La navigation de plaisance commence à se démocratiser en Chine

Par Elodie Goulesque Le figaro
Mis à jour le 16/08/2016 à 19h26 | Publié le 16/08/2016 à 19h02

REPORTAGE - Dans le pays, cette activité s'est développée à partir de 2007 avec la création de la première China Cup International Regatta.

«Les propriétaires n'y connaissent rien!», s'exclame Wang, assis sur un tabouret pliable à côté du yacht dont il s'occupe depuis plusieurs années. Le bateau est amarré dans la marina Xinghai, à Dalian, ville de plus de 6 millions d'habitants, dans le golfe de Corée. Un peu plus loin, M. Li prend soin d'un yacht luxueux de 15 mètres de longueur. Il en est le capitaine depuis 2011 mais il a peu l'occasion de sortir en mer: «Mon patron est à Harbin, tout au nord de la Chine, dit-il. Il ne vient pas souvent donc pour entretenir le bateau il le loue de temps en temps.»

Comme le reste de la Chine, Dalian découvre petit à petit la navigation de plaisance. Mais, quand les propriétaires montent à bord de leurs bateaux importés d'Italie, de France ou du Royaume-Uni, ce n'est que pour quelques heures. Le plus souvent, ils restent à quai et reçoivent des amis. Les plus aventureux prennent la mer pour longer la côte de Dalian.

La plaisance en Chine s'est développée à partir de 2007 avec la création de la première China Cup International Regatta. Les acheteurs étaient surtout de grandes entreprises ou des groupes immobiliers. Leur but n'était pas de naviguer mais d'organiser des événements à quai. À partir de 2012, les ventes ont baissé: «La raison principale, c'est le ralentissement du marché immobilier et la baisse du yuan», explique Stéphane Gonnetand, cofondateur et directeur associé de OCD Marine, concessionnaire du français Bénéteau. Le marché a aussi souffert de la campagne anticorruption lancée par le président Xi Jinping. Les membres du parti les plus aisés ont alors mis un frein à leurs dépenses ostentatoires.

«?Il y a deux semaines, un client m'a demandé un voilier sans mât car la navigation ne l'intéresse pas…?»

Stéphane Gonnetand, cofondateur et directeur associé de OCD Marine, concessionnaire du français Bénéteau

Depuis la fin de 2014, OCD Marine a constaté «un basculement du luxe au loisir». Si la Chine, à l'inverse de l'Europe, s'est ouverte à la plaisance en commençant par les yachts et de bateaux de grande taille, elle privilégie aujourd'hui des tailles moins imposantes. «Les bateaux sont plus petits car ce sont des particuliers qui achètent, ils s'intéressent vraiment à la navigation et veulent profiter en famille ou entre amis», explique Stéphane Gonnetand. La plupart de ses clients achètent un bateau pour la première fois: «Nous passons beaucoup de temps à les accompagner et leur expliquer comment entretenir le bateau et comment réagir en cas d'accident.» Sans compter certaines exigences parfois inattendues: «Il y a deux semaines, un client m'a demandé un voilier sans mât car la navigation ne l'intéresse pas…»

Une forte concurrence

Selon la société d'études Daxue Consulting, la Chine compte 149 marinas dans le pays avec plus de 16.000 bateaux de plaisance. La plupart font entre 5 et 8 mètres. La grande majorité provient de constructeurs européens comme le français Bénéteau, l'italien Ferretti ou le britannique Sunseeker et 36 entreprises étrangères sont implantées dans l'empire du Milieu. Une forte concurrence donc, accentuée par l'apparition de concessionnaires locaux. Cet engouement qui n'est pas anodin puisque sur la seule année 2014, le marché des yachts représentait plus de 2 milliards d'euros en Chine. Il devrait atteindre 7 milliards en 2020.

Aujourd'hui, malgré des frais d'importations élevés (environ 43 %), des places en marina onéreuses et des coûts d'entretien importants, le marché se démocratise de plus en plus. Sur la marina de Xinghai, on trouve des couples de jeunes mariés qui louent le bateau des autres pour leurs photos de mariage. De l'autre côté du ponton un groupe d'amis - costumes pour les hommes et talons hauts les femmes - s'offrent une partie de pêche sur un bateau loué pour l'après-midi.

Chang Yong Qi, lui, vient suivre son dernier cours de navigation avant le grand examen final. Ce chef d'entreprise souhaite s'acheter un petit bateau maintenant qu'il a du temps. «Les gens ne se rendent pas compte, dit-il, que le temps et la qualité de vie sont aujourd'hui bien plus importants que l'argent.»

L'équipage
17 août 2016
17 août 2016

Hello,
Oui, assez étonnant...la dernière remarque est bien vue! :scie:

17 août 2016

Ne pas oublier que c'est les plus gros constructeurs d'optimist
Voir le chantier Fareast : www.fareastyachts.com[...]/

17 août 2016

je me demande si je prefere que les chinois passe leur temps a faire du fric et a bousiller la planete a vitesse grand V ou a aller sur l'eau genre consommation de parvenus completement deconectés....
dans les deux cas je desespere de notre avenir ( pas seulement nous les plaisanciers)

17 août 2016

le prochain poste de boulot de Jeanpetitvent serait il en Chine ? :jelaferme: :pecheur:

17 août 2016

S'ils suivent les préceptes de Confucius, à savoir :

  • Se lancer d'abord
  • Voir ce que ça donne
  • Et enfin s'adaper

Le développement de la plaisance devrait être assez rapide. La traduction du cours de nav des Glenans signé Philippe Harlé et préfacé par Confucius devrait les aider.

31 oct. 202031 oct. 2020

Quand on voit cette côte toute découpée, ces iles partout, ça donne envie d'aller mettre sa quille dans ces coins là, non? Y-a-t-il quelqu'un qui aurait essayé?

31 oct. 2020

Entre Taïwan et la cote chinoise, faudrait être intrépide...

31 oct. 2020

Je sais pas. La remontée de Nouméa vers les Aléoutiennes pourrait passer par là, mais aucune info disponible.

31 oct. 202031 oct. 2020

Jean fait allusion je suppose aux "problèmes diplomatiques" qui dégénèrent parfois entre la Chine et Taïwan... Les Chinois considèrent que Taïwan leur appartient.

www.lemonde.fr[...]10.html

31 oct. 2020

Ben oui, si tu fais escale à Taïwan tu deviens un dangereux anti chinois mainland !

Sort peu enviable, sont têtus et revanchards les Dirigeants chinois

😬👎☹️

31 oct. 2020

Oui, en tout cas, des Taiwan Singapour direct, je connais, mais naviguer dans le golfe du tonkin,aller à Hanoï, faire toute la côte chinoise jusqu'à Hangzou avant de traverser vers le Japon, je ne sais pas si c'est administrativement faisable. Les Navionics ou CM93 y sont bien détaillées.

31 oct. 2020

Ça vaut peut-être le coup d'aller faire du charter là-bas avec son bateau 🤔

31 oct. 2020

Je me suis baigné là bas, la mer est pas très propre, un peu plate et la plupart des gens ne savent pas nager. Jamais vu un voilier, mais quand j'irai à Dalian je regarderai. Y'aurait peut-être un bon business à monter, prof de voile en Chine, pour milliardaires.
Par contre je pense que les bateaux à moteurs devraient plus leur plaire.
Et coté formalités, quand on voit le problème pour conduire une voiture, enfin pour obtenir le permis, un bateau j'ose pas imaginer...

31 oct. 2020

Oui, mais prof de voile, c'est du boulot. Et j'ai donné. Donc croisière oui, boulot, je laisse ça aux jeunes.😀

01 nov. 2020

1ere étape.... Obtenir un visa! Bon courage pour expliquer une arrivée en voilier et ton but, la croisière etc...en expédition programmée et officiellement agréé de la pirogue " o' tahiti nui" l'arrivée s'est faite sous escorte militaire.
Il y a quelques années la presqu'île de Hannan était "ouverte" à la croisière, un couple US s'y est risqué : mouillage en zone d'attente cargo (3 milles au large), utilisation d'annexe interdite, usage obligatoire des navettes supply des cargos (plus grosses que le voilier),payantes et chers, puis accès au port autorise sous la surveillance d'un pilote (500 dollars je crois). Formalités longues ...etc... Sont restes 8 jours, sans rien voir !!!
Enfin, ça date tout ca... Ça va peut être changer.
Aujourd'hui dans le port où je me trouve il y a eu un interview d'un navigateur suédois d'un mini bateau par une ...chinoise! Sera publie dans un journal ou revue chinoise...donc ça progresse !

01 nov. 2020

En soi la cote par là-bas n’est pas très belle. Mer souvent plate et brumeuse, prédominance des petits bateaux à moteur.

01 nov. 2020

T'as navigué là bas?

01 nov. 2020

À Xiamen, en face de Taïwan. J'ai un pote qui as son affaire là-bas. Si tu decide à prendre le détroit tu peux visiter cette ville et surtout la petite ile de Gulangyu. J'ai trouvé le patrimoine bien plus charmant que la mer. Et surtout les gens, sertins connaissent nos auteurs du 19ème mieux que nous. Il y a un grand salon nautique.

01 nov. 2020

Donc salon nautique veut dire plaisance. Intéressant.

01 nov. 2020

Il y a aussi quelques voiliers à Qingdao (prononcer tsingtao : c'est bien la ville qui produit la bière)

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

l'ENEZ SUN, à l'Île de Sein, 2016

Souvenir d'été

  • 4.5 (10)

l'ENEZ SUN, à l'Île de Sein, 2016

novembre 2021