intérêts des speedo ?

quel est l'intérêt aujourd'hui de monter un speedo lorsque l'on a un traceur GPS qui lui donne la vitesse fond. j'ai voulu acheter un ensemble anémo+ sondeur et on ne pouvait pas dissocier le speedo !
capt'ain lu

L'équipage
18 avr. 2012
18 avr. 2012

Quand ton GPS ne marche pas, et que ton speedo/loch est fiable ça te permet de naviguer à l’estime. Ou même pour le plaisir :-) mais je suis peut-être maso !

18 avr. 2012

Aucun intérêt, si ce n'est celui de connaître sa vitesse par rapport à la surface de l'eau .
:mdr:

18 avr. 2012

le speedo te donne une vitesse instantanée utile pour bien regler les voiles .il te donne aussi une vitesse surface donc par comparaison avec ton gps tu peux avoir une idée du courant . le gps lui ne donne d'une vitesse moyenne calculé sur un certain temps

18 avr. 2012

Permet d'avoir le vent réèl :
très pratique pour ne pas se faire surprendre vent arrière sous spi que le vent grimpe et qu'on ne le sent pas...

Cela permet également de connaitre la différence entre AWA et TWA pour optimiser voiles et réglages.

18 avr. 2012

Eh bien, la comparaison entre la vitesse donnée par le speedo et la vitesse donnée par le GPS te donne une indication sur les courants, ce qui n'est pas rien.

Ph

18 avr. 2012

Lorsque tu cherches à optimiser ton temps de déplacement à la voile vers un objectif (VMG), la vitesse de fond est une donnée de base. Au près c'est donc très utile et au portant ça peut aussi aider.

Si tu ne cherches pas cette "optimisation", tu peux t'en passer. Cependant l'information sur les courants que donne la compariason entre vitesse fond et surface est aussi utile je trouve surtout dans les zones qui en sont fortement pourvues...

Nicolas

19 avr. 2012

La vitesse fond n'est pas donnée par le speedo, qui ne connait que la vitesse surface.

Jacques

19 avr. 2012

:oups: je voulais bien sûr dire vitesse de surface. Mea culpa

18 avr. 2012

b,
evidement quez le loch_speedo ne sert a rien le compas magnetique non plus d'ailleurs, il y a deux feres jumeaux qui l'on prouvé ,mais eux ce sont de vrais marins pour les autres qui connaissent un peu c'est indispensable,je pense qu'ils n'y a que ceux qui ne connaissent rien de rien qui pensent cela
retournez à l'ecole
...
je n'en dirais pas plus
alain :reflechi: :reflechi:

18 avr. 2012

Bonsoir. Tout est dit et j'y rajouterai que c'est indispensable pour pêcher dans les zones avec des courants et selon certains poissons. Utilisé encore il y a peu et su le moment exact de la renverse ou j'étais et permis de régler le régime moteur en conséquence.

20 avr. 2012

Yacaré aussi à naviguer sans compas du Brésil aux Antilles, juste avec ses mains..et sur son first 25

20 avr. 2012

Bien sûr AICA, mais combien ne sont jamais revenus pour un qui s'en est sorti ?

Il faudrait essayer de retenir les leçons de l'histoire, ça éviterait à l'humanité de refaire sans arrêt les mêmes conneries.

18 avr. 2012

et une *

18 avr. 2012

il est vrai qu'avec un Dragonfly, l'importance des courants diminue :reflechi:

mais avec un DragonFly, le speedo est indispensable pour deux raisons :
- sinon comment raconter au bar du club les pointes à 25 noeuds ?
:pouce:
- un multi a une telle plage de vitesse que son estimation précise au pif est difficile

Il est vrai que sur un Halberg and Rassy ou un Hood 38 on n'a pas vraiment besoin de speedo pour connaître sa vitesse !!!

En Mousquetaire, soit on était à fond : c'est 5 noeuds, soit on n'allait pas vite et on jetait une bouleete de pain à l'avant et on chronométrait le temps pour qu'elle atteigne l'arrière, un petit de règle à calcul et c'atait bon !
sauf une fois une bourrique de mouette a bouffé le bout de pain avant qu'il n'arrive à l'arrière.

Hubert, de Cherbourg

18 avr. 2012

la roue a aube du mien est cassée depuis de nombreuses années et comme bien sur il faut tout changer et bien je m'en passe et j'ai des sacré coup de pot j'arrive toujours à rentré au port malgré qu'il soit aussi INDISPENSABLE

18 avr. 2012

Indispensable pour connaître le vent réel !

18 avr. 2012

Les bons GPS donnent un SOG réactualisé chaque seconde, y a t' il réellement un intérêt à avoir la vitesse de surface pour le réglage des voiles puisque la variation de vitesse se verra aussi dans la variation du SOG et de manière aussi instantanée

18 avr. 2012

un speedo, c'est totalement obsolète en navigation, c'est devenu un élément de décor de bateau de régate, un compteur de plus pour l'égo , un trou de plus dans une coque, un emmerdement maximum de plus...point !
et ça coûte le prix d'au moins 5 GPS!...et comme tout le monde á au moins 5 GPS á bord (celui du tel., celui de Ipad, du traceur,le fixe de la T.C, les 2 de secours, le bluetooth...ça fait plus de 5 déjà non?) son inutilité est confirmée! puisque les 5 GPS mis bout á bout sont bien là pour vous confirmer que vôtre speedo est bloqué ...!
c'est comme le sextant, il ne reste plus que quelques Parkinsoniens á passer leur temps á astiquer le leur, puisqu'ils n'ont plus rien d'autre á faire reluire! le speedo, c'est donc á mon avis, et vous l'aurez compris(!) une relique au même titre que le loch de traine, le fameux sextant ( que j'ai utilisé pendant une bonne 20aine d'années!), la gonio(que j'aimais bien!)...et même le sacro-saint compas de route (ça c'est pour provoquer un poil certains!)
bref, faites en l’économie!...et offrez vous plutôt un excellent sondeur et un pack de bière pour surveiller "maurice"vôtre auto-pilote!....

18 avr. 2012

c'est sur on peut naviguer aussi juste avec les étoiles et une bonne bouteille!

18 avr. 2012

bien sûr Kermit mais ça c'est un truc que la majorité des plaisanciers ne savent plus faire...ça, ça s'appelle le sens marin ...(heu..pas la bouteille!) :tesur:

20 avr. 201220 avr. 2012

Je ne confierais jamais mon bateau à un skipper capable de balancer avec aplomb des réflexions aussi bornées.

Soit :
- il confond vitesse fond et vitesse surface
- il n'imagine même pas qu'il y a des coins aux courants forts et que c'est une aide bien utile de savoir comment on avance réellement (parfois on s'éloigne des amers, ou même il fait nuit, ça arrive).
- il ne lui est jamais arrivé de ne plus recevoir de signal gps pendant quelques minutes dans un endroit critique (perturbation solaire ou autre).

En tous cas il confond cabotage et cabotinage, et rien que ça c'est rédhibitoire.

Avec un peu de finesse, il aurait simplement pu expliquer que les instruments c'est bien, mais qu'il faut aussi savoir s'en passer en cas de pépin, mais pour ça il faut prendre un peu de recul, c'est pas le plus facile on dirait.

18 avr. 2012

ps: le doigt mouillé au vent arrière est aussi efficace que le speedo pour le vent réel! :-D :heu: :heu:

18 avr. 2012

le gps c'est pas mal non plus pour connaitre le vent reel ça doit m^me etre plus juste que le speedo

18 avr. 2012

bsr,
c'est navrant ....
alain

20 avr. 201220 avr. 2012

Pour sûr! le vent réel au GPS, on nous l'avait pas encore faite!

20 avr. 2012

Il faudrait lire ça :

www.nke-marine-electronics.fr[...]ce.html

Différence de 10° entre le vent réel obtenu grâce au GPS et celui obtenu avec un speedo !!! Et on peut parier qu'ils l'auront tous à bord (ou un équivalent)la prochaine fois ...

:litjournal: :litjournal: :litjournal:

18 avr. 2012

Je dis peut être une bêtise, mais il me semble que pour connaitre le vent réel, c'est la vitesse fond qu'il faut connaitre, et non la vitesse surface...
Si je suis à 6 noeuds speedo dans le détroit de Messine avec 6 noeuds de courant de face, la vitesse lue au GPS sera nulle, je suis immobile sur le fond, et l'anémo et la girouette me donneront alors les valeurs du vent réel... me gourge???
Pierre-Louis

18 avr. 2012

tout a fait d'accord avec toi

18 avr. 201218 avr. 2012

Franchement, qu'est ce qu'on irait faire dans le détroit de Messine avec 6 noeuds de courant de face? C'est bien des idées de Grec, ça!
Moi, j'aime bien mon speedo, quand il y a du courant, ou quand je pêche à la traîne, car les poissons, eux, n'ont rien à cirer de la vitesse sur le fond.
Ceci dit, on peut s'en passer. On peut même se passer du bateau, maintenant que j'ai vu au salon de Barcelone un simulateur qui m'a collé le mal de mer...

19 avr. 2012

Bonsoir,
si ce n'est que le détroit de Messine se situe en italie (italie - sicile) et que le courant là bas est TRÈS impressionnant. Quant au vent, j'ai déja subi un phénomène d'accélération avec des pointes à plus de 65 nds. Alors la différence entre vent réel et vent relatif ...

18 avr. 2012

on peut avoir 5 GPS , si guerre quelconque qui oblige les américains à fausser , codifier ou carrément annuler le fonctionnement des satellites, il vaut mieux avoir un bon loch speedo.

l'optimisation du réglage des voiles doit avoir un systéme support qui répond au quart de seconde, il faut capter la variation instantanée pour comprendre l'incidence de son réglage, rien de mieux qu'un bon speedo.

à vos avis, messieurs et mesdames les régatiers !

18 avr. 2012

indispensable en régate, apprécier au dixième de Nd près, c'est utile pour valider un réglage de voile,
le speedo associé à l'anémo donne le VMG ...
etc, etc ...

ma vieille centrale NKE est en train de lâcher, au prochain grutage en mai je change de loch-speedo !

19 avr. 2012

C'est possible de permettre aux instruments de calculer le vent réèl a partir de la vitesse SOG?

Pour les instru tacktick, je ne crois pas. Mon lock étant actuellement en caraf, je n'ai plus de vent réèl.

19 avr. 2012

Et c'est là tout l'intérêt du speedomètre en effet. Tu perds des informations très utiles sur la centrale.

Mais bien sûr si tu navigue dans un tonneau poussé par les alizés tu n'en as que faire, la terre devrait finir par t'arrêter

19 avr. 201219 avr. 2012

.
Equipe-toi d'un manomètre pour vérifier les pressions relative et absolue exercées sur le clavier pendant la saisie.

C'est comme le speedo : utile mais pas indispensable.

Très efficace : tu peux aussi équiper ton bureau d'une pompe à vide turbomoléculaire. :pecheur:

.

19 avr. 2012

ça m'énerve ces fautes d'orthographe! C'est souvent dû à des touches mal appuyées.... :heu:

19 avr. 2012

Oui mais ça dépend du matos, je sais que NKE le fait par exemple.

Par contre attention sur les bateau performant le matos HR est recommandé avec un pilote.

En figaro un mec avait dématé sous pilote suite à la perte d'info d'un speedo a ultrason (mauvaise réaction du pilote) l'algo a été modifié pour éviter que ce genre de truc se reproduise.

Rien n'est indispensable, mais tout le devient pour peu que l'on cherche a optimiser les perfs, a chacun son style de nav ;)

19 avr. 2012

Je ne sais pas, cela doit être possible. Tout dépend de la formule de calcul utilisée pour déterminer le VMG (le calcul sera fondée sur des phrases NMEA. Après, savoir si ton calculateur utilise RMC (provenant du GPS) ou VHW (provenant du speedo). Tacktick doit utiliser le VHW, puisque le VMG s'affiche même sans connecter de GPS. VHW mesure la vitesse surface.

Jacques

22 avr. 2012

Sur les Tacktick, à défaut de speedo le vent réel est calculé à partir du SOG (vitesse GPS).
Si ça ne marche pas c'est que tacktick croit que la vitesse surface est nulle. Il suffit de débrancher le connecteur du speedo sur le boitier "hull" et miracle ! ça marchera. A condition que ton gps soit relié à l'interface nmea bien sûr.

19 avr. 2012

Le speedo : je suis assez d'accord avec Tropic 64.

Etant physicien, je me suis acharné plusieurs années à régler cet appareil neuf, comme je le fais en laboratoire avec mes appareils de mesures physiques.
Ce loch neuf de qualité (600 euros), monté devant la quille dans l'axe du bateau, avait de 10 à 20 % d'erreur selon la vitesse du bateau, la gite, l'état de la mer, la dérive, etc.
Autrement dit, pas loin de la vitesse de courant que je cherche à estimer...

Ces appareils ne possèdent d'un point de réglage, ce qui est une ineptie pour un appareil de mesure. Un appareil de mesure précis possède des réglages multipoints (à plusieurs vitesse différentes pour ce qui nous intéresse) et une courbe d'étalonnage intégrée, ou externe, a utiliser avec un logiciel adapté.

Je réglais l'appareil en me déplaçant au moteur, sans gite et à vitesse constante (5,5 noeuds, vitesse moyenne du bateau en navigation au long cours) dans un bassin à flot fermé, sans vagues et sans courant.

le conditions de navigation et de mer sont tellement différentes de celles de l'étalonnage, que le loch est faux dans toutes conditions ou presque...

j'utilise maintenant un GPS aillant un filtre de vitesse réglable (MLR)
en réglant le filtre entre 5 secondes (vitesse instantanée) et 15 minutes (vitesse moyenne), on obtient une indication nettement plus valable et exploitable.

c'est mon point de vue et je le partage.
Vincent

19 avr. 2012

j'aime bien que tout marche à bord, je me suis acharné sur le speedo, roue neuve etc , les 2 micro vis avec le gps sous les yeux en référence
parfois il marchait bien, + ou - 10 % d'erreur, puis la roue se salissait

j'ai coupe le fil et je me prépare çà boucher le trou à la prochaine occasion

pareil, ça fait un an que j'ai pas enlevé les caches des compas de cloison ...

un malheureux gps portable garmin bien réglé te montre l'accélération pendant un surf

19 avr. 2012

de centrale !!
non je passe trop de temps devant des ordis pour en emmener à bord !
et €€€€
quand on navigue toutous dans les mémés coins avec une visibilité parfaite et pas de courants ...
gps + sondeur fiable (c'est le cas) + carte papier c'est tout ce que j'ai besoin
en grande traversée un gps portable est tout ce dont on a besoin

par contre en grand voyage pour le volet côtier ça fait sens d'avoir un ordi pour les cartes de détail

19 avr. 2012

tu n'as donc pas de centrale

19 avr. 2012

A la limite, rien n'est indispensable,parce qu'après tout on n'est pas obligé de régler son bateau,et ceux pour qui cette activité est secondaire se passennt très bien de speedo.

Mais pour ceux, dont je fais partie, qui aiment régler leur bateau au mieux, le speedo fait partie des instruments absolument indispensable.

19 avr. 2012

on règle aussi avec le gps, peut être un millipoil moins bien
et au moins avec le gps tu es sur que la vitesse affichée sera la même la prochaine fois
à nouveau je parle de med, hors zone ou conditions ou il peut y avoir du courant

19 avr. 2012

je sais, ils sont connus et les conditions qui les créent sont connus

19 avr. 2012

Il y a des courants en Med, sans même parler des courants crées par le vent.

19 avr. 201219 avr. 2012

dis boatlover, tu nous prend pour des billes là!... qui te permet de nous dire que pour les gens ci-présents qui se passent de loch, régler proprement nos bateaux est une activité négligeable et secondaire, le temps que tu pinailles pour ton centième de nœud le nez sur ton cadran, nous on a plutôt le nez en l'air sur nos voiles , l'oeil gauche sur le nuage au vent et le droit sur la prochaine vague, histoire de te faire l'extérieur sur la crête suivante!...des gens comme guillemot, jeanlittlewing ou moi même,et qui ont nos avis, parlent avec leurs expériences qui ne sont pas, contrairement á ce que tu insinues, celles de débutants....allez garde le sourire, ça arrive de se faire envoyer au lof de temps en temps et c'est pas marqué sur le compteur!...sans rancune!

:aurevoirdame: :heu:

20 avr. 2012

T’inquiète pas, tropiques64, je ne te garde pas rancune de m’avoir envoyé au lof. Mais je ne t’avais pas vu venir, caché que tu étais derrière mon génois.
Mais bon ta réaction m’a quand même surpris, car vraiment j’étais loin d’insinuer quoi que ce soit lors de mon intervention, d’autant que la plupart des intervenants de ce fil savent de quoi ils parlent, à fortiori jeanlittlewing, qui est d’ailleurs l’un de ceux que j’apprécie le plus.
Il ne s’agissait que d’un avis de plus, par rapport à des manières différentes de naviguer et d’appréhender les réglages de son bateau, et surtout pas d’un jugement de valeur. Il m’arrive d’ailleurs moi aussi de naviguer sans chercher le centième de nœud, les yeux rivé sur un écran en titillant sans cesse un chariot. Cela ne change d’ailleurs rien à ma conviction que le speedo est un instrument très utile (indispensable à mes yeux).
:-p :heu:

19 avr. 201219 avr. 2012

Tu me permettras Jean de ne pas partager ton point de vue, je doute vraiment qu'un gps me permettent de connaître le résultat d'un choqué de trois centimètres de rail d'écoute. :-p

19 avr. 2012

quand le speedo marchait j'utilisais surtout la focntion "accélérateur" mais bon

19 avr. 2012

Sur les tacktick la vitesse speedo est donnée à deux chiffres après la virgule, alors que la vitesse SOG donnée par le même appareil est donné a seulement 1 chiffre après la virgule !

Ça change tout, au moins pour le style :)

19 avr. 2012

bonjour,

souvent couplés, ce n'est pas le speedo qui est important, mais le loch, qui indique la distance parcourue.

C'est le seul moyen avec le compas de tenir une estime au cas où le GPS tombe en panne.

C'est d'ailleur comme cela que l'on traçait sa route avant l'apparition du GPS ou du satnav.

20 avr. 201220 avr. 2012

Le loch est calculé a partir de ta roue a aubes du speedo. Tenir une estime correcte suppose de connaitre parfaitement les courants rencontrés sur ta route.
Le GPS lui te donne la vraie distance parcourue.
Avec la trace sur la carte tu peux en plus voir la dérive par rapport a la route idéale si tu n'as pas corrigé entre temps.
Les deux sont utiles, mais c'est quand même le GPS/traceur qui est le plus utile.
Quand a régler la voilure avec le speedo, j'ai un doute, connaitre le vent vrai je ne vois comment mathématiquement comment faire de manière précise avec un speedo influencé par le courant et la dérive. Ce qui importe le plus est la vitesse fond et l'angle par rapport au vent apparent et au cap désiré.
Je ne regarde le speedo que très rarement, il est resté coincé pendant trois mois, il ne m'a pas manqué.
J'essaye de préférence d'avoir un réglage par rapport au vent réel, au penons, a l’anémomètre et et a la girouette mécanique en tête de mat le jour et l'électronique la nuit. C'est l'instrument le plus précis, indéréglable seul bémol la nuit elle devrait être lumineuse.
Pour naviguer en toute sécurité en côtier, l'expérience de la navigation a l'ancienne et l'électronique sont indissociables.
Chacun fait comme il veut et il a bien raison.
@+ et bonnes navigations avec ou sans speedo.
Alain

20 avr. 2012

ben moi je ne comprends pas tout; la distance vraie est selon moi la distance parcourue par rapport au fond. Et grace au GPS et au cap vrai, on note en temps réel l'impact de la dérive et du courant par rapport au cap compas.
Quand à la France et la République, elle n'influence pas mon propos vu que ça fontionne tout pareil dans les eaux internationales comme dans celles de la perfide Albion

20 avr. 2012

'tain, ça fait 50 ans que je navigue et j'en apprends encore! Je me demande comment j'ai fais, jusque là pour ne pas foutre mon étrave sur le quai alors que ma route m'indiquait que j'étais encore à 20 nautiques du port!
Bon, papy fait de la résistance! La distance vraie est celle parcourue sur la carte, et pas celle indiquée par le loch. C'est comme ça que mon grand-père m'a appris, peut être qu'il avait tout faux, mais je ne changerai pas de sémantique maintenant

:-D

Juste par curiosité, la distance parcourue sur la carte, vous l'appelez comment si c'est pas la vraie?

20 avr. 2012

et donc la route fond est la fausse?
(sans vouloir chatouiller le fondement des diptères, route et distance ne sont pas synonyme)

20 avr. 2012

La distance sur la carte varie avec les courants.... Et le mile nautique s'allonge aussi comme un élastique ?
'tain, on aura tout vu et tout entendu.
C'est le temps de route qui s'allonge, pas la distance :langue2:

20 avr. 2012

et oui

20 avr. 2012

et oui alexthecoolman

et c'est ainsi que ceux qui traversent la Manche (99%) en allant bien tout droit sur la carte avec leur Waypoints font sans le savoir 5 à 10 milles de plus sur l'eau que les petits malins qui se laissent porté alternativement par le courant .

20 avr. 2012

Bonjour José
Tu as entièrement raison, j'ai fait la boulette vent reel et apparent pour les penons.
Par contre le GPS te nonne la distance parcourue par rapport a la terre, je n'ai jamais vu la distance entre deux points sur la carte varier en fonction de la marée et du courant.
Quand tu mesure 10NM sur la carte entre deux ports, tu pars et tu vois que le loch te dit 10NM cela veut dire que tu est exactement au point désiré ? NON en fonction des courants ou bien tu as percuté le ponton ou tu n'es pas encore rentré au port. La référence c'est bien la distance parcourue sur terre qui elle ne bouge pas , pas l'eau qui est en mouvement perpétuel.
Tu as raison il y a du boulot. Tribal pense comme moi dans le post suivant.

Chacun fait comme il veut et il a bien raison.
@+ et bonnes navigations avec ou sans speedo.
Alain

20 avr. 2012

c'est une question de référentiel

ton bateau se déplace sur l'eau

si il y a du courant cette eau se déplace par rapport à la terre

20 avr. 2012

Pour moi
distance réellement parcourue = distance parcourue par rapport à l'eau qui passe sous ta quille que seul ton loch te donne quand il est propre et correctement étalonné.
Distance vraie parcourue = distance mesurée sur la carte.

J'aurais du préciser par rapport a quel référentiel la on se comprendrait mieux.

@+ Alain

20 avr. 2012

Pas sûr qu'ils arrivent tous les 2 au même endroit :heu:

20 avr. 2012

C'est moi...

20 avr. 2012

Mauvais exemple : 3 noeuds de déplacement - 3 noeuds de courant de face seront affichés 0 car je n'ai pas de speedo mais un GPS qui me donne la vitesse (vraie, au fond, réelle, m'en fout.
Rien de tel qu'un GPS pour juger de l'impact du courant et de la dérive : écart entre cap GPS et cap compas magnétique sans compter le joli dessin de ta route "vraie" pixellisée sur cet petit écran magique....
Rien de tel qu'un GPS pour décider en régate si tu dois mouiller en attendant la renverse ou la fin de la pétole plutôt que d'essayer de reculer moins vite que les autres...

Au feu le loch et son trou dans la coque, sa roue à aube qui prend les algues...

20 avr. 2012

hum

"le GPS lui donne la vraie distance parcourue" : Non la vraie distance parcourue est la distance sur l'eau car le bateau ne marche pas sur le fond de l'eau
"le speedo influencé par le courant et la derive" Non justement et c'est là son interet ,le speedo donne la vitesse par rapport à la surface de l'eau et n'est donc pas influencé par le courant ni par la derive .

"vent reel ,au penons" NON les penons te donnent le vent apparent pas le vent reel ainsi que l'anénometre d'ailleurs.

y'a du boulot ...vive l'electronique!!!
et vive la republique,vive la France :bravo:

sans mechanceté ,desolé

josé

20 avr. 2012

GPS = Route fond

et pour naviguer sur le fond il faut avoir coulé ;)

ton bateau fait donc route à la surface :D

la vrai distance parcourue par ton bateau est donc a la surface de l'eau.

donc en gros tu as 10nm a faire tu va a 5 knts et tu es poussé par un courant de 5knts

tu feras 10nm sur le fond mais ton bateau aura réellement parcourut 5nm sur la surface de l'eau les autre 5nm parcourut sont du fait de la couche d'eau qui s'est déplacé.

20 avr. 2012

Ben la route fond...

Jacques

20 avr. 2012

Trois étoiles tribal !
La distance sur la carte varie avec les courants... pour les récalcitrants a l'électronique ou les puristes de la nav a l'ancienne.
Jodé a raison Y'a du boulot.

20 avr. 2012

bonjour tranchais

dans ton premier post du dit "distance vraie parcourue" donné par ton gps .
la distance Vraie parcourue par ton bateau est la distance parcourue par rapport à l'eau qui passe sous ta quille que seul ton loch te donne .
sur ta carte papier tu as la distance fond donné par ton gps ,mais que je sache ton bateau navigue sur l'eau pas sur la terre .

exemple ton bateau fait du 3nd (speedo) face à un courant de 3nd ,tu auras en 1h parcouru 3milles par rapport à l'eau mais zero sur ta carte , ton loch affichera 3 mille et ton gps 0 .donc ta distance vrai parcourue sera de 3mille

josé

20 avr. 2012

J'ai l'impression que l'on tergiverse uniquement à cause de l'interprétation du mot vrai et du mot réel, qui en français, admettez-le, sont presque synonymes.

Ce qui importe en bateau, c'est que la route surface soit la plus courte possible et quand on parle de "distance parcourue", il faut préciser "par rapport au fond" ou "par rapport à la surface". Et pour moi, il n'y en a aucune qui est plus "vraie" ou plus "réelle" que l'autre.

Comme déjà dit par ailleurs, la traversée de la Manche en est le plus bel exemple : celui qui navigue à cap constant aura à l'arrivée 100 NM au loch "mécanique" et 120 NM au GPS (fond), tandis que celui qui corrige tout le temps son cap pour aller tout droit sur le fond aura 100 NM au GPS et 120 NM en surface. Il arrivera donc plus tard. (les chiffres sont approximatifs bien sûr)

20 avr. 2012

"Ce n'est pas le but qui compte, c'est le chemin parcouru pour y arriver..." (qui a dit ça ?) :heu:

19 avr. 2012

Ca me fait penser au fil sur les GVE sur enrouleur l'autre jour. Il sera toujours impossible de réconcilier les "pour et les contre" parce qu'il n'y a pas de bonne réponse.
La question était quel est l'interêt du loch et je crois que la réponse a été claire. Pour ceux qui aime régler finement et qui ont une affinité pour les instruments de navigation c'est utile. Pour ceux qui n'ont pas cette affinité le GPS est suffisant.

Nicolas

19 avr. 201219 avr. 2012

Oui c'est intéressant... naviguer sans speedo :mdr: Voila une une idée originale qui reflète selon les cas :
- le niveau de compétence
- La motivation à comprendre
- Le sérieux du navigateur
- les zones de navigation
- La raison de peu d'interventions de certains abonnés à ce site.
:pouce:

19 avr. 2012

bonjour,
ce forum m'etonnera toujours , ce genre de post pour ou contre les instruments de navigation classiques reflete la mentalité des "marins" d'aujourd'hui,
la navigation qui etait la demarche intellectuelle la plus interessante est passée au dernier plan,
maintenant sur de longues traversées on s'ennuie à bord le mp3 sur les oreilles,et l'ecran d'ordi devant les yeux remplacent le bruit de la mer et le coucher de soleil.
je pense en etant paséiste que le loch et le compas magnetique sont les bases de la navigation que se soit à l'estime comme en astro ,
tous vos gps ne les remplaceront jamais avec une securité de fonctionnement à 100% par exemple en cas de panne d'alternateur et plus de batteries .....
donc entrinez vous a faire de l'estime sur carte papier au minimum
alain
:litjournal:

19 avr. 2012

en 1977 en décembre j'ai convoyé un cata de 28 pieds en zigzaguant entre les poches de mauvais temps, Marseille ajaccio, marsala, malte, benghazi (en fuite) alexandrie

à l'estime, et entré dans benghazi pile poil

ça n’empêche qu'aujourd'hui entre le continent et la corse le gps me suffit

20 avr. 2012

Oui mais tu as commencé par le classique, ce qui te permet une certaine culture et évite de raconter des conneries. J'en connais qui remotoriseraient leur bateau en lisant 3 noeuds au GPS plutôt que 6 noeuds au speedo. Je galéje à peine!

19 avr. 2012

Alain,
tout en comprenant bien ta position, sur beaucoup de bateau (en fait tous ceux qui n'ont plus de loch à hélice), si tu n'as plus d'électricité, tu n'as pas plus de speedo que de Gps.

Jacques

19 avr. 2012

désolé j'ai un brooks a piles que je change tous les ans ,il n'y a que le répétitéur de cokpit qui est alimenté en 12v
alain

19 avr. 2012

:bravo: :bravo: :bravo:
Je partage totalement ton message.
On peut naviguer idiot, le nez collé à l'écran de l'ordinateur ou essayer de comprendre ce qui se passe autour du bateau et a quelque influence sur sa marche. Cela implique une connaissance de marées, courants, météo etc... ainsi qu'un travail intellectuel qui maintient les vieux neurones en état de marche.
Le problème est que pour beaucoup, on "consomme" de la voile, tendance encouragée par les fabricants de matériels électroniques divers aussi couteux que peu utiles.
Evidemment, la roue à aubes du loch speedo se bloque quelquefois, problème généralement surmonté en la remontant ou retournant lorsque cela se produit. Sinon, lorsque le bateau reste au port, il faut absolument la remontée pour éviter sa colonisation. Mais ce sont des règles de base.

20 avr. 2012

Depuis de nombreuses années, je remonte la sonde, pas ailleurs non protégée par de l'antifouling, dans son passe coque et je n'ai jamais de colonisation parasite... sauf lorsque je l'oublie!
Alors pourquoi l'enlever, ce qui cause à chaque fois une certaine intrusion d'eau?

20 avr. 201220 avr. 2012

pas la remonter, l'enlever....

19 avr. 2012

Alain 60nora : Parfois difficile de faire la part des choses entre tes sarcasmes, ta dérision et ton bon sens, mais cette fois, je te colle une étoile pour ton bon sens.

19 avr. 2012

Merci Alain pour ce post plein de bon sens...Je dois être vieux avant l'âge, mais je trouve que même si le GPS nous amène une grande facilité et une bonne sécurité, ça reste plaisant de préparer sa nav' et de tenir une estime, ça occupe bien et ça peut être utile... Et je préfère nettement voir où je suis sur une carte papier que sur un écran, ça me parait plus réaliste, mais c'est probablement très subjectif...

19 avr. 2012

Restons calme et remarquons que les solutions présentées sont exposées par des gars qui naviguent.

Il y de tout pour faire un monde, et tous sont navigateurs.

Le problème n° des speedos, c'est leur coût et leur fiabilité.

Combien de fois votre speedo se bloque par une merde ? Combien de fois vous sortez du port alors qu'il est bloqué ?

Tout ça pour un machin qui coute quand même dans les premiers prix 300 ou 400 €, alors qu'un GPS archi fiable se trouve autour de 100 € ?

Est ce que vraiment les américains, qui ont été en guerre au quatre coins du monde de l'Afghanistan à la Lybie en passant par l'Irak, on déja suspendu le service GPS ? Ou seulement l'auraient pertubé suffisament pour que cela soit vraiment génant en nav ?

Tout est utile, mais tout n'est pas indispensable.

Jacques

19 avr. 2012

il y a un engagement écrit datant de clinton sur le maintient du gps avec dégradation limitée et communiquée.

et on va bientôt avoir le GALILEO, who knows ?

enfin c'est clair qu'en Bretagne un speedo n'est pas du luxe !

19 avr. 2012

.
Il y a deux semaines, au cours de cette balade dans les anglos mal pavées par très forts coefs., on n'avait ni speedo, ni loch, ni sondeur, ni anémomètre et vraiment pas beaucoup de moteur pour cause d'avarie légère mais très génante à l'arbre.
On n'avait donc qu'une girouette !

Pour tout matos supplémentaire on avait les cartes, la règle, le crayon, la gomme et ... le taille-crayon (affûté !) et 3 GPS de base, 3 Garmin 72 (coïncidence, chacun avait amené le sien) dont personne ne connaissait vraiment bien le paramétrage des options.

On s'en est très bien sorti, personne n'a été blessé !
On a même fait du rase-cailloux en toute connaissance de cause.

Evidemment, pour reprendre Erendil, ça prouve donc que rien d'indispensable ne nous manquait.

Il n'empêche que j'aime bien savoir de quoi il retourne en ayant la possibilité de préciser certaines données à certains moments.
Un coup c'est la vitesse du vent (réelle ou apparente), un coup c'est la hauteur d'eau, un coup la vitesse surface, un autre la vitesse fond ou encore pouvoir comparer la route fond de la route surface surtout par forts courants.

Toutes ces données font partie de mes repairs en mer.

C'est un peu comme dans une bagnole qui t'indique la vitesse du moteur, la pression d'huile, la température de la flotte, même l'heure ou d'autres voyants indicatifs.
On peut même conduire sans compteur de vitesse (au compte-tours ou avec le GPS de l'Iphone à la main).

Qu'une seule de ces infos soit inopérante me gêne sans pour autant m'arrêter.

.

19 avr. 2012

Oh, sans les américains, il suffit d'une bonne éruption solaire !!!, comme la NASA nous en prédit que tout ce joli matos soit planté.
J'ai personnelement eu mon GPS qui s'est planté sans raison pendant 2 heures puis retour à la normale sans explication.
En électronique, il faut tout multiplier en évitant d'avoir les memes bases.
Donc GPS + speedo c'est justifié.
A+
JP

19 avr. 2012

Associé à une centrale, c'est vraiment un outils intéressant pour tirer le meilleur de certains bateaux.

Ce qui affirment le contraire sont toujours ceux qui me font le plus rire (faut pas que ça dure....) lorsqu'il viennent s'essayer à la barre de BM

19 avr. 2012

C'est vrai, mais cela ne se voit que si le bateau est sensible. Evidement, sur un DF qui prend trois noeuds en titillant l'écoute et en relançant à la barre, l'électronique en temps réel sera un net mieux.

Sur un bateau lourd, dont la vitesse est de toute façon limité à une demi douzaine de noeuds et qui bénéficie d'une trés forte inertie, cela sera une autre histoire.

Après, c'est aussi beaucoup question d'habitude. Quand on a mis à l'eau Erendil, on a choisi la NK2 de NKE, qui était le top de l'électronique. A coté de chez nous, il y avait "Butterfly" d'Henri Chemineau, qui gagnait systématiquement toutes les régattes, sans la moindre électronique. Question de talent.

La NK2 est tombée progressivement en panne. Le premier truc qui a laché, c'était l'afficheur extérieur. Résultat, on levait la tête pour voir la girouette, on regardait la mer pour connaitre la force du vent et le sillage pour la vitesse. Et de temps en temps, on descendait à la TAC pour lire sur l'unité centrale la vitesse et le vent pour confronter avec notre ressenti. Puis, au bout de 10 ans, il ne restait que le sondeur qui fonctionnait. Cela ne nous empéchait pas de naviguer.

Un jour, j'ai installé une solution complète Tacktick. Chacun sait comment leurs girouettes n'ont pas toujours été trés fiables.

Alors, pendant une grande période, dès fois elle marchait, dès fois elle marchait pas. Et c'est ça le plus pénible, parce que tu ne développes plus ta sensibilité. Quand elle est en panne, tu ne sais plus. Mais cela ne dure pas assez pour que tu retrouves tes sensations, elle remarche avant.

Tout ça pour dire que barrer efficacement un bateau rapide sans aucun instrument nécessite un sacré talent ou au moins une bonne connaissance de son bateau, qui n'est pas forcément nécessaire sur un bateau plus lent.

Mais qu'il est aussi raisonnable de ne pas dépendre que de ses écrans. Il faut savoir aussi lever la tête.

Une solution possible est de confronter continuellement sa perception aux instruments. Avant de regarder l'afficheur, tu regardes la mer et tu essaie de déterminer la vitesse du vent, sa direction. Et tu regardes ce qu'il en est sur l'afficheur.

Jacques

20 avr. 2012

C'est en particulier l'angle optimum de descente qui est le + difficile à estimer, car il varie selon la force du vent; sans calcul de la VMG, c'est tout au pif; mais bon, le pif c'est bien aussi, et le week-end dernier, on s'en est bien sorti comme ça

19 avr. 2012

La seule vraie façon de naviguer est avec les pennons comme tout première indication. Ensuite, si tu n'as pas d'autres informations, tu n'auras jamais le meilleur près ou la meilleure descente dans le vent.

Pendant quelques semaines j'ai eu des soucis de speedo, puis de girouette anémo, ça ne m'empêchait pas de me faire le J 105 au près ou d'autres qui ont vu passer BM

Il n'empêche, avec les infos de la centrale, (pourtant pas étalonnée correctement), je suis (encore plus :whaou:) performant.

Pour un néophyte de ce genre de bateau, il est sûr de faire moins bien avancer BM qu'un mono de même taille, s'il ne va pas chercher des références sur les instruments. Et j'en ai monté à bord des bons du mono! :oups:

19 avr. 2012

Loch et speedo... : pourrait-on parler français ou mieux, français marin ?

Il me semble qu'un loch est devenu un "speedo" et qu'un loch totalisateur est devenu un loch.

Un loch est un "appareil mesurant la vitesse d'un navire", qu'il soit à planchette et corde à noeuds, à hélice, à aubes, électromécanique ou électronique.

Un loch totalisateur est un appareil mesurant la distance parcourue par un navire.

20 avr. 201220 avr. 2012

mmmmhhhh.... Intéressant. Donc, en résumé, t'es contre le Speedo à bord mais tu recommandes le Loch? ;-)

19 avr. 2012

Moi ce que je me demande, c'est que va retenir Atalante suite à ces 40 contributions... :langue2: :reflechi:

19 avr. 2012

Alors, tentons de résumer.

1) aucun instrument n'est absolument indispensable

2) l'expérience du barreur et sa connaissance du bateau font qu'il peut se débrouiller en toutes circonstances

3) sur certains types de bateau ou pour certains types de navigation, les instruments pevent être une aide bien utile.

Pour conclure:
en régate, quelle que soit l'imprécision du loch, ce qui compte, c'est la variation. Gagner un quart ou un demi noeud en changeant le réglage de ses voiles ou en changeant d'un ou deux degrés de cap peut faire gagner ou perdre des places

Sur certains types de bateau comme les catamarans d'une certaine taille (exemple de mon Belize de 43 pieds), les sensations étant fort limitées, avoir des instruments qui donnent :
L'angle de barre au degré près
La direction du vent réel en tête de mât
La vitesse vraie du vent

Permettent au barreur de fortement optimiser l'allure et le cap de son bateau.

Un exemple, au près par 20 noeuds de vent réel:
Grâce au pilote, on peut barrer le bateau au degré près. A 60 degrés du vent réel, le bateau sera à 8 noeuds et à 57/58 degrés, il ira à 4 noeuds.

On peut se débrouiller sans instruments, mais sur un cata de ce type, les instruments sont une sacrée aide.

Bonnes nav à tous.

RV

19 avr. 2012

T'as presque tout dit, RV. Il manque juste un truc, qui a l'avantage de ne pas tomber en panne : les pennons ! Il n'y a quand même pas beaucoup mieux pour gratter les quelques chouias qui font marcher.

Les catas formule 18, qui sont des bombes, n'ont que ça. Et je crois aussi que c'est vraiment le minimum à avoir et à regarder.

Jacques

19 avr. 2012

no no en F18 il y a GPS waypoint, layline et recherche du VMG aussi ;)

Mais en voile légère tu es beaucoup plus en sensation et vu les accélérations et les vitesses tu as pas toujours trop le temps de matter le GPS ;)

19 avr. 2012

Bonsoir à tous,
Perso, pour une utilisation "croisière", avec le gps, j'ai viré le speedo.
Un trou de moins dans le bateau, toujours bon à prendre.
Parce qu'un passe coque qui fuit : là, on perd vraiment du temps ;-)
Manu

19 avr. 2012

Cassini disait au 17ème siècle : " mieux vaut ne pas savoir où l'on est et en avoir conscience que de se croire avec certitude à un endroit où l'on est pas"

Vision prémonitoire du risque de naviguer aveuglément au GPS, elle s'applique tout autant au suivi aveugle d'une vitesse GPS

Levez les yeux, réglez vos voiles, observer les éléments et entretenez votre estime ...

20 avr. 201220 avr. 2012

Sujet passionnant, vraiment! Pourquoi se priver d'un pan de culture, moderne ou ancienne?
Je fais partie de cette génération qui a appris à piloter aux fesses avec ses limites, tout en passant sur des instruments de plus en plus complexes et précis, avec d'autres contraintes. Mon grand-père, paix à son âme, évoquait les premiers vols dans les nuages, grâce à une oie embarquée dont le cou restait toujours vertical. J'ai passé ma carrière devant des symboles, jauges et aiguilles qui m'indiquaient le chemin du retour vers le monde réel.
J'ai gardé une grande curiosité pour les innovations et une admiration pour les pionniers et inventeurs. Que de trésors d'imagination au fil des siècles pour toujours mieux naviguer! Nos anciens ne craignaient pas la panne électrique mais soignaient leur garde-temps. Le temps était si précieux au point astro! Une panne de chronomètre était redoutable. Mais plus personne ne parle de la "marche" du chronomètre parce que tout le monde a l'heure à la seconde...(sur le GPS au moins).
J'aime les instruments, anciens ou modernes, car ils sont, quelque part, la part d'humain, peut-être un peu pathétique, qui aide à comprendre, mesurer les éléments à défaut de les maitriser. Et cela me semble totalement compatible et même complémentaire, à l'observation des éléments.
Le ciel et la carte du ciel, en quelque sorte.
Naviguez comme vous voulez, bien sûr! en fonction de vos envies et de vos moyens, ou selon l'humeur du moment, mais je souhaitais témoigner, loin des aspects mercantiles souvent mis en lumière, du génie imparfait mais chargé d'histoire et d'émotions qui a donné le jour au loch à noeud, au sextant ou au GPS.
Les instruments, leurs défauts agaçants et leurs imprécisions me sont familiers et me tiennent en alerte. Bonnes nav!

20 avr. 2012

Ça me rappelle la première fois qu'un type a voulu utiliser un morceau de ferraille pendu à une ficelle sur notre caravelle en voulant nous faire gober qu'avec ça il savait où était le nord, même dans le brouillard.

Pfff, comme si on avait besoin d'un truc pareil pour naviguer !

On a vite fait de le balancer à l'eau avec son bazar, parce qu'on ne nous la fait pas à nous, on sait ce que c'est la navigation, la vraie !

On l'aurait bien brûlé, mais on n'avait pas encore inventé le briquet et les allumettes étaient mouillées. :acheval:

20 avr. 2012

une étoile pour Piep :bravo:

20 avr. 2012

Bonjour

A force de ronger mon frein ici à Riyadh, je vais finir par avoir un accident...

Je trouve que le bons sens et la lucidité qui sied à ceux qui se risquent sur la mer, habite chacun des intervenants de ce fil.

Merci pour vos échanges et bonne journée à tous sur l'eau ou ailleurs...

:litjournal:

20 avr. 2012

super debats ...

je connais pas mal de plaisanciers équipé de 5 Gps qui ne se sont jamais rendu compte qu'ils sont toutes reglé en mil terrestre et non en milles marins ce qui a le gros avantage d'allé 20% plus vite que le copain mais en virtuel .car finalement seul le virtuel est interessant aujourd'hui. :alavotre:

20 avr. 2012

ou m^me qu'ils reportent les coordonnés de leurs gps dernier cri qu'une precission diabolique sur une carte papier ED50 ....

josé

20 avr. 201220 avr. 2012

on ne peut opposer deux appareils qui donnent des informations différentes que sont la vitesse absolue et la vitesse relative. Chacun est libre d'utiliser les paramètres qui lui sont nécessaires en fonction de son intérêt personnel et de la sortie envisagée.
Pour moi, les deux sont complémentaires et indispensables.
Après tout, sur beaucoup de voitures il y a des compte-tours, mais qui les regarde et qui sait interpréter leurs informations? on voit aussi certains utiliser leur GPS pour renter chez eux ...

20 avr. 2012

Faut déja pas tout mélanger. Un GPS est un instrument de navigation. Il n'y a quand même pas plus pratique et rapide pour savoir vers où aller pour atteindre son but.

Le speedo comme instrument de navigation, ce n'est quand même pas le top. Se pose le problème de l'étalonnage, du courant, de la dérive, qui nécessitent de corriger son resultat pour arriver à une estime.

Le speedo par contre a son intérêt comme instrument de réglage, pour aller chercher le pouillième qui manque. Il est plus précis que le GPS pour ça, puisque même s'il n'est pas étalonné, c'est la variation de la vitesse qui est interessante.

Bon, quand même, s'il fallait choisir entre l'un ou l'autre, pour un gars qui navigue ailleurs que dans sa baie, le GPS me semble un meilleur rapport qualité prix. Plus de fonctions pour moins cher.

Jacques

20 avr. 201220 avr. 2012

En novembre 2004, des rafales de tramontane à plus de 50 nds cassent ma girouette-anemo.
Je ne l'ai pas remplacée sauf par un anémo portable qui me sert très rarement en navigation mais quelquefois au mouillage.
Je suis surtout équipé de deux penons sur chaque bord plus un sur le pataras. Je ne compte pas bien sûr tout ceux du génois et de la GV.
Ca marche très bien! Seul problème: la nuit. Avec un pilote auto qui tient parfaitement le cap, le nez au vent reste un instrument très fiable, même pas besoin d'en mouiller le bout... :-D

20 avr. 2012

et si je lançais un fil "intérêt de la girouette classique tête de mât" ?

:jelaferme: :acheval:

20 avr. 2012

La mienne elle ne risque plus de me donner le torticolis à la regarder ... Ça fait déjà 2 fois qu'elle prend la poudre d'escampette. Peut-être qu'elle veut vivre sa vie, mais ! je l'aimais bien quand même ma p'tite girouette...

20 avr. 2012

Toi aussi, la mienne s'est enfuie l'année dernière vers La Rochelle et n'est jamais revenue.
Si tu la vois fais lui signe et dis lui que je m'ennuie sans elle.
@+ Amicalement
Alain

20 avr. 2012

Bonjour. Je dirais que ce n'est pas utile vu que mes cervicales m'empêchent de lever la tête si haut donc, comme cerigo, des penons dans les haubans plus ceux dans les voiles et çà me suffit ;-)

20 avr. 201220 avr. 2012

çà, j'aurai du mal à le faire vu que je suis seul et que je hisse au pied du mât. C'est bien le penon au vent qui m'est utile et quand il est dans l'axe, c'est que je suis au prés maxi mais, on s'éloigne du sujet :-/

20 avr. 2012

hé hé...
Seule ta girouette tête de mat te donne le vent apparent. Le penon du hauban au vent, passe encore, mais il est beaucoup moins précis par rapport à ta ligne de foi.

Quand je hisse et que l'amirauté barre, je n'ai qu'à dire "tu gardes la queue (de la girouette) entre les deux petits carrés". Epicétou.
:heu:

20 avr. 201220 avr. 2012

Bonjour Atalante, tu as pu faire le tri dans toutes les réponses ?

Pourquoi pas lancer un fil sur :
le sondeur électronique 2D? 3D? de Peche et la couleur des poissons ?
l'AIS ?
le Radar ?
la VHF, BLU ?
la télé a bord ?
les balises de repérage ?
Une horloge a mouvement mécanique ou électronique ?
La corne de brume pneumatique ou classique ?
Les feux de nav a leds ?

.... enfin tout ce qui comporte au moins un circuit intégré et qui consomme du jus

Le moteur sur un voilier çà sert a quoi ?
Y'a plein de sujets intéressants pour les jours de tempête sur le forum. On rigole bien sur Hisse et ho.

@+ Alain

20 avr. 2012

Picarre Les grecs, phéniciens vikings et autres grands navigateurs se sont bien passés de tout cela, ils avaient le "PIF" seul instrument qui ne tombe jamais en panne sauf en cas de rhume.

Sujet du post suivant : suivaient ils la route fond, avaient ils des penons, calculaient ils la VMG ?

@+ Picarre cela fait du bien de rigoler un peu , bon appétit!

Alain

20 avr. 2012

Tu as bien raison, Autres temps, autre moeurs...

Il n'y avait pas d'ordinateurs a cette époque pour faire des statistiques.
Maintenant on a madame GPS et il nous permet de rentrer a l'heure pour l'apéro, c'est l'essentiel.
@+ Alain

:-D :-D :-D :-D :-D

20 avr. 2012

Ca c'est un sujet pour un nouveau post

Pour l’apéro en mer sans GPS comme les vikings, ou l'apéro au port, tranquille, avec GPS et petits gâteaux a apéro bien sur.

@+ chacun fait comme il a envie.
c'est l'heure de l'apéro , sur les pistes de ski sans GPS.
Alain

20 avr. 2012

*

Une étoile pour toi Pircarre :mdr:

20 avr. 2012

il a eu le temps de prendre l'apéro et faire la cour aux sirènes. A l'époque c'était "galere"
@+ Alain

20 avr. 201220 avr. 2012

Bonne idée, Alain !
Mais je dirais plutôt un fil sur l'utilité de : (cherchez les correspondances)

la longue vue
le porte-voix
le jeu de pavillons alphabétique
la sonde à main
le loch à planchette
la carte en papier
le compas
la règle de Cras
le sextant
le sablier

J'aimerais bien un jour partir vraiment à l'ancienne (il doit y en avoir qui le font...) mais est-ce encore possible ???

20 avr. 2012

Ok pour les grecs, phéniciens vikings et autres grands navigateurs... mais avons-nous des statistiques des bateaux qui ne sont jamais rentré au port... :goodbye:

Autres temps, autre moeurs...

20 avr. 2012

Désolé, pour moi, l'essentiel est de prendre l'apéro en mer,... et je n'utilise pas le GPS, alors... :alavotre: :heu:

20 avr. 2012

Si Ulysse avait eu un GPS, il aurait p'têt pas mis vingt ans pour rentrer de Troie à Itaque.
Oui, bon, il y avait des sirènes, des cyclopes et tout et tout sur la route, mais quand même !

20 avr. 2012

Je rebondis sur le fil précédent.

j'ai écris précédemment que tous les speedo (et donc les totalisateurs) avaient de 10 à 20 % d'erreur... lorsqu'ils étaient correctement réglés !

Lors d'un convoyage dans l'Indien il y a quelques mois, j'ai pu constater que le GPS garmin du bord confondait, route suivie et cap compas.
Il ne donnait que le cap ( compas flux gate intégré à l'appareil), jamais la route suivie, malgré les deux fonctions distinctes dans le menu.
C'est hallucinant de voir que des logiciels de grandes marques peuvent contenir des bugs aussi grossiers.

Cette confusion a provoqué un écart de route de plus de 20 degrés, de nuit.

J'ai cru devenir fou, avant de comprendre que le logiciel comportait cette erreur, et que l'appareil était monté de travers sur la cloison...

J'ai failli passer le GPS par dessus bord, mais le propriétaire du bateau m'en a empêché.

Remis droit sur sa cloison, le GPS a donné un cap cohérent avec celui du compas de route, déclinaison magnétique et dérive déduites.

Attention donc a toutes nos petites merveilles d'électronique !

Vincent

20 avr. 201220 avr. 2012

sur le garmin 72 dont je me sers, un BUG bizarre cad qu'il part 40 degres environ à gauche au bout de quelques secondes, on ne peut pas suivre un waypoint

il est tres bon pour tout le reste y compris alarme de mouillage excellent

conclusion j’utilise le 72 et le 12 xl ensemble pour leurs qualités complémentraires

20 avr. 2012

restons sérieux
Il y a un intérêt en côtier sur les zones a fort courants de marées.
Je m'en suis servi une seule fois pour remonter le courant de face lors d'une grande maée dans le perthuis breton en me rapprochant de la cote de l'ile de Ré en regardant le le speedo qui se rapprochait de la vitesse fond donnée par le GPS.
Au lieu de rester sur la route droite j'ai suivi sur le GPS la ligne des 5m la ou le courant était fortement atténué. La différence entre le milieu du perthuis et le bord était de plus 1 kt au speedo.
Sur 35 nautiques j'ai gagné une demi heure et parcouru environ 3 nautiques de plus.
@+
Alain

20 avr. 2012

Avec le compas, c'est le matériel de base à bord. On peut éventuellement se passer du reste.
J'apprécie toutefois le confort apporté par le GPS qui me simplifie le travail en mer, mais cela ne va pas plus loin.
Le speedo m'aide à apprécier l'incidence d'une modification du réglage des voiles que ne me donnera pas le GPS qui utilise un lissage des positions pour indiquer la vitesse.
C'est sûr que, par comparaison avec la vitesse indiquée par le GPS, je peux savoir à quel moment je prends la renverse dans le nez et si cela correspond à mon évaluation de départ. C'est tout de même important de connaitre sa vitesse sur l'eau. Par exemple, sur un trajet bien connu entre Cherbourg et Guernesey, dans un sens comme dans l'autre, il faut pouvoir assurer une vitesse sur l'eau de quelque 5N, faute de quoi on risque fort de se prendre la renverse dans le nez avant l'arrivée, ce qui, dans ce coin peut signifier une marée de plus avant de pouvoir prendre l'apéritif de l'arrivée!
Idem au sujet du compas. Si je pars de Cherbourg pour les Needles, soit un cap 0° (approximativement car je n'ai pas les cartes à la maison). Je peux au choix me fixer une route au ) sur le GPS ou maintenir un cap 0° au compas. Dans le premier cas, je ferais environ 15 à 20 milles de plus, soit 2 ou 3 heures.
Alors il ne faut pas hésiter à faire fonctionner ses neurones et utiliser au mieux les outils dont nous disposons. Et des cours de navigation ne peuvent pas faire de mal aux adeptes du tout électronique!

20 avr. 2012

Je viens de découvrir ce post. Je découvre que la formation maritime de certains plaisanciers est légère. Certains ne connaissent pas la différence entre rf et rs, le réglage d'un GPS, les systèmes géodésiques ou datum géodésique entre GPS et cartes, vent apparent et vent réel. Je vous donne un lien qui pourra intéresser certains . c'est gratuit. Nous sommes en avril , vous pouvez potasser avant vos sorties estivales.
la page la plus consultée
www.permis-hauturier.info[...]rte.php
J'attends sereinement vos réactions.

22 avr. 2012

réactions?...ben,comme découverte..! :mdr: tu viens juste de tomber sur une évidence, pas une découverte!... :litjournal:

20 avr. 2012

après avoir lu la première page, le gps s'est vachement bien ou porchement bien pour les bretons.

20 avr. 2012

Arrêtons la polémique,
Ceux qui veulent naviguer a l'ancienne qu'ils le fassent, s'ils ont un smartphone avec GPS intégré et carto dans leur poche au cas ou ça merde c'est un plus pour la sécurité et ca aidera la SNSM au cas ou.

Ceux qui sont tout électronique, avoir une cartographie de moins de 2 ans, une VHF ASN, une règle cras un journal de bord et les cartes papier, c'est la moindre des choses

Quand on voit l'équipement électronique des navires marchands et surtout militaires actuels çà laisse rêveur. La prochaine génération de plaisanciers sera équipée de systèmes de navigation dignes d'un navire de guerre des années 2000 tenant dans un décimètre cube et consommant mois d'un ampère.

Cela leur permettra de jouir du vent, des vagues du soleil des embruns qui resteront toujours les mêmes dans 20 ans. N'est ce pas le point le plus important pour nous tous ?

Si le speedo est utilisé pour grapiller quelques dizaines de mètres au voilier qui est devant je change de cap, j'ai tout mon temps.

Bonne soirée a tous j'ai bien aimé cet échange très animé.
Comme répété sur ce fil, chacun fait comme il veut. L'essentiel est de rentrer a bon port avec GPS ou pas, pour l'apéro en mer ou au port.

@+ alain, (Un vieux qui est tombé dans l'électronique quand il était petit , mais qui adore la mer comme vous tous et qui aime faire monter la pression sur le forum, on était a force 9 mesuré a l’anémomètre électronique par moments .)

Bon vent a tous.

PS: J'ai bien aimé Ulysse et ses sirènes merci picarre.

20 avr. 201220 avr. 2012

J'ai oublié de dire que si atalante a pu se faire un opinion il a bien de la chance.
Son bateau est un DragonFly qui ne doit pas être trop freiné par un courant contraire de quelques dixièmes de kts.
@+ et bon vent.

20 avr. 2012

""""Si le speedo est utilisé pour grapiller quelques dizaines de mètres au voilier qui est devant je change de cap, j'ai tout mon temps."""

pourquoi changer de cap, y aurait il un problème de ne pas vouloir saluer le bateau qui dépasse ????

avec un speedo , on met toutes les chances de son côté pour être au top, et quand on est au top, on a pas de honte à saluer le beau yacht qui nous dépasse.

20 avr. 201220 avr. 2012

Je ne sors pas en mer pas pour faire la course, mais pour me balader, visiter et admirer la cote, la mer le paysage et rencontrer des marins qui s'en foutent de gagner quelques dixièmes de kts.
J'ai remarque que en changeant de cap de quelques degrés, les gens qui veulent faire la course te suivent, pour te montrer qu'ils sont au TOP comme tu le dis si bien, parfois ils te doublent sans même un signe de main, a ton vent pour bien te montrer qu'ils sont au TOP.

j'aime bien ta phrase "avec un speedo , on met toutes les chances de son côté pour être au top, et quand on est au top, on a pas de honte à saluer le beau yacht qui nous dépasse"

En te lisant tu dois je pense que tu dois être drôlement au top avec ton speedo.

Bonne soirée
Alain

20 avr. 201220 avr. 2012

être au top , est un sentiment personnel qui est tout à fait relatif à moi-même, c'est un bon sentiment et un bon moment à vivre.

le contraire est désagréable.

20 avr. 201220 avr. 2012

c'est surtout le sentiment d’être meilleur que l'autre grâce a ton speedo et non a cause de tes qualités de fin barreur.
@+
fais le a d'autres ton ego est trop grand , je vais me coucher c'est un fil stérile et qui tourne au ridicule.

20 avr. 201220 avr. 2012

Petite anecdote sur l’intérêt d'un loch à roue à aubes (speedometer in english).
Celui du bateau était bloqué par des coquillages qui y avaient élu domicile. Le propriétaire skipper avait la flemme de déplacer le barda rangé dans le coffre et disait que c'était pas utile...
Après une dizaine de jours poussé par les alizés il a fallut aller chercher quelque chose dans ce coffre et un des équipiers s'est pris de sortir la sonde et de la nettoyer au vinaigre blanc.
Voilà que la vitesse surface s'affiche dans le cockpit et que quart après quart les barreurs se prennent un malin plaisir à faire monter les enchères dans les surfs (avec un bateau de voyage qui fait dans les 12 tonnes)...
Si l'efficacité restait relative (qu'est-ce qui ne l'est pas)au moins c'était ludique ! et ça, au milieu de l'Atlantique où la monotonie du paysage est grandiose, ça vaut bien un coup d'cid.

22 avr. 201222 avr. 2012

Allez, je relance! Bien que la remarque aurait pu faire l'objet d'un autre fil :
Je pense avoir réglé mon speedo, calé à peu près sur la vitesse GPS à l'occasion d'un run aller/retour par calme plat sans vent et sans courant (ou léger mais annulé par le run a/r) dans le lagon de Raiatea. Je vois bien qu'il est calé au 1/10e de nd pour une vitesse cible(6 nd) mais que l'hélice sous-estime à faible vitesse et surestime (toujours par rapport au GPS) si je dépasse les 7 nds. Probablement que la proportionnalité n'est pas garantie par des écoulements moyennement laminaires. Mais bon, l'écart frise les 2% plutôt que les 10 ou 20 comme lus dans ce fil.
Le même jour, je vais faire le plein d'eau et j'ajoute 400 l de flotte dans mon canote qui fait bien ses 10 T de bordel, pas loin de 5% du poids donc. Et là, surprise, au même régime moteur de croisière, même vitesse speedo (5,9 nd avant et après le plein).
Cela me fait relativiser les histoires de chasse au poids en régate sur les croiseurs familiaux. Non?

22 avr. 201222 avr. 2012

Oui, tu dois avoir raison par mer plate, encore que, mais pourquoi pas. Et essayes avec des vagues. Et 5 pour cent de poids en plus sur un bateau lourd, ce n'est rien, ca ne doit pas bcp changer les lignes d'eau.

Amicalement

CaptainRV

22 avr. 2012

Je peux m'imaginer que l'étalonnage et l'état de la sonde est fondamentale pour l'estimation de la vitesse. Ce que je constate sur le miens c'est qu'après étalonnage, sonde propre, dans une zone sans courant, je n'ai pratiquement pas de différence avec la vitesse GPS. Je ne m'aventurerai pas à donner une incertitude mais ce n'est certainement pas 10 à 20%, c'est bien inférieur.

Par contre je connais tellement de monde qui n'a jamais fait son étalonnage que je me demande s'ils ne feraient pas mieux de se contenter du GPS. Lorsque j'ai installé le miens, sans l'étalonnage à 6 nd il m'en indiquait 8!

Concernant les poids ce que j'ai constaté c'est qu'après le plein de flotte je suis moins performant (300L). Je pense en fait que comme ma réserve est dans la pointe avant le bateau pique du nez et c'est cette mauvaise répartition des poids qui fait vraiement la différence. D'ailleurs en régate on ajoute du poids (équipiers, ballast) mais on le répartit efficacement.

Qu'en pensez-vous?

Nicolas

22 avr. 2012

Moi je dis rien, je croyais que le gazier avait fait une faute d'ortograffe. Je pensais que ça s'écrivait spi d'eau. En même temps, cette voile, je voyais pas trop à quoi elle servait... Hein ? Mon post sert à rien ? Et alors ? C'est pas bon de rire parfois ? ;o)

22 avr. 201222 avr. 2012

dès fois , il n'y a que celui qui écrit qui rit.... hihi

je n'ai pas pu régler mon speedo dans le lagon, je ne sais pas s'il s'étalonne et je n'ai pas de lagon sous la main ... ou sous la quille

22 avr. 2012

Sur les Raymarine, il y a un coef que tu modifies. Il faut entrer dans la calibration.

22 avr. 2012

Hier j'ai gratté un 40 pieds et mon speedo est en panne.
Relation de cause à effet ???

22 avr. 201222 avr. 2012

cela me rappelles qu'il faut que je fasse le carénage et que je gratte mon 40 pieds

le bateau proche est un point de référence , et il est plus facile de régler ses voiles

d'autres parts , à ton âge , tu trouves un amusement à faire la course ?

coupes le moteur ,

22 avr. 2012

J'ai pas fait la course.
Il se trouve que le gars ne savait absolument pas faire marcher sa caravane.
Parce qu'avec ma production industrielle de moule et mon génois phénicien d'origine et ma flemme avérée de hier, faut le faire...
Mais j'y pense, il était peut être à la mauvaise barre à roue (celle pour les gamins parce qu'il en avait 2).

22 avr. 2012

Bonjour,
Tout çà dépend de ton bateau, d'ou l'importance que tu attaches au bon réglage de ton bateau, si tu as un penchant pour la régate ou la course croisière, ou la croisière pépère.
Je respecte les trois.
Cordialement

22 avr. 2012

ha, c'est toi qui m'a dépassé hier ...

on était deux à la barre, un à chaque barre, et on ne s'est pas bien entendu sur le cap à suivre ! !

22 avr. 2012

Cela s'appelle :
la cohabitation
la coexistence pacifique
ou tirer à hue et à dia
ou encore être bourré

22 avr. 2012

Vu comme ça, l'anémomètre ne sert strictement à rien non plus, quand y'a pas de vent la mer est d'huile, et quand ça buffe au point de mettre deux ris, t'en as rien à foutre qu'un écran t'affiche 30 noeuds de vent.

22 avr. 2012

Heureusement que tout le monde n'est pas sur le même bateau !

22 avr. 201222 avr. 2012

route fond, route surface, route parcourue ?

Je suis dans le TGV Paris Vannes pour aller rejoindre mon Arpège préféré au Crouesty.
Le TGV parcourt 450 Km (grosso modo) = route fond ?
Je parcours d'un pas nonchalant la distance qui sépare mon emplacement 47 voiture 6 de la voiture bar (la 4 bien connue) = environ 44,5 mètres pour l'exemple mais j'en sais fichtre rien exactement, multiplé par 2 car je reviens tout aussi nonchalant apres avoir bu ma bière - broups! 89 m )= route surface ?
temps de parcours = 3H15 , pour 89 m ?
prochaine fois j'essaierai la voiture 5 ou la 3.

mais où j'ai mis ce fichu speedo, bon sang ;-))

23 avr. 201223 avr. 2012

Le LOCH NESS ert à rien, si se n'est pas monstrueux d'entendre ça !

Perso je compare la vitesse donnée par le loch et celle du GPS quand la Rance est à l'étale haute quand l'occasion m'en est donné... et je corrige le gain si besoin.

23 avr. 2012

j'ai beau lire et relire, je ne comprends toujours très bien l'utilité du loch (dans son utilisation speedo), quand on dispose du GPS. Mais bon, je suis pas très fûté non plus.
Je comprends bien que la vitesse surface est utile pour étalonner le bon (ou mauvais) réglage du bateau mais un GPS qui actualise la vitesse toutes les deux secondes, n'est-ce donc pas suffisant? Je me suis totalement désintéressé du loch depuis que le GPS existe et je ne regrette pas le manque de fiabilité de sa mécanique (qqu'un se souvient-il du clic-clic du lock plastimo premier prix? ;+) mais bon, suis pas un accro du GPS non plus; deux jours de régate il y a deux semaines, sans y jeter un oeil. C'est vrai que dans le golfe, on risque pas trop de se perdre...;

23 avr. 2012

le seul intérêt est de pouvoir vérifier le vent réel pour moi

24 avr. 2012

ah mais tu sais ecumeur on n'arrete pas le progrés

Par contre pour ne pas nourir idiot et par curiosité il serait interessant que ceux qui utilisent le speedo pour mesurer le vent reel nous expliquent comme ils font ??? on apprends toujours

josé

24 avr. 2012

Back to basics!!!
Les papys font de la résistance!
Il semble que notre monde ne peut plus vivre et fonctionner sans spécialistes de l'électronique et de l'informatique, y compris notre pratique de la voile.
Il serait peut être temps de revenir à l'observation de la mer, du vent, à une réflexion sur la meilleure utilisation de ce milieu pour faire avancer nos nefs, ce qui apporte bien des satisfactions lorsque l'on arrive à destination.

25 avr. 2012

< Maintenant, quelles sont les informations utilisées par le calculateur d'une centrale, c'est à vérifier? >

Je peux te répondre uniquement concernant Tacktick : si le loch est branché il calcule le vent réel (force et direction) à partir de la vitesse loch (donc le résultat est faux s'il y a du courant). Si on débranche le loch, et que la vitesse SOG donnée par le GPS est disponible, alors il calcule le vent réel à partir du SOG.
C'est clair ?

24 avr. 2012

Je le pense aussi

24 avr. 2012

CErtes, il y a une erreur due au courant mais quasi négligeable dans la plupart des cas.

Par conter une centrale ne pourrait-elle pas fonctionner sans GPS?

24 avr. 2012

Oui, j'y passe parfois, et souvent du coté du Four et ses "affluents"......

23 avr. 2012

Tu peux avoir le vent réel (et bien d'autres choses) avec un logiciel tel que Navmonpc (gratos)

23 avr. 2012

Je n'avais jamais envisagé l'utilisation d'un loch/speedo pour mesurer le vent réel! Je croyais, depuis quelque 35 ans que l'on mesurait ainsi la distance parcourue sur l'eau et la vitesse idem!
Peut-être mes vieux neurones sont-ils complètement liquéfiés!
En fait, je n'ai même pas de girouette électronique. J'utilise la girouette de base en tête de mât et les penons pour avoir la bonne incidence du vent apparent sur les voiles, car c'est tout de même lui qui fait avancer le bateau et je surveille le speedo pour voir comment marche ledit bateau, voire prendre mon pied lorsqu'il s'offre une belle survitesse sur une vague.
Je parviens à peu près à évaluer la vitesse dudit bateau en contemplant mon sillage et à faire une estime de tête en me disant : je marche à x nœuds environ en moyenne sur tel cap, je dois avoir environ 1,5N de courant aux fesses donc je suis à peu près là... Mais je vais tout de même toutes les heures reporter ma position GPS sur la carte, ce qui me permet de vérifier la précision de mon délire maritime...

24 avr. 2012

ça me paraît simple!

Le vent réel est issu d'un calcul. Selon les éléments interfacés, ce calcul peut se faire à partir des informations GPS ou des informations du loch et de la girouette-anémo.

Maintenant, quelles sont les informations utilisées par le calculateur d'une centrale, c'est à vérifier?

24 avr. 2012

Rien à voir avec les bases, au contraire!

Bien sûr qu'on sait faire avancer un bateau sans tous ces instruments! Mais ces instruments peuvent apporter des informations supplémentaires qui permettent de mieux le faire!

N'as tu pas de GPS? Ne sais-tu pas, pourtant, naviguer grâce aux "basics"? :heu:

25 avr. 2012

oui, parfaitement, et c'est bien ce que je pensais.

24 avr. 2012

Je pense que c'est, en fait, la centrale de navigation qui va calculer la vitesse du vent réel en utilisant d'une part les données fournies par la girouette (vitesse du vent apparent) et d'autre part par le loch (vitesse surface).

24 avr. 201224 avr. 2012

Je ne le pense pas.

Imaginez-vous dériver sur une rivière par temps de pétole.

Le loch indiquera une vitesse surface nulle et l'anémo une vitesse du vent égale à la vitesse du courant de la rivière.

Comment un calculateur pourrait-il calculer le vent réel (nul dans ce cas) sans connaitre la vitesse fond ???

Comment ferait-il la différence entre le cas présent (vent nul et courant) et le cas inverse (courant nul et vent) ???

L'intégration des données d'un anémo et d'un loch surface pour connaitre la vitesse du vent réel ne peut se faire QUE par courant nul.

24 avr. 201224 avr. 2012

Négligeable ? Amha les Manchards ne vont pas être très d'accord... :heu:

Mais une centrale peut très bien fonctionner sans gps pour autant que le courant ne soit pas trop fort ou du moins pas trop fort par rapport au vent.

Un courant de 3 Nds par force 2, ce n'est pas la même chose que par 5 Bft...
Mais ça je suppose (j'espère !!!) que tout le monde en est convaincu !

26 avr. 201226 avr. 2012

Le Gps de ma centrale est tombé en panne en mer : et bien, j'avais toujours sur mon répétiteur les vents réels ou apparents. C'est le speedo qui donne l'info vitesse et pas le gps ( dans mon cas, raymarine C80), et quand mon speedo est bloqué, je n'ai plus de différence entre réel et apparent. Mais je suis bien conscient que cette donnée de vent réel est peu précise mais cela n'a aucune importance d'ailleurs !

23 avr. 2012

Tu peux avoir le vent réel avec un logiciel tel que NAVMONPC, par exemple (gratos)

23 avr. 2012

J'utilise beaucoup le vent réel avec Tacktick, et je n'ai pas de loch.
Pour le calcul du vent réel c'est la vitesse fond (SOG) qui compte : si on imagine le bateau mouillé dans le lit d'un fleuve, il est immobile donc vent réel = vent apparent. Donc le calcul sera faux s'il utilise la vitesse surface.

tu fais référence à juste titre "au vent du courant" qui est très imortant par vent réel faible, cela peut donner un vent apparent surpenant si on n'a pas fait son petit calcul avant.
Ainsi partant de Cherbourg pour Guernesey par léger vent de 7 noeuds de nord on peut espérer descendre de Goury à Guernesey sous spi grand largue tribord amure :
que nenni ! une fois le pied mis dans le courant qui porte à 5 noeuds au SW vitesse du bateau (3 noeuds) plus vitesse du courant et le vent apparent passe pratiquement à l'ouest : adieu le spi on est au près serré !

Hubert, de Cherbourg

23 avr. 2012

Hubert, tu oublies les cas où les voiles se gonflent à l'envers. Si on ajoute les mauvais calculs qui font reculer un bateau qui navigue à bonne vitesse avec de belles voiles, on a un aperçu des plaisirs du coin!

24 avr. 2012

Et en regardant des pennons bien réglés, on dit merci a qui ?

24 avr. 2012

merci madame

25 avr. 2012

Le GPS
Rf = la route fond et Vf = la vitesse fond sont affichées par le GPS. La route sur la carte. Cette Route réellement faite indique si vous passez sur des dangers.
Le loch
Il indique le nombre de milles parcourues à la surface
Le speedomètre

Il indique la vitesse surface. Avec l’habitude, vous évaluez au bruit de la mer le long de la coque la vitesse du voilier
Compas de cloison
Le cap compas Cc est indiqué par le compas de cloison.
Compas de relèvement
Il donne le relèvement d’un amer Zc
Les penons
Les penons fixés sur les voiles aident à les régler et ne donnent pas la vitesse du vent ou du bateau
L’anémomètre de tête de mât
Il vous indique la vitesse et la direction réelles du vent. S’il est interfacé sur une centrale, il donne aussi le vent réel (réglage : true ou false)
Votre logiciel de navigation préféré (ScanNav) vous calcule, affiche et enregistre une partie de ces éléments. Il doit être branché à la centrale en NMEA (183 ou 2000)
Le courant n’a pas évoqué. Il n’intéresse que les manchards dont je fais partie . La dérive due au vent non plus.

25 avr. 2012

euh!

Les pennons décrivent l'écoulement d'air à certains points de la voile

l'anémomètre ne donne pas le vent réel mais le vent apparent qui n'est réel qu'à l'arrêt (du bateau!), si je ne me trompe.

Pour l'évaluation de la vitesse "à l'oreille", on se rapproche de l'illusion sur certains type de bateaux....

25 avr. 2012

il faut lire "apparentes" .Il vous indique la vitesse et la direction réelles du vent.

25 avr. 201225 avr. 2012

C'est presque cela. Il y a quelques semaines, ayant dû décaler une sortie de passe à Rangiroa, cause gros grains, j'aurais mieux fait de réagir à la différence entre le speedo (5 nd) et le GPS (9 nd). J'ai raté l'étale de 3/4 d'heure, marnage 50 cm max. :mdr: :mdr: ! Pas grand chose pour un Manchard, mais quand on passe un seuil à 3 m on s'en prend plein la gueule. Après on sait. Et on écoute aussi les anciens qui se marrent car ils savent que le lagon se vide et que la marée ne dit pas tout, les instruments non plus d'ailleurs.

25 avr. 2012

je dirais même plus, l'anémomètre donne réellement le vent apparent.

25 avr. 201225 avr. 2012

est ce que cette logique est bonne ?
le vent réel se dévie ou se combine avec la dérive courant , pour donner un autre vent, et en plus avec le vent vitesse due à l'avancement du bateau avec dérive vent comprise ....

25 avr. 2012

merci. ne compliquez pas avec l'action du courant et de la dérive du vent . Il faut assimiler les notions de base.

25 avr. 2012

Non, le vent réel, c'est le vent réel, c'est à dire le vent d'un anémomètre qui serait planté sur la position géographique.
Le vent apparent, c'est le vent reçu à bord donc sur l'anémomètre. Il est égal au réel au mouillage ou pour les puristes quand on est échoué.
Après on a du courant. Rfond = Rsurf + courant
La route fond est donnée par un GPS, c'est plus sympa de porter deux points sur la carte, on a l'impression que c'est maitrisé par un beau vecteur comme dans les livres. Dans la réalité, on zizouille mais l'intérêt d'un traceur c'est que la position est assez instantanée. Autre bel outil, le vecteur route fond qui une fois affiché, ressemble à une canne de mal-voyant mais indique assez bien si on va se prendre le trottoir.
La route surface est grosso modo donnée par la vitesse du loch et le cap vrai auquel il faudrait ajouter la dérive due au vent, au la route GPS à laquelle on aurait appliqué la dérive due au courant. Donc, il n'y a pas de mesure directe à bord en dehors de la vitesse,
Rsurf = Cv + dérive due au vent.
Quant au CV, comme chacun sait, il faut lire le compas corrigé de la variation, donc de la déclinaison (accessible par le GPS ou entrée manuellement dans la centrale) et la déviation dont tout le monde se fout.
Autrement dit, avant d'obtenir un vent vraiment vrai avec les moyens du bors : GPS, anémo, Cc et speedo, leurs approximations et les réglages fumeux des calibrations, on n'est pas couché. Cela étant, on n'est pas à l'abri d'un coup de bol, et la valse des affichages, dont le taux de rafraichissement masque les approximations, est assez souvent cohérente. Je n'ai pas encore eu un vent réel supérieur à un vent apparent au près. Mais je ne suis pas manchard.

25 avr. 2012

Bonjour
Si on calcule d'après le loch-speedo on obtient ce qu'on appelle le vent réel, qui est réellement le vent-surface.
Qui nous concerne pour naviguer à la voile...
Si on le calcule d'après le Gps, on a le vrai vent réel-fond, qui permet de frimer à la taverne !
Alain :-/

25 avr. 2012

Si on calcule d'après le loch-speedo on obtient ce qu'on appelle le vent réel. NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON

25 avr. 2012

Picarre, j'explique les embrouillaminis de Grunes :

Nous autres, Granvillais ou assimilés, on simplifie; on tient pas compte du courant, encore moins de la dérive.
Ben voui, y a pas de courant aux abords de la Baie du Mt St Michel ?!
Et pis on sort qu'en mortes-eaux et par pétole, alors...

:-D :-D :-D

25 avr. 2012

Si.
Désolé, les_grunes, mais c'est toi qui embrouilles.

Tu dis ci-dessus que pour simplifier, il ne faut pas tenir compte du courant ni de la dérive due au vent. Donc la route et la vitesse surface = la route et la vitesse fond.

Avec la direction du vent vitesse (le cap que tient le bateau) et sa vitesse (que te donne le loch-speedo), la direction du vent apparent (que te donne la girouette) et sa vitesse (que te donne l'anémomètre), la centrale, en intégrant ces 4 données, te donnera la vitesse et la direction du vent réel (celui ressenti par un bateau à l'ancre).

De toutes façons, le vent réel ne m'intéresse que s'il augmente quand je suis au portant pour réduire à temps. Autrement, je m'en....

25 avr. 2012

Bonjour,

le vent apparent est la combinaison du vent vitesse et du vent réel. Sauf bateau immobile ou calculateur intégrant ces données, la girouette seule ne donnera que la direction du vent apparent.

Le loch donnera une distance surface, et connaissant la Rs, le GPS (donne la Rf) permettra de déduire la dérive due au vent ET au courant.

En comparant les vitesse fond (GPS) et vitesse surface (speedo) nous obtiendrons la composante dans l'axe du navire de la vitesse courant ET de la dérive due au vent.

Je pense que le loch-speedo reste un instrument nécessaire de contrôle pour maîtriser sa route (pas en permanence, je le concède...).

Cordialement,

25 avr. 2012

dans ce calcul de vent réel, il faut intégrer la déviation du compas ainsi que la déclinaison magnétique, sachant que la déviation compas est une variable et sachant que la précision du speedo est en constante dégradation jusqu'au nettoyage de la roue à aube, quel est le pourcentage de précision du dit calcul, et quel pourrait être ce pourcentage pour que ce calcul soit viable ?

25 avr. 2012

Heu, la girouette anémomètre elle est en haut du mât, et en haut du mât ça bouge plus qu'en bas du mât. Donc pour connaitre le vent moyen au niveau du le barycentre des voiles il faut intégrer les variations de la vitesse fond du haut du mât. Ce qui ne serait pas plus facile si le haut du mât était plus près du fond car dans ce cas l'anémomètre mesurerai le déplacement de l'eau et devrait être étalonné comme speedo selon le principe bien connu des shadocks d'en bas. La roue à aube du loch se retrouverai ipso-facto devoir mesurer la vitesse du vent sur la coque, mais uniquement dans la composante dans l'axe du bateau, à la condition de ne pas être perturbé par le voile de quille. Renversant non !

25 avr. 2012

:mdr: :pouce:

25 avr. 2012

Tu penseras à intégrer le roulis qui accélère l'anémo dans un sens et le ralentit dans l'autre, et surtout la gite qui change l'orientation des godets par rapport au flux du vent de tête de mât + ou - le creux de la vague, le tout corrigé de la perturbation d'antenne VHF et la perte en ligne.

25 avr. 2012

En tout cas tout ça ça me donne envie de nettoyer l'hélice de mon loch pour voir ce qu'il dit... ;-)

25 avr. 2012

pourquoi l'hélice? C'est sur l'écran qu'on lit les informations!!! :reflechi:

25 avr. 2012

Moi, je dis que plutôt que d'oberver minutieusement le speedo et régler le canot en fonction de ses indications, vaut mieux remonter le loch pour favoriser l'écoulement sur la coque et gagner ainsi, ipso facto, comme dirait Jehenne, un bon 1/100e de noeud.

25 avr. 2012

Et cet faignasse d'anémomètre pourrait pourrait au moins produire hips héo facto un bon 1/100 d'Ampère! Au prix où on le paye!

25 avr. 2012

bonjour,

après presque une centaine de contributions, il apparaîtrait que le speedomètre est l'instrument qui indique la vitesse du bateau à la surface de l'eau.

25 avr. 2012

Oui mais il faut suivre, il se partage la vedette avec pifomètre, véritable couteau suisse de la navigation à la voile que ces bourrins de gros cubes ne peuvent pas comprendre.

Une belle manoeuvre est une catastrophe évitée de justesse.

25 avr. 2012

Bon sang, on allait oublier le "couillomètre", l'instrument de navigation qui affiche " ça va passer, ça va passer", à utiliser dans un chenal comme complément à la règle des douzièmes et au pied de pilote, ou en régate à l'approche de la bouée au vent alors qu'une douzaine de furieux ont décidé de l'enrouler au plus près; et qui ensuite, selon les cas, affiche soit "ça aurait été beau si c'était passé", soit "P... de B...., ne retente jamais ça"

25 avr. 2012

Et merci pour ta contribution à la tentative de record du fil le plus long pour un sujet... bateau. Le record, c'est lequel déjà?

25 avr. 2012

On oublie également l'EGO, l'indispensable instrument correcteur de tout speedo, sans lequel tous ces chiffres seraient incompréhensibles

25 avr. 2012

Boudiou, merci Clari. J'allais l'oublier celui-là.
E.G.O. pour "estimated great overspeed"; pour un multi, soustraire 10nds pour obtenir la vitesse surface, pour un mono, soustraire 5 noeuds. C'est bien ça?

25 avr. 2012

ça me parait bon, corrigé de l'âge réel du capitain ou de la commandante, affecté d'un coefficient dû à son âge apparent, du nombre de femmes (ou homes) apparent(e)s dans l'auditoire et du nombre réel de celles(ceux) escompté(e)s pour les moments suivants......

à pondérer par le nombre de bulles dans le verre :alavotre:

Hubert, de Cherbourg

25 avr. 201225 avr. 2012

pour résumer le fil....un GPS et un sondeur,un compas, un baro enregistreur,une paire de jumelles et le reste ce n'est que du fric balancé par les hublots!.. :pecheur: :aurevoirdame:

25 avr. 201225 avr. 2012

Tout à fait, Tropique. Anecdote qui date de 5 minutes; mon équipière vient de sortir de sa boîte un anémo tout neuf que j'ai acheté non pas pour le bateau mais pour la planche, et va au fond du jardin au plus fort du coup de vent; par SMS elle m'annonce "78km/h"; je lui réponds, un peu snob, que la vitesse en noeuds conviendrait mieux; et elle conclut : "j'ai pas ça sur le zinzin, j'ai M/S, beaufort ou Knots" (sic).
Vive la technologie de pointe.

25 avr. 2012

Excellent !

25 avr. 2012

Mouais c'est surtout une conclusion matinée à la sauce "je suis d'accord avec moi-même".

Les applications d'un loch à bord et mieux la centrale de nav ont été expliqué et chacun trouvera dans sa façon de naviguer l'intérêt (ou pas) de ces appareillages.

Pour ma part j'ai installé cet appareillage il y a deux ans et je ne regrette pas. Le GPS est la plupart du temps éteint dans les zones que je connais par contre le loch et la girouette/anemo jamais. Je ne prétends par contre pas avoir le monopole du bon goût et bien sûr que l'on peut faire sans. Ca a été mon cas pendant plus de 25 ans.

Enfin j'ajouterai que les informations à bord s'additionnent. C'est penon+limite de faseillement+loch+gps etc... Pourquoi se limiter si techniquement on y trouve un intérêt et qu'on a les moyens de le faire?

Ma conclusion sera donc: Messieurs si vous n'aimez pas ça n'en dégoutez pas les autres.

Vive l'ouverture d'esprit!!!

Nicolas

25 avr. 2012

Fil très intéressant en tout cas.Je vais de ce pas plonger pour débloquer l'hélice de mon speedo...

Pourquoi ? tu ne peux pas la sortir de l'intérieur ?
Même avec un modèle sans clapet, on ne prend pas plus d'un litre d'eau.

Hubert, de Cherbourg

25 avr. 2012

Hubert, à condition de ne pas avoir perdu le bouchon adhoc.

CaptainRV

tu peux toujours demander à un équipier de mettre la main sur le tube le temps de nettoyer la roue, sinon pinoche (sans forcer)

Hubert, de Cherbourg

25 avr. 2012

Avec la paume de la main ça marche aussi. Il faut être à deux, un qui nettoie et un qui bouche. C'est souvent ce que je fais.
Petite vidéo que je trouve sympa sur les voies d'eau. A 6'46 le nettoyage du loch:
www.wat.tv[...]f_.html

Si on a pu le bouchon Avoir une pinoche adaptée à portée de main au cas où c'est pas idiot quand même...

26 avr. 2012

Et si on est seul il suffit de s'assoir sur le tube.
:oups:

25 avr. 2012

Et, pour nettoyer, ne jamais gratter.

Laisser reposer une nuit dans un verre de vinaigre.

Recherche équipier pour garder la main sur le troutrou pendant une dizaine d'heures...

CaptainRV

25 avr. 2012

Oui mais en plongée le vinaigre c pas top non plus...

25 avr. 2012

Nicolas, merci pour ta petite vidéo, fort bien faite.

CaptainRV

25 avr. 2012

Effectivement,je n'ai jamais osé,je le ferais dés ma première visite à bord.
:reflechi:

25 avr. 201225 avr. 2012

ce fil est tres intéressant, demain je nettoie mon speedo

NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON parce que le speedo au fond ne donne que la vitesse du bateau dans son axe, tandis que le gps placé en surface donne la route réelle sur le fond, l'allure du bateau , c'est à dire son cap par rapport au vent est basée sur réellement un cap fond par rapport au vent apparent, au sens vélique du terme, courament emloyé sans que l'on n'y prête attention, tandis que si on utilise le vent réél apparemment l'allure du bateau se trouve au fond être déviée en surface de la dérive courant, l'écart angulaire du sillage en surface n'est au fond que la dérive vent qui est courament partie intégrante de la différence des dérives vent et courants .

je dis NON, demain je nettoie mon speedo

26 avr. 2012

et bien...c'est plus un fil,c'est une sacréé pelote!
Question:interet du speedo lorsqu'on a un gps traceur,accessoirement pourquoi n'y a t il que des combinés loch/speedo/sondeurs(2 trous/2)capteurs/1 ecran )?
Débarassons nous du pourquoi "combiné loch/speedo/sondeur":parce ce que c'est comme ça que les fabricants le vendent!
CROSIERE
le seul GPS/carto/traceur...ne me parait pas sécu(panne de l'appareil/panne elec..)L'ensemble loch/speedo/sondeur+GPS fixe+1GPS portable(allume cigare ET stock de piles)voire un 2ème GPS portable(pour les anxieux ou les trés prudents!)+cartes papiers(qui ne tombent jamais en panne),permet "tout"...
A partir de cet équipement(calibré/initialisé correctement et étant entendu que l'on ne fera pas les erreursED50/WGS84 et cartes...la courbe du chien...méconnaissance de XTE....)on pourra tout à loisir naviguer "à l'ancienne"(estime/transports de lieux/gisements/doublements des gisements/lignes de sonde/ZV de garde)naviguer plus "moderne"(WPTS/relévements de garde sur WPTS/XTE/ETA(apéro...fiancéé...femme...??)
Il est vrai que GPS/lecteur/traceur(avec différentiel)et en surveillantPDOP/HDOP et tout le bazar permet théoriquement de se faufiler "partout en plein brouillard...
REGATE
l'ensemble '"j'ai TOUT! vous avez vu la taille des afficheurs!!"évite des calculs,voire des constructions géométrico-vectorielles et vous sort tout de go:VR/VA/VMG/Vsurf/Vfond/ANGLE bateau-vent...
les pros ou trés accros régate vont + loin et travaillent les "vitesses-cible"pour cahaque allure et plusieurs conditions de vent et de mer...mais(j'enfonce une porte ouverte?)la tactique de régate et qqes règles(gérer les vents oscillants/rester intérieur du cadre/rester plutot sous le vent et devant que au vent et dèrrière...y a des bouquins entiers là dessus!...)vont certainement vous faire gagner davantage de places en régate que de trop garder l'oeil sur les répétiteurs jumbo

26 avr. 2012

Pour gagner, une seule solution:

ACHETE UN TRI

Tu seras toujours devant

26 avr. 2012

sauf quand tu ne concours que contre des tris!

26 avr. 2012

J'ai une expérience (très petite) sur le GPS traceur et son utilité en régate (VMG, lay-line et tutti quanti) que je m'en va vous conter.
Le contexte : petit bateau et équipage de deux.

Quand au moment de lancer la procédure de départ, le bateau affiche à son cul le n° du parcours, t'as intérêt :
- A avoir enregistré les 64 parcours à l'avance (je pense que le record appartient aux malouins),
- A être plutôt adroit et vif pour sélectionner le bon parcours sans faire RAZ par mégarde alors que tu tires des bords au ras de la ligne au milieu de 20 fous furieux.

Et quand bien même, la VHF t'annonce au milieu de la régate que le parcours est modifié et qu'il faudra aller virer le caillou dit "le trou du Q du pissou"
- qu'il est même pas dans ton GPS, ni sur la carte détaillée que t'as acheté le matin même parce qu'on sait jamais avec la technologie...
- De toute façon, ton p... de canot fait des surfs à 20 noeuds et la poutre avant te douche en permanence; la carte que t'as sur les genoux s'est envolée depuis longtemps, l'écran du GPS n'est plus lisible à cause du sel,
- Ton équipier est à 3m de toi, assis sur le flotteur au vent ou à la manoeuvre pour tenir ce p... de gennak sans aller sancir, et a autre chose à foutre que chercher où aller,
- Et toi, t'es censé tenir la barre, jouer du chariot, garder la main sur l'écoute; alors la tactique, la lay-line, le contre-courant favorable, l'angle de descente, ben...tu gères pas trop.

En conclusion, j'ai fait mon choix; je ne passe plus la soirée de la veille à tenter de programmer le GPS; au lieu de ça, je vais boire des bières avec la concurrence. Et au départ de la régate, ben je fais comme la plupart des pleupleux, je sélectionne ce que je crois être le bateau le + rapide et je lui colle au Q ! Et si mon choix est le bon, et si j'arrive à le suivre, bien je le nik au temps compensé...
C'est sûr, c'est pas comme ça qu'on gagne l'Americ's Cup ;-)

26 avr. 2012

Je n'ai jamais rentré un parcours dans le GPS.

Le soir, je prends carte et règle Cras, et écris proprement et en gros les points et les caps entre ces points Un page par parcours, le tout dans des poches transparentes.

Celle du parcours sera en évidence sur l'arrière du roof.

Avant le départ, je ne tourne que sous GV très débordée, et pas trop près de la foule pour avoir le temps de tout bien préparer.

Quant à la bousculade du départ, je me la joue "grand seigneur" ......L'intégrité du bateau comptant plus que le reste

26 avr. 2012

A la régate de l'APOC 2011... un petit GPS sur pile, avec les marques de parcours (Cain ar Mons entre autres) était un avantage certain...
et un élément de sécurité. Les anciens auraient fait ça à la sonde à main ! mais on sort du sujet du fil n'est il pas :pecheur:

26 avr. 2012

ça me fait penser que mon GPS ne m'a jamais trouvé le "trou de la souris" et qu'on a raté le pique-nique du midi en 2010! Evidemment, si on allait moins vite on pourrait suivre le gros de la troupe....

26 avr. 2012

quelle idéé d'embarquer documents et electronique dans une machine à laver avec essorage sur 1000 tours minute!!

26 avr. 2012

Ce qu'il faudrait que j'embarque, c'est un navigateur-tacticien; ça changerait peut être mes perfs... Seul problème, il ne doit pas dépasser 1m20 au garrot, et, bien entendu être le + léger possible; claustrophobe s'abstenir ;-)
S'agirait pas non plus que le + qu'il pourrait apporter soit annulé par un poids mort de + de 40kgs.
Avis aux amateurs éclairés, au gabarit et un chouïa kamikazés pour un premier test lors de l'APOC

26 avr. 201226 avr. 2012

Le mot de la fin au sujet du speedo.
dans 2 mois mon first 28 vendu.
dans 2 mois navigue sur merry fisher 8.55
dans 2 mois plus de speedo
dans 2 mois plus d anémomètre
dans 2 mois plus de centrale
dans 2 mois plus de courants
dans 2 mois un traceur-sondeur et un compas
des cartes papier et le matériel nécessaire dans un rangement
Amusant comme fin.
bonne journée.
les visites du site ont explosées:
www.permis-hauturier.info[...]dex.php

26 avr. 2012

Petit rappel : les liens dans les posts vers des sites personnel ou professionnels sont acceptés quand une visite sur ledit site apporte directement et factuellement quelquechose à la discussion. Evitez donc de placer des liens vers des pages d'accueil qui ne répondent pas directement à la question posée.

C'est pas de l'ostracisme, c'est juste pour éviter la pub incontrôlée dans les fils...

Merci de votre attention, et bonnes navigations au speedo ! :alavotre:

26 avr. 2012

Un post signé Equipage est l'expression d'une position commune de l'équipe des modérateurs. A ce titre la signature "Equipage" du rappel ci-dessus est parfaitement légitime.

Par ailleurs, nouveau rappel sur ce point précis de la charte, qui ne vise pas plus les sites professionnels que bénévoles, mais tous les sites quels qu'il soient :

"Liens à des sites extérieurs

L’affichage d’un lien dans une contribution doit indiquer que la poursuite de ce lien va apporter des informations vis à vis de la discussion en cours. Ainsi dans un fil pratique il est possible de donner les références d’un matériel ou d’un service par un lien direct sur le site du fournisseur, éventuellement son propre site lorsque ce lien est pertinent. En dehors de ces cas les liens sur des sites extérieurs sont à proscrire."

Vous pouvez donc, de façon tout à fait pertinente, placer un lien vers la page "speedo" ou "loch" ou "instruments de navigation" de votre site dans ce fil, plutôt qu'un lien vers la page d'acceuil sans rapport direct avec la discussion.

Faut pas prendre la mouche... Il existe des règles, l'Equipage est là pour veiller à leur respect...

26 avr. 201226 avr. 2012

ostracisme, webmestre,...Que des mots simples
Le prochain qui dit qu'un normand c'est jamais un breton qui ne sait ni lire ni écrire....
Par contre, l'adage "Breton, tête de c..." peut-il passer le couesnon?

Désolé de manier la dérision, mais c'est juste une tentative de désamorcer le regain de tension

26 avr. 2012

Le site fait par un bénévole est gratuit et permet d'apporter une aide pour une meilleure navigation aux internautes.
ne signez pas "équipage" mais votre pseudo la prochaine fois.
ostracisme = bannissement du forum. Sur le site, j'ai une obsession: écrire avec des mots simples que tout le monde connait.
il a fallu 10 ans pour faire ce site. Je peux placer un lien...
Philippe yvon webmestre du site...........

26 avr. 2012

En plus il est vraiment bien fait ton site !

26 avr. 2012

Pour apporter hypocritement un élément nouveau à cet intéressant débat, le relancer peut être (qui sait?), je voudrais souligner l'intérêt d'un autre accessoire complètement ignoré depuis le début.
Je veux parler du sondeur. Evidemment, certains me diront qu'il est de peu d'intérêt car puisque je sais où je suis grâce aux autre outils embarqués, je n'ai pas besoin de mesurer la hauteur d'eau qui est porté sur la carte papier ou électronique.
Ceux là n'ont certainement jamais cherché à trouver une bouée en suivant une ligne de sonde, voire une entrée de port (je me souviens d'un petit trajet du mouillage du Moulin Huet à Guernesey à St Peter au sondeur dans une brume à couper au couteau, en suivant les dénivellations du fond!). De même qu'ils n'ont sans doute jamais rasé une côte pour rester à l'abri en suivant également une ligne de sonde de sécurité, comme par exemple le long des falaise du Pays de Caux.
Il permet aussi de valider la navigation lorsque l'on passe par exemple sur un point où les fonds remontent.
Alors oui, pour moi, le sondeur est essentiel, comme le loch/speedo et le compas car avec cette trilogie, on peut naviguer sans aucun autre outil sinon cartes, crayon et règle Cras ou rapporteur scolaire si on n'a rien d'autre.

26 avr. 2012

Oui le sondeur, on en parle trop rarement dans la littérature je trouve. Pour moi c'est un outils quasiment indispensable.
Par ce que la terre la plus proche sera souvent celle qui est sous la quille ;)
Par ce que c'est plus facile d'utiliser des sondes sécu qu'un relèvement sécu quand c'est possible, et c'est souvent bien plus reposant.
Par ce que on peu aussi faire un point avec des lignes de sonde.
Par ce que lorsque l'on voit plus rien le sondeur lui voit encore le fond.

26 avr. 201226 avr. 2012

(ça sent la radiation, non?)

Pourquoi ? tu es du côté de Diélette ? un peu plus au sud peut être?

26 avr. 2012

Moi, des sondeurs, j'en ai deux. Un dans chaque flotteur; c'est vous dire l'importance que j'y prête; c'est le modèle "sabre"; ils fonctionnent quand le fond est à 1m20 ou moins.

ça me fait penser qu'il faut que j'en répare un; j'ai voulu remettre le bateau sur sa remorque alors qu'ils étaient en position "sondeur"...

(ça sent la radiation, non?)
:jelaferme:

26 avr. 2012

:pouce:

26 avr. 2012

si ,justement je le signale ds mon intervention"suivre les lignes de sonde"(naviguer à l'ancienne".)..toujours ds ce creneau on peut choisir d'atterir sur un coin ou les lignes de sonde sont "remarquables",par ex attaquer perpendiculairement les lignes 20/15/10m ,à un endroit ou elles sont assez rapprochéés(intercalaires de sondes tel est je crois le nom "savant" de cette méthode....)...on peut faire ça pour le fun...mais c'est +simple+sur+précis à coup de WPTS GPS à condition qu'ils soient judicieusement choisis

26 avr. 2012

Sans parler d'erreurs sur une cartographie électronique, il y a les erreurs tout court, notamment mauvaise entrée d'un WP.
Jusqu'à présent, je les ai toujours détectées pour cause d'invraisemblance avec mes autres constatations ou évaluation. Je suis toutefois très loin de l'infaillibilité car arrivera peut être un jour ou j'aurai entré un WP erroné auquel je me fierai sans détecter l'erreur!
L'intéressant dans le post d'Alexthecoolman est la fréquence relative des erreurs de cartographie électronique alors que les vendeurs dans les salons rejettent totalement ce risque!
Erreur dans la carte papier de référence utilisée pour produire l'électronique, erreur dans les programmes de vectorisation ou d'impression etc...

26 avr. 2012

Tenir compte des lignes de sonde quand on est au GPS permet aussi de ne pas se taper un cailloux si il y a une erreur sur la carto.

Et des erreurs de carto mine de rien il y en a pas mal ;)

plus on a d'info et plus on peu recouper.
et quand on a pas la carto à la barre, ça évite de descendre regarder.
Si la carto est sur le PC on peu l'éteindre pour économiser des Ampères ce qui fera moins de moteur pour charger les batteries.

26 avr. 2012

tout à fait, j'apporte un autre élément dans ce débat, a t on besoin de compas magnétique et de pointe sèche, sachant que le gps fait tout.

26 avr. 2012

Bonjour,

la seule différence est qu'un compas de route, de relèvement, et celui à pointe sèche, ainsi que règle Cras et carte papier ne risquent en aucun cas de tomber en panne, eux.

27 avr. 201227 avr. 2012

euh !! :heu: il m'est arrivé que le crayon ,le compas pointe sèche, la gomme tombent ..... de la table à carte par mer agitée et il se cachent bien :oups:
:mdr:

26 avr. 2012

comment gagner ?

26 avr. 2012

Sondeur, tout dépend du coin où on navigue.
Basé à St Malo, j'avais toujours un oeil dessus et se faire un St Malo Jersey ou Guernesey rien qu'au sondeur est un plaisir.

Par ici, où les iles sont volcaniques et où les fonds décendent très rapidement à 2.000/3000m, on atteint très vite ses limites.
Néanmoins, c'est fort utile pour identifier les zones à casiers, avec moins de 100 m de fond, grande vigilance.

CaptainRV

26 avr. 2012

"les fonds descendent rapidement" et je suppose que les cartes sont + imprécises également concernant les lignes de sonde?

26 avr. 201226 avr. 2012

le sondeur capte le fond , le speedo capte la vitesse en surface, plus besoin de GPS? en connectant le speedo sur le sondeur , on capte la vitesse fond !

26 avr. 201226 avr. 2012

:bravo: :bravo: :bravo:

26 avr. 2012

A moins de 2 milles de la côte, les fonds sont à plus de 1.000 m et il y a belle lurette que le sondeur ne mesure plus rien, le pôvre...

CaptainRV

26 avr. 2012

Si le sondeur ne mesure plus rien, il faut donc l'enlever, surtout faites le sur des hauts fonds ce serait stupide de couler le bateau à plus de deux mille mètres de profondeur et le perdre à tout jamais.

26 avr. 2012

@kjjaacc
Je dois avouer que je n'ai pas bien compris cette remarque, de l'humour?

Mais je vais répondre sérieusement, un sondeur mesure la profondeur à travers la coque, donc c'est démontable à tout moment et en toutes circonstances.

CaptainRV

27 avr. 201227 avr. 2012

un sondeur c'est mieux qu'un speedo.

27 avr. 2012

Ben surtout pour les bretons qui ont l'habitude de s'échouer!
Les sudistes, eux, coulent à pic. Il faut dire qu'il y a de l'eau jusqu'au fond! :acheval: :acheval: :acheval:

27 avr. 201227 avr. 2012

les sudistes ne gagneront pas, quel est le plus important, connaître la sonde ou la survitesse ?

27 avr. 2012

Qu'elle est la consommation électrique d'un sondeur ? et celle d'un speedo ?
Dans le cas d'un appareil couplant les 2 fonctions et lors de longues traversées où le fond est loin de la surface, on peut (il faut ?) couper la fonction sondeur pour économiser quelques Watt*heures

27 avr. 2012

Si c'est un watt-heure chimique, tu n'auras pas la vitesse. En revanche avec un watt-heure passe-coque et un bon chrono, tu peux calculer ta vitesse et économiser les watt-heures du speedo.

01 mai 2012

est ce que le speedo sans roue à aube fonctionne ?

02 mai 2012

seulement pendant l'aurore

01 mai 2012

Pour ceux que ça intéresse :
www.private-marine.com[...]0-nexus

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Encore la pluie...

Après la pluie...

  • 4.5 (21)

Encore la pluie...

mars 2021