La déconstruction, c'est parti

Bonjour à toutes et tous,

Info glanée dans Le Télégramme du jour :

Les Recycleurs Bretons ouvrent un chantier de déconstruction pour bateaux de plaisance à Plougasnou, sur le site du chantier Rolland Yachting.

Ils mettent en place un réseau chez des professionnels du nautisme bretons qui mettront en place une ère dédiée d'environ 50m² pour accueillir les bateaux hors d'usage que les recycleurs viendront chercher.

Pour les propriétaires, le coût est annoncé entre 200 et 1000 euros..

Philippe

L'équipage
27 sept. 2014
27 sept. 2014

Çà va nous couter un bras comme disait Gaston.... :jelaferme:

27 sept. 2014

Ousqu’est mes allumett’s ? :langue2:

27 sept. 2014

Ni dieu ni chaussette de spi .....tout dans l'écoute tangon a la santé.... :topla:

Le Télégramme indique-t-il qui va payer la différence entre le prix de revient de la déconstruction et le prix indiqué? :tesur:

27 sept. 2014

Aucune indication de ce genre mais un indice, la société qui monte le truc a pour nom "les recycleurs bretons" il semble donc logique de penser que cette société a bien l'intention de "rentabiliser" la déconstruction par la vente des matériaux récupérés.

Pour faire court, il n'y a, dans un bateau en composite, rien à rentabiliser.

La fonte de la quille est de l'ordre de la dizaine d'€ soit pour une quille d'une tonne une centaine d'€ desquels il faut déduire la dépose et le transport vers le ferrailleur.

La masse des autres métaux est anecdotique et représente une valeur marchande, au mieux, de l'ordre des coûts de démontage.

Le polyester+aménagements bois+"tout venant" se vend pour mise en décharge ou alimentation de cimenterie aux alentours de -300€ la tonne, qualibré et livré (le signe "-" indique qu'il faut payer pour s'en débarrasser...).

Les outils pour qualibrer le polyester n'existent pas actuellement sur le marché, leur création et leur réalisation représente un petit paquet de pognon qu'il faudra amortir et, un fois qualibré, ce merdier doit être transporté vers sa dernière demeure ce qui n'est pas gagné.

En résumé, qu'il s'agisse de rassembler les épaves vers un centre de traitement ou de transporter un outil de traitement vers les épaves, le processus coûte beaucoup plus que ce qui est indiqué.

Les montants de prix de revient calculés par l'APER sont, j'ai pu le vérifier, on ne peut plus réalistes et de l'ordre de 1500 € pour un bateau de huit mètres.

Une entreprise industrielle rentable ne devrait pas être en mesure de vendre cette prestation en-dessous de 2000 € TTC.

L'idée serait peut être de laisser une constellation d'épaves en dépôt chez les professionnels qui se sont fait couillonner participent à cette opération, constellation qui donnerait, de l'extérieur, une impression d'efficacité et remettrait à plus tard le traitement "peut-être" de ces déchets de manière plus classique (et moins glamour).
:litjournal:

Si tu trouves une méthode pour valoriser le polyester : bravo.

Si tu trouves une méthode mécanique pour réduire en morceaux de manière rentable deux matériaux aussi différents que la fibre de verre et la résine : bravo.

De nos jours : ces deux héros sont encore introuvables.

Demain, peut être, effectivement.

Mais demain seulement... :mdr: :litjournal:

27 sept. 2014

Le seul truc que j'ai réellement appris en pas loin de 55 ans, c'est que la vérité d’aujourd’hui n'est pas forcément celle de demain ;-)

Quand j'étais môme, aux 4 moul' (1 quartier de Brest), le ferrailleur, c'était le moins que rien qui passait dans la rue avec sa poussette et faisait trembler de peur les enfants. 40 ans plus tard, Il n'y a pas si longtemps encore, c'est un ferrailleur des temps modernes qui possédait le club de foot brestois..

27 sept. 2014

Ceci dit, je ne me fais aucune illusion (ça fait longtemps que le tourne-vire aux vaisselles ne me fait plus rêver), ils doivent aussi compter sur quelques subventions sonnantes et trébuchantes :jelaferme:

C'est bien le sujet mais :
Les Constructeurs ne sont pas en mesure (refusent et ne seraient pas en mesure) de financer la destruction des navires existant.

D’ailleurs, tous les Constructeurs ne sont plus présents.

En auto (durée de vie 10ans) ça fait plus de 20 ans que les Constructeurs mettent la main à la poche et, surtout, prévoient les recyclages et les démontages lors de la conception.

En bateau (durée de vie 10,20,30 ans?), rien n'est encore prévu.

Ce ne sera donc pas les Constructeurs.

L'état s'en fout comme de sa première chaussette (le bateau, c'est mouillé et c'est dangereux).

Les collectivités locales n'en ont plus les moyens (et n'en auront de moins en moins les moyens grâce aux inventions des sangsues du paragraphe précédent).

Je ne vois pas bien qui paierait à notre place pour détruire nos jouets. :litjournal:

02 oct. 2014

BRAVO :bravo:

29 sept. 2014

d'ou un des interets de plaider pour les bateaux immortels , disons de 50 a 200 ans...ho l'autre ce existe pas :reflechi:
bien sur c'est pas des beneteaux ni leur comperes

27 sept. 201427 sept. 2014

Déconstruction pour un bateau, c'est un barbarisme. On déconstruit un raisonnement, à la rigueur une construction architecturale, et encore depuis pas longtemps, (avant, on démolissait, mais bon, c'est pas assez intello) mais pour un bateau, c'est encore un néologisme de technocrate parigot ignorant de la vraie langue... et de la vraie vie. Nos canotes, on les détruit.

27 sept. 201427 sept. 2014

Non, on ne les détruit pas.

On les déconstruit dans un premier temps en séparant les uns des autres les différents éléments qui ont été initialement assemblés lors de la construction puis, ensuite, on détruit ou recycle ou transforme les éléments déconstruits.

Il n'est pas techniquement possible de détruire en l'état un navire sans le désassembler (le déconstruire) auparavant, les filières de destruction recyclage ou transformation sont trop divergentes.

Je crains que ta connaissance de la vraie langue ne soit pas à la hauteur de ton ignorance technique.
:litjournal:

Le sens est un peu différent.

Démonter, c'est défaire pièce à pièce.

Dans ce qui nous concerne, le charognage nécessaire pour séparer rapidement les familles de matériaux est un peu plus rustique.

Non. :non:

C'est juste le substantif de déconstruire. :litjournal:

Et pour cause :

C'est un mot construit au moyen d'un préfixe.
Le préfixe "dé" sert précisément à donner un sens opposé au verbe (ou à son substantif) auquel il est ajouté.

28 sept. 201428 sept. 2014

Et pan dans les dents... mais en même temps, séparer les différents éléments assemblés initialement, on avait aussi un verbe, pour cela... C'était "démonter", je crois. :acheval: :acheval: :acheval: :acheval:

28 sept. 2014

suivant Larousse

"deconstruction"

" Operation critique consistant à montrer que les discours signifient autre chose que ce qui est énoncé..."

on est en plein dans ce cas mdr

"deconstruire"

s'applique a une ouvrage , mais "deconstruction" est un terme philosophique

28 sept. 2014

nemo1

"deconstruction" n'est pas dans mon dictionnaire "petit larousse" ni dans mes dictionnaires en 20 tomes ...

c'est un terme philosophique ...

il s'agit dans notre cas de "deconstruire" un bateau

m^me en cherchant le substantif ce terme "deconstrution" est introuvable

27 sept. 2014

La déconstruction, en l'état actuel de la technologie, n'est pas une solution économiquement viable.

Il faut :
- décontaminer la coque de tous les polluants : hydrocarbures en particulier
- couler les épaves par grand fond, pour servir de refuge à la faune marine, comme l'ont fait les USA de leurs vieux bateaux de guerre.

La faune ne s'en portera que mieux, comme pourront vous le dire les plongeurs qui visitent régulièrement les épaves.

Au passage, nul besoin de désamianter, comme les croient les ignorants : l'amiante n'est dangereux que si on respire ses fibres dans l'air ambiant ; dans l'eau, aucun souci.

27 sept. 2014

Effectivement cela me semble la solution la plus adéquate et surtout la moins coûteuse pour tous le monde. Et ça ne peut,pas polluer plus que les vieux stock,de munitions des deux dernières guerres que l'on a immergés un peu partout et qui commencent à inquietter sérieusement de par la dégradation de leur enveloppe par la corrosion!

29 sept. 2014

calypso moi je t'aime parce que tu dis autant de conneries que moi mais pas les memes, l'ennui c'estb que tu y crois vraiment et toujours

29 sept. 201429 sept. 2014

C'est marrant cette manie de polariser à tout prix.
Mais j'peux comprendre : c'est surtout pratique, ça sert de punching ball et ça doit détendre !

Si j'ai bien compris, les zécolos s'opposent à tout esprit d'entreprise qui irait dans le bon sens.
Y a les bons qui veulent faire avancer les choses et les méchants ou les crétins (un seul neurone !) qui font barrage.

Sachant qu'il n'y a quasiment pas d'écolos à l'Assemblée Nationale (17 sur 577), qu'il y en a 10 sur 348 au Sénat, qu'il n'y en a aucun au Conseil Constitutionnel, qu'ils ne font jamais long feu dans les ministères (à part Borloo qui a gardé la casquette 5 ans comme on met un gros nez rouge pour amuser la galerie), explique-moi en quoi ce que tu vois comme un pôle énervant empêche d'avancer, du moins dans ce domaine, sachant que ce ne sont pas eux qui votent les lois et qu'ils ne peuvent pas défaire celles qui seraient favorable à un tel projet ? :heu:

29 sept. 2014

Je ne comprends pas.
Un groupe de pression défend des intérêts particuliers contre l'intérêt général : économiques, matériels, financiers ...
Lesquels ?

Tu as raison : l'écologie est importante.
C'est une opinion que je partage pleinement.

En revanche, les politiques qui s'affichent écologistes, eux, s'affichent comme des politiques et ont une sincérité et un réalisme de politique.

30 sept. 2014

Je ne dis pas autre chose !

La question, posée autrement :
quels sont les intérêts particuliers que défend ce groupe de pression ?

30 sept. 2014

Idéologie.

Ca n'existe pas même s'il y a bien un groupe politique défini comme tel. Son influence est telle qu'il n'y a pas grand chose à craindre.
Quoi qu'il en soit, EELV n'est ni un deus ex machina, ni une secte qui se mettrait en travers de toute initiative industrielle obéissant à la seule volonté d'un prêtre.

En réalité, chaque individu pense défendre ou prendre part à ce qu'on appelle (très) maladroitement l'écologie.
Parmi eux, une bonne poignée est investie d'un rôle politique (2% des électeurs, ça fait du monde) et prolonge à travers cette activité noble (oui, oui ! tu as bien lu !) son action écologique selon ses convictions.
Par conséquent c'est très diffus. De là à dire que ce qui est diffus est illisible voire toxique (un comble), il n'y a qu'un pas qu'il est très tentant de franchir.
Certains comme toi, ou comme moi, pensent l'être parce qu'ils ont des ampoules basse consommation. A voir.
D'autres, qui ont une vision déjà un peu plus large, veulent sanctuariser les terres agricoles, lutter contre l'emploi massif des pesticides, soutiennent les exploitations familiales,

Plus loin, c'est la sortie du nucléaire qui émeut, ou la distribution de l'eau, la pêche industrielle, le transport .... d'autres encore s'empare de sujets qui semblent être purement ce qu'on appelle des "sujets de société" et propose un package global (EELV, bon courage !).
Dans le cas qui nous intéresse, la déconstruction, s'il y a des opposants au stockage ou à la combustion ou au mixage avec du bitume des déchets qui en résulte, il ne s'agit pas d'un élément spécifique à une idéologie mais d'un refus d'individus investis d'un rôle politique plus ou moins local de prendre un risque industriel plus communément appelé de nos jours risque écologique.
Et il n'y a pas non plus de clivage gauche/droite favorable ou non à ce type de décision.

02 oct. 2014

Comme toute dépense (et donc production) d'énergie, en majorité d'origine fossile, met en péril la planète, il faut d'urgence revenir à la lampe à pétrole, retourner au lavoir pour laver son linge, et revenir à la traction animale pour cultiver....

Mais là, je pense que ce seront les habitants qui seront en péril

Juste un petit souci : le neurone unique et collectif de nos chers écologistes associe cette pratique à de la pollution.

Pour mettre en pratique ce qui semble de bon sens, il faudrait auparavant appâter à l'écolo en les immergeant en avant garde. :litjournal:

29 sept. 2014

sauf qu'il a fait le Grenelle de l'ecologie , inventé la taxe carbone (qui n' ajamais vu le jour) qui allait bouster notre economie ,crée 1 millions d'emploi et etre un evenement historique ... au m^me titre que l'abrogation de la peine de mort ..

enfin l'aventage avec lui c'est qu'il a été d'accord avec tout le monde à un moment ou a un autre

Malheureusement (pour nous) les écolos n'ont pas grand chose à voir avec l'écologie et encore moins avec le bon sens.

Je pense, en outre, que la citation que tu fais est frappée au sceau du bon sens ce qui, compte tenu de son auteur n'est pas fait pour me surprendre.

C'est tout le problème du groupe de pression.
Ils ne sont rien, mais ils ont une audience d'image considérable.
C'est cette image qui leur donne leur pouvoir de nuisance.

NB : toutes les ampoules, chez moi, sont basse conso, je roule en voiture hybride, je trie mes déchets (y compris les écolos), je chauffe à 18 quand je suis dans une pièce et à 15 quand je n'y suis pas.
Comme peut être une bonne partie des députés. :heu:

29 sept. 2014

je laisse les raillerie constructives habituelle de coté , elles sont simplement amusante

Mais je suis desolé l'ecologie n'est ni de droite ni de gauche , tous les parties politiques se disent et sont tous à leur maniere pour l'écologie .. point besoin d'avoir un groupe particulier

l'écologie s'est imposé à chacun de nous de maniere evidente et quotidienne , c'est devenu un mode de vie, d'existance m^me , dans tout les domaines l'écologie est prise en compte ... , les transports, la nouriture,l'energie, les vetements, les peintures, le traitement de l'eau, les dechets, la qualité de l'air ,les habitations .....la liste est infinie , m^me nos bateaux

et heureuseusement car c'est notre chance de survivre .

Non.
Un groupe de pression défend ses intérêts.
Pas nécessairement ceux de particuliers.

Excuse ma méprise sémantique.

Ils défendent une idéologie, un dogme et confondent ce dogme avec ce qu'il devrait effectivement représenter.

C'est, pour illustrer, les prêtres d'une religion qui défendent leur vision intégriste de cette religion en oubliant au passage ses valeurs.

02 oct. 2014

reflexion d'actualité

sur l'édito du journal d'hier ( mercrdi 1 oct)

"La reflexion sur notre développement économique ne peut faire l'impasse sur cette realité: la vraie modernité est celle qui ne met pas en péril la planete,ses ressources et ses habitants"

réalité et modernité que les écolo ont été les premiers a defendre

02 oct. 2014

:non: sic "revenir à la lampe à pétrole" :non:
Pas d'énergie fossile on a dit ! Je propose lampe à graisse animal (bœuf, cheval, canard, baleine, phoque).rayer les ressources que vous n’avez pas à disposition à moins de 30 lieux.
:acheval:

29 sept. 2014

Et si en plus on peut les couler dans les fonds chalutables de la bande des 3milles, qui, sont interdits au chalutage....

27 sept. 2014

On ne va pas reprendre ici le débat sur l'océan poubelle !

J'ai un bateau qui accuse 35 ans d'âge et que personne ne veut acheter même à un prix dérisoire. Pourtant il peut encore naviguer de nombreuses années. Seulement, voilà, le marché de l'occasion est archi saturé. Alors, dans ces conditions, que faire ?

27 sept. 2014

euh… personne ne veux d'un symphonie en état de naviguer ?
pour le prix d'une déconstruction citée plus haut ?
moi je veux bien ,ça sera plus spacieux que les poker de 40 ans d'âge que je regarde en ce moment…

bon, oki, je me tais… :acheval: :acheval: :acheval:

28 sept. 2014

Arrètes tout de suite!!!
Le Symphonie est un super yacht que tout un chacun, un peu cortiqué, devrait se jeter dessus! Et en plus ça fonctionne très honnêtement en régate (si on se bouge un peu les miches... Ben oui)
Cdlt
JM

28 sept. 2014

AMHA, dans l'information, il faut lire : maintenant il y a une filière déchet existante donc, on peut légiférer les yeux fermés sur l'obligation légale de passer par cette filière.

Maintenant, je peux me tromper :goodbye:

Tu ne vas pas assez loin.
Je pense que tu peux lire :

Bon peuple.

Il y a maintenant une filière déchet existante que c'est nous qu'on l'a faite (par ici la monnaie).

Donc, il n'est plus tolérable, comme aujourd'hui, de passer outre les contraintes environnementales pour l'élimination des BPHU.

Cette filière existant, il devient possible d'imposer la destruction des navires hors d'usage (pollueur/payeur).

Pour déterminer quels sont les navires hors d'usage, il est indispensable de mettre en place un contrôle périodique de leur état.

Mais personne ne travaille dessus comme tout le monde le sait.. :litjournal:

28 sept. 2014

ou non daniellouis bien plus simple .

le salopards sont bien plus rusé . ils mettent leurs épaves dans un coin et effacent toute trace d'identification ...et roule ... dans mon coin j'en denombre 4

On ne prête qu'aux riches... :mdr:

28 sept. 2014

Pour moi, c'est tout bon :

Parce que au prix où est présentée (ou le sera effectivement après démarrage...) la déconstruction, chacun tirera son bateau au large pour le couler, si possible dans les eaux internationales, hors toute législation.

Ceci étant, le couler en Manche, par exemple sur des zones de chalutage, ne manquera pas de poser d'autres problèmes. Pour ma part, j'avais parlé de grands fonds : Méditerranée par exemple ; ou de zones sur lesquelles le chalutage est déjà interdit : dépôts de munitions.

28 sept. 201428 sept. 2014

"Pour déterminer quels sont les navires hors d'usage, il est indispensable de mettre en place un contrôle périodique de leur état."
En voilà donc un grand progrès ! Nous qui nous demandions qui allait pouvoir nous dire qu’un bateau est trop usé pour aller en mer. Je me doutais bien qu’une belle confrérie de têtes à claques finirait par nous prendre pour des imbéciles.

28 sept. 2014

Avec un tel acharnement, il ne va plus en rester beaucoup. On pourrait peut être passer tout de suite à l'étape " déconstruction des riches" :-p

28 sept. 2014

l'un des problemes a l'affaire c'est que l'on est devenu de gros flenards et travailler deux ou trois jours est devenu un enorme obstacle ,une chose tres penible .

Vous mettez votre bateau sur une rive à sec , un gros lapider , quelques autres outils, vous faites le tri et le tout soit à la ferraille ou a la decheterie du coin .....

Mais voilà il faut relever ses manches .

J'observe de plus en plus de salopards (il n'y a pas d'autre nom) qui laissent leurs épaves dans un coin des greves a finir leur jours , alors qu'un coup de masse et quelques heures suffirait pour les deconstruire (mot chic à la mode intello ) .Et bien non on laisse ses merdes à la cote ...

Vu une fois de plus le comportement des uns et des autres une seule solution :une taxe ... ainsi sa fera aussi un nouveau sujet pour raler

Juste pour info et ouverture de pupilles :

Une journée de smigard coûte (masse salariale) 150€.

La somme avancée par le comique qui a commis l'article cité correspond à deux jours de travail.

Qui paye le transport du bateau?
Qui paye la manutention des déchets après tri, qui paye le coût de leur évacuation?
Comment dégage-t-on une marge pour le terrain, les outils, la rémunération de l'encadrement etc... :mdr:

P.S. : le prochain coup^que tu essaie de détruire un moteur à coup de masse, appelle-moi. Je voudrais filmer pour video gag
:mdr: :litjournal:

Disons "ensemble" ce serait plus précis. :mdr: :litjournal:

28 sept. 2014

PS : discussion bien difficile avec toi ...

28 sept. 2014

et oui j'ai constaté entre autres qu'à Camaret il y en avait plein de bateaux à pourrir sur la grève certainement de gros flemmards qui n'avaient pas le courage de "déconstruire" leur unité. :heu:

30 sept. 2014

En résumé la mer aux merdeux en quelque sorte. :-(

28 sept. 2014

Hello,

J'ai entendu dire (mais pas vérifié) que les déchets issus des coques de bateau en fibres polyester pouvait être incorporés dans le bitume de nos routes ou dans le béton de nos terrasses.

le béton fibré existe, ma terrasse en est faite, la fibre remplace la feraille mais il s'agissait de fibre 'calibrée' et sans résine bien sur.

Quelqu'un sait si c'est de l'info ou de l'intox?

Bon, même si c'est de l'info, ça ne représente sans doute pas une grosse source de revenus pour l'entreprise de déconstruction...

28 sept. 2014

c'est effectivement de l'info, et cela date d'une dizaine d'années ; mais il faut concasser tellement fin que l'opération ne présente aucune rentabilité ; si d'ailleurs c'était rentable, cela aurait été développé !

C'est parfaitement exact.

Le problème ne se situe pas dans "quoi en faire".
Il y a même plus simple que ce que tu cites : le polyester peut tout simplement servir de charge minérale dans du polyester.

Le problème est : "comment conditionner le COMPOSITE polyester/fibre de verre pour le rendre utilisable.

Le verre use rapidement tous les outils de coupe et la résilience de la résine rend difficile le broyage.

En outre, il ne faut pas oublier que le "déchet" n'est pas que du composite. Il y a aussi les ménagements, les fils électriques cachés, etc.

Ne recycler que le composite augmente le coût de déconstruction du fait de la nécessité d'un tri plus fin.

28 sept. 2014

J'ai vu dernièrement une vieille coque utilisée comme bassin de jardin...j'ignore quelle peinture a été remise à l'intérieur, mais les poissons ne semblent malheureux (ils n'étaient pas bavards, je reconnais)...1 idée comme une autre, critiquable probablement !!!

28 sept. 2014

Hello,

Avez vous pensé à aller faire un tour sur le site des recycleurs bretons ?

www.recycleurs-bretons.fr[...]ge.html

Il semble qu'ils aient commencé le truc il y a un moment. Ils annoncent 130 bateaux de plaisance traités en 2013.

Maintenant, l'info qui sort dans le journal local à quelques temps de la Semaine Européenne de Réduction des Déchets ( www.serd.ademe.fr[...]/ ) ça n'est peut être pas un hasard et je ne serais pas autrement surpris d'appendre que les "Recycleurs Bretons" sont aussi des "Capteurs de Subventions" :mdr:

Philippe

30 sept. 2014

Nous, pour Mamaroneck, notre jolie construction amateur de 6,5m des années 70, on a reconstruit...
Il est devenu chambre d'hôte en Normandie et sera bientôt hissé dans un arbre au bord d'un petit vallon...
Je vous enverrai des photos (de la vue....)

02 oct. 2014

Et les bretons et les normands utilisent les vieilles coques sur les rond points avec des fleurs dedans ! et si nous mettions nos coques a déconstruire sur les rond points..,? on leur ferait gagner le transport ??
(je signe pas NA! )

02 oct. 2014

pour faire dans la sémantique qui plait beaucoup à certains, dans la marine ancienne on disait "déchirer" un bateau lorsqu'on le détruisait et je trouve ça plus joli que quoique ce soit .

04 oct. 2014

il faut neammoins purger les port et les parking de bateaux demodes et que personne ne veux acheter meme s'il peuvent naviguer.
les revendre en pieces detachees, vieux winch, vieux moteur, mats etc n'interesse t il personne non plus ?
ces bateaux ont le prix alors de la place qu'il occupent: loyer du parking ou de la place a l'eau. soit qd meme 300 a 1000 euro par an.
le proprietaire doit payer... mais si c'est cher il le coulera dans un coin.
donc il vaux mieux creer des recifs artificiels en zones decide d'un commun accord. nos elu locaux doivent proceder a ce choix, et les ecolos y participer. c'est administrativement complexe et long, peut etre. a faire ce serai bien. que chaque port ai sa casse de bateau pour piece a recuperer, avec mise a la decheterie pour les restes? et un emploi aide pour un homme du coin a qui la place conviens meme si le salaire est faible ?

04 oct. 2014

"... et les ecolos y participer... "

Là, c'est pas gagné, car chez eux il y a autant de chapelles que d'individus

04 oct. 2014

Un emploi du polyesther est la realisation de tuile de toiture spherique, decoupe en petit panneaux vous faite une maison au toit rond, ovoide, genre bulle.
il faut deposer un permis de construire qui ne sera pas accorde car la chose n'est pas dans le cadre historique de l'architecture locale.
on pourrai enterrer la coque pour faire citerne d'eau de pluie pas cher?
enterrer la coque pour faire un abris anticyclone?, un caisson oxygene? , un alcove secret du vice ? un caisson anti bruit ? une piscine. oui une piscine: l'inverse et l'opposee du bateau, l'eau est dedans. songez a votre bassin de 9m x 3 en forme de fuseau de poisson, quelle beautee.
connecter un systeme de filtration classique est evident et simple. un joli petit dallage autour et hop.
avec un 15m c'est mieux, entouree de hautes herbes sans dallage autour encore mieux comme un fente secrete dans votre jardin.
ah! la quille aller nager dans la quille.
belle vision non ?

04 oct. 2014

Je suis impatient de savoir ce que tu vas proposer de faire avec le pont !! :whaou:
Un salon de jardin avec le cockpit ?
Un grand parasol avec le rouf doté de son pieds de mat ?
Des allées de jardin avec les passavants ?

05 oct. 2014

Ben oui. Dur le pont,le mat,l'accastillage en general... Le cockpit pourrai faire le bassin enfant de la piscine,et le roof une petit cabane attenante format enfant ? Le mat coupe et la bome qui porte une voile abris du soleil. Ca va ? Ce n'est pas gratiut tout ca. Mais ca vous fait une piscine rigolote pour 30% du prix.

05 oct. 2014

N'a pas ete dit ici. Pour faire disparaitre sont bateau avec utilite:se chauffer avec.

Là pour le compte, tu risques de polluer un petit peu...

05 oct. 2014

Sauf que l'acier de la quille, ça brûle mal tel quel.
Pour qu'il brûle, il faut le diviser : le réduire en poudre.
Bon courage...

05 oct. 2014

faut bien affuter les lames du robot moulinex de madame… non ?

:acheval: :acheval: :acheval: :acheval:

05 oct. 2014

non-non, à la lime... plus besoin de chauffage, et des gros muscles à la fin !

06 oct. 2014

euh juste pour remonter à coté des cheminées :lavache: :jelaferme:

07 oct. 2014

la quille en fonte ? enterrer la dans le jardin ou appeler un ferrailleur, il la prendra gratis. pour le reste oui ca pollue, mais c'est comme en incineration en cimenterie ou ordures menagere, alors autant se chauffer a la maison. en insert de cheminee fermee c'est un bon rendement.

07 oct. 2014

un autre moyen serai d'envoyer le bateau traverser l'atlantique a la voile sous regulateur d'allure. avec une bonne prevision meteo, il aura vite fait d'atteindre les eaux internationales. avec un transpondeur vous pouvez meme suivre sa route sur l'ordinateur...

07 oct. 201407 oct. 2014

Et si on faisait des villages lacustres de bateaux réformés qui serviraient de logements à bas prix pour les vacances ou pour les pauvres étudiants qui n'ont plus les moyens de se loger? Cela pourrait même financer la destruction des plus pouraves. C'est-y pas une idée qu'elle est bonne, celle là? Franchement, je me demande pourquoi je ne me suis pas encore lancé en politique, moi. Quoi????? Bon, bon, d'accord, je sors. :acheval: :acheval: :acheval:

07 oct. 2014

Version lacustre ou maritime du bidonville ... ça existe déjà dans toute l'Asie du Sud-Est

07 oct. 2014

Et y avait il pas des "hippies" avec ce genre de cité/bidonville( à l'origine) sur la cote ouest des USA ?

07 oct. 201407 oct. 2014

Bon, aller, au boulot !

et aussi:

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Groix pointé des chats juillet 2020

Souvenir d'été

  • 4.5 (98)

Groix pointé des chats juillet 2020

novembre 2021