Le prix du baptême et de l'émotion

Celui qui achète neuf ou cher n'est ni fou ni comptable : il est amoureux !
A débattre donc la notion du prix de nos bateaux, des bateaux en général.

Dans mon dernier fil (www.hisse-et-oh.com[...]e-coeur ), passablement aidé (merci encore) dans un projet de "séparation" (synonyme de "vente" pour un marin) d'aucuns ont jugé bon de me faire réfléchir sur le prix affiché de ma Séparation...
Entre oiseaux de mauvaise augure, paternalistes bienveillant et passionnés, je médite les réflexions.

Pour rappeler le contexte, Bus vend un trimaran de 29" pour 89 K €.
L'équivalent neuf est à 130 + 50 = 180 K €. :-p

Je suggère 3 points de vue :
- analyse du marché
- comparatif avec le neuf (le prix d'un baptême est très cher)
- prise en compte de la dimension émotionnelle

Combien vaut la qualité et l'émotion ?
Qui n'a jamais craqué pour une émotion ?
L'émotion a un prix. Elle est chère parce que rare !

J'achète un baptême ou des options sur de l'occase ?
Et si les options donnaient plus d'émotions à moi et ma compagne ?

Bon d'accord, neuf + options, c'est le top ! Vive la fin de cette p. de crise !

L'équipage
29 sept. 2013
30 sept. 2013

Contrairement à une voiture, un voilier l'occasion récente a l'avantage d'avoir été rodé, le rendant parfois plus sécurisant que du neuf.

Comme pour une voiture, les nombreuses options installées sur un voilier d'occasion ne peuvent pas toujours être récupérées par le vendeur. Toute au plus ça facilite la revente.

Donc un voilier d'occasion est souvent très très intéressant par rapport à du neuf.

Quand à l'émotion, c'est à double tranchant. Roder un voilier neuf est un peu comme se faire construire une maison. Beaucoup de stresse.

30 sept. 201330 sept. 2013

J'ai un peu de mal à te suivre dans ton raisonnement mais je crois voir où tu veux en venir.
Qu'est-ce que la valeur d'un bien si ce n'est la reconnaissance de sa rareté et/ou de l'envie de le posséder qu'il suscite. C'est comme ça depuis qu'on a inventé le commerce (ça remonte à loin!...).
Pour un bien quelconque, on peut penser qu'on a une somme d'heures de travail pour le fabriquer qui lui donne son prix plus une marge (positive souvent, négative parfois) pour le vendeur . Mais, là aussi, la valeur unitaire peut fortement varier...
Du coup, seule la première proposition est la bonne: qui veut l'acheter?

Je veux vendre mon bateau. Je l'ai acheté X €uros, j'y ai rajouté Y €uros de matériels, et Z €uros de main d’œuvre
Sa valeur n'est pas pour autant X+Y+Z....
Pour moi, si je rajoute les yeux de Chimène, on ne le paiera jamais assez cher, si on se frotte au marché, on est pas loin de la valeur X, si on veut divorcer de ce grand amour et refaire sa vie ailleurs le plus vite possible, on le bradera...
Dans les gens qui se sont manifestés ou qui se manifesteront, il y en aura un qui va flasher (Bigornot n'a pas que des défauts, loin de là) et, là, la négociation pourra commencer...
Mais elle ne sera en aucune manière objective... :topla:

30 sept. 2013

Pas bien compris non plus.

Mais au vu de tout ce qu'il y a à vendre aujourd'hui, imaginer que son propre bien va plus faire rêver que celui du voisin, et justifier un prix de vente plus élevé me paraît utopique.

Si je dois ou veux vendre aujourd'hui, je regarde le prix du marché, et fixe mon prix en fonction de celui ci, car au dessus, je ne vendrai pas.

Le coté rêve ou émotion, ne peut, au mieux, qu'aider une vente au prix raisonnable, pas justifier un prix supérieur, car il peut se manifester pour le bateau voisin tout autant

30 sept. 2013

Aujourd'hui le pognon passe avant l'émotion malheureusement ... et l'inverse est rare : faut quand même pouvoir se nourrir à la fin du mois.

Beaucoup pense achat et revente en même temps (encore une histoire de pognon), et donc nos vieux bateaux, bateaux custom ...etc dorme sur le marché de l'occas.

Maintenant a choisir entre un bateau neuf et un occas .. moi je préfère une occas bien rodé ... et en plus les canotes de grand chantier (hors custom) d’aujourd’hui ne m'inspire pas beaucoup d'un point de vue qualité, durée de vie, côté camping car ..etc.

A+ DIAMBA

30 sept. 201330 sept. 2013

Quelques remarques :

1/ Je vais délibérément utiliser le terme client pour te répondre afin d'appuyer mon propos. 2/ tu es le meilleur expert de ton marché

Tri 29'' : marché de niche, non ? Ton avantage : une concurrence limitée, quoique les clients intéressés par ce type de bateau soient sans doute capable de faire pas mal de km pour en dégoter un. Ton problème : pas beaucoup de clients potentiels. Conclusion : je ne pense pas que les options soient différenciantes parce que ton bateau est déjà en soi très spécialisé.

Ton client n'est pas obligé de partager ton émotion (le terme me semble mal approprié) pour être un bon client. S'il achète ton bateau parce qu'il trouve qu'on tri c'est beaucoup mieux qu'un mono pour la pêche aux moules, où est le problème ? C'est le client qui définit son programme. Si une des options va dans son sens, parle-en, sinon, fait comme lui, oublie-la. Si tu cherches absolument un client qui aime et le bateau et les options, tu réduis encore davantage ton marché. Impact : le prix de vente final n'inclus sans doute pas le prix de toutes tes options.

L'étincelle dans l'oeil du client, tu l'obtiendras ou tu ne l'obtiendra pas dans la première minute. Il faut avoir un bateau nickel, qui donne envie d'aller plus loin. C'est à dire propre, rangé, sans eau dans les fonds, sans accastillage ou équipement cassé ou réparé à l'arrache. Ca parait évident, mais ca correspond à moins de la moitié des bateaux que j'ai visité. Les options viennent après, pour conforter une opinion, rarement pour l'infléchir.

Rien ne t’empêche d'intégrer à la négociation l'installation d'une option. Ton client rêve d'un radar, tu n'en a pas. Le client ne sais pas forcement si c'est compliqué à faire ou pas. Toi, si. Et bien, tu lui proposes d'installer exactement le modèle qu'il veut en ajoutant l'option au prix de la vente. Aucune raison que ca ne passe pas.

Bonne chance

30 sept. 2013

Je vais essayer de réponde aux questions posées :

  • analyse du marché
    Pas ou peu de CH30 ou drop26. Le prix du marché doit se promener entre 55-60K€ pour un tri classique en bon état. Si le bout dehors ajouté ne change pas grand chose au prix de vente d'occasion, ca peut aider pour vendre le bateau plus vite. Il en va de même pour les voiles. Ces options te permettent de vendre dans la fourchette haute. Je dirais 60-65K€. La jupe arrière est selon tes dire une vraie plus value pour le bateau (confort, sécurité). Le soucis est que ca rend le bateau atypique. Il est d'autant plus difficile d'y ajouter un prix. Pour certains acheteurs ca peut même être considérer comme une moins value car ce n'est plus un bateau d'origine.

  • comparatif avec le neuf (le prix d'un baptême est très cher)
    Ce n'est pas comparable, car ton bateau a du vécu et donc moins cher qu'un neuf.

  • prise en compte de la dimension émotionnelle
    Si la magie avec ton bateau opère, un acheteur peut faire un effort de quelques % de plus mais je ne pense pas trop tout de même.

Tout ceci fait que je pense que ton bateau vaut plus cher qu'une occasion classique, mais pas plus de 20% soit environ 70K€ max. Je ne prends pas en compte la distance car l'acheteur ne sera pas forcément Français.

Je ne sais pas si c'est le genre de réponse que tu attendais...

30 sept. 2013

je vais faire plus prosaïque: qui à les moyens de mettre 89 000 euro dans une bestiole de 8mx6m, hyper pointue, peu répandue, sur laquelle la moindre babiole se monte à 4 chiffres, qui bouffe 2 places de parking et qui nescessite un casque intégral pour supporter la lance à incendie venue de l'avant avec 30 noeuds de vents ! Ce n'est plus un marché de niche mais un terrier à lombric ! même si il ne faut jamais sousestimer l'émotion . Je pense que ton bateau fait parti, comme certaines voitures, de très beaux objets qu'on s'achète pour se faire plaisir et pas pour revendre . En plus nombre d'acheteurs vont te faire sortir de tes gonds; trop petit, trop spartiate, comment pas de lit et de commode, trop fragile, etc. GARDES LE !

30 sept. 2013

très intéressant ce fil car j ai voulue vendre mon bébé aussi cette été pour le mètre de + . conclusion je garde mon bateau car j arriverai jamais a retombé sur mes pieds avec tous ce que j ai fait dessus et encore j ai pas fini je vient de refaire tous mon pont , certains mon dit fou le a la poubelle , ce qui ma couter le plus cher ces les heures passer , la j arrive a la fin ouffff !!!!! et du coup je lui donne un coup de jeune dedans en changeant mes essences de bois pour du claire , j aurai du déjà retourné a l eau mes j ai décidé de rester un peut plus au chantier afin de le peaufiné vue que je le garde .

30 sept. 201330 sept. 2013

19.50 h un petit retour avant ... de quitter le boulot !
Merci pour les éclairages, avis, conseils, mises en gardes et menaces ! Lol :-p

Sur le plan du marché, certes on se le prend tous dans la figure. Mais la comparaison avec les voitures n'est pas idéales pour les "options", car une voiture fait grosso modo toujours la même chose, sans aucune prise de risque, et on ne vit pas à bord. Pour le bateau, il me semble important de revenir au PROGRAMME, car c'est là que les options joueront :
- programme plan-plan (comme acheter une bagnole pour aller au boulot) : les options ne jouent pas, le marché écrase la vente

dans mon cas, on serait à 60-70 max comme le dit Tangnard
- programme précis et défini, là les options joueront
il faut donc différencier selon que l'on a à faire à un acheteur averti et le pékin qui rêve à passer sur un tri

La question qui m'intéresse, Bigornot, c'est bien "qui veut l'acheter", mais dans le sens "qui à un projet ?".
Je souhaite faire remarquer à l'acquéreur potentiel ou au rêveur que ce bateau répond particulièrement bien à certains projets. Pour prendre l'air dans la baie de Quiberon, pas besoin d'option.

Quand à l'émotion que j'évoque, elle est souhaitable pour "passer le prix du marché".
Et cette émotion peut avoir selon moi deux facteurs sur lesquels il serait idéal de faire s'exprimer le chaland :
- expression du programme (pour valider les "options" !)
- capacité à ressentir une émotion différentielle
Sans ces deux points, c'est le marché qui domine, et un tri de 9 m en vaut un autre ! Idem et pire pour les monos qui sont encore moins originaux entre eux souvent.

Si si Ptiplouf, le tri est original déjà, certes, mais les options donnent une autre dimension à celui qui a déjà décider d'aller sur tri. Pour le pratiquant du mono, passer sur tri est déjà tellement bouleversant que l'émotionnel est déjà à 100% d'excitation (comme je le fus lors de mon achat en 2005), alors là encore, les options ne peuvent pas être apprécier car le chaland est déjà trop éblouis par la nouveauté structurelle et comportementale. Il n'y a plus de place pour le reste.
Il me faut trouver un connaisseur donc, pas un amateur. Et donc pas d'accord avec toi, le prix final pourra, dans le cas du connaisseur, tout à fait refléter l'émotionnel produit par la valeur technique des options.

Personne n'est prêt à mettre 300 € dans un grand cru.
Seul celui qui a le palais éduqué le peut !
Apprécier la vie est donc lié à son éducation, son expérience.
Mon pb est qu'en France quasiment personne ne sait ce qu'est la croisière en tri.

Message à Popov :
- pas besoin de casque, même à 17 n par 30 n au reaching,
- pour le parking, mon Pegasus "lève une pate", ou deux (> 4m > 2.5 m)
- oui l'émotion est la clef absolument indispensable de la vente
Et tu veux que je te dise, je me demande si la clef de l'émotion se serait pas dans le sourire de la femme du capitaine, sourire qu'elle risque d'avoir quand :
- elle visitera ma fabuleuse cabine arrière avec grand hublot "vue sur mer" (c'est toujours cher la "vue sur mer"),
- elle comprendra qu'elle divise par deux le temps des traversées
- se reposera en pleine mer, sans gîte, dans la même cab ar !

Cette femme est mon client idéal !
Ma femme a eu ce sourire. Combien de femme de marin ont expérimenté le tri ? :jelaferme:

30 sept. 2013

Les raisonnements me semblent trop compliquées ici. (Est-ce un sport franco-français?)

Si ton bateau d'occasion est rare, ce n'est pas forcément le même genre de rareté comme pour un diamant de 150 carates.

Ce genre de bateau s'est moins construit simplement car il y avait moins de demande. Donc forcément il y aura moins de demande pour ce même bateau en occasion.

Non ?

30 sept. 2013

Bus veut se convaincre lui même. Il a raison s'il continue à naviguer avec ce bateau qu'il a eu tant de mal à se décider à vendre (ou à ne pas vendre).

30 sept. 2013

Pour préciser le fond de ma pensée, la première fois que j'ai fait du tri de croisière c'était en 1981 en Nouvelle-Calédonie sur un tri NZ en strip-planking (et oui dèja) j'avais 9 ans et j'ai ADORE et je continu sur des machines plus modestes mais souvent à 2 ou 3 coques pour le fun, je suis donc un convaicu. MAIS,ce que j'ai voulu te faire comprendre c'est que ça va être très dur et très c...t de le vendre!
2 ou 3 petites choses en passant:
-repliable ou pas les ports en France te ferront rarement une ristourne sur la place de port, pour eux c'est la largeur max qui compte, en plus c'est souvent long et fastidieux de replier un/deux bras
-si ta femme a ce sourire gardes la et gardes le et voit le nombre d'aspirants marin qui restent au port parce que" madame aime pas trop" .....
- j'aime beaucoup ta comparaison avec le vin car ça aussi j'ai commencé tôt ( bourguignon de Nuits-Saint-Georges par ma Maman) et bien je suis désolé mais avec, je pense, une bonne et longue éducation sur la chose et une bonne partie de mes cousins qui bossent dans le vin je serais prêt à mettre 300euro dans une bouteille, vraiment exceptionelle, mais à l'heure actuelle je ne PEUX pas! Et l'impression que j'ai du marché du vin, c'est que ceux qui peuvent mettre les euros en questions n'ont ni la culture ni l'éducation. Comme tu en parles, je ne pense pas que tu es envie de vendre ton bateau à un blaireau pour frimer :mdr:
Sur ce je vais moi aussi quitter le boulot, à demain .

30 sept. 2013

Popov, pour ton retour au boulot.
Merci amigo, je garde ma belle qui sourit encore, et je ne vendrai pas à un frimeur, et j'espère ne pas vendre du tout d'ailleurs !! :heu:

Je fus je t'assure, particulièrement interpellé par la réaction de ma femme à la vie en mer sur tri. Je constate avec effarement que quasiment personne ne connait en fait !
On cause on cause sur les tri, mais qui a vraiment essayé "avec sa femme" ?
Bon il y a celle qui veulent 5 m² mini pour cuisiner : à exclure. Pegasus, c'est 1 m².
Par contre, pour l'émotion du vent , de la mer, le tri est carrément extraordinaire. Tu as les sensations, comme tu sais toi, de la proximité avec la mer, le confort, la légèreté, et somme toute un peu de modestie encore car la vie est spartiate.

Sur la culture et l'éducation, point fondamental de ma réflexion sur la vente, il y a un gros déficit sur les tri de croisière en France. Mon bateau est à Stockholm, et je le vendrai à un suédois, dans de bien meilleures conditions qu'en France ! C'est écris, je le sais, c'est sans doute pour cela que mon cerveau droit m'a amené à faire &700 M en 2010 !

Je reviens sur les femmes.
Mon premier post sur HEO en 2004 était justement sur les barbus qui sont bien seuls sur les pontons. J'avais l'intuition que passait sur tri me permettrais de ne pas être seul à bord, de ne pas risquer le clash avec ma moitié.
8 ans après, je peu dire "pari gagné". Bon d'accord, 55 n en mer c'est toujours pas son truc, mais pour le reste, la banane est toujours là. Elle est là, près de moi, à bord. Ca vaut combien ça ? ;-)

02 oct. 2013

Tous les CH 3O ne se valent pas !...
Mais c'est vrai que la belle et grande SDB à l'avant avec un vrai "toilet" et du beau contremoulage, ça pèse !

01 oct. 2013

J'ai essayé avec ma femme. Pour elle c'est multi ou rien, car 12 heures de mer aller retour avec un mouillage sur un week end ou l'on ne fait que dormir car plus de temps pour visiter, c'est pas pour elle, même si le lit est plus grand que notre bateau. Pour notre part on s'est arrêter à 35nds en mer, c'est pas super confort, mais à 8-10nds on arrive vite au port.

On a donc choisit un tri aussi, moins confort que le CH30 mais plus rapide...

01 oct. 201301 oct. 2013

"-repliable ou pas les ports en France te ferront rarement une ristourne sur la place de port (je ne vois pas à quel titre il l'aurait fait), pour eux c'est la largeur max qui compte, en plus c'est souvent long et fastidieux de replier un/deux bras"

C'est faux. :non:

1°) [u][b]Jamais[/b][/u] un port m'a refusé de considérer la largeur repliée, il n'est même pas rare, lorsque il y a de la place, qu'ils m'autorisent à ouvrir une papatte pour le confort.

2°) Le repliage complet d'un DF920 se fait en moins de 3 minutes.

:litjournal:

30 sept. 201330 sept. 2013

Si j'ai bien compris, il faudrait surtout que Bus trouve le client qui ressente le plaisir du bateau et de la mer comme il les ressent et qui, en plus, aurait le pognon que ça nécessite.
Pas simple.
En gros, il faudrait qu'il trouve son sosie marin.

Il existe sans doute. Une chance sur ....
Mais où est-il ?

Il faudrait aussi que le gus déniché par Bus ait une femme qui se réjouisse de faire une traversée d'un point A vers un point B le nez collé au hublot de la cabine amirale.
Ca se complique.

Bus, le plus simple est que tu le mettes en vente au prix que tu désires, un peu partout, du Boncoin à Multihulls-world et de France jusqu'en Suède où tu as peut-être plus de chances qu'ici.

Et tu attends. Tu verras bien très vite si ton téléphone sonne ou pas.

On a comparé ton bateau à une voiture, à un grand vin.
Je vais maintenant le comparer à une contrebasse.
La mienne.
Elle a 200 ans et depuis 40 ans que j'en joue modestement mais affectueusement en appui contre mon aine gauche, tout le monde me dit qu'elle a un son exceptionnel, son que j'ai encore aidé à améliorer en la dotant de très bonnes cordes italiennes (très chères), d'un réglage subtil de l'âme qui nous a pris des heures (au luthier, surtout), d'un chevalet travaillé et poncé au 1/10 de millimètre, le tout effectué et réglé par le meilleur luthier de Paris pour cet instrument.
Ca m'a coûté une roubignole !
Et elle a été très appréciée par quelques grands noms de passage à Paris pour un concert ou un enregistrement ...

Et pourtant, je n'en demande pas beaucoup plus que le prix révélé par l'expertise.
Et pourtant mes arguments n'y peuvent rien.
Et pourtant mes visiteurs ne tarissent pas d'éloges mais ils repartent sans me laisser le chèque.
Et pourtant, j'attends ... à raison d'un ou deux coups de fil par semaine. C'est déjà pas mal.
Et je n'ai pas non plus très envie de la vendre.

Ce n'est pas qu'un instrument de loisir.
C'est aussi un outil de travail pour les musiciens professionnels.

Je pense qu'il y a moins de 20% de la population d'adultes en France qui jouent de la musique.
Avec une très grande majorité de gratteux, de yukulélistes, de flûtistes à bec, de djambéistes ...
Tu remplaces chaque instrument par un type de bateau ... et tu fais le compte.

Et où ça se complique encore, c'est que, vue la charge affective qui te relie à ce bateau, tu serais encore foutu de refuser une vente parce que le mec ne te plaira pas forcément !

Mais le rêve est parfois à l'avant-garde de la réalité.
Et tu pourrais regretter de ne pas avoir essayé de le vendre au prix que tu estimes.
Alors, vas-y !
C'est la fréquence des coups de fil ou des mails qui te donneront une bien meilleur idée que tout ce qu'on peut raconter ici.

30 sept. 2013

Que de baratin indigeste pour vendre un bateau. Même s'il est beau, rare etc...fais rêver tes acheteurs potentiels, pas par des analyses alambiquées mais par des arguments concis, de belles photos... Désolé d'être si direct mais, en matière de bateau, la simplicité m'attire, l'alambiqué me fait fuir. Suis-je le seul ?

30 sept. 2013

53115, Ben oui, t'es seul ... face à toi même !
Il ne s'agit pas de vente ici, mais de partager une pure réflexion sur l'esprit de la vente. Les annonces sont là pour le reste, mais sur le forum, j'attends autre chose une dimension de l'esprit et du cœur. Pour le reste, les conseils sont toujours bons à prendre.

Gadloo, salutations,
Nous sommes bien confrontés à la rareté de la sensibilité et au détachement sans doute nécessaire.
Les cassandres ont sans doute raison, le marché me présentera un acheteur ordinaire pour x K€, et je vendrai peut-être, à condition d'avoir ôté l'âme de mon instrument de jouissance sur l'eau, symboliquement parlant. Mais ceci n'est pas encore fait.
Alors mon Pegasus, tu tremble devant cette horreur ?

Je confiais dans un autre post être animiste, surtout pou mon bateau. Il s'avère que la réincarnation fais partie de ma vie. Attendons ainsi une douce mutation, afin d'incarner l'affect dans un autre objet.
J'ai parlé à ma guitare, flamenca... Son âme est déjà bien chargée. Elle me prie de trouver autre chose.

PS : ce qui est super, c'est que mon acheteur pour sûr sera suédois, et qu'il n'aura pas lu les posts sur HEO ! Je dors tranquille.

01 oct. 2013

Bus : risque fort de se retrouver seul face à son tri... :alavotre: :goodbye:

01 oct. 201301 oct. 2013

Depuis longtemps, on enseigne aux apprentis-vendeurs de chercher, pour conclure avec son client, à s'occuper de S-O-N-C-A-S
Sécurité, Orgueil, Nouveauté, Confort, Argent, Sympathie...
Les 6 hameçons essentiels!
Il existe d'autres approches mnémotechniques pour les définir
BESOIN : bien-être, estime, sécurité, orgueil, intérêt, nouveauté,
PICASSO : pratique, innovation, considération, avidité, sécurité, sentiment, orgueil,
SIC-SIC : sécurité, intérêt, confort, sentiment, innovation, considération,
SABONE : sécurité, affection, bien-être, orgueil, nouveauté, économie,
SOISPRET : Solidarité, Orgueil, Indispensable, Sécurité, Plaisir, Révolte, Économie, Tomber sous le charme...
Vous remarquerez que toutes ne parlent pas forcément d'argent mais toutes emploient les deux termes "orgueil" et "sécurité"...
:heu:

01 oct. 2013

Désolé d'être si prosaÏque
1/ ... pour séduire, faut nouer un premier contact et celui-ci dépend du prix affiché ... épicétou !
2/ Ensuite, àmha, c'est la toute première impression qui compte quand le client(e) découvre le bateau ... plus il paraitra neuf et entretenu et meilleure sera l'issue de la visite ... les options viendront après
Un moteur super-briqué, des fonds et des coffres nickels, un frigo clean et rangé, une cuisinière irréprochable, des couchettes aspirées (surtout dessous : cheveux, poils ...), un coin toilette "appétissant", une bonne odeur de saint-marc ménage, d'alcool à brûler (WC) ou de plizz ...ça marche plus qu'un bout dehors ou un radar et ça ne coûte qu'une dizaine d'heures d'huile de coude ...

02 oct. 2013

Encore une fois, "le prix affiché", mais oui, c'est 180 k pour mon unité avec ses options. Et il y a bien des marins qui se payent des CH30, des DF 920, des F31, etc tout neuf non ?
On reviens sur mon titre "le prix du baptême". Le baptême est une émotion que l'on achète.
L'important étant de toute façon le budget MAX du chaland, la question devient pour ce dernier, "je me paye quoi comme émotion pour ce prix là".

A ce stade, la discussion peut commencer avec madame, et le vendeur.
Je ne cherche pas à négocier des options, je prends le cas, très simple de celui qui a le budget de 89 k. Il comparera :
- un mono de 9 m neuf
- un mono de 12 m d'occase
- mon tri de 9 m d'occase

S'il compare c'est qu'il y a une ouverture d'esprit, ou que madame a essayé :cheri:
S'il ne compare pas c'est qu'il n'y a pas d'ouverture sur le tri. Et la discussion s'arrête là.
Je vendrai donc à un homme et une femme qui ont cette ouverture !!!
Les détails ne comptent pas. Le budget max + l'émotion, c'est ça la règle ... AMHA
... D'ailleurs, qui n'a pas acheté ainsi ?

01 oct. 2013

une des grandes différences entre le singe et l'homme c'est justement la capacité à raisonner et à conceptualiser même s'il faut éviter de sodomiser les coléoptères, après chacun est libre de prendre la distance qu'il souhaite ou peut avec nos amis les primates .....
Bus je pense que tu as trouvé une grande partie de ta réponse: rien ne vaut le sourire d'une femme ! Pour le trimaran en France, c'est malheusement le problème de beaucoup de choses dans ce vieux pays ils y a un manque cruel d'ouverture d'esprit, de culture et de curiosité et les oeuillères de la pensée unique n'arrangent rien .
merci à tous de ces reflexion de "pur esprit", merci à Gadloo pour ce partage et continu longtemps à jouer de ce très bel instrument qui se fait trop rare.
enfin je pense que la reflexion suivante devrait-être: comment m'adapter,comment adapter le bateau et quelles aident puis-je avoir, pour naviguer le plus longtemps sur mon bateau ?

01 oct. 2013

Je trouve que tu es dur avec les hommes.

Certains sont bien capables de raisonner et ils ne sont pas tous des sodomites.

:goodbye:

02 oct. 2013

Popov voir ma réponse ci-avant.
Mais pour renchérir sur la France... ça crève les yeux que le tri ne parle pas aux marins, et ceux de ce forum, majoritairement, ne font pas exception.
J'ai envie de dire que c'est dommage. Mais non, la France est un des plus beaux pays du monde, et c'est déjà un privilège que de naviguer sur ses côtes, même en se faisant balloter avec madame !....

Sur ton ouverture, ne faut-il pas former les jeunes pour qu'ils nous emmènent de temps à autres, comme un sac à spi... ?

02 oct. 2013

clarivoile, je dirais plutôt 'n'est pas l'envie de beaucoup".

02 oct. 2013

Je pense le contraire.

Le tri plaît et fait rêver. Le prix de ces machines ne les rend pas si accessibles que ça.

Il faut regarder ce qu'on peut obtenir pour le prix que tu demandes, et tu commenceras à comprendre.

Ces tris de 9m sont de petits bateaux de balades côtières, pas de grands croiseurs, même si c'est éventuellement envisageable,certains l'ayant fait. Lâcher une telle somme pour se balader en côtier avec un volume habitable aussi faible.... n'est pas à la portée de beaucoup.

Enfin, lorsque quelqu'un se sent prêt à une telle dépense, il compare...

02 oct. 201302 oct. 2013

d'accord avec clarivoile, il n'y a qu'a voir l'an dernier pour Brest 2012 tout ces gens qui s'étaient déplacé pour voir des "commodes Louis XV" et qui se sont précipités pour voir les MOD 70 de la Kriss Ocean Race. Mais dans l'ensemble les tri sont considérés comme des machines de courses ou de sport.
Pour Bus, ma remarque sur la France n'était pas une critique mais juste un constat. D'un certain coté ça m'arrange que la majorité de mes concitoyens soient rivés à leur TV ou dans leur jardin le dimanche AM ça fait moins de monde pour profiter des charmes de ce pays à la voile .
Pour Argonote, "sodomiser les coléoptères" est un façon polie de dire "enc...r les mouches" ou autrement dit parler pour ne rien dire ou s'écouter parler, je ne sais pas si cette expréssion est propre au milieu médical mais je ne pense pas. Soit dit en passant j'aime bien que quelqu'un avec ce pseudo fasse une remarque sur la sodomie.... :mdr:

Euh... les mouches ne sont pas des coléoptères (avec des élytres) mais plus simplement des diptères...

En matière de sodomie et si on fait abstraction des bousiers (coléoptères) qui ont sur le sujet une position spécifique, je ne pense pas que le distingo soit de première importance. :litjournal:

02 oct. 2013

Merci Nemo1 d'amener le sujet sur une chaude piste. :acheval:

02 oct. 2013

Je sais, nemo1, mais quand j'ai fait la même reflexion en entendant pour la première fois l'expression, on m'a vertement fait comprendre qu'il fallait que j'arrête de "chercher des poux sur le crane d'un chauve formolisé"et comme j'était là pour faire des études sur les humains j'ai fermé ma grande g.....e !

02 oct. 201302 oct. 2013

La nature est ainsi faite que je suis chauve (qui peut) et, malheureusement, les ans accomplissant leur irréparable outrage, je crains fort de l'avoir bientôt formol. En outre, l'humain est à ma tasse de thé ce que le prix Nobel de la paix est à Poutine, ce qui ne nous empêche ni l'un ni l'autre de manifester notre intérêt à l'égard de ces sujets que d'aucun considérerait, a priori, comme nous étant étrangers.

Je persiste donc :
les mouches sont des diptères et toutes les études convergent (non, ce n'est pas le programme de la soirée) pour affirmer qu'elles le demeurent après sodomie (le travail de laborantin doit être très physique).
Une remarque cependant : il peut, en la matière, être question d'élytres mais, dans ce cas, il s'agit des litres de spiritueux absorbés par ces malheureux insectes pour noyer dans l'oubli ce souvenir gravé dans leur anal, ce qui ne fait pas d'eux des coléoptères pour autant.

Reste que tout ceci est très éloigné du sujet initial qui, lui, est très (tri?) marrant. :litjournal:

02 oct. 2013

Certes.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

un soleil gros comme ça

Après la pluie...

  • 4.5 (167)

un soleil gros comme ça

mars 2021