D :-D :-D

16 déc. 2004

y'a pas que les vieux

du haut de mes 29 ans je m'estime encore très jeune et j'ai la chance d'avoir un bateau qui est né la même année que moi. faut un peu le retaper( je refais toute la configuration intérieure), bien l'entretenir mais je l'échangerais pour rien au monde contre un bateau neuf. de toutes façons de cette taille-là (7m10), aussi solide, qui pardonne quelques erreurs et d'un prix abordable ça n'existe plus.

16 déc. 2004

c'est vrai que l'argent pourrit tout

au début seul les vrais riches et les nobles avaient de l'argent

l'immense majorité de ceux qui faisaient du bateau étaient en train de ramer en fond de cale et de toute façon, tous les bateaux appartenaient au Roi

les pauvres vivaient péniblement jusqu'à 30 ou 35 ans,et les riches 3 ans de +, une ou plusieurs bonnes guerres chaque année, les épidemies de peste, la lepre et autres calamités de santé, la malnutrition, la meme mèdecine pour tous, c'est à dire rien, le servage ou l'esclavage, les brutalités permanentes etc...
enfin c'etait le bon temps car l'argent n'avait pas encore pourri le monde

maintenant que l'argent a pourri le monde, tout va vraiment moins bien.. et devant cette tendance dramatique je n'aurai qu'un mot

pourvu qu'il y ai de + en + d'argent sur cette planête......parce qu'il existe encore très malheureusement de trop nombreux endroits sans argent qui sont encore dans les conditions du bon vieux temps et qui, ignorant leur bonheur réel, ne demandent qu'a avoir de l'argent pour s'en sortir

le seul problème c'est que quand il y a trop de gens pour cracher dans la soupe, elle devient un peu inmangeable

amicalement

16 déc. 2004

JP, Je t'aime!!!

certes, tu n'en demande pas tant, mais c'est sincère!!! :-D

16 déc. 2004

Précisions…..

Ce n’est pas l’argent en soi qui me paraît condamnable et on ne peut que se réjouir de voir la richesse globale et les standards de vie augmenter. Je respecte l’homme riche qui refait mieux qu’à neuf un 8 mètres J que j’admire, qui s’offre un bel OVNI (comme j’aimerais pouvoir le faire) , un RM 10,50 (que je n’ai pas pu visiter au salon pour cause de filtrage…), un grand Tofinou, un Star ou un Pogo 8,50. Chacun selon ses préférences fait preuve de bon goût et dépense son argent en fonctions de valeurs vraies et maritimes.
Ce qui est déplorable comme dans tous les domaines c’est le mauvais goût, qu’on croirait venu d’outre-atlantique, surtout lorsqu’il parvient à orienter un marché qui m’est cher au point de marginaliser mes propres choix. En ce sens, le salon nautique me déçoit.

16 déc. 2004

bien d'accord avec beaucoup...

c'est vrai tout change,et pas en mieux,cepandant,JP nous fait une fort jolie démonstration d'une certaine relativité,bravo JP,on est peut-être pas malheureux!!!
Surtout si on possède un navire,quel qu'il soit,sachant que le plus beau navire est celui qu'on peut se payer,ce qui n'est pas souvent le cas de beaucoup de belle unités ;-)
cordialement
jacquot

16 déc. 2004

avant

j ai toujour construis mes voiliers, avant quant on voulait un 10/11M pour naviguer et que l on avait tout juste de quoi acheté un deriveur on retroussait ses manches ,aujourd hui tres peux de constructeurs amateurs , quand je vois qu un rm 10,50 m vaut 150 000 euros de base ou il faut rajouter 15 000 euros pour voyager et pour 50 000 euros tu peux construire un voilier dans les memes tailles,alors pourquoi plus de constructeur amateur???

16 déc. 2004

Vous ne faites plaisir!

Mais finalement en vous lisant dans toutes ces contributions (comme l'on dit maintenant)je retrouve l'esprit de 68 .Finalement pour ceux qu'on connus 68 et qui ont partagé l'esprit rien de changer nous continuons à vivre ce reve .Quel chance nous avons! mais comment faire comprendre celà au plus jeunes?j'essais mais dur dur l'on me prend pour un dinosaure.
josé

16 déc. 2004

En aparté…..

…parce qu’on va sûrement se prendre une volée sur le forum, je partage ta question. Il y a des trucs qui ne sont d’aucune époque mais qui devraient être de toutes, comme l’esprit critique. Le salon témoigne d’une conformité affligeante aux « tendances » comme ils disent sur les stands.

16 déc. 2004

autour du monde

aux antilles tu vois encore le genre de voilier des salon , avec des soucis, frigo, pilote greement voilure pas adapté, puis apres panana plutot des voiliers de constructions amateurs, simple solide et qui sont fait pour la mer

18 déc. 2004

On se sent moins seul à vous lire .............

car comme la majorité des utilisateurs des forums, j'apprécie mon grand bateau de 10m qui a bientôt la moitié de mon age (56 ans) Il a fallu que j'attende longtemps avant de pouvoir me l'offrir et dieu sait si je continue chaque jour à m'en offrir un petit bout quand je l'entretien et que je remlace , le moteur, les voiles le gréments etc.... Je n'envie pas les gens qui ont les moyens de s'offrir de grandes unités neuves , car ils n'ont sans doute pas le temps (ils doivent se concentrer pour gagner de l'argent)de venir faire une petite causette sur les forums qui nous font rêver l'hiver quand nos bateaux sont au port. et ne savent sans doute pas qu'il y a beaucoup de plaisir à aménager entretenir et apprendre à connaitre de fond en comble l'objet de nos désir.

Je constate qu'on par entend assez peu de nouveaux propriétaires vanter les qualités du nouveau yacth qu'ils viennent d'acquerir et demander conseil sur quelques point que ce soit ,parce que sans doute ils jouissent simplement de la science infuse ...ou des bons conseils de technicocommerciaux de salon.

Mais il ne s'agit pas de reprocher quoi que ce soit aux un ou aux autres qui ne naviguent sans doute pas dans les mêmes eaux.Il est heureux que chacun trouve son bonheur sur l'eau, enfin un dénominateur commun...

Cordialement

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Inishmore island

Après la pluie...

  • 4.5 (19)

Inishmore island

mars 2021