Expérience de la foudre

Bonjour à tous,
Je crois savoir que cet été, les orages et la foudre se sont invités sur les côtés françaises. Je vous fais part de la petite expérience que nous avons eu sur les Perlas au Panama le 27 Juin dernier.
Au mouillage sur l'île de Pedro Gonzales, nous subissons en pleine nuit un énorme orage, pas de vent mais une pluies torrentielle. L'Amirauté dort dans la cabine centrale, je lis dans le carré.
Tous les appareils sont éteints, sauf la liseuse dont je me sert.
Nous sommes éclairés en permanence par les éclairs, tonnerre en permanence, plutôt des déchirement qu'un roulement de tonnerre. Impossible de savoir si c'est loin ou pas.
A 23h30, nous sommes frappés par la foudre. Plus de lumière, toujours le bruit énorme du tonnerre et de la pluie. Les régulateurs de panneaux solaires brûlent, le panneau électrique fume. Je débranche (j'arrache) les connexions des pan.solaires, j'ouvre le panneau électrique et débranche les arrivées.
L'Amirauté m'appelle, bruit de cataracte dans sa cabine. Je pige tout de suite que c'est la sonde passe coque du sondeur. Soulevés la couchette, effectivement, plus de sonde et l'eau rentre à flots. Vite posé une pinoche, et l'équipage peut s'occuper à écoper...
Pendant ce temps, j'évalue les dégâts. Pas d'autre fuite. Bien sur, rien ne fonctionne, j'arrive à brancher une baladeuse, au moins, il y a encore de la batterie.
A 01h30, re-belote, on est de nouveau frappé. Le tableau électrique se remet à fumer.
Le reste de la nuit se passera à finir de pomper et ranger. Le spot de la salle de bain a été projeté contre la boiserie, l'a explosé et expédié la petite étagère à travers la coursive.
Au petit matin, constat des dégâts, on a plus d'appareils. On décide de rentrer sur Panama, le moteur tourne, mais plus de charge.
LES CONSTATS : tout à grillé, petite liste : les panneaux solaires, le Mer-Veille (plus d'antenne, seuls les fils...) l'éolienne, le pilote, la VHF, le GPS, l'autoradio, l'alternateur, le chargeur de quai, les pompes d'eau douce, toutes les ampoules LED, le sondeur, le radar, ... Le tableau électrique est explosé au niveau des inter et fusibles, je retrouve des boutons du sondeur et du radar un peu partout.
Mais, quel bonheur, fonctionnent encore : le frigo (mais le thermostat est HS), le guindeau (mais sans source de charge, inutilisable). Le moteur tourne, mais l'alternateur est mort. Les batteries semblent OK, et le gestionnaire VICTRON 602S fonctionne et m'indique 95%. (?).
Avec le recul : la platine de tête de mat sur laquelle était posée les feux à explosée, déchirée VERS l'intérieur. Mais la foudre à emprunté le câble électrique.
La sonde du sondeur à explosée VERS l'intérieur. J'en déduit qu'un arc venant de la terre (de la mer) a rejoint un arc venant des airs, à l'intérieur du canot´.
En faisant les travaux, le GPS n'a finalement pas souffert. Ce sera le seul appareil qui aura survécu.
Mes conclusions, mais sont-ce les bonnes ? Il n'existe pas de moyen de parer la foudre. Le technicien qui m'a aidé voulait me faire mettre le circuit électrique aux normes américaines, qui selon lui protège totalement les équipements. La semaine dernière, un motor yacht de 100 pieds, aux normes yankee, a été frappé et tout son équipement parti en fumée...
Le GPS qui a survécu était les seul appareil avec fusible sur le plus et le moins.
Du coup, tous les appareils que j'ai remonté ont un fusible au plus et au moins... (?) Deux pan.solaires ont été sauvés, seules les diodes avaient claqué.

Voilà mon expérience, encore beaucoup à dire, notamment sur la protection (paratonnerre, mise à la terre...) mais le sujet est vaste !

Bonnes nav, loin des gros nuages....

L'équipage
04 sept. 2014
04 sept. 201404 sept. 2014

Bonjour,
Expérience pour le moins impressionnante et a priori beaucoup de sang froid.
Et une fin sans trop de gravité.
En ce qui concerne le GPS je pense plutôt au hasard et je doute que une dose plein pot comme tu as eu soit freinée par l'écart d'un cm du fusible.
Un exemple vécu (à terre) la foudre tombe sur une antenne CB sur le toit d'une maison, l'antenne n'est plus branchée, dès lors elle emprunte le circuit électrique pour finaliser son parcours, la canalisation électrique du salon est visible dans le mur du salon (papier peint brulé) le VCR est HS, le décodeur C+ à traversé la pièce et la télé n'avait rien.
Alors la foudre !!!!! c'est pas prévisible.

04 sept. 2014

bonsoir, je vais dire que je compatis mais sans aucun dégât : j'ai subis durant 2h30 des orages dans la baie de Fos dans la nuit du 2 au 3 août. Pas de problème apparent mais je trimbale une panne de recharge batterie que je n'arrive pas à trouver. Ayant fait tout le tour ne ne trouve rien si ce n'est le cadran d'anémomètre et le témoin de batterie de la centrale qui ne donne plus rien. Mais rien d'évident.
Je cherche toujours
Gilles

04 sept. 2014

les cables de lyon vendent un éclateur sous porcelaine qui est sensé absorber la surtension occasionnée par la foudre .
perso sur mon ancien baot j'en avais fabriqué un avec une platine en plexi et deux pointes espacées d'un cm environ d'un coté relié au grement et de l'autre à un boulon de quille
ce qui permet d'isoler le grement de la terre (effet paratonère)
et d'eclater la puissance si il prend la foudre comme une bougie d'allumage .
à qaui au port d'hyères la foudre est tombée sur le voilier voisin et pas sur le mein pourtant mon mat était plus haut que le sien ,
va comprendre
alain

04 sept. 2014

Effectivement, les voies du Seigneur - et celles de la foudre - sont impénétrables...
Mais je pense que les doubles fusibles ont protégé le GPS. Un multimètre, posé sur la table à cartes était HS, alors qu' éteint et non branché.. J'en découvre encore tous les jours, dernier en date, un coupe circuit qui était sur "on", ne coupe plus le circuit. Sur "on" ou "off", le circuit est toujours actif...
D'autre part, je ne crois plus du tout à la protection de la chaine autour du mat, plongée dans l'eau... Dans mon cas, la foudre à frappe la platine de tête de mat, éclatée et retrouvée sur le pont, donc, sur le mat, mais elle a emprunté le câble électrique dans le mat puis tout le circuit. Plus facile pour elle qu'un mat ?
De plus, mon étai est directement relié à une grosse platine inos sur l'avant, où la chaine d'ancre est en plein contact. Inopérant aussi.
Peut être un gros câble électrique, avec tige métallique en tête de mat, isolé du mat et des filières et plongeant dans l'eau avec un disperseur. ? ? ?

08 sept. 2014

« La foudre a emprunté le câble électrique dans le mât »
Isoler et déconnecter le câble électrique reliant les appareils électroniques de tête de mât et le tableau électrique par l’intermédiaire d’un boitier de connexion avec des fiches mâles et des fiches femelles pouvant être physiquement déconnectées aurait-il permis de limiter les conséquences du foudroiement ?
Merci pour le partage de votre expérience.

04 sept. 2014

perso je pense que comme la rouille contre la foudre il n'y a rien à faire ..... si cela doit arriver et bien çà arrive et c'est tout.
Ce n'était pas mon heure !!!
Gilles

04 sept. 2014

On pense toujours au courant de conduction de la foudre, mais il y a aussi les conséquences dues aux courants induits qui sont moins évidentes:
" Induction magnétique : l'impact de foudre est accompagné d'un rayonnement électromagnétique, si ce dernier atteint un conducteur (une ligne électrique par exemple), le flux électromagnétique est générateur de tensions induites élevées".
C'est surement ton cas en partie avec le multimètre éteint qui ne marche plus et peut être d'autres circuits ou appareils.

05 sept. 2014

On pense souvent que la foudre "tombe" du ciel, on parle d'ailleurs "d'impacts", mais le point d'impact est plutôt un point de "contact" et effectivement, elle peut "monter" de la terre vers le ciel tout en "descendant" aussi du ciel.
Une question à SWEY concernant le point d'entrée de ce passe-coque de sonde: tout plastique ou un quelconque élément métallique (hormis le câblage vers le sondeur)?

05 sept. 2014

@Oliv, tout plastique, sonde et passe coque, hormis l'intérieur de la sonde et le câblage bien sur
Comme Pendruig, je pense qu'il n'y a pas de moyen de parer la puissance de la foudre si elle frappe pile sur le bateau : 10 à 20 million de volts, 10 à 20 000 Amp, 30 000° C, 40 000 km/s, épaisseur, 2 à 3 cm... Effectivement, les fusibles...
Il y a eu une étude de l'université de Floride sur 25 ans, en collaboration avec les Garde-cotes et la NOAA. Conclusion de l'étude : sur un bateau, il n'y a rien à faire... Trop de paramètres, solutions de préventions inapplicables... Il doit être possible de retrouver ça sur le net.
Autre dommage collatéral possible : je ne suis pas assuré, alors je m'en fous, mais qu'elle est la couverture des assurances avec la foudre ? En habitation terrestre, il me semble que ce n'est pas couvert...

05 sept. 2014

Merci.
Il y a tout de même quelque chose à creuser de ce coté, car ce n'est pas la première fois que j'entends (ou lis ici, utiliser la recherche avec "Foudre") que ce sont l'un des passes coques qui "fond". Il y a un exemple sur HEO d'un bateau coulé au port (passe coque de loch).
Alors pourquoi un passe-coque, quasi toujours en plastique? jamais (enfin le mot est ptêt fort?) une vanne, pourtant pleine de liquide, quelques fois en Bronze, voir inox pour des aciers...
La présence d'une ligne conductrice interne (câble relié à la centrale, elle même sur le tableau éléctrique) suffirait à amorcer le passage de la foudre?
Je trouve qu'il y a matière là à réfléxion :
- utiliser un "artifice" à "monter" sur un passe coque pour conduire la foudre?
- étanchéisation des passe-coques (voir le fil sur Erendill qui à faillis "couler" par là)
...

05 sept. 2014

Bonjour Yves.
Il m'est arrivé la même mésaventure en octobre 2013 dans le' Détroit de Malacca, en Malaisie: "coup de foudre" sur la tête de mât, toute l'électricité et l'électronique grillés. Grâce à un "copain-bateau" compétent, remise en état du minimum pour naviguer (guindeau, remplacement du chargeur (en stock à bord), la navigationmise en service du 3ème petit ordinateur avec OpenCPN) et, faute de trouver un chantier compétent, remontée jusqu'en Thaïlande pour faire réparer.
Devis: 60 000€ - sans remplacer la BLU ni le Pactor !, et 6 mois d'immoblisation du bateau (ça nous a permis de découvrir le pays).
Assurance: GROUPAMA TOUS RISQUES depuis 10 ans.
-Après 3 jours d'attente, visite d'un expert venu de Singapour
- Après 1 mois, réception du rapport d'expertise/constat
-Après 2 autres mois, réception de la sentence: l'assurance ne rembourse que 10% des matériels ! Entre-temps, nous avions démarrer les réparations, fait faire une expertise du mât et du gréement, etc...
- Après 6 mois, le bateau est opérationnel (galère avec les ouvriers Thaï qui ne comprennent l'anglais que quand ça les arrange - mais toujours avec le sourire), nous pouvons repartir, mais nous continuons nos échanges mails (un dossier de 8cm d'épaisseur !) et téléphoniques avec maintenant HELVETIA, qui a racheté la partie plaisance de GROUPAMA - et maintient les 10%, conformément au "dire d'expert".
- 1 mois plus tard, nous obtenons une contre-expertise, par un "expert" Français basé en Thaïlande - qui, conformément aux régles appliquées en France (valeur d'usage) pour la plaisance, propose de rembourser 45%. Fatigués, nous acceptons...
Donc, rares assurés TOUS RISQUES, vous payez des primes de plus en plus chères...et vous n'êtes assuré qu'à 10% - ou 45% si vous vous bagarrez - l'assurance dictant sa loi.

05 sept. 2014

"qu'elles doivent"

05 sept. 2014

N'est-il pas écrit dans le code des assurances qu'elle doit vous mettre dans la situation d'avant sinistre?

06 sept. 2014

Bonjour "Déha".
NON: en France,elles appliquent un "coefficient de vétusté" variable en fonction des matériels (par exemple, électronique: -10%/an - avec en principe une limite de "valeur d'usage -matériels fonctionnels avant l'incident - , si l'expert est correct.
Si votre électronique a 10 ans, l'assurance est tenue de vous rembourser seulement 10%. En France, les experts ont coutume (le fameux "dire d'expert") de donner une valeur d'usage de 45% si le matériel et le bateau sont bien entretenus.
Dans notre cas, les "10% au dire d'expert" étaient l'application des règles de la marine marchande de Singapour...
Daniel

06 sept. 2014

Swey,
merci beaucoup pour le temoignage
r

07 sept. 2014

Pour les assurances, mon choix est fait. Assuré au tiers et RC personnelle. Point barre. Une cagnotte alimentée chaque mois pour notre auto assurance et notre budget mensuel n'est pas énorme (1200 €/mois). En trois mois, nous finissons de remplacer nos matériels, sauf radar et chargeur de quai que nous n'utilisions pratiquement pas. Un dernier effort en Septembre pour sortir le bateau, retirer la pinoche /sondeur et antifouling. Plus qu'un mauvais souvenir, une mauvaise expérience.

Un petit détail encore, lors de cet orage, tous nos appareils portables (VHF, Iridium, téléphones, PC, tablettes...) ont été éteints et placés dans le four, isolés par un tapis de mousse. Tous ces appareils ont re-fonctionné normalement.
Il semble que la cage de Farraday a été efficace. Ou alors, coup de bol ?

07 sept. 201407 sept. 2014

Oui excellent le four comme cage de Faraday. Très bonne idée !! Merci.

07 sept. 2014

Swey (Yves et Eve) tu pensera à me rendre ma pinoche, on c'est jamais!!! (A prendre au second degré).
Pour revenir a son sujet, la plaque en tête (une photo Yves), arrondi sans trace de brûlure, frappe, fonte rien de rien et la sonde à l'autre bout du bateau, qui 'saute' à l'intérieur!!! Un truc a coulé, pour peu que tu penses à autre chose ou que tu sois angoissé/prostré.

08 sept. 2014

bonjour Swey et chapeau pour le sang froid
as tu ressenti le passage de la foudre, genre électrisation du corps; ça tétanise qques secondes, et ça fout la trouille
troublant que ça soit passé par le sondeur, est ce que l'arbre d'hélice est isolé ?
théoriquement le mat est un bon conducteur, mais si rien ne le relie à l'eau, ça ne passe pas par lui; il devrait être réuni au lest par une tresse, apparemment, c'est la norme aujourd'hui et la surface du lest diffuse bien le courant dans l'eau
mais peut être est ce passé aussi par là, la chaîne d'ancre et l'hélice, mais malheureusement, si l'intensité de foudre était énorme (ça peut monter jusqu'à 100 000A avec une moyenne de 10 à 20000A), tout ne passe pas par le même endroit car les effets de surtension, ohmiques et selfiques dérivent une partie du courant vers les autres circuits; pour casser la sonde de sondeur, il suffit de 1000A le reste est passé ailleurs
comme il a été dit plus haut, et ayant été confronté à ces pb sur terre, je confirme qu'aucun scénario standard en peut être indiqué, totu est affaire d'installation, et misnimiser en donnant un circuit privilégié au max d'énergie ne garantit pas des eddets de bord
pour ma part, qd je quitte le bato, je débranche un max même les alimentations
tu étais au mauvais endroit, et ça on ne peut le prévoir à 100%, surtout en mer
bon courage pour la suite
JL.C

08 sept. 2014

Bonjour.
Et il y a le cas des catamarans, où aucune partie métallique ne touche l'eau ! à part, au mouillage, la chaîne. Je connais le cas d'un grand cata de charter, dans mon secteur, qui a été touché 4 fois dans la saison par la foudre - 4 fois electricité et électronique grillés ! Consolation: aucune victime à bord.
Pour moi, (le bateau était sur ancre) en plus des matériels et câbles grillés, les contacteurs du guindeau s'étaient soudés...et les boulons de fixation du bout dehors en carbone avaient "carbonisé" celui-ci !
Nous étions dans le carré, en train de dîner, et n'avons rien ressenti: juste le fracas de la foudre sur le mât, extinction de l'électricité, odeur de brûlé au tableau électrique et dans le coqueron batteries...
Daniel

08 sept. 2014

je rajoute la mienne, il y a une bonne vingtaine d'année.
Frappés par la foudre en navigation au moteur, le moteur a continue de fonctionner, le support de l'antenne VHF en tête de mât a pris feu et est tombé sur le pont (plus de peur que de mal), radio grillée, le compas de route tournait sur lui même, feux de navigation ok.
Le mât était rélié à la quille par une tresse, le jour après on a vu qu'elle était toute noire.
.
A l'époque rien d' éléctronique donc pas de dégâts de ce coté là :mdr: , en traversée d'une 70aine de milles nous sommes arrivés à une dizaine de milles de là où on voulait aller, bateau guidé un peu "au nez", avec lumière et tout. Pas si mal que ça :coucou:
.
L'histoire de l'electronique portable dans le four, je le fais toujours, sauf envie de pizza à minuit ça ne peut pas faire de mal. La foudre est de loin ma plus grande hantise en mer, sans doute les moments les pires passés sur le bateau.

08 sept. 201416 juin 2020

J'essaie de joindre la photo de la platine de tête de mat. A la place du trou, il y avait le feu de mouillage/feu de route...
Quand la foudre à frappé, les deux fois, pas ressenti de picotements ou autres phénomènes. Il faut dire, qu'avec le fracas, l'extinction des feux et la fumée, tu penses surtout "dégâts" et tu agis sans analyser...
J'ai une quille longue, coque monolithique et lest noyé. Pas de tresse à mettre sur le lest. La sonde du sondeur était le seul appareil électrique avec sortie vers la terre (la mer). J'ai bien peur qu'en étant frappé une autre fois, l'éclair aura du mal à trouver un point de contact entre le "montant"et le "descendant". Ou bien il passera par le mat, étai et chaine d'ancre (au mouillage) ou par le moteur et ligne d'arbre (non isolé).
Des photos lors de mes recherches sur le Net, montrent des bateaux dont la coque à été trouée au niveau de la flottaison, vraisemblablement au niveau le moins épais, en plusieurs endroit. Apparemment, aucune autre sortie possible pour l'un des arcs, sauf à percer la coque pour rejoindre l'autre.
Et en effet, on n'est pas fiers quand l'orage approche, et ici au Panama, c'est tous les jours....

09 sept. 2014

j'étais entrain de pisser, la foudre est tombée sur un arbre à 100m environ (j'étais en Corse en camping), j'ai été tétanisé, ça m'a coupé l'envie, j'ai mis 5mn à me remettre
c'est peut être pour ça que mes barettes mémoire lachent petit à petit... :-p
en mer, j'ai tj eu du pot, c'est tombé à côté
je pense quand même qu'en connectant le mat à l'eau (la chaîne de glénans...) ça doit minimiser les dégats, une bonne tresse conenctée au mat, l'extrémité enroulée pour tremper dans l'eau, tous les paratonnerres fonctionnent comme ça et même s'il y a des dégats, il y en a qd même moins. pâr contre il vaut mieux maintenir une distance entre la tresse et la coque, et la raccorder au hauban principal
JL.C

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...

  • 4.5 (113)

mars 2021