F. Gabart sur la 2 ce soir

F. Gabart fait l'objet d'un reportage dans l'émission Envoyé spécial d'Elise Lucet ce soir sur la 2eme chaîne.

L'équipage
21 déc. 2017
21 déc. 2017

c'est avant ou après diner ??????
alain :reflechi:

le pauvre ! il va être plus crevé qu'à naviguer !

21 déc. 2017

sponsoring oblige ..... pitoyable !!

21 déc. 2017

bravo de l exploit , mais je serai curieux de connaitre le cout de son tdm a d onf ?

21 déc. 2017

Dans tous les cas ce n'est pas le prix des ports qui aura tué le budget.
Gilles

21 déc. 201721 déc. 2017

Il est revenu avec un tour de biceps conséquent et des jambes un peu maigrichonnes. Il aurait déclaré : La prochaine fois, je le fais en pédalo !

21 déc. 2017

Chapeau. Un véritable exploit technique et humain.
Je ne le manquerai pas, merci Philippe.

CaptainRV

22 déc. 2017

J'aurais aimé l'entendre un peu plus , plutôt que de regarder pour la éunième fois les vidéos. Lucette a préféré meubler son émission. En attendant, pour répondre à un autre post, on a jamais vu un extraterrestre pleurer. :heu:

22 déc. 2017

On n'a jamais vu un extraterrestre ..... tout cours.
Gilles

22 déc. 2017

Ou alors ils sont bien déguisés :mdr:

22 déc. 2017

c'est pour cela qu'on n'en voit jamais.

22 déc. 2017

Je viens de regarder l'émission car je l'avais enregistré.
Je ne peux me permettre de critiquer l'un ou l'autre des intervenants, le coût de l'un ou l'autre des exploits car j'ai essayé de regarder ça en positivant et en mettant de côté une caractéristique assez française.
Ça ne m’empêche pas de penser mais les côtés humains des deux exploits se ressemblent étrangement, les dangers aussi.

22 déc. 2017

C'est sûr. Cela m'aurait intéressé d' entendre ces 2 héros sur le sujet, qui a d'ailleurs été abordé.Je suis certain, qu'avec leur sensibilité, ils auraient eu beaucoup à nous dire. Comme cela a été fait pour le dernier volet passionnant sur les bénévoles des secours en mer des migrants embarqués sur l'Aquarius. Belle leçon d'humanité et de courage dans ce milieu qui nous est si cher et si cruel.

22 déc. 2017

Je vois si je peux extraire la partie concernant Gabart et Pesquet, mais elle fait tout de même 2,1Go, sinon, ce sera l'ensemble... 4,2Go à télécharger.

22 déc. 2017

Personnellement le discours convenu, politiquement correct sur la planète fragile, le réchauffement climatique etc...me gonffle.
Les bateaux de course (comme les notres d'ailleurs) n'ont rien d'ecolo (matieres plastiques, batteries, moteur diesel pour produire l'energie...)
Je parle pas de la fusée qui a envoyé Pesquet sur l'ISS (ca doit dégager pas mal de Co2, et toutes les saloperies et débris qui orbitent autour de la terre)
Meme si ça a du changer (et encore on est pas la pour voir) les anciennes générations de coureur au large balançaient allegrement toutes leurs ordures et déchets par dessus bord)

23 déc. 2017

C'est peut etre convenu et politiquement correct parce que c'est devenu une évidence pour (presque) tout le monde et heureusement.
Et je ne doute pas de leur sincerité.
Moi ce qui m'énerve ce sont les grandes surfaces type Intermarché ou Leclerc ou..... qui viennent te balancer leur petite leçon d'écologie à l'intérieur de leur message publicitaire.Là on nous vraiment pour des cons !

:-D

22 déc. 201722 déc. 2017

www.france.tv[...]17.html
.
à partir de 36'00
:-)

23 déc. 2017

Cool Flora, même si c'est de moins bonne qualité, sympa ! Je ne savais pas qu'il y avait un "Replay". Parfois j'en cherche et ne trouve pas.

25 déc. 2017

Comme d'habitude, les médias qui adorent la pensée simple et souvent magique ramènent ce record à un exploit humain. A celui d'un extra terrestre. Sans doute mais pas seulement.
Il y a dans cette performance plusieurs facteurs qui ont été poussés à leur limites et qui pour l'essentiel expliquent ce résultat. Ils font partie des secrets de fabrication d'un record.
1- Le bateau n'a pas cassé. Malgré les forces énormes qui s'exercent notamment sur les foils et le gréement tout a tenu. C'est la victoire des nouveaux matériaux.
2 – Le bateau est allé plus vite que ses prédécesseurs parce qu'il est plus léger à puissance égale. Là encore c'est la technologie de mise en œuvre des nouveaux matériaux qui permet de faire évoluer le dessin des coques et des appendices
3 – Le bateau peut se passer de l'énergie humaine pour se piloter. La barre, les capteurs de tensions et d'assiette, les instruments de navigation sont alimentés grâce à une production d'énergie, en partie renouvelable, considérable. La seule contribution humaine au bilan énergétique global s'exerce sur les winchs.
4- Le bateau va plus vite que le déplacement des phénomènes météo. La puissance des moyens de calcul à terre, la transmission de données par satellite lui permettent de décider sans erreur de ses options de cap et de vitesse par rapport au vent et d'éviter ainsi des conditions extrêmes ou à haut risque.
5- La force et la résistance physique de l'homme sont des facteurs moins décisifs qu'ils ne le furent (à comparer par exemple avec la victoire de Tabarly sur Pen duick VI). La route est exclusivement tenue par le pilote, la stabilité du bateau est confiée à des capteurs qui relâchent les écoutes pendant les surventes. Le skipper est à l'abri, se déplace peu à l'extérieur, dors en confiance relative. Il est probable aussi que les progrès dans la connaissance de la biochimie du corps ait conduit à des évolutions de son système alimentaire et des compléments qui y sont ajoutés.
Au final, sans homme il n'y aurait pas eu de performance, comme il n'y a pas d'iceberg sans la masse de glace qui se trouve dessous .

25 déc. 2017

J avoue je suis pas écolo du tout , juste un peu attention , mais j ai une voiture thermique , l été j ai la clim dans la voiture et chez moi , je bosse sur un bateau qui bouffe 200 l/h de gas oil etc etc .....

25 déc. 2017

Analyse brillante d autant plus que son Gabarit n est pas celui de joyon, tabarly etc

25 déc. 2017

La seule chose qui m’a interpellé dans ce reportage, c’est la séquence où il se met à pleurer quand son groupe électrogène est en panne. Pensant que la course était terminée pour lui, incapable de mener son bateau sans source d’énergie extérieure.
Ce qui signifie que son bateau n’est pas autosuffisant en énergie. De même, pas de winch électrique.

CaptainRV

25 déc. 2017

Moi aussi. Cette séquence était peut-être la seule séquence qui n'était pas de la com. Cela signifie aussi que ces bateaux ne sont plus seulement dépendant de la force du vent et de l'énergie humaine. Sans électricité il n'aurait sans doute pas pu le ramener seul.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Le Renard, cotre corsaire de St Malo, en 2005

Souvenir d'été

  • 4.5 (81)

Le Renard, cotre corsaire de St Malo, en 2005

novembre 2021