hood 38 tour du monde par les 3 caps

Bonjour a tous,
je souhaite faire un tour du monde par les 3 caps sur un hood 38.
J'aimerai avoir vos avis,sur le bateau,sa preparation,choix d'equipements,experience...
merci d'avance.
pedro

L'équipage
26 jan. 2019
26 jan. 2019

Le tour du monde, dans le sens Est -ouest, ou ouest-est ?
C'est important pour l'équipement. :goodbye:

26 jan. 2019

surtout pour les lunettes de soleil

26 jan. 2019

Direction normale, au portant, d'ouest en est...

26 jan. 2019

si c'est le mk2 ,il est plus confortable ,c'est un voilier indestructible ,j'en ai eu un et fait une transat avec en 2005
on a même pris le cyclone delta entre madère et les canaries
pas cassé une manille ..
alain

26 jan. 2019

Sauf celui qui a coulé en quelques minutes au large du bresil, bon c etait peut etre un defaut d entretien ou les consequences d un echouement

26 jan. 2019

Merci Alain,
C'est le mk1 modifié avec la 2ème descente...

Moitessier l'a fait avec un Joshua de taille et poids comparable.

Le Hood est sabs doute un peu plus rapide avec je crois un meilleur rapport de lest.
Comme sur tous les bateaux de série il y aura une préparation à faire :
Fixer les planchers
Etudier l'étanchéité des coffres et des grilles d'aération moteur
Peut-etre des bastaques pour un enrouleur de solent
Etc ... ..........
A bannir : le MK-1 avec sa descente sur le roof.

26 jan. 2019

Si j'imaginais le faire (et il n'en est pas question !)
je commencerai
- par changer le gréement dormant tout en le renforçant.
- Renforcement des cadènes, etc...
- Examen et renforcement des barres de flèche.
- Examen des boulons de quille, avec éventuellement déquillage s'ils ne sont pas visibles.
-Examen du pied de mât et renforcement éventuel du sabot....
- Révision complète du safran, ce qui implique sans doute le changement de toutes les pièces métalliques, bagues etc...
- Confection d'un safran de secours
- Examen de toutes les varangues
- Changement de tous les passe-coques (et suppression de ceux qui ne sont pas indispensables (WC...))
- Renforcement de tous les chandeliers et des filières...

Comme un 360° ou une sancissement est fort probable (je pense 50 chances sur 100) saisir tous les objets qui peuvent voler (gazinière etc...), les couvercles des coffres, radeau etc...
Une porte vraiment étanche et 'blindée'

Idée de base pour la bateau: conserver la stabilité prévue par l'architecte
Le moins possible de poids possibles dans les hauts. Un enrouleur est-il nécessaire ?
Matos sur un portique costaud mais pas trop haut.
Une capote en dur
Alléger au maximum le bateau en enlevant les aménagements intérieurs non indispensables (portes, bibliothèque, table du carré, couchettes / équipets inutiles, frigo ?)
Un plan de rangement où tous les objets lourds soient dans les fonds...
Tous les équipements essentiels en double (hydrogénérateur, pilote, AIS, VHF, téléphone satellite, balise, système de réception de la météo genre Furuno fax 30, ordinateur, TPS, dessal ? etc...). Pas d'éolienne.
Un radeau pro type Viking
Une pharmacie conçue par un médecin spécialiste (Dr. Chauve)
Négocier l'accès à un routeur pour au moins alertes sur les phénomènes dangereux dans le Sud.
Beaucoup de lyophilisés pour éviter au maximum le surpoids du bateau.
Reste la question du chauffage (donc du fuel) pour le Sud.

Oui, le coût est élevé, mais quand on veut affronter les mers les plus difficiles du monde ...

il n'y a pas de boulons de quille sur un Hood 38

27 jan. 2019

50 chances sur 100 de sancir? pas plutôt un risque? ;-)

24 août 2020

Il faut peut être arrêter la drogue dur

01 mar. 2022

Excellent !!!

27 jan. 2019

Et le mât est traversant ( point n° 5).
Alléger un Hood 38 c'est un vaste programme ...
Peut-être diminuer le recouvrement du génois ?

27 jan. 2019

désolé, je pensais à tort qu'il existait une version quillard. Je suis détrompé !!!

28 jan. 201928 jan. 2019

Oui, mais comme 50/100 de chances de sancir égale 50/100 de chances de ne pas sancir, c'est kif-kif bourricot!
:tesur:
( en gros, laisse les mouches tranquille :-D)

Il y a une quille traversée par une derive et le lest est dans cette quille en polyester

Il y a bien une quille avec un tirant d'eau de 1,50 m permettant si nécessaire de remonter au vent dans la dérive.
Mais la quille est moulée d'un seul tenant avec la coque.

01 mar. 2022

ce sont des recommandations générales ,quand on connait ce voilier ,la préparation est plus spécifique .
il n'y a pas de boulons de quille ,le lest est inclus dans la coque ,par contre il y a une dérive légère ,donc revoir tout le système ..
le safran est monté sur crapaudine et c'est vraiment très solide ,changer les drosses c'est pas mal
s'il n'y a pas de jeu il n'est pas nécessaire de changer les paliers .
avec un étai larguable il n'est pas nécessaire de monter des bastaques c'est un mat emplanté .
si on veut faire un tour du monde c'est la même préparation qu'une transat .
j'ai possédé un mk2 plus voilé que le mk1 et aussi plus leste ce voilier fait 14t pour 12m ,100kgs de plus ou de moins ne change pas grand chose
hubert de cherbourg en possèse un ,le contacter
alain

26 jan. 2019

Merci beaucoup Hubert pour cette réponse.
Donc cela revient à grée le bateau en cotre et donc d'installer des bastaques.
C'est intéressant...
Il me faudra un très bon régulateur d'allure également, je penche pour ceux avec un safran extérieur. Qu'en pensez vous ?

Pour mon cgox c'est soit genois soit solent
Sinon il faudrait un Yankee et une trinquette..
En usage non extreme si le deuxième étai est capele à moins d'une trentaine de cm du capelage de l'etai principal on peut se passer de bastaque.
Avoir deux enrouleurs peut ètre un problème en cas de chavirage.

Pour la question de le remise à l'endroit il y a un tirant d'eau de 1,50 m et cinq tonnes de lest de plus la coque n'est pas très large.

27 jan. 201927 jan. 2019

Mon programme est plus modeste mon Cv moin bien fleuri mais jetais aussi parti pour deux enrouleurs et vais surement me ravisé, déjà virer en reenroulant le génois de 50m2 c'est chiant,, à moin peut être de changer pour un yankee...
ensuite un étai sans enrouleur finalement permet d'avoir solent, trinquette, etc...

Ps: j'espère qu'on pourra suivre un blog ou autre de votre aventure

27 jan. 2019

Deux emmagasineurs à la place des enrouleurs pour génois yankee et trinquette ou tourmentin sur etai largeable.

Enrouleur de génois plus génois c'est plus de 50 kg et pour le solent environ trente
Le poids plus le fardage en conditions extrêmes ?

27 jan. 2019

Bonjour Hubert,
Pourquoi 2 enrouleurs seraient un problème ?
À cause du poids ?
J'imaginais un genois sur l'était principal, une trinquette ensuite (tout les deux sur enrouleur) et sur un "bas étai" la possibilité de grée un foc ou le tourmentin.
Le tout renforcé par des bastaques...

27 jan. 2019

Bonjour,
Mon CV n'est pas fantastique...
Et mes compétences même si elles ont grandi depuis quelques années (début de la voile en2010), comporte de nombreux points faibles.
C'est vrai que la configuration avec 3 étai dont 2 enrouleurs ne doit pas être très pratique pour louvoyer.
Mais pour un programme mer du sud, c'est un atout de limité les changements de voile à l'avant et je me dis que cela renforce également la tenue du mat.
Vous en pensez quoi ?

27 jan. 2019

Ok, c'est vrai...
Donc plutôt un étai largable et un foc arisable et un bas étai pour le tourmentin ?
Merci pour vos conseils

26 jan. 2019

Merci à pytheas également,
Je vais lire attentivement le message...

26 jan. 2019

Bonsoir xabichou,

comme Pythéas, il me semble indispensable d' envisager un 360, donc bateau rendu 100% étanche et agencé de telle sorte que RIEN ne bouge à l' intérieur, quelle que soit la position du bateau, plus bien-sûr renforcement du gréement.

C' est ce que j' avais fait sur mon Armagnac pour aller au Groenland, et une bonne partie des modifs étaient de toute façon imposées par les Aff-Mar pour la dérogation en 1 ère catégorie (c' était en 1993).

En tout cas, je n' ai pas regretté d' avoir passé énormément de temps à préparer le bateau ainsi, permettant d' être parfaitement serein dans du très mauvais temps.

Peut-être pourrais-tu (dans quelques temps), demander conseils à VDH, qui est quelqu' un de très ouvert.

Gorlann

26 jan. 2019

Ok,
Je me présente un peu plus.
Mon projet de tour du monde par les 3 caps débutera dans 2 ans.
Pour l'instant je remplis la caisse de bord.
Mon CV nautique est encore maigre mais je crois en moi.
J'ai fait un tour de l'atlantique en solitaire sur un écume de mer.
Transat aller du cap Vert à Grenade et transat retour de Martinique à Bordeaux par les acores(2015 2016).
L'année d'avant j'avais fait une transat en tant qu'equipier des états Unis à la Bretagne.
J'ai était formé aux glenans où je suis devenu moniteur, j'ai également un diplôme de skipper;le yacht Master.
La difficulté et l'expérience nécessaire pour les mers du sud est évidemment très grande par rapport à mon expérience.
Mais à un moment donné, avec une bonne préparation et de la détermination, il faut bien se lancer.
Je précise que je désire faire des escales et que l'itinéraire 'est pas encore fixé.
Départ de Gironde vers l' uruguay et ensuite direction Afrique du Sud.
Sans doute quelques escales avant et après l'Uruguay...
Ce n'est pas le plus important, ni l'objet de mon fil.
Je m'intéresse vraiment à l'opinion de mes aînés, de ceux qui ont déjà fait ce genre de navigations (où pas d'ailleurs).
J'essaierai de répondre régulièrement et de poser évidemment de nombreuses questions à ceux qui me répondront.
Merci d'avance

26 jan. 2019

Merci gorlann,
Ce serai évidemment super de pouvoir échanger avec vdh.
J'espère qu'il remportera la golden globe !
J'ai préparé mon écume à bourgenay et un très bon copain a préparer son ruster 36, donc ce n'est pas impossible...

26 jan. 2019

Je voudrais rajouté que je n'ai pas encore acheté le Hood 38, mais je suis sur le point de le faire. Que pensez-vous de mon choix ?

26 jan. 2019

Pour en revenir au message de pytheas,
Donc ;
Renforcement du gréement
Les poids le plus bas possible.
Équipements importants en double.
Porte étanche et solide.
Capote rigide.
Bonne pharmacie.
Passe coque refait.
OK

Je préfère avoir un enrouleur et un étai volant ou/et un deuxième enrouleur pour une trinquette.
Je voudrai éventuellement rajouter un skeg pour protéger le safran.
Un poêle pour le chauffage, mais ce n'est peut-être pas la meilleure option si le bateau fait un 360 ou pire si il sancit.
Est-ce vraiment nécessaire de limiter les poids sur un bateau de 13 tonnes ?
Merci d'avance
Pedro

17 août 2020

sur un hood 38 ,renforcer les cadènes et le gréement ,pour dire ça il ne faut jamais avoir été mettre le nez dans les placards devant la sdb ,ni mesuré le diamètre du gréement dormant .
le changer pourquoi pas mais augmenter les diamètres ce n'est pas cohérent .
alain

26 jan. 2019

Le cv n'est pas si maigre que cela : un tour d'atlantique sur un écume de mer plus ta formation….

Pour les enrouleurs : que soit sur la longue route ou la golden race la majorité des voiliers disposent de 2 enrouleurs …

Le Hood 38 a un temps HN( coef 0,814) identique au mélody

le bateau a un rapport poids lest impressionnant(50%)

Comme cité plus haut : un voilier étanche vraiment pas facile (écouter l'interview lors de son retour de la longue route de Guy-Saliou ) ou Alain Maignan qui avait été empoisonner lors de son TDM par une fuite au niveau d'un chandelier etc

Si j'avais un conseil : avoir des infos sur des problèmes récurrents qui peuvent tout gâcher pour ce type de programme: ex panne pilote très et trop fréquent, safran qui casse , drissent qui lâchent etc

la répartition des poids (outre le fait qu'ils soient le plus bas possible).

Enfin la conduite d'un dériveur lesté est un peu différent d'un quillard GTE

26 jan. 2019

Bonsoir,
J’ai été propriétaire d’un Hood 38 MK 1 avec lequel je n’ai navigué qu’en croisière ordinaire en Méditerranée occidentale et un peu en Manche.
Le premier propriétaire à qui je l’ai acheté, avait fait faire 2 modifications techniques. Il trouvait que le mât Proctor (si d’origine) pompait au près et avait fait installer des fausses bastaques. Celles-ci étaient reprises sur de grandes contreplaques inox à l’intérieur du bateau. Le bateau était équipé d’un enrouleur de génois et d’un étai largable en tête sur lequel on envoyait les focs d’origine à mousquetons. De mémoire le spi symétrique est d’environ 135/140 m2. L’envoyer ou l’affaler seul avec une chaussette n’était pas un souci.
D’autre part ce propriétaire avait fait construire un skeg devant le safran pour une plus grande stabilité de route au portant.

Et il est vrai qu’à ces allures, le bateau était très stable. Je n’ai pas de photos à portée de main pour vous montrer de ces modifications.

Accessoirement sans doute concernant votre projet, ce propriétaire avait également ajouté une jupe qui de fait allongeait la ligne de flottaison à certains moments.
Faire attention au bon coulissement de la dérive. Sur “Sunniva“, celle-ci avait gonflé et restait bloquée. La déposer et la rectifier si besoin. A propos de la dérive, encore, veiller au bon état du tube dans lequel circule le câble de manœuvre. Il y a quelques années, en transat, un Hood a sombré suite, de mémoire, à une rupture de la base de celui-ci.
Pour des modifications éventuelles à apporter et comment bien les réaliser, vous pourriez essayer de prendre contact avec David Merlot, ancien responsable de la base Wauquiez de Port Grimaud. Pour le joindre, voir sans doute les annonces de vente de matériel Wauquiez qu’il met (tait) régulièrement sur H&O
Si vous ne les connaissez pas, deux expériences pertinentes qui ont fait l’objet de récits intéressants:
“Regain“ Un tour du monde et l’Antarctique – Vincent Malquit – Edition L’Ancre de Marine
Sans escale Un tour du monde en solitaire à la voile - Christophe Houdaille - Edition Transboréal
Matière à se “familiariser“ avec ces navigations et les préparatifs induits.
Philippe

26 jan. 2019

Merci phillipe,
Info très intéressantes...
Lecteur amateur de récit de mer et de voyages, je ne crois pas connaître ses 2 livres, je vais essayer de me les procurer.
Je suis en train de regarder une interview de Guy Saliou (que je ne connaissais pas non plus), c'est passionnant. Merci donc également pour cette référence donnée par 3caps...
Je ne regrette pas d'avoir ouvert ce fil.
Vraiment merci pour tout vos conseils de ce soir et à venir...

27 jan. 201927 jan. 2019

Bonsoir,

Yves Pestel, L'auberge des trois caps.

Alain Kalita

Mais en faisant des escales c'est un peu différent, surtout côté avitaillement.

27 jan. 2019

Les videos sont passionnantes, le témoignage de André gentil interviewé par kalita !
Je me pose la question question peut-être idiote, de la réaction du hood, dériveur lesté donc, en cas de chavirage. Est ce aussi efficace qu'un quillard pour se remettre à l'endroit ?

27 jan. 2019

Pour moi c’est plus efficace que pas mal de quillard moderne de croisière , car lest conséquent!

Dans le même genre tu as le Sancerre: c’est ce bateau qu’à repris le vendeur de mon sarrabande: son programme était de repartir vers l’australie, avec donc des conditions musclées: aux dernières nouvelle il était enchanté et repartait de la réunion. Il y a très peu d’avis sur ce bateau, mais pour mois c’est proche du hood ;-) n’hesite Pas à faire un sujet dessus!

27 jan. 2019

Bonjour Cedric,
Oui je connais le sancerre, c'est un chouette bateau comme souvent pour les plans Harle.
Le lest du hood est effectivement conséquent.
Je me pose juste la question de la capacité de redressement en cas de chavirage par rapport à un quillard de plus grand tirant d'eau...

27 jan. 201927 jan. 2019

Avant le chavirage qui est un risque non nul mais pas une certitude quand même, il faut remarquer que le Hood a un franc bord relativement important pour sa longueur. Cela contribue théoriquement à retarder le moment du chavirage. Dans l’hypothèse du bateau au moins couché, la petitesse des hublots de roof diminue le risque de casse de ceux-ci.
Relativement au tirant d’eau, il faut avoir à l’esprit la position du lest lui-même par rapport au voile de quille. S’agit-il d’un bulbe même grossier, voir Amel, mais qui positionne le poids du lest réellement au plus bas avec le maximum d’efficacité. Ou bien la quille est –elle constituée du lest et alors par rapport à un tirant d’eau de 2 m, par exemple, quel est le poids du lest contenu dans les 50 cm de tirant d’eau supplémentaire ? Sachant qu’il est peu probable qu’un quillard moderne de 11/12 m ai un lest de 5 T. Et que par sa largeur de coque, le plus moderne sera plus stable à l’envers, Pour revenir sur ce qu’a déjà fait remarqué Hubert de Cherbourg. Voir aussi que sur les Hood MK 1 ou 2, le moteur est sous la flottaison. Du poids bien placé. De plus cette position fait que l’hélice est aussi profondément positionnée ce qui assure son efficacité même par mauvais temps ci besoin.
Pour les voiles d'avant pourquoi ne pas envisager un foc à ris sur étai largable simplement derrière l'étai. Cela évite un changement complet de voile et limite le volume à stocker. Et aussi le poids d'un second enrouleur. Certes la voile fatigue plus, mais j'avais un foc à ris sur le Dufour 31 lors du voyage vers la Norvège. J'ai apprécié cette économie de manœuvre. Pour facilité celle-ci,un bout était enfilé dans l’œillet d'amure du ris et après passage dans une poulie était étarqué. Ce système évite les manipulation de manille ou autre mousqueton lorsqu'on a les doigts gourds.
Eviter d'aller à l'avant? De toute façon dès que le génois est complètement enroulé dans la brise pour faire place à un foc ou autre, il est préférable d'aller sécuriser l'enroulement de celui-cis en frappant au moins les écoutes de génois sur un taquet à l'étrave. Alors!
Philippe

27 jan. 2019

Merci Philippe,
C'est très clair, cela me conforte dans le choix du hood.
Également très intéressant pour les voiles d'avant.
Ça paraît logique, plus simple et également moins cher.
Le foc arisable serait donc grée sur un étai largable assez proche de l'enrouleur et partant pratiquement de la tête de mat ?

En plus, un bas étai partant de la hauteur des barres de flèches et soutenu par des bastaques pour mettre un tourmentin serait une bonne idée ?

pour utiliser le bas étai pour un tourmentin il faudra prévoir un tirant au milieu de la cabine avant.

le bas étai d'origine n'est pas prévu pour être étarqué fort de même que les bas haubans qui ont un peu de pied sur l'arrière.
C'est préciser dans la notice du bateau et ils sont en diamètre 7 alors que le reste du gréement est en 10.

Avec deux étais, ils faut penser que le patars va encaisser une plus forte tension.

pour ma part, j'ai mis un patars en dyform
www.technique-greement.com[...].fr.htm

qui est plus résistant que le monotoron et s'allonge moins

27 jan. 2019

Merci Hubert,
Oui je pensais mettre des bastaques pour equilibrer les forces.
J'irai voir sur le site dont tu m'as envoyé le lien.

27 jan. 2019

Pour le second enrouleur ou pas à l’avant... Tous ceux que je connais qui sont passé à deux enrouleurs pour un programme hauturier ne regrettent pas!
A condition de le faire sur un bateau suffisamment gros pour que le poids ne soit pas handicapant...

Parlons du poids: lorsque celui ci est susceptible de gêner, c’est dans la brise. Le génois est alors roulé et l’on navigue sous trinquette/solent/foc de brise...
Dans tous les cas, il y a un étais... qu’il soit dans un enrouleur ou larguable, c’est bonnet blanc ou blanc bonnet!
Ensuite, la voile c’est quasi identique, la seule différence c’est la bande anti UV.
Enfin, la chose qu’il y a en plus pour la version enrouleur, et hors tambours du bas, situé proche du pont,c’est le profil. le poids à prendre en compte est celui du profil, soit 1kg/m environ grand max.
sur un étais situé à 1m derrière l’enrouleur de génois, repris au 2ème étage de BDF, cela donne environ 10 à 11m de profil soit avec la bande anti UV, un surpoids de 12-14kg à 5m au dessus du pont. Bref négligeable quand on sait que l’on a 5000kg à 2m sous le pont.

A prévoir un jeu de bastaque câble ou textile pour reprendre les efforts

VDH termine la GGR avec deux enrouleurs et je crois qu’il ne s’en est pas plaint!

Les cas ou ce n’est pas idéal:
Quand on rencontre rarement plus de 20nds de vent
Quand on fait souvent du louvoyage en côtier par vent faible
Quand on a un bateau trop petit

Une solution intermédiaire est d’avoir une voile sur emmagasineur que l’on installe pour les traversés hauturière ou quand c’est nécessaire, mais il n’est pas possible de réduire dans ce cas.

'" ensuite, la voile c’est quasi identique, la seule différence c’est la bande anti UV. '"
Mon génois fait 40 kilos
Sur enrouleur cela fait 40 kg en l'air enroulé
Sur mousquetons cela fait 40 kg dans le fond d'un coffre
Le solent fait 20 kg

J'ai génois et solent sur enrouleurs et m'en trouve très heureux

Mais qu'en serait-il en cas de chavirage ?

Je ne comprends pas : enroulé ou déroulé le genois pese toujours 40 kg ....
Avec un centre de gravité assez haut

Oui c'est bien cela
Sachant que le genois sera là, enroulé, par mauvais on peut se poser la question du poids du deuxieme enrouleur

Par ex sur mon gib sea 105 deriveur lesté l'architecte ne voulait pas mais acceptait sur le quillard.

Il faut aussi faire un bilan global : portique, échelons de mât radar pour une telle nav extrême

27 jan. 2019

Quand tu navigues par 30nds de vent tu as le solent déroulé ou hissé et le génois roulé... à ce moment si tu chavires, ce sera presque pareil.
Ton raisonnement tiens si tu décides de chavirer sous genois donc 20nds de vent maxi. Peu probable selon moi ;-)

27 jan. 2019

Si tu veux te passer de l´enrouleur de génois effectivement il y a débat.

Par contre je pensais que l’on débattait de l’enrouleur de solent/trinquette... ou pour moi c’est un faut débat: voir plus haut

27 jan. 2019

Je vous propose une estimation de la probabilité de rencontrer une vague déferlante de grande hauteur pendant un parcours dans les mers du sud.

Le trajet par une route loxodromique entre le cap des Aiguilles (Afrique du S) et la cap Horn est au minimum de 11 500 M.
Supposons une vitesse de 6 N
La durée minimale du trajet est donc de 80 jours
Supposons une période de mauvais temps tous les 6 jours
d'où 14 tempêtes pendant le trajet.
Supposons donc 14 jours de vagues de 5 m de hauteur significative
avec une période de 10 s.
Le nombre de vagues dépassant le bateau sera alors d'environ 14 x 24 x 60 x 60 /10 = 120 000, dont 1/3 (= 40 000) auront une hauteur égale ou supérieure à 5 m.
D'après les statistiques classiques, 1 sur 1000 ( = 40 vagues) auront une hauteur égale ou supérieure à 5 x 1,86 = 9,3 m
Supposons que ces vagues aient une largeur moyenne de 100 m, et une crête déferlant sur une largeur de 10 m
On rencontrera donc quelques (= 4) vagues déferlantes d'au moins 9 m de haut à la position exacte du bateau.
Or on sait qu'un bateau est roulé si la hauteur d'eau déferlante est égale à la largeur du bateau (environ 4 m)
Il ne paraît donc pas impossible que le sommet d'une vague de 9 à 10 m déferle sur une hauteur de 4 m.
Ceci explique AMHA pourquoi tant de voiliers, petits ou grands, ont été roulé par une vague pendant ce trajet, la durée du trajet augmentant la probabilité de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment...

27 jan. 2019

Merci pour les probabilités, c'est évident que cela risque d'arriver, j'ai suivi la ggr et lu de nombreux récits de mer.
C'est effrayant, mais cela fait partie de l'aventure.
C'est pour cela que je veux me préparer le mieux possible, ainsi que mon bateau.
Lors de ma transat retour sur mon écume de mer, je me suis fait sérieusement secouer par une dépression avant les Açores, très grosse vagues pour la taille de mon bateau, et quelques dégâts.
Mais malgré la peur, je savais que mon bateau était bien préparé et que j'avais fait du mieux que je pouvais en amont.
Je veux procéder de même(en mieux) et je me doute bien que ce que je vais rencontrer est à un autre niveau.

27 jan. 2019

Donc pour résumer concernant le gréement.
Tout d'abord le renforcer(1 mm de plus sur le haubannage) où tout du moins le refaire à neuf.
1 enrouleur ou 2 sur l'avant pour pouvoir adapté la voilure de façon efficace,et éventuellement un 3 ème étai plus près du mat et capable de porter un tourmentin.
Sur l' arrière du mat, des bastaques permettant de reprendre les forces que causerons ses étais supplémentaires.
Ça vous paraît correct ?

27 jan. 2019

Le gréement d’origine du Hood MK 1, modèle visé par Xabichou ne comporte qu’un étage de barre de flèche. Dans quelle mesure ce type de gréement permet-il l’installation d’un second étai fixe avec enrouleur ou volant ailleurs qu’à quelques dizaines de centimètres sous l’étai principal ? Sauf à le modifier sérieusement ?
Dans ce cas, un tour du monde incluant finalement pas mal de navigations côtières si l’on prévoit de se balader un peu, le second enrouleur est trop proche pour pouvoir tirer des bords sans à chaque virement ou bien rouler le génois ou aller le faire passer à la main. D’ailleurs quelque soit la solution retenue, prévoir un winch électrique pour manœuvrer le ou les enrouleurs peut être très intéressant.
(Aparté électrique, il est très facile d’installer un alternateur d’arbre d’hélice sur un Hood MK 1, excellente source d’énergie en navigation)
D’expérience, l’emmagasineur n’est pas pour moi une bonne solution si l’on navigue exposé à du gros mauvais temps. En effet la voile sur emmagasineur ne se réduit pas. On a alors un trou entre la voile initialement prévue avec cet équipement et le tourmentin. Alors si par anticipation on change cette voile pour le tourmentin, on se trouve sous toilé et cela à tout les défauts (confort, vitesse, etc.) lorsque le temps commence à être mauvais. De plus le changement de voile à l’avant, dégréer la voile à poste du tambour et de l’émerillon de drisse puis regréer le tourmentin devient vraiment acrobatique puisque les voiles ne sont jamais endraillées.
A noter dans le cas d’un étai volant, si un taquet de mouillage est bien positionné dans l’axe du bateau et suffisamment solide, il peut être utilisé pour l’amurage de l’étai volant. Cela évite des travaux. C’est la solution qui m’avait été donné pour l’équipement du Santorin par le responsable du SAV Amel . Suggestion efficace.
Philippe

27 jan. 2019

Augmenter le diamètre des câbles, c'est augmenter le diamètre des axes des ridoires et donc sans doute modifier les cadènes. Vérifier la faisabilité de l'opération.

Les câbles fournis en 10 mm ont des axes de 16 alors que d'origine ce sont des axes de 14
Mais vu l'epaisseur des cadenes aucun soucis pour repercer.

il y a assez de matière dans tous les sens pour passer à 16
J'avais pris conseil auprès d'un pro d'une grande "maison" à Cherbourg

27 jan. 2019

Ce ne serait pas la distance entre le bord de la cadence et le trou de l'axe qui est importante? En effet c'est par là que passeront les efforts.

27 jan. 2019

Plutôt que prendre 1mm partout, je prendrais du Dyform partout: plus solide et pas plus lourd... déjà que l’on hésitait plus haut à mettre un second enrouleur...

Si 1 étage de bdf, il faut mettre l’etais de trinquette 1m au dessus, et faire tailler une petite voile de brise de 20m2

Le problème avec un etai si bas est que l'on ne pourra pas border à l'interieur des haubans avec une trinquette de 20 m?
Et comme le point d'amure est pas mal reculé ce ne sera pas assez bordé pour faire un bon près.

qu'est-ce que cela donne au niveau de la chute et de la barre de flèche ?

le point d'écoute va-t-il en arrière du mât ?

ou bien le point d'amure est-il très près de l'étrave permettant malgré un capelage assez bas d'avoir 20 m carrés ?

sur mon Hood j'ai fixé le point d'amure su la cloison arrière du coffre à mouillage (il y en a deux : un à l'avant et un autre plus grand derrière) et je n'ai pas pu faire plus grand que 20 m carrés sinon la chute vient buter sur la barre de flèche

Nous avons donc fait les mêmes choix !
Mon étai monte plus haut et du coup le foc a une forme de solent avec l'avantage quand on enroule de faire "disparaitre " rapidement le haut de la voile dont la geometrie a été etudieepour ne pas avoir à déplacer le point d'ecoute quand on enroule.

27 jan. 2019

Sur un gin fizz avec le même triangle avant, c’est parfait, pour serez le près on passe l’ecoute Entre hauban et bas hauban. Le point d’ecoute tombe contre les haubans.
Au près dans la piaule, si on remonte à 35/40° apparent c’est bien et il faut de la puissance donc pas forcément border à plat dans l’axe ;-)

27 jan. 2019

Je viens de regarder les Docs que le collegue m’avait envoyé :
Le point d’écoute est au niveau du mat grosso modo, et entre la courbe que prend la voile, le négatif de la chute et le point de drisse qui est pas tout à fait au maxi (la place du mousqueton et un poil de marge) bah ça passe large aux bdf
En gros guindant environ 10,80m, LP 3,7m et ça fait 19,96m2 selon le devis...
La voile est prise au 2/3 du poteau et 80cm ou 1m grand max derrière l’etais principale, je ne me rappelle plus trop, mais les deux étais sont symétriques.

Le voilier avait prévu de pouvoir passer l’ecoute entre bas hauban et hauban, pour caper, mais il se trouve que mon collègue ne le fait pas et ça marche bien comme cela depuis 3 saisons. Au près pour avoir essayé le bateau avec 25 - 28nds, cela va très bien à 35° du vent apparent, pilote en mode régulateur d’allure, sur une mer relativement plate (vent de terre). Le noeud de chaise est au niveau du hauban pour situer.

Au niveau surface, avec 40nds apparent et 2 ris dans la gv (version sloop et non ketch), le bateau était bien toilé au reaching et il ne fallait pas plus de vent... mais il y a encore le 3ème ris, le Tourmentin etc. Puis la fuite...

27 jan. 2019

Merci à tous pour vos conseils.
Le travail à faire sur le gréement me semble un peu plus clair,
On ne mettra de toute façon pas tous le monde d'accord,
Il n'y a sans doute pas une configuration parfaite.
Je reviendrai vers vous pour d'autre sujet concernant mon projet et la préparation du voilier.
La fabrication d'une capote rigide pour protéger le cockpit et éventuellement une timonerie intérieure...

27 jan. 2019

Bonsoir
Il est peut-être possible d'alléger le gréement avant en adoptant un stockeur pour le solent ou la trinquette.

27 jan. 2019

le hood mk2 est plus lesté de 300kgs que le mk1
il y a un triangle en fonte devant le puit de dérive dans la quille .

le moteur est plus haut car monté à l'envers avec un v drive
et l'hélice est donc plus haute et un peu plus en arrière ce qui ne facilite pas les manoeuvres de port .
quand à la plaque en inox qui ferme le puit de dérive ,il faut la percer tarauder et mettre une anode ,ça protège les soudures .

le génois fait 63m2 et la gv 37 un peu plus grands que sur le mk1 d'ailleurs il y a 2 étages de barres de flèches .

l'étai largable peut être repris sur la cloison du puits à chaine
avec une équerre et une contre plaque dans la cabine avant .

sur le mien il n'y avait pas de bastaques je n'en ai jamais vu la nécessité ,quand au gréement dormant c'est du 10mm ce qui est largement suffisant .

j'ai aussi déplacé le rail d'écoute de gv et monté sur le roof

découpé le tableau arrière ce qui est devenu un coffre pour la survie et une fois ouvert une jolie plateforme de bain avec une échelle télescopique de 4 marches .

par contre il faudrait revoir les aérateurs du carré qui dans le très mauvais temps laissent rentre l'eau ,je mettais des bouchons en liège rentrés à coup de poing et la pression de l'eau les faisait sauter .

je n'ai jamais eu peur de chavirer ou de sancir dérive relevée
à la cape tribord avec un tmt sur l'étai largable et la barre à bloc sur tribord le voilier étalait très bien la très grosse houle ,
nous avons étés plusieurs fois poussés pas des déferlantes
en dérapant sur le coté et finalement elles passaient en dessous ,j'avait peur de reculer dans le cotes ce qui aurait transmis des efforts énormes sur le safran ,mais la mèche fait quand même 60mm avec un crapaudine ,c'est du solide .

j'ai vendu ce voilier en 2005 et je le regrette encore ,bien que mon cat boat me convienne parfaitement ..

par contre il faut revoir certains points ,que je peux t'indiquer si tu en a besoin ..

alain

bonsoir Alain
je suis preneur églament pour ces conseils

merci

27 jan. 2019

Bonsoir Alain,
Oui je serai très intéressé par ton expérience et tes conseils concernant ce bateau.
J'espère pouvoir dire que je suis le propriétaire d'un hood le week-end prochain...
Je te tiendrai au courant.
Bien cordialement
Xabi

27 jan. 2019

J'ai signé Xabi (Pedro c'est mon surnom, mais c'est bien la même personne) ????

27 jan. 2019

En tout cas, je ne regrette pas de mettre lancer sur le forum.
Je le consultais régulièrement sans jamais participer.
Je remercie encore une fois tous le monde pour vos conseils.
J'ai appris plein de choses.

27 jan. 2019

Rapprocher la barre d'écoute de GV du mât a pour conséquence d'augmenter les efforts perpendiculaire à la bôme.
À vérifier qu'elle puisse supporter cette augmentation de contraintes.

28 jan. 2019

on ne la rapproche pas beaucoup ,par contre juste devant la descente ,d'une part c'est pas bon pour les tibias et au virement de bord il ne faut pas sortir la tête de la descente à ce moment là..

je suis passé d'un palan simple a un système avec triangulation
soit quatre brins ,qui était très éfficace .

d'ailleurs la bôme n'est pas très longue .
alain

01 mar. 2022

elle est très courte ...

la bôme supporte bien l'effort imposé par un rail sur le roof
par contre il faut vérifier le vît de mulet surtout si comme sur mon bateau l'ancien propriétaire avait mis un axe dont le filetage portait sur la fonte d'alu ...
Changé cette année par précaution

28 jan. 2019

j'ai monté le rail sur un tube de 40mm cintré aux deux bouts avec des platines et contre plaques en dessous d'environ 1.2 de long ,avec des renvois du chariot qui passaient sous la capote avec des bloqueurs .

j'ai fait ça en 2000 et le voilier navigue toujours comme ça
du coté de montpellier.

alain

28 jan. 2019

Alain
Tu peux faire un schéma de ton montage ou une photo ?
Je suis intéressé.
B

28 jan. 2019

j'ai utilisé un tube pour passer au dessus du cache du panneau coulissant de la descente mais c'est sur le mk2
le mk1 même avec une deuxième descente rapportée ce n'est pas possible
ou bien il faut condamner la descente principale qui ressemble plus a un puits .
perso je n'achèterais pas ,à chaque fois c'est descente à la cave ..

alain

01 fév. 2019

oui mais l'équipier à la barre est un peu isolé ..
et la descente c'est presque la via ferrata ..
j'ai navigué sur les 2 le mk2 est plus véloce
sur une transat j'ai compté le nombre de fois que je suis monté et descendu sur 24h ,
72 X1.5m=108m
à l'arrivée j'ai du escalader le mont blanc .
alain

28 jan. 2019

c'est perso
j'adore le MK1 avec son coté cocon
par mauvais temps, à l'intérieur, on oublie tout

28 jan. 201916 juin 2020

on voit sur cette photo un bout du support de barre d'écoute installé par Wauquiez

18 août 2020

la mienne je l'avais confectionnée dans du tube et 2 coudes de 90 soudés de 40mm épaisseur 1.5 avec platines à chaque bout
boulonnée au travers du pont avec des contreplaques à l'intérieur .
dessus j'ai fixé un rail goiot de 32 mm avec chariot a 8 galets il y a 20 ans et le voilier navigue toujours ,sans moi malheureusement .
alain

28 jan. 2019

xabichou: "Par les trois caps, t'es pas cap" est un remarquable livre de mer écrit par mon ami André Gentil qui a réalisé un tour du monde avec une escale sur un Romanée.

Je peux te mettre en contact téléphonique avec lui.

31 jan. 2019

Bonjour viking,
Oui je connais ce livre, j'avais beaucoup aimé.
Ce serai génial de pouvoir rencontrer où discuter avec André Gentil.
J'ai vu un interview de lui sur utube et j'ai ensuite compris que c'était lui qui avait écrit ce bouquin.
Je te recontacterai rapidement, j'espère que je serai propriétaire d'un hood ce week-end...
Cordialement
Xabi

28 jan. 2019

Plusieurs contributeurs suggèrent de remplacer le gréement dormant par du plus gros. Je déconseille.

Les diamètres des différents éléments du gréement dormant sont calculés pour résister aux plus gros efforts susceptibles de se produire en navigation ‘normale’. Par exemple un empannage sauvage sous spi. Ou un vent largement supérieur à ce qui est prévu pour la toile portée. Par exemple 50 nds avec GV et génois à 100%. Augmenter les diamètres du gréement dormant n’ajoute donc rien en terme de solidité. Ça va juste ajouter du poids dans les hauts, ce qui n’est absolument pas souhaitable.

Si l'idée est d’arriver à ce que le gréement dormant puisse résister à un chavirage, ça me paraît totalement illusoire. Rien sur le bateau n’est calculé pour résister à un chavirage. Ni le mât, ni les cadènes, ni les voiles, ni le courant, et le dormant pas non plus bien entendu. Je ne suis même pas sûr que les architectes savent quelles sont les forces qui entrent en jeu lors d’un chavirage pour un bateau de cette taille. Si vous augmentez donc juste la résistance du dormant, un chavirage pourrait vous réserver des surprises bien pires que juste la perte du mât. Par exemple que les cadènes s’arrachent de la coque.

À mon sens, il faut accepter que l’on ne peut pas ‘éliminer’ ou même plus ou moins gérer tous les risques sur ce genre de nav.

29 jan. 2019

+1
Des gréements de 15m avec du 10mm en latéral sur une coque même bien lesté de 3m60 de large, c'est du balèze!
Un ginfizz qui ne doit pas être beaucoup moins raide, car GTE et plus large est en 8mm (sauf étai)

du 8mm: 5,2t de résistance et 32kg/100m
du 10mm: 7,9t de résistance et 51kg/100m (et 14€/m)
du 12mm: 11t de résistance et 73kg/100m (et 20€/m)

En dyform 10mm: 9,7t de résistance et 54kg/100m (et 32€/m!!!)

Sur un hood, on doit dépasser les 100m, hors second étai et bastaques, je vous laisse calculer le budget et le poids de chaque solution.

Du dyform de 10 est sans doute la solution la plus performante dans tous les domaines, avec bastaques textiles et 2nd étais en 8mm. de toute façon si le bateau chavire, le bateau dématera avec 80% de chance, et ce sera sur un point faible: sertissage, point d'ancrage sur le mat... voir le knock down de VDH: c'est bien le tube qui a été le point faible. Donc à moins de changer ton profil de mat pour un plus solide/moins fatigué... point de salut.

30 jan. 2019

bjr,
normalement un étai largable doit être d'un diamètre inférieur à l'étai principal .sur le hood j'avais du 8mm et un croc acmo
d'une part parce qu'il est plus court donc son allongement doit être supérieur et aussi une question de poids .
alain

Mon deuxième étai monte pratiquement au capelage et j'ai choisi du 10 pour que très éventuellement le mât soit bien tenu en cas de rupture de l'etai principal, ce qui n'est pas si rare ...

31 jan. 2019

cedric Il est possible aussi dans cette perspective de renforcer les inserts. Et Platines et leur fixations, ou axes sur le mat s'il le faut. Ce n'est pas tout ou rien.
C'est ce qui est le plus dur à comprendre, est une forme de cohérence. Face à des efforts multiples a plusieurs niveaux. Grossir le pieux entraînera d'autres problèmes de poids et compression, d'inertie et d'augmentation nécessaire de haubanage que les cadènes ne sont pas prévues pour accepter. Et au dela la structure.
Tu peux améliorer ton gréement par petites touches . Sur ces bateaux c'est déjà hyper costaud , je pense qu'une remise à neuf de l'existant du sol au plafond serait mon option pour le programme cité, sans rien changer de fondamental à priori. Si ajout d'un bas étai, faire comme les autres fabrications déjà en place.
On ne sera de toute façon jamais à l'abri, encore moins si on fait les choses pour se rassurer uniquement, ce qui est compréhensible mais parfois à contre emploi.
Déja checker l'ensemble et le mettre au plus neuf . il y a de quoi faire .

28 jan. 2019

@Numawan,

tu devrais demander à J Poncet et G Janichon ce qu' ils en pense!

Gorlann

29 jan. 2019

gorlann les "Damien" n'avaient pas un bateau en plastique, je pense que ça compte.

Pourquoi pire ?

30 jan. 2019

Au sujet du bois moulé, David Réard:

"Mécaniquement on approche la perfection, esthétiquement aussi, malheureusement la mise en oeuvre est vraiment longue et demande beaucoup de rigueur. A réserver aux amoureux du bois moderne performant.

La fragilité aux impacts commune au CP époxy se corrige de la même manière, à savoir une stratification extérieure."

Le bois moulé connais des problèmes importants de vieillissement en particulier quand il y a des plis en bois moulé mais est particulièrement performant en bon état
Je crois que Grand Louis etait en bois moulé

29 jan. 2019

Pire, Damien était en bois moulé...

30 jan. 2019

Pour l'effet sur le gréement, il n'y en a pas. Mais compte tebnu du nombre restreint de voiliers construits en bois moulé, les avaries de structures et de voies d'eau ont été nombreuses.

31 jan. 2019

Kriter aussi ? Me semble-t-il

rectificatif :
au lieu de "en particulier quand il y a des plis en bois moulé"

lire :"en particulier quand il y a des plis en OKOUME"

29 jan. 2019

Et comme tu es de Bordeaux, il te suffit d'aller au milieu du Golfe de Gascogne, en suivant bien la météo et il paraît que tu retrouveras les mêmes mers qu'au Cap Horn, sans la longue route pour y aller. Parole de VDH, moi, je peux pas dire, je navigue que par beau temps.

30 jan. 2019

Je ne connais pas le Hood, mais si le gréement est de la même trempe que les autres wauquiez de l'époque, je en pense pas qu'il soit nécessaire d'augmenter le diamètres du haubanage.

31 jan. 2019

sur le hood ,c'est du 10 partout .sauf les bas haubans
gal et intermédiaires sont repris directement sur les cadènes
et quand on voit les renforts intérieurs repris sur les cloisons
ça rassure ,je suis persuadé que l'on doit pouvoir le lever
rien qu'en se prenant dessus .

le mien au peson faisait 14t en charge tous pleins faits
je l'ai souvent posé sur la quille elle ne m'a pas semblé s'enfoncer d'un mm.

quand j'ai posé le nouveau loch le passe coque n'était pas assez long et ne dépassait pas de l'autre coté pour mettre l'écrou donc 7cm d'épaisseur à l'avant ,
chambrage avec une cloche de 10 sur 30mm d'épaisseur
et strat ..avant de visser l'ecrou .

un peu plus en arrière c'est 60cm puisque le lest est intégré
et straté par dessus

on peut piler du corail

alain

"on peut piler du corail"

mécaniquement oui, mais c'est une enveloppe en polyester autour d'un lest en fonte, un très gros choc pourrait laisser s'infiltrer de l'eau vers la fonte.
Le bateau serait mécaniquement indemne mais il y aurait urgence à restratifier la partie écorchée.

31 jan. 2019

en dessous ça fait 10cm de chaque coté du puits de dérive .

mon acheteur c'est pris un tombeau immergé dans une anse en turquie qui il est rentré et que l'on a levé le bato l'angle en pierre avait creuse sur le coté sur au moins 7cm sans traverser .
c'est moi qui ai meulé pour trouver de la strat sèche qui suis passé au travers ,j'ai trouvé de la mousse polyurethane qui bloque la fonte du lest qui n'était pas rouillée et bien peinte en noir avec un genre de bitume .
j'ai rebouché tout ça comme il faut ..

alain

intéressant de savoir comment est fichu le lest dans la strat, merci

18 août 2020

A t on des nouvelles de Xabichou et son super projet en Hood 38?

18 août 2020

Bonjour à tous,
Je suis heureux de voir que le fil reprend...
Voici quelques nouvelles.
J'ai acheté mon hood à Cannes en février l'année dernière.
Je l'ai convoyé et mis à sec à gruissan.
La carene à subi un aerogomage et ensuite j'y ai passé 3 couche de vctar.
Le moteur a également été révisé et j'ai changé les silentblocks et réaligne l'arbre.
J'ai ramené le bateau en passant par les baleares le Maroc et une belle navigation au près de tanger jusqu'en Galice,puis Bordeaux.
En Février j'ai amené mon bateau à port Bourgenay en Vendée pour le mettre à sec et attaquer la tranche de travaux suivant.
J'ai conservé le mat mais remplacé tout le gréement dormant.
Installer un 2eme enrouleur pour une trinquette et des bastaques.
J'ai rénové le pont en teck,changer les hublots et les panneaux de ponts avec du plexi de 12mm.
J'ai rajouté de winch de plus .
Renove et renforcé les planchers intérieurs et refait une salle de bain et la cloison de celle ci.
Je suis en train de terminé le circuit d'eau et l'installation de la nouvelle électronique.
Le bateau sera relaté et mis à l'eau lundi 24 août.
Je vais ensuite prendre 2 semaine pour naviguer avant de le ramener chez moi à Bordeaux pour enfin pouvoir habiter dessus et me remettre à travailler pour financer la suite.
Cet hiver je vais refaire l'aménagement intérieur et l'électricité.
Le bateau sera prêt pour une belle nav vers l'écosse et l'Islande l'an prochain.
Le prochain poste de travail sera une capote rigide qui engloberait les 2 descentes, un regulateur d'allure Hydrovane et la fabrication cet hiver j'espère de 2 voiles d'avant.
Le projet vers l'amérique latine et Le Cap de bonne espérance en objectif pour dans 2 ans si tout ce passe bien...
Voilà quelques nouvelles.
Amicalement à tous les gens du forum
Xabi

22 août 2020

Je crois reconnaître "Oliane" qui a un moteur plus puissant Perkins 65 cv, j'ai eu 15 ans un MKI qui ne m'a jamais déçu, avec un passage dans la grosse mer des plus sécurisant, que ce soit au près ou il écrase sans taper et au portant ou il monte bien les déferlantes passant dessous seul point faible l'isolement relatif du barreur de son écoule de GV
Perso n'étant pas amateur de trop longues traversées j'ai préféré conserver une vraie cabine arrière confortable
La valeur des coques Wauquiez de cette époque n'était que rarement égalée tant pour sa qualité que pour ses épaisseurs ne parlons pas des boiseries après 30 ans elle étaient encore comme neuves de même que leurs cohésion avec la coque pourtant il avait pas mal navigué
En vous souhaitant bon vent

19 août 2020

Bonjour Xabi,
Sympa de nous tenir informés. Tu as fait un sacré boulot et ton projet prend sérieusement tournure.
Comment te sens tu sur ton Hood? Est il a la hauteur de tes espérances?
Ce sera intéressant de voir ton projet de capote rigide.
Bon courage
Gerard

21 août 2020

ce sont vr&aiment de belles unités de grande qualité ,ça ne vieillit pas ,
le mien a encore fait un tour de l'atlantique avec son nouveau propriètaire
je crois s qu'il en est à 4 depuis 2000 ,plus toute la med jusqu'à chypre ,croatie y compris .avant il était aux caymans .
ce sont des batos de voyage .
alain

22 août 2020

voila la modif que j'ai faite au mien en 2000 ,dedans la survie l'echelle de bains ,la douche froide et chaude ,en plus plateforme de bains ,et fermé on ne voit plus rien
alain

22 août 2020

Superbe, astucieux, pratique, elegant...
C’est ce qu’il faudrait. Mais probablement pas mal de $$$$$!

Gerard

22 août 2020

non deux semaines de travail à flot le cul à quai
quand mes voisins m'ont vu découper le cul à la tronçonneuse ,ça à fait le tour du port .
ils sont tous venus me voir
par contre ,il a fallu couper l'étai pour faire une patte d'oie et faire les renforts pour les prises de cadénes dans les angles ,modifier l'échappement et l'ancrage du vérin du pilote ainsi que le capteur d'angle de barre , la sortie des pompes de cale manuelle et électrique ,
par contre j'ai mis une trappe au fond qui donne accès directement aux batteries et au PE de la mêche de safran .
ce que l'on ne voit pas c'est l'échelle télescopique qui est sur la plateforme et se déplie en 4 marches sous l'eau .très pratique quand on remonte avec un bloc de 15l sur le dos .
tout est en cp basique gavé d'époxy monté en congés avec des étagères intérieures qui servent de raidisseurs de chaque cote des cloison de la caisse .
le fond est latté teck
alain

23 août 2020

j'espère que vous avez corrigé ,c'est le pataras que j'ai coupé pour faire une patte d'oie
alain

22 août 2020

“ quand mes voisins m'ont vu découper le cul à la tronçonneuse,ça à fait le tour du port . ils sont tous venus me voir ”

Tu parles que tous les gars du village étaient là... ça vaut largement “Margot qui donnait la gougoutte à son chat!”

C’était sur quel port, déjà?

Gerard

23 août 202023 août 2020

port miramar la londe les maures ,c'était il y a 20ans
d'ailleurs couper le pataras et faire une patte d'oie ,c'est très bien ça évite de l'avoir dans le dos quand on est à la barre et ça facilite le passage sur l'arrière
j'ai coupé et mis un embout manuel avec deux lattes ridoir et un réa sur un axe ,j'ai gardé le ridoir à volant mis sur un coté ,la patte d'oie est en câble multibrins extra souple de 8mm le patars c'est du 10 monotoron
alain

23 août 2020

Oui, pour la patte d’oie sur le pataras, je pense que c’est clair. Par contre, dans mon cas, le mat de l’éolienne est mal placé, la Fleming prend toute la place, en plus il y a un autre mat avec palan... Tout ça fait un sacré bordel... à réorganiser.

Port Miramar, il y à vingt ans. Ça rappelle des souvenirs. Je n’étais pas loin de toi. L’été 2000, mon Pretorien était amarré au Port d’Hyeres, en face de Russo, et se préparait doucement pour sa ballade en Floride.

Où en est ce projet ?

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Météo idéale pour un mouillage à l'île de Sein

Souvenir d'été

  • 4.5 (135)

Météo idéale pour un mouillage à l'île de Sein

novembre 2021