La voile pour changer le monde - appel à idées

Ceci est un appel à idées

Je suis en pleine reconversion professionnelle et souhaite partager un sujet qui anime mes réflexions : démocratiser et répandre la pratique de la voile.

Le monde étant en pleine réflexion sur comment continuer à subsister sans consommer plus, le monde de la voile est un vecteur idéal de pratique mêlant valeurs de respect et d'engagement, esprit d'équipe, excitation de l'aventure et unique pratique au monde permettant le voyage autour du monde au grand public si l'on exclu l'exploit sportif du vélo et de la course à pied. Imaginez la grandeur de cette pratique ! On ne peut pas la garder pour nous, initiés.

Bref, partager cette pratique est à la fois faisable, utile car il porte de nombreuses valeurs, et grandement éthique.
Si le grand public était aussi familier de la voile qu'il peut l'être du ski nous pourrions augmenter les budgets de protection du littoral, donner plus d'activité aux villages côtiers, créer de nouveaux emplois en dehors des grandes villes et entamer un cercle vertueux à notre petite échelle.

J'en viens à l'objectif de ce poste : interroger la communauté des marins sur la question de ce qui est faisable aujourd'hui pour servir le mieux possible le milieu du nautisme et la planète.

Si vous aviez le temps et l'énergie pour lancer maintenant une initiative dans ce sens, quels seraient ces projets ?

Parmi mes premières idées beaucoup sont "déjà vues" je le sais bien. Je cherche celle qui peut être mieux faite ou de nouvelles approches, celle qui me permettra d'apporter le plus de valeur.

Des idées en vrac à alimenter : fonder une association de classe de voile en milieux défavorisés, fonder un centre pour faciliter les semaines en voiliers pour toutes les écoles qui le souhaitent (comme ce qui existe en semaine ski), créer une plateforme dédiée uniquement à l'embarquement découverte gratuit pour le partage de passion...

Je sais que la pépite existe car la voile est magique et peu pratiquée cross milieux sociaux et géographiques. Aidez moi à la trouver

Merci pour vos idées et échanges

L'équipage
13 mai 2020
13 mai 2020

Des idées en vrac à alimenter : "fonder une association de classe de voile en milieux défavorisés, fonder un centre pour faciliter les semaines en voiliers pour toutes les écoles qui le souhaitent (comme ce qui existe en semaine ski), créer une plateforme dédiée uniquement à l'embarquement découverte gratuit pour le partage de passion..."

tout celà est dejà en place depuis disons les années 80 ...j'y ai participé ..donc rien de nouveau à ce niveau . et tout celà tourne avec plus ou moins de bonheur ...
- va voir par exemple l'association "Grand Largue" parrainé dans un premier temps par Tabarly et maintenant par son épouse ...
et il y en a plein d'association du m^me genre ..Le Père Jaouen ..

13 mai 2020

Tout à fait Calypso, tout existe déjà...

13 mai 2020

L’hermione et les gars de l’association m’avaient laissé admiratif.

13 mai 2020

J'ai tenu une école de voile pendant 20 ans. Nos stagiaires étaient essentiellement (200/jour à peu près) des enfants de banlieue parisienne en classes de mer et colonies de vacances. Les communes le la ceinture rouge de Paris sont pour beaucoup passées de PC à droite. Les classes de mer et colos ont été les premières économies faites par ces municipalités et ont disparu.
Nous avions aussi toutes les écoles de la région et l'école de sport (en compétition) en 20 ans : 2 capitaines au lg cours, 2 départs en voilier, 1 coureur du Vendée Globe.
La FFV, par le biais des EFV cherche à démocratiser la voile, les communes subventionnent souvent l'activité et l'utilise comme moyens de promotion.
Je pense que pour développer quelque chose, le rapprochement vers la FFV est un préalable.

13 mai 2020

La FFV est tournée aussi vers la compétition…
La compétition est une des questions que d'aucuns se posent…
;-)

13 mai 2020

dernierement en insertion un bateau à moteur avec l'esprit écolo a été dans un premier temps construit à st Malo dans le cadre d'une insertion et de formation de jeunes et de moins jeunes en difficulté puis ce bateau est utilisé comme support pédagogique ...

c'est vieux comme le monde ce genre de projet .

13 mai 2020

Je ne suis pas tout à fait en phase avec le constat de base malheureusement ...
"comment continuer à subsister sans consommer plus"
-> le monde de la voile n'est malheureusement PAS un exemple :(

Les voiliers de plaisance prennent de la place, et souvent une place rare : les ports sont déjà bien pleins. Quant au fait qu'ils soient écologique :
en théorie, peut-être. En pratique, cela demande une masse de matériel néanmoins fort conséquente (et si on en doutait, il n'y a qu'à constater le coût de tous les achats mis bout à bout), et un entretien lui aussi franchement important (donc pas super durable non plus)

J'aurais envie de dire que les sports d'hiver sont devenues de véritables catastrophes écologiques (principalement parce qu'il a été considéré comme nécessaire d'ouvrir cette activité à absolument tout le monde)
Les gens ne sont pas partis faire des randonnées en raquettes, ni même du ski de fond. Ils ont principalement convergé sur l'activité la plus polluante, la plus absurde, la moins porteuse de valeurs positives, et il serait illusoire de croire que ce serait différent sur une autre activité.

Si on voulait "motiver" les gens à partager cette activité, ce n'est pas le rythme de Moitessier qui les fera vibrer, mais bien la croisière confortable, dans les pays ensoleillés, sur des charters de locations aptes à gérer ce tourisme de masse.

(et je ne fais pas exception, dans ce constat sinistre, je m’inclue volontiers, et je sais polluer bien davantage que je ne le voudrais, ce qui me rend franchement malheureux)

L'esprit initial est effectivement plein de promesses d'un rapprochement à la nature. Mais dans la pratique, ce n'est pas ca.

Quant aux "valeurs de respect et d'engagement, esprit d'équipe, excitation de l'aventure"...
Je ne vais pas dire que la voile, ce n'est pas ca (pas envie de me faire lyncher). Mais clairement, ce n'est pas la première chose qui me viendrait à l'esprit.
Désolé d'avoir en synthèse plutôt l'image du marin un peu solitaire, hédoniste, volontiers compétiteur, et prompt à se sentir supérieur.
Il y a bien un esprit marin et une entraide véritable, mais il se retrouve aussi dans d'autre activités, il n'est pas spécialement universel au sein de la plaisance.

Si une activité devrait être plébiscitée, c'est la randonnée, avec une tente, sur les petits chemins. On est fortement en contact avec la nature, peut-être un peu moins sauvage, mais justement sur un contact bien plus "naturel".
Et sans déconner, sauf à aller sur des domaines plus élitistes, ou à l'inverse sur du fortement touristique, je trouve que l'ambiance générale en rando finalement plus positive.

(et si on se demande pourquoi je pars en mer ... Ben c'est simplement que pour ce que je veux faire, en sac à dos, ca ne marchait pas trop ... Mais je n'irais pas prétendre que c'est par grandeur d'âme ou par humanité)

Donc, désolé, mais non, pas envie d'expliquer aux gens que la mer c'est super, il faut absolument y aller sinon ils ont rien compris à la vie.
Je pense qu'au contraire, seuls ceux qui avaient à la base un esprit d'aventuriers ouverts à tout, en phase avec cette façon de voyager complètement décalée, seraient aptes à s'intégrer de façon positive dans cette activité.
(et bam ! Voilà que je stéréotype le popeye grincheux)

13 mai 2020

Après, et parce que c'est quand même un appel à idée ..
Si le projet, c'est de racheter une vieille coque, et de la restaurer dans un groupe de joyeux lurons avec 3 bouts de ficelles et beaucoup de débrouille, pour aller finir par faire 3 ronds dans l'eau pour fêter ca, je pense que oui, ca peut faire un super projet !

Mais, clairement, le gros du projet, c'est de retaper un bateau, pas de naviguer avec, qui n'est que la conclusion du projet, pas son point de départ.

13 mai 2020

ça aussi ça c'est fait ..j'ai été le "specialiste" de tel projet ..

on avait acheté une vieille coque en bois ,il avait été accueilli dans un CAT et des jeunes en insertion l'ont nettoyé ,et transformé ,celà avait bien durée 6 mois . Certains ont découvert la menuiserie , faire quelque chose par soit m^me , travaillé en équipe et se lever à l'heure ..entre autre ...et le bateau est partie ensuite en croisiére .. là c'était savoir preparé un menu, faire ses achats avec un budget ,organiser la randonné , le couchage etc etc ..

13 mai 2020

@peuwi : je partage totalement ton point de vue, merci de l'avoir si bien exprimé!

13 mai 2020

+1 Peuwi
J'allais écrire à peu près la même chose.

13 mai 2020

Vous lui avez bien cassé son trip là !🙄

13 mai 2020

Beaucoup de points intéressants, les avancées principales dans la démocratisations sont portées par la ffv, l'idée d'assos favorisant la découverte existent depuis belle lurette, certains projets restent sympa mais avec une portée restreinte.

@Peuwi il me semble quand même persistant que dans un contexte éducatif l'apprentissage de la voile en équipage constitue tout de même une excellente école de vie. Et même si ça ne sera jamais aussi vert que la rando une année sabbatique d'une famille en transat à la voile reste l'un des meilleurs rapports aventure-ouverture/empreinte que je connaisse.

Dommage cela-dit j'aurais cru qu'il y aurait certains projets ou idées un peu plus optimistes sur ce que pourrait donner l'acces à la mer à plus de monde, qui va notamment dans le sens d'exploiter mieux le parc de navires au port. Dans le genre l'initiative de clickandboat me semble être un bon exemple, à cela prêt qu'elle met les loueurs classiques en difficulté.

13 mai 2020

On a beaucoup travaillé en croisière avec des centres éducatifs fermés Pour ceux qui ne connaissent pas, ce sont les prisons pour mineurs qui ont fait de gros trucs (viols d'enfants, meurtres etc...) Le skipper 2 "matons" ( ça s'appelle éducateur), 3 jeunes. C’était dur. J'avais des appels des ports quand le bateau en partait et ce n’était pas toujours facile à gérer. Je pense réellement que la FFV, dans sa composante Ecole Française de Voile accepterait avec plaisir un engagement associatif en direction de différents publics. Il n'y a qu'à se rapprocher d'un club, d'un comité départemental ou d'une ligue. Il y a de l'écoute.

13 mai 2020

Les tentatives ne navigation commerciales à la voile sont une piste…
www.towt.eu[...]/

;-)

13 mai 2020

"Le monde étant en pleine réflexion sur comment continuer à subsister sans consommer plus, "

s'il y a bien un monde ou l'on consomme un maxi pour pas grand chose c'est bien le nautisme en général

regardez bien toutes les infrastructures que l'on a créé ,tous les parkings à bateaux ,tout les environnements que l'on a détruits etc , tous les bateaux construits , entretenus , ...les sommes folles depensées et résultat : d'apres les ports :les bateaux ne sortent gère plus d'une semaine en mer par an ...

il n'y a pas grand chose de plus dingue, c'est vraiment la sociéte de consommation dans toute sa spendeur

14 mai 2020

Ben justement, un voilier pollue qu'on s'en serve ou pas, donc pourquoi ne pas essayer de s'en servir davantage ? en économie on dirait que le taux marginal de pollution d'un voilier est proche de zéro, c'est balaud de ne pas naviguer avec, il y a donc bien un gisement d'usage peu polluant.

14 mai 2020

Quel triste constat...
Il y a fort heureusement des bateaux déjà bien vieux, repris par des jeunes qui les remettent dans des états impeccables et qui naviguent longtemps et parfois bien loin avec ces bateaux.

Ne generalisons pas!, un mec sur son corsaire polluera moins que celui sur un amel 60 !c'est les gros et les ultras gros qui polluent le paysage et la nature a coup de biftons ,des goinfres qui veulent tout,c'est pour ça que quand on parle de partage je me marre

14 mai 2020

Entièrement de ton avis, Pierre 2.
Et j'ai du mal à comprendre ceux qui affirment qu'un voilier (de taille modeste) pollue plus qu'un camping-car ou qu'une voiture !

14 mai 2020

Tout-à-fait d'accord avec Pierre2, un «petit» bateau ancien retape avec du matos de récupération ou d'occasion pollue des dizaines de fois moins qu' un «gros» récent.

Gorlann

14 mai 2020

Créer une association de propriétaires bénévoles qui s'engageraient à accueillir des équipiers "défavorisés", issus de milieu populaire ou handicapés, etc. serait une idée à creuser. Il faudrait un éducateur à bord aussi probablement et prévoir une indemnité forfaitaire "caisse de bord" pour couvrir les consommables (nourriture et énergie). Format journée ou week-end découverte pour commencer, puis semaine...

14 mai 202014 mai 2020

celà existe dejà , je participe regulierement on sort des jeunes de milieu défavorisé ou en difficulté durant 1 WE par an . C'est organisé dans de nombreux ports par l'association "grand largue"

Donc on peut si l'on veut mettre nos idées en phase avec nos actions y participé . C'est tout simple . L'asso organise , arrete une date ,un wE et designé 2ou 3 jeunes par bateaux plus un educateur ..la nourriture est fournis . on dort tous a bord ..et il y a toujours une soirée d'organisée dans une salle ..et la securité est toujours assurée par la SNSM ou autre ...
Et biensur le skipper est responsable de son embarquement

14 mai 2020

Effectivement, je viens de leur envoyer un mail. Toutes les opérations de cette association 2020 sont annulées (à cause du Covid bien sûr).

14 mai 2020

generalement les sorties sont organisé courant Mai et cette année il n'y en aura pas évidement ..l'organisation se monte courant Fevrier/Mars ..il suffit de ce faire connaitre et l'association est toujours en recherche de bateaux pour pouvoir sortie un maximum de jeunes ...ambiance assurée ,on passe un super WE

14 mai 2020

Nettoyer nettoyer les plages les berges les fonds
Pendant le confinement des trentenaires venaient pêcher,...ok
Ils laissaient canettes bouteille et pizzas, même pas l'idée de les filer aux poissons
J ai nettoyé au fur et à mesure sans rien dire, j espère avoir gratter le pois chiche qui leur sert de cerveau
Le pire c 'était qu'ils étaient accompagnés d'enfants🥴

14 mai 2020

Bravo à toi !
;-)

14 mai 2020

*missingdata ce que tu proposes a déjà existé
entre autre dans les années 80-90 l'asso Terrain Vagues à La Rochelle qui regroupait des proprios qui organisaient et proposaient des sorties en mer et petites croisières à un public "jeunes défavorisés" avec l'aide à l'époque de la CAF.
Il y en a certainement d'autres actuellement.

14 mai 2020

La rando nautique sur dériveur cabanable....

14 mai 2020

Et voile-aviron...
;-)

14 mai 202014 mai 2020

Bonjour,

je viens de créer l'association Passe Coque.
Le principe : Transmettre et faire renaitre c'est naviguer utile !
Le concept : il y a plein de bateaux quasi abandonnés qui ne demandent qu'à être donnés et plein d'assos qui cherchent des bateaux pour faire naviguer des jeunes , faire du transports à la voile, faire de l'humanitaire etc..

Passe Coque se charge de trouver une mission à chaque bateau ou un bateau à chaque mission.

Une page FaceBook décrit le concept ( association passe Coque)
un site internet est en création
Et je serais ravi de développer pour tout ceux que ça intéresse.

Pierre Jean Jannin
Président de Passe Coque
pj.jannin [at] passeurdecoute . fr

14 mai 202014 mai 2020

Et pour ceux qui veulent nous aider

www.helloasso.com[...]-ecoute

Bon vent à tous
Pierre Jean Jannin
Président de Passe Coque
pj.jannin [at] passeurdecoute . fr

14 mai 2020

Bonjour Mr le President
Faites vs ça à but lucratif ???

14 mai 2020

non c'est une asso 1901 !
par contre on est en capacité de faire un reçu fiscal pour le don du bateau ( dans certaines limites bien sûr!)

14 mai 202014 mai 2020

Bien sur, beaucoup de ce qui est proposé ici existe déja, souvent depuis des lustres, et pas seulement en France. Dans les annees 90, j'avais navigué avec un association anglaise (Ocean Youth Club) qui proposait des croisieres sur des gros bateaux a des jeunes de milieux défavorisés (dans mon cas, les banlieues craignos de Belfast, des jeunes traumatisés par les bombes et autres exactions de l'IRA et des paramilitaires protestants). Ce n'était pas toujours facile, mais la mer les rapprochait, et ca marchait plutot bien. L'esprit d'équipe, sur un voilier de 60 pied équipé d'un seul winch (mais si) est absolument nécessaire pour prendre un ris ou border un foc dans la brise.

Bon, j'aime l'idée d'une "plateforme dédiée à l'embarquement découverte gratuit pour le partage de passion" (merci Calypso2) et j'ai donc une question pratique:
Combien des participants a cette discussion serait pres (s'ils ont un bateau) a le mettre gratuitement a disposition au moins un weekend par an d'une association qui ferait naviguer un groupe de jeunes de milieux défavorisés (pourquoi pas avec eux comme chef de bord, c'est une expérience toujours enrichissante).
Si vous avez participé a cette discussion, merci de répondre en utilisant le lien ci dessous:
www.surveygizmo.eu[...]ur-tous

14 mai 2020

Bonsoir,

Je trouve vraiment super de faire naviguer des jeunes défavorisés, voire en réinsertion.
Il y a pleins de belles histoires, mais pas que...

En 92, en escale technique à La Corogne pendant un convoyage, j'ai vu arriver un «Rêve d' Antilles» loué par une asso pour faire une boucle Atlantique avec trois jeunes en réinsertion, un skippeur et deux éducateurs.

Le hic étant que pendant la traversée du golfe de Gascogne, la mer était mauvaise, les jeunes malades ont...voulu que le skippeur mouille (par 4000m de fond) pour que leur calvaire s'arrête!
Le skippeur a expliqué que ce n'était pas possible, soutenu par les educs pourtant très pédagogues et connaissant très bien ces jeunes.

Dans «ce cas-là», il était impératif pour eux que le bateau s'arrête et l'un d'eux à trouver que puisque le skipper ne voulait pas affaler, le mieux pour tous était de couper la GV en deux, et comme elle était déjà au bas-ris, plus de GV!

Ils sont resté une semaine sur place, et malgré toute la compétence et bonne volonté des educs, ils ont passé leur temps à tenter d'«amortir» les conneries ou tentative de conneries des jeunes, dont un braquage de supérette!

Je pense que malheureusement, 28 ans plus tard, La Corogne doit probablement se souvenir de leur passage.

Ceci n'est malheureusement pas un bruit de ponton, j'en ai été tristement le témoin pendant une semaine.

Gorlann

14 mai 2020

Y'a eu aussi des belles histoires, mais, autant pour les éducs que pour les skippers, c'est un métier…
;-)

15 mai 2020

Tout le monde n'est pas le Père Jaouen. Cette histoire montre un certain angélisme ou un manque de psychologie de la part des encadrants, alors que tout le monde sait qu'une navigation en haute mer peut provoquer facilement au minimum des fortes tensions. Et pour manager des personnalités difficiles, soit on a les moyens de sa politique d'encadrement du style Armée (la vraie) soit on a trié et divisé pour régner et on ne prend pas de meneur. Tabarly appelé à la rescousse pour reprendre la main sur un équipage de course motivé contestant son skipper avait semble t'il commencé par faire le tri.

15 mai 2020

Certes, tout le monde n'est pas le père Jaouen !

Je connais deux belles histoires avec des jeunes paumés, menées par des personnalités (inconnus du grand public) :
Fleur de Passion dans les années 80 avec Vincent Gourlat aux manettes (Voyages en Haïti et au Québec) et l'association suisse Mille Sabords avec Jean-Claude Fleuret (plusieurs transats).

Il faut être à la fois bon marin et fin psychologue.

17 mai 2020

Fleur de Passion, après 7 ans de restauration complète, continue avec bonheur cette belle aventure depuis 2009 avec l'Association Pacifique et son programme jeune en mer pacifique.ch[...]-en-mer .
Elle revient de 4 ans autour du monde et est actuellement en révision à Camaret

15 mai 2020

Pour info l'asso Grand largue vient de me répondre et ils n'ont pas d'activité en Med.

Bonjour,
Je participe depuis des années à l’association Grand Largue.
Les jeunes qui viennent naviguer sont des gamins de milieux défavorisés, bousculés par la vie. Ils sont souvent gentils, respectueux.
Joyeux en surface, beaucoup moins en profondeur...
Mais je n’ai jamais eu un jeune pour qui la voile fut une révélation, une découverte extraordinaire.
Pour en revenir au projet initial de ce post.
Inonder le littoral de bateaux: neufs ou récents, il faut le budget.
Vieux ou épaves, il faut le local, les outils, les matériaux, les compétences.
D’une manière plus générale, je pense que les jeunes adultes ont compris qu’un bateau n’était pas QUE le plaisir de naviguer.
Achat, entretien, place de ports souvent problématique et assurance sont au-delà de leur capacité financière. Sans compter souvent Madame qui suit à petits pas.
On en voit encore quelques uns dans les ports mais la (grande) majorité des plaisanciers aujourd’hui ont les cheveux (très) blancs. Quid de demain???
La grande démocratie de la voile s’est effectuée dans les années 80/90. Le soufflé retombe lentement mais sûrement. Et ce n’est pas la pandémie actuelle qui va relancer la machine. La crise économique mondiale qui s’enclenche va laisser beaucoup de monde sur le carreau.
Bonne journée,
Patrice

17 mai 2020

bonjour Patrice

assez d'accord avec une petite nuance ..
La démocratisation de la plaisance c'est faite dans les annnées 80 ok avec l'arrivée des jeunes (souvent des 68 tard) ..mais aujourd'hui beaucoup de gens viennent à la plaisance la veille de prendre la retraite . Certains se dirigent vers le camping car ,d'autres vers le bateau ..
D'ailleurs ici m^me on s'en rends bien compte les nouveaux plaisanciers sont souvent installé dans la vie , et s'organisent pour les "grandes vacances" et s'interrogent comme faire le grand saut ..ce qui fait que sur les pontons tout le monde a des cheveux blancs .

17 mai 202017 mai 2020

C'est vrai que la sociologie des navigants change. Quand j’étais gamins, nos amis étaient des jeunes sur des bouchains aciers ou ferrociment. Ensuite, il y a eu un trou, on ne rencontrait plus beaucoup de français après les Antilles. Maintenant, ce sont soit les jeunes CSP+ en année sabbatique (boucle atlantique) sur des bateaux rapides et suréquipés, soit les retraités tranquilles dans la caraïbe sur des bateaux confortables (dont je fais partie ;-( ). Des dinosaures en Caroff, qui ont choisi la navigation plutôt que l’élevage des chèvres dans le Larzac, on n'en voit plus beaucoup.

23 nov. 2020

Le transport transatlantique à la voile
nombreux sont qui ont à se rendre au canada
et cherchent un moyen qui ne soit pas l'avion !!
Nous sommes plusieurs à y travailler
pour proposer une traversée Atlantique nord à la voile
Bretagne - Saint Pierre et Miquelon 2000 miles
Puis Halifax ou Québec
Jean Philippe 0662067360

23 nov. 2020

Je ne sais si l'initiateur du fil qui datent un peu lira mon post.
Son idée générale est la démocratisation de la plaisance..
Celle-ci a connu un bond énorme, comme dit plus haut, voici déjà des décennies.
Actuellement, il y a des listes d'attente sur plusieurs années pour trouver une place de port. Et ça ne fait que s'accroître.
Les ports sont saturés (à part quelques exceptions) de bateaux, tant de voiliers que de vedettes, qui ne sont utilisés finalement qu'assez peu.
Les constructeurs sortent toujours de nouveaux modèles dont on se demande où ils trouveront place, alors que certains chantiers s'occupant de gardiennage se retrouvent avec des bateaux à l'abandon et des problèmes de deconstruction.
Il y aurait d'autres aspects que je n'aborderai pas ici.
En conclusion, je pense que l'auteur du fil, emballé par son idée, se trompe d'époque. Il fallait y penser voici 40 ans. Et elle a déjà largement eu lieu.
Cordialement à lui

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Souvenir d'été

  • 4.5 (56)

novembre 2021