IMOCA - foils?

Deux IMOCA nouvelle génération avec foils naviguent depuis quelques mois.

Artemis Challenge aujourd'hui (tour de Wight): Banque pop et Safran sont à la traîne par rapport à PRB, SMA, Groupe Queg sur ce petit parcours...
On verra bien ce week-end avec la Fastnet-race.

Pour autant, il y a très peu de communication sur les effets et performances de ces foils. Certains y auraient même renoncé.

Bref, objet d'avenir ou erreur technologique, qu'en pensez-vous?

L'équipage
13 août 2015
14 août 201514 août 2015

"Quand on bascule la quille au vent, le voile de quille génère la portance du bateau, et pour contrecarrer la gîte, on fait intervenir des foils qui compensent la perte de puissance. On rétablit la puissance en générant de la poussée verticale. Le bateau fonctionne ainsi sur un mode plus aérien que les générations précédentes. Cela devra correspondre à des forces et angles de vent précis, que l'on rencontre assez souvent sur un Vendée Globe, et le résultat est un gain conséquent de vitesse de plusieurs nœuds. Le bateau ne sera pas plus puissant mais il naviguera de manière plus légère, avec moins de surface mouillée car sustentée par ces fameux appendices », poursuit Vincent Lauriot-Prévost.
www.voile.banquepopulaire.fr[...]lt.html

Personnellement, la forme de ces foils me surprend énormément. Je les trouve vraiment bizarre. Mais bon, qu'est-ce que j'y connais?

14 août 2015

"On rétablit la puissance en générant de la poussée verticale"
"Le bateau ne sera pas plus puissant"
Bah si, par rapport à un IMOCA sans foils, la bateau sera plus puissant... Il joue sur les mots là Vincent! :mdr:
Non, sans rire, il joue sur les termes de la jauge et sur le balancement entre le couple chavirant de la quille et le couple redressant du foil, ce qui fait qu'au final la somme des effets sur les appendices n'augmente pas la puissance du canot.
Pour la forme particulière des foils, il faut lire la jauge des IMOCA pour comprendre le problème. Tu as un nombre limité d'appendices. Ces foils t'obligent à supprimer les dérives qu'il y avait avant. Du coup, il a fallu caser dans un seul appendice un plan de sustentation et un plan antidérive, ce qui donne en résultat cette forme assez amusante.
:mdr:

14 août 2015
14 août 2015

C'est sur qu'au pres, ils vont perdre l'avantage des derives droites d'avant...
Amusant, parce que dans cet article ils revendiquent clairement la puissance supplementaire apportee par les foils.

14 août 2015

je ne vois pas en quoi les foils apportent de la puissance, ce sont les voiles qui apportent la puissance en transformant l écoulement du vent en forces, par contre je comprends très bien que grâce aux foils le bateau s élevant, la traînée de la coque dans l'eau soit moindre et du coup a puissance égale le bateau aille plus vite.

14 août 2015

Je doute que la composante verticale du foil contribue suffisamment à sustenter le voilier. Par contre, cela contribue nettement à la raideur à la toile et donc à la vitesse au portant o au reaching.
Mais quel est la perte de cap et de vitesse au près?
J'imagine que le solde est positif...mais sans doute pas sur un Fastnet ou une OSTAR. A suivre.

14 août 2015

T'as tout compris. Avec les foils, tu perds les derives, nb max d'appendices oblige.
Donc, les foils font office de "2-en-1" et combinent (assez mal, comme tout compromis) surfaces portantes et surfaces anti-derive...

14 août 2015

Fait attention, il ne s'agit pas de sustenter completement le voilier mais juste de diminuer la surface mouillee.
Et puis le foil ne fait pas tout, la quille va egalement generer une composante verticale (plus forte que celle du foil d'ailleurs, rapport a l'equilibrage des bras de levier)

14 août 2015

La puissance est en fait la capacite du bateau a resister a une force inclinante (ici le vent dans les voiles).
Le foil sous le vent va creer un force verticale dirigee vers le haut qui va se traduire pour le voilier en moment (couple) redressant, ce qui va augmenter la puissance du bateau.
Mais faut aussi prendre en compte ici que l'axe de la quille n'est pas horizontal, il est legerement incline vers l'arriere, ce qui fait que quand tu bascules la quille elle se comporte comme une aile situee au vent, et cree un couple chavirant.
Ils ont du calculer les deux profils et leur incidence pour que les deux couples s'annulent, et la resultante des forces est donc une force dirigee vers le haut qui va aider le bateau a dejauger donc a diminuer sa surface mouillee...
J'ai perdu personne en chemin la? :mdr:

14 août 2015

On peut dire aussi raideur a la toile, oui.

14 août 2015

ce qu'on appelle raideur ?

14 août 2015

Si quelqu un a une idée du profil du foil, de son incidence, de la forme de carène, on pourrait calculer la force verticale engendrée, la traînée, et comparer cela a la surface mouillée de la coque sans foil et avec foils. Déjà, peut on avoir une idée de la différence de surface mouillée sur ces bateaux pour une élévation de 5cm seulement. Malevolence, une idée? Et ensuite on met foils, mat et voile carbone, gréement PBO, NIDA en remplacement des boiseries, sur mon boat. On peut délirer n est ce pas?

14 août 2015

"Déjà, peut on avoir une idée de la différence de surface mouillée sur ces bateaux pour une élévation de 5cm seulement. Malevolence, une idée?"
Un peu de modelisation a faire. Je te dis ca a la fin du week-end.
Pour la question des foils, le plus simple serait de partir de la quille qui est une forme plus simple que ces foils en L... On sort un peu de mon champ de competence la.

14 août 201514 août 2015

@Malevolence:
"On rétablit la puissance en générant de la poussée verticale"
"Le bateau ne sera pas plus puissant"
Bah si, par rapport à un IMOCA sans foils, la bateau sera plus puissant... Il joue sur les mots là Vincent!
.
comme viking, je comprends pour ma part, que les foils compensent une perte (trainée) à certaines allures (= pas plus puissant / incidence 0) mais apportent plus de stabilité de route aux allures portantes, ce qui correspond plus aux allures rencontrées sur un Vendée Globe que sur une Fastnet.
?
...
PS: vu ton 2ème message :reflechi:

14 août 201516 juin 2020

En fait, ce que je ne comprends vraiment pas, ce n'est pas la forme du foil, mais son angle par rapport à l'horizontale. Perso, j'aurais pensé que le plan antidérive devrait être quasi vertical quand le bateau gîte de disons 15°, tandis que la partie 'aile sustentatrice' devrait être quasi horizontale. Ça ne semble pas être le cas.

14 août 201514 août 2015

Ton raisonnement est le bon, c'est ce qui se fait sur la Coupe de l'America, mais je pense que tu te concentres trop sur cette partie du bateau et pas sur le bateau complet. Un tel foil serait difficile à escamoter dans la coque, et ici il a fallu en plus rendre les logements des foils structurels afin de ne pas alourdir/encombrer le bateau inutilement.
Si on me demande mon avis sur la question, le bout du foil ainsi que l'arrondi font la portance, le reste est là pour l'antidérive. Bien sûr, cela suppose un profil évolutif le long du foil, mais le contraire (profil identique partout) serait étonnant.
J'imagine d'ici la discussion entre archis et spécialistes des foils... Ça a du être marrant! :mdr:

14 août 2015

Et la longueur de flottaison dans tout ça? personne n'en parle?

14 août 2015

Je suis au boulot la, regarde ce qu'est le Nombre de Froude, et tu vas comprendre pourquoi la longueur a la flottaison n'importe pas ici.
En fait, tout bien reflechi, vu l'etrave, je doute que la longueur a la flottaison diminue, meme une fois "monte" sur foils... A voir.

14 août 2015

Euh, j'ai pas compris ta question la... Dure fin de semaine.

14 août 2015

Je connais mais je suis curieux de savoir comment le système évolue dans son référentiel

14 août 2015

Ayant eu un trimaran a foil, le T38le Numero 1, celui de Fortin), c'est genial.
La recherche et les cerveaux naviguants nous en apportent la preuve tt les jours, affaire a suivre...

16 août 2015

Juste pou info, la semaine dernière j'ai visité la cité de la voile de Lorient avec la partie "Tour du ponton de voilier de course".
Evidement ils ont abordé ce sujet des nouveaux foils (il y avait le test de retournement du Gitana avec le skipper à l'intéreur).
Il y a eu une info intéressante, la position de Michdej sur ce sujet : En gros il n'y croit pas, ce serait qu'une amélioration de calcul qui ne tiendra pas en conditions de nav réelle...
Evidement il est difficile d'avoir un avis quand on a , comme moi, même pas 1/100 de l'expérience du bonhomme. Alors étant de formation technique et scientifique, j'ai cherché dans ma mémoire s'il y avait eu des découvertes ou avancées concrètes de la technologie par des trouvailles purement théoriques et revalidées ensuite par l'expérimentation. Souvent ce fût plutôt l'inverse, à partir d'un constat expérimental d'une expérience ou d'un phénomène connu, on batit une théorie qu'on revalide et l'applique pour des cas utiles.
A ma connaissance, il n'y en a pas tant que ca, bien sur le 1er exemple est pour la physique quantique, et des annecdotes par ci par là comme l'histoire de Darwin qui avait prédit l'existence endémique d'une espèce d'oiseau dans un biotope avant que celui-ci soit découvert 20 ans après, et bien sur Mendeleiev qui avit prédit l'existence et les propriétés d'élements chimiques avant qu'on réussisse à les isoler..

Je pense que c'est possible de trouver une application de source théorique, le grand point est la représentativité des modèles de simulation numériques par rapports aux conditions réelles de mer, et si je me base sur mon quotidien (je travaille dans la fabrication de peinture pour carosserie automobile) les modèles de mécanique des fluides sont quand même très courts pour être exploitables aisement à nos productions, on reste encore à 100 % d'expérimental..

C'est peut-être là que Michdej a préssenti une limite, mais c'est aussi rare que plusieurs skippers et ingénieurs concepteurs se plantent complètement au même moment. En tous cas ce sera encore une avancée supplémentaire dans la connaissance de la navigation.

16 août 2015

Forcément. Lors que je recherchais un apprentissage en ingénierie, beaucoup de propositions concernaient le recalage des modèles de simulation par l'expérimentation.
Même les avionneurs n'ont pas encore le droit de certifier une pièce uniquement par la simulation et le calculs, ils sont obligés de faire des tests grandeur nature. Mais je crois que c'est en train de changer pour les pièces non structurelles type bords d'attaque.

16 août 2015

Je sais pas pour les safrans à bosses... Je les ai vues sur Rambler 88, mais je ne sais pas trop comment ça marche. Une histoire de couches limites peut-être? Ou alors pour briser les vortexs qui se forment juste avant le décrochage...

16 août 2015

Bon je suis content que j'ai pas endormi tout le monde avec mon com...
Je viens de finir un tutorat pour une jeune apprentie ingénieur (génie chimique) et effectivement, durant ces 3 années, nous avons essentiellement travaillé en expérimental pour valider les bonnes conditions de mélange des fluides visqueux, thixo et avec seuil d'écoulements. L'apport théorique devient vite limité dès que l'on attaque des conditions réelles, et les log de simulation sont quand même un peu couteux surtout en temps d'initiation (et licence), alors qu'en expérimetal c'est rapidement oui on non..
Mais les sociétés de conception ont bien raison de revalider et recaler les modèles, car au global je pense que c'est certainement le plus efficace pour expérimeter la totalité d'un espace de variation de paramètres.
Du reste ca me rappelle l'affaire du safran à bosses comme les nagoires de balaine à bosse, en simul on a constaté que ca retardait le decrochement laminaire aux angles d'incidence, je me demande comment l'idée est venue, théorique ou c'est en pensant aux balaines ? :alavotre:

26 août 2015

Magnifiques et impressionnantes photos du Gitana Team. Eux au moins, ils savent communiquer...

www.gitana-team.com[...]os.aspx

26 août 2015

Sur certaines photos, on voit bien le monocoque se lever sur l'eau...
J'ai l'impression qu'ils sont grand largue avec une GV arisée et un vent apparent par le travers.. J'aimerai bien connaitre les vitesses speedo mais ça à l'air de marcher fort ! ..

26 août 201516 juin 2020

Safran, prêt à ramasser tout ce qui traîne sous l'eau on dirait :-)

26 août 201516 juin 2020

Sur les bosses des ailerons des baleines, si cela intéresse:


26 août 2015

Merci Roberto, super intéressant...
Ça pourrait même donner des idées de ouf pour améliorer les mélanges industriels dans les cuves des usines chimiques...

26 août 201526 août 2015

pfiouuuuuuu... heureusement qu'il y a des ingé pour comprendre ce charabia. Moi, tant qu'on arrive à me convaincre que ça marche mieux et que ça coûte pas un bras, je vous fais confiance. :-p

26 août 2015

Le supplement de raideur vient aussi du bras de levier du foil qui est bien deporte sous le vent.
Pour nos voiliers, les foils horizontaux traversant la coque dans un puits horizontal et s'etablissant d'un bord ou de l'autre avec un double palan donnent deja de bons resultats dans certaines conditions.
Le bras de levier est important et donne de la puissance aux allures rapides qui en demandent, c'est a dire au reaching plus ou moins pointu. La sustentation donne aussi un effet ammortisseur dans les mouvements du bateau qui est assez etonnant.
Du fait de cette puissance on peut reduire le bau et donc alleger la coque et la surface mouillee ce qui est bon pour les autres allures. Il faut un voilier capable d'atteindre entre 8 et 10 noeuds naturellement pour ne pas faire juste un gros bouillon sous le vent.
Pas pour tout le monde mais la coupe de l'America change les mentalites plus vite qu'on ne le croit.
A suivre.

26 août 201526 août 2015

Fait attention par contre, le bateau n'est pas plus raide, car la quille a l'effet inverse du foil, elle crée un couple chavirant, afin de respecter la jauge de l'IMOCA.
Tiens, l'article de Team SAFRAN qui explique que les coques sont quand même plus larges pour augmenter la puissance:
www.safran-sailingteam.com[...]0-2015/

26 août 201526 août 2015

Seulement si tu inclines son axe vers l'arrière, comme c'est le cas sur ces bateaux (ils avaient déjà commencé de mémoire avec les dérives qui étaient installées "en-dedans" pour créer de la portance)
Autrement, sur les anciennes générations, l'axe de la quille est horizontal et l'hydrodynamique de la quille a un effet neutre sur le bateau.

13 sept. 201513 sept. 2015

?

La quille est basculée sur le bord au vent.

C'est un couple anti-chavirant, non ? Comme si on mettait du poids sur le bord au vent.

12 oct. 2015

pourquoi ont-ils donné de l'angle vers l'arrière à l'axe de la quille? du coup elle gagne de la portance en basculant au vent et annule ainsi une partie de l'intérêt de la chose

tant qu'à donne de l'angle fallait le faire dans l'autre sens, de façon à créer une portance vers le bas en prime

12 oct. 2015

C'est la même chose avec les derniers protos de la classe mini. La quille bascule à l'horizontale, avec une légère incidence (disons que l'avant est légèrement plus haut que l'arrière quand la quille est dans cette position), d'où l'effet foil. Et ça marche du feu de Dieu...

26 août 2015

Mais la quille produit cet effet chavirant, avec ou sans foils.

16 sept. 2015

Oui mais le voile de quille a de l'angle vers l'arrière, ce qui avec l'hydrodynamique crée de la portance et donc un couple chavirant.

12 oct. 2015

La jauge de l'IMOCA t'interdit de créer un couple de redressement grâce aux appendices, ce qui arriverait avec l'effet des foils seuls.
Avec la quille créant couple chavirant, tu annules le couple redressant du foil, donc tu te conformes à la jauge.
Donc, si tu t'arrêtes là, tu as un bateau de la même puissance qu'un IMOCA de la précédente génération.
Mais comme le foil et la quille génèrent tous les deux une force de sustentation, ton bateau va se soulever de quelques centimètres (ou quelques dizaines de centimètre peut-être), diminuant la surface mouillée du bateau.
Or la traînée induite par la surface mouillée est proportionnelle au carré de la vitesse, quand la traînée générée par l'incidence des différents profils augmente proportionnellement avec la vitesse. Donc tu peux aller plus vite avec la même puissance.

26 août 2015

Intéressant, apparemment les Teams sont en train de se séparer des centrales de navigation et pilotes NKE des éditions précédentes...

27 août 2015

T'as vu ça ou?

28 août 2015

Et tu sais ce qu'ils en font?

28 août 2015

T'as rien compris, c'était juste pour décorer ma chambre ^^

27 août 2015

Le patron de NKE... En Juillet il n'annonçait que 40% d'IMOCA équipés, contre 100% en Figaro, 90% en Mini 6.50 et 60% en Class 40.

28 août 2015

Je doute qu'une centrale d'IMOCA rentre dans ton half! ^^

27 août 2015
27 août 201527 août 2015

Put..., je ne sais pas si c'est fiable mais à 1:06 ds la séquence, on a l'impression que le bateau avance sur sa longueur en gros à 1"2/10...
Avec 18.28 m de longueur ça fait une sacrée vitesse..plus de 25 nds ?
Ça parait énorme...!

25 sept. 2015

Comment les Froudes sont définis et calculés sur les bateaux ?
En agitation de liquide c'est le rapport des forces d'inertie sur celles de gravités, ce qui fait que si le ratio est > 1, il y a une formation de vortex au niveau de l'arbre d'agitation..
Sur un bateau je suppose que cela à une signification pour la formation des vagues d'étrave , bref la résistance de l'eau du fait du déplacement ?

28 août 2015

Ah ok alors oui c'est pas impossible que ces nouvelles bêtes aillent titiller les 30 kts .. Ce qui me surprend c'est quand je suivais la course du Vendée Globe, on avait l'info d'une vitesse moyenne sur une heure et sur 24 heures.. Je ne me souviens pas avoir vu des valeurs > à 22 kts et bien sur la moyenne générale de Gabart était de 15.3 kts..

Maintenant si cette nouvelle configuration permet d'aller aux 30 kts, ça pourrait exploser les moyennes, si bien sur la météo est ok..!

27 août 2015

A 25 nœuds, ça te met à un nombre de Froude de 0,96, les Volvo 65 et Clipper 70 atteignent régulièrement des valeurs supérieures à 1...
Pas totalement illogique en somme.

26 sept. 2015

En mécanique des solides en milieu stratifié (c'est le nom barbare), le Nombre de Reech-Froude est défini par le quotient de la vitesse (en mètres par seconde) sur la racine carrée du produit de l'accélération de la gravité (9.81) par le longueur à la flottaison.
Si ce nombre est inférieur à 0.4, tu vas avoir plusieurs trains de vague le long de la carène (cas d'une carène à déplacement). C'est ce qu'on appelle aussi la vitesse limite théorique de la carène.
Si ce nombre est à peu près égal à 0.4, le navire est porté dans le creux de sa vague, ce qui veut dire que la longueur d'onde de la vague créée est égale à la longueur à la flottaison de ton bateau. Donc tu as une crête à la proue et à la poupe, et un creux à mi-longueur.
Entre 0.4 et 0.7, tu navire va essayer de monter sur sa vague d'étrave, ce qui va demander une puissance importante puisque le navire va se cabrer et augmenter sa traînée hydrodynamique. A une époque, beaucoup de navires conçus pour aller à des vitesses supérieures se sont heurtés à ce pic de puissance nécessaire pour dépasser les 0.7 (sorte de mur du son dans l'eau).
Au-dessus de 0.7, tu es au planning, le navire est porté par sa vague d'avant, une bonne partie de l'avant du navire est hors-d'eau, et le navire a une position à peu près horizontale.

Un peu compliqué raconté comme ça, je suis d'accord, c'est plus facile à l'oral...

28 août 2015

D'après les polaires des Imoca de la génération précédente (sans foils), avec 25kn de vent et un TWA de 140°, la vitesse maxi prévisionnelle s'établissait déjà à 26 kn...!

28 août 2015

Oui, mais c'est toute la différence entre une moyenne (sur 24h par exemple) et une vitesse maxi pour une vitesse de vent idéale et un angle optimal. Sans parler de l'état de la mer qui n'est pas vraiment pris en compte dans le calcul des polaires.
En tous cas, si ces canots déboulent très vite, ils sont, en contrepartie, épouvantablement humides. On comprend pourquoi, dans le Vendée Globe, les skippers restent aussi souvent à l'abri quand les conditions sont trop rudes.

28 août 2015

ça mouille plus mais ça va plus vite; donc t'as "plus" mal mais moins longtemps ;-)
Mais t'as raison, ils vont avoir le même "confort" que sur les bateaux de la Volvo

28 août 2015

Gitana ne communique pas sur les vitesses atteintes lors de cette sortie. Ils doivent cependant pour voir faire des comparaisons très facilement avec les IMOCA classiques dans ce type de conditions.

ça sent l'intox...! Vivement la Jacques Vabre qu'il soit obligés de communiquer sur ces foils...
Quoi que, si vraiment ça marche bien, il ralentiront durant la Jacques Vabre pour créer la surprise sur le Vendée Globe et ne pas laisser les petits camarades installer des foils...

28 août 2015

Il faut installer les foils des la conception de base de la coque. La structure d'un IMOCA de la precedente generation est trop differente de celle des IMOCAs montes sur foils pour qu'un retrofit soit efficace (poids, contraintes structurelles, et meme forme de la carene)

28 août 2015

Nan, en fait je parlais du poids de la structure supplémentaire, parce que tu ne peux pas enlever l'existant, ou alors difficilement. De plus, il faudra sans doute reconstruire le support de la quille pour lui donner de l'angle.
Au final, beaucoup de travail et d'argent pour un résultat incertain.
Faut prendre le bateau comme un tout, et pas comme un assemblage de système...

28 août 2015

Bah oui, mais regarde.
Tu remplace le pont plat d'origine par un pont en aile de mouette, tu peux te permettre de réduire l'épaisseur de cette partie puisque la forme est naturellement plus résistante à la déformation, tu dois déplacer l'itinéraire des drisses, tu dois modifier la voile d'avant pour tirer partit de la nouvelle forme...
Pareil pour le cockpit, tu dois optimiser la structure différemment, il faut revoir la conception de la poutre arrière, du rouf, l'agencement des manœuvres, la forme de la casquette, la forme et l'emplacement des ballasts, l'implantation du moulin à café...
C'est comme une F1, tout est optimisé comme un tout. Tu modifies une petite partie, ça a des répercussions sur l'ensemble.
On a les mêmes problématiques au chantier. Le BE Elec change la nomenclature pour un afficheur: on a plus la place sur la console centrale, faut installer un nouveau bandeau au plafond, faut modifier les schémas de câblage, l'éclairage, l'ergonomie du poste de barre, l'agencement des instruments sur la console...
C'est sans fin! :mdr:

28 août 2015

Bah si, parce que là je te parle de modifications au niveau de la conception. Tu regardes les refit des IMOCA d'ancienne génération, c'est quelque chose!
Pour les foils par exemple, j'ai déjà cité le fond à reconstruire pour incliner la quille (qui en plus est devenue monotype, donc il n'y a pas que l'angle à modifier), il faut donc aussi modifier toute la structure qui supporte le vérin de quille. Les puits de dérive étaient structurels et aidaient à supporter pont et mat, mais ils se trouvent sur le chemin des puits horizontaux des foils, alors faut revoir tout l'interne du bateau. Faut renforcer la muraille au niveau des foils, et sans doute une zone assez importante autour. Faut démolir tout l'avant et reconstruire l'étrave pour augmenter le volume à l'avant... Pfff, laisse tomber, autant en construire un neuf! :mdr:
Et tu te demandais comment c'est construit. C'est du carbone préimprégné cuit en autoclave, en sandwich sur une âme en... pfff, ça dépend, souvent du Nomex.

28 août 2015

Je sais, je suis le truc depuis 2 mois...
M'a toujours fait rire ce couteau suisse. Grand sujet de discussion au bureau.

28 août 2015

Forme de carène : Ok avec toi
Structure : Pas Ok, tu peux tout modifier sur ces bateaux
Poids, y a t'il une grande différence de poids entre un bateau de 2009 et d'aujourd'hui?

28 août 2015

Pour le poids que cela peut engendrer, je ne connais pas assez ces bateaux et pas assez les matériaux.
Pour ce qui est de la modification structurelle d'un bac X où Y, c'est un autre sujet
Beaucoup de travail et d'argent, c'est sur, mais pour un travail incertain?
Les IMOCA sont pour moi des assemblages de systèmes, un coup on change le pont, un coup on change le cockpit, un coup etc...
Heureusement qu'ils ne courrent pas en monotypie d'ailleurs, ça enleverait ce charme, mais c'est un autre sujet.

28 août 2015

Oui donc modifier la configuration structurelle, mettre des foils etc n'est pas un drame sur ce type de bateau.
Au passage, j'ai hésité à citer les F1, mais bon l'aspect prototype des F1 s'atténue de plus en plus...

28 août 2015

Quand tu as le pognon, tu peux tout faire...
sailinganarchy.com[...]crisis/
G.

28 août 2015

Tu parles, c'est que du business.

28 août 2015

En cherchant les polaires des Imoca (que j'ai pas trouvé d'ailleurs) je suis tombé par hasard sur ce site..
Il y a des choses intéressantes pour les curieux de la physique..
foils.wordpress.com[...]ersant/

28 août 201528 août 2015

Salut
Voici les polaires d'un IMOCA de 2008 : www.virtual-loup-de-mer.org[...]art.php
Bon, il y a 60' et 60', je ne sais pas d'où celles ci arrivent. De plus, il y a les polaires officielles et celles travaillées par les équipes..... Parfois j'aimerai bien être une petite souris ...

28 août 2015

Merci et effectivement à 140 ° ca blinde et dépasse les 25 knt.. Je pensais pas que c'était aussi rapide, je comprend mieux la vidéo..

28 août 2015

Ce qui me fait peur c'est la charge que doit représenter la portance des foils. Ça ajoute du couple, donc structurellement faut que ça encaisse derrière, les puits, la coque, le gréement.
Et pas question de se taper une bille de bois !
J'ai l'impression qu'ils ont mis la gomme pour cette video.

28 août 2015

Je ne voudrais pas être oiseau de mauvaise augure, mais a mon humble avis, ils ne vont pas tous revenir du VG avec leurs foils ....

28 août 2015

est-ce que une telle vitesse est suffisante pour casser les brins d'algues qu'ils vont attraper dans les foils, ou bien il faut prévoir des bateau plus rapides?

28 août 2015

Je ne vois pas pourquoi il y aurait plus de problèmes avec ces foils qu'avec les dérives qu'ils avaient déjà.

29 août 2015

Potentiellement même moins... Le bras de levier est plus faible, ils sont moins immergés dans l'eau....

18 sept. 2015

Ben, le foil empêche le bateau de giter. Si le foil se casse, la force de contre-gite disparait instantanément... et chavirage garantie dans les cas limites.

Imaginons un trimaran qui perd le flotteur sous le vent. Ce serait la même chose.

D'ailleurs, ce ne sont plus que des trimarans déguisés maintenant.

20 sept. 2015

Dis ça à Jean Le Cam ou Javier Sanso...

Quand tout va bien, oui.

Mais une casse de foil à 30 noeuds avec le bateau qui se coucherait instantanément, il peut y avoir de la casse. Pas sûr que le skipper soit en état d'utiliser la quille à bascule pour redresser son engin.

25 sept. 2015

Il me semble me souvenir de Stamm faisant un virement intempestif sur le VG... La quille s'est donc retrouvée du mauvais côté et il n'a pas dessalé pour autant... La vidéo le montrait juste bien penché !

Vidéo retrouvée :

En cas de casse de foil, à part les dégats structurels sur le puits, ils vont peut-être pas tant souffrir que ça. Il faudrait retrouver des vidéos de casa ayant eu ces incidents...

En tout cas, je trouve ça magique ! :bravo:

18 sept. 2015

Tu sais, ces bateaux contrairement aux multis sont conçus pour se redresser seuls, surtout ici où la quille sera déjà basculée à fond... Dans le pire des cas ils démâtent et rentrent sous gréement de fortune.
Un tri retourné, tu n'as plus qu'à attendre la dépanneuse.

24 sept. 2015

Les bateaux ne sont plus les mêmes, et de toutes façons, si le foil pète en navigation, c'est que le bateau naviguait en s'appuyant dessus. Dans ce cas, la quille est alors déjà obligatoirement basculée à fond et empêchera le bateau de rester à l'envers... Pas de problème normalement... pour le bateau! Le skipper, je dis pas. Il a intérêt à avoir une longe de sûreté.

26 sept. 2015

C'est sûr que quand tu es très gîté, ta voile n'offre presque plus de prise au vent, ce qui fait que tu ne gîtes pas d'avantage. Tu atteints un point d'équilibre.
C'est vrai que c'est marrant comme technologie.

En fait, ce que je crains surtout, c'est l'empannage sauvage qui risque de suivre le choc sur le foil...

12 sept. 2015

chapeau bas pour la qualité des échanges sur ce fil, dommage qu'il n'y en ait pas plus de ce calibre
merci messieurs
:bravo:

13 sept. 2015

agree !

16 sept. 201516 juin 2020

Petite capture d'écran de la vidéo de Gitana. On voit bien que ça peut voler.

On voit également la quille qui fait contre-gite.

16 sept. 2015

c'est monstrueux les efforts!

il y aura forcément un peu de casse je pense..péter un foil, ça doit pas être bien grave (sauf si le puit est abimé).
J'ai l'impression que ce sont les vérins de quille qui vont manger! ça doit tirer dans tous les sens.

on verra bien sur le Jacques Vabre, ça s'annonce croustillant!

16 sept. 2015

Bah, vu les efforts, le foil doit être quand même pas mal échantillonné. Quelque chose tape dedans, puits renforcés ou pas tu auras des dégâts conséquents avec les vitesses en jeu...
Pour les vérins, c'est là que ça devient marrant! Avec le petit angle de l'axe de la quille et la portance ainsi créée par le voile de quille quand elle est basculée à fond, le vérin ne devrait même pas travailler dans ces conditions!
Par contre, les butées, je dis pas...

18 sept. 2015

Ouais, tu dois avoir de petites oscillations... quelques tonnes qui se baladent au bout d'un balancier de 4m quoi! ^^

17 sept. 2015

Les vérins doivent quand même souffrir si tu regardes en dynamique ce qu'il se passe.

17 sept. 2015

Peut être que le marin aussi va souffrir !!!

20 sept. 2015

Safran voile aussi

12 oct. 2015

Cette vidéo, une démonstration qu'un hélicoptère vole et que les marins savent faire coucou de la main-Bravo- sinon une bonne pub pour le sponsor?

22 sept. 2015

Vivement la jacques Vabre pour voir ce que ça va donner, vos pronos?

11 oct. 2015

Une autre petite video avec quelques exlications

11 oct. 2015

Sauf qu'au début, de la vidéo, ils nous prennent pour des neuneus!!! Mais in fine, des bateaux exclusivement typés portant(dixit Josse!!).

12 oct. 2015

Euh, des neuneus?
C'est une vidéo de comm', c'est normal qu'ils ne parlent pas que de technique et fassent un coup de pub au passage pour le sponsor. Faut vulgariser!
99% de ceux qui suivent le Vendée Globe n'ont sans doute aucune idée de comment ce système de foil peut marcher, à peine plus savent vraiment comment navigue un voilier (en terme d'hydrostatique et d'hydrodynamique)

12 oct. 2015

Avant de savoir comment il avance, faudrait déjà veiller à ce qu'il flotte à l'endroit! :mdr:

12 oct. 2015

Messieurs Dames,
Proposition malhonnête: on paye un Moth à Thibaut et on l'envoie sur le Vendée Globe.
PS: t'oublieras pas de me léguer Spip avant de partir.

12 oct. 2015

Avant de savoir comment il navigue, il faudrait peut être plutot expliquer comment il avance :)

12 oct. 2015

Si tu commences à naviguer sur foils, plus besoin de flotter non? regarde les moth a foils, ils ne flottent pas à l'endroit quand ils n'avancent pas.... bon OK, je me tais :p

12 oct. 2015

A ça pour être de la com c'est sur, vu que c'est le seul objectif, sinon faux faire le buz, la preuve: on a eu H Boss en costard sur la quille, maintenant Josse(?) sur le foil, a quand un gus, sur un pied en tête de mat?
Revoir les vidéos de la 1ère course autour du monde ou les photos de Viking35 pour sa 1ère cours transocéanique, et même nos plaisanciers d'aujourd'hui sur-équipés font figure de compétiteurs!!!

12 oct. 2015

" on a eu H Boss en costard sur la quille, maintenant Josse(?) sur le foil, a quand un gus, sur un pied en tête de mat? "
Alex Thomson a déjà fait le buzz pour le compte de son sponsor Hugo Boss en grimpant en costard en haut de son mat avant de faire un joli plongeon:
www.vendeeglobe.org[...]ow.html

12 oct. 2015

Est ce que tu as déjà fait de la course au large?

12 oct. 2015

Un petit article avec l'avis des architectes ici:

www.vendeeglobe.org[...]es.html

Gil.

24 mai 2016
24 mai 2016

et la première partie :

www.uncl.com[...]partie/

24 mai 2016

Bel article, merci Mosca..
Ce qui attire aussi mon attention c'est cette assoce , l'UNCL, est-ce si un héossien connait un peu, pourrait-il nous raconter concrètement les activités organisées ?
(Je suis toujours en veille active si je trouve un moyen de faire de la régate alors que j'habite au nord de l'IDF..)

25 mai 2016

Excellents ces deux articles. Merci Moscatel!

03 juin 2021

Je déterre ce tout vieux fil pour une jolie vidéo !
Désolé, je ne l'ai pas trouvé hors de Twitter...

04 juin 2021

Le principe de la marche d'un bateau à voile peut se résumer à une voile dans l'air une voile dans l'eau. Principes soumis aux inconvénients de la résistance des fluides et de la surface mouillée. L'orientation de ces deux systèmes d'ailes reste le problème technique. Trés bien résumé ci dessus.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

L'eau de l'Aude là

Après la pluie...

  • 4.5 (126)

L'eau de l'Aude là

mars 2021