grand pavois

Depuis quelques années je n'étais pas revenu au grand pavois,par déception du contenu surement, pour les vingt ans du "village bois" je me suis dit que ce serai surement une bonne occasion de voir (peut-être)des bateaux sympas !
Fatale erreur,c'est encore pire qu'il y a cinq ans,le pseudo "village bois" ne ressembler a rien.Les bateaux exposer a sec sont ou au mieux coque polyester superstructures bois ( gazelles, cornish etc...) ou alors carrément une contre publicité pour les formes modernes du bois dans la construction navale, je pense a un bateau en particulier un coupage de Doris et de je ne sais quoi avec des finitions minable :trou de vis bouché a la résine époxy blanche sans la moindre adjonction de colorant sur des bancs en bois rouge, exit les bouchons en bois...J'en passe la liste est trop longue.Aucun bateau en strip/plankinq ou cp époxy digne de ce nom.
La chaloupe de L'Hermione en expo/contruction(aucun intérêt commercial).Un bric a brac total !Heureusement a flot un tout petit peut de plaisir sur deux trois bateaux d'archi: Vivier père et fils,les Bahamas POINTS .
Je possède un bateau en bois latté époxy,sipo,chêne,pin d'Orégon,bronze et pense que les formes modernes du bois ont de l'avenir surtout a une époque ou l'on parle de développement durable,par malheur dans les fait il n'en ai rien,dommage.

L'équipage
07 oct. 2009
07 oct. 2009

trop cher

en main d'œuvre?

les quelques chantiers qui ne font que du bois ont quelques soucis à vendre leurs bijoux :-(

c'est dommage , mais c'est comme ça :-(

07 oct. 2009

Il y a mais

la crise est passée par là et les petits chantiers n'exposent pas par manque de moyens :-(

07 oct. 2009

CRISE ?

ce n'est pas la crise qui empêche de faire un trait de scie droit,un joint congé bien lissé,et au final du boulot réussi !

07 oct. 2009

ça

c'est un autre debat....

les chantiers qui font du bon boulot n'ont plus assez de marge pour vivre :-(

bientot tous chinois

07 oct. 2009

Plus ancien que

la crise le problème ... de qualité du travail ...

Je ne sais pas comment c'est dans le nautisme ... mais dans mon secteur, à force de se faire rogner son salaire et ses perspectives d'évolutions ... l'ouvrier moyen a rendu les armes ...

On a beau aimer le travail bien fait, on bosse avant tout pour gagner sa croûte, voire sa maigre pitance pour certain ...

Alors, à force de ne pas pouvoir améliorer, ni même d'en avoir l'espoir, sa condition de vie, le bon petit gars, commence par ne plus faire que le minimum ... puis à s'en foutre totalement ...

07 oct. 2009

pourquoi ?

Pourquoi si peu de petits chantiers au GP ?

_celà coute très , très cher en emplacement .
_celà attire beaucoup de curieux , mais ce sont les acheteurs qui font vivre ces chantiers ...
_les clients de ce genre de bateaux ne vont pas forcement au GP

_La question est : Si il avait eu un exposant bateau bois "digne de ce nom" ...Aurais-tu acheté ce bateau ?

La crise n 'empêche pas de scier droit , mais empêche d' embaucher celui qui scie droit, parcequ' il y a un manque de client pour acheter un bateau qui a benficié d' un si beau coup de scie !
les scieurs de scient plus , c' est très sciant ...

:-D

07 oct. 2009

à force de faire du social (heu pardon, des charges sociales)

on n'a plus de monnaie pour payer correctement un bon ouvrier ou artisan.

c'est le comble qui nous pendait au nez, on en crève du social.

07 oct. 2009

Pas sur...

J'ai comme l'impression que les " bons " charpentiers/ébénistes se font de plus en plus rares...

En parlant de l'Hermione, il y avait un " sculteur " sur bois Allemand, qui gravait la plaque de poupe avec le nom du bateau...

Peut être aussi que les clients ( Français ) boudent le bois, vu le travail nécéssaire a l'entrentien d'un tel bateau.

07 oct. 2009

du calme !

Etant moi même artisan (dans un autre domaine l'automobile)je connais trés bien les difficultés actuelle en matière économique.Ce n'est pas pour autant que l'on doit ou baisser les bras ou faire un travail qui ne ressemble a rien.En ce moment dans mon atelier je restaure entre autre une Jaguar mk2 de 1962 et je me vois mal expliquer a mon client que vu la conjoncture du moment bla bla bla ...le résultat final de notre travail sera ce qu'il sera !
Est ce que j'aurai acheter un bateau exposer, pourquoi pas encore aurait il fallu y trouver un coup de coeur la le portefeuille familial n'etait pas en danger,loin de la ...Je préfère garder le mien qui lui pour le coup est une vrai histoire de coeur.
J'en veux au responsable du grand pavois, effectivement d'avoir des stand surement trop cher pour les petits artisan,mais surtout d'accepter sur leurs "chers" stands les choses que j'y ai vu,et qui font je me répète une contre publicité énorme a ce matériaux "moderne".
ps:un trawler de 18 m sur plan Lombard était a quai prés pour une transat comme quoi...
Bon allez, vive le plastic ! ! ! !

07 oct. 2009

c'est pourtant pas la main d'oeuvre qui manque

mais ça coûte moins cher de l'entretenir à ne rien faire que de la faire travailler.

07 oct. 2009

il est aussi

plus facile de dire des conneries que de reflechir ;-)

07 oct. 2009

Un bilan économique...

La construction bois ne permet pas la grande série, gage de prix de revient moindre pour une même taille de bateau. Par son caractère artisanale, elle nécessite de nombreuses heures de travail.
La conséquence est qu'un bateau de construction traditionnelle a un prix de revient très élevé dépasse la capacité d'achat du marché. A cela, il faut ajouter un coût d'entretien élevé er beaucoup de travail.

Ce qui m'a frappé dans le domaine de ces bateaux construits pratiquement à l'unité est leur laideur. Certains ressemblaient à un bricolage plus ou moins maladroit et un dessin infantile.

Les emplacements coûtent cher. Ce n'est certainement pas une politique délibérée des organisateurs qui ont tout simplement besoin d'équilibrer leur budget. En dehors de la publicité, c'est la recette essentielle. Il n'y a pas de miracle.

Un exposant espère obtenir des commandes ou se faire connaitre dans l'espoir de commandes ultérieures. Certains bateaux exposés ne risquent certainement pas de faire exploser le marché et leurs constructeurs fantasment s'ils espèrent vendre de telles horreurs.

Pour les entreprises, finalement, c'est un bilan économique qui s'impose.

Dans un autre domaine que je connais, les constructeurs informatiques, c'était un must d'exposer au SICOB. Finalement, l'investissement était tellement important pour un résultat économique nul que nous avons cessé d'y aller et le SICOB est mort.

09 oct. 2009

-

Pour ce qui pense que les formes modernes du bois en contructions navale sont trop ...ou pas assez... !

09 oct. 2009

la couleur ne l'aide pas

mais c'est pas si mal que ça

11 oct. 200916 juin 2020

Et celui là

t'en pense quoi? ( 12m 2x85ch 3 cabines) etc...

09 oct. 2009

Je l'ai vu

et le trouve très laid... ( celà n'engage que moi )

Et pourtant, j'apprécie pas mal les dessins de M.Lombard

09 oct. 2009

Vu de près

en vrai, ça ressemble a un Tank... :tesur:

Autant y'a des trawlers que je trouve " sympa " ( faut le dire vite :jelaferme: ) autant celui là ne m'accroche pas du tout.

Mais comme je dis plus haut, cet avis n'engage que moi :-)

09 oct. 2009

-

c'est vrai que pour la couleur ...par contre je l'ai aussi vu au grand pavois et il est au moins la preuve sur l'eau, et non pas un fantasme d'archi, que ce matériaux permet de sortir des bateaux de caractère ( pas courant en ce moment)aprés on aime ou pas le look,la c'est trés subjectif moi je trouve l'ensemble cohérent et au final plutot pas mal .

10 oct. 2009

Chantier Hervé à la Rochelle.

Il est vrai que le résultat n'est pas terrible et peut-être que les couleurs y sont pour quelque chose.
En attendant c'est la conjugaison d'un boulot qui a mêlé tradition et nouvelles technologies puisque tous les éléments ont été découpés en numérique chez MCN à Perpignan.
C'est également ce chantier qui a fabriqué le moule de l'Amel 64 en cours de construction.

Fernand Hervé est une des figures du nautisme rochelais avec Mallard, Vernazza, Chassaigne, Menu, Dufour, qui travaillaient aussi pour la pêche...

Anecdote: Fernand Hervé s'était construit une bête de course l'Eloise II (qui a fêté ses 50 ans en 2007) mais il avait également construit le Marie-Christine III pour son principal concurrent l'armateur de pêche Jean-Claude Menu. Du coup il était sûr de gagner chaque course soit comme régatier avec Eloise II, soit comme architecte et constructeur quand Menu terminait en tête.

C'est un peu grâce à eux que la première semaine internationale de la voile a été créée en 64 à LR, puis le port des Minimes en 72 et le premier Grand Pavois en 73.

A lire: "Il était une fois, La Rochelle" sorti en 2004 aux éditions Rupella.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Les Cabanes de Fleury : l'orage est à terre

Après la pluie...

  • 4.5 (39)

Les Cabanes de Fleury : l'orage est à terre

mars 2021