Encore les aégénétateur

Hier soir, une réunion d'information sur l'implantation d'éoliennes en baies de St Brieuc. Des riverains, des petits pêcheurs, des retraités,des quidams pas vu beaucoup de plaisanciers, enfin je ne les connais pas tous. Ce n'était pas une réunion pour ou contre, mais plutôt sur les conditions d'octroi du marché (scandaleux), du choix des sites d'implantation, de la pertinence écologique, de l'impact sur la faune...

L'équipage
26 sept. 2021
Cette discussion est en mode Débat. Les règles principales de participation :
  • Seules les réponses au sujet principal sont autorisées. Interdisant ainsi les échanges entre intervenant et favorisant les contributions.
  • Vous ne pouvez publier que 3 contributions (3 réponses au sujet principal).
  • Vous pouvez corriger et compléter vos réponse et contributions.
  • Un nouvel utilisateur ne peut participer au débat (Ceci afin d'éviter les Trolls).
L'objectif étant de favoriser l'argumentations de fond, la synthèse des idées et éviter les dérives. Bon débat a tous !
26 sept. 2021
0

Qu'est-il écrit sur l'affiche derrière les intervenants ? Ensemble, soit ! mais le reste est illisible. S'agit-il d’une association ou d'un slogan ?

26 sept. 2021
0

Sur l'affiche, c'est écrit ,"ensemble 22". Je ne connaissais pas pas. Je pense que c'est une asso locale costarmoricaine attentive ou créée pour s'opposer au chantier en baie de St brieuc, qui organise des réunions d'info pour la population (en général) avec des soutiens impliqués, et qui on des billes. Là il y avait Laurent Mauduit (Mediapart) très informé, sea shepard, et Katherine Poujol, asso "gardez les cap" et Lamya Essemlali sea shepherd, qui se positionne elle sur la destruction et le déplacement d'espèces animale.

26 sept. 2021
0

Ce n'était pas une réunion pour ou contre Hummm Je pense que leurs prises de position sont quand même claires

26 sept. 2021
-1

Une question a-t-on distribué des bougies aux participants ?

26 sept. 2021
1

Les bougies, les bourses de vaches, le nucléaire, la régression....des arguments facile pour ne pas dire simplistes, bref. Il faut un peu élever le débat.En préambule, chacun a dit, et on est à peu près tous ok avec ça, qu'il était urgent d'aller vers une transition écologique, de limiter le CO2, les énergies carbonées ect... La réunion n'était pas un débat, mais informative, sur pourquoi, comment,les conséquences, a qui cela profite (il faut savoir qu'Iberdrola attributaire de lot suite à l'appel d'offres) était le 2emes mieux disant. (Projet plus cher, anec un prix de revente du MWh le plus cher.??) En bref bien sûr de la transition, bien sûr de l'éolien, mais pas n'importe où, pas n'importe comment, ce qui ici semble être le cas. J'aime bien lire un peu de tout, écouter un peu tout le monde pour me faire mon opinion, quant à ramener le débat à la bougie ou à la bouse de vache..😐

26 sept. 2021
17

Hi,

Je vais partir du principe que le post cherche a faire un débat pour ou contre l'éolienne. J'extrapole en ayant un discours sur l'inshore et offshore. Pas seulement sur la baie de Saint Brieux. Je préviens c'est un gros pavé bien gras! Je vais essayer d'être a la fois précis et de soutenir tous ce que je dis avec une littérature d’instituts public ou de journaux généralistes. A défaut de faire de l’idéologie, essayons un débat pragmatique et agrémenté de sources sérieuses.

Je pense que le débat, est plutôt d’identifier qui est l’ennemi numéro 1. Qui est le Mesrine ou Carlos de l'environnement ? Contre qui faut-il se battre a la vie a la mort ?

Je soutiens la thèse, que c'est le CO2, et les gaz a effets de serres. Le CO2 est comme on le sait, un oxyde inerte, issue de la combustion de carbone, donc le gaz, le charbon, le pétrole, les algues et le bois. Une bonne partie des émissions françaises, sont donc le transport, et l'industrie : métallurgie et cimenterie par exemple, et évidemment la production d’électricité. Cependant pour l’énergie électrique il a des secteurs qui produisent 0 émissions de CO2, c'est les ouvrages hydro-électriques, et le nucléaire, qui produit d'autres déchets d'une autre nature, mais nous y reviendrons.

Cette thèse est évidemment soutenu par nombre de scientifiques, je ne la sors pas de mon chapeau, le rapport du GIEC récent dont tout le monde parle, démontre a l'aide de plus de 6'000 publications validés par des pairs, d'organisme de recherche, l'urgence de réduire les émissions de CO2 et dans une moindre mesure de Méthane. Et on attends toujours 6'000 pages de réfutations des climatosceptiques.

Donc une fois que l'on identifie qui est l’ennemi, on peut débattre sur les solutions pour réduire les émissions. Et ici, je soutiens la thèse que les éoliennes ne sont pas une solution, et pire, je soutiens qu'ils augmenterons encore plus la production du CO2, l'ennemi numéro 1. Et que donc, ce genre de projet, n'est qu'une continuité de la peur du nucléaire et de l'exploitation d'une brèche idéologique par les industriels.

D'abord un peu de math. Une éolienne offshore moderne produit selon les promoteurs entre 3 a 7 Méga-watts/heures (MW pour le suite l'exposé), cependant, une précision s'impose c'est que quand il n'y a pas ou peu de vent, la production d'une éolienne c'est... 0 MW. Donc, comme on à encore envie de chauffage, de clim, de trains, de lumière ou de télévision pendant les anti-cyclones, on décide d'ajouter des moyens "pilotables", c'est a dire compenser l'éolienne avec des centrales.

Pour le cas de la Bretagne, la solution retenue, c'est de construire une centrale a gaz de 422 MW a Landivisiau . Pourquoi le gaz ? Car une centrale a gaz a besoin de 20 minutes pour démarrer sa turbine, et dans une région sans barrage hydraulique (l'usine marée motrice de Saint-Malo étant aussi un moyen non-pilotable avec 2 pics dans la journée pendant les gros et moyens coefs) il n'y a pas vraiment d'autre solution. Le nucléaire étant très sécurisé il faut plusieurs heures pour augmenter significativement la puissance d'un réacteur et donc ne peut pas aider a la compensation des éoliennes.

Pour continuer sur les maths, une centrale a gaz produira environs ~300 a 500 kilos de CO2 par MW. Donc, pour le cas de la centrale de Landivisiau, lors des anticyclones on parle d'environs 3000 tonnes de CO2 par jour. oui, 3000t de CO2 par jour quand le vent viendra a manqué et que la centrale tourne a 100% de facteur de charge! C'est facilement 3000 fois le poids de ma belle mère... Et on ne parlera pas des centrales a biomasse, qui produiront plus de co2 que le gaz, et on ne dira rien sur l'exploitation du gaz de schiste, aussi appelé "gaz naturel" par les promoteurs éoliens, qui est une catastrophe pour les sols.

Donc quelles solutions pour l’énergie ? Alors que justement nos besoins augmentes avec l’augmentation des voitures, trottinettes, chauffages électriques ? Pas l'éolienne, en tous cas, qui produit lors de sa construction, et lors de son exploitation en moyenne 80% des émissions d'une centrale a gaz a MW équivalent. Oui, si une éolienne produit 20% de sa puissance par an , alors par définition, elle produit 80% d'énergie d'origine fossile, donc du CO2.

En 2015, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) a calculé les émissions de gaz à effet de serre des éoliennes, sur l’ensemble de leur cycle de vie (depuis l’extraction des matières premières jusqu’à leur fin de vie). Un kilowattheure produit par une éolienne terrestre émet 12,7 grammes de CO2eq. Cela correspond à l’estimation faite par le GIEC qui est de 11 g/kWh. Pour une éolienne offshore, c’est 14,1 grammes. Donc comme une éolienne c'est un peu moins de 7MW au maximum, on parle finalement de 2,5 tonnes de CO2 par jour, donc comme il faut 300 a 400 éoliennes pour compenser un seul des 56 réacteurs français, on parle de 750 tonnes de CO2 par jour, et de 270'000 tonnes par an. Pas très "vert" l'éolien, n'est ce pas ?!

Donc pourquoi l'éolien si c'est "dégueulasse" ? la réponse éolienne, intervient après la décision du gouvernement de sortir du nucléaire. Prise a la suite des décisions de l'Allemagne et évidemment de la catastrophe de Fukushima qui a terrorisée une population déjà marquée par Tchernobyl. Donc sortir du nucléaire, prends un nom bien pompeux: la transition écologique, qui comme on la vu, est d'installer des éoliennes qui produisent beaucoup de CO2. Donc aujourd'hui, les politiques utilisent plutôt "transition énergétique", pour éviter le problème évident de vocabulaire. Car par exemple, la centrale a charbon de Neurath que l'Allemange exploite pour la perte de son nucléaire rejette 32 millions de tonnes de CO2 par an, c'est l'équivalent de l'intégralité du transport aérien domestique français .

Cependant, pourquoi sortir du nucléaire ? la peur du nucléaire, est-elle rationnelle ? Je soutiens une thèse nuancé dans la suite de l'exposé, que finalement oui et non. Oui c'est dangereux, non pas autant qu'on le pense. Et certainement pas autant pour qu'on l'abandonne. Avant toute chose, il faut préciser, contre quoi on se bat: le CO2 dans l'atmosphère a une demi-vie d'environs 100 ans, et il faut des milliers d'années pour qu'une tonne disparaisse a 100% de l'atmosphère. Donc, en soit, presque autant de temps qu'un déchet nucléaire conventionnel. Sauf que l'un est dans l'atmosphère, l'autre coulé dans du verre a 500m de profondeur. ,

En France, il existe plusieurs types de déchets nucléaires, ils ont des degrés de toxicités, et des durées d'activités différents. Ceux qui nous font le plus peur, sont les HAVL, les déchets a Haute Activité a Vie Longue. Ce sont les cendres des combustibles usagés, qui ont des demi-vies (temps a partir duquel les émissions ont diminués de 50%) de plus de 31 ans. Il y a beaucoup de HAVL de différent types, certains ont des demi-vie de quelques décennies, d’autres des centaines d'années, certains de plusieurs milliers.

Pour les maths, et la, ça deviens intéressant, le volume total de ces déchets représentent moins de 5% des déchets produits (3 a 5% du combustible) pour 95% des rayons ionisants. En termes de poids par français, on parle de 3.3 grammes par an. Donc, les déchets nucléaires, sont littéralement la quantité la plus faible de déchets non-recyclables produits par un français sur 1 an. Bien que très toxique, c'est relativement faible et représente un volume d'environs 120 mètres cube par an, Si on rapporte ça aux 60 ans d'exploitation des centrales, on parle d'une piscine olympique d'HAVL (3650 m3). C'est peu. Très peu. Au regard de la peur qu'ils engendrent. Bien évidemment il y a le problème du stockage, pour l'instant, c'est en surface a proximité des centres de traitement, en attendant que l'initiative Cigéo donne le feu vert pour l'enfouissement à long et moyen terme dans des couches d'argiles inertes géologiquement (donc pas de risques de tremblements de terres ou d'envahissement de nappes phréatiques). Il faudra bien-sur attendre que les écolos contre-productif assèchent tout les recours en justice et qu'ensuite les CRS fassent le ménage dans les ZAD. ,

Une autre idée pré-conçu, sont évidemment les cancers des gens habitants près des usines et des sites nucléaires qui inquiètent beaucoup la population. Une agence onusienne, l'UNSCEAR, presque inconnue du grand public, travaille sur l'étude des effets des rayonnements ionisants chez les humains. Les sur Fukushima, sont sans équivoques: A decade after the triple tragedy that occurred in Japan in March 2011, the United Nations Scientific Committee on the Effects of Atomic Radiation (UNSCEAR) said that future health effects, e.g. cancer directly related to radiation exposure are unlikely to be discernible. Donc même après un accident nucléaire d'ampleur, la population ne semble pas avoir développer de cancers. Il existe aussi des statistiques encourageante et proche de l'usine de la Hague, une augmentation du taux d’incidence de leucémie et cancer n'a jamais pu être imputés au radiations et . Cependant, le risque '0' n'existe pas, et les cas de leucémies et autre cancers a proximités des sites nucléaires reste possible. cependant ils sont a mettre en opposition aux 1 morts sur 5 dans monde imputables au CO2, aux particules fines et au réchauffement climatique . De même pour la catastrophe de Tchernobyl, qui bien que plus grave, reste tristement moins grave qu'un séisme, d'un volcan, d'un tsunami ou que l'attentat du WTC en 2001.
Donc oui, c'est dangereux, très dangereux, mais en ordre de grandeur, bien moins que les conséquences du CO2.

Une autre peur irrationnelle, du nucléaire, est la possibilité d'accident, ou d'"hiver" nucléaire. Bref, un cœur nucléaire, qui entre en fusion ou qui provoque une réaction thermonucléaire. Pour cela, la solution des scientifiques a été une enceinte de confinement, et des récupérateurs de corium (mélange de combustible, de graphite fondu et de béton. Une lave radio-active en quelques sortes). C'est a dire, les réacteurs EPR, qui sont les mêmes réacteurs qu'avant (quoique plus performant), mais avec beaucoup plus de sécurité dans la conception.

Dans l'histoire humaine, toute les simulations, et aussi les véritables accidents, qui ont menés a la fusion du cœur, son restée confinés dans l'enceinte de confinement (sauf a Tchernobyl, car il n'y en avait tout simplement pas...). Cependant, comme le faisait remarqué un collègue dans un autre post, la possibilité est toujours la. A ça, je réponds, que le CO2 rendra inhabitable une partie de l’hémisphère nord et de l'hémisphère sud , alors que pour les accidents nucléaires, on parle de zone très localisée de quelques dizaines de kilomètres de large, ou la nature, la faune et la flore sauvage, s'adapte plutôt bien aux nouvelles conditions , et l'activité humaine bien que fortement diminué n'est pas nulle. Donc, en terme de destruction de l'habitat humain et des cultures, il vaut largement mieux quelques accidents nucléaires et une évolution de l’environnement (merci darwin) que le réchauffement climatique qui lui est global et apocalyptique.

De plus, bien que n'étant pas une solution pérenne, les projets de réacteurs de prochaines générations ont certaines qualités qu'il est bon de souligner. D'abords ils fonctionnerais avec des neutrons rapides contrairement aux neutrons lents d'aujourd'hui, c'est a dire, avec des réactions beaucoup plus courtes, et beaucoup moins dangereuses. "Allumer" ou "éteindre" un réacteur sera exceptionnellement plus rapide, et donc plus sécurisant. Ensuite, ils recycleront une partie du combustible usagés, donc plus besoin de mine d'uranium chez nos amis Africains. Et finalement, le fonctionnement interne, permettra d'auto-réguler les réactions, permettant d'éviter toute réaction en chaine (plus la réaction accélèrera, plus les régulateurs seront important et ralentirons la réaction, arrivant rapidement a l'équilibre, empêchant une réaction type bombe atomique).

Malheureusement pour la France, et le climat, l'annulation du projet de prototype réacteur de génération 4, nommé , qui prévoyais de recycler une partie des déchets conventionnels (combustible MOX), et de nous offrir l'autonomie énergétique pour les siècles qui viennent, a été repoussé "ad vida eternam" a la seconde moitié du 21eme siècle (horizon 2050), par Emmanuel Macron en 2019, qui a cédé au sirène de "sortir-du-nucléaire" (réseau d'association idéologique très influente).

Mais assez parlé du nucléaire, qui produit 0% d'émissions pour 99% de l'attention et des peurs du public. Parlons social. Une autre idée pré-conçue des pro-éoliennes, est la création d'emplois. Si c'est a la fois vrai localement, c'est aussi particulièrement faux en termes de quantités . D'abord, une éolienne a besoin de plusieurs tonnes de terres rares (200kg par MW), en particulier si on ajoute une batterie pour lisser les moments ou il n'y a pas de vent. Alors, je ne sais pas pour vous mais le plus gros producteurs de terres rares est la Chine a plus de 60%, donc on augmente encore plus le trafic maritime et certainement pas l'emploi en France. Et je suis aussi contre la réouverture des mines de terres rares en Bretagne si c'est a cause de l'éolien (source d'emploi mais quand même...)!

Ensuite, 90% des éoliennes construites en France, ne le sont pas par Alstom, ou Orano, mais par les allemands, danois, et espagnols. Donc les français, ne sont réduis qu'a des taches de maintenance de routines. Donc au vue des fermetures de postes si on "sort" du nucléaire, c'est des dizaines de milliers de personnes au chômage, qu'on ne remplacera pas par les quelques postes d’électriciens de maintenance sur les éoliennes.

Pour la pollution des sols, les éoliennes, ont des durées de vie d'environs 30 ans pour 600 a 800t de bétons (toujours a multiplier par 300 a 400 si on rapporte ça a un réacteur a fission pour avoir une puissance équivalente), c'est très court au regard de la pollution qu'elles provoquent, et bien que les promoteurs parlent de 90% de recyclage, Ils ne précisent pas que la plupart des éoliennes sont en fibre de carbones (notoirement connu pour être absolument non recyclables) et que le béton immergé ne se recycle pas. Il y a plusieurs initiatives de faire des pales en matériaux composites, recyclables, mais ça reste une technologie très balbutiante et l'impact sur la longévité et les performances des moulins n'est pas encore très clair. De plus comme on le sait, entre les chiffres du promoteur, et la réalité du terrain, un 90% se transforme parfois en 5% pour des raisons évidentes de coût. D'ailleurs 90% du poids étant la turbine, c'est un simple tour de passe-passe d'omettre que 10% du poids non recyclables sont en fait des pales de fibres de carbones de 45 mètres de long.

Selon le rapport du GIEC et un engagement pris par l'Europe des 27 , il faut que l'on réduise de 5% les émissions de CO2 par an jusqu'en 2030, a titre de comparaison, c'est l'équivalent de la réduction qui a eu lieu lors du premier confinement COVID. Il faudrait un COVID "supplémentaire" et pas "successif", tout les ans pour tenir le calendrier! Donc les éoliennes et les centrales a gaz, ça ressemble vraiment a une mauvaise idée a la fois pour le climat, et a la fois en termes de tempo vu le temps qu'il faut pour construire un parc et sa centrale a gaz de compensation !

Donc quelles solutions je propose finalement ? Car si la critique est facile, l'art est difficile! La prochaine partie est clairement politique, et n'engage que moi. Vous êtes libre d'être un peu, moyennement, ou pas du tout d'accord. Je ne suis encarté dans aucun parti, et n'ai jamais collée une affiche pour qui que se soit, et je ne le ferai jamais.

Personnellement je pense qu'il est urgent de stopper tout les projets éoliens in-shore et off-shore, dont celui de Saint-Brieuc, de Belle Ile, de Guérande et des autres. ainsi que de leurs centrales a gaz de schiste associés. Et mettre l'argent des mêmes projets dans des solutions qui ne rejette pas ou très peu de CO2:

  • Faire un régime énergétique en débloquant des fonds pour l'installation de pompe a chaleur en replacement des chauffages électriques, des chaudières a fioul et des réchauds a gaz.

  • Débloquer des fonds pour l'isolation des ménages (si quelqu'un a fait du tourisme au canada il sait que l'isolation des maisons françaises est un carnage de calories autant hiver qu'été). D'ailleurs tout le monde doit être familier avec les "passoires énergétiques"

  • Planifier le "grand carénage" de nos centrales plutôt que de laisser trainer les choses et risquer un vrai accident, investir massivement dans les réacteurs de futures générations, dans les écoles d'ingénieurs et de chercheurs, et dans les laboratoires de physiques nucléaires, (pour avoir la fusion plus tôt par exemple), et des technologies de retraitements plus rapides. Ainsi qu'une réduction des effets de bord d'une telle technologie.

  • Développer les modes de transports écolos et le télétravail pour les employés de bureau (Plus de cyclisme et d'équitation ferait du bien a tout le monde, et réconcilierai les gens avec la nature, plutôt que le véganisme malsain urbain). Développer des moyens électriques partagés de déplacement pour tout les cas ou le vélo n'est pas possible. Forcé les constructeurs auto développer une politique de standardisation des batteries et de recyclage des batteries du parc de voiture électriques. Si a chaque nouvelle génération de voiture, on doit tout remplacer, je ne vois aucun intérêt a la voiture électrique.

  • Développer des machines agricoles électriques ou fonctionnant au méthane (l’élevage produit du méthane réutilisable, via la méthanisation, aujourd'hui pas très développer ou économiquement viable, l'avantage du méthane est sa demi-vie d'une 15aine d'année dans l'atmosphère et donc plus "écolo" que le CO2).

  • Valoriser le tourisme local et la voile (héhéhé) pour réduire les trajets aériens de "plaisance" au maximum. Globalement, valoriser les territoires, au lieu d'envoyer tout le monde en République Dominicaine, en Grèce ou aux Canaries. Pour ça, réduire les taxes sur les professionnel du tourismes (sous conditions de réductions des prix), développer des chèques vacances spéciaux, et imposer une taxe carbone au prorata de la distance a parcourir en avion (tant que les avions rejetterons du CO2).

  • Développer le fret ferroviaire électrique a grande vitesse de nourriture et de matériaux, pour éviter la prolifération des 38t sur les routes. (globalement avoir des TGV pour la bouffe, le bétail, et les chaussures, plutôt que des locos a fioul...)

  • Réduire les charges sur le made-in-france, a l'unique condition que les entreprises reflètent ça sur les prix. (pour inciter les français a la consommation locale plutôt qu'a l'importation du made-in-china, quand un tee-shirt français est a 20€, l’équivalent chinois a la sortie du porte container est de 2€ pour une qualité pas forcément 10x moins bonnes). Le tout pour réduire le trafic maritime responsable d'une grande partie des émissions.

  • Développer le pollueur/payeur pour les ménages, plutôt que pour les industriels. Qui utilise facilement les notes de bas de page pour s'en sortir. (c'est déjà le cas de la fameuse taxe carbone, mais qui aujourd'hui sert surtout pour l'éolienne...) Ce n'est pas grâce aux industries que nous avancerons sur ce point.

  • Éduquer les enfants, sur le CO2, ses conséquences, et ses origines. Et dé-mystifier le nucléaire et ses peurs irrationnelles. Expliquer le fonctionnement des réacteurs modernes, des fail-safes, et bien-sur du traitements et des accidents et préparer la formation de nos futures Einstein de la fusion. C'est mieux que laisser les associations écologiques faire des interventions dans les classes et racontés n'importe quoi.

  • Replanter des forêts pour absorber l’excédent de CO2 et former nos agriculteurs a faire plus, avec moins de terrains, en imposant une rotation des cultures sur le territoire (Par exemple, en Beauce on fait du blé/maïs dans des sols déforestés et presque morts, obligés d'ajouter des tonnes d'engrais, d'insecticides et de métaux lourd, alors qu'en Bretagne on fait de l'élevage intensif sur des terres très fertiles).

  • Développer les activités rurales, et le réseau internet, pour permettre au salariés de bureaux de repeupler les petits villages avec leurs familles plutôt que les grandes villes très polluante. Le tout en favorisant l’implantation d'épicerie/primeur a circuit court plutôt que des grandes enseignes low-cost. (Globalement des épiceries qui vendent les produits des fermes/producteurs locaux plutot que d'importer des spaghettis d'Italie)

  • re-développer une industrie du textile (laine et soie) et de recyclage du textile en France, et sur-taxé les fibres issues du pétrole. (Polyester etc).

  • Detaxer les produits quand ils ne font pas l'utilisation d'un packaging en pétrole (ex: venir avec ses boites en verres au Carrefour, pas de packaging plastique etc)

  • Detaxer les produits de "saisons" et taxer les produits hors saisons issue de l'importation, on se passera bien charlotte a la fraises en hiver mais au moins pas d'émissions de CO2 !

  • Taxer via la taxe carbone les produits issues des circuits longs, et détaxer les produits de circuit cours, il faut qu'il y ai un avantage financier et économique a ce que même les ménages modestes puissent acheter les tomates du voisins sans se ruiner. (Car certains producteurs locaux abusent clairement avec leurs prix, 5€/kg de tomates locales c'est du vol).

  • Sanctionner lourdement les fausses nouvelles, et l'instrumentation de faits scientifiques par les médias (et dans les manuels scolaires!). . Un projet similaire a été rejeté par le parlement récemment, donc les médias (et les manuels scolaires) peuvent dire n'importe quoi sur une loi de la physique ou un fait scientifique, c'est tout a fait légal.

Bref, les solutions précédentes, ne sont ni aux programmes des verts, ni de la gauche, ni du centre, ni de personne en fait. Tellement les politiques ont peur de dire qu'il faut du nucléaire pour lutter efficacement contre le réchauffement, devant un population terrorisée par l'atome. Pourtant, c'est selon moi, le seul programme (modulo que ne je fais pas de politique et parfois des approximations qui m'avantages), qui donne une chance aux enfants de nos petits enfants. Et je pense que "tout régime, impose malheureusement des restrictions", qui causeront des manifestations et des émeutes, comme les gilets jaunes l'ont déjà prouvé si joliment il n'y a pas si longtemps.

Si certains me disent que la France est un "petit" pollueur a l'échelle de la planète. Ce qui est absolument véridique. Je réponds, que je pense que si un pays montre que réduire ses émissions et sa consommation de pétrole est possible a l'échelle de 2-3 décennies, tout les autres suivront. Car jusqu’à preuve du contraire, il y a une vrai volonté de beaucoup d'individus sur terre de trouver une solution pérenne et valide!

Ne vous trompez pas de cible, je déteste le nucléaire autant que vous. Cependant, je considère que c'est la seule alternative si on veut garder un mode de vie presque similaire a celui de nos parents. Et c'est lui qui évitera les coupures de courants en hiver ou été ou le redémarrage de centrales a énergie fossile.

Voilà, ce que je pense de la situation éolienne, situation climatique, et du scandale sanitaire et humain que cela représente.

Merci d'avoir lu jusqu'au bout, soyez sympa dans vos réactions, et faites comme moi: un argument = une source solide (pas un article d'une association dont le président est notoirement idéologiquement antinucléaire par exemple, donc pas d'article biaisé et remplis de fake news de Greenpeace.com par exemple)!

Bonne fin de journée/nav.

27 sept. 2021
0

Très très bien argumenté !
Je suis d'accord avec toi, je ne suis pas pour le nucléaire, mais à ce jour, c'est la seule solution pour réduire les émissions de CO² pour la production électrique. Il est dommage qu'une décision politique a amené à fermer Super Phénix, réacteur à neutrons rapides, dont un des gros inconvénients était le caloporteur au sodium, mais qui assurait la réutilisation du plutonium, "déchet" de nos centrales à eau pressurisée.
Je suis par ailleurs horrifié de la quantité de poids lourds qui circulent sur nos routes. Quand c'est pour des dessertes locales, à la rigueur. Mais des camions qui traversent la France alors qu'ils n'y font aucun chargement/déchargement, c'est une ineptie. Le ferroutage est une solution utilisée, je crois, par nos voisins suisses, mais qui ne se développe pas du tout en France. Lobby des transporteurs routiers, frilosité de nos politiques et/ou incapacité de notre Société Nationale à traiter ce sujet ? Certainement un peu des trois. Et quand un acheteur veut son produit dans les 24h, ça n'arrange pas les choses !
Encore bravo pour ton texte.
Jeff sur VCC

27 sept. 2021
0

Et on ne parle toujours pas de géothermie. L'énergie est sous nos pieds.

27 sept. 202127 sept. 2021
0

Pour ce qui est de l'utilisation de l'énergie, nous avons un gros handicap, nous sommes nus. Pour survivre nous avons besoin de beaucoup d’énergie, beaucoup plus que nos amis les bêtes. Nous sommes tellement nombreux aujourd'hui que la nature n'est plus à même de nous la fournir prête à consommer.
Il faut lui forcer la main. Tous les moyens, que nous inventons pour palier à ce manque, déséquilibrent le fonctionnement naturel de la planète, de ce fait, ils polluent. Vouloir choisir le moindre mal semble raisonnable. Mais en s'appuyant sur quel savoir ? Cela revient à vouloir prédire l'avenir. On arrive presque dans la croyance et la foi et on s'éloigne un peu de la science, j'ai l'impression.
Je dirai donc que, dans ce débat, chacun prêche pour son église.
A temps perdu, si vous ne l'avez pas lu, est un excellent livre de chevet ... mais attention ! ce n'est pas une bible. :-)

27 sept. 2021
1

Ma réponse ne sera pas aussi bien structurée...
Je partage un certain nombre de solutions surtout celle qui visent à modifier nos comportements pour plus de sobriété et de consommations locales mais pas toutes, pas avec les mêmes priorités et certainement pas la solution du nucléaire.
Je ne penses pas que la construction de la centrale à gaz ait été principalement déterminée dans l'objectif d'équilibrer la production des éoliennes mais pour avoir une production électrique en bretagne autre que nucléaire ( la memoire de Plogoff est encore vive) et qui puisse être mise en place rapidement. On sait aussi que les réseaux électriques sont insuffisants pour acheminer toute l'électricité en Bretagne. Il faut donc de la production locale et heureusement, on ne va pas se remettre au charbon.

Quel sera le rendement de la future centrale à gaz ? ( 70%? ) et dans le même temps , on veut supprimer les chaudières gaz à condensation( rendement >95%) pour favoriser les pac: où est la logique ? Ton article en référence sur les PAC ne parle que des chaudières Fioul et des radiateurs électriques. Dans ces 2 cas, on peut partager l'idée. Mais plutôt qu'une PAC à 15k€, ( quand on a le gaz) ne vaut-il mieux pas mettre 5K€ dans une chaudière et 10k€ dans de l'isolation?...
Parlons donc isolation et c'est alors vraiment la priorité.
Le tout électrique...heu, le lobby du nucléaire n'est-il pas un peu trop présent pour faire vendre de la PAC à tout crin, la voiture électrique et tout le reste... Il me semble qu'il va être bien utile de consommer beaucoup d'électricité pour payer la faillite d'Areva et le surcout de l'EPR, la surconsommation sera le seul moyen de faire éponger la dette par les Français et "sans douleur" ou presque...
J'aimerai aussi une donnée sur l'équivalent Co2 de la construction, du fonctionnement, de la déconstruction d'une centrale nucléaire (Brenilis est toujours en déconstruction depuis 1985, fin estimée en 2032). Données auxquelles il faudra ajouter, le cout CO2 du traitement, refroidissement des déchets en piscine, enfouissement et surveillance des déchets pendant xXXXX années.

Je n'ai pas tous les éléments, mais quelques centaines de kg de béton me semblent bien inertes comparé à nos déchets nucléaires. Les fibres de carbone ce n'est pas génial, mais je ne penses pas que nous ayons tous un bateau en métal, et est-ce que ce serait vraiment mieux au niveau du bilan global ?Juste pour dire que les fibres ne nous font pas toujours peur quand ça nous arrangent. On peut peut-être rayer ce point des nuisances "insurmontables" mais nous sommes d'accord qu'il faudra y trouver des solutions.

Les terres rares, je n'ai pas les éléments de comparaison mais j'imagine que dès qu'il y a une turbine il y a terre rare. Il n'y a pas de turbine dans une centrale nucléaire ou pas de terre rare? encore une fois j'aimerai bien un comparatif plutôt qu'un élément à charge dans un sens qui "nous" intéresse. Par contre, c'est complètement biaisé d'y ajouter les batteries. On reproche aux éoliennes d'avoir un fonctionnement intermittents mais on veut leur ajouter la tare d'une solution qui ne sera pas utilisée...C'est le genre de biais qui décrédibilise un argumentaire.

Nous n'avons que de mauvaises solutions et il faut choisir la moins pire. Pour cela, il faudrait de vrais comparatifs et pour l'instant, les données ne sont pas équilibrées.
Si les éoliennes sont si incompatibles avec les besoins énergétiques d'un pays,Pourquoi d'autres y arrivent sans nucléaire ?
ttps://

Hormis la sobriété, le "consommer local", je n'ai pas la solution mais je trouve intéressant de regarder ce qui se fait ailleurs et sans nucléaire: le Danemark à échelle quasi équivalente, l'ile de sein qui cherche son autonomie et qui ( a dû ou) doit se battre avec EDF qui ne veut pas perdre son monopole et veut garder sa production au Fioul ....chercher l'erreur!

27 sept. 2021
0

Dialu, tu compares le Danemark (moins de 6 millions d'habitants) à la France (plus de 1000 fois plus).
Le Danemark peut faire face à sa "petite" consommation électrique en faisant appel aux usines de pompage-turbinage Suédoises et Norvégiennes.
C'est exactement ce que la France ne veut pas, on est pour une indépendance énergétique.
Imagine que nos besoins sur les jours de pointe seront plus de 1000 fois supérieurs à ceux des Danois; et là, nous feront appel à quel pays voisin pour nous alimenter ? L'Allemagne avec son énergie fortement carbonée ou l'Espagne qui a du mal à subvenir à ses besoins ?

27 sept. 2021
0

@ Jatim,

On devrait relayer ton post à tous les politiques qui se présentent pour 2022 ainsi qu'a tous les médias et réseaux sociaux (Linkedin, etc,). il faut soutenir et diffuser ce discours pour contrer les multiples fake news qui circule, etc, etc,

Ainsi, on peu toujours rêver, cela pourrait faire écho et donner un peut de courage à nos futures dirigeants pour prendre les bonnes décisions ... j'ai bien dit, "on peut toujours rêver" mais ne dit on pas aussi "qui ne tente rien n'a rien"?

27 sept. 202127 sept. 2021
0

Oui, c’est un bel exposé et je partage les solutions. Je pense que c'est assez proche des positions défendues par JM.Jancovici.
On peut bien sur toujours discuter et faire évoluer nos positions, la réalité de l'éolienne qui ne tourne pas, est juste mathématiquement, mais non vérifiée semble-t-il sur le parc éolien Français. Il n'y aurait pas eu de journée à 0W de production éolienne enregistrée. Par contre Jancovici explique que le cout d'un MW produit au bon vouloir du vent ne peut pas avoir la même valeur que celui produit pour répondre à un besoin à l'instant voulu.
La technologie des PAC associée à une très bonne isolation me semble être le meilleur compromis.
Les ENR sont à exploiter au mieux, mais en conservant en réserve une production nucléaire sécurisée pour les circonstances extrêmes et défavorables. Comment sécuriser le nucléaire ? Avec une agence indépendante comprenant les meilleurs physiciens et spécialistes détachés de tous liens avec des producteurs d'énergie nucléaire.

Comment exploiter au mieux les ENR, c'est par des phases pilotes d'essais longues durée, les échecs doivent être connus et compris (comme celui des routes solaires). Et aussi, comment et par qui sont évaluées les idées nouvelles ? Il y a des projets de stockage en énergie potentielle, de mini-hydraulique sur les rivières et fleuves, comment se fait le tri sur ce qui est exploitable ou non ?
Dernier point la fiscalité adaptée aux solutions Made in France est une mesure essentielle qui fera grincer les dents des lobbies, mais notre pays appartient aux citoyens pas aux multi-nationales privées et mondialisées.

29 sept. 202129 sept. 2021
-8

Vous pouvez soutenir la thèse sur le co2 mais il faut savoir que cette thèse n en est effectivement qu’une soutenue en fait essentiellement par une gauche ouest européenne (et ses média) qui veut déboulonner le capitalisme et un mode de vie non conforme à une certaine idéologie progressiste.
Il y a certes de gros pbs d ´environnement dont la cause est bien évidemment la suractivité humaine et donc la surpopulation, pb peu évoqué car trop dangereux a manier.
Le climat, c est d abord des climats (tiens on ne le dit jamais) et l océan (peu considéré au départ par le GIEC), quoi qu on le dise les phénomènes complexes ne sont pas compris (ex el Nino) et c’est pas des considérations mondialistes intergouvernementales ou tout simplement politiques qui vont nous aider.

www.climate.gov[...]ort-say

29 sept. 2021
0

Pour la géothermie, parlez-en aux habitants de la région de Strasbourg :
Le 7 décembre 2020, la préfecture de Bas-Rhin a annoncé l'arrêt des deux forages à cinq kilomètres de profondeur menés par la société Fonroche Géothermie au nord-ouest de Strasbourg ; 15 séismes de magnitude au moins égale à 2 sont imputables à ce projet depuis novembre 2019.

29 sept. 2021
0

Bonjour
A Monoa 6 millions VS 60 ratio de 10 pas 1000.
Bonne journée à tous.

29 sept. 2021
1

Il y au moins une chose sur lequel on semble être d'accord, soyons économe dans nos dépenses d'energie et favorisons le local. C'est dejà beaucoup.
Sinon à Moana, 75% c'est toujours 75 % de 6millions ou de 60. On peut même penser que plus le territoire est vaste, (si le réseau le supporte sans trop de perte) les intermittences peuvent mieux se compenser les unes les autres et les besoins se lisser.
La seule chose que je demande aux pro nucleaires anti-eolien: dans vos argumentaires faites un tableau et à chaque fois que vous donnez un chiffre pour l'eolien, donner le pour le nucléaire ( en prenant la durée de vie totale...infrastructure et déchets).
Concernant le stockage de l'energie, il y a certaines expérimentations: il y a des centrales solaires en Espagne, qui emmagasinent l'energie en fluide caloporteur pour pouvoir restituer l'energie en temps décalé.
Il y a aussi, comme le cite chemistrabor, des dispositifs qui utilise l'eolien pour remonter l'eau dans les barrages. Il y a des problèmes pour dimensionner ces dispositifs. Mais je crois que cela vient aussi de ce que l'on en attend.Il faudrait raisonner plus au quotidien comme on le fait sur nos bateaux:on utilise de préférence l'énergie quand elle est là.
Chacun pourrait emmagasiner l'énergie du jour dans un ballon d'eau chaude.ça fonctionne quasi à 100% 6 à 7 mois par an en bretagne, et cela épargne une partie des calories le reste du temps.
Chez EDF, ce sont quand même de super commerciaux et de super communicants: il y a plusieurs années des particuliers pouvaient avoir des contrats EJP très intéressants mais avec obligation de "s'effacer" pendant une dizaine de gros jours de pointe. Maintenant, ils arrivent à vendre à des particuliers un dispositif ( sorte de delesteur pas sur un abonnement individuel mais par rapport au réseau), en disant aux clients qu'ils vont faire des économies. Ils ont trouvé une solution où c'est vous qui payer pour pouvoir lisser la demande sur le réseau. Elle n'est pas belle la vie ?
En tout cas, nonobstant mes digressions sur EDF, ça aussi c'est une solution: adapter la demande à la production.

29 sept. 2021
5

A la lecture de tout ça je me pose tout de même une question :
- beaucoup de gens dont contre le nucléaire.
- beaucoup sont contre l’éolien.
- au moins autant sont contre le photovoltaïque.
- quant à l’hydraulique, chaque fois que l’état ou la région décide d’un barrage, il y a bien 5 à 10 initiatives pour aller contre.

Les gens sont pour quoi exactement ?
Sans doute l’électricité qui sort de la prise sans réfléchir d’où elle vient.

29 sept. 2021
0

Juste pour info concernant les terres rares, pour savoir de quoi on parle:
www.digitalcorner-wavestone.com[...]erique/
www.revolution-energetique.com[...]alites/
J'imagine qu'il y en a donc aussi dans "nos" hydrogénérateurs, pour ne parler que des neodymes.

29 sept. 2021
0

J'espère qu'avec le démarrage du site eolien de ST Nazaire, on va commencer à avoir des données fiables et crédibles sur ce que l'on peut en obtenir sur une année calendaire. Beaucoup d'invests sont réalisés sur des projections, il est quand même necessaire à un moment d'avoir le retour en conditions réelles. Perso, je pense que le plus difficile pour les citoyens c'est de faire le tri entre les intox volontaires des lobbies et autre groupe privés, et les avis les plus objectifs et fondés sur des bases scientifiques et techno solides. Le coup du chauffage par PAC* (pompe à chaleur), je me suis toujours demandé pourquoi cela n'a pas été favorisé par les gouvernements dès la 1ère crise pétrolière de 1973. Est-ce que c'est pas si génial que ça malgrés que le calcul lui semble favorable, est-ce que c'est la fabilité, le cout d'achat qui reste trop fort surtout comparé avec un convecteur elec, ... Difficile de se faire une opinion.
(*) je pense à la PAC air air, la plus rudimentaire conçue juste pour le chauffage. Pour l'eau chaude le chauffe eau thermodynamique associé avec un thermo plongeur (en cas de grand froid), me semble être le bon complément.

29 sept. 2021
0

La PAC air/air est une hérésie ! C'est au moment où tu as le plus besoin de calories (hiver) que l'air est le plus froid, donc qu'il en a le moins. Éventuellement associée à un puits canadien, c'est acceptable. Sinon, l'air à l'admission est préalablement chauffé par une résistance électrique pour que la PAC fonctionne ...

29 sept. 2021
0

@dialu
Concernant le Danemark : certes ils sont faibles producteurs de CO2 puisque l'essentiel de la production élec du DK est fait par des éoliennes. Quand il n'y a plus de vent sur le Danemark, le pays étant petit, c'est sur tout le pays et aucune éolienne ne produit. Comme ils n'ont pas ou peu de centrales (gaz ou charbon) pour reprendre la prod, ils achètent à prix d'or l'élec sur le réseau européeen, l'élec fournie par les barrages de Norvège et Suède et par les centrales au charbon et au gaz des allemands. Pas de vent au DK, pas de vent sur les pays scandinaves. Le Danemark reporte sa production de CO2 sur ses voisins. Sympa.
Pour EDF, et pour les autres producteurs, l'électricité ne se stockant pas, il faut à chaque instant adapté la production à la demande. Avec des critères de tension et de fréquence du réseau drastiques. En France, c'est le rôle de RTE qui demande aux centrales (nucléaires ou non) de faire du suivi de réseau et/ou de démarrer des centrales au gaz ou des turbines à gaz pour s'adapter aux fluctuations de la demande. Ce sont également de très bons prévisionnistes de la demande, demande qui varie entre autres avec la météo, les weekends, etc.

29 sept. 2021
0

Bonsoir
Juste un mot sur les PAC
Le principe est d'évaporer un liquide pour récupérer l'énergie de transition suivant les principes de Carnot. Le liquide doit être adapté aux différences de température ou la PAC doit fonctionner. Certains liquides s'évaporent bien en dessous de zéro.
Les PAC à "air" comme vous le dites évaporent souvent le liquide dans de monstrueux radiateurs accrochés aux façades, mais le soleil, en montagne, peut faire le même travail avec des températures d'air très basses.
J'ai fait un rêve, chauffer tout Paris en utilisant de grosses PAC dont les évaporateurs seraient dans le métro. Les clochards se plaindront surement.

30 sept. 2021
2

A Dialu.

Il est étonnant de constater que les deux pays européens qui ont l'énergie la plus chère (le Danemark 0,30 € le kWh et l'Allemagne 0,31 € le kWh) sont les deux pays les plus équipés en éolienne (48% de la production totale au Danemark et 20 % en Allemagne) et que le pays européen le moins cher est la France (0,17 € le kWh et 7 % du parc en éolien). (données 2019).

Pourquoi un tel constat ?

Parce que l'énergie est un bien qui ne se stocke pas et qu'à tout moment il faut équilibrer production et consommation au risque de dégrader la fréquence du réseau, et cela quelles que soient les conditions de vent ou d'ensoleillement.

Donc, pour les pays faisant reposer la majorité de leur production sur le solaire et l'éolien, il n'y a plus que deux solutions :
- Prévoir des unités de production alternatives et carbonées (une centrale nucléaire ne se démarre pas dans l'heure) avec tout le personnel pour faire tourner ces installations et toute la maintenance associée.
- Importer une énergie de pays voisins, essentiellement carbonée (mais comme dit plus haut, "on s'en fout, c'est pas chez nous !") et à des prix en rapport avec la demande, donc très élevés.

30 sept. 2021
0

Et d’ailleurs c’est bien connu, le Danemark a un gros problème car ils produisent souvent leur énergie éolienne quand il n’en ont pas besoin et sont obligés de la vendre pas cher a la Norvège.
En retour la Norvège leur vend cher leur énergie produite avec de l’hydrologie fort cher quand il n’y a pas de vent.
Quant à l’Allemagne elle produit son énergie avec du charbon en attendant le gaz de Russie et ce avec un bilan carbone catastrophique.

La France a un bon bilan carbone et l’énergie vient du nucléaire.

Un bon mix sans dogmatisme, voilà ce dont on a besoin.

30 sept. 202130 sept. 2021
-1

@ Jeff
la PAC air air (et aussi air eau) fonctionne sur un principe source qui est de récupérer la chaleur sensible de l'air extérieur (voir Wiki) pour la restituer dans l'element à chauffer. Ce n'est absolument pas une hérésie ! Ce qui est absurde c'est l'incompréhension de certains sur des concepts thermodynamiques simples...
N'importequel élève de terminale étudiant en physique comprend très bien que dans les conditions les plus favorables le COP (coef of performance = énergie restituée divisée par energie consommée) dépassera le meilleur d'un rendement de 100 % puisque la chaleur est prise dans une source quasi infinie (air atmosphérique). Bien sur quand la T° de l'air atmo diminue le COP diminue également, il est très favorable jusqu'à 7°C ce qui est déjà pas mal pour le climat de France, à -5° ca chute significativement et à -15° les PAC ne fournissent plus rien.

Il est stupide de mettre une résistance sur l'air entrant dans la PAC, cela n'a aucun interet il est plus simple d'alimenter directement des convecteurs classiques, mais la véritable solution est d'avoir un moyen de chauffage complémentaire (poele à bois par ex) pour les périodes de froid intense qui doivent être exeptionnelles. Les ventes de PAC air air en Norvège ou au Groenland ne doivent pas être faramineuses c'est évident.

@ crescent
Non la chaleur source reste bien essentielement de la chaleur sensible prise à l'air, il y a un peu d'eau atmosphérique qui est condensée mais c'est peu sur le bilan total.
Le fluide caloporteur subit des cycles d'evapo/condensation parceque c'est ce qu'il y a de plus efficace en efficacité d'échange , on pourrait choisir de faire tourner de l'eau glycolée sans changement d'etat mais il faudrait des très grande vitesses de circulation et des très grandes surfaces d'echanges pour arriver aux même conditions qu'avec un gaz vaporisable.

17 oct. 2021
-1

J aime bien cette illustration:

17 oct. 202117 oct. 2021
0

Le problème de la PAC air=>autre fluide est que vers une température de 10°c il y a un gros risque de formation de givre sur l'évaporateur. Le fonctionnement est alors fort perturbé.
Pour retrouver la performance, il faut faire fondre la glace; par exemple en inversant la circulation du fluide caloporteur, ou avec une résistance chauffante.
Évidement cela a pour conséquence de réduire drastiquement le rendement, et éventuellement de le rendre inférieur à 1. 😟
Et puis il faut produire et apporter l'énergie nécessaire au fonctionnement de la pompe. Les ENR peuvent-elles alimenter toutes les utilisations électriques qui nous sont imposées ? Je doute!🤔

Souvenir d'été

  • 4.5 (74)

novembre 2021