Je viens de passer en plein coeur du Typhon Mangkhut

Le titre est un peu accrocheur mais parfaitement factuel, j’étais effectivement Dimanche en plein cœur de l’ouragan Mangkhut à Hong Kong. Mais, au risque de décevoir ceux qui espèrent un récit de survie héroïque, je n’étais pas en mer mais bien à l’abri dans mon appartement. Si j’ouvre ce fil c’est car celui-ci surplombe la marina d’Aberdeen, soit la plus grande de Hong Kong. J’ai donc pu suivre quasi minute par minute le déroulement d’un typhon dans une marina et mon cœur se serait chaque fois que je voyais un bateau détruit. Je pense que ce que j’ai vu peu intéresser les propriétaires de bateaux.

J’avais déjà vu de fortes tempêtes en Bretagne avec des rafales à 180 km/h mais là c’était encore plus fort avec des rafales à plus de 250km/h. La marina ne comporte pas de pontons et les bateaux sont embossés par l’avant et l’arrière sur de gros coffres. La marina abrite ¾ de vedettes et ¼ de voiliers. La partie que je vois de mes fenêtres est celle des « petits bateaux » de 12 à 25m. Les maxi-yachts sont dans un autre bassin et je ne les vois pas.

Voici en vrac certaines constatations

  • A part les bâches faites sur mesure et ajustées au millimètre, aucune bâche ne résiste à un tel ouragan. En fait elles sont même nuisibles en battant follement et en créant du fardage. Je recommande donc à des propriétaires qui ont bâché leur bateau pour l’hiver de retirer ces bâches avant une forte tempête, quitte à les remettre une fois le coup de torchon passé
  • Avec le système d’embossage, lors des grandes rafales les bateaux bougent et se frottent les uns les autres. Il faut donc prévoir double ou triple jeu de Parre battage. J’ai vu plus de dégâts causés par ces chocs entre bateaux que par les vagues ou le vent en direct.
  • Il faut un triple jeu d’amarres en les montant en parallèle. Si le premier jeu casse, le deuxième qui avait été monté 20 cm plus long prend le relai et est encore neuf et quand ce jeu casse le troisième peut sauver le bateau. Ce n’est pas une figure de style j’ai vu un grand cata de 18 m qui avait ainsi trois jeux aux deux bouts de chaque coque (soit donc 12 aussières au total) en casser 11 et n’avoir survécu que grâce à la dernière amarre qui miraculeusement a tenue.
  • Si le bateau est bien préparé et amarré, les autres bateaux qui cassent leurs amarres et viennent percuter les bateaux sous le vent sont un réel danger. Surtout s’ils sont plus gros que ceux sur lesquels ils viennent s’appuyer. Là encore il s’agit de cas réels. J’ai vu deux très belles vedettes de 14m être coulées par une grosse jonque à moteur qui est venue les percuter. Avant un ouragan il n’est donc pas inutile de passer sur les bateaux aux alentours et de renforcer leur amarrage même si on en n’est pas le propriétaire. C’est une entraide entre marin mais c’est aussi une sauvegarde pour son propre bateau.
  • J’ai vu deux bib être arrachés de leurs supports et se percuter tout seuls alors qu’il n’y avait pas de vagues mais simplement du vent dans le port. Je n’ose imaginer combien auraient subi le même sort avec des déferlantes. A noter que ces bibs ont ensuite dérivé (brièvement jusqu’au fond du port) à l’endroit sans être roulés par le vent. Les poches à eaux et les fonds à effet de ventouse vantés par les fabricants sont donc relativement efficaces.
  • Les annexes, attachées au cul de certains bateaux avaient un comportement tout différent. Elles voltigeaient comme des cerfs-volants. Même celles en dur (en roto moulé par exemple) et se transformaient en danger mortel quand elles finissaient par casser leur bosse et s’envolaient en tournoyant. Je ne comprends même pas que des propriétaires puissent laisser des annexes au bout d’une amarre quand on a une alerte Typhon n 10 (soit le max possible dans la gradation ici à Hong Kong)
  • Les génois sur enrouleurs sont un vrai danger. Environ un sur 10 s’est déroulé par le bas ou par le Haut. Dans ce cas presque à chaque fois le bateau a été gravement endommagé voire perdu. Avant une alerte ouragan, il me semble donc impératif de dégréer son GSE (beaucoup de propriétaires l’avaient d’ailleurs fait). Un fourreau hissé au moyen de la drisse de spi est peut être une alternative mais je ne voyais pas assez bien pour dire si certains voiliers en étaient équipé.

Voilà j’espère que cela peut être utile comme retour d’expérience

L'équipage
17 sept. 2018
17 sept. 2018

Merci, super intéressant!

Merci pour ce retour
:-)

csb,

Il y a beaucoup de dégâts en ville ? J'y étais jeudi soir et c'était intéressant de voir les gens qui prenaient tranquilles l'apéro sur Union Square alors que les verrières étaient recouvertes de treillis...

18 sept. 2018

Oui il y a pas mal de dégâts. Vous pouvez taper "mangkhut" sur youtube et vous trouverez des images spectaculaires. Le plus impressionnant, à mon avis, est de voir des immeubles de 50 étages qui se balancent comme des arbres dans le vent.

Les Hong Kongais sont habitués aux typhons, même si une telle ampleur n'arrive que tous les 15 ans environ. Le gouvernement informe la population en temps réel via des app sur ordiphone et les habitants savent parfaitement à quelle heure le typhon va arriver. Ils n'hésitent donc pas à sortir et se promener ou aller au restaurant seulement quelques heures avant le début des "réjouissances"

17 sept. 2018

merci pour ce retour...
j'en profite; pour info, y a t il des chantiers pour mettre au sec ?des ships pour l'entretien ?
merci
stef

18 sept. 2018

oui Aberdeen est un grand port de pèche et de plaisance. Il y a de nombreux chantiers.

18 sept. 2018

merci ! :pouce:

17 sept. 2018

Merci pour ce compte-rendu clair et sans sensationnalisme !
:pouce:

17 sept. 2018

Observations de bon sens de la part de csb. Dans une marina plus typique, j’aurais aussi très peur que les mâts s’entrechoquent.

17 sept. 2018

Super.

Attacher les défenses sous la coque deux par deux, ça leur évite de s’envoler.

On fait tous ça avec succès.

Le danger, c’est les autres.
Bateau voisin mal ammaré au ponton avec amarres qui cassent, et, au mouillage, bateaux qui dérapent.

Mais, à ce niveau de vent, on est bien démuni.

CaptainRV

18 sept. 201818 sept. 2018

oui, mais il est difficile de prévoir qu'on n'est pas le "voisin" dans le cas de cet événement météo. Ce typhon faisait la taille de la France...
Je crois que dans ce cas, on serre les fesses et on va prendre un verre...

19 sept. 201816 juin 2020

Aujourd'hui le grand catamaran dont j'avais dit qu'il avait miraculeusement survécu après avoir cassé 11 aussieres sur 12 à coulé d'une coque. Apparemment il y avait plus de dégâts que je ne pouvais en voir

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Un souvenir d'un mouillage aux Grenadines il y a déjà longtemps

Souvenir d'été

  • 4.5 (143)

Un souvenir d'un mouillage aux Grenadines il y a déjà longtemps

novembre 2021