La déconstruction des bateaux de plaisance prend du plomb dans l'aile

Ou comment l'état fait un pas en arrière après avoir donné des garanties, dur dur pour les entreprises qui s'étaient lancé dans la filière !

www.actunautique.com[...]ce.html

L'équipage
27 nov. 2019
27 nov. 2019

Très mauvaise nouvelle !
😧
Ce gouvernement a vraiment un problème avec l'écologie...
Ce gouvernement est vraiment resté figé sur les idées du XX ème siècle !
😧

27 nov. 2019

La contribution du DAFN à la filière de déconstruction a été effectivement retorquée. Elle reviendra peut-être dans la prochaine refonte du DAFN. Ce denier rapporte de moins en moins et est de plus en plus mis à contribution pour différentes choses (SNSM, par exemple). Il va donc augmenter et être orienté à favoriser une plaisance écoresponsable.
Pour la filière de déconstruction, il reste quand même la REP.

27 nov. 2019

et pourquoi une nouvelle fois le contribuable devrait-il payer pour detruire un objet privé usager ?

le plaisancier possède un bateau ,il est hors d'usage il me semble normal que c'est lui et lui seul qui doit supporter le coût de sa démolition et non le contribuable vache à lait ..

et apres tout le monde va gueuler que les impots sont trop lourd !!tu m'etonne

27 nov. 2019

Si je comprends bien, il y a un stock important de bateaux à déconstruire, alors qu'il y a de moins en moins de bateaux neufs pour payer la REP. D'où la recherche d'un financement temporaire pour déconstruire le stock. Ce n'est pas comme les voitures où il s'en vend autant qu'on en envoie à la casse.

Et puis, ce n'est pas le contribuable général qui paye le DAFN, mais seulement les propriétaires de bateaux (excepté toi et moi avec nos vieux bateaux ;-) )

27 nov. 2019

Non Calypso, comme le dit Lulu2, le financement initialement prévu ne concernait que les seuls propriétaires de bateaux à travers l'acquittement du DAFN, et non pas l'ensemble des contribuables comme tu le mentionnes. un pourcentage de ce DAFN réservé à la déconstruction en fin de vie des unités semblait logique dans la forme et dans l'esprit, c'était une bonne mesure, et ce n'est pas si souvent que j'accorde un tel crédit positif à nos gouvernants! l'état s'y était engagé et a changé son fusil d'épaule d'où l'incompréhension !

28 nov. 2019

je n'ai pas dit l'ensemble des contribuables mais ceux qui paient la DAFN qui est bien une taxe ..c'est comme tout l'impot ,il y a ceux qui n'en paient pas ,ceux qui en paient un peu et ceux qui en paient beaucoup ...

27 nov. 2019

@Calypso2le 27 nov. 14:09
Je partage! Et filtrer tous les parasites "fonctionnaires" qui tournent autour et les envoyer au taf où ça manque de main d’œuvre.

27 nov. 2019

Je partage l'avis de Calypso. D'autant qu'une grande partie des bateaux à déconstruire sont le résultat :
-de bateaux abandonnés pour garder a tout prix une place au port.
-d'un entêtement a vouloir vendre un bateau à un prix"émotionnel" et/ou décalé de la réalité du marché, et qui du coup ne se vend pas.
-d'heritiers n'ayant pas d'intérêt pour le bateau et qui du coup rentrent dans une des deux premières catégories.
Les autres cas sont je pense minoritaires.
Je ne vois pas pourquoi l'ensemble des plaisanciers devraient payer le résultat de choix individuels.
La déconstruction devrait être assumée par les propriétaires des bateaux en question.

27 nov. 2019

Une idée comme ça :
Le renflouement d'un bateau coulé figure dans toute assurance RC, pourquoi pas la déconstruction pour les très vieux bateaux (à partir de X années de vie ?), en option non obligatoire.

27 nov. 201927 nov. 2019

Est- ce vraiment le rôle d'une assurance ?
Le renflouent ce sont les conséquences d'un accident, mais une fin de vie (d'usage) ?
(et si tu met X années, tout dépend du matériau et de l'entretient, certains ont une part recyclable plus que d'autres, etc... )

27 nov. 2019

Le souci Flora, c'est qu'une option non obligatoire ne changera pas le souci. Quasi personne ne la prendra et on sera toujours au même point.
C'est le genre d'option qui ne marchera pas, pour faire un parallèle, en prévoyance 5% de la population est équipée... et pourtant si il arrive quelque chose et qu'invalidité s'en suive, les gens se retrouvent sans rien et pour la plupart passent au cabinet venir nous expliquer que c'est de notre faute si ils n'ont pas souscrit.
Alors une option comme celle-la... je peux parier sur le chiffre de 90% de non équipement ;)

28 nov. 2019

Vu comme ça...
;-)

27 nov. 2019

Les bateaux en surnombres oubliés, une politique des vendeurs seraient de les donner, cela relanceraient la plaisance à moindre coup et sans pollutions supplémentaires(déconstruire polluent beaucoup).

27 nov. 2019

Tramex, dans le sujet il s'agit des véritables épaves qui pourrissent au fond de certains ports ou sur des terre-pleins sans jamais aucune chance de naviguer un jour car totalement décrépites et abandonnées depuis longtemps, pour certainement des raisons diverses et variées.... Une véritable déconstruction par des entreprises compétentes poluera sûrement moins qu'à rester à l'abandon. Il est possible de faire un tri "responsable" sur ces vieilles coques suivant les matériaux, l'accastillage et les apparaux restants.
Un esquif récupérable et navigable avec quelques frais et beaucoup d'huile de coude, susceptible de trouver un acquéreur courageux, n'entre évidemment pas dans ce cas de figure !

28 nov. 2019

Moana, Tu as raison, il y a les irrécupérables et les autres.

27 nov. 2019

Beaucoup de bateaux n'ont de valeur que celle de la place de port qu'ils occupent, il est urgent d'assainir le parc.
Il me semble évident que le coût de déconstruction devrait faire l'objet d'une écotaxe, comme pour la plupart des produits industriels, payée par l'acheteur du bateau neuf, car le destin de tout bateau est de devenir un jour un déchet, ce n'est ni un choix ni une option.
Bref ce gouvernement fait une fois de plus une belle boulette...pour des raisons peut-être budgétaires car il va falloir racler les fonds de tiroirs pour faire face à toutes les dépenses non prévues !

27 nov. 2019

L'eco-taxe payée par l'acheteur d'un bateau est déjà en place (REP).

28 nov. 2019

Merci pour l'info je l'ignorais. Peut-être qu'elle n'est pas assez élevée dans ce cas, pour assainir le parc il faut pouvoir déconstruire plus de bateaux HS tous les ans qu'il n'y en a qui deviennent HS, c'est peut-être çà l'info qui nous manque en fait...

28 nov. 2019

Avez-vous une source fiable qui donne le montant de cette taxe et sa date d'application effective SVP ? je n'ai trouvé qu'un article qui explique qu'elle devait entrer en vigueur en 2017 mais que les constructeurs traînant des pieds elle a été repoussée à 2019, et depuis plus rien...

27 nov. 2019

bonjour

depuis quand un impôt peut être affectée à une dépense...??
c'est juste contraire a notre loi commune ...comme quoi les sénateurs peuvent tout faire pour se faire mousser .

il aurait été plus courageux de sa part de réécrire correctement son projet de loi en demandant la création d'une subvention ..( qui aurait fini au même endroit ..la poubelle )

27 nov. 2019

Le principe d'universalité budgétaire existe bel et bien, mais il est plus théorique que pratique. Il y a de nombreuses exceptions officielles prévue. De plus, de nombreuses recettes sont fléchées, même si ce n'est pas officialisé dans les lois. Et lorsqu'une nouvelle dépense est prévue, les recettes correspondantes doivent être établies.

28 nov. 2019

notre sénateur s'est donc fait une pub gratuite ...

28 nov. 2019

Les impôts sont majoritairement affectés au remboursement de la dette... :-(

28 nov. 2019

majoritairement est un peu excessif ..et on ne rembourse pas la dette car elle ne cesse de grossir mais simplement les interets de l'emprunt ...et ça va faire mal m^me tres mal un jour ou l'autre

28 nov. 2019

Exact, mais dans la mesure où la dette augmente, on peut dire que globalement les impôts l'alimentent, non ?

29 nov. 2019

Mais une dette de l'état c'est juste un impôt pas encore prélevé !

19 fév. 2020

Non, au remboursement des intérêts de la dette !!!

20 fév. 2020

La charge annuelle de remboursement des interêts de la dette ne cesse de diminuer. De 44 M€ en 2019 à 38M€ en 2020 en raison des taux quasi négatifs des nouveaux emprunts.
Par contre le stock de la dette augmente à cause du déficit annuel de l’état de 93M€ Montant de dépenses non financé par des recettes.
Si on rajoute les anciens emprunts à échéance il faudra emprunter 230M€ en 2020. Le stock de la dette représente environ un an de PIB. On a jamais pu rembourser une partie du stock de la dette depuis 40 ans.

28 nov. 2019

La casse pour voiture est gratuite...non?
Je pense que la filière deconstruction n est pas bien structuré
Les apparaux sont récupérés au poids ou autres alors qu' il y a comme ds une casse de quoi faire...
Et surtout il faut que le plastic recyclé soit valorisé
Plus facile à dire qu' à faire pas assez d argent à la clé
Alors en attendant il faut trouver le financement....

28 nov. 2019

Non, la casse n'est pas gratuite, même si on peut voir sur beaucoup de poteaux des affichettes d'épavistes.

Une idée saugrenue: pourquoi ne pas faire comme les pompes funèbres: le propriétaire verse régulièrement une somme pour pouvoir faire face au frais lorsque le moment sera venu!
Capital évidement lié au bateau et donc cessible.

Elle est idiote mon idée ?

28 nov. 2019

Désolé j ai mis plusieurs voitures à la casse
Je n ai jamais payé
Même plus ils viennent gratuitement chercher chez toi ta voiture si elle ne roule plus
En revanche je sais qu' il y a des arnaques....surtout avec les vieux;0((

Tu n'as jamais payé mais ce n'est pas pour autant que c'est gratuit.

C'est juste que les ouatures sont en grande parties valorisables et leur valorisation est prise en compte dans la conception depuis plus de 20 ans (je parle bien de "valorisation" c'est à dire que les matières déconstruites ont une valeur intrinsèque et sont recyclables) et, de surcroit, cette filière est alimenté financièrement par les Constructeurs.

Pour un bateau, ce n'est pas la même histoire : rien ou quasi rien n'est valorisable et la majeure partie de la masse d'un navire en composite coûte (beaucoup) pour être détruite.

28 nov. 2019

Donc
1.on est d accord pour Lambda mettre sa voiture à la casse est gratuit boire même on récupère qques billets
2.C est ce que je disai...la valorisation de certaines épaves n est pas mise en valeur et c est qques malins qui se font du fric
Capice oki

Pour le "1" :
Je répondais à "La casse pour voiture est gratuite". Si effectivement, elle est gratuite pour le propriétaire de la voiture, comme tu le dis dans ta reformulation, elle n'est pas gratuite dans l'absolu.

Pour le "2" :
L'absence de valorisation des épaves de navire n'est pas la conséquence d'une action lucrative de malfaisants obscurs.
C'est tout simplement que la destruction des matériaux composites coûte (cher) et que leur valorisation est impossible.

L'incinération dans les cimenteries est une opération payante (brûler des composites et, surtout, des résines impose pour l'incinérateur de disposer de dispositifs de dépollution spécifiques) qui impose d'avoir au préalable "conditionné" le combustible de manière compatible avec les brûleurs (aux dernière nouvelles , des morceaux dont la dimension est inférieure à 50 mm) ce qui ne peut être réalisé que grâce à des machines spécifiques très (très très...) chères à l'achat comme à l'entretien (la fibre de verre, ça attaque l'acier...).

Régulièrement, des informations circulent pour vanter de nouvelles méthodes révolutionnaires pour détruire les composites, aucune à ce jour ne présente un état d'avancement compatible avec un ratio efficacité/économique réaliste.

28 nov. 2019

Pour le 1 bla bla gratuit ou pas c est gratuit...la littérature en sup c est desorganisant
Pour le 2 idem littérature instruite et invérifiable comme je disai le hic c est le plastic

30 nov. 201930 nov. 2019

Si tu as vent d'un dispositif économique et techniquement vraisemblable permettant de valoriser le composite, n'hésite surtout pas à en informer la filière...😊

30 nov. 2019

Je cherche désespérément 😫

On trouve des chercheurs qui cherchent mais on cherche les chercheurs qui trouvent...

30 nov. 2019

Ici Nemo, c'est même le cœur d'ouvrage de la filière de déconstruction : le site de l'Aper

www.recyclermonbateau.fr[...]ateaux/

Et un extrait de leur démarche de valorisation visible en bas de page du site :

Valorisation et recyclage des déchets
La valorisation du composite, qui représente la majeure partie des déchets issus de la déconstruction d’un bateau de plaisance, est un élément central du développement de la filière.

Les déchets de composite peuvent faire l’objet d’une valorisation énergétique sous forme de Combustible Solide de Récupération (CSR), qui vient notamment alimenter les cimenteries.

Les déchets de composite peuvent également faire l’objet d’une valorisation matière et être utilisés en matière première recyclée pour la fabrication de nouveaux produits. Bien que certaines entreprises proposent déjà des produits et équipements en composite recyclé, ce type de valorisation est encore peu développé.

La valorisation matière du composite s constitue la solution prioritaire à développer pour la filière de recyclage des bateaux de plaisance en fin de vie. Des travaux sont menés sur le sujet avec les autres filières du composite (aéronautique, automobile, ferroviaire …).

Voilà, pas plus compliqué !😉

C'est effectivement un très beau texte mais il ne parle pas de la réalité économique d'une valorisation.

Certes, les déchets de composite sont en mesure de constituer des CSR. Mais les cimenteries n'utilisent pas ces combustible gratuitement : elles se font rémunérer pour cela tout simplement pour financer le traitement des fumées et l'évacuation des déchets.

Tu noteras que le terme employé est, certes, "valorisation" mais auquel il a été rajouté "énergétique".
Ce dont il s'agit, ici, c'est de coût financier de la déconstruction et là, par contre, on ne valorise pas ces CSR là.

Le paragraphe suivant indique que ces déchets "peuvent" faire l'objet d'une valorisation matière mais précise que ce genre de valorisation reste marginale.
Pour t'en convaincre :
L'objectif de l'APER consiste à déconstruire de l'ordre de 5000 navires par an (www.recyclermonbateau.fr[...]nsable/ ).
Le parc de navire de plaisance en France est de, environ, 1.000.000 bateaux.
Nous sommes donc devant un objectif concernant 0,5% de la flotte.

La déconstruction annuel de 0,5% de la flotte revient à imaginer une durée de vie moyenne des bateaux de l'ordre de 200 ans...
Cet objectif (qui n'est qu'un objectif malgré 10 ans de recul) reste donc marginal devant le besoin.

Sur un plan technique, créer une filière de réutilisation pour 5000 tonnes, seulement, de matériau exclu d'office tout ce qui concerne les travaux publics (concevoir une DTU pour un si petit tonnage est disproportionné) et reste donc, encore une et du fait du faible volume, marginal.
Marginal, mais coûteux, du fait du coût considérable du regroupement de ces déchets dont la production est dispersée.

Le besoin de mise en place d'une filière de déconstruction des BPHU est incontestable.
Comme l'est aussi le coût important de cette déconstruction.
Tant que son financement n'est pa

16 fév. 2020

Pour info , j'ai eu l'occasion de travailler sur le recyclage des composites polyester et une piste était de broyer le composite et de l'agglomerer dans des bétons de structure . Ainsi des digues de ports étaient construites avec ces bétons , reste que la compétitivité du système face aux bétons techniques n'a pas permis de développer cette technologie .

24 fév. 2020

Il n'en reste pas moins que la piste est intéressante.
Soit on accepte de payer un peu plus cher un peu par principe (l'écologie a un coût), soit il faut continuer à se creuser la tête et faire un matériau offrant des performances supérieures, là o^ù le "moins cher" n'est pas à la hauteur.

Par exemple une incorporation dans des parpaings pour augmenter la résistance thermique, je dis ça au hasard, mais on accepterait une plus value.

reste à voir quand même si ça vaut le coup d'investir là-dedans, du fait somme toute du relativement faible volume concerné.

29 nov. 2019

Dans le Var 200 € pour la casse et faut la transporter même une bmw comme neuve mais un trou dans le radiateur, rien de plus

C'est illégal.

La reprise par un épaviste d'un VHU est gratuit.

www.ecologique-solidaire.gouv.fr[...]-dusage

20 fév. 2020

Chez nous on donne même de l'argent, actuellement 50€ la tonne, il y a quelques années c'était le double (cours de l'acier )

28 nov. 201928 nov. 2019

C'est presque ce qui se passe avec la taxe REP, sauf que la paiement se fait en une fois à l'achat du bateau neuf. En fait tous les propriétaires successifs payent car le prix du neuf augmente à cause de la REP et entraîne mécaniquement une hausse proportionnelle des tarifs de l'occasion (grosso modo).
EDIT : pour le moment je ne trouve pas de preuve que cette REP est effectivement en vigueur donc à voir !

28 nov. 2019

En fait, l'éco-taxe est payée par les vendeurs de bateaux en France sous forme d'une contribution à un éco-organisme agrée de leur choix qui déconstruit ou fait déconstruire. Il y a dèjà des éco-organismes agréés ; ils ne vont pas se faire prier pour réclamer leur dû auprès de leurs adhérents.

Cf : Décret no 2016-1840 du 23 décembre 2016 relatif au recyclage et au traitement des déchets issus des bateaux et navires de plaisance ou de sport.

Les vendeurs répercutent bien évidemment ce coùt sur leur prix de vente, même si ce n'est pas forcément visible.

28 nov. 2019

Justement c'est bien le problème, dans cet article il est dit que cette mesure qui devait entrer en vigueur en 2017 serait repoussée en 2019 : www.actu-environnement.com[...]99.php4
Et depuis ?
Donc j'aimerais bien trouver une preuve que cette ecotaxe est payée par les constructeurs à l'heure où l'on parle.

28 nov. 2019

BEN si la casse est gratuite, ça dépend ou tu est, par exemple Romi vient te chercher ta bagnole et terminé. Factuel!

Non.
Elle ne coûte rien au propriétaire (c'est la Loi, pas une faveur), mais elle n'est pas gratuite.

C'est juste que son coût est supporté par le dispositif mis en place pour la valorisation des VHU avec, comme gisements de profits, la valorisation des déchets et la participation des Constructeurs.

Pour les BPHU, la filière n'est actuellement ni financée par la valorisation des déchets ni par les Constructeurs.
Pour les premiers, la valorisation est, dans l'état des connaissances, impossible.
Pour les seconds, la situation est différente entre les ouatures qui ont une durée de vie théorique de 10 ans, très peu d'acteurs et un volume important de transactions et le nautisme dont les bateaux ont une durée de vie largement supérieure à 40 ou 50 ans, un nombre d'acteurs important et un volume de transactions lilliputien (l'intégralité du parc "plaisance" en France est de l'ordre du million de navires soit 6 mois de vente d'automobiles en France...)

28 nov. 2019

c'est exemple m^me de l'incohérence de nos sociétés. On crée un produit ,on prends une orientation sans prendre en compte ses concequences et lorsque l'on est en face du mur on ne sait plus quoi faire ..

Exemple du plastique a croire Tara et ses missions c'est une cata alors maintenant que le mal est fait on essaie de l'endiguer, trop tard .. Idem les bateaux en plastique lors de leur fabrication et diffusion personne n'a pris en compte leur destruction qui était bien évidente et inéluctable ..et maintenant que l'on a des epaves ,dechets par tout on fait quoi ?

Quel tristesse et tout ça a cause du pognon qui nous tue..

28 nov. 2019

En mode idéaliste : il y a urgence à trouver des matériaux qui permettent d'être valorisé lors de la déconstruction.... Un Ovni ça se déconstruit et se recycle à quel pourcentage ?

28 nov. 2019

Le poids de l alu???
Pièces d accastillages...rénové vente en okaz
Etc....
Le hic c est le plastic...

28 nov. 2019

Aluminium environ 0,5€ le kg chez le ferrailleur

0,5 €/kg débité, transporté, nettoyé.

Imaginons une coque de 5 tonnes d'alu séparé des autres composants (déjà un beau bébé), son prix de reprise sera de 2500 €.

Pour cette somme, tu devras tout découper comme le souhaite le ferrailleur et transporter le tout entre le point de découpe et son dépôt.

Certes, ça ne coûte pas, mais ça ne rapporte pas non plus...

28 nov. 201928 nov. 2019

sur mon Naranja, il y aurait en gros 2,2 tonnes d'A-G4 , 2 tonnes de plomb 1,5 tonne de contre-plaqué et bois massifs, et de l'accastillage à récupérer; 1,6 m3 de Styrodur (combien de polystyrène en Kg ?) à (pour l'instant) détruire.
Bref je pense que la valorisation doit couvrir les frais de déconstruction.

Mais tout ceci n'est pas encore au programme pour longtemps, du moins je l'espère.

Admettons que ta coque rapporte 1000 € brut (moins le transport et le travail de débit et de tri. 1000 €, c'est grosso merdo le coût salarial de 30 h au SMIG et 30 h, c'est pas long...).

Ton accastillage est trop vieux pour être vendable et le reste ne te rapportera pas grand chose au regard du mal à se donner pour le démonter, le stocker et le revendre.

La déconstruction d'un BPHU, si elle est pratiquée de manière industrielle, revient à environ 2000 € pour un navire de 7 à 8 mètres en composite. Je serais étonné que tu atteignes l'équilibre avec un processus "artisanal".

28 nov. 201928 nov. 2019

Oui, mais tu raisonnes en processus industriel.... mais le bateau étant de construction amateur il en sera de même le jour de sa déconstruction et le tarif horaire du SMIC passe à 0 !

28 nov. 201928 nov. 2019

Ah, si tu travailles à l’œil, contacte moi en MP, j'ai plein de travail pour toi. Un temps plein, au moins.

C'est certain que si tu ne comptes que ce qui rapporte et que tu ignores ce qui coûte, tu as beaucoup de chance d'aboutir à un résultat bénéficiaire 😂

29 nov. 201929 nov. 2019

Je ne travail pas à l’œil, je vis tout simplement. C'est à dire que je fais les choses qui me concerne.
Lorsque tu fais la vaisselle ou bien que tu passes l'aspirateur comptes-tu en fonction d'un salaire horaire ?
(Pourtant si tu as une/un empoyé-e de maison il faudrait bien le/la payer !)

Eh bien vois-tu, je considère la construction/déconstrution tout-à-fait sur le même plan: faire le ménage .

Dans ce cas, tu compares des cerises et des bananes (parabole).

En pratique, il y a encore meilleur marché : assurance, coulage au large, retour SNSM.

Rapide, pas cher, rentable.

Penses-tu que ce soit comparable avec la filière de déconstruction des BPHU?
Non, œuf corse.

Quoique ta méthode soit moins illégale, elle est tout aussi incomparable avec ce dont on cause ici : la filière de déconstruction des BPHU.

Accessoirement, tu devrais réfléchir à la rareté de ta situation te permettant de découper, trier, revendre, transporter, stocker toi-même ton navire. Tout le monde n'a pas la chance d'être un rentier en bonne forme physique disposant d'une propriété en bordure de littoral...

29 nov. 201929 nov. 2019

Pas encore rentier (le serais-je jamais ?), toujours en activité, pour l'instant en intersaison mais je vais ré-attaquer sous peu, la neige est là. (J'ai mis presque 10 ans pour la construction...)
Tu ne vas pas nous faire du "Cédric dans le texte", non ?

(Pour les cerises et les bananes, j'aime autant les unes que les autres).

Si tu n'est pas rentier et si tu perds une bonne partie de ton temps à travailler quand trouves-tu le temps de déconstruire les navires?

Tu n'as ni famille ni amis?

Je ne connais pas de Cédric. Qui est-ce?

28 nov. 201928 nov. 2019

@ Iclo420. Le matériau de construction des bateaux qui peut être valorisé à la déconstruction existe depuis la nuit des temps : le bois. La ressource est inépuisable (les arbres repoussent) et le matériau peut être réutilisé à la déconstruction (en bois d'œuvre pour les grosses pièce et en combustible pour le reste).

Depuis toujours, les bateliers de la Loire ou de la Seine qui ne pouvaient pas remonter le courant jusqu'à leur point de départ, revendaient au détail le bois de leur bateau à l'issue du voyage et remontaient à pied chez eux pour construire un nouveau bateau. On trouve dans d'anciennes maisons de Paris ou de Nantes des poutres ou des linteaux qui sont des morceaux de bateaux.

28 nov. 2019

@Lulu2

Je suis tout-à-fait d' accord sur le fait que recycler un bateau en bois soit "plus aisé" qu' un en plastoque, mais aller dire que le bois est "une ressource inépuisable"...

La France avant Louis XIV était couverte de forêts, qui ont été en grandes parties rasées pour construire des... bateaux.

Trouve-tu qu' il reste beaucoup de forêts dans notre pays?

Gorlann

28 nov. 201929 nov. 2019

@ Gorlan. A l'heure actuelle, la forêt occupe à peu près un tiers du territoire français, mais avec des qualité et des possibilités d'exploitation très diverses.

C'est un choix sociétal possible que préserver ces surfaces boisées, de les planter d'essence utiles et de les organiser pour une meilleure exploitation. Mais il s'agit là de choix portant sur plusieurs générations. Colbert a fait ce choix pour les besoins de la marine, mais en serions nous capables maintenant ?

29 nov. 2019

et puis du bois on peu toujours en planter ,du petrole c'est moins facile d'en produire

29 nov. 2019

Bonjour,

je crois effectivement les humains capables de couper tous les arbres pour en faire des bateaux.

Si on devait remplacer tous les canotes "en plastique" par des "en bois", il n' y aurait plus un seul arbre debout en France, et le problème est qu' il faut des décennies voire des siècles pour qu' ils atteignent un gabarit "exploitable", et quelques minutes pour les couper, d' où le déséquilibre.

Et il en serait de-même si tout-le-monde décidait de se chauffer au bois.

Les ressources naturelles ont des limites, mais je ne doute pas que des "apprentis-sorciers de chimiste" espéreront créer une sorte d' "EPO" pour doper la croissance des arbres!

Gorlann

28 nov. 2019

Métaphore
Je me souviens il y a 10 ans des GG de HEO qui n admettaient pas que Damien Séguin fasse des courses autres que pour handicapés...amen
Aujourw hui encore le c est pas possible c est trop cher pour la déconstruction me navre
Rendez vs ds 10 ans...amen

28 nov. 2019

La DAFN n'est pas suffisante aujoud'hui.

Pour résoudre le problème, il faut taxer, plus lourdement!!!

Une multiplication par 2 de la DAFN des vieux bateaux permettrait d'avoir des propriétaires plus investit! moins de bateaux ventouses! et moins d'épave! et au final moins de pollution!
La suppression de l’abattement pour vétusté va dans ce sens, mais n'est pas suffisante car pas rétroactive!

Aujourd'hui, on voit trop de bateau de 14m et plus avec seulement un couple à bord!
trop de bateau qui ne sorte même pas une fois par an!

Alors je vois d'ici les vieux grincheux capitalistes, qui veulent tout sans rien payer... mais il faut être un peu responsable, et voir au dela des 10 ans qu'il reste à vivre à certain...

28 nov. 2019

je ne suis pas bien sûr que ceux ayant un bateau de plus de 20 ans sont des "capitalistes "

28 nov. 2019

Drôle de définition du capitalisme. Et je ne vois pas en quoi le bateau d'un particulier ""vieux grincheux" constituerait un capital...

29 nov. 2019

Aussi stupide comme raisonnement que les incitations à changer de véhicule pour "moins polluer". Que ce soit pour l'automobile ou les bateaux, le plus polluant, c'est la construction.

Les aides/taxes/... mises en place pour forcer le renouvellement du parc ne sont là que pour maintenir l'activité des industriels, conserver les emplois et contribuer à la sacro-sainte croissance.

Doubler le DAFN pour les vieux bateaux, qui ont déjà amorti leur empreinte écologique et qui sont toujours en état de naviguer ne ferait que créer plus de pollution liée à la construction de nouveaux bateaux.

Quand tu as déjà payé en moyenne 1000€ par an pendant 20 ans, tu as déjà largement couvert les frais de déconstruction.

20 fév. 2020

Cédric, la teneur de tes propos est digne d'un dirigeant de pays totalitaire. Tout dans l'analyse et la mesure...

28 nov. 2019

Ah je me demandais quand allait sortir du bois le Cédric avec son carnet à souches et sa réserve de taxes ! Et bien voilà c'est fait... Il faut dire qu'on l'a bien appâté quand même !
Je ne citerai, entre autre, que son impayable ".... aujourd'hui on voit trop de bateau de 14m et plus avec seulement un couple à bord !..."😱
Celle-là il fallait la faire quand même !

28 nov. 2019

on fait comment pour mettre une "binette " ? là j'ai mi une étoile

28 nov. 2019

José, pour les binettes, je prends sur mon clavier, (actuellement Android), comme si je mettais une binette par SMS, je crois qu'il n'y a pas d'autres moyens sur la version actuelle de la taverne. Et merci pour l'étoile ⭐

28 nov. 2019
20 fév. 2020

ouaip, il faudrait faire une loi pour déterminer le nombre de personnes au mètre sur un bateau, avec amende à la clef.

Idem le couplet sur les bateaux qui ne sortent que quelques jours par an...

Finalement, si au deuxième tour il reste Kim Jong-Un et Cédric, je vote Kim!

28 nov. 2019

Tous les ports que j'ai pu visiter avaient leur pourcentage d'épaves. Quand chaque fois je m'en étonnais, la réponse était toujours la même. Tant que la place est payée, la capitainerie ne peut rien faire.

28 nov. 2019

bah oui ... et on ne connait pas toujours la situation du propriétaire

29 nov. 2019

En quoi vous permettez vous de traiter d'"épave" le bateau d'un propriétaire qui paie sa place annuelle de ponton ?

Sur quels critères ?

Esthétique extérieur du bateau ?
Age du bateau ?
Age du capitaine ?
Ou... votre envie de prendre sa place de port ???
😡

29 nov. 2019

@ Arzak: Je n'ai plus la photo, mais grosso modo: Descente ouverte depuis plusieurs années, carré rempli d'eau, voiles déchirées, pont moisi, coque qui a été blanche autrefois, haubans et pataras détendus, aucune visite depuis longtemps au dire des voisins (Marines de Cogolin). Je ne connais pas l'histoire comme dit Bil, mais je suis curieux de connaître les raisons de conserver une telle épave et de continuer à payer la place.
Y avait pas d'animosité dans mes propos.

29 nov. 2019

C’est pourtant clair, épave : bateau plus en état de naviguer.
En quoi vous vous permettez de déclarer qu’un contributeur n’est pas capable de discerner un bateau d’une épave ou qu’il guigne sa place de port ? ;-)

28 nov. 2019

J'ai eu un voisin de ponton dont le bateau paraissait être une épave, enfin plutôt très mal entretenu. Un petit bijou à l'intérieur. Le type n'avait plus un rond. Son voyage s'était arrêté là. Il vivait à bord en ayant honte.

29 nov. 2019

on est toujours l'épave d'un autre, c'est un peu comme ceux qui disent que leur voisin vit dans un taudis.
quant au coût de la déconstruction/récupération je suis d'accord avec certains qui pensent que les données 2030 n'auront sans doute rien à voir avec les données 2019 et qu'il est fort possible que plus tard certaines matières premières seront devenues très rares et qu'il sera tout à fait rentable de déconstruire/récupérer une vieux bateau.
la solution actuelle serait peut-être de tous les stocker au même endroit et de les déconstruire quand ce sera rentable, si vous avez un grand terrain qui ne sert à rien, peut-être un futur bon placement ... affaire à suivre

30 nov. 2019

On est en train d'en construire un du côté de chez moi : le "grand" port de La Nouvelle !
Un immense terre-plein gagné sur la mer qui va servir dans l'immédiat à assembler 8 éoliennes "expérimentales"... ensuite ??? (coût officiel de l'ordre de 400.000 €).

:-(

03 déc. 2019

Pour ceux que ça intéresse...

:-)

03 déc. 2019

Quel rapport avec la dé-construction de bateaux!?
Là c'est plutôt de la "construction béton XXL" !
😡

03 déc. 2019

@Flora;
tu pourrais ouvrir un fil dédié à ce "grand projet" de port !?
Ce serait plus intéressant et documenté spécifiquement.

04 déc. 2019

Le rapport, c'est en réponse à Quizas :
"si vous avez un grand terrain qui ne sert à rien, peut-être un futur bon placement"

et aussi parce que la déconstruction de bateaux a été évoquée comme activité possible sur cet immense espace du futur grand port de La Nouvelle, quand ils en auront fini avec le montage des éoliennes.

Je n'ai pas l'intention d'ouvrir un fil à ce sujet.

29 nov. 2019

Je ne sais plus quelle chaine, 5 ou 7 , qui par un reportage très sérieux aurait du lever un gros lièvre mais face à l’indifférence internationale...
Peut être est-ce loin des décideurs ? Des scaphandriers ont plongés sur des navires coulés dans le Pacifique durant la 2ème Guerre mondiale. Résultats des premières visites: ça commence sérieusement à fuir. Savoir que ces bateaux étaient pour la plus part des vapeurs, dont le combustible était le fameux carbon black oil, du super-lourd , cancérigène et tout et tout.
On ajoute bien sur les armes, munitions, gaz, explosifs etc.
Ces batailles se sont déroulées de Hawaï au Japon, ça fait peur!

30 nov. 2019

Moins loin Bretagne et Normandie, obus à gaz

03 déc. 2019

Des candidats pour recycler celui là ?
😩

Un sous-marin nucléaire d’attaque soviétique le K8) git à
1.450 kilomètres à l’ouest de Brest depuis 1970...

Pour en savoir plus:
www.franceinter.fr[...]ai-2014

16 fév. 2020

Finalement la construction des bateaux, c'est un peu comme les centrales nucléaires.

On construit, on construit, et on ignore totalement comment on va démanteler. Quand je vois les carcasses en plastique monstrueuses qui sortent des chantier Niel ou F.Pajot à La Rochelle, je me dis qu'il va y a voir un sacré boulot de déconstruction dans 20 ou 30 ans.

20 fév. 2020

Je me suis fait la même réflexion que Matthi début janvier sur le ponton des gros à LR. Y compris devant le ponton des Amel.
Il n'y a rien en-dessous de 13-14 mètres et les 15-16 mètres n'ont rien d'exceptionnel.
À vous filer des nausées.

Avec des propriétaires qui, bien sûr, vont se targuer crânement de naviguer à la voile (je demande à voir !) et donc sans impact.

On est bien passé dans le monde des caravanes flottantes.
Et ces bateaux sont laids.

Et si on ajoute à ça les camping-cars taillés dans le même bois et qui achèvent de prendre en sandwich les 7000 km de littoral, ...

16 fév. 2020

Tu l'as dit Matthi, on était petit joueur dans les années 70 avec des sangria !!! Mais une chose est sure, quand tu regardes des photos du début de la plaisance, avant les parkings catway, ils y avaient beaucoup de bois et cp, disparus en toutes discrétions.

16 fév. 2020

C'est dramatique ce genre de décision.Tout le monde doit contribuer financièrement pour que cela fonctionne (fabricants de bateaux mais aussi plaisanciers via francisation ou autre....).
On n'est pas sorti de la m.... pour tout le reste lorsque l'on voit que l'on est meme pas capable d'organiser une petite filière de déconstrution de quelques centaines voire milliers de bateaux.

21 fév. 202016 juin 2020

En tout cas, ça fait toujours de la peine de voir démolir un bateau encore sauvable.
Sur la vasière de Kernevel à Lorient, il y a des bateaux coulés dont on voit le mât à marée haute, certains encore avec les voiles à poste. Pourquoi ne pas les avoir sauvés à temps?

tiens, une photo bien triste, ce pauvre Océanix bi-cabine (Herbulot)

22 fév. 2020

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer