Le mal de terre

Difficile d'être à l'aise sur la terre quant on a passé un longue période a bord.

Si voir nos proche avoir le mal de mer est une réalité, tituber et sentir le trottoir onduler sous nos pieds en est une autre.

Racontez vos histoires de mal de terre ! ;)

L'équipage
16 déc. 2020
16 déc. 2020

Mon premier vrai "mal de terre".

Je ne l'avais jamais eu avant, alors que j'avais déja fait plusieurs fois du cabotage pendant une semaine sur des petits bateaux.

Là, nous avions fait une semaine (seulement) de navigation sur un vraiment petit habitable.

Nous avons ramené ce petit voilier à son mouillage, et son propriétaire (mon cousin) nous attendait pour débarquer tout notre matériel,le mettre dans son coffre et nous ramener chez lui.

Cela a pris du temps, les enfants et sa femme (elle doit se lever tôt) dormaient déja, nous somme allés nous réfugier dans la cuisine pour ne pas faire de bruit, boire un apéro, manger ensemble et lui raconter nos multiples aventures.

Mais la cuisine avait des murs unis, avec une frise rose qui en faisait le tour, et cette satanée frise rose avait le tournis et elle roulait bord sur bords !!!
Je tenais mon vere à deux mains pour qu'il ne se renverse pas, je voyais les bouteilles osciller devant moi et j'avais vraiment peur qu'elle se cassent la gu... !
Un regard vers ma compagne et je remarque qu'elle a aussi un drôlr d'air et qu'elle tient elle aussi très fermement son verre !
;-)
Avec tous ces mouvements dans la cuisine qui roulait, le repas n'a pas été facile !

Et plus tard, toute la nuit le lit a roulé lui aussi au mouillage !
Cela a duré aussi le matin suivant, puis c'est parti...

J'avoue que je dors bien mieux dans un petit bateau au mouillage (avec une houle modérée) que dans mon lit (fixe ;-) !

22 déc. 2020

il ne faut plus aspirer le H,ni en mettre dans la soupe
Alain

16 déc. 2020

Après 1 semaine en mer ou tout c'est bien passé atterrissage à sauzon à 4 h du matin.
Après une bonne nuit de sommeil direction l'épicerie du bourg pour un petit avitaillement.
3 où 4 mn après être entré dans le magazin tout les rayonnages ce sont mis à ballotter de droite à gauche et une grosse nausée m'envahit....
Obligé de sortir d'urgence de l'échoppe !

16 déc. 2020

J'ai lu il y a quelques temps un article sur le mal de mer qui expliquait que celui ci pouvait emmener jusqu'au comas.
Mais qu'il était toujours réversible après quelques temps à terre.
L'article parlait également du mal de terre qui lui d'après l'auteur pouvait dans quelques cas rares rester à vie....
Il y a t il parmi vous quelqu'un toucher par cet étrange mal?

16 déc. 2020

J'ai eu cette année de nouveau le mal de terre tout comme ma compagne en descendant d'un bateau de location (une semaine de navigation).
La table et les verres bougeaient sur la terrasse du café du port il fallait les retenir pour qu'ils ne versent pas ;-)
Et ensuite idem dans la chambre d'hotel.

C'est marrant, parce que ces dernières années cela ne nous était plus arrivé alors que nous avions beaucoup plus navigué en mer, y compris dans des conditions nettement plus difficiles.

17 déc. 2020

Je rajouterais que je n'ai jamais eu le mal de mer (pour l'instant) alors que ma compagne l'a en général la première journée.

C'est curieux comme ces symptômes ont tendance à se manifester un verre à la main !

22 déc. 2020
16 déc. 2020

Je suis très vite sensible à ce sentiment que la terre bouge bien plus que la mer quand je débarque, j'ai eu deux vrai gros mal de terre.
Le premier c'était pour ramener le bateau après son achat. 24h de mer assez agitée, première fois que je faisait une nav aussi longue. À peine arrivé les copains m'ont traîné au bistro pour fêter ça... Horrible, j'étais obligé de me tenir à ma chaise même assis de peur de tomber alors que le première tournée n'était pas encore arrivée, au moment de trinquer j'ai perdu l'équilibre et versé la moitie de ma bière sur un copain.
Le second, j'habitais déjà sur le bateau et bossait dans une supérette d'une île bien connue dont l'avant port est moyennement abrité des secteur N NE. Journée de repos avec du sale temps, je suis pas sorti du bateau, le lendemain au travail c'était la caisse qui me tenait debout. Le pire était d'avoir le tapis roulant en bord de champ de vision...

16 déc. 2020

Et le mal du plumart ....Aprés 21 jours de nav un bon lit douillet a terre ;et au milieu de la nuit tu te crampones au matelat avec la sensation de chavirer.Pas mal non plus

16 déc. 2020

Pour moi, ce fut après une navigation de Nantes à Portsall non stop sur Armagnac.
A Portsall je passe chez des amis qui m'offrent un bain dans une baignoire d'eau chaude :-); on peut se demander pourquoi.
Je limaçonne dans l'eau chaude quand tout à coup l'eau du bain c'est mise à tanguer violemment; je me souvient m'être cramponné au bord de la baignoire.
Désagréable.

Sinon pour ceux qui ont le mal de mer à terre, il peut s'agir de VPPB (Vertiges paroxystiques positionnels bénins).
J'y suis sujet, tous les 10 ans environ.
Comme le nom l'indique, c'est bénin, mais très invalidant.
Deux remèdes:
1 - S'immobiliser, mais cela repart au moindre mouvement.
2 - Passer voir un ou une kinésithérapeute vestibulaire. Par quelques manoeuvres bien faites et rapides tout redevient normal.
Alors pourquoi trainer le malaise.

16 déc. 2020

J'ai connu cela 2 fois. La plus dure après une longue navigation au près par mauvais temps alors que je penchais souvent la tête vers le bas pour voir sous le génoa les éventuels obstacles.
A l'arrivée au mouillage, je ne tenais pas debout et me suis couché. Sur le dos, le bateau se retournait et seule la position en chien de fusil était supportable. Le lendemain on a été obligé de venir me chercher car je ne pouvais même pas descendre dans mon annexe. C'est un kiné spécialisé et équipé qui m'a sauvé. Après ses manœuvres "techniques" je suis sorti de son cabinet en pleine forme! Je n'ai jamais le mal de mer mais cet épisode est un très mauvais souvenir.

16 déc. 2020

La légende dit qu'en cas de mal de mer, il faut se mettre sous un bananier, ou quitter le bord, j'ai proposé à ma femme de se mettre dans l'annexe derrière le bateau, elle a pas aimé 😜

16 déc. 2020

Effectivement, ce matin, je suis allé à la poste,c'etait absolument horrible comme sensation, l'impression d'être ivre, de m'emmêler les pieds, au bureau de poste, j'étais mal au point de dire au conseiller que je devais sortir prendre l'air, j'étais pâle m'a t'il dit en se moquant un peu.

Après 15 jour a bord ma femme et mes filles m'avaient aussi parlé de ce phénomène désagréable.

Après 3 mois de mer, je vais rentrer et je pense au syndrome du plumard aussi, je ne suis pas pressé de dormir dans mon lit ,😀😀😀

16 déc. 2020

J'ai systématiquement le mal de terre, même si j'ai juste navigué 2 heures. Pas violent, mais toujours cette sensation d'avoir bu un ou 2 whiskies. Et ça peut durer plusieurs jours...

À choisir, je préfère tout de même le mal de terre au mal de mer !

16 déc. 2020

C'est vraiment très marrant ce phénomène.

Parce que moi, qui ai la chance de n'être absolument pas malade en mer (mais VRAIMENT pas, hein : en 50 ans, les deux seules fois où je me souviens avoir été malade, c'est que j'avais avalé des saloperies avant d'embarquer), et ben... après deux jours à me faire remuer en mer, je débarque sur le quai avec les jambes bien écartées des fois que le quai ait envie de me flanquer à la flotte (et d'ailleurs, puisqu'on en parle, il essaye, le fourbe) !..

Bon, j'ai (encore) de la chance : ça me passe assez vite, et la bière reste bien dans son verre au bistrot, le lit ne bouge pas (ou alors c'est moi qui l'aide), et la baignoire reste bien sage (faut dire que j'en ai pas) !

16 déc. 2020

Le pire pour moi, les cabines .. Douche ou comme autrefois les cabines téléphoniques.
Dehors, ça tangue aussi, mais c'est gérable.

16 déc. 2020

Une semaine en mer d'Iroise à se faire secouer 24/24.
Je débarque, rentre à pied chez moi (aucun prob). Je veux prendre une douche et au moment où je ferme les yeux dans la douche, je perds l'équilibre. Donc je tombe en emportant le rideau :D

16 déc. 2020

Moi aussi je l'ai souvent après une nav un peu agitée, le pire : assise sur le trône !
Alors que je ne sais pas ce qu'est le mal de mer, jamais eu de ma vie... ça viendra sans doute un jour ?

18 déc. 2020

voilà ce que c'est que se prendre pour une reine ... :-))

18 déc. 2020
16 déc. 2020

Ce qui est curieux, c'est que le mal de mer peut s'expliquer via l'oreille interne et le manque de repères dans un environnement en mouvement, mais comment expliquer qu'on soit malade à terre alors que la vue, le cerveau et l'oreille interne reçoivent les mêmes informations dans un environnement fixe.

Existe t'il des recherches sur le phénomène ?

16 déc. 2020

Eh bien je compatis avec toutes les victimes de l'un ou l'autre de ces maux ! Pour moi jamais de mal de mer, mal de terre assez fréquent mais à peine perceptible et durant au maximum une demi-heure. L'âge venant, aucun changement...

16 déc. 202016 déc. 2020

comment expliquer qu'on soit malade à terre alors que la vue, le cerveau et l'oreille interne reçoivent les mêmes informations dans un environnement fixe.

C'est tout simplement un mécanisme adaptatif. Les capteurs ont été habitués à une discordance cyclique entre les informations visuelles et proprioceptives, on les remet brutalement en phase : il faut recadrer, ce qui prend un temps variable selon les individus.

17 déc. 2020

Après ma première marée en Mer du Nord, ça m'a fait "tout bizarre" de remettre les pieds à terre, impression que ça bougeait, pendant quelques instants.

Dans un autre ordre d'idée, j'ai vu mon père marin pêcheur malade avant d'embarquer après ses ~ 50 heures à terre entre deux marées.

Et à bord, un mécanicien était systématiquement malade au passage du caisson qui marque l'entrée de la rade de Boulogne au retour de la pêche.
J'étais auprès de lui avec d'autres, et l'ai vu effectivement changer de couleur.

17 déc. 2020

@Gildas
Oui, idem, le coup de la douche, c'est "mortel"... "mal de terre" garanti, je ne sais pas pourquoi.
Pas jusqu'à être malade, mais de sérieux problèmes d'équilibre.
Mais tout de même, qu'est ce que c'est bon une bonne vraie douche quand tu t'es fait secouer pendant plusieurs semaines.

17 déc. 2020

Depuis mon service militaire, je n'ai jamais supporté une douche chaude, ni même le chauffage dans la chambre, ma femme qui était frileuse à notre rencontre, ne supporte plus non plus le chauffage dans la chambre, l'été, elle est climatisée a 16°, et on dort avec juste un drap, mais l'hivers, on garde la fenêtre ouverte.

On s'habitue facilement a des températures de confort. A bord, j'ai la douche a l'eau froide, et ça me convient très bien. C'est vivifiant.

Je me souviens d'un voyage en Russie au nord de Moscou, où nous avions été invité dans la datcha d'un ami, il y avait une rivière qui coulait en forme de cascade, c'était l'hiver, et il fallait se mettre sous la cascade d'eau glacée, puis rentrer dans le sauna, le but étant de sortir de l'un quant la température n'était plus supportable pour se réchauffer ou se refroidir. Je supportais mieux l'eau glacée que la chaleur étouffante du sauna. Mais c'est un super souvenir sous les magnifiques neiges Russes.

17 déc. 2020

Quand je pars avec le bateau sur des navigations un peu longues (pas de problème si je fais des ronds dans l'eau pendant deux ou trois heures), je suis "barbouillé" pendant un jour ou deux, voire très barbouillé selon les conditions météo; manque d'appétit, légers hauts-le-coeur... pas bien.
Après une semaine de navigation ou plus, je n'ai pas de nausées de retour à terre, mais il est évident que ça bouge pas mal, surtout à l'arrêt; j'ai pris l'habitude maintenant de me tenir assez fermement lorsque je me brosse les dents, et de m'appuyer contre une paroi lorsque je prends ma douche. Sinon je peux tomber, ou du moins me rattraper in extremis.
Tout ça parfaitement à jeun bien sûr, parce que je vous vois venir...
J'ai, peut-être à tort, attribué cela au mouvement permanent du bateau auquel le corps s'habitue.
A moins que ce ne soit à cause de la terre, qui tourne vachement vite à ce qu'on dit... peut-être un effet de la force centrifuge...
A moins que ce ne soit parce qu'elle penche; il paraît qu'elle est ronde, maintenant... Mais comme la chose m'a été affirmée récemment encore par un copain complotiste, je ne sais pas si je dois le croire...
Au lit c'est encore une autre affaire; ça tangue un peu le premier soir, mais j'ai surtout beaucoup de mal à me repérer dans l'espace lorsque je me réveille pendant la nuit. A chaque fois, les trois nuits (ou plus) suivant le retour sont fractionnées (alors que je dors habituellement d'une traite); je fais des cauchemars légers (mais quand même), et c'est carrément la panique pour me repérer lorsque je me lève dans l'obscurité.

17 déc. 2020

Christophe - "Comm'si La Terre Penchait"

17 déc. 2020

Souvent en début de saison après des navs chahutées. Pour ma part pas du tout désagréable, jamais associé à de la nausée. Plutôt marrant d'être ivre sans tirer sur son foie.

18 déc. 2020

Cela m'arrive aussi parfois,le mal de terre physique.

Mais le le plus dur, c'est le mal de terre moral. Quand on a pas envie du tout de rentrer...

_“Il y avait des choses intolérables à terre, des pensées, des absences, des angoisses, que l'on ne pouvait supporter que sur le pont d'un bateau. Il n'avait jamais existé d'analgésique aussi puissant. Et Coy avait vu survivre à bord de bateaux des hommes qui, ailleurs, auraient perdu pour toujours la raison et la paix.

Parce que, de toute évidence, la vraie liberté, la seule possible, la véritable paix de Dieu, commençait à cinq milles de la côte la plus proche.”

_

Arturo PEREZ-REVERTE - “Le cimetière des bateaux sans nom”

22 déc. 2020

Avant de voir que c'était une citation, je me reconnais a travers les mots.

Je me demande si je ne traîne pas pour rentrer à la maison transformant un convoyage de 3 semaines en une croisière en solitaire qui a déjà prit 4 mois.

Je pourrais pousser les moteurs à leurs vitesse de croisière, j'y gagnerait sans doute en litres/mn mais je traine a 5nds alors que lors des essais, il a passé les 55,7 nds.

22 déc. 2020

@Kobaia;
chouette bouquin, "le cimetière des bateaux sans nom" !

;-)

22 déc. 2020

Une amie était absolument insensible au mal de mer. Par exemple je l’ai vu bouquiner tranquille dans un coup de Meltem calée sur une couchette de mer. Par contre elle avait le mal de terre violent. Le remède au mouillage elle allait à la nage jusqu’au bord et ça atténuait le problème. Au port pas de souci.

22 déc. 2020

Hello,
Gros mal de terre à mes débuts, en mono, surtout sous la douche le soir en rentrant de nav...à l'époque pas de mal de mer!
Puis passage au cata, plus jamais de mal de terre, mais alors un mal de mer carabiné jusqu'au moment ou je me suis retrouvé en solo et ou j'ai découvert de concert le Stugeron...
Depuis, plus de Stugeron, derniers mois passés sur un mono sans mal de mer, et sans mal de terre non plus...comme quoi, tout se "soigne"...
No comment sur l'expérience tri...mal de mer carabiné durant 24h, comme tout le monde à bord d'ailleurs..;

22 déc. 2020

je l'ai aussi ce p.tain de mal de terre dès que je débarque, problème ! les catways bougent et sont étroits me semble-t-il. Un jour je vais tomber à l'eau et me réveiller mort.

22 déc. 2020

je dois l'avouer il y a deux ans au retour de corse sur impéria ,diner au resto , fini la soirée
en tête à tête avec un bouteille de grappa et le chef cuistôt avec qui je l'ai partagée , je lui avais donné un thon pêché pendant la traversée .
hé bien mon bato était au bout de la panne en ponton flottant et à 2h du matin je l'ai faite toute a 4 pattes et pourtant qu'elle était longue .le lendemain matin force 10 dans le crâne .
mais heureusement ça ne m'arrive pas souvent ,ce genre d'agapes .
alain ;-(

22 déc. 2020

Après 2, 3, 4 jours à bord, dès que je descends du bateau pour rentrer à la maison, je sens une bizarrerie dans l'équilibre, mais rien de méchant. Mais là ou c'est drôle, c'est l'endroit ou ça se met en route, que tout s'accélère.

Dès lors que je vais poser popol sur le trône, mon Dieu, il y a une salopard qui a installé le trône sur une houle terrible. Sensation assurée, limite très désagréable quand même, non par l'odeur si naturelle, mais par la variation oscillatoire du trône. Qui en fait, est très bien fixé au sol fort heureusement.

J'ai lu plus haut que le mal de terre peut aller jusqu'à un coma, je ne le savais pas, mais toujours est-il, étant bénévole à la SNSM, que le mal de mer est pris très au sérieux quand un requérant fait appel au Cross, et que le Cross engage la SNS et son équipage.

22 déc. 202022 déc. 2020

État comateux mais si les secours sortent pour un mal de mer déclaré c'est pour une hospitalisation.
Les sensations d'équilibre à terre c'est marrant et ça me le faisait parfois après des plongées bouteilles juste en remontant dans le bateau

23 déc. 2020

ça c'est la narcose post plongée ..ou l'excès de co2 dans le sang.
alain

22 déc. 2020

Explication BDE mon médecin urgentiste, et qui est navigateur.
Dans un bateau, à l'intérieur on est soumis à toutes sortes d'accélérations, ressenties par tous les organes, mais c'est le bazar entre les organes sensoriels, au bout d'un moment, on s'habitue, mais en rentrant à terre le cerveau met du temps à tout remettre dans l'ordre. D'ou ces symptômes.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...

  • 4.5 (168)

mars 2021