Le plus bel empannage de la course au large

Hello,

Une petite nostalgie quand je repense a la course de Cammas et Groupama.

Ils on gagné l'étape Française juste après cet empannage :
www.voilesetvoiliers.com[...]e-vent/

Et sont arrivés a Lorient, superbes images ici

L'équipage
07 mar. 2013
07 mar. 2013

:pouce:

07 mar. 2013

Sans vouloir sous estimer la manœuvre je rappelle que 45 noeuds s'inscrit dans l'échelle "fort coup de vent".
Ce n'est donc en aucun cas une tempête comme le précise un des intervenants.
Et c'est un niveau ou cela reste possible bien que dangereux.

En tout cas ce sont des images vraiment impressionnantes -une glisse phénoménale- qui donnent par ailleurs toute la mesure de l'évolution des monos en terme de performance.

07 mar. 2013

Oui bien sûr 45nds c'est un fort coup de vent sur l'échelle Beaufort. Par contre à le vivre ça doit être titanesque et le qualifier de tempête ne me choque pas.

36nds enregistré par le bateau Azzam lors de ce sprint...

La deuxième vidéo est tellement belle, le mono donne l'impression de "voler" c'est magnifique....

Une autre vidéo impressionnante pendant ce sprint :

07 mar. 2013

Ça dépends vraiment des annémo... J'ai été en mer par 45nds entre St Martin et les Acores : c'était titanesque et nous avons mis à la cap. C'était une méchante tempête. Je pense que mon annémo est correctement étalonné.

70nds au port c'est aussi une tempête.

07 mar. 2013

J'appuie aussi le point de vue de Lorenzo. Entre marins on ne devrait pas parler de tempête si c'est fort coup de vent. Sinon on n'a plus de repaire. On m'a déjà rétorqué que 6 beaufort c'est tempête ... pour un Optimist.

Le marin pourra interpréter le contexte, et il saura qu'un fort coup de vent à la remontée des fonds ou près des côtes génèrera bien plus de mer que 55 au milieu de l'océan.

Et donc qu'un fort coup de vent sera parfois plus difficile à gérer qu'une tempête.

Laissons les tempêtes à partir de 7 Beaufort aux discutions des terriens. Surtout ceux qui ont pris le ferry Le Conquet - Lampaul par du 6 et qui racontent à qui veut l'entendre qu'ils connaissent la mer et ont vécu la tempête du siècle dans les eaux ouessantines... :langue2:

07 mar. 2013

Attention, ça risque de se rigidifier un peu plus si tu le prends mal ... :scie:

07 mar. 2013

"le vivre ça doit être titanesque" c'est une expression que je réserverais à une vraie tempête.
Dans ces zones de force de vent, 5 noeuds de plus, peuvent transformer une mer en quelque chose de titanesque.
Je m'autorise ce petit débat annexe pour avoir rencontré le même genre de situation (vent/état de la mer).

Mais là, la vitesse ajoute une impression extraordinaire.
Merci de nous faire partager ces moments superbes.

07 mar. 2013

Ok messieurs, la prochaine fois que je raconterai mes histoires a des non avertit je dirai ;

Nous étions à 200nautiques par force 9 Bf. et 45.54225541nds et une mer bien formé....

La vache vous êtes un peu psychorigides....

07 mar. 2013

Ouahhhh!

Des vrais marins! :pouce:

On se sent tout petit....

07 mar. 2013

T'as fait un empannage sous 50nd Lorenzo?

07 mar. 201307 mar. 2013

J'ai voulu dire que j'avais navigué sous 45 noeuds et même type de mer en atlantique nord.
C'était en solo, avec un mat avant en vrac et l'impossibilité de partir en fuite.
Ce que je sais c'est que l'on devine assez aisément, dans ce genre de temps rencontré ce que cela pourrait devenir si le vent forcissait un peu plus et dans mon cas précis, ce serait passé du très impressionnant au dantesque. Ce que je ne souhaite pas vivre un jour bien qu'il faille y penser lorsqu'on taille la route…

Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas voulu dire.
ce qui est absolument impressionnant sur ces monos, c'est qu'il conservent des surfaces de toile là où nous en sommes pour le moins au troisième ris. la différence est énorme et rend la navigation titanesque.

D'autres part c'est la présence des bastaques qui rend l'empannage très dangereux.

07 mar. 2013

Superbes images et supers souvenirs.
Moi je me demandais, s'il n'était pas plus "secure" de faire un 270° avec un virement (je ne sais pas comment ça s'appelle) je suppose qu'il y a une raison que je ne connais pas... ballast... bastaques...

07 mar. 201307 mar. 2013

Un virement c'est un tour d'au moins 330° et une perte de temps et de vitesse considérable dans un match serré.
Le problème des bastaques reste le même mais plus facilement gérable sur un virement.
.

07 mar. 2013

C'est une façon de changer d'amure comme le virement.
Elle est donc orthodoxe.

Judicieuse ? Ca dépend des circonstances et de la capacité de l'équipage à la réaliser selon les règles.

Pas très "jolie" ? Là, je pense qu'il faut regarder à nouveau cette vidéo.
Elle est parfaitement réalisée et à ce seul titre, moi je la trouve magnifique ! :heu:

.

07 mar. 2013

Virement lof pour lof.

Et c'est clairement moins douloureux pour le materiel ! Il n'y a qu'en régate qu'il faut empanner, sinon quelques soit le vent, autant virer lof pour lof (à part sous spi bien sur)

07 mar. 2013

exact un lof pour lof est un empannage sinon
c'est un vent devant

08 mar. 2013

C'est impossible pour ce type de bateau pour plusieurs raison :
- la surface de voile conservée au portant ne pourait l'etre au pres avec la meme force du vent (surtout que ces bateaux on d'importants balast plus quille pendulaire)
- prblm des balasts plus quille
- trop de perte de temps plus sans aucun doute état de la mer

07 mar. 201307 mar. 2013

OUi je comprends la perte de temps. évidemment c'est infaisable en régate côtière. Mais là ils avaient une avance certe faible mais de plusieurs miles... et il restait de la route
Je me pose la question car c'est une manoeuvre que j'ai moi même envisagé souvent et pratiqué quelque fois. (au portant par vent fort), et je me demandais si c'était orthodoxe et judicieux, même si ce n'est pas très "joli"

07 mar. 2013

Je pense que tof qualifiait de pas très jolie justement le virement lof pour lof alors que l'allure est au portant.

07 mar. 201307 mar. 2013
07 mar. 2013

Bin lof pour lof c'est empanner, non?
:reflechi:

07 mar. 2013

Mince ! J'ai toujours pensé l'inverse (puisque lorsqu'on lof, on ressert le vent)

Bref j’apprends un truc, désolé.

07 mar. 2013

Belle manoeuvre réussie... mais ça ne se passe pas toujours comme ça

07 mar. 201307 mar. 2013

Gimme a knife, gimme a knife, GIMME A KNIFE!!! Ils ont le sens de la formule les slaves...

Appelez moi lopette, mais les empannages à partir de 25/30 noeuds, donc pas une tempête -juste un grand frais de rien du tout- me font toujours mouiller ma chemise.

A 45, c'est carrément héroïque (vous noterez par ailleurs qu'ils ont gardé pas mal de toile...)

07 mar. 2013

par sûr que ce soit mieux un virement lof pour lof amha

avec des vents comme ceux là on est au moins à trois ris, empanner avec trois ris ou mieux encore avec juste un petit bout à l'avant est plus sûr que virer où l'on se prend immédiatement 10-15 noeuds de vent apparent en plus

aussi, considérer l'éventualité de rater grave le virement de bord et rester avec le bateau stoppé face aux vagues... avec l'empannage le bateau est toujours propulsé et reste -dans les limites- manoeuvrant

amha

07 mar. 2013

Il fallait oser! C'était réellement la victoire ou la casse.

Il m'est arriver de spier dans des grains violents dont une fois avec 54 noeuds de vent sur un one tonner. La mer était plate mais cela c'est mal terminé... Je l'ai déjà relaté ici.

Coté empannage sous spi, il m'est arrivé quelques fois d'empanner le spi dans la tranche 35/40 noeuds de vent réel. Cela est toujours passé mais il faut un équipage soudé.

Avec notre A 40, s'il y avait un enjeu réel et pas trop de mer nous le tentions jusqu'à 30 noeuds. Avec notre prochaine monture, cela surement jusqu'à 25 nds maxi.

Attention, il existe une énorme différence entre empanner en baie de La Trinité ou en mer... et n'oubliez pas que pour un particulier il y a le paramètre du coût de l'avarie qui est un élément capital.

07 mar. 201307 mar. 2013

quand on avait le bateau de course, un spi de 150m2 quand-même, je me souviens un affalage sous Meltem très fort (on a tout cassé, GV, deux spis, tangon dans l'eau): on était trois à le recuperer, assis, disons poids total 200-250kg, avec le spi en drapeau pendant qu'on le ramassait par l'écoute dans le dévent de ce qui restait de la GV, et bien la voile qui fasseyait nous a soulevés tous les trois et déplacés en avant d'un bon demi mètre :-(

pour le bord de près suivant on a terminé avec voile de cape (première et seule fois que j'en ai utilisé une) et génois4, 8 personnes au rappel le bateau gîtait et tenait les deux chandeliers centraux tout le temps sous l'eau, il y avait le cagnard avec le numéro et on ne le voyait pas

la croisière ça fait du bien quand-même :mdr:

07 mar. 2013

t'as bien raison de le préciser Roberto, c'est pas pareil 45kts en croisière et en régate...en croisière tu gères, en régate, tu gardes toujours en tête qu'il faut minimiser les risques tout en avançant.

08 mar. 2013

plus un deuxième paramètre lors des courses en flotte : le risque qu'un empannage foiré se transforme en abordage....
En régate je suis tjrs effaré quand je vois des "particuliers" naviguer sous spi bord à bord avec la concurrence; un départ au lof et on sait que le w-e suivant sera consacré à faire chauffer la colle...

08 mar. 2013

"un départ au lof et on sait que le w-e suivant sera consacré à faire chauffer la colle..." C'est vrai, mais cela passe toujours, je n'ai jamais vu de collision dans ces conditions!

07 mar. 2013

déjà empanner que sous foc ORC et GV haute dans 35kts sur mon bateau avec 12kts de vitesse, et benh je garantie que vaut mieux pas se prendre le truc qui traverse au dessus de nos têtes, sous peine de grosse voir très grosse migraine, et même en essayant de freiner le palan, ça racasse pas mal, je pense même que le vit de mulet et le hale-bas doivent en redemander.
Dans ces vents là, on a pas le choix que d'empanner en pleine vitesse et même bien préparé, c'est quand même dangeureux pour nous et le matos, surtout avec les vitesses qu'ils ont plus les accélérations, plus le changement de bord qui fait que le bateau agit différemment par rapport à la houle. Je tiens à rappeler que c'est quand même parmi les meilleurs mondiaux sur cette vidéo, entrainés pour ces manoeuvres.
La vidéo est vraiment magique, et la mer est un peu pas très accueillantes, de plus ils doivent être super vigilant à ne surtout pas enfourner...
Ca y est Viking35 change de bato et il va s'assagir, on verra bien sur l'eau...

08 mar. 2013

lors de l'empannage, je préfère la vitesse plutôt que la situation vent apparent=vent réel.
Sur le tri, je n'hésite pas à assurer en bordant auparavant la GV dans l'axe et en concentrant nos efforts sur le gennak; faut dire qu'en régate, nous ne sommes que deux à bord.

07 mar. 2013

En regardant ces vidéos, je me dis que cela ne serait pas possible avec un bateau en bois classique. Les matériaux dits exotiques on beaucoup fait progresser la course au large, et la plaisance. Il y a quelques dizaines d'années (4 ou 5 quand même), les bateaux en course se mettaient à la cape dès force 7 à 8. Maintenant ils naviguent sous spi !!! Y a intérèt d'avoir un bon équipement étanche, parce que c'est l'arrosage à la lance à incendie en permanence. Chuis trop vieux pour ce genre de cabrioles. chapeau à ceux qui y vont.

:bravo: :bravo: :bravo: :bravo: :bravo: :bravo: :bravo:

07 mar. 2013

Meuh non pas trop vieux.
Souviens-toi pendant le Vendée Globe Virtuel, on a fait plus fort ! :reflechi:
.

07 mar. 2013

"les bateaux en course se mettaient à la cape dès force 7 à 8..."

Il est exact que durent les années 60, de robustes voiliers en bois classique (Stephens, Cornu...) mettaient à la cape ou abandonnaient dès la force 6!

Pourtant, ces voiliers étaient parfaitement capables d'encaisser 40/45 noeuds au prés. Je pense que l'on avait pas la même notion de préservation du matériel à cette époque. N'oublions pas non plus que la navigation se faisait à l'estime.

Et je peux témoigner que le confort à la mer était supérieur à celui que l'on rencontre aujourd'hui avec des voiliers de même taille dans les mêmes conditions.

07 mar. 2013

la manoeuvre est magnifique mais j'etais en mer ce jour la avec le belem et notre optique etait de venir se placer devant groupama de maniere a descendre sur lorient grand largue sur la meme route en calculant une eta similaire a la sienne.
durant la nuit on a eu plutot 30 a 35 nds etabli et des claques a 40 mais jamais 45 etabli et la mer etait plutot de l'odre de 5 a 6 metres
connaissant sa position et sa vitesse c'etait assez simple de se placer pour qu'il nous rattrape sachant que nous on filais entre 8 et dix nds sous huniers
ca n'enleve rien a la beauté de la manoeuvre mais les journaliste en rajoute souvent un peu...
en tous cas ca reste un bon souvenir et nous a permis de faire de belle photos sous groix

07 mar. 2013

Laissons les journalistes.

C'est le navigateur (Nelias) qui parle de 45 noeuds dans l'interview.
.

07 mar. 2013

C'est une belle manoeuvre impressionnante.
Mais je me demande, sans ôter une quelconque parcelle d'admiration, si le vent relatif n'est pas aux alentours de 20 noeuds (ça doit bien avancer à 20-25 noeuds un bolide comme ça ?) ...

08 mar. 2013

Pareil,
rien à dire sur la manoeuvre et la qualité des marins mais un empannage avec 45 noeuds de vent sur un bateau d'une soixantaine de pied qui en survitesse approche les 30 noeuds (voire +) c'est 25 noeuds de vent sur mon 9,50 qui surfe à 9 ou 10 noeuds, non.

Loin de moi toutefois l'idée de dénigrer.

07 mar. 2013

Sur leur site le raceTracker est toujours disponible :
www.volvooceanrace.com[...]dc.html

Les données enregistrés sur ce site sont directement celle du bord, relevées par des instruments à la pointe extrêmement précis.

De plus, le WindSpeed indiqué est le vent moyen... indiquant juste avant l'empannage 44knts.

07 mar. 201316 juin 2020

On peut même avoir les donnés du jours

Donc 46.8knts pour la moyenne vent la plus forte sur une heure (donc rafale a 55) et un mer enregistré à... 14m!!!

07 mar. 2013

Dans une des videos qui résumai l'ensemble de la course a la fin Martin Krite disait un truc du genre "99% des marin avoue avoir eu peur pendant la volvo, 1% mentent"

Les images de la volvo sont vraiment impressionnante et quand tu vois le niveau moi ça me scotch. Quand on voit comment on peux voler sur un bateau de série un peu performant et bien mené, alors avec leur engin a ces vitesse quand ça part en couille ça doit faire bien mal.

je vais me refaire quelques images ce soir :p

07 mar. 2013

ben nous on a jamais eu ca mais cela dit au moment du plus fort si nous on étaient a 100 ntq de lorient compte tenu de notre vitesse et de la leur ils etaient bien 150 ntq plus a l'ouest que nous et avec plus de vent

07 mar. 2013

je trouve aussi étonnant sur la seconde vidéo qu'ils mettent 3 voiles d'avant; 2 j'avais déjà vu mais 3...; ptêt courant de surtoiler, pour planer, vu la puissance de ces carènes bien larges, et la technique des marins, mais là je trouve qu'ils "chargent dur"; même s'il n'y a que 15 noeuds (et qu'ils marchent à 20...on est comme en multi là), il faut gérer les toiles devant qd même (et avoir le nb de winchs suffisants). pas simple sûrement. si ça commence à partir en vrille, !! au rattrapage et dégâts.

07 mar. 2013

Pour la beauté de l'arrivé à Lorient rien de plus :)

07 mar. 2013

Pas vraiment, il n'était pas dans une configuration normal pas de possibilité de renvoyer la GV entière d'ou ce choix de config à l'avant cela étant c'est bateau sont incroyable plus tu met de toile plus ça avance, autre remarque aussi il navigue en config normal avec 2 voiles d'avant à allure reaching serré besoin de puissance et de mettre beaucoup de toile devant pour contrecarrer la tendance naturel du bateau à lofer.

Gil.

07 mar. 2013

autre empannage involontaire où le skipper s'est fait une petite frayeur

www.dailymotion.com[...]t_sport

08 mar. 2013

Incroyable cette vidéo aussi !! Stamm pas attachés en train de bricoler dans ce tout petit bout de jupe au surf à 20knts... Pas mal, corrones en titane

08 mar. 2013

je l'avais vue; impressionnante et instructive...il a du avoir un pb de pilote je pense(+ éventuelle bascule ou vague un peu traîtresse...), d'où le départ à l'abatée. il ya eu un p'tite polémique sur le site du VdG ensuite, disant que Stamm aurait du s'attacher; facile à dire après même si il est effectivement à l'extrémité arrière du 60'; mais bon il reste à l'intérieur des filières sur une plateforme bien large, le vent est faible-moyen à priori...reste la "surprise" du chef qui justifie forcément le fait de s'attacher à postériori; les pbs n'arrivent pas que ds le gros temps; c'est même plus vicieux (comme pr Acciona qui a eu très chaud avec sa quille).

08 mar. 2013

Pas de filières dans la jupe :
poujoulat.bernard-stamm.com[...]au.html

Par contre il est peut être protégé par le renvoie de barre.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

L'eau de l'Aude là

Après la pluie...

  • 4.5 (132)

L'eau de l'Aude là

mars 2021