Le goéland (dé)confit

je vois cet article sur OF
www.ouest-france.fr[...]6829273
Je trouve qu'il y manque un rappel comme quoi nourrir les goëles est interdit... et malsain pour eux.
De quoi ouvrir une petite discussion polémique sur H&O avant de déconfiner de devant son écran.

L'équipage
09 mai 2020
09 mai 2020

Les nourrir un peu comme ça ?

09 mai 202009 mai 2020

Bonjour. A Dartmouth, il est formellement interdit de leur donner à manger et l'amende peut être "salée". Plein d'affiches sont là pour vous le rappeler.
Chez nous, ils se contentes des moules prises sur les piliers des pontons et çà fout "la merde" dans tous les sens du terme. Les bateaux les plus accueillants pour ces volatiles sont les vedettes de pêche et çà tient dure si on ne nettoie pas souvent.

09 mai 2020

C est complètement con. 😒

Mais c est drôle... 😂

...mais c est con... 😒

09 mai 2020

ça vaut mieux que les LBD pour interdire l'accès au plages...

09 mai 2020

Aux Etats-unis il est interdit de nourrir les animaux sauvages.
Pour les goëlands qui chient sur les bateaux, ils trouvent beaucoup dans les poubelles. Ils sont considérés de plus en plus comme une espèce invasive favorisée par l'homme.

09 mai 2020

Le goéland, ou Gabian dans le sud, est une espèce invasive.
Sans nos décharges à ciel ouvert il y en aurait beaucoup moins.
Je ne les considère pas comme des animaux sauvages mais comme une espèce opportuniste qui s’est adaptée à l’homme.
Ici ils mettent en péril une colonie de Puffins qui a du mal à se développer sur les îles d’Hyères.
Cet oiseau a toujours été détesté par les marins car il avait la réputation de manger les yeux des noyés.
Il n’empêche que la vidéo au dessus est un mauvais traitement à animaux et devrait être sanctionnée.

09 mai 2020

*** ;-)

10 mai 2020

Désolé. Pas les goélands, les albatros. Tu nous donnes l'occasion de relire Coleridge,"la complainte du vieux marin". Sombre histoire qui repose sur les rapports difficiles entre les marins et les albatros.

09 mai 2020

A Marseille, il y a une grande décharge à ciel ouvert à quelques dizaines de km au nord de la ville. C'est une source de nourriture très régulière pour les gabians qui s'y rendent depuis la mer. Un ornithologue m'avait raconté qu'ils avaient observé des gabians se déplacer en groupe en formation en V , ce qui n'est pas un comportement "naturel" pour les oiseaux de cette espèce. La formation en V permet d'économiser de l'énergie. Dans leur "symbiose" nouvelle avec les humains, les gabians marseillais ont développé des comportements de feignasses.

Est-ce qu'une décharge à ciel ouvert serait considérée illégale aux Etats Unis puisque de fait elle nourrit les oiseaux sauvages ?

09 mai 202009 mai 2020

Il y avait de très belles pages sur cette décharge, à Marseille, et sur les goélands y vivant dans "les Météores", de Michel Tournier.books.openedition.org[...]r/10979
Très bon bouquin.

09 mai 2020

Les ados et le laxatif... ça m'a fait beaucoup rire... même si c'est pas bien... c'est un truc de gosses.👍👍
Doit y avoir la version avec piment quelque part.

09 mai 2020

Moi, les goélands, je les appelle au choix "pigeons des mers" ou "ratas volantes", suivant la langue utilisée.

09 mai 2020

c'est quand même de belles bestioles , même si ils déglinguent toutes nos girouettes ... ils aiment prendre de la hauteur pour bien faire caca sur nos ponts ...

09 mai 2020

J'ai remarqué la grande différence entre les goélands des ports (ou plages) qui sont agressifs, et ceux, sauvages, qu'il peut y avoir sur les iles.

Effectivement, des gens "bien intentionnés" les nourrissent, et cela change complètement leur comportement.
Il ne faut jamais les nourrir.

ceux "des iles" ont un comportement différent, ils sont curieux, certes, mais ne quémandent pas de nourriture et ne viennent pas agresser le plaisancier au mouillage.
Et ils sont assez drôles !

09 mai 202016 juin 2020

Ceux de la plage d'argent* en hiver sont curieux et patients... si on leur donne rien, ils finissent pas s'envoler avec un "ahouh" de dépit !

  • Porquerolles
09 mai 202009 mai 2020

J'ai réussi à donner à manger à la cuillère à un goéland argenté posé sur la bouée fer à cheval, malheureusement je n'ai pas la photo ici.
Ce n'est pas le genre de comportement du goéland marin, il ne quémande pas lui, ne fait pas les poubelles, c'est le roi.

09 mai 2020

L’année dernière en arrivant en Corse on a eu la visite de goélands d’Audoin à côté du bateau dans la baie de Chiavari.
Ils sont plus petits et fins avec un bec rouge et un cri différent et ne se nourrissent pas dans les décharges.
Il n’y en a qu’une centaine d’individus en Corse et leur pire prédateur est... le goéland commun.

09 mai 2020

Il y a quelques années à Saint Malo, une dame avait été condamnée en 1ère instance, en appel et je crois en cassation pour procédure abusive contre une dame qui mettait de la nourriture sur son balcon pour les goélands en violation des arrêtés municipaux.
Les vidéos produites ne montraient pas les goélands s'empiffrant dans les gamelles, juste l'attroupement de goélands qui pourrissaient les toitures.
La nourricière avait obtenues quelques milliers d'euros de la part de la plaignante, fort marrie des conclusions de la cour.

09 mai 202009 mai 2020

Quand j'étais môme, j'aimais bien regarder les goëls qui s'entassaient sur les cailloux et s'envolaient au fur et à mesure que la marée montante réduisait leur espace. Il n'y en a plus, ils sont en ville ou à la décharge.
De même quand en rentrant d'un tour à la pêche avec quelques maquereaux je les vidai au bord de l'eau, ça piaillait autour de moi en attendant que je jette les têtes et entrailles... maintenant il arrive qu'il n'y en ai pas ou seulement quelques uns.
Désormais je vide mes poissons au mouillage et quand je vide mon seau j'empêche les goëls d'en profiter en faisant des moulinets avec le seau, le temps que les déchets coulent et aillent nourrir les crabes... c'est bon les crabes, sauf les verts.

Quelques uns se sont peut être vengés sur moi, lors d'une escale aux minquiers ou j'avais débarqué... je n'ai jamais pu récupérer ma chemise - un peu comme sur la vidéo plus haut.

10 mai 2020

ces saloperies sont protégées ... enfin plus ou moins, de temps en temps, on ne les tue pas mais on stérilise leurs oeufs dans les nids, ça a été fait à plusieurs reprises sur les toits de la base à Lorient.

10 mai 202010 mai 2020

La stérilisation est inefficace puisque ça n'empêche pas le nombre de croître. Maintenant, on en trouve même en permanence, dans les villes, à plusieurs dizaines de km à l'intérieur des terres.

Dans le lycée où j'enseignais à Cherbourg les devoirs surveillés se passaient dans l'ancienne salle de dessin sous les toits éclairée par une immense verrière translucide.
L'hiver quand il y avait du givre, les atterrissages étaient particulièrement acrobatiques laissant de grandes traces de dérapages, les plus maladroits tombaient en vrac devant la fenêtre...

Et au printemps, saison des amours (pour les lycéens aussi) on voyait deux paires de pattes par transparence puis seulement deux ... certains avaient du mal à se concentrer sur le sujet du devoir : Durkheim, Smith, Ricardo, Keynes, Bourdieu ou autres !

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Peinards dans les Hébrides

Souvenir d'été

  • 4.5 (129)

Peinards dans les Hébrides

novembre 2021