Jacques Vabre abandons et avaries

Dur dur, deux abandons en monocoque, et chavirage du trimaran Prince de Bretagne

www.actunautique.com[...]re.html

L'équipage
27 oct. 2015
27 oct. 2015

Je verrais plutôt la bouteille à moitié pleine.

Je suis impressionné que des bateaux qui ont seulement quelques semaines de navigation soient capables de tenir de telle vitesse en période de rodage : macif, actual, ciela village ...

27 oct. 2015

Il y a tout de même des choses assez louches:

-Maître Coq: Est-il impossible de réparer une pièce d'étai et/ou remplacer l'étai complet? Même en 12h quitte à avoir du retard?

-Gitana: Quelles avaries? ça ressemble plutôt à des mesures conservatoires ou à un regret dêtre allé se confronter au gros temps

  • Safran: Idem, de quelle avarie parle-t-on?

L'article sur V&V est assez intéressant et révélateur, je pense, d'un réel problème d'évolution de la course au large (hors mini-transat, figaro etc..)

On te brasse pendant 1 an avec cette transat, les nouveaux bateaux, la mise au point, la prépa etc...et au final ça abandonne au bout de 24h pour une rupture d'étai! Comme si depuis Roscoff on ne pouvait pas aller chercher un étai neuf pour réparer!
Les skippers t'expliquent qu'ils ont besoin de navigue pour maîtriser leur voilier...mais rentrent au port et ne repartent pas...

Ce qui me chagrine le plus c'est l'image que cela renvoie aux sponsors.
Quand une entreprise met 80% de sa marge dans le projet et que 24h avant le départ tu commences à rechigner à partir à cause d'une dépression (que t'es même pas obligé de traverser!) et qu'ensuite l'équipe technique n'arrive pas à réparer un étai à 1000€...franchement ça fout les boules!

A la place du patron de maître Coq, je foutrais certaines brassées...

27 oct. 2015

"Quand une entreprise met 80% de sa marge dans le projet"

Une source ?

27 oct. 201527 oct. 2015

"L'equipe technique n'arrive pas à réparer un étai à 1000€"

Ca me paraît optimiste comme prix!
:mdr: :mdr: :mdr:

27 oct. 2015

même si ça en vaut 10 000, c'est pas à l'échelle du projet!

27 oct. 2015

@ gregoired : sauf que tu ne sais que ce que l'"on" veut bien t'en dire;
sachant que cela concerne l'image de l'entreprise, cela m'étonnerait que la direction de l'entreprise ne soit pas étroitement liée à toutes les décisions importantes de la course;

27 oct. 2015

si tu n'as pas l'étai en stock, c'est mort ça ne se répare pas. le gréement en fibre de kevlar est un transfilage de fibre kevlar entre deux boucles et gainé.

27 oct. 2015

@gregoired

pièces custom ... ça ne se trouve pas nécessairement sous le sabot d'un cheval.
De plus si re belote le risque c'est de mettre à la louche 600 000 € à l'eau (mât + voile + un peu de casse), de risquer de blesser un bonhomme, de devoir gérer une assistance, etc ..

si ils ont un doute sur la fiabilité la decision semble sage.

Imagine, ils repartaient et dans 24 h ils démâtent ...
j'entend déjà les quolibets.

Ces proto (les derniers nées) sont encore en phase de mise au point - l'échéance la vrai c'est le VG.

27 oct. 2015

Question bête avec un parallèle foot (ligue des champions VS europa ligue), le vendée globe rapporte-t-il beaucoup plus qu'un rhum ou jacques vabre ??

27 oct. 2015

Jacques Vabre environ 400 000 visiteurs sur le village
Vendée Globe environ 1 000 000 visiteurs sur le village

Jacques Vabre 2 semaines de présence média.
VG 3 mois.

27 oct. 201527 oct. 2015

Plus de détails sur la casse de Maître Coq:

"Le 60 pieds IMOCA Maître CoQ est arrivé dans le port de Roscoff ce matin vers 8h30. Il a été directement pris en main par l’équipe technique. Depuis 11h30, l’émerillon – pièce qui tient l’étai - et ce dernier ont été remplacés mais l’équipe attend une validation technique sur ce nouveau dispositif pour savoir si le duo peut aller affronter les conditions météo attendues sur la flotte dans les prochaines heures.

Retour sur l’incident technique et la casse de l’étai

Jérémie Beyou : « On était sous J1 à 120 degrés du vent avec les 3 étais en place. Tout d’un coup, l’étai n°2 est tombé avec la voile et s’est cassé en tombant sur l’outrigger. On a pu la récupérer. Heureusement que c’est tombé à ce moment-là. Deux heures après on aurait été sous J2. Dans cette configuration, on aurait sûrement démâté car on aurait enlevé les 2 autres étais qui retiennent le mât.»

La réparation en cours

JB : « L’émerillon s’est dévissé, c’est peut-être le système de blocage de rotation qui s’est cassé. Aujourd’hui on a trouvé une solution de rechange avec une pièce identique mais on a encore besoin de validations techniques pour savoir si on peut repartir dans des conditions qui nous permettront d’affronter la météo attendue dans les prochaines heures. C’est très dur car nous étions bien positionnés par rapport à l'option idéale que nous nous étions fixée. Dans tous les cas, on attend le feu vert pour savoir si on peut tirer sur la machine dans du gros temps. »

27 oct. 2015

Safran :
Après un joli début de course, Morgan et Nicolas ont dû rebrousser chemin hier soir. En cause, une fissure dans la coque « La zone de foil est abîmée du côté tribord. Les dégâts se sont propagés autour de cette zone et de l’eau s’infiltre dans le bateau. Au moment de l’incident, les conditions étaient intenses mais pas extrêmes ».
Le duo fait route vers Brest où il est attendu dans la nuit. On imagine leur déception et leur souhaitons bon courage !

27 oct. 2015

pour Prince de B., le bateau est moins performant (moins grand, ...) alors on tire à fond et plouf ...
le sponsor doit pas être ravi ...
apparemment ils se dirigent sur un remorquage à l'envers jusqu'à l'abri de la côte espagnole, donc différent du précédent ressalage au large du Brésil ...

27 oct. 2015

pour les sponsors il y a trois solutions qui les interessent :
soi on arrive premier ou dernier ou on a des galères qui bien médiatisées font parler de vous et surtout si ça dure ..
plus c'est long plus c'est bon ..
alain :whaou: :heu:

27 oct. 2015

French tech, trajectoire étrange depuis un petit moment ... j'espère que ça n'est rien de grave.

27 oct. 2015

A 16h50, Gilles Lamiré et Yvan Bourgnon ont informé la Direction de Course de la Transat Jacques Vabre qu’ils étaient entrés en collision avec un container. Suite au choc, les deux flotteurs du trimaran sont endommagés. La situation est sous contrôle et l’équipage va bien.

Gilles Lamiré : « Nous naviguions à une vitesse de 15 nœuds vers le Sud, sur pilote automatique avec vent de travers. Tout se passait bien lorsque le bateau s’est arrêté net. Étant au poste de veille, je suis sorti en premier : j’ai vu un bout de flotteur derrière le bateau et un container dans la mer. »

Yvan Bourgnon : « Il manque 5 à 6 mètres sur le flotteur bâbord et le flotteur tribord est endommagé sur un mètre. La difficulté consiste maintenant à ramener le bateau en s’appuyant sur un seul flotteur. Notre routeur météo travaille sur une route idéale pour rentrer dans les meilleures conditions possibles. Nous nous dirigeons à vitesse réduite (6 nœuds) sous voile, vers Brest que nous devrions rallier d’ici trois jours. »

27 oct. 2015

Ah quelle poisse !!!

27 oct. 2015

Des news de Eliès et Charlie ??? à 0kts... j'espère que c'est un problème de tracking

27 oct. 2015

ouf.... sont repartis...vive les nouvelles techno !!!

27 oct. 2015

Communiqué de l'équipe voile Prince de Bretagne :
"[IMPORTANT] Lionel Lemonchois et Roland Jourdain déclenchent leur balise de détresse
A la suite du chavirage de leur Maxi80 Prince de Bretagne, hier, aux environs de 20h15 (heure de Paris), alors qu’ils évoluaient au près à 140 milles du cap Finisterre, Lionel Lemonchois et Roland Jourdain avaient annoncé ne pas demander assistance.
Or, aujourd’hui, la situation a évolué défavorablement, les conditions météorologiques étant prévues de se dégrader.
En effet, si, pour l’heure, les deux hommes composent avec des creux de quatre mètres et un vent de sud-ouest pour 30 nœuds, demain ce flux devrait se renforcer jusqu’à 40 nœuds dans la journée.
En accord avec leur équipe à terre et leur partenaire Prince de Bretagne, Lionel et Roland ont donc pris la décision de déclencher leur balise de détresse à 16h20 et ainsi d’engager les secours, leur sécurité étant, bien évidemment, la priorité.
Une opération d’hélitreuillage va donc, en conséquence, s’organiser rapidement, coordonnée par le CROSS Gris Nez."

28 oct. 2015

A partir de combien d'accidents et de morts l'IMO va-t-elle se décider à imposer mondialement le montage d'un "tracker" par satellite sur CHAQUE container ? L'argument coût n'étant évidemment pas recevable considérant les bénéfices générés par un système profondément absurde qui fait fabriquer au bout du monde par des esclaves pour vendre ici à des chômeurs... :non:

28 oct. 2015

mouhais ... le container (40 pieds - 12 m) qui arrive a endommager l'étrave d'un flotteur, casser l'autre (distante de 15 m), tout en évitant la coque centrale, je trouve qu'il a bon dos ;-)

28 oct. 2015

Comment peux- déduire cela depuis la description de l'accident ?
Qui te dis que le dommage au flotteur tribord n'est pas antérieur ,

28 oct. 201528 oct. 2015

@Aica tout simplement L'équipage dans sa description de l'incident - voir site TJV

SUITE AU CHOC LES 2 FLOTTEURS etc ....
.
CC communiqué du site TJV.
"A 16h50, Gilles Lamiré et Yvan Bourgnon ont informé la Direction de Course de la Transat Jacques Vabre qu’ils étaient entrés en collision avec un container. Suite au choc, les deux flotteurs du trimaran sont endommagés. La situation est sous contrôle et l’équipage va bien.

Gilles Lamiré : « Nous naviguions à une vitesse de 15 nœuds vers le Sud, sur pilote automatique avec vent de travers. Tout se passait bien lorsque le bateau s’est arrêté net. Étant au poste de veille, je suis sorti en premier : j’ai vu un bout de flotteur derrière le bateau et un container dans la mer. »

Yvan Bourgnon : « Il manque 5 à 6 mètres sur le flotteur bâbord et le flotteur tribord est endommagé sur un mètre. "

28 oct. 201528 oct. 2015

Alors je t'invite a écouter la vidéo


On y apprend de la bouche de Lamiré
1° Yvan était en train de dormir
2° sous pilote
3° senti 1 premier choc coque tribord
4° tout de suite après 2 ème choc le bateau s'est arrêté
5° pas trop compris tout choqué
6° a ce moment là j'ai vu à l'arrière gros morceau de flotteur avec une grosse masse sombre a côté du bateau, j'ai tout de suite compris ce qui s'était passé. ...
Bourgon prend la parole
7° Bourgon(qui dormait) "pense un container"
.
.
c'est déjà beaucoup plus nuancé que
1° le communiqué de presse de TJF qui affirme que c'est un container
2° que le titre de la vidéo qui affirme que c'est un container
3° que l'emballement médiatique, mer poubelle, etc ....
.
.
Une rencontre avec un cétacé pourrait occasionner les mêmes dommages.
Une rencontre avec une épave d'un bateau pourrait occasionner les mêmes dégats.
Le container comme déjà évoqué, vu sa taille et le double impact décrit j'ai des doutes ;-)
.
.
Un cétacé pas bon pour l'image.
Un bateau entre 2 eaux, pas bon pour l'image non plus.
On sait pas ce que c'est - rien a dire alors sans intérêt pour l'image.
Le container et ces salauds d'industriels pollueurs, la misère de la mondialisation l'exploitation des petits chinois, ça c'est vendeur !!
Le container c'est bankable
.
Cet emballement médiatique transforme un peut être en certitude --- ça ça me fatigue.
.
Cependant quel que soit la cause de cette casse c'est dommage pour eux, ils avaient fort bien navigué jusque là, je leur souhaite d'arriver a ramener leur bateau sans aggravation des dommages.

29 oct. 2015

Le container est devenu OFNI - Comme quoi ;-)
On passera sur le flotteur en carbone (carbone limité a quelques renforts dans la construction des coques dans la jauge Multi 50)
Ahh la com.
.
"?#?GillesLamiré? ?#?YvanBourgnon? ?#?sailfrenchtech?
Deuxième nuit en mer pour nos deux marins et leur grand oiseau océanique blessé...
Voilà maintenant plus de 24h que Gilles & Yvan ont déclaré avoir heurté un OFNI suffisamment gros pour leur arracher 5m de flotteur en carbone. "

31 oct. 2015

"les coques sont faites en infusion sur une mousse herex (oui, ce n'est pas la même chose que l'airex)"
Effectivement, ce n'est pas la même chose. C'est même moins performant et en plus c'est pas thermoformable donc chiant à mettre en place. C'est une des conséquences des limitations de coûts de cette jauge.

Et sinon je ne vois pas ce que tu as à redire sur l'observation que fait Cezembres sur le fait que les flotteurs ne sont que partiellement en carbone. C'est vrai.
De plus, comme tu les dis si bien, les lisses sont en UD longitudinal, ce qui fait que lors de l'incident ces renforts ont subis une compression et un choc violent, une combinaison assez destructrice pour de l'uni-directionnel. Ces renforts sont juste là pour empêcher la coque de se bananer, et ne rendent pas du tout les flotteurs plus "costauds" face à un abordage frontal...

"Cela forme un "treillis" très rigide. Tous ce rejoignent est sont imbriqués à l'avant et au tableau. Sur que c'est du costaud !"
Bah justement, non... Quand c'est trop rigide, au moindre choc ça casse.

28 oct. 201528 oct. 2015

Je ne dis pas le contraire quoi que
Le "Y en a plein le cul de cette mer polluée" lancé par Yvan sur RTL sent le surf sur la vague médiatique ..
.
www.rtl.fr[...]0278155

28 oct. 2015

Finalement ils sont aussi bon que Mayko qui nous dit le diamètre du tronc...
Eux la masse sombre ...bingo container alors que finalement c'est peut etre simplement le tronc d'arbre de Mayko qui poursuit sa (longue) croisière ?
Ou alors un plaisancier sous pilote qui a sombré depuis :lavache: :langue2:

28 oct. 2015

Et bien justement je ne lis pas la même chose que toi ....;en aucun cas il ne dit que les deux flotteurs ont frappés le container, il dit juste que les deux flotteurs sont abîmés, du coup effectivement c'est au même moment et c'est donc pas antérieur, mais , pourquoi émettre un doute sur ce qu'ils ont vécu....et si c'est le flotteur cassé qui a endommagé l'autre flotteur ? et Si ????? pourquoi encore mettre en doute le récit du marin qui était à bord ?

28 oct. 2015

haouaa! on a un super spécialiste faussement modeste de la course au large.. ça doit être un copain de copain d'un préparateur qui se la pête au bistrot avec un blouson siglé.. lol

29 oct. 2015

cezembres tu chipotes ;-) mais je vois que tu connais le sujet.

31 oct. 2015

"On passera sur le flotteur en carbone (carbone limité a quelques renforts dans la construction des coques dans la jauge Multi 50)"
Cezembres, tu ne connais pas ce bateau. C'est l'ancien Prince de Bretagne, et les coques sont faites en infusion sur une mousse herex (oui, ce n'est pas la même chose que l'airex). Du carbone, il y en a 6 UD de 60cm de large qui courent du brion au tableau arrière. 2 en fond de quille en sandwich et 4 de chaque côtés au plus large. Cela forme un "treillis" très rigide. Tous ce rejoignent est sont imbriqués à l'avant et au tableau. Sur que c'est du costaud !

28 oct. 2015

@cezembres: ce ne sont pas les termes employés par gilles et yvan mais une retranscription de l'organisation de course.
gilles parle d'un premier choc sur tribord suivi d'un deuxième sur babord arrêtant le bateau. quand il sort il voit un bout de flotteur partir et une masse sombre. yvan dit qu'il s'agit peut être d'un container. tout ça c'est à chaud et le pb est de ramener le bateau ce qui, compte tenu des vents en force et en direction, n'est vraiment pas évident.
tu peux vérifier tout ça sur leur vidéo.

28 oct. 2015

Je ne trouve pas qu'il y ait eu beaucoup de casse jusqu'à présent.

28 oct. 201528 oct. 2015

Je suis désolé pour Bourgnon et Lamiré mais ils y vont un peu fort en parlant de "bêtise humaine" concernant ce container perdu en mer.
Devrait-on parler aussi de bêtise humaine lorsqu'un voilier est abandonné en mer suite à une avarie ? Non ? Et bien partons du principe que les commandants de porte container ne jettent pas les containers par dessus bord ni par plaisir ni par bêtise ...

28 oct. 2015

V&V PRINCE DE BRETAGNE
Lionel, pouvez-vous revenir sur les circonstances de l’accident ?
« Je n’ai pas vu grand-chose car j’étais dans le bateau. On était au près, sous trinquette, dans de la mer, avec entre 15 et 17 nœuds de vent. Dix minutes avant, avec Bilou, on se posait la question de savoir s’il fallait qu’on déroule le solent ou pas. Je ne sais pas ce qui s’est passé, j’ai juste eu le temps de bondir et d’attraper Bilou pour l’attirer dans la descente. Est-ce que c’est le fait d’une vague ou d’une survente ou bien des deux, c’est difficile à dire… C’est dur parce que nous avions passé le plus gros du mauvais temps et que la météo allait vraiment en s’arrangeant. »

28 oct. 2015

en tout cas, y a un gréement complet avec tout pleins de voiles dessus qui traine au fond de l'eau au large de l'Espagne.

avis aux plongeurs

28 oct. 2015

4000 mètres de profondeur par endroit... :lavache:

28 oct. 2015

Serait il fou de penser à une collision avec un grand cétacé?
Pou l'image se serait tellement plus simple :/

Je sais pas hein je dis juste.

Par expérience, il m'est arrivé plusieurs fois de dévier ma route pour éviter le contact. Par grand vent et vitesse élevée dans le sanctuaire pelagos... des rorquals communs partout avec la fantastique haleine lorsque ces derniers soufflent à proximité...une odeur je vous dis pas!

28 oct. 201528 oct. 2015

Plus de détails sur l'abandon de Safran:
m.transat-jacques-vabre.com[...]d-imoca

Nous avons plusieurs petites casses qui tournent autour du gréement. A commencer par l'anti-déjantement du mât. Pour faire simple, sur le pont il y a une boule sur laquelle repose le mât aile d'Edmond de Rothschild. A l'avant de cette boule, il existe une plaque en composite qui permet de garder l'espar captif sur la boule et d'éviter que ce dernier ne se retrouve à côté de sa place originelle. Cette plaque a sauté et s'est arrachée du pont, venant ainsi fragiliser la tenue du gréement.

Cette découverte s'ajoutait à une autre avarie survenue plus tôt dans la journée. Lors d'un check classique de la plate-forme, nous avons constaté la casse d'une pad-eye d'outrigger à tribord. Cette petite pièce ancrée sur le franc-bord à l'avant de la dérive n'est pas capitale mais elle fait partie du système de fixation de l'outrigger afin qu'il soit tenu dans sa bonne position et qu'il ne sorte pas de son logement. C'est un peu à l'image d'une épaule avec ses ligaments. S'ils sont rompus ou hyperlaxes, c'est ainsi que l'on peut se déboîter l'épaule. Sur le bateau, la conséquence directe de ce déboîtage aurait été le démâtage. Nous savons qu'à cet endroit et avec la mer attendue, un simple démâtage peut prendre des proportions beaucoup plus importantes. »

28 oct. 201516 juin 2020

Photo du pied du mât-aile de PRB ...
Photo d'outrigger de SMA

28 oct. 2015

fini aussi pour Arnaud Boissières (bateau des métiers), retour aux Sables ... :-(

29 oct. 201516 juin 2020

Oups!

28 oct. 2015

Hugo Boss en avarie aussi...

Hugo Boss (Alex Thomson et Guillermo Altadill) depuis 16h00 rencontre des problèmes techniques que l’équipage tente de solutionner. Le bateau est à la cape. Les deux skippers tiennent régulièrement informée la Direction de Course.

29 oct. 2015

Et là, ils rentrent à Vigo... :-(

29 oct. 2015

Ouais ça souffre en ce moment!
Vous imaginez les efforts dans les outriggers!!! Et même d'un point de vue général sur tout le bateau...ça me fait halluciner la!

En tout cas pour moi on a franchit encore une nouvelle ère dans le mono!

29 oct. 2015

Faudrait absolument que Banque Pop finisse.....sinon ça va mal tourner cette affaire...ça doit commencer a tousser...

30 oct. 2015

On dirait que Actual fait demi tour ???

30 oct. 2015

Et sur la carto, il est signalé ABD... :-(

30 oct. 2015

Oui www.transat-jacques-vabre.com[...]-actual
et coté IMOCA c'est pas mieux
Jac

30 oct. 2015

Demi tour aussi pour adopteunskipper.net sur problème de bastaques, ça commence à être l'hécatombe : 2 classe 40, 3 IMOCA (probablement bientôt 4 du coup), 1 multi 50, 1 Ultime, peut-être 2 prochainement !!!

30 oct. 2015

Moustache solidaire (j'adore !) a un problème de mat... Demi-tour pour le moment...

Pour les Ultime, c'est 2, c'est confirmé...

30 oct. 2015

y en a t il un qui va terminer ?????

30 oct. 2015

Yves Le Blevec, skipper de l’Ultim Actual : « Ça a fait en grand « crack », le bruit caractéristique du démâtage... J’étais sur le pont, j’ai eu le réflexe de regarder sous le vent pour voir le mât tomber dans l’eau… mais non, heureusement, il s’est arrêté. Il est passé de 10° incliné au vent à 30 à 40° incliné sous le vent !" :lavache: :lavache: :lavache:

31 oct. 2015

ça a vraiment pas l'air simple à bord de French-Tech, mais ils font tout pour sauver le bateau

www.voilesetvoiliers.com[...]derive/

31 oct. 2015

Alex Thomson et Guillermo Altadill (Hugo Boss) hélitreuillés

Alex Thomson et Guillermo Altadill, skippers de l’IMOCA 60 Hugo Boss ont déclenché leur balise de détresse cet après-midi à 14h25 (heure française). Les garde-côtes espagnols ont été immédiatement informés et ont envoyé un hélicoptère de sauvetage à 82 milles au large des côtes espagnoles, là où se trouvait l’équipage. Les deux skippers ont été hélitreuillés et sont maintenant en route vers la terre ferme.
Hugo Boss rencontrait des problèmes de structure depuis le début de la semaine obligeant l’équipage à se dérouter. Les skippers avaient entamé une réparation tout en se dirigeant vers La Corogne où leur équipe technique les attendait. Après 36 heures de navigation dans des vents forts et une mer formée, la structure du bateau s’est détériorée et la coque commençait à prendre l’eau et à couler. Les skippers vont bien. L’équipe de Hugo Boss à terre remercie chaleureusement les moyens mis en place par les garde-côtes espagnols pour récupérer Alex et Guillermo.

31 oct. 2015

franchement c est nul, ça me rappelle les formules I quand au maximum un tiers des autos finissait
bon il y a de la r/d c'est sur

31 oct. 2015

Va savoir s'il a enfilé le costume "Hugo Boss" pour l'hélitreuillage !! :jelaferme: :jelaferme:

31 oct. 2015

clair que c'est triste de voir un bateau tout neuf couler

31 oct. 2015

Comment jeter des billets de banque à la mer...

31 oct. 2015

Le multi50 Ciella Village fait une pause au Cap Vert : "Aujourd’hui à 15 h 30, alors qu’ils naviguaient dans un vent d’une vingtaine de noeuds sur la route directe, Thierry Bouchard et Oliver Krauss ont subi une avarie à bord du Multi50 Ciela Village. L’amure du gennaker s’est arrachée, endommageant également les parties avant du bateau. Ils ont d’abord tenté de réparer, en vain. Ils se déroutent donc vers le Cap Vert ou leur équipe technique les attendra pour réparer. Ils reprendront rapidement leur route vers le Brésil afin de terminer dans de bonnes conditions une course qu’ils ont menée en tête depuis la sortie de la Manche."

31 oct. 2015

Encore heureux qu'il ait fait beau... Cela dit, ce sont majoritairemet les voiliers récents qui ont des problèmes

31 oct. 2015

Et Nandor Fa, Spirit of Hungary a dématé... :-(

31 oct. 201531 oct. 2015

Quasi tous les imoca de nouvelle génération sont des plans VPLP, non? Et il y en a deux qui souffrent de problèmes structurels extrêmement sérieux. Pour moi, il y a un gros problème de design là. Je me demande si ce genre de casse est vraiment réparable (càd réparable et solide par la suite, sans massivement alourdir le bateau). Je serais skipper d'un de ces bateaux, je me poserais de sérieuses questions quant à leur capacité à faire le Vendée Globle.

31 oct. 2015

Plus que 2 sauf erreur
- Saint Michel
- Hugo Boss
- Safran
- Rotchild (cadene outrigger)

4 HS sur casse structurel sur 5 reste Banque Pop ...

31 oct. 2015

Les problèmes de Safran et de Rotschild ne sont pour moi pas de même nature que ceux d'Hugo Boss et de Virbac. Pour safran et Rotschild, tu corriges les faiblesses constatées sur les pièces qui ont cassé et ça repart. Peut-être faudra il ajouter un peu de carbone par ci par là, ou faire des pièces un peu plus grosse, mais ca ne changera pas la nature du bateau. Mais pour Hugo Boss et Virbac, il semblerait que ce soit la coque elle-même qui soit en cause. Et ca, ça ne me paraît pas simple du tout à corriger. J'ai tendance à penser que si tu renforces juste la zone qui a cassé, tu vas déplacer le problème à un autre endroit.

31 oct. 2015

Hmmmm Rotschild admettons, Safran ... quand la coque est pétée et prend l'eau autour du foil ça devient très sérieux quand même.
Sans la gestion du problème rapide de Morgan et Nicolas (demi tour et lever le pied) l'intégrité du bateau était compromise.

31 oct. 2015

A mon avis, il va falloir que le bureau d'archi VPLP se remette en question, cela fait quand même beaucoup de déchets pour cette nouvelle génération de bateaux.

31 oct. 2015

C'est complexe la réalisation de ce type de bateau.

Dans la chaine de réalisation il y a certes un cabinet d'architecte, mais également un BE structure, éventuellement le BE du team puis un voir des chantiers.
L'architecte est le plus "médiatisé" de la cellule conception / réalisation.
Il récolte les lauriers comme les mauvais points,
.
Objectivement rien ne nous permet de dire, a ce stade, que le soucis vient de chez eux, plus que d'un autre élément de la chaine.

31 oct. 2015

Allez, je vais vous faire rêver un peu: vous savez combien il y a d'ingénieur chez VPLP sur la quinzaine de personnes (incluant Guillaume Verdier) qui travaillent à la conception des bateaux?

Roulement de tambour

Un seul. Nicolas Baral.

On peut éventuellement en rajouter 7 du BE de Multiplast... Peut-être autant chez CDK, mais je ne connais pas très bien ce chantier. Hugo Boss sort de chez Green Marine à Southampton, où le BE est assez solide, mais je ne me souviens plus de l'archi...

En plus, ce qui est amusant, c'est que Safran et Banque Pop ont été construits chez CDK et sont identiques (même moule), un seul des deux a cassé. Ils n'ont pas tiré dessus de la même manière ou il y a eu une malfaçon quelque part? (je penche quand même pour la première option...)
Virbac et Gitana sortent de chez Multiplast, mais là par contre je ne sais pas si le moule était aussi commun. Virbac se détourne pour rupture de la structure, et on ne sait toujours pas ce qui s'est passé à bord de Gitana, donc je ne sais pas quoi en penser...

31 oct. 2015

Il me semble qu'il y a quand même une mauvaise évaluation des efforts subits par ces nouveaux bateaux.
Après savoir de qui cela vient est effectivement plus difficile à déterminer.

31 oct. 2015

Allez, je me lance dans la supposition bête et méchante... VPLP a travaillé sur les AC72 (Emirates), sur lesquels il y a des foils. Oh, regardez, il y a des foils aussi sur les IMOCA maintenant! On met la même structure et échantillonnage que sur l'AC72?

Ça s'est sûrement pas passé comme ça chez VPLP (quoique... ^^), mais j'ai travaillé avec des gens qui ont ce type de raisonnement, alors maintenant je me méfie.

Quand à savoir qui c'est... Le sponsor va blâmer le constructeur, le constructeur va jeter la faute sur l'archi, l'archi sur son ingénieur structure, l'ingénieur structure va tout mettre sur le dos de l'archi, l'archi va alors dire que c'est la faute au cahier des charges du skipper, le skipper va se plaindre auprès de son radin de sponsor qui a rogné sur les coûts, et retour au point de départ...
Après, qu'est ce qui est le plus important, le "qui", ou le "pourquoi"? Mon "Le management pour les Nuls" me dit qu'il ne faut faire porter la responsabilité sur personne et travailler en équipe à la résolution du problème, et j'aurais presque tendance à le croire.

31 oct. 2015

Ce n'est un secret pour personne que l'on ne sait pas dans le domaine du nautisme modéliser avec précisions les efforts dynamiques auquel sont soumis les bateaux.
Il y a toujours eu une part d'empirisme certains.
SI tout était maitrisé a merveille, il n'y aurait pas quelques dizaines de T de plomb abandonné au fin fond des oceans sur la route du VG.
.
Concernant "le management pour les Nuls", j'espère que des considérations financières ne nuiront pas au travail d'équipe.
.
Un an ça pu sembler long, mais là le VG risque de venir bien vite pour certains team.

31 oct. 2015

Trop de casse et surtout, trop de casse en même temps. L'effet médiatique des malheurs du marin se banalise. Le peuple ne s'émeut plus. Plus d'émotion, plus de business. Mauvais pour les sponsors tout ça. Un peu de casse ça va. Trop de casse, bonjour les dégâts.

31 oct. 2015

En mauvais état le raffiot :

www.facebook.com[...]652696/

01 nov. 2015

Oulala. Vous avez remarqué que le foil bâbord manque?

01 nov. 2015

Pour moi il était posé sur le pont, démonté...

01 nov. 2015

comme y disent .. basicly new and fucked !

01 nov. 2015

Je ne comprenais pas pourquoi sur la vidéo du sauvetage on voyait Hugo Boss dématé, voici quelques explications :

"En fait, Hugo Boss avait subi quelques dégâts structurels lors des premiers jours de course et ne pouvant réparer efficacement ce décollement de lisses, les skippers avaient décidé de faire route vers La Corogne où les attendait leur équipe technique. Mais comme le vent a basculé plusieurs fois du secteur Sud-Ouest au Nord-Est, puis à l’Est fort au passage d’une dépression ibérique, le duo avait décidé de rester à la cape, grand-voile affalée sur le pont et foc à contre, face à la mer afin de ne pas fatiguer plus le bateau en attendant une nouvelle bascule à 80 milles des côtes espagnoles."

Le service de presse de Alex Thomson Sailing précise :
« L’équipage avait réalisé une deuxième réparation et attendait que les conditions s’améliorent (c’est pourquoi le bateau était stationnaire et « confortablement » face au vent). La raison de ralentir était liée à la prévention d’un nouveau dommage, mais une déferlante a retourné le bateau. Alex et Guillermo ont alors fermé portes et écoutilles et ont immédiatement basculé la quille pour redresser Hugo Boss qui avait démâté lors de son chavirage. Puis ils ont alerté les coast-guards espagnols et leur équipe technique de leur situation. Le bateau était rempli d’eau et le gréement avait provoqué de nouvelles avaries qui imposait de quitter le navire. »

De retour à terre, Alex Thomson exprimait sa surprise : « C’était incroyable et inhabituel comme situation : nous devons maintenant comprendre pourquoi cela s’est passé. C’était une déferlante énorme, mais pour quelle raison le bateau a-t-il été retourné ? Je pars maintenant avec l’équipe technique pour m’assurer que nous allons récupérer notre bateau. »

01 nov. 2015

Voilà c'est dit : "On va rentrer dans un processus de renforcement du bateau pour naviguer en toute sécurité et à 100% de ses capacités. Les bateaux conçus aujourd’hui sont trop fragiles, nous travaillons avec les architectes sur la version 2 plus cohérente avec le programme." (J-P Dick)

01 nov. 201501 nov. 2015

Bilan des abandons après 1 semaine de mer :
3 Class 40 (14 partants), 10 IMOCA (20 partants), 1 Multi 50 (4 partants) et 2 Ultimes (4 partants).
Un lourd tribu pour les IMOCA, espérons que la classe saura rebondir pour fiabiliser les bateaux avant le VG.

01 nov. 2015

La récupération d'Hugo Boss est en cours.

sailinganarchy.com[...]s-back/

01 nov. 2015

Et au tour de Kito de Pavant/Yann Régniau. Il doit y avoir des sponsors qui suent à grosses gouttes (ceux qui restent en course !).

Comme Tristan, j'espère que cela ne va pas dissuader d'éventuels sponsors d'investir dans ces superbes machines !

Je me faisais cette après-midi la réflexion (en revoyant Alex Thomson monter sur sa quille puis sur son mat) que les bateaux ont (grâce à internet) une exposition beaucoup plus longue que leur durée de vie... A mettre du côté positif de la balance...

01 nov. 201501 nov. 2015

A Cancale, tous les ans en Septembre, il y a une course de bateaux en cartons, dans le port. Certains iraient plus loin que ces nouveaux bateaux.
10 abandons sur 20 partants en imoca, dont 3 bateaux tout neufs surement perdus définitivement. Et la course n'est pas terminée. Un seul mot : lamentable.

L'imoca prend un gros virage bien costaud en ce moment avec l'arrivée des foils. Et là, la trajectoire va droit dans le mur.

Etonnant quand meme, quand on voit avec quels succes les ricains et les neozed, notamment, n'ont jamais connu telles désillusion (probleme de structure par exemple), sur des bateaux plus grands, plus techniques, et encore plus novateurs (AC72). Donc, à moins que le tord ne vienne intégralement des skippers qui demandent toujours plus léger pour gagner 0.01 nd, à la place des archis et des chantiers, je me poserais quelques questions.

A l'évidence, pour l'instant, ils ne savent pas faire. A un an du vendée, s'ils ne transpirent pas un grand coup, il est temps de se bouger.

La class multi 50, on se demande toujours s'il y en a un qui va finir.

Quant aux ultimes, il est temps que certains comprennent qu'avant le facteur vitesse, il faut impérativement miser sur la stabilité, avec ces grosses araignées.

Ok, la voile est un sport mécanique. Ok, on ne peut prévoir la météo......
Mais, ho...les coureurs, ça ne vous gêne pas tout ce gachi en matériaux, et donc cette pollution, dans un sport censé être proche de la nature?

Et l'organisation? Je croyais que tous les bateaux et les marins étaient testés durant tant de milles avant le départ. Personne ne trouve étonnant qu'à la première tempete, la moitié de la flotte soit disparue? M.... ce sont quand meme des courses transocéaniques.

A tous ce msieurs/dames, demandez aux gens de la mini comment ils procedent pour avoir si peu d'abandons.

Et les sauveteurs? ils y pensent parfois, quand ils construisent leurs coques en carton? Quand les les 3 gars orange décollent dans leur hélico, il y a toujours un danger pour eux, même par beau temps. Alors, en plein océan, en pleine tempete, n'en parlons pas.
Encore une chose qui me chiffone d'ailleurs. Ces hélicoboys risquent leur vie pour aller chercher ces victimes....Pour que celles ci, parfois, reviennent 2 jours plus tard pour revenir chercher l'épave??????? Evidemment, je ne suis pas à bord d'hugo boss, mais ce bateau est il en train de couler? Si oui, pas la peine de revenir le chercher, il ne sera plus là. Sinon, pourquoi l'abandonner? Le risque de couler avant l'arriveé de l'équipe technique? Et leurs canots de survie, ils servent à quoi alors??

01 nov. 2015

Pour les AC72, y a pas à chier, les comparer aux IMOCA revient à comparer une Formule 1 à un buggy du Dakar...
Un AC72, ça navigue toujours en eaux abritées, avec pas plus de 25 nœuds de vent et c'est démonté tous les soirs pour un check-up complet pendant la nuit.

01 nov. 2015

ça n excuse pas cette lamentable exhibition de bateaux neufs devenus epaves en quelques heures
la honte
c est comme cela que les tris de 60 survivants font du charter à la journéee

02 nov. 2015

faudrait pas dire n importe quoi non plus !
auriez vous deja oublié le regretable et fatale accident survenu lors de la casse de l ac72 arthemis ?

02 nov. 2015

"aucune casse structurellle a l origine de l accident d arthemis"
prenez 2 mn pour vous informez avant de faire de telle afirmation !
Ce triste accident a pour origine la casse de la plateforme du bateau.

02 nov. 201502 nov. 2015

Vous n'y mettez pas beaucoup de bonne volonté.
ça m'a prit 1 mn ...

1° vous avez vu déjà vu un cata retourné avec les 2 coques croisées, et dans des sens différent (haut en haut pour une haut en bas pour l'autre ?
i.ytimg.com[...]ult.jpg
.
2° site HDS par exemple BE structure qui a revu la structure du bateau 2 suite la casse du 1.
"16 July 2013

Artemis Racing and HDS proceed to shed testing on AC72 "Big Blue"

Already associated with the team for the design of Wings #2 and #3, HDS was asked to conduct the structural review of Boat #2 after the dramatic accident of Boat #1 in May. After the structural review, the team performed tests on the boat in the shed to simulate on-the-water extreme load case and ensure the boat could withstand them."
.
.
3° bêtement wipimeschoses qui ressort a Artemis Racing
"Le 9 mai 2013, l'AC72 d'Artemis chavire au cours d'un entraînement, en raison d'un défaut de structure. Le marin britannique Andrew Simpson est piégé sous la coque et se noie malgré les tentatives de réanimation des médecins."
.
Sur ce

:goodbye:

02 nov. 2015

"Tout a fait d'accord. Faut pas dire n'importe quoi.
Artemis avait chaviré, ce qui, avec la vitesse et le vol est tout à fait comprhensible.
Ce n'est qu'apres le chavirage qu'il s'était plié.
Aucune casse structurelle donc à l'origine de l'accident.
Malheureusement mortel, prévisible également, encore une fois vu la vitesse de ces engins, et les hauteurs auxquelles sont placés les navigants."
"et concernant mes posts précédents sur l'absence de soucis de structure des AC72 (il fallait prendre une exemple de bateaux à foils ayant révolutionné leur catégorie), je parlais des américains et des néozeds.
Relisez mieux."
..
no comment.

02 nov. 2015

Hum, en fait la poutre avant a cédé en navigation, ce qui a désolidarisé les deux coques, provoqué la chute du mat et fait dessaler le bateau qui, sans son mat, s'est immédiatement mis à l'envers...
Le problème structurel était connu (un problème de matériaux employés en fait), et le bateau avait déjà été réparé/renforcé plusieurs fois sur le point sensible de la liaison coque/bras.

02 nov. 2015

Tout a fait d'accord. Faut pas dire n'importe quoi.
Artemis avait chaviré, ce qui, avec la vitesse et le vol est tout à fait comprhensible.
Ce n'est qu'apres le chavirage qu'il s'était plié.
Aucune casse structurelle donc à l'origine de l'accident.
Malheureusement mortel, prévisible également, encore une fois vu la vitesse de ces engins, et les hauteurs auxquelles sont placés les navigants.

02 nov. 2015

Et bien cezembres, je te retourne ta remarque. a moins que tu n'ais un lien pour prouver cette affirmation.
Les circonstances du drame n'ont jamais été clairement annonçées. Ou alors j'ai manqué cette info. Un mois apres l'accident, une faute de l'équipage était toujours l'hypothese annoncée par l'organisation de la coupe.
Pour protéger leur évenement? peut etre, puisque certains parlaient effectivement de soucis structurels, surtout après l'éviction de l'architecte (je ne sais plus qui c'était).
Mais si tu as une réponse avec un lien, je suis preneur.

02 nov. 2015

Et bien bravo si vous y avez mis une minute. Mes félicitations.

Petite précision, comme disait ma grand mere, "le papier ne refuse pas l'encre", que l'on pourrait traduire aujourd'hui par nos écrans ne refusent pas les pixels.
Ceci non pas suite au site HDS, mais à celui que vous nommez wipi .... Cela date de juin 2013, date à laquelle les résultats de l'enquete n'étaient pas dispo.

et concernant mes posts précédents sur l'absence de soucis de structure des AC72 (il fallait prendre une exemple de bateaux à foils ayant révolutionné leur catégorie), je parlais des américains et des néozeds.
Relisez mieux.

sur ce....Bonne journée, sous ce soleil malouin (je présume, vu le pseudo).

02 nov. 2015

ben oui, no comment....restons en là.

02 nov. 2015

En Formule 1 aussi il y a eu des accidents...

02 nov. 2015

"Mais, ho...les coureurs, ça ne vous gêne pas tout ce gachi en matériaux, et donc cette pollution, dans un sport censé être proche de la nature?"
:pouce:

02 nov. 2015

Et pendant ce temps à bord d'initiative coeur, ça bricole et ça repart avec le sourire, voilà un duo qui fait plaisir...

www.facebook.com[...]371864/

02 nov. 201502 nov. 2015

vous etes globalement de mauvaise foi, comparer avec un AC 72 qui exploserait en 3 mns en eaux ouverte ... et la formule un maintennat !!

comparer avec les voitures du paris dakar aurait plus de sens

vous avez déjà vu une formule 1 dans les dunes !!

:acheval: :acheval: :acheval:

02 nov. 2015

comparer un AC 72 à un Imoca n'a aucun sens !

02 nov. 2015

si vous souhaitez parler d' AC 72 et de F1 ouvrez un nouveau fil sinon vous polluez celui ci qui concerne les Imoca principalement
donc coté auto Rallye ou rallye raid

02 nov. 2015

C'est contre moi? J'ai du mal à suivre là... ^^

02 nov. 2015

Pas plus que de comparer une F1 à une bagnole du Dakar, c'est le but du rapprochement que je fais entre la voile et l'automobile.

02 nov. 2015

Pas moi qui ai lancé la dérive sur les AC72, je disais juste qu'on ne pouvait pas les comparer aux IMOCA...

02 nov. 2015

Quel est le pourcentage d'abandons en Formule 1, sur un grand prix de deux heures et sur toute la saison?

Quel est le pourcentage d'abandons sur un rallye style Paris-Dakar?

En voile, on a cette litanie sur les abandons à chaque course océanique. Je me demande bien pourquoi.

02 nov. 2015

regarde les mini transat qui avionnent et cassent peu !
cette débâcle des imoca m'inquiète car elle rappelle celle des tris orma et leur disparition
irresponsabilité globale
les courses devraient saluer les meilleurs marins elles vont saluer celui qui arrive à y arriver ...

02 nov. 2015

En Imoca,
dur a dire a voix haute sans aller a l encontre du jeu mediatique, mais pour les bateaux recents la jacques vabres n est qu un entrainement / mise au point / test prealable au véritable objectif le vendee l an prochain.

02 nov. 2015

en attendant le survivant mène la danse et ne donne pas l'impression de forcer son talent!
à fiabiliser mais ça marche.

02 nov. 2015

Je m'étonnes toujours quand meme, car c'est vérifié lors de chaque grande course transocénique, que des bateaux, révolutionnaires qui plus est, sortent du chantier, et prennent le départ, avec 3/4/5 sorties à leur actif, sans avoir connu le gros temps pour certains.
Sur un voilier de régate entre 3 bouées en eaux abritées, ok, mais sur un voilier transocéanique, cela me choque.

02 nov. 2015

Je commence la lecture du livre de Vito Dumas... le gars, il traverse le Golfe de Gascogne l'hiver avec un vieux J 8m en bois qui fait de l'eau avec 6 biscuits et un paquet de chocolat en poudre et arrive jusqu'aux Canaries sans dormir et pratiquement sans bouffer à écoper par -19°C.
Eux, avec des millions d'euros et des 60' étanches (au départ), super-équipés et à 2 skippers bien au chaud dans leur Musto, pas moyen de franchir le premier grain... "étonnant, non?"
Vive la technologie! :mdr: :scie:

02 nov. 2015

Moi aussi, je devrais parvenir à faire le tour d'un circuit de Formule 1 avec ma propre voiture. Mais je ne suis pas convaincu que je parviendrais pour autant à gagner un grand prix.
;-)

02 nov. 201502 nov. 2015

Attention, en F1 aussi, ils sont passés d'un moteur V10 avec 2 pleins d'essence par GP à 4 moteurs V6 turbo hybrides par saison et le dernier plein fait pendant les qualifs... Plus avec moins, c'est possible.

02 nov. 2015

Il me semble que sur les 14 Class 40 trois seulement ont abandonnés dont un seul neuf... et pour ceux qui pensent qu'ils auraient dû tester leur matériel dans des conditions plus sévères, encore aurait il fallu trouver des conditions météo fortes depuis la fin de leur mise au point, c'est à dire durant l'été.
Ce qui m'étonne le plus, c'est qu'ils n'aient rencontré qu'un seul front dépressionnaire avec des vents ne dépassant pas 40 noeuds.

Qu'en aurait il été si'ils avaient rencontré 3 à 5 dépressions successives comme lors de certaines Route du Rhum ou Ostar?

02 nov. 2015

pourquoi revenir à la formule 1

courses de 2 heures, revêtements parfaits, voiture refaite au bout de 2 heures

prenez le rallye routier ou les grands raids comme comparaison

02 nov. 2015

Il ne me semble pas que ce fil, quelqu'un ai évoqué les abandons dans la classe 40, qui, il est vrai, est ben épargnée. Tout comme dans la mini (meme si le vainqueur de la premiere étape a abandonné).

02 nov. 2015

Je confirme, les IMOCA sont bien étanches: une fois que l'eau est rentrée, elle ne sort plus! ^^

02 nov. 2015

OK avec toi sauf peut-etre pour le écoper par -19C. Il écopait des glacons?

:topla:

02 nov. 2015

les canaries à -19° c'était juste après les dynosaures pendant l'ère glaciaire
+19 me paraitreit plus cohérent surtout sous ces latitudes
alain
:jelaferme:

02 nov. 2015

Vous l'avez lu hier soir comme moi ou pas? :heu:
En touchant terre au Portugal, on lui dit que "la température a atteint 19 degrès sous zéro" alors qu'il était en mer (sans doute un peu moins froid au large mais tout de même en dessous de zéro)
- fin du hors sujet -

02 nov. 2015

vous cherchez à démontrer quoi? que les architectes ne sont pas compétents, les compétiteurs de piètres marins? regarder les temps de parcours du vendée globe entre la première édition 109 jours et de la dernière 78 jours. en multi ça donne en équipage de 79 jours à 45 jours et en solo de 16 jours à 57 jours tout ça sur une période d'environ une vingtaine d'années!!! tout ça avec des moyens limités, un seul bateau pour faire un projet gagnant, comment éviter la prise de risque?

02 nov. 2015

Pour ma part, c'était juste de l'ironie... :heu: Je sais bien que je ne ferai pas le malin devant une planche à dessin ou à la manoeuvre d'un IMOCA

02 nov. 2015

extrait du site, pas mal
Une semaine après le départ du Havre, la douzième Transat Jacques Vabre compte seize abandons tandis que les deux trimarans Ultime sont déjà en approche de l’équateur, que trois monocoques IMOCA se sont détachés et déboulent à vingt nœuds au large du Cap Vert suivis par les trois Multi50 et le peloton, que les Class40 ont touché les alizés à la hauteur des Canaries.

Le bilan comptable est sévère puisque 38% de la flotte ont déclaré leur abandon ces six derniers jours, mais il faut noter que les causes de ces arrêts sont très diverses puisqu’elles touchent autant des erreurs humaines qu’un manque de préparation, des avaries structurelles et des usures du matériel. Certes les conditions météorologiques ont été dures voire brutales, particulièrement lorsqu’une dépression s’est formée très rapidement sur l’archipel des Açores jeudi, quatre jours après le départ du Havre, en balayant circulairement la flotte jusqu’à l’Irlande. Or la moitié des abandons a eu lieu avant ce troisième coup de vent dont un chavirage (Prince de Bretagne) et une collision avec un container immergé (La French Tech-Rennes Saint Malo).

Les autres avaries ayant entraîné l’arrêt de la course semblent principalement liées à un manque de navigation en amont, à des décollements structurels dus à l’état de la mer et à l’usure de pièces névralgiques tels grand-voile déchirée (Le Bateau des Métiers by Aérocampus), étai (Maître CoQ), démâtage (Spirit of Hungary), rupture d’accastillage (Actual), bord de fuite de quille arraché (SMA), bastaque rompue (Adopteunskipper.net)… Par rapport aux transats précédentes se déroulant à la même période en Atlantique Nord, cette édition se situe donc plutôt en haut de tableau, la moyenne globale tournant autour de 25%. À un an d’échéances au moins aussi élevées, concepteurs, constructeurs, ingénieurs, équipes techniques et coureurs vont pouvoir tirer un bilan plus précis de cette succession d’avaries.

02 nov. 2015

Vraiment pas compliqué cette course pour faire un podium, il suffit de faire un trimaran en acier.
Le plus dur dans l'histoire, c'est de bien ranger les vivres et ne pas mettre le tire-bouchon à la pointe d'un des flotteurs.

02 nov. 2015

Etant d'une génération de coureurs qui a débuté avant les balises de détresse et les communications satellite, nous sommes avant tout des marins, ne perdant pas de vue que pour gagner il faut D'abord finir en faisant avec ses propres moyens. Je trouve que l'évolution de la course au large open actuelle (majoritairement Franco-française) va dans le sens de l'assistanat et se rapproche effectivement du monde de l'automobile ou quand on a un problème, on s'arrête au bord de la route et on vient nous chercher. Je trouve cette évolution déplorable et contraire à l'idée que je me fais du sens marin et de la course au large. Si les coureurs n'avaient pas la certitude d'être repêchés quelques heures après avoir déclenche leur balise, je pense que la conception des bateaux sur lesquels ils partent serait totalement différente.

02 nov. 2015

absolument ! PDBretagne ce met sur le toit, on hélitreuille les skipp et envoie le team rechercher la bête, et Hugo Boss ... là carrément on quitte le navire (le captain en premier SVP) et on y retourne pour le chercher le lendemain ... au cout horaire de l'hélico !
Moi je tire mon chapeau a tous ceux qui se dém.... a ramener seul leur canot !

02 nov. 2015

À chaque transats c'est la même chose:)
Soit c'est la faute de l'organisateur, soit celle de l'architecte ou du chantier.
Il n'y a pourtant qu'un maître d'ouvrage et une seul maître à bord... Et il convient que, pour gagner, il faut commencer par arriver.
Les discours des abandons me font un peu sourire : « abandonner permet de se recentrer », « c'est une phase de test », etc. Du vent !
Une course ne sert pas à fiabiliser ce qui va péter ! Car sur le Vendée Globe, le truc qui va foirer arrivera dans le Sud.

Le bon résultat serait plutôt d'atteindre le temps de mer le plus important.

Aller vite c'est bien - après tout c'est une course, mais cela ne sert à rien si c'est pour aller au tas. Et si, seule la victoire est belle, en attendant, celui qui se frotte les mains, est celui qui ne visait qu'un succès placé et qui se retrouve dans l'écho des médias tous les jours.

Après tout, c'est une stratégie comme une autre.

02 nov. 2015

Petite anecdote pour étayer mon post précédent:
Début des années 90, championnat d'Europe de course au large CHS (ancêtre de l'IRC) à Torkay organisé par le RORC. Le matin du départ de la grande course (~300 ') le vent souffle à 45-50nds . Alan Green alors directeur de course nous informe qu'après plusieurs tentatives infructueuses pour sortir le bateau comité afin de donner un départ en mer comme prévu il retarde le départ d'une heure afin d'organiser un départ donné du bout de la jetée, et libre à chacun de prendre ses responsabilités et de partir ou non. Ce qui fut fait. Évidemment, certains n'étant pas partis, ont crié au scandale.
Alan du haut de son flegme legendaire les laissa braire.
Par contre, quelques jours plus tard, tous les skippers reçurent un courrier de sa part nous rappelant nos responsabilités et étayant sa décision par le fait qu'il s'agissait d'une course au large et que par définition, les équipages et les bateaux y prenant part devaient être aptes à affronter n'importe quelles conditions météorologiques pouvant survenir en navigation hauturière, et que le fait que ces conditions aient lieu au moment du départ ne changeait rien. Puis il expliquait que s'il annulait un départ à partir d'une certaine force de vent, les coureurs et les architectes risquaient de concevoir des bateaux optimisés en dessous de cette force de vent, mais unsafe au delà.
Bah ca y est, je crois qu'on en est là.

02 nov. 2015

Franchement, le gros de la casse dans cette TJV n'a rien à voir avec la météo.

02 nov. 2015

Oui mais ça c'était avant ...
il y a eu malheureusement, quelques accidents depuis ayant entrainé des CC au tribunal, voir garde à vue, ce qui explique la position actuelle (en France tout au moins).

02 nov. 2015

Tout à fait Racingbee... Je partage totalement tes propos. La dérive date déjà d'une bonne dizaine d'années. Elle est dans l'air du temps. Je suis frappé par le nombre d'abandons de voiliers lors de traversées...
On peut aussi citer le choix du Mumm 30 dont on découvre ensuite qu'il n'est pas adapté pour effectuer de longues étapes de près...
Pour en revenir à notre sujet, ce sera une autre affaire pour les Imoca quand ce seront les sauveteurs australiens qui devront intervenir à 3000 milles de leur base lors du Vendée Globe...

02 nov. 2015

C'est clair. quand on lance toutes ces nouveautés, sans les avoir testé, bref, jouer à la roulette, on devrait d'abord penser aux gars de l'hélico....sur tout dans le sud.

02 nov. 2015

Les Imoca ont quand même un rythme impressionnant, ils ne sont ce soir qu'a 250 Nm des Ultimes ! OK y a un effet élastique avec la traversé du pot au noir mais tout de même.

02 nov. 2015

Assez d'accord, mais les Ultimes n'ont pas eu un routage favorable.

02 nov. 2015

certes mais ils sont partis ensemble et vont au même endroit.
chacun est passé par ou il voulait.

02 nov. 2015

L'avis de JP Dick sur les nouveaux imoca.

www.actunautique.com[...]es.html

02 nov. 2015

Avec un autre petit récap de la situation des imoca...

www.actunautique.com[...]re.html

02 nov. 201502 nov. 2015

J'ai pas compris le principe structurel des nouveau imoca VPLP, fond en papier à cigarette tenu par de très nombreux omégas transversaux. pas de lisses longitudinales.
Question poids on se demande ce qui reste pour la coque nue une fois enlevé la quille et tout l'équipement.

02 nov. 2015

Fin de l'aventure pour O'Canada qui n'a pas pu réparer son rail de mât, on passe à 11 ABD chez les IMOCA...

03 nov. 2015

Des nouvelles sur l'abandon de Hugo Boss:

sailinganarchy.com[...]impact/

04 nov. 2015
04 nov. 2015

Comme dit plus haut, je n'y étais pas en plein océan, mais je suis choqué de voir qu'on peut appeler l'hélico comme on appelerai un taxi (le cout, et le risque pour les personnels), pour revenir 2 jours plus tard pour rechercher le bateau. La bateau ne coulait pas, et vu les images prise d'hélico, il semblait etre un bon abri pour la vie des deux "marins"
Pour moi, c'est incomprehensible, et le contraire meme du bon sens marin.

04 nov. 2015

Bonjour,
Vous comprenez mieux maintenant pourquoi je ne m'intéresse pas aux régates et aux courses au large... Que d'argent dépensé pour si peu d'avancée... Manque de préparation notable... Assistanat toujours...
Pour la prochaine fois faites des bateaux en papier à cigarette et des voile en papier chiotte...
tchao!

04 nov. 2015

boatallo "Que d'argent dépensé pour si peu d'avancée...". Heureusement que tu nous écrit auparavant :"je ne m'intéresse pas aux régates et aux courses au large" C'est bien la preuve que tu aurais du t'y intéresser un minimum.
Sinon tu connaitrais les progrès qui ont été effectués depuis 2, 10,20 ou 30 ans.

A tu réfléchi à quelle vitesse allait les voiliers les plus rapides il y a seulement 30 ans?

04 nov. 2015

que d argent depense ...
une transat jacques vabre c est quoi

les plus gros budgets sont de l ordre de 5 m€ / an
les plus petits 150 k€ ?
une quarantaine de concurents - admettons 40 m€ de budget sur la jacque

c est

moins de 2 mois du budget du psg
1/3 d un gp de f1
moins de 2 mois de revenu du sportif le mieux paye au monde (265 m€ / an)

oui beaucoup d argent en regard du budget des menages par grand chose dans l economie mondial du sport.

04 nov. 2015

@vicking35 : Bien sûr que je m'y suis autrefois intéressé et que je connais certains progrès effectués, mais apparemment les structures d'aujourd'hui ne tiennent pas le "choc" et pour moi c'est du gaspillage, et tout le monde y mets de son couplet pour avoir une avarie pour faire parler du sponsor (pas vrai?).
Autre chose : le manque de préparation "matérielle" semble évident (je sais c'est la course au fric pour de telle courses donc il faut aller vite, trop vite!).
+J'aimerais bien avoir l'avis des anciens sur la préparation des nouveaux.

04 nov. 2015

Je ne suis pas du tout d'accord avec vous.

Je trouve que ces imoca sont des bateaux fantastiques. Je suis loin d'être expert, mais ne connais pas de jauge de course océanique qui tienne plus compte de la sécurité que celle des imoca.

Je n'ai pas de statistiques, mais j'ai le souvenir d'entendre parler de mats qui tombent, de gouvernails qui se font la malle et de quilles qui coulent depuis que la course existe, y compris sur des engins beaucoup moins performants que les imoca. Qui se souvient des navires improbables qui s'alignaient sur les ostars ? Des premiers VG ?

Il y a eu un gros travail de fait sur les quilles depuis le dernier VG. Il est dommage qu'une partie des progrès apportés aux quilles par la nouvelle jauge soit contrecarrée par l'arrivée de ces foils ouvre-boite. Mais l'innovation fait partie de la course au large, et je ne vois pas comment une jauge vivante comme l'imoca pourrait passer à coté des foils. Les perfs de Banque pop montrent que c'est loin d'être un gadget.

Quand aux secours. Je crois qu'eux aussi ont beaucoup progressé en 30 ans et qu'ils sont plus en capacité d'intervenir au large que par le passé. De la à parler d'assistanat ! Montez sur les bateaux avec eux et on verra rapidement qui assiste qui.

Bonne journée à tous.

04 nov. 2015

Je n'ai personnellement aucunement l'intention de monter sur une de ces bête de course qui vous ravie tellement car je ne suis pas expérimenté ni préparé pour "driver" ces jouets et ce n'est pas mon métier, j'exprime très simplement mon point de vue (qui est strictement personnel).
Oui il y a eu de gros travaux de fait et les performances sont là, c'est bien ça donne du travail, ça fait couler beaucoup d'encre etc... il paraît même que ça ferait avancer la technologie.
La sécurité a fait beaucoup de progrès en 30 ans moi je dirais en cinquante ans et c'est tant mieux de ne pas y avoir eu recours! (ça a fait tellement de progrès que l'été on serait obligé de couper les vhf tant il y a d'appels pour un rien, (vécu cet été un zod avec plongeur qui avaient le mal de mer!!!)).
Maintenant ce n'est pas ma tasse de thé et je vous laisse jouer avec vos imoca, foils etc...

04 nov. 2015

merci :aurevoirdame:

04 nov. 2015

Tous ces Imocas qui se cassent et dont il faut hélitreuiller les skippers, ils sont en catégorie A ?

04 nov. 2015

Oui ! Assurément !!!
Tous "ces Imoca qui se cassent" sont en catégorie A !!!
.
Peut-être pas en catégorie de conception... :heu:, mais en catégorie d'Assistance, certainement ! :langue2:
:mdr:

04 nov. 2015

C est marrant je me posais la même question.

04 nov. 2015

juste pour vous donner une idée des efforts subis dans le mauvais temps ..

04 nov. 2015

alex sur sailing anarchy ...

04 nov. 2015

Interview très intéressante
- Alex convaincu à 99% qu'ils ont touché un OFNI, ce qui a entraîné des dégâts structurels.
- À un certain endroit, 4-5 lisses étaient cassées et le bordé bougeait de 15-20cm, ceci avant de mettre le bateau en sécurité et de faire une réparation provisoire
- Le bordé est calculé pour résister à 25 tonne par m2, comparé à 20 tonne par m2 sur le précédent Hugo Boss
- Alex pense que le design et la construction innovante de la coque (bordé de 2.5 mm avec lisses espacées de 20 cm) n'est pas en cause.
- Alex pense qu'un bateau construit de manière 'traditionnelle' (sandwich entre deux peaux plus fines) aurait subi bien plus de dégâts, et aurait probablement coulé.
- A l'aise à la cape sous tourmentin malgré la dépression vicieuse près du cap Finistère.
- Ne s'attendait pas du tout à un chavirage. Bateau complètement rempli d'eau après retournement. Pas sûr que la coque allait tenir longtemps vu les dégâts déjà existants. Moyens de communication hors EPIRB noyés.

04 nov. 2015

Chapeau Yvan Bourgnon et Lamiré qui sont arrivés à La Trinité ce soir. Depuis leur avarie, ils ont fait 2 noeuds de moyenne!

04 nov. 2015

Huit jours de lutte pour ramener leur bateau à terre, c'est le temps qu'ils vont mettre. Du fait d'une météo assez capricieuse nous n'osions l'affirmer avec certitude, mais c'est au final à la Trinité-sur-Mer qu'ils arriveront en fin de journée aux alentours de 18h, fiers d'avoir réussi le pari de sauver leur bateau par leurs propres moyens, en "bon marin" qu'ils sont. Ils auront alors parcouru un peu plus de 500 milles à 2 nœuds de moyenne (moins de 4 km/h) ce qui est la vitesse d'un promeneur. Un record de lenteur pour un voilier de course capable de pointes à 30 nœuds!
Le trimaran "la French Tech Rennes St Malo" sera confié aux bons soins du chantier Multiplast de Vannes qui viendra le préparer afin de pouvoir aisément le guider dans le dédale du golfe du Morbihan, avant de lui refaire un flotteur tout neuf.

04 nov. 2015

Exact, c'est ça, le bon sens marin.
On part en hauturier, le bateau a un gros pépin. C'est dangereux, mais visiblement ne menace pas de couler (et encore...). Du coup, on prévient la terre des ennuis, et on décide de ramener le bateau par ses propres moyens. Malgré les conditions sans doute extremement pénibles.
Chapeau bas à l'équipage franco suisse.
eux n'ont pas appelé l'hélico...

04 nov. 2015

Ce sont sans conteste d'excellents marins, il suffit de se rappeler l'extraordinaire tour du monde récent d'Yvan.
Mais il y a probablement un autre élément qui entre en ligne de compte, à mon avis et si j'ai bien compris, c'est que le bateau est propriété de Gilles et qu'ils espèrent bien repartir vers de nouvelles aventures avec. On abandonne certainement moins facilement un bateau qu'on a mis tant de temps et de passion à amener à ce niveau avec de petits soutiens qu'un machine de courses ultra sponsorisée et qu'on sait qu'on pourra retourner chercher plus tard à grands frais. AMHA

04 nov. 2015

Prince de Bretagne en remorque (à l'envers) s'approche de Lorient (à 3nds) ...

04 nov. 2015

Il est temps d'arriver car la météo va se dégrader dans les jours à venir :acheval:

04 nov. 2015

je ne comprends pas cet acharnement sur hugo boss. le bateau a presque coulé,il n'etait plus en situation d'etaler (contrairement au tri de lamiré), je vois pas le problème qu'il ait appelé l'hélico. c'est pas gratuit,le team a les moyens de payer et la rapidité d'action lui a permi de sauver son jouet à 3 M€. le plaisancier moyen se pose moins de question quand il appelle la snsm parce qu'il est en panne d'essence alors qu'il a des voiles ou que mme ale mal de mer...

04 nov. 2015

Oui, c'est totalement ridicule. Les problèmes d'Hugo Boss ont commencé le mercredi 28 et l'équipage déclenche la balise de détresse le samedi 31 vers 17h. Ils auront donc tenté pendant 3 jours de ramener le bateau par leurs propres moyens, en faisant le gros dos plusieurs fois pour laisser passer le mauvais temps.

04 nov. 2015

La course au large s'apparente aux "sports mécaniques" et assume les risques qui en découlent. Ce n'est pas la 1re fois qu''il y a des avaries, ni la dernière, n'en déplaise à certains. Ce n'est pas la pire édition.
Rappel :
Vivre est risqué puisque la seule certitude est de mourir un jour, le plus tard possible et sans souffrir, si possible.
Faut-il ne pas naître pour échapper à cette fatale destinée?
That is the question. :oups:

05 nov. 201505 nov. 2015

J'imagine la tête des responsables de la mise en oeuvre des secours auxquels un quidam va expliquer. "Allez les chercher quand même les gars. Tout est normal. Vivre c'est risqué. Mais vous pressez pas quand même. S'il vous arrive malheur en les sauvant c'est que vous n'aurez pas échappé à votre fatale destinée" :tesur:
J'ai mis une étoile à Aliguen parce que je crois que c'est ce que j'ai lu de meilleur sur le sujet. ;-) ;-)

06 nov. 201506 nov. 2015

Merci pour ton soutien. Il y a, au moins, un philosophe de plus sur H&O, c'est réconfortant. Je me sens moins seul.
:bravo: :topla: :mdr:

05 nov. 201516 juin 2020

Alex Thomson est convaincu qu'ils ont touché quelque chose, vu les dégâts à l'extérieur de la coque:

05 nov. 2015

La peau est arrachée, le tissus sous jacent est labouré. Dans mon métier on appelle ca un traumatisme de dehors en dedans.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Ile Grande août 2021

Souvenir d'été

  • 4.5 (162)

Ile Grande août 2021

novembre 2021