imoca, foils, fuite en avant technologique

Comme hors d'œuvre, pour commencer : que se passe t il si un imoca sur foils lancé à 30 kts se plante et fait un quasi stop brusquement ?
La force de sustentation du foils va disparaitre en presque totalité, le vent apparent va monter dans une zone où la voilure portée à cet instant va être trop importante.
Knock down ? Démâtage ?
Bien que totalement différent, les effets de sol en F1 ont été interdits pour des raisons de "rupture brutales des conditions d'équilibre".
Est ce bien raisonnable de faire un tour du monde avec des bateaux aussi "extrêmes" ?
L'aventure humaine serait tout aussi belle sans ces appendices.
Je ne suis pas du tout contre ces évolutions que j'admire par ailleurs. Quel plaisir de voir des planches ou kites sur foils évoluer autour de mon bateau dans des chuintements jouissifs.
Les tous derniers bateaux Imoca ont vu leurs coûts augmenter de 30%. Les sponsors vont sans doute se raréfier, l'argent fera plus que jamais la différence.
Que dire des risques de casse contre les OFNI (cf avec les tri extrêmes) qui augmentent d'une façon exponentielle avec la vitesse et ces immenses appendices. Est ce que donner plus d'importance au facteur chance est une "valeur ajoutée" à la compétition ?

Cdt
Yves

L'équipage
09 nov. 2020
Cette discussion est en mode Débat. Les règles principales de participation :
  • Seules les réponses au sujet principal sont autorisées. Interdisant ainsi les échanges entre intervenant et favorisant les contributions.
  • Vous ne pouvez publier que 3 contributions (3 réponses au sujet principal).
  • Vous pouvez corriger et compléter vos réponse et contributions.
  • Un nouvel utilisateur ne peut participer au débat (Ceci afin d'éviter les Trolls).
L'objectif étant de favoriser l'argumentations de fond, la synthèse des idées et éviter les dérives. Bon débat a tous !
09 nov. 2020
2

Sauf à être vent arrière, quand un Imoca passe de 30 noeuds à 0, je dirais plutôt que le vent apparent va se réduire...

A 20 noeuds de travers, s'ils filent à 30 noeuds puis à 0 d'un coup, le vent apparent va passer de 36 noeuds (merci Pythagore) à 20 noeuds !

Ce qui va changer, c'est l'orientation des voiles, réglées pour du près qui vont tout d'un coup se retrouver plein travers. Comme tu dis l'effet de foil va disparaitre aussi. En fait, le bateau va sûrement se coucher, partir au lof ?

Mais la question est plutôt : qu'est ce qui peut faire passer de 30 noeuds à 0 ? A part un gros obstacle, je ne vois pas...

Passer de 30 noeuds à 15 noeuds, déjà, c'est un beau freinage pour un bestiau qui fait quand même plus de 7 tonnes ! Il faut déjà dissiper les 3/4 de l'énergie cinétique... il me semble.

09 nov. 2020
1

Pour l’aventure, il y a la GRR...
Le Vendée est un formidable laboratoire.
Les vitesses semblent être prises en compte de plus en plus surtout depuis’ accident de Yann Elies

09 nov. 2020
1

Pour les sponsors, 33 bateaux au départ. Un record...

09 nov. 2020
-1

Pour ce qui est de l'effet de sol en F1, cela revient l'année prochaine....

09 nov. 202009 nov. 2020
0

Holà guys
ce qui change c'est ton corps !
Ce qui change c'est ta trajectoire quand tu voles dans l'habitacle...
Y'a qu'a voir leur yeux inquiets ...souvent dans leurs vidéos .
Passé une certaine vitesse le corps humain est impuissant sauf s'il est attaché vraiment
T'as pas l'air con avec un bassin pété tout seul en pleine mer...
Le dernier coureur à qui c'est arrivé ...vessie bloquée...
Croisons les doigts ...
Le carbone va souffrir aussi
Tout le matos...
Et quand le mouvement reprend c'est un énorme effort dans le gréement en sens inverse pour redémarrer la vitesse du bateau...
Pour la coque faudrait tresser le carbone sur toute l'épaisseur de la coque pour ne pas delaminer?

09 nov. 2020
-1

Même avec un Imoca sans foils, ce n'est pas raisonnable de faire le tour du monde en solitaire et même en équipage.
Sans ces marins, ces architectes et ceux qui construisent et développent ces bateaux, nos bateaux ne seraient pas ce qu'ils sont.

09 nov. 2020
0

Il n'y a pas de raison que les IMOCA et autres bêtes de course n'apportent pas à la navigation en général ce que la F1 et les rallyes ont apporté aux véhicules routiers. Les technologies se croisent. Je regardais un poids lourd moderne il n'y a pas longtemps, et ben il n'a presque rien à envier à un A320 question technologie. Et encore, l'A320 a maintenant plus de 35 ans.

09 nov. 2020
1

Les foils ne changent pas grand chose de ce point de vue:
Un IMOCA à Foil passe de 30 noeuds à 0 noeuds = course foutue.
Un IMOCA sans Foil passe de 20/25 noeuds à 0 noeuds = course foutue aussi.

Il est question que dans 8 ans les foils sur les safrans soient aussi autorisés pour soulever complètement le bateau; un plafonnement des budgets sera-t-il mis en place ?

Sauf pour le problème de budgets qui gonflent, je trouve aussi que cette course sert de laboratoire et c'est très bien. Dommage qu'il n'arrivent pas à faire en sorte que ces bateaux soient totalement autonomes en énergie et qu'ils doivent encore embarquer du gasoil pour faire tourner un générateur 2 fois par jour. ça serait un challenge intéressant que quelques coureurs ont tenté, mais quand on voit l'évolution d'Hugo Boss et de ces caméras énergivores, ça n'en prend pas le chemin.

09 nov. 2020
0

En parlant du bateau d'Alex Thomson, son cockpit est présenté comme révolutionnaire car il fait tout de l'intérieur du bateau.
Ceci dans un but de sécurité.
Les navigateurs précurseurs dans le Grand Sud ( Moitessier, les Damiens, Van God) ne faisaient pas autre chose, avec la tête sous la bulle et la barre intérieure.
Les vitesses n'étaient pas les mêmes, mais le but est identique.
Sauf que eux devaient quand même sortir pour adapter la voilure.

09 nov. 2020
1

Tiens, voila l'annexe parfaite pour un "foiler"

10 nov. 2020
0

Amusant mais je voudrais voir une demo avec un clapot de 30cm...

10 nov. 202010 nov. 2020
3

Oui, 33 bateaux au départ, mais combien d'anciens ?
La beauté de cette course réside bien dans le fait de faire le tour du monde en solitaire, enfin c'est mon point de vue.
Que des sponsors dépensent leur budget pub à ça plutôt qu'à encombrer mes écrans (télé et ordi) de spots débiles, mon choix est vite fait en faveur du VG.
Mais je trouve dommage que l'argent devienne autant un critère de compétitivité pour cette aventure. OK, il le sera toujours (partir avec des vieilles voiles ou des neuves tip top, etc...) mais si c'était plus "ouvert" l'histoire serait sans doute plus passionnante, plus humaine.
Comme je l'ai souligné, ces foils introduisent un nouveau facteur chance. Nous verrons bien si ces immenses foils reviennent tous à l'arrivée ?
Bien sur que la compétition amène des progrès techniques. E Tabarly (entre autres) nous a laissé de beaux legs. Nous en profitons. Je n'aurais jamais imaginé il y a 50 ans me balader à 70 balais pendant 4 mois sur un trimaran fiable, confortable, maniable. (Un DF 920)
Est ce que la course du Figaro est plus passionnante parce que les bateaux ont des foils ? (qui d'ailleurs "n'apportent rien" dixit L. Peyron)
Je regarde avec avidité et grand plaisir toutes les videos sur des tas d'engins qui volent au dessus de l'eau. Pas trop loin de la plage... Si mes vieux os pouvaient le supporter je ferais partie de ces jouisseurs...
Cdt
Yves

10 nov. 2020
10

J'ai tout de même un gros doute sur le fait que les foils s'imposeront un jour sur les voiliers de croisière. Ou alors il va y avoir un sérieux problème de place dans les ports...

Personnellement, je préfère l'aventure humaine à l'aventure technologique.

10 nov. 2020
-2

Estran, pas forcément sous cette forme.
Il faut faire le même parallèle qu'entre la F1 et nos voiture de tourisme.

L'aérodynamisme a été travaillé en F1, et reporté sur les véhicules de série.

Sous quelle forme les foils seront sur nos bateaux ?
Ben faut laisser les bureaux d'études plancher dessus.

10 nov. 2020
16

comme aérodynamisme des 4 x 4 et des SUV ?

10 nov. 202010 nov. 2020
3

C'est une bonne question en effet, on a vu la raréfaction des sponsors sur les multis (ORMA, MOD70, Ultimes...) à cause de la casse et des budgets stratosphériques.

Les vitesses atteintes par les foilers sont proche des multi - en tout cas sans commune mesure avec des monos "archimédiens" mais j'ai peur que l'explosion des budgets soit aussi la fin de la classe IMOCA qui s'est construite grace à des entreprises de taille moyenne (PRB étant l'exemple type) qui n'avaient pas les moyens du foot ou de la F1.

PRB n'a pas suivi la mouvance des bateaux neufs, certains sponsors se sont rabattus sur le Figaro, je ne suis pas sûr qu'on aille dans la bonne direction pour la perrénité de la classe, hors VG....

10 nov. 2020
-2

matelot@53588
comme aérodynamisme des 4 x 4 et des SUV ?

J'ai une prius, je pensais plus à cette application de l’aérodynamisme :)

10 nov. 202010 nov. 2020
0

C'est certain que le maillon faible dans l'histoire c'est bien l'humain car ça va de plus en plus vite avec les foils et les évolutions technologiques.Les accidents peuvent arriver.C'est pour cela que les skippers compétitifs sont forcément assez jeunes,très préparés et entrainés.L'ère des poètes est bien derrière.
Perso l'évolution que j'aime vraiment et que je vois plus venir que les foils dans la plaisance ce sont les étraves rondes.Aux allures abbatues ,à partir du travers je pense que c'est magique.

10 nov. 2020
1

cela fait longtemps que les voitures sont définies par les directeurs du marketing et non plus par des ingénieurs et l'aérodynamisme devient un argument comme un autre au gré des modes

10 nov. 2020
0

Je suppose que le succès des Optimist et des Caravelles dans les écoles viennent de leur grande stabilité grâce à une marotte qui élargit la flottaison sur toute la longueur du bateau. Il y a pas mal d'autres exemples.
Ce n'était pas la mode jusqu'à présent... Il y a bien un chantier qui va récupérer ça, il y aura un peu plus d'habilité pour certains futurs monocoques de croisière.
Michel Desjoyeaux parle d'une quasi nécessité de porter le casque et un gilet de protection (je suppose genre celui des motards). Pendant une régate de la coupe America je veux bien mais pendant une course autour du monde...? ? ? ! ! !
Cdt
Yves

10 nov. 2020
1

Les foils et dans une moindre mesure les carènes scow ne marchent qu'avec des bateaux légers. On en verra peut être en croisière, parce que c'est tendance et que ça fait vendre, tout comme on a vu des quilles à ailettes après l'AC 1983, mais il y a peu de chance que ces bateaux marchent mieux que des bateaux classiques.

13 nov. 2020
2

Dans le titre je parlais de fuite en avant technologique. Il n'y a pas que les foils.
Les vitesses atteintes sont impressionnantes (même sans foils), elles le sont avec des bateaux les plus légers possibles où la limite de rupture en cas de choc se trouve vite atteinte.
Qui va inventer des embryons de quilles, à bord de fuite inclinés, pour écarter les OFNI ? Si ça doit ralentir tout le monde d'un noeud de moyenne mais que ça sécurise et rapproche l'égalité des chances, où serait le problème ?
x x x

Comment ne pas être obligé de rester scotché à la table à carte ? Il y a une vraie logique technologique avec les progrès de la météo et les fichiers téléchargeables + les logiciels de traitement embarqués + toutes les infos l'électronique du bord à surveiller.
x x x
Si le bateau d'A.Thomson préfigure l'avenir de ces bateaux, je plains ceux qui y souscrirons.
Cdt
Yves

13 nov. 2020
-1

Qu'est-ce qui te fait croire que l'aspect sécurité n'est pas étudié profondément dans le détail? Seulement, je pense qu'il prend des formes dont on n'est pas plus familiers que d'autres aspects tels que l'hydro et l'aérodynamique, la résistance des matériaux modernes, la sophistication électronique, etc.

Je n'ai pas de statistiques, mais je pense que toutes proportions gardées, il y aurait plutôt moins d'accidents dans les courses à haute technologie que dans d'autres activités nautiques. Certes, c'est sans doute plus spectaculaire et médiatisé.

13 nov. 2020
1

Je ne crois pas que les principes non archimédiens soient applicables au bateaux de M. toulemonde, ne serait-ce qu'au vu des devis de poids et des matériaux employés.

Au niveau electronique en revanche, notamment pilotes et logiciels de routage, on devrait rapidement voir les améliorations.

13 nov. 202013 nov. 2020
3

Pour les voiliers de "croisière" c'est le DSS foil qui devrait finir à faire une percée.
Du couple de redressement donc de la puissance, de la stabilité. Possibilité de garder un maître-bau et un tirant d'eau modéré.

ici des photos de plume, fox 950 DSS/ plan Charles Bertrand.

13 nov. 2020
0

Impressionnant comme il est étroit ce canote.
C'est l'avantage des foils...

13 nov. 2020
3

Y'a pas mal de tourdumondistes qui embarquent une planche à voile : un bateau lourd et solide pour maison mobile et une planche pour s'éclater au mouillage. Ne vaut-il pas mieux scinder les fonctions pour plus d'efficacité ? A-t-on déjà vu un routard faire le tour du monde en voiture en passant par des routes pourries, des déserts et autres forêts avec une Ferrari ? Poser la question c'est y répondre...

13 nov. 2020
0

Avec une Ferrari pas, mais avec une Porsche oui, pas sur pour les routes pourries, mais il a quand même fallu accéder aux coins de nature où les photos sont prises fr.motor1.com[...]ng-car/

13 nov. 2020
1

Je ne crois pas trop au DSS pour un usage "croisière", ça fait quand même un puits dans la coque, donc une voie d'eau potentielle, et des risques de coincement, sans oublier les contraintes sur les aménagements et le système de manoeuvre.

15 nov. 2020
0

le DSS c'est comme un puits de dérive horizontal,il peut être intégré dans les aménagements mais c'est le système pour le manœuvrer qui m'interpelle ...
alain

15 nov. 2020
0

Il faut quand même garder à l'esprit que ces progrès technologiques n'ont qu'un seul but : augmenter la vitesse des bateaux.

Mais ce qui se conçoit dans le domaine de la compétition peut-il s'appliquer à une activité de loisir ?

Pour des bateaux de typés régates sans doute, mais quant aux croiseurs purs j'en suis beaucoup moins sûr.

15 nov. 2020
0

On attend donc des essais sur l'eau ds différentes conditions.
Et voir le coquet interieur...
Je ne pense pas qu'à ce niveau de compétition le croiseur de mr tout le monde sera beaucoup mieux.
Qu est ce qui s'est vraiment amélioré depuis les courses en solo ??? Je dirais l'enrouleur de voile d'avant, les winches st , les tissus à voile , pilote auto plus adaptés .
Quoi d'autre ? ?

15 nov. 2020
0

Les enmagasineurs de voiles d'avant (différents des enrouleurs).
Les gennakers plus présents.
Les manilles textiles, certains gréements en partie textile.
Les matériaux des drisses, écoutes, etc.
Les grand-voiles à cornes.

Les hélices bec de canard ?
Les doubles safrans ?

Plus ancien mais issu de la course : les chaussettes à spi.

15 nov. 2020
0

A propos des foils sur les voiliers de monsieur tout-le-monde, voir l'avis de David Raison.
voilesetvoiliers.ouest-france.fr[...]1588cbb

16 nov. 2020
0

le DSS permet de naviguer plus à plat avec un bateau plus stable globalement. Magnifique élément de confort d'après moi :-)

En revanche tout ce qui fait sortir du mode archimédien restera l'apanage des bêtes de course.

Pour la manoeuvre du DSS une simple crémaillère et un motoréducteur font un ensemble simple et fiable.

16 nov. 2020
0

Le DSS en croisière me semble antinomique du programme qui implique un certain chargement, mais en course il a démontré une certaine utilité.

17 nov. 2020
2

De la voile comme de l'automobile quelques applications sont arrivées au grand public mais enfin ces milliards de dollars pour en arriver à des voiliers"modernes" qui ne dépassent les 5 nœuds que grâce à leur longueur et leur largeur extravagante .... ça fait pauvre !!

entretien carène mai 2020

Bricolages d'hiver

  • 4.5 (94)

entretien carène mai 2020

février 2020