Esquisse du port de demain

Je ne sais pas pourquoi, ça me laisse rêveur et un peu mal à l'aise.
Peut-être une question de génération ?...
www.portsdebretagne.fr[...]ain.pdf

L'équipage
28 avr. 2019
28 avr. 2019

Je ne sais pas pourquoi mais dès que j'entends ou lis les mots "collaboratif", "multifonctions", "schéma fonctionnel" .....
je pars en courant ! :)

En plus, ici, ils attaquent fort avec le concept de "organisation spatiale et humaine des ports de plaisance".
Au secours !

28 avr. 2019

Pourtant, Légisplaisance qui est orfèvre en la matière, qualifie cette étude d'excellente publication.

28 avr. 2019

J'aime bien l'idée des escales thématiques (comme un pass place de port, excursions ou visites à l'escale).
Je n'aime pas du tout la location à quai à cette échelle. Ce qui peut convenir occasionnellement à un plaisancier particulier (qui le reste de l'année peut utiliser son bateau pour faire ce pourquoi il a été conçu, naviguer) n'a rien à voir avec une flotte de bateaux dont l'utilisation exclusive est l'hébergement à quai. Le manque de places à flot est suffisamment criant pour ne pas souffrir de la concurrence de ce commerce.

28 avr. 2019

Document à lire mais cela ne fait pas rêver.

28 avr. 201928 avr. 2019

Chapeau les gars.
Pondre 24 pages de bla-bla de geek sans même une seule fois le mot abri.

Pour moi, un port est avant tout un abri pour des bateaux qui naviguent et devrait être considéré comme tel en priorité.
Le reste, combien de baraques à frites et où les mettre, c'est secondaire...
:litjournal:

Si c'est ça le progres alors je prefere retourner en arriere ;-)

28 avr. 201928 avr. 2019

Ce qui est assez rigolo dans cette "prospective à la sauce néo-libérale", c'est qu'elle est signée du Président de l'Association des Ports de Plaisance de Bretagne, Michaël Quernez, qui est aussi maire de Quimperlé, charmante bourgade bretonne qui, comment chacun sait, n'a plus de port depuis la fin du 19ème siècle ! :)

Faudrait peut-être commencer par là en reprenant tous ces concepts qui font rêver !

Je propose donc au maire de Quimperlé d'appliquer sa "vision prospective" en redynamisant dare-dare "son espace portuaire", en nous faisant "une offre de services innovante", en nous distribuant "trois coffrets d’escales thématiques", en mettant en place une "conciergerie nautique", en créant un "familyclub" pas trop loin des "quartiers branchés" de Quimperlé pour qu'un "public toujours plus nombreux déambule sur les pontons, de jour comme de nuit" .....

Pour la partie administrative, il serait bon d'évoluer rapidement vers "une dématérialisation des contrats", de penser à la "création d’une interface mobile" afin de permettre le "référencement en ligne", quitte à se faire aider par "des professionnels nautiques de proximité" car il faudra bien "externaliser le développement en contractualisant auprès de prestataires compétents".
On pourrait commencer par une "réflexion en interne" avant d'attaquer "deux années de benchmark" !

Et j'en rajoute un peu à ma sauce histoire de montrer que je suis à la hauteur : il faut se rapprocher de quelques milléniales pour mettre en place l'ensemble de ces projets crossover en structurant un projet de pilotage, en mettant en place des séminaires managériaux dans des espaces ouverts sans craindre l'aplatissement des hiérarchies.
Soyons disruptifs !

En bref, à défaut de faire bouger les lignes, commençons par les brouiller ! :)

28 avr. 2019

Et en français ?

28 avr. 2019

Beati pauperes spiritu !

28 avr. 2019

Euh ....

A quoi bon traduire en français.

La novlangue managériale c'est .... comment t'expliquer ?
... c'est comme le bon sens marin : tu as ça tout au fond de ton ADN ou tu ne l'as pas.

Si tu ne l'as pas, tant pis, tu restes au bord de la route du XXIème siècle et tu courbes l'échine empli d'humilité ! :)

29 avr. 2019

Je crains que tu n'aies oublié la créations de commissions, étape clef de tout projet manégérial :pouce:

05 mai 2019

et qui la touche ?

28 avr. 2019

Bien fait ce document. Bien pensé, organisé, règlementé, régenté ce port de demain. Cela me fait penser à ces fausses plages que l'on crée en bord de canal dans les grandes villes pour occuper la foule estivale. On organise la vie des gens en leur enlevant toute initiative. Suivez le guide, et amusez-vous où on vous dit de le faire. Et consommez.

En fait ce port de demain est un parc d'attraction. Le pire, à mon sens, c'est qu'ils sont dans le bon, c'est dans cette direction que l'on va. Sûr que cela va ravir une majorité.

Ce qui est sûr aussi, c'est que de mon côté je vais me contenter d'un petit bateau amarré le long d'un quai entre deux bateaux de pêche, dans un minuscule abri appelé port. Et jamais je n'envisagerai une escale dans "le port de demain"...

28 avr. 2019

Au secours!
Cette étude n'est pas sortie un 1er avril, c'est du sérieux, payé par nos sous!
et la Nature est préservée, soyez rassurés :
"Imprimé sur un papier certifié PEFC
avec des encres sans solvant, dans le Morbihan,
par l’Imprimerie Ollivier (Groupe Imprigraph),
SCOP citoyenne, responsable et souriante."

:doc: :-( :lavache:

28 avr. 2019

ce qui,me rassure, c'est que vu mon âge, je ne verrai pas ça ...
:goodbye:

28 avr. 2019

Ce qui m'inquiète, c'est que vu mon âge, je verrais (peut-être) ça...

:langue2:

28 avr. 201928 avr. 2019

Je ne sais pas ou tu navigue, mais dans beaucoup d'endroit , on le voit déjà...ça ne fera simplement que se généraliser.

28 avr. 2019

je voudrais bien savoir ce que ça nous a couté une telle "prospective" ...qui va aller une fois de plus dans un placard rejoindre des centaines d'autres "etude" biensur plus serieuse les unes que les autres ..

vraiment il y a des économies à faire

Ce qui motive cette étude est précisé au début :
La baisse tendancielle des listes d'attente. .
.

Alors transformons les ports en hôtel, boat clubs ...
Et tant pis pour ceux qui naviguent encore et espèrent que le port garde sa fonction première : abri et tranquilité
Pour aller au night club ou faire la fête il y a ce qu'il faut à proximité
C'est stupide de mélanger les genres

28 avr. 2019

attendons le jour ou il y aura un gros incendie avec des morts ...les gestionnaires reverront leur copie et leur cupidité

28 avr. 2019

Franchement, en tant que consultant, ce document ne me choque pas.

C'est le genre de papier que beaucoup d'agence de conseil vont pondre non par plaisir (quoique....) mais parce que c'est ce que le client attend. Et là il en a eu pour son argent:
1) très beau graphisme
2) story-telling au lieu de la bonne vieille présentation powerpoint (très tendance depuis 2010)
3) les consultants n'ont strictement aucune idée de la réalité de la plaisance car n'ayant visiblement jamais navigué ni possédé de bateau

J'ai pour ma part un style plus cash, mais j'utilise aussi de belles périphrases (ou sont-ce des métaphores?):

  • fort potentiel d'amélioration (abyssalement mauvais)
  • situation issue d'un développement historique (bordel innommable)
  • excellente idée qui nécessite quelques clarifications (connerie monumentale que je vais devoir corriger)
  • le timing du projet est très courageux (on a mis des dates pour vous faire plaisir mais cela n'a aucune chance de se réaliser) -quel est le use case pour cette fonctionnalité (ceci est totalement inutile)
28 avr. 2019

Cela ne m'étonne absolument pas.
Les ports essayent de se sauver en étant pro actif face aux changements
de pratiques nautiques qui s'annoncent.Ils s'adaptent tout simplement.
La location entre particuliers,la co navigation.Demain les bateaux en libre service (un site le propose) comme on le voit pour les vélos ou les voitures en agglomération.
Perso je ne suis pas effrayé par ces changements dès lors qu'ils sont liés à l'activité nautique.
Par contre,j'ai peur que cela ne s'arrete pas là effectivement.Je n'ai vraiment pas envie que les ports deviennent des galeries commerciales géantes.

28 avr. 201928 avr. 2019

Cette évolution des ports est inéluctable, même si personnellement elle ne m'enchante pas plus que ça.
Cela dit il ne faut pas se voiler la face, la plaisance que beaucoup d'entre nous avons connue, c'est fini!

Aujourd'hui la plaisance n'est plus qu'un simple loisir, estival la plupart du temps, il faut s'y faire, c'est comme ça, et se lamenter sur le passé n'y changera rien.
Les ports seront de plus en plus des endroits ou une journée de nav se prolongera par d'autres formes de loisirs et de plaisirs tels que sauna, gym,ateliers divers,concerts, boîte de nuit, cinéma,etc; C'est d'ailleurs déjà le cas dans de nombreux ports. C'est aussi le cas pour beaucoup de station de ski ou les gens ne se contentent plus seulement de skier.

Doit-on regretter les ports ou seuls quelques passionnés sentant bon (hum?...) l'air du large se retrouvaient autour d'un bière pour se raconter leurs sempiternelles histoires de navigation...on peut le regretter tout comme on peut regretter sa jeunesse, eh oui "cma"!

Malgré cette évolution, et quoiqu'on en dise, un port sera toujours un abri, simplement ce ne sera plus sa fonction première. Encore que la notion d'abri me fait un peu rigoler compte tenu des habitudes de navigation de la gent plaisancière du 21ème siècle qui la plupart de temps effectue des étapes diurnes de 10 à 20 milles nautiques uniquement par beau temps, et dans ce contexte on peut d'avantage assimiler les ports à un hôtel.

Maintenant franchement je n'en fait pas une affaire, parce que comme je l'ai écris dans un autre fil, le chemin (la navigation) pour arriver dans un "port" nouveau sera toujours le même, et rien n'empêchera chacun de naviguer à sa manière, confortable, rustique, rapide, lente, engagée ou pas, et après tout c'est ça le principal, le reste est secondaire.

28 avr. 201928 avr. 2019

BWV,
assez d'accord, tout en n'étant pas du tout le genre d'évolution que je pourrais préférer, ce document donne un aperçu structuré d'une évolution peut-être pas inéluctable mais au moins possible, à laquelle je n'avais pas pensé mais qui paraît au moins vraisemblable. Un "port connecté" quand en 2019 je n ai même pas de smartphone en dit long sur mon intérêt, pourtant il est (fort) possible que les choses aillent dans cette direction. Sur les termes utilisés, les case studies, le graphisme, etc :heu:
À suivre, comme on dit; il y a le mérite de poser la question.

28 avr. 201916 juin 2020

Finalement, j'ai envie d'apporter ma pierre à ce bel édifice.

Je pense d’abord que ce dossier manque cruellement de hashtags pour dynamiser la présentation.

Je me propose ensuite d’aider l’APPB à mener à bien ce concept de port "à la cool" du côté de ceux qui vont y travailler.

Il faudrait nous parler de leur bien être car cette entreprise est un ensemble d’éléments complexes et mouvants au fort impact social, sociétal et environnemental.

L’organisation du travail sera-t-elle de type "en silos" ?
La hiérarchie sera-t-elle horizontalisée ?
Le projet sera-t-il mené en coopération ?

Peut-on en savoir plus sur les valeurs nécessairement partagées par les collabor’acteurs, sur leur liberté retrouvée grâce à la maîtrise de la charge mentale, sur l’explosion de leur bien-être au travail ?

Pourront-ils cultiver l’épanouissement professionnel au cœur de cette entreprise pérenne répondant aux enjeux cruciaux du monde actuel ?

Quels sont les dérivatifs à la pénibilité que vous comptez apporter à vos collabor’acteurs s’inscrivant dans cette belle logique de rentabilité sans toucher au contenu même de l’activité portuaire ?

Dans les faits, avez-vous prévu d’ouvrir un open space doté d’un granola distribuant un mélange de graines et d'oléagineux (amandes, noisettes, noix, noix de cajou, avoine, miel ....) ?
Y aura-t-il une fontaine distribuant du lait végétal, du yogourt ?
Mettrez-vous en place un baby-foot, des cours de yoga, une plateforme de base-jump ?

Il faut donner du mordant à ce magnifique projet, ériger le bonheur au travail et faire que l’épanouissement professionnel devienne une religion.

(En complément, pour nos amis DRH, sélection et portrait type du futur capitaine du port).

30 avr. 2019

Je t'accompagne.

29 avr. 2019

quel est l'age moyen des propriétaires d'aujourd'hui et à qui vendrez vous vos précieux bateaux lorsque vous serez au bout de l'histoire ?

la plaisance doit évoluer si on veut qu'elle reste attrayante, c'est devenu (malheureusement) un produit de consommation.

On "achète" une semaine sur un voilier comme une semaine au ski ou Maurice. C'est la tendance de fond et vous n'y pouvez rien, ou alors rejoignez les ronds points, affublé d'un ciré jaune et hurlez votre désarroi !

Parmi tous les pinpins qui "consommeront" , j'ose espérer qu'il y en aura quelque uns qui choperont le virus et renouvellerons le cheptel de vieux grincheux égocentrés sur leurs pontons forteresse comme une bernique accrochée à son caillou qui refusent toutes ouvertures dés lors qu'elles bouleversent quelques peu leur chère tranquillité.

Vu le succès de VOGAVEC MOI ça me semble plutôt bien pensé ce truc, en tout cas il y a des gens qui pensent et agissent.

29 avr. 2019

La com faussement institutionnelle mêlée à un discours pseudo jeune. Le pire de tout.

Typiquement ce que j'ai torché pendant des années, à coup de rasades typographiques et de couleurs à la mode.

Quant au fond, c'est mauvais, comme témoigne cet exergue (mot bien naze et répété 100 fois dans les réunions project) : "Aujourd’hui, le port de Montipou est fréquenté par un public plus urbain, plus jeune et connecté, en témoignent ses cinq étoiles sur NavAdvisor !"
L'argu qui se pète la gueule comme la "pizzeria nona", 5 étoiles chez tripav (3 commentaires dont le gérant et sa fille).

Du bas de gamme promotionnel et qui le revendique.

29 avr. 2019

Moi, j'aimerais bien que les ports de demain ressemblent aux ports d'hier...

On enlève tous les pontons, toutes les installations coûteuses à installer et à entretenir, on laisse juste la digue pour la protection et on mouille à l'intérieur... Un abri quoi! ça m'irait très bien, j'en rêve!
J'ai un tout petit peu connu ça à mes débuts malheureusement pas beaucoup.

Bon, je sais je rêve, mais après tout un bon consultant devrait pouvoir faire passer ce "concept" pour un truc génial (ce que c'est) et tout nouveau. Une innovation quoi!

ça serait bien non?

Après tout, il y a bien une startup qui à gagné je ne sais plus quel prix pour avoir "inventé" le "gobelet réutilisable" (le verre à boire quoi) et plein de gens ont crier au génie ... tout est possible aujourd'hui.

Qui s'y mets?

29 avr. 2019

J'avais mis dans un des quizz photo une photo de Port Maria de cette époque.

www.hisse-et-oh.com[...]suite-8

29 avr. 2019

Port Maria,
C'est marrant je pensais à ce port (entre autres) en écrivant.
J'y suis passé quelques fois au début des années 90 avec mon 1er bateau.
Très bon souvenir.

30 avr. 2019

Ça devient de plus en plus CMA ici. Moi je n’ai vraiment pas la nostalgie des années cinquante.

30 avr. 2019

Ah oui, le troquet qui ouvrait tôt le matin pour le premier jus de la journée...
Avec un perroquet, ça rappelait les îles!
Et qui sentais bon la mer, pas l'after-shave de gominé...
( soupirs...)

30 avr. 2019

Franchement rien à foutre.

30 avr. 2019

et pourtant c'était le bon temps où l'on vivait la même mer et les mêmes ports que les pêcheurs, bistrot et godaille....

30 avr. 201930 avr. 2019

Il ne s'agit pas de nostalgie mais de savoir s'il faut aussi faire des ports de plaisance de nouvelles zones de chalandise, des ZAC, des fêtes à Neu-Neu toute l'année, des parcs d'attractions avec de la musique permanente hurlant sur les pontons, des annonces publicitaires inaudibles crachées dans haut-parleurs saturés, des foires expo avec toutes les enseignes de merde qu'on connaît qui ne manqueront pas de s'y installer : un Buffalo Grill, un Castorama, un C&A, de la barbe à papa rose ou vert fluo :) et j'en passe, tu connais.
Et je suis sûr qu'il y aura même un marché de Noël en décembre ! :)

Des zones pour attirer toujours et encore le business facile et médiocre.
Mais ils ont tellement honte qu'ils se gardent bien d'amorcer le début du commencement de cette perspective.
D'abord caresser le plaisancier dans le sens du poil.

Le reste viendra tout seul quand il sera trop tard.

Car sous couvert du gentil port "à la cool" il s'agit bien de ça : attirer le chaland et faire des ports de nouvelles zones commerciales dynamiques en excitant la frénésie acheteuse.

Comme si on avait pas assez de supermarchés et de centres villes désertés dans ce pays défiguré.

Va voir comment ça se passe sur le port des Minimes à LR à partir d'avril-mai et reviens nous faire part de ton enthousiasme.

01 mai 2019

Ton Beaufland les Bains c'est vrai que cela ne fait pas envie
:mdr:

30 avr. 2019

Moi, je trouve cette étude très très bien… Je regrette simplement qu'elle soit déjà obsolète. Bon sang, il faudrait qu'ils se réveillent un petit peu ! Au lieu de s'enfermer dans une prospective limitée, ils devraient adopter les "méthodes agiles", c'est à dire se tenir prêts à "sniper" toute opportunité de faire du fric dès qu'elle se présente…
:acheval:

30 avr. 2019

Les ports "dits de plaisance" ou encore "marina" sont totalement artificiels et n'ont été créés que pour répondre à un besoin (faire valoir pour stations touristiques ou programmes immobiliers) Ils sont néanmoins indispensables à l'activité économique des zones littorales et à la valorisation des communes portuaires, mais leurs implantations n'ont pas toujours tenu compte de l'attractivité de la zone de navigation.

Directeur de port pendant plus de vingt ans, ce qui est envisagé par l'APPB, existait déjà dans les stations balnéaires et littorales ayant un port, animation sportive avec les clubs de voile ou de pêche, ballade en mer organisée, plongée, pêche, mise en valeur du patrimoine local, ouverture sur l'arrière pays et sur la mer, service à la mobilité (voiture, vélo, taxi) société de location de voilier, participation des offices de tourisme, exposition de peinture, dégustation de produit locaux (vins, huitres, thon, sardines)

c'est tout cela qu'il faut revitaliser

Le personnel était formé à l'accueil à terre , sur l'eau et sur les pontons et renseignait les plaisanciers autant que les autres promeneurs présents et usagers du port.

Le port , ou la Capitainerie ne doit pas tout faire, il faut s'appuyer sur des professionnels, associations et clubs pour nombre de services et activités complémentaires à celle de l'exploitation portuaire.

Et les ports (de plaisance) ne peuvent être penser économiquement comme une entreprise.

Ce sont des équipements publics structurants pour une ville, une commune, une région .Le Morbihan l'a bien compris dès 1969 avec la création des ports et bases nautique à l'initiative du Dr Golvan, Maire de Quiberon.

Deux questions se posent néanmoins: celle de la vie des ports d'une part et l'évolution des pratiques de la plaisance et des sports nautiques d'autre part.

Mais évitons le scooter dans les ports, l'école de voile (s'il en existe encore) dans les chenaux,la pratique du paddle ou du kayak dans les sites non appropriés.

On pourrait ici évoquer l'utilisation du domaine public maritime:

(en 62 4 parcours olympiques possible en baie de quiberon, mais aujourd'hui, les concessions ostréhicoles sur le banc d'huitres plates ne rendent plus possible ces parcours et la navigation en sécurité.
Le réaménagement des ports de pêche traditionnel est aussi à prendre en compte

Si les ports se vident, n'en faisons pas un drame et surtout ne transformons pas les ports-parkings d'aujourd'hui en port- logements de type gite ou port-bureau, même si économiquement çà peut éventuellement "payer"

Les flottes évoluent en tailles et programmes, réamenageons pour accueillir ces nouveaux animateurs (voir les Sables d'Olonne qui est semble nettement plus active que La Rochelle) et adaptés les programmes de développement aux atouts du bassin de navigation.

30 avr. 2019

Cette novlangue devient de plus en plus agaçante. J'espère que cet agacement finira par atteindre ceux qui payent cher ces études sur papier glacé...
Ne pourrait-on aussi se souvenir plus simplement que le domaine public maritime appartient à tous depuis le 16ème siècle ? Il comportait des abris naturels salutaires pour les navigateurs, qui autrefois les utilisaient gratuitement. Les gestionnaires de ports et zones de mouillage réglementées ont confisqué ces abris naturels et, sous prétexte d'infrastructures et de services rançonnent tout un chacun. Celui qui ne voudrait retrouver que le bénéfice de l'ancien abri naturel public ne peut plus le faire et les tarifs ne tiennent pas compte de cette dépossession...

30 avr. 2019

Comment transformer un abri… en produit.
L’eau, l’air, la vie, c’est dans l’air du temps et s’il n’y avait la planète elle-même pour y mettre le holà, on sait vers quoi on irait.

01 mai 2019

" Dans un contexte de baisse tendancielle des listes d’attente,
le port de demain devra composer avec les attentes de cette nouvelle clientèle, pour les attirer et les fidéliser." Page 3.
C'est encore une allusion de changement de demande de place de port, mais on ne voit rien du tout sur les listes, ou quand on prend contact avec les capitaineries...

01 mai 2019

Bonsoir, voici une vidéo pour illustrer l'article...

05 mai 2019

Il dit qu'il voit pas le rapport. C'est bien d'essayer a tout pris de faire des vues pour ta video, mais tu a déjà posté un autre fil sur le sujet. Et c'est bien que le sujet t'alarmes.

Mais l'étude parle d'imaginer le port de demain alors que la plaisance est en plein ralentissement et que le primo-accèdant a souvent plus de 59 ans. L'étude est surtout pour les portes d'Atlantique qui vont de plus en plus tomber en désuétude a mesure que la population des plaisanciers vieillis.

Et ta vidéo parle des méfaits des ancres sur les posidonies en méditerranée avec le ton alarmiste de "cash investigation". Sans précisé que les corps morts réglementés explosent depuis plus de 20 ans.

D'un coté un fil sur ta video, de l'autre coté 100 fils de plaisanciers qui ce plaignent tout les jours que tout les mouillages qu'ils aimaient bien deviennent peu a peu réglementés et payant et qu'ils ont l'impression d'être pris pour des vaches à laits. Tout les jours, il y a au moins un fil avec pour titre une paraphrase de "la plaisance est morte, tout devient réglementé".

C'est bien d'informé, mais ce ton alarmiste est malvenu devant les efforts des milliers d'élu(e)s locaux, de plaisanciers et d'amoureux de la mer qui ont mis en place des centaines de zones protégés depuis des décennies. Et qui vont en faire encore plus. Et bientôt la prise de coffre sera obligatoire pour tout le monde, partout.

Il faut en faire encore plus, en informant mieux qu'avec deux image sorties du contexte. En sachant aussi que la plupart des bons mouillages sont sur le sable et non sur les posidonies qui offrent peu d'accroche à l'Ancre.

05 mai 2019

Si la posidonie offre peu d'accroche à l'ancre, elle en fait couler.... :tesur:

05 mai 2019

Et finalement, les ports doivent assurer le libre accès à la mer mais finalement à la terre aussi. Ins doivent devenir un acteur essentiel de l'aménagement du territoire.
Quel est la place du port dans son territoire ? Pas seulement louer des places de parking.

06 mai 2019

Je viens d'effectuer une étude alternative et prospective sur le port de demain, et pour faire plaisir aux héonautes, j'en ai débarrassé le texte de toutes fioritures et de tout jargon.

La voici donc :

Le port de demain sera :

  • à terre pour les bateaux qui naviguent
  • à flot pour ceux qui servent de B&B

Ou ne sera pas.

06 mai 2019

Bonjour,

Pour information cette étude qui fait suite à celle de 2017 (www.portsdebretagne.fr[...]017.pdf ) répond à la nécessité pour les ports et stations du littoral de s'adapter aux nouveaux consommateurs avec de nouveaux besoins.

L'idée n'est pas de s'affranchir de l'existant, encore moins de le renier, mais d'anticiper les attentes des nouvelles générations pour mieux y répondre avec un nouveau vocable, de nouvelles façon de penser les activités nautiques et le monde de la plaisance.

Cette réflexion s'inscrit également dans l'objectif "Génération 2024" décliné au nautisme pour encourager la pratique de la mer par les jeunes.

Si vous voulez en savoir plus sur les réformes en cours et les projets de demain en présence de l'Etat, de députés sensibilisés au sujet et des acteurs de l'économie collaborative au sein du nautisme, rdv le 7 juin à l'Arche de la Défense.

06 mai 2019

Je crois que nous avions tous bien compris les origines, les objectifs et les limites de cette etude. J'espère que vous aurez à coeur de prendre en compte et de transmettre au cours de vos travaux ce qui s'exprime dans ce fil.

06 mai 2019

Merci Legisplaisance pour ces précisions, ce que l'on a du mal à comprendre dans cette "anticipation des attentes", c'est pourquoi le problème n°1 qui est le parc de place proposées n'est pas pris par le bon bout pour décoincer le marché ?
Déjà "le bon bout" ce serait de recenser toutes les demandes d'autorisation de pontons, permanents et semi-annuels, ainsi que les lieux possibles de ports à secs, les solutions techniques nouvelles mises en oeuvre dans d'autres pays ....

06 mai 2019

L'avantage , c'est que toutes ces conneries " escales gourmandes ", " pop-up stores " et autres locations de pédalos, c'est que ça ne dure que le temps d'une saison...
Au premier coup de vent d'automne, tout ça dégage pour le reste de l’année.
L’inconvénient, c'est qu'il suffit d'une saison dans l’année pour ruiner les trois autres...
:non:

07 mai 2019

j'ai peut être mal lu mais rien vu l’honnêteté des liste d'attente et les passe-droits pour les copains ou élus ?
JF

08 mai 2019

Les blacks-arrangements se font pas sur place publique, et donc personne n'a une bonne visu sur la réalité..

08 mai 2019

Autant je suis favorable à l'utilisation la plus économique du littoral,
autant je comprends la nécessité de faire appel à des consultants, en étant un moi-même,
autant je dois dire que l'étude m'a profondément déplu.

Je ne parle pas du fond, je n'ai pas assez de connaissance pour décider de sa valeur, même si j'ai trouvé quelques idées totalement incompatibles avec ce que je connais des plaisanciers.

Non, ce qui m'a vraiment choqué, c'est la manière de présenter les résultats de l'enquête, car elle ne prend pas le lecteur pour un adulte.
Il y longtemps, je faisais des recherches pour un doctorat en sémiologie (la philosophie des signes) appliquées à ce qu'on appelle aujourd'hui les présentations "powerpoint". j'ai parlé avec divers philosophes et experts, qui m'ont aidé à démistifier le sujet.

J'en ai gardé une vue assez stricte de la manière de présenter les informations de manière efficace, mais neutre et rhétoriquement honnête.

le storytelling, le choix des images, tout cela est ludique. ludique, de ludus, jeu, s'adresse aux enfants pas aux adultes.

Or là, il s'agit de convaincre des adultes.

Voilà, je ne remet pas en cause le bien-fondé de l'étude, mais sa forme.

Peut-être que l'on pourrait reprendre les choses du début et voir si l'on arrive pas à quelque chose qui suscite plus d'adhésion

11 mai 2019

J'ai presque honte de m'immiscer dans cette conversation de professionnels dont la sémantique m'échappe complètement. Mais m'inspirant du sketch de Fernand Raynaud ("Le douanier") je pars du principe que si quelqu'un me parle et que je ne comprend pas, c'est qu'il est bête (hi hi hi ). Bon bref.

Je vais donc essayer de dire avec mes mots simples, mes mots de tous les jours, comment je vois l'évolution des ports de plaisance.
Tout d'abord, je m'arrête sur le terme "évolution".
Définition du dictionnaire:
"Passage progressif d'un état à un autre : L'évolution de la mode.
Succession des phases par lesquelles passe un processus pathologique : Étudier l'évolution d'une tumeur.
Transformation du caractère, du comportement, des opinions de quelqu'un au cours du temps : Observer l'évolution d'un homme politique.
Ensemble de ces modifications, stade atteint dans ce processus, considérés comme un progrès ; développement : Être arrivé à un haut degré d'évolution."

Synonymes:Progrès, progression, développement.

Si je m'en tiens à cette définition, je ne vois aucun progrès dans le déroulement de la plaisance mais plutôt une succession de manœuvres cherchant à tordre une pratique née de l'imagination, de la passion et du désir de l'homme de repousser toujours ses limites, à des fins lucratives.

Prenons un exemple : J'invente la voiture. Je met en avant les arguments de liberté de mouvement, d'autonomie, de gain de temps, de confort etc...
Séduit j'achète (souvent à crédit, car peu de gens ont les moyens de payer cash, donc menotté sur plusieurs années). Une fois en possession de mon véhicule, on vient m'expliquer que la voiture est dangereuse, pollue, que le nombre croissant de voitures nécessite des infrastructures onéreuses et une réglementation rigide des conditions de circulation, de stationnement et d'écologie, en terme de coût et de restrictions bien sûr.
-Ah mais vous m'aviez pas dit ça quand j'ai acheté !
-Vous auriez pu vous en douter.
-Excusez moi, je n'ai pas 160 de QI
- Mais ce n'est pas grave, j'ai une solution à vous proposer.
Pourquoi posséder une voiture qui vous coûte cher, qui demande de l'entretien alors que vous pouvez louer? Plus de souci de stationnement, de révision, souplesse d'utilisation. (Le même qui, il y a 10 ans vantait les avantages de la propriété).
-Oui, mais moi j'aime bien pouvoir prendre ma voiture quand je veux, sans avoir à programmer, être dans la spontanéité.
-Réfléchissez: En plus vous bénéficier de structures d'accueil, de parkings, restaurants, cinémas, supermarchés réservés à une clientèle privilégiée car vous bénéficiez d'une remise supplémentaire de 10% sur présentation du contrat de location.(Elle est pas belle la vie!).
-D'accord, mais pourquoi cette nouvelle pratique de l'automobile effacerait celle qui a eu cours jusqu'à maintenant ? N'y a t'il pas de place pour les 2?
- C'est à vous de voir! Mais sachez que si vous ne possédez pas le badge, fourni gracieusement avec le contrat de loc grâce à notre partenariat avec le groupe Schmoll, vous n'aurez pas accès aux parking et devrez faire plusieurs kms à pied pour faire vos courses.

Fin de l'acte I.

C'est quoi le mot pour définir ceux qui sont contre le progrès ?
Ah oui: Ringard!

Jean Philippe Bidochon

11 mai 2019

Pour répondre à Numawan plus haut qui parle de CMA de façon excédé (c'est son droit) juste après mon intervention sur ma vision des ports pour demain, je précise que je ne suis pas du tout CMA, j'ai un bateau moderne, je travaille dans la technologie depuis longtemps et je profite des progrès qu'elle apporte MAIS je considère que cela serait un vrai progrès de revenir à des ports abris comme on en connaissait avant.

Justement la technologie nous permet de ne plus avoir besoin (ne plus être esclaves?) d'infrastructures lourdes pour "stationner" nos bateaux. On a pas/plus besoin de prise électrique, par contre, on a besoin d'abris surs pour laisser nos bateaux en sécurité entre deux navs avec juste la possibilité de faire le plein d'eau et de GO de temps en temps, donc un simple quai ou deux pour faire ces pleins, pour récupérer son équipage ou faire un bricolage, et on retourne au mouillage à l'abris de la digue ou on part.

Oui cela serait un réel progrès de redonner à notre littoral un aspect plus correct, plus en accord avec notre environnement (je ne parle pas d'écologie la) plutôt que tous ces pontons en plastiques qui ne ressemblent à rien. Alors évidement on mets moins de bateaux au mouillage derrière une digue que alignés sur des pontons, mais combien garderais leur bateaux qui ne naviguent pas si ils n'avaient pas de ponton en plastique pour les amarrer. Il ne resterait que les passionnés. Et puis on pourrais alors multiplier les abris sans pour autant défigurer notre littoral.

J'écris ça spontanément, sans avoir approfondi, mais il y a certainement moyen d'investiguer dans ce sens et de régler les problèmes ... enfin ça n'arrivera jamais, car les ports sont devenus des lieux de commerce, genre de centre commerciaux en bord de mer.

11 mai 201911 mai 2019

Si je comprends bien ta notion de port-abri, ce serait une infrastructure qui permettait de se ravitailler, de s'abriter en cas de mauvais temps avec peu de services, et de laisser le bateau en sécurité quelques jours pour une réparation ou pour une relève d'équipage, par exemple. Mais pas concue pour y vivre quelques jours.
Pourquoi pas dans les zones qui présentent beaucoup d'abris naturels et où les plaisanciers sont au mouillage la majorité du temps. Cela ne correspond qu'à une faible partie du littoral et qu'à une partie des plaisanciers. J'y vois au moins deux limites : d'une part, ces abris risquent fort de ne pas pouvoir accueillir tous les bateaux de la zone en cas de mauvais temps et, d'autre part, cela encourage les plaisanciers à envahir les bons mouillages (voir ce que sont devenus Port Cros et Girolata en quelques décennies).
On peut cependant imaginer un port comprenant une marina classique avec pontons, une zone abri sur mouillage, avec services succincts et sans promicuité, et et des bouées de mouillage en rade pour les jours de beau temps.

Perso, même si j'utilise les marinas et les mouillages par obligation, ce que je préfère, ce sont les ports en ville où les plaisanciers côtoient les professionnels, pas les marinas avec boutiques et restos ouverts 4 mois par an. Et de préférence avec une bonne desserte ferroviaire et un bon chantier.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

lever  du  soleil  à la  Cala  Mongo Costa  Brava

Après la pluie...

  • 4.5 (73)

lever du soleil à la Cala Mongo Costa Brava

mars 2021