Difficile pour la SNSM.

Vont peut-être réfléchir avant de venir nous chercher.

meretmarine.com[...]ontents

L'équipage
27 juil. 2015
27 juil. 2015

14/02/2008 !?

27 juil. 2015

Oui le monde a l'envers ! ,La semaine dernière à 2 heures du matin je vais demander a des " voisins " de cesser de faire du bruit ( musique techno et conversation bruyante ) et on m'a reproché de ne pas m'excuser ......
Pour la SNCM , le remorquage contribue pour beaucoup à leurs frais de fonctionnement . Moi il ne ma viendrait pas a l’idée de porter plainte contre une personne ou une société qui viendrai me porter assistance . Et si je rencontre ces procéduriers , je leurs dirait ma façon de penser .....

28 juil. 2015

La SNCM sont plus souvent à la remorque que d'autre !

:whaou:

Quant à la SNSM l'information datant de 2008 on devrait avoir la réponse maintenant !

Allez s'expliquer devant un juge n'a rien de déshonorant !

27 juil. 2015

C'est la honte. Et malheureusement ce n'est pas fini. :non:

27 juil. 2015

Je suppose que les plaisanciers qui portent plainte n'ont pas pris la peine de s'assurer, sinon ils seraient indemnisés ? C'est vraiment n'importe quoi en effet !

27 juil. 2015

Mais je comprend quje c'est leur assurance qui se retourne contre la SNSM!

27 juil. 2015

pas pris la peine, ou peut-être ils l'ont voulu mais n'ont pas trouvé d'assureur acceptant de les couvrir pour ce type de risques, en fonction de l'âge du capitaine, de l'âge du bateau, de l'humeur/compétence de l'agent/courtier, de je sais pas quoi…

27 juil. 2015

C est les compagnies
d assurance qui portent plainte et non pas les plaisanciers.

27 juil. 2015

C'est la généralisation des assurances qui déclenche toutes ses procédures. La détermination des responsabilités en est la motivation. Je comprends que ça reste en travers de la gorge des bénévoles de la SNSM.

27 juil. 2015

Hé bien si ce sont les assurances qui portent plainte , ils faut qu'elles mettent en place des sociétés de remorquage agrées qui n'interviendront après que lesdites sociétés aient donné leurs accord !!!

27 juil. 201527 juil. 2015

Elles feraient mieux de subventionner la SNSM, car elles auraient davantage de sinistres graves à payer si elle n'intervenait pas.
Certaines le font déjà.

27 juil. 2015

C'est pour ça qu'ils m'ont demandé de signer un papier comme quoi j'acceptais d'être pris en remorque fin juin aux abords du Raz Blanchard.

27 juil. 2015

Si ce sont des professionnels du secours maritime ils se doivent d'être exemplaire... et de maitriser toutes les techniques nécessaire à leur art. y compris les procédures de remorquage. Malheureusement lorsque l'on regarde de plus prés qui sont ils ??? des bénévoles... pour certain issus du monde de la pêche, de la marine, pour d'autre c'est plus complexe. Personnellement je ne suis pas favorable à laisser à des bénévoles le soins d'assurer le secours en mer. Mais le professionnalisme a un coût beaucoup plus important que le bénévolat... et l'état ne veux et ne peux investir dans ce créneau.
Nous nous plaignons du chômage mais favorisons le bénévolat...
A travers ce regard, Il apparait souhaitable d'avoir une avarie à Marseille plutôt qu'au Grau du Roi... Pour le reste, les acteurs de la SNSM veulent bien intervenir mais pas assumer leur responsabilité lorsque cela manque de professionnalisme... et si demain il devait disparaître je suis persuadé que la nature aillant horreur du vide trouvera les moyens et les ressources pour créer des emplois de professionnels des secours maritimes. Une petite dernière afin de vous préparer pour un avenir meilleur, force et de constater que notre incompétence de navigateur est proportionnelle aux dons que nous attribuons...
Bonne navigation à tous

27 juil. 2015

je te souhaite jamais d'être obligé d'avoir à faire à eux ...
:non:

27 juil. 2015

Être bénévole ne veut pas dire incompétent . Les sapeurs pompiers en sont un autre exemple et eux aussi se mettent au service des autres quelques fois au péril de leurs vie tous comme les professionnels .

28 juil. 2015

Les pompier "volontaires" sont payés, eux.

28 juil. 2015

:non:

Pas payes indemnisé :alavotre:

S’il est payé c'est un pompier professionnel :policier:

Décret n° 2013-873 du 27 septembre 2013 relatif à certaines indemnités des sapeurs-pompiers volontaires

28 juil. 2015

Nautisme, montagne, spéléo, incendies, accidents, ils ont un point commun : ils y vont au coup de sifflet sans se poser de questions avec un sens de l'organisation au top.

Et quand tu te retrouves entre leur pattes, qu'ils soient bénévoles ou pas, ils ont le même regard.
Celui des mecs qui ne veulent pas faillir à leur mission.

28 juil. 2015

Tout à fait d'accord avec BlackSails, du temps ou c'était gratuit, une prestation amateure plus ou moins réussie pouvait etre acceptable et l'assurance remboursait la casse sans rechigner. Dorénavant, les remorquages étant facturés, il s'agit d'une prestation de service avec l'attente de résultat qui va avec, cf contrats LOF qui régissent ce type d'intervention. Pour les contrats de simple remorquage, l'unité de facturation est la tonne de bollard pull, donc contrairement à ce qu'affirme la SNSM, le prix demandé n'est pas si dérisoire que ça. En tant que commandant de remorqueur de mer , je vous assure que leurs tarifs sont supérieurs aux notres, alors que nous sommes des professionnels avec obligation de résultat, que nous avons une assurance, et que nous payons les diverses charges, impots et taxes que ça implique.

28 juil. 2015

Bon, alors les bénévoles salut ! Z'êtes pas bons à grand chose...Faire des conneries ! Nettoyer le pont peut-être...Quelle idée aussi, anciens pêcheurs, anciens marins, voulez-vous rejoindre ce milieu de sauveteurs où seuls les pros sont efficaces ? Seuls capables de mener à bien ces missions de remorquage...etc. Et si c'est pas gratuit en plus !
Je me rappelle seulement que: "Ce sont des professionnels qui ont construit le Titanic et des bénévoles l'arche de Noé"...

28 juil. 2015

Pour l'arche la phrase exact est : " des AMATEURS "

Pas trop le choix de "benevolat" vu que sinon c'était la noyade assurée.

28 juil. 2015

C'est bien ce que certains intervenants laissent penser : des bénévoles amateurs...

04 août 2015

Heu ! Pour l'Arche de Noé on n'est quand même pas certain qu'elle ait existé ?!

28 juil. 201528 juil. 2015

Je trouve un peu abusés les commentaires de certains...... Quel remorqueur professionnel ira chercher un bateau en perdition au milieu de rochers ou a la cote, en laissant tout tomber ( remorquage lucratif de bateaux de commerce etc...) et en prenant un risque pour lui même. Si c'est pour ce disputer le marché des remorquages des bateaux en panne d'essence ou de gazole et laisser les vrais urgences á qui voudra bien prendre le risque je ne vois pas le gain pour les naufragés... Si vous êtes en perdition ou même a l'eau, après avoir appelé a l'aide, accepterez-vous mon aide ou attendrez-vous d'être aidé voir sauvé par un remorqueur professionnel ou une personne titulaire du BNSSA? A savoir qu'en France la plupart des primo intervenants sur les drames sont des bénévoles qui toute affaire cessante et au péril de leur vie sont là pour nous et pour vous, en attendant que les vrais pro vous prennent en charge aux urgences ou dans une structure plus sécure.
Je trouve que ce procès fait a la SNSM est vraiment du gros n'importe quoi et que surtout les interventions de ceux qui trouvent ça normal reflètent bien l'état d'esprit de certains pro.
Je ne suis pas bénévole de la SNSM mais ai souvent été impliqué en tant que non professionnel (de part de mon ancien métier) dans le secours aux biens et aux personnes (qui ont toujours été très heureuses de nous voir arriver pour les sortir de leur mauvaise situation, sans nous demander de diplôme de demenageur ou de sauveteurs Pro).
Désolé pour cette réaction qui ne me caractérise pas habituellement mais la je trouve qu'il y a de l'abus.... Surtout de certains intervenants qui ce reconnaitrons.

Thierry ;-)

28 juil. 2015

Il m'est arrivé d'appareiller (officiellement pour essais) avec mon remorqueur lors d'une tempete non annoncée pour assister des voiliers Anglais qui étaient en train de se faire défoncer par la vedette SNSM locale (sur laquelle personne ne comprenait un mot d'Anglais) lors de tentatives de remorquage à l'arrivée d'une course transmanche alors que certains de ces voiliers n'avaient meme pas besoin d'aide. Le tout s'est terminé par des remerciements autour d'un bon café au carré du remorqueur.

28 juil. 201528 juil. 2015

Les équipages SNSM sont de moins en moins constitués de marins, anciens, ou en activité, j'en connais plusieurs qui s'étaient impliqués et qui se sont retirés car ils en avaient marre des incompétents qui font ça pour se faire mousser. Meme en tant que professionnel, le remorquage, c'est un métier à part qui réclame beaucoup d'expérience et une formation spécifique. Un officier de marine marchande pourra passer d'un commandement à l'autre sans difficulté particulière, notre cursus est étudié pour ça, par contre, avant de commander un remorqueur, il y aura toujours un minimum d'expérience préalable requise, puis une passation de savoir faire de la part de nos prédécesseurs, et malgré cela certains n'y arrivent pas (question de feeling) et se réorientent vers d'autres genres de navigation.

28 juil. 2015

Je pense qu'il ne faut pas faire d'une exception la règle, car il y a beaucoup plus de choses bien ( dont on ne parle pas car on trouve ça normal) que de mauvaises manips que l'on commentera, extrapolera et utilisera comme levier pour massacrer toutes les bonnes actions passées dans l'anonymat. Et ca c'est NUL.

28 juil. 2015

C'est marrant de voir comment la SNSM se résume aujourd'hui à du remorquage.....
La dernière interv.: récupération véliplanchiste HS sur les rochers
Avant dernière: recherche en mer de nuit suite à signalement fusée de détresse.
Avant Avant dernière: évacuation skipper suite à crise cardiaque

ça, c'est la semaine dernière....sur demande du CROSS.

SNS 090.

28 juil. 2015

C'est le sujet du fil: procès intentés à la SNSM pour avaries subies lors de remorquages.

28 juil. 2015

La différence entre la SNSM et les pros, c'est que celle-ci ne facture un niveau de prestation lors des remorquages que pour pouvoir financer des opérations bénévoles. Dans certaines circonstances, un remorquage implique obligatoirement des dégâts pour pouvoir sauver l'essentiel du matériel. Je trouve assez moyen l'idée de poursuivre la SNSM lorsque les dégâts sont acceptables au regard des circonstances. Maintenant, s'il y a faute caractérisée, cela peut s'envisager.

28 juil. 201528 juil. 2015

Ils peuvent faire tous le procès du monde, il ne s'agit pas de remorquage; c'est de l'Assistance.....sur demande du CROSS et donc du Préfet Maritime.

28 juil. 2015

Certains propos de ce fil sur les bénévoles de la SNSM...., sur un forum de plaisanciers amateurs... sont CONSTERNANTS !!!!!!

28 juil. 2015

La SNSM est régulièrement attaquée ou mise en cause. Or elle porte témoignage de ce qui reste encore de ce que l'on appelle "la solidarité des gens de mer". Je sens à la lecture de ce fil qu'elle ne sera plus dans quelques années qu'une bien vague nostalgie. Professionnaliser l'entr'aide, condamner quelqu'un qui a porté secours, sont les plus sûrs moyens de faire disparaître cet acte spontané et non calculé qui est d'aller aider en mer un autre bateau que l'on sait en difficulté.

28 juil. 2015

Le sujet du sauvetage et de l'assistance en mer revient régulièrement en ces lieux.
Tout d'abord, la grande et noble tradition du sauvetage par des bénévoles, tout d'abord au niveau local, puis qui se sont regroupés pour optimiser leurs interventions (les Hospitaliers Sauveteurs Bretons par exemple), avant de devenir une organisation nationale qui couvre la totalité de nos rivages maritimes.
Sous l'autorité des CROSS qui assurent la coordination de tous les secours maritimes, la SNSM assure, avec ses bénévoles une mission de service public. Les intervenants de la SNSM suivent des stages dans les domaines de leurs interventions et vont chercher des personnes ou des bateaux dans des coins faciles souvent, mais aussi dans des coins où personne n'irait se risquer. Lorsqu'il s'agit d'opérations d'assistance, la SNSM est autorisée à facturer à hauteur de la couverture des coûts engagés, selon des barèmes précis, soit l'heure d'intervention selon le type de canot engagé.
Pour être bassement matériel maintenant, la SNSM assure ujn maillage serré de nos côtes, avec une disponibilité 24h sur 24 et 365j sur 365. Il arrive certainement que certains équipages s'aient aucune intervention pendant des jours, voire des semaines peut être. Quelle organisation privée pourrait-elle assurer la même service et quel en serait le coût? Certainement énorme.
Qu'il y ait des ratés, c'est inévitable. Dans les cas de dommages au bateau assisté, il faudrait faire la part de la maladresse de l'équipage du "client", par exemple dans l'amarrage de la remorque à leur bord. Le bateau pris en remorque peut faire des embardées considérables (rôle du barreur dans ce cas) qui peuvent endommager sérieusement un balcon. Mais que sont ces dégâts face à un retour au port sains et saufs?
Je trouve particulièrement inconvenants ces procédures engagées par les assurances, encore que celles ci n'aient pas d'états d'âmes idéalistes, elles gèrent un tiroir caisse.
Je trouve également inconvenant que les assistés fassent le moindre reproche à ceux qui sont venus les aider en cas de dommage que l'on peut considérer comme "la part du feu". En cas d'incendie, les pompiers peuvent être amenés à abattre un pan de mur pour accéder à un foyer (je l'ai vécu avec une grange remplie de paille et de foin). Ils demandent alors la signature d'un document pour établir qu'ils l'ont fait en plein accord avec le propriétaire.

Lorsqu'on fait une demande au CROSS, pour une assistance, celui ci précise toujours que l'intervention est payante et enregistre l'accord.

28 juil. 201528 juil. 2015

Déjà en 2006, un arrêt de la Cour de cassation avait pu se prononcer sur la responsabilité de la SNSM qui avait remorqué un navire de plaisance en détresse, mais une fois arrivé dans le port, le navire remorqué avait été projeté sur un autre navire, lequel a lui-même percuté un deuxième navire.. Ce fut une bataille de responsabilité...
/assistance_sauvetage/index.php

28 juil. 201528 juil. 2015

Et si la SNSM se contentait de se recentrer sur son "métier" d'origine, c'est à dire le sauvetage...

On parle ici, semble t-il, d'accidents matériels mais il est arrivé aussi que des remorquages "ordinaires" se terminent par le décès de la personne restée à bord...

Bénévoles ou pas, il faut tout de même bien déterminer des responsabilités.

28 juil. 2015

Et qui le CROSS pourrait-il engager pour des opérations d'assistance qui sont effectivement les plus fréquentes et de loin. Quels moyens disponibles 24h/24 et 7j/7? Quels moyens en mesure de quitter le ponton dans les 15mn (je sais, tu contestes ce chiffre, et même si c'était 30mn!), avec une station dans chaque port, pratiquement? Le tout pour un coût raisonnable?

28 juil. 2015

Je me place strictement sur un plan économique pour la collectivité, c'est ce que j'avais indiqué dans un post précédent, au début de mon 3è paragraphe :"pour être bassement matériel...".
Si on voulait assurer la même disponibilité d'intervention, il faudrait au minimum 3 équipages par canot, payés normalement, dont le coût unitaire serait multiplié par le nombre de stations; on peut imaginer le budget!!!
Les bénévoles pour assurer le sauvetage et l'assistance relèvent d'une longue tradition maritime.
On a le même système en Grande Bretagne avec la RNLI, engagée par les Coast Guards et qui ne facture pas ses interventions d'assistance. A cela, une bonne raison, c'est que le budget de la RNLI est sans commune mesure avec celui de la SNSM et cela pour une autre bonne raison, c'est que tout ce qui flotte cotise chez nos voisins contre 5% des plaisanciers en France, les 95% restants devraient avoir honte! Il est vrai que la contribution aux œuvres dites "caritatives" est vraiment une tradition chez nos voisins, comme les legs car la transmission du patrimoine ne fait pas l'objet de règles comparables aux nôtres dans ce domaine.

28 juil. 2015

@longcours, tu as raison, les contribuables participent aussi au coût du sauvetage au moins par le biais de la subvention très certainement allouée à la SNSM. Néanmoins, cela reste vrai pour tous les moyens de sauvetage sur la route, en montagne ou en mer... Pour tous les moyens de sauvetage, les contribuables mettent la main au porte-monnaie. Je paie des impôts comme beaucoup d'entre nous, mais pour ça, ça ne me gêne pas.

29 juil. 2015

"Cela me gêne plus (mes impôts)qu'ils soient dilapidés par l'état dans quantité d'autres domaines."
Par contre, que chez nous, en Normandie, les canots tous temps et vedettes de la SNSM ne puisse pas sortir durant la majorité d'une journée à cause des marées ne te dérange pas. Je n'ai pas constaté que les plaisanciers aient souffert de cet état de fait...
Ce n'est pas vraiment cohérent..

29 juil. 2015

En baie de Seine, disponibles 24h sur 24 : Le Havre, Ouistreham, Saint Vaast (il est mouillé à l'extérieur). Sorties limitées par les marées : Deauville, Dives, Courseulles, Grandcamp. Plus les Zodiacs qui partent de la plage, comme à Trouville.

29 juil. 2015

Relis bien mon intervention , tu verra que je n'ai pas écris que cela me "gênait" .
J'ai simplement rectifié ton affirmation mensongère qui prétendait que seul 5% des plaisanciers participaient au financement de la SNSM alors que 100% des Français y contribuent au travers de leurs taxes et impôts... ET 100% des Français cela doit bien aussi faire 100% des plaisanciers :)

Dans produits "dérivés" tu inclus les remorquages ?

29 juil. 201516 juin 2020

Tiens des chiffres un peu plus précis :

www.snsm.org[...]3_0.pdf

30 juil. 2015

@ écumeur

19% de subventions publiques.

16 % de partenariats privés......qui donnent lieu à imputation sur le résultat avant impôt, au taux actuel de l'impôt sociétés, comptons 5 % de subvention indirecte.

46 % de générosité qui donne lieu à déduction de l'impôt revenu, sauf à penser qu'aucun plaisancier ne paie l'IR, subvention indirecte, disons 15 % ?

Donc pas 19 % plutôt 40 %, si on compte la subvention par déduction fiscale.

Longcours a raison, la SNSM vit surtout de subventions publiques, sans contrôle réel.

30 juil. 2015

Surtout, je n'arrive pas a voir ce que recherchent tous ces "anti-SNSM"... Parce qu'une fois qu'on a avancé que la SNSM est plus subventionnée que ce qu'on croit, qu'elle exploite des bénévoles incompétents, et qu'elle agit de façon mafieuse sans aucun contrôle de qui que ce soit, on a démontré quoi ?

30 juil. 2015

Quelques concepts qui m'interpellent :

  • "la démonstration des méfaits du bénévolat institutionnel"

  • "Si la SNSM n'exploitait plus la bonne volonté de bénévoles"

30 juil. 2015

Je disais ça pour causer... Tu sais bien : ce curieux besoin, chez les marins, de faire des phrases...

En soi , le bénévolat comporte en effet une part d'ambiguïté. En général à cause de l'égo démesuré de certains, ego qu'on peut retrouver dans toutes les strates de la societe. Alors si effectivement ce n'est en aucun cas la garantie d'une compétence, c'est quand même la promesse d'un dévouement et d'une volonte de bien faire qui peut tout a fait avoir le même poids que le professionnalisme. Mon voisin et ami, équipier SNSM, n'avait peut être pas les compétences d'un professionnel de la mer, mais c'est un plaisancier aguerri, et l'entrainement plus le dévouement en font à mon avis un sauveteur efficace, aujourd'hui patron du zodiac, et qui ne coûte à la collectivité que le temps qu'il ne peut pas consacrer a sa vie de tous les jours lors des entraînements et des interventions.

30 juil. 2015

Ok, je comprend que ça te fatigue. Mais je répondais à nemo, qui s'est exprimé sur le bénévolat. Tu peux donc prendre un peu de repos. :pecheur:

En ce qui me concerne, ce qui me fatigue c'est que je n'ai toujours pas la réponse à cette question : quelles sont les vraies raisons de la mise en cause régulière de la snsm. Parceque les pinailleries sur le taux de subventions ou les mésaventures survenues lors de certains sauvetages, c'est un peu léger...

30 juil. 201530 juil. 2015

Je ne comprendrai jamais ce débat.
Quant aux excès de langage, on est sur le net, tout est permis, de manière anonyme, en rapportant des exemples toujours plus spectaculaires auxquels on ajoute un peu de piment pour donner du relief à la forme, sans apporter de preuves formelles, sans répondre aux questions éventuellement posées.
D'un clic je t'aime, d'un autre je te déteste.
Ici, vous êtes chez les poilus-tatoués, on ne fait pas dans la demie mesure.

Mais, surtout, ça n'a aucune importance, la SNSM s'en tape (j'espère) et n'abusera pas de son droit de réponse.

Donc, lâchez-vous !
Invitez-vous sur le radeau des médusés.

Concernant le bénévolat, à part les bénévoles eux-mêmes, qui doit s'en plaindre ?

Les egos démesurés ? Les incompétents ?
Mais ils sont partout, chère Madame, depuis toujours et les sociétés commerciales en regorgent.
Aussi.

non seul 43 pour cent des francais payent l'impot sur le revenu et c'est eux qui assument 100 pour cent des frais :-D

29 juil. 2015

oups pas vu que tu avait déjà rectifié !!

je parlais d impot sur le revenu, tout le monde devrait en payer meme si ce n est que 50 euros et ce qui est injuste dans ce systeme c est qu un smicard celibataire paye un salaire d impot par an alors qu mec grassement paye avec bcp d enfant n en paye pas alors que c est lui qui profite le plus des retombees de l impot :-)

28 juil. 2015

Oui, bof ....
Notre colonialisme a été exemplaire !

Ce n'est certainement pas le meilleur terrain de comparaison.

28 juil. 2015

Némo 1, des milices armées bénévoles, il y en a déja, du coté de l'extrême droite.
Elles seraient bien contentes d'agir légalement en France...

Mais au vu des résultats des milices armées qui agissent e Irak, en afrique ou en Colombie ou autre...
Le problème est qu'il y en a déja beaucoup de part le monde, et on voit vite en général le résultat de ce que cela donne.
Cela coute cher, elles sont incontrolables, sont la première source d'insécurité et de corruption et sont pires que le mal contre lesquelles elles devaient travailler.
Dons... Pro elles ont pires, alors bénévoles...

Mais cela pose question, pourquoi compares tu une association de secours bénévoles à un service armé (plutot dirigé pour blesser des personnes !!!) ???

Ce sont des vocation absolument opposée et contraires !

Tu dois avoir l'esprit bien confus pour faire cet amalgame !

Tes posts sur le forums révèlent que tu réagis en général contre un peu tout.
Bref, a te suivre, au final, ne faudrait il pas juste interdire la plaisance ?
Ce serait plus simple, moins couteux ?

29 juil. 2015

"Contrairement à ce que tu indiques, une milice n'agit pas pour détruire mais pour aider et protéger.".

C'est une vision très angélique.

Ne jouons pas sur les mots mais si une milice n'agit pas nécessairement pour détruire en revanche elle le fait pour combattre et c'est toujours à la demande d'une oligarchie tout en échappant au contrôle de l'état.
C'est le principe même.

30 juil. 2015

Les définitions 1, 2 et 3 appartiennent au passé.

"tu verras que celles que tu évoques ne sont mentionnées que marginalement.".

Marginalement, non !
Par analogie, oui ! :reflechi:

30 juil. 2015

Non !
Très mauvais exemple.
A revoir.

Décalé = discordance = désaccord = différent
Analogie = assimilation = ressemblance.

:langue2:

30 juil. 2015

A force de te morfondre dans la distinction tu oublies de t'épanouir dans l'assimilation !
C'est bien fait pour toi.

:langue2:

30 juil. 2015

Non !
Assimilation = semblable = comparable et donc différences.
Distinction = séparation = écart

31 juil. 2015

Tu oublies un peu vite que quand on faisait le service militaire avec 17 Fr de solde c'était un peu du bénévolat forcé.
Pour votre gouverne j'ai payé fin juin 340€ de l'heure pour remorquer mon tupperware de moins de 12 m. C'est leur tarif actuel qui est en fonction du canot sorti pour la remorque.

28 juil. 201528 juil. 2015

Intéressante ta dernière phrase que je vais reprendre avant qu'elle disparaisse : "Le tout pour un coût raisonnable?".

Tu admets donc que tu uses (abuses?) de la crédulité (et un peu aussi du plaisir de briller mais ça, c'est un autre sujet) de ces bénévoles et que tu es bien satisfait que ça ne coûte que très peu.

Lamentable. :non:

La logique voudrait qu'il s'agisse de gens rémunérés, qui coûtent ce qu'il valent.

Ah, c'est vrai, il ne faut pas toucher aux icônes :oups: :litjournal:

On devrait faire pareil avec la police : des milices locales armées bénévoles. :pouce:
Juste des volontaires qui font ça pour le bien des autres, à toutes heures, en 15mn sur le pont...

non? :litjournal:

28 juil. 2015

Ben non 100% des Français contribuent par leurs impôts/taxes au fonctionnement de la SNSM

Et aussi 100% des Français contribuent par leurs impôts/taxes au fonctionnement de tout les autres moyens (sauf les interventions réalisées par d'autres plaisanciers/pêcheurs/commerce) qui représente au moins la moitié de toutes les interventions et probablement les plus onéreuses vu que dans ces 50% sont incluses les interventions aériennes

28 juil. 2015

Le budget de la SNSM (26M€, moins de la moitié de celui de la RNLI!) provient pour 19% de subventions publiques, 16% des partenariats privés, 46% des appels à la générosité (dont nos cotisations) et 19% d'autres produits, notamment les "produits dérivés".
La SNSM assure une mission de service public puisqu'elle est engagée en première ligne par les CROSS sur les opérations de sauvetage et d'assistance. C'est le CROSS qui choisit les moyens à engager en fonction de la situation : différents niveaux de la SNSM, hélicoptères de la protection civile ou de la marine, navires des douanes, de la gendarmerie maritime, remorqueurs de haute mer, sous l'autorité du préfet maritime.
Alors il serait bon que les moralistes politiciens de comptoir cessent de dénigrer cette organisation. Je suis comme Menhir, cela ne me gêne pas qu'un petit pourcentage de mes impôts serve à financer des moyens de sauvetage en tous lieux et toutes circonstances. Cela me gêne plus qu'ils soient dilapidés par l'état dans quantité d'autres domaines. Et en plus, je paie tous les ans ma contribution à la SNSM avec le sourire, en même temps que je lui achète mes cartes de nouvel an!

29 juil. 2015

A cela, je vois deux solutions : supprimer les marées ou disposer de canots avec des roues, comme l'engin qui conduit les touristes à Tatihou!

29 juil. 2015

tu es de mauvaise foi , en baie de Seine il y a au moins deux bateaux disponibles 24/24, dont la Ste Anne basée à Ouistreham qui est un canot tout temps .
de ton coté il y a aussi la Mona à Goury qui est aussi un tout temps

30 juil. 2015

Le canot de St Vaast, mouillé à l'extérieur quand il nest pas au bassin, est accessible par un semi-rigide qui est au sec à mi-marée !

29 juil. 2015

Je n'ai pas écrit que seulement 5% des plaisanciers participaient, mais que seulement 5% cotisaient, ce qui est différent!

29 juil. 2015

Non pas "plus précis", mais "plus détaillés" car les pourcentages de recettes que j'indique proviennent de ce même rapport annuel.

30 juil. 2015

J'admire cette manière de triturer les chiffres pour tenter de démontrer que la SNSM est une sorte de vampire qui suce le sang de la collectivité.
Cette sorte de débat m'attriste et me fatigue...

Pour parler du bout me concernant, je n'ai jamais parlé de bénévoles incompétents mais juste de bénévoles dont le statut ne permet pas de garantir la compétence et qui crée une équivoque qui me parait malsaine.

Ce fil et son sujet, les divergences de vue qu'il contient, ses quiproquos et ses contre sens sont la démonstration des méfaits du bénévolat institutionnel.

Je ne vois pas le rapport avec une quelconque démonstration, c'est juste un constat :

Si la SNSM n'exploitait plus la bonne volonté de bénévoles ce serait plus clair, sur tous les plans, mais aussi (beaucoup) plus cher.
Et sous la révérence, quasi religieuse de certains, à l'égard du mode de fonctionnement de cette institution on trouve rapidement la satisfaction de pouvoir bénéficier à l’œil d'une prestation coûteuse.

Encore une fois : remettre en cause le bien fondé du recours au bénévolat dans cette institution n'a strictement rien à voir avec une éventuelle position anti-SNSM. Au contraire : c'est être choqué par le manque de matérialisation de la valeur du travail effectué. :litjournal:

Et bien nous sommes deux : ils m'interpellent aussi. :litjournal:

"En soi, le bénévolat comporte en effet une part d'ambiguïté. En général à cause de l'égo démesuré de certains, ego qu'on peut retrouver dans toutes les strates de la société."

Tu as tout dit.

Pour certains, leur sacralisation de la SNSM les pousse à minimiser l'importance de cette ambiguïté, pour d'autres, elle est gênante et mérite qu'on cherche à l'éliminer.

Tout le fil est contenu dans ta phrase. :pouce:

30 juil. 2015

@ écumeur et hi

Vos réponses se ressemblent :

A une remarque pratique sur le taux de subventionnement réel de l'association, donnée banale pour qui sait lire des comptes d'asso, deux réactions identiques :
il dit ça donc il calomnie la vache sacrée.

Moi c'est ça qui me fatigue.

30 juil. 2015

La raison ?
Peut etre par ce que certains pour faire revivre un vieux marronnier ressortent des infos vieilles de 7 ans , qui plus es en déformant l'informations dans leurs commentaires ...

Que ce que de nous, jusqu'où s’arrêteront-ils? :cheri:

28 juil. 2015

euh, je suis content d'apprendre que depuis plusieurs années je participe à 0% de la communauté nationale…
pourquoi je paye des cotisations diverses, des taxes variés, de la TVA, une TIPP monstrueuse sur le carburant des bagnoles, etc… dans ce cas ?

28 juil. 2015

Désolé Pierre tu racontes de grosses bêtises !

L'impôt sur le revenu c'est un truc payé par ceux qui gagnent le plus.

La TVA qui rapporte bien plus est payée par tous, y compris par un clodo ou routard sans revenu qui va acheter une bière !!!

Tous les couillons qui achètent quoi que ce soit, biens ou services, payent la TVA, quels que soient leurs revenus !

Et c'est bien pour cette raison que les "libéraux" type américains extrémistes veulent augmenter les TVA et baisser ou annuler les impots sur sociétés et propriété !
C'est la politique prônée par l'europe depuis des années, pilotée par un "groupe" ultra libéral (politiquement) calqué sur les états unis, d'ou le projet de libre échange avec les US...
Mais les membres de ce "groupe" étaien aussi dirigeants de la politique Luxembourgeoise d'évasion de capitaux et d'évasion fiscale organisée...
Bref en tant que citoyen il faut rester vigilant et voter a bon escient, et ne pas hésiter à pétitionner (de façon européenne) contre les politiques proposées par certains !

Et c'est ça qui rapporte le plus car sur chaque achat, alors que la plupart des grosses entreprises ou grosses fortunes on des cabinet de "défiscalisation" pour payer le moins possible d'impots malgré leurs profits faramineux, par exemple;

-Google
-apple
-Total
-Loréal
et tous les autres gros groupes internationaux et autres (tres grosses) grosse fortunes...

Dans les exemples ci-dessus, pas mal ont déja du payer des amendes ou sont en négociations dû a leurs abus de "défiscalisations" absolument abusives, lorsque il ne sagit pas de fraudes manifestes.

28 juil. 2015

Pierre 2, je suis obligé de modérer ton affirmation. J ai 3 enfants et je laisse par an 3 fois mon gras salaire, qui m est versé pour des heures grassements effectuées et des responsabilités grassemments assumées. J habite en campagne ou il n y a pas de services de l état, et je ne profite donc pas de l état providence. Si je payais des impôts au prorata du taux horaire au quel je suis rémunéré j en payerai deux à trois fois moins. Je ne rechigne pas à payer l impôt, c est ma contribution à la solidarité nationale, solidarité nationale à laquelle je contribue aussi au travers de mon job. Opposer ceux qui paient des impôts a ceux qui n en paient pas ne fera pas avancer le pays, bien au contraire.
Voila, c est juste une mise au point.

29 juil. 2015

Ben non 100% des Français payent la TVA, la taxe sur les produits pétroliers etc donc j'ai bien écris : via leur impôts et leurs taxes

30 juil. 2015

@ pierre 2

Ce n'est pas exact, il y a beaucoup de subvention "collectivités locales", financées par l'impôt local que chacun paie.

Tout ce post ne fait que confirmer que, bassement matériellement effectivement, tu apprécies que l'exploitation des bénévoles te coûte peu.

Que les britanniques fassent de même n'a que peu d'importance : ils ne sont certainement pas un exemple de probité morale (voir leurs colonies par exemple).

Je n'ai pas dit que le notre était exemplaire, je dis que le leur ne l'était pas.

29 juil. 2015

Oui bof regarde ce qu'on fait lesAnglais en Tasmanie par exemple ...il est vrai pas trop de problème avec les autochtones ...ils les ont supprimés :lavache: :jelaferme: :langue2:

Il y a des milices de gauche comme de droite, ce n'est pas le sujet.

Contrairement à ce que tu indiques, une milice n'agit pas pour détruire mais pour aider et protéger.

C'est leur façon de faire, maladroite, amateur et certainement manipulée qui donne le résultat inverse de leur vocation.

Ce n'est pas si déplacé de comparer deux associations de bénévoles agissant pour la sauvegarde des autres.

En revanche, cette comparaison permet de constater que tu refuse d'imaginer pour l'une les travers qui te semblent évidents pour l'autre.

Un petit détail pour rebondir sur un de tes posts plus bas : souhaiter une professionnalisation de la snsm n'est pas être anti-snsm. Au contraire.

Un dispositif de sauvetage en mer est indispensable c'est de ne pas le rémunérer à sa juste valeur qui me semble scandaleux.

Je suis pro-SNSM et je participe à leur financement. :litjournal:

30 juil. 201530 juil. 2015

Je crois que nous ne parlons pas de la même milice.

C'est vrai que, de nos jours, le terme est utilisé par les médias pour désigner des vilains qui font des exactions.

Cependant, une milice, c'est aussi et surtout des groupements de citoyens constitués pour se protéger ou des corps d'armée auxiliaires.

Pour ton info, je te pose ci-dessous la définition officielle du mot "milice", tu verras que celles que tu évoques ne sont mentionnées que marginalement.

"MILICE n. f. XVIe siècle. Emprunté du latin militia, « service militaire, opération militaire ».
1. Corps de troupe, armée. Une si vaillante milice lui promettait la victoire. Fig. Dans la littérature sacrée. Les milices célestes, ou la milice céleste, l'ensemble des anges, des saints et des bienheureux. 2. Troupe auxiliaire, constituée par levées, qui, dans certains pays, tient lieu d'armée régulière ou sert à renforcer celle-ci. La Garde nationale mobile en France, la Landwehr en Allemagne, étaient des milices. L'armée suisse est une armée de milices. HIST. Du Moyen Âge au XVIIIe siècle, Milices bourgeoises, communales, urbaines, formations constituées par les bourgeois des villes (voir Bourgeois dans sa première acception) en vue d'assurer la protection de leurs cités et d'y maintenir l'ordre, et qui étaient tenues, en certaines circonstances, de prendre part à la défense intérieure du pays. Les milices étaient astreintes au service du guet et des portes. Les milices furent remplacées en 1789 par la Garde nationale. Milices provinciales ou, simplement, milices, à partir du règne de Louis xiv, troupes recrutées par tirage au sort dans les paroisses sur une liste établie par l'intendant, pour constituer la réserve des troupes soldées. Les milices furent créées par Louvois durant la guerre de la ligue d'Augsbourg. Officier, sergent, soldat de milice. Se rencontre souvent au singulier, avec un sens collectif. Tirer au sort pour la milice ou, ellipt. et fam., tirer à la milice. Exemption de milice. 3. Nom donné, dans certains pays, à diverses forces de police supplétives chargées de la sécurité intérieure de l'État. Spécialt. La Milice française ou, ellipt., la Milice, organisation paramilitaire de volontaires, créée en 1943 par le gouvernement de Vichy pour combattre la résistance à l'occupation allemande et renforcer la répression. Par anal. Se dit de formations paramilitaires constituées illégalement à des fins particulières ou dans des circonstances exceptionnelles, pour défendre par la violence des intérêts privés. Milices privées. Milice ouvrière, milice patronale."
:litjournal:

Par analogie, c'est donc décalé par rapport à la signification elle même.

Par exemple et pour prolonger un autre fil :
Un transporteur peut être assimilé à la poste pour le transport des colis.

Ce n'est pas pour autant que les transporteurs sont la poste.

:acheval:

Analogue n'est pas identique
Ressemblance implique différence car sans différence ce n'est plus ressemblance mais identité
:langue2:

Penses-tu vraiment que je me morfonde?

Je suis ravi de passé pour distingué et tout aussi content de ne pas être dilué dans l'assimilation.
Que pourrait-il y a voir de pire que de perdre ses différences? :-p

29 juil. 2015

Selon ton exemple les Kurdes sont donc des milices armées ...elles me semblent assez efficace , en tout cas plus que l'armée Irakienne pourtant bien mieux équipée par les USA.
Et donc toujours d'après toi ces mêmes Kurdes sont pires que ceux contre lesquelles elles devraient travailler ...
Nous sommes en démocratie libre à toi de les trouver pire que Daesch, même si ton exemple s'éloigne pas mal de la mer et de la SNSM, peut etre la mer de sable ?

28 juil. 2015

Racingbee pas de bateau, pas de profil, donc on se fait très petit.

28 juil. 2015

Bah si, j'ai un bateau, Si j'ai fait le choix de ne pas étaler mes coordonnées personnelles sur ce site, c'est que j'ai une extreme méfiance d'internet et de ses dérives, et que l'on ne sait que rarement à qui on a affaire en réalité. L'exemple est dans ce fil: crois tu que mon armateur (accessoirement celui qui me verse mon salaire) serait satisfait si il apprenait que j'avais utilisé le navire dont il me confie le commandement pour filer un coup de main gracieux à des voiliers en difficulté, meme si la cause est noble? Sinon dans la vraie vie, je suis tout à fait ouvert et convivial, et n'hésite pas à faire valoir mes opinions de la meme manière qu'ici, sauf qu'un fois le grain passé, on boit un coup et on parle d'autre chose.

28 juil. 2015

Je lis plein de posts anti- SNSM.

Ben s'ils sont jaloux, leurs auteurs peuvent faire partie de la SNSM, c'est gratuit et les portes sont ouvertes à tous les bénévoles
:mdr: :bravo:

Si ces posts sont écrits par des gars appartenants a des socétés de "sauvetage" privées, hé bien franchement, je n'aurais pas confaiance dans des gars qui fabriquent ce genre de posts :oups: :jelaferme: :policier:

Si ces posts écrivent cela par idéologie anti-association (car les associations d'individus construisant une société plus humaine sont par essence des anti-capitalistes et des communistes invétérés qu'il faut débusquer et faire taire) hé bien je leur conseille de ne faire appel qu' des socétés de sauvetage / remorque privées et affiliées a des partis politiques adaptées à leur opinions...
Mais pourquoi donc taper sur la SNSM ?
:-)

Mais en général nous le savons tous, des groupes aimeraient voire disparaitre ce maillage national pour le remplacer par des sociétés privées non indépendantes mais ayant un pouvoir de lobbying suffisant pour "ériger des reglements"
:lavache:

Et qui paieraient ce "progrès" a votre avis ?
L'état ? :tesur:

Ce serait votre porte feuille et vos primes d'assurances, et c'est tout et tout le monde le sait.
Alors les demeurés qui démontent la SNSM par idéologie, je crois bien que nous sommes une très grande majorimté à en avoir un peu marre et de ne plus les supporter !!!!

28 juil. 2015

(Vote par erreur de frappe.)

@Misurarca, tu t'emballes !

quand tu dis "car les associations d'individus construisant une société plus humaine sont par essence des anti-capitalistes et des communistes invétérés qu'il faut débusquer et faire taire"

Euh ! .... T'es sûr du coup ?
Fais le compte du nombre d'assos politiques de tout bord, notamment d'extrême droite.

L’article 1er de la loi du 1er juillet 1901, définit ce qu’est l’association :
"c'est la convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun, d’une façon permanente, leurs connaissances ou leur activité dans un but autre que de partager des bénéfices…".

Rien de plus.

30 juil. 2015

OK Yves, tu as entièrement raison !

je me suis emballé, j'avais oublié les associations nuisibles !

:tesur: :lavache: :jelaferme: :heu: :oups: :lavache: :jelaferme:

J'avais bien sur en tête de "vraies" associations style SNSM, bases nautiques, sport, patrimoine etc...

J'avais oublié que des associations "politiques" ou syndicales genre "UIMM" (voir lien suivan pour s'informer) ou opportunistes pompaient le statut pour escroquer le fisc ou les fonds publics.
lexpansion.lexpress.fr[...]34.html

Mais là ils sont en association, mais pour partager les bénéfices indirects de leurs politique !!!

Désolé, je ne peut pas avoir toujours l'esprit suspicieux, donc ok, désormais je ferais attention, je n'utiliserais plus abusivement le mot "association' merci Yves de me sermoner de la sorte, je suis donc un pénitent en puissance !!!

(en plus il existe l'expression "association de malfaiteurs" je crois bien, bigre !!!

28 juil. 2015

Mélenchon, sors de ce corps!!!!!
On ne m'avait pas encore sorti la théorie du complot.
Il s'agit juste d'arreter d'idolatrer niaisement la SNSM, mais de remettre les choses à leur juste valeur, d'autant plus lorsqu'ils facturent leurs services. Maintenant, c'est comme partout, il y a chez eux quelques personnes valables, mais malheureusement beaucoup le sont moins, et la tendance au sein de cette association est à favoriser plus ceux qui ont le faire savoir au détriment de ceux qui ont le savoir faire.

30 juil. 2015

Ben...

Il n'y a pas besoin de théoriser sur un complot, juste de lire les interventions des professionnels anti-SNSM pour concurrence déloyale, cela se fait aussi dans d'autres domaines, des boites privées qui attaquent en justice les associations, bref pas nouveau tout ça, tu étais sur quelle planète ces derniers 20 ans ???

Mon pauvre Racingbee, faut sortir un peu, ne serais -ce qu'au kiosque a journeaux le plus proche à 50mètres de chez toi, car ces débats sont dans la presse publique et pas nouveaux, si tu ne lis pas la presse nautique ou il y a eu de nombreux articles, et encore plus intéressants des débats entre... parties opposés associations-sociétés privées !

30 juil. 2015

Quant à Racingbee qui me sort le coup de mélanch...sort de ce corps...
:mdr:
Je parie qu'il est fonctionnaire en plus !

Alors que moi je suis (durement) à mon compte et ne peux compter sur personne !
:acheval:

29 juil. 2015

A l'insulte ! Ultime argument de ceux qui en manque cruellement, souvent ceux à qui s'applique l'histoire de la paille et de la poutre ...

28 juil. 2015

A ceux que ça peut rassurer, à ceux qui pensent qu'un mec qui s'échoue est un gros c..., un voilier fraîchement restauré à Saint-Malo s'était échoué sur le banc des Pourceaux devant Dinard il y a environ 25 ans. Il s'agissait de Pen Duick avec à la barre Monsieur Eric Tabarly, c'est l'occasion pour moi de lui rendre hommage tellement j'ai pu l'apprécier lors de nos trop brèves rencontres....

Comme quoi, ça arrive même aux meilleurs....

29 juil. 2015

A lire certains, ça n'arrive jamais ! Et cela ne devrait jamais arriver ! c'est ça les pros...

29 juil. 2015

2 points importants pour recentrer un peu le débat :

1- Ecumeur l'a dit et redit : c'est le CROSS qui décide ou non d'engager la SNSM. Le CROSS étant un service public composé de professionnels plus qu'aguerris, sa décision d'engager des bénévoles prend un certain sens.

2- le rôle de la SNSM est, avant tout, de sauver des vies. Accessoirement, de ramener le bateau au port. Leurs moyens sont étudiés avant tout pour rejoindre, transborder et mettre en sécurité les équipages en danger.
Exactement l'inverse de celui du remorqueur professionnel, qui lui est compétent pour ramener le navire au port. Et accessoirement pour sauver des vies. Mais je ne pense pas que ça arrive souvent, les moyens ne sont pas adéquats.

Alors évidemment la question est : pourquoi la SNSM sort son canot pour aller ramener au port un semi rigide en panne d'essence ou un voilier GV déchirée... C'est le CROSS qui décide, c'est à lui qu'il faut poser la question... Mon petit doigt me susurre que c'est 1- pour parer à toute éventualité de dégradation de la situation, 2- parce que les équipages SNSM ont besoin de s'entraîner, ne serait-ce qu'à se mobiliser rapidement, et que ça, ce sont des mécanismes qui ne s'acquièrent que dans la répétition. Donc toute occasion est bonne à prendre.

29 juil. 2015

Je trouve insensé que sur ce forum il faille régulièrement répéter ces principes de base, même chez les intervenants les plus aguerris.

Pour la énième fois (jusqu'à la prochaine) et pour compléter les propos de Hi, la SNSM n'est qu'une composante des moyens qui interviennent au titre de l’action de l’état en mer.

Elle ne décide de rien, elle peut donner son avis sur les modalités d'une intervention quand elle est sollicitée, puis ... elle obtempère !

29 juil. 2015

Donc racingbee, si tu vois un bateau en difficulté quand tu navigues sur ton bateau personnel ( dont tu gardes jalousement le secret), tu te gardes bien de porter assistance, pour prévenir ton armateur de le faire .

29 juil. 2015

Alors toi, t'en tiens une vraie couche!!!!!!

29 juil. 2015

Bonsoir,
Félicitations à tous... je tiens également à remercier sincèrement Racingbee, merci pour ton soutient.
Je sais, j'exagère... mais si je ne le fais pas qui le fera à ma place...
Il apparait à travers le dernier message de Racingbee que je suis d'accord avec lui... Le manque d'argument et frappant et le plus médiocre pour n'avoir plus que le vecteur du pédigrée nautique à opposer...
Par ailleurs, je garde espoir dans la solidarité des gens de mer, et je sais que cela nous tient tous à coeur...
Je vous souhaite à tous de bonnes navigations et vous adresse mes amitiés nautiques les meilleures...
J'oubliais, sans jugement...

30 juil. 201530 juil. 2015

Au lieu d'attaques personnelles débiles de la part de certains qui ne font nullement avancer le débat, il serait plus judicieux de se recentrer sur la question d'origine. En gros, la SNSM, grandement financée directement ou indirectement par des deniers publics facture certaines prestations lorsque l'on fait appel à leurs services. D'où procès éventuels lorsque cette prestation est mal exécutée. Pour certains, cette association est érigée sur un piédestal à tel point qu'ils ont un statut d'intouchables, limite sectaire. La question est : aujourd'hui, ce système est-il au top, ou peut-on faire mieux autrement, c'est ce que je pense. Et le tout avec une "best value for money". Il est certain que ça ne peut pas se faire sur le modèle actuel, mais une organisation, ça se modifie. Sur le littoral maritime Français, nous avons pléthore de moyens: gendarmerie maritime, douanes, affaires maritimes, sécurité civile, armée, sociétés de remorquage et de sauvetage privées, toutes servies par des professionnels, duement brevetés, sélectionnés, et formés. Puis il y a la SNSM qui a également son réseau. A mon avis, en remplacement de la SNSM, si on met à disposition du prémar, et donc des cross tous ces moyens existants en plus de leurs missions habituelles (un peu sur le mode de fonctionnement des coast guards), à terme, ça doit fonctionner. L'exemple en est les compagnies de remorquage portuaire: dans les ports Français, il n'y a pas de remorqueurs uniquement dévolus à la sécurité, ce sont les remorqueurs qui assurent le trafic commercial qui sont viabilisés en facturant ces prestations, qui sont spécialement équipés et répondent à un cahier des charges défini par l'administration pour assurer la sécurité H24 365 jours par an.

30 juil. 2015

"En gros, la SNSM, grandement financée directement ou indirectement par des deniers publics facture certaines prestations lorsque l'on fait appel à leurs services. D'où procès éventuels lorsque cette prestation est mal exécutée.".

Non.
Les "procès" à l'encontre de la SNSM ne sont pas liés à son mode de financement.

"Sur le littoral maritime Français, nous avons pléthore de moyens: gendarmerie maritime, douanes, affaires maritimes, sécurité civile, armée, sociétés de remorquage et de sauvetage privées, toutes servies par des professionnels, duement brevetés, sélectionnés, et formés. Puis il y a la SNSM qui a également son réseau".

Non.
A l'exception des "sociétés de remorquage et de sauvetage privées" (j'y reviendrai), tout ces moyens sont, depuis 2010, regroupés sous l'appellation FGC (Fonction Garde-Côtes). Y compris la SNSM.
De quelles sociétés de sauvetage privées parles-tu ?

"un peu sur le mode de fonctionnement des coast guards"

L'US Coast Guard (et toute l'Europe) suit de très près la FGC française parce que précisément l'USCG ne donne pas toute satisfaction au gouvernement fédéral. Notamment sur le plan économique (c'est un gouffre) mais aussi parce que la FGC française permet de cumuler sur un même navire (par exemple) les prérogatives de chacune de ces entités.

La FGC totalise plus de prérogatives que l'USGC.

"ce sont les remorqueurs qui assurent le trafic commercial qui sont viabilisés en facturant ces prestations, qui sont spécialement équipés et répondent à un cahier des charges défini par l'administration pour assurer la sécurité H24 365 jours par an".

Non.
Par exemple, tous les remorqueurs ne sont pas équipés de lances à incendie.
Pour le reste, ils assurent la sécurité au même titre que les autorités peuvent l'exiger de tout navire sur la zone d'un événement.

30 juil. 2015

Pire que mieux, c'est toujours mieux que mal... Et quand on sait de quoi on parle, on n'éprouve pas le besoin de dire aux autres de la fermer...

30 juil. 2015

En complement : la SNSM ne facture pas une "prestation" au sens propre, parce qu' une prestation se rémunère par rapport à une compétence, une expérience, une formation, des diplômes, du temps passé, des charges diverses, etc... Or, à ma connaissace (mais je n'ai pas approfondi la question), ce que facture la SNSM c'est uniquement l'utilisation du matériel et le carburant consommé.

30 juil. 2015

T'en fais exprès, ou quoi, les procès contre la snsm sont dus au fait qu'ils facturent des remorquages, et que par incompétence, ils font pire que mieux. Tous les moyens dont je parle sont déjà payés par nos impots, effectivement, les USCG coutent cher, mais ils regroupent en une seule entité toutes celles que nous avons. Donc au niveau du cout réel pour le contribuable Français, on est largement au dessus. Quant à la FCG, c'est encore une branlette administrative comme seule l'Europe sait en pondre, dans la pratique: chacun son taf, des fois qu'on supprimerait des fonctionnaires. En clair, quand on sait pas de quoi on cause, on ferme sa bouche, comme je l'expliquais précédament, chaque port maritime exige un certain nombre de remorqueurs de sécurité. Maintenant pour le commercial, l'opérateur met généralement plus de remorqueurs pour faire face au trafic, et les surnuméraires ne rentrent pas dans le cahier des charges sécu. De plus, meme les remorqueurs de sécu ne sont pas tous tenus d'etre homologués FIFI 1. ps: je te rappelle que c'est mon job.

30 juil. 2015

certains commentaires de pros sont désolants
Le jour ou la SNSM mettra la clé sous le paillasson, beaucoup d'entre les détracteurs pleureront.
J'admire ces gens qui même la nuit sortent par tous les temps pour sauver des vies humaines.
Et ZUT le matériel ça se remplace, pas une vie.
Longue vie a la SNSM
@+ et bonnes navs.
Alain

30 juil. 201530 juil. 2015

Bonjour,

Moi, je suis tout à fait d'accord avec Racingbee :

1- pas question que je complète une quelconque fiche sur ce forum ou un autre.

2- faut laisser faire les sociétés de remorquage professionnelles. Elles, à la différence des stations de la SNSM équipées de bénévoles non compétents, elle ne connaissent pas l'échec. Et si par malheur c'est le cas, elles assument leurs responsabilités. Et tous ceux qui viendrait me dire que les côtes bretonnes pensent le contraire ben ils ont aussi tord que ceux qui pensent qu'Alphonse Arzel et Louis Le Pensec c'est contre la compagnie pétrolière qu'ils ont gagnés à Chicago !

Jean
P-S : ceux qui pourraient penser que j'ai une dent contre the bee's compagnie, se trompent aussi. :acheval:

30 juil. 2015

Il y a une dizaine de jours , un message du CROSS sur le 16 demandait aux bateaux à proximité de tel endroit de bien vouloir aller remorquer un bateau en panne moteur et ceci jusqu'à tel port ( pas le plus proche en plus ) et donc à la lecture de ce fil je me posé la question suivante : le jour ou je remorque un bateau en panne , sur demande du CROSS et qu'il arrive quelque chose , que se passe t-il ?

30 juil. 2015

Au risque d'étaler ma couche, je ferais remarquer que mes propos ne comportent pas d'insultes, ni de termes tels que "branlette administrative". L'expression du professionnalisme doit certainement aller de pair avec la grossièreté.
Lorsqu'on emploie des termes semblables, c'est qu'on a perdu son sang froid.

31 juil. 2015

RELATIVISONS:
Depuis 1993, à moins de 300 milles des côtes françaises ( de l’Irlande au Portugal en passant par les Açores et du Maroc à la Sardaigne) sur 137 ACCIDENTS relatifs à des voiliers, 100 ont fait l'objet de SAUVETAGES de personnes.

  • 13 ont été effectués par les pompiers,
  • 12 par la S.N.S.M ou la R.N.L.I.
31 juil. 2015

Certainement parce que les CROSS ont ordonné des interventions avant que les personnes ne soient en danger... Comme ce sont eux les seuls juges de la pertinence d'engager LA SNSM, on peut continuer longtemps à discuter comme ça... Pour trancher, il faudrait les rapports des CROSS ou au moins un document détaillant leur politique de mise en œuvre des moyens de sauvetage.

31 juil. 2015

Hi: Mes données sont relatives aux rapports des Préfectures Maritimes dont dépendent les Cross...

03 août 2015

"elle ne connaissent pas l'échec"
:mdr: :mdr: :mdr: :mdr: :mdr:

Je sais pas si vous comme moi avez fait travailler ou travaillé avec des "professionnels" dans le batiment, la mécanique auto , nautique, l'électricité ou la plomberie (liste non exhaustive) ?
Alors la phrase les entreprises professionnelles: "elle ne connaissent pas l'échec"

Mort de rire !!!

Les entreprises "marines" ne forment pas forcément mieux que les autres entreprises "terrestres".

La SNSM forme et entraine aussi ses bénévoles, il suffit d'en discuter avec des membres actifs pour le savoir.

Alors taxer des bénévoles d'incompétents parce qu'ils sont bénévoles, cela semble juste être que de la très mauvaise foi.

Personne à ma connaissance n'a dit ici que le fait d'être bénévole signifie incompétent.
Juste qu'être bénévole n'est pas un gage de compétence. Nuance.

Il y a des compétents bénévoles comme des compétents professionnels, des incompétents bénévoles comme des incompétents professionnels sauf que, un professionnel, rémunéré, exprime clairement son objectif et la récompense qu'il souhaite, contrairement à un bénévole, un professionnel incompétent va perdre sa clientèle, pas le bénévole, et les voies de recours sont claires si une incompétence de professionnel occasionne des préjudices alors que pour un bénévole...

Les pompiers professionnels sont en pratique foutrement plus efficaces que les pompiers bénévoles.
C'est juste un constat. :litjournal:

03 août 201503 août 2015

"Tu te doutes bien que si un pompier volontaire n'avait pas les compétences du rôle qu'on lui demande de jouer, il dégagerait vite fait. "

Non, je ne me doute pas mais, en revanche je doute. :litjournal:

Je peux te dire que lorsque je passe derrière des pompiers volontaires (puisque bénévole ne te plait pas) et lorsque je passe derrière des professionnels, je vois "un peu" la différence.

C'est un peu comme si tu compares le terrain après des fouilles d'archéologues ou après le passage d'une pelleteuse.

Mais, effectivement, ils sont aussi formés.

Sur le plan du concept d'"engagement citoyen" j'ai des difficultés à saisir la contrepartie qui en est retirée mais ça, c'est une autre histoire (trouver quelle est en réalité la carotte qui fait avancer l'âne pour comprendre ses vraies motivations). :litjournal:

P.S. en te relisant, j'espère que tu ne fais pas allusion aux opérations volontaires des pompiers pro qui ne sont destinées qu'à bénéficier simultanément du salaires de pro, en dehors des interventions, et du dédommagement des volontaires en opération (vu ce qu'ils gagnent, ce n'est que justice). Celui là reste un pro.

Celui dont je parle, c'est le volontaire de campagne, le rustique celui qui n'est pas caserné.

03 août 2015

pour ce qui est des pompiers il y a presque autant de cas de figures que de casernes ,.
il y a les grands centre comme Paris ou Marseille avec presque exclusivement des pros , puis les villes avec une permanence pro avec un regime 24/48h et un support de "volontaires" et les petit centre avec uniquement des volontaires ...

Pour ce qui est des pompiers et pour le peu que j'en sache, ils m'ont expliqué (un SDIS) que les volontaires et les pros casernés ensemble sont les mêmes personnes qui sont alternativement pro salariés et volontaires indemnisés pour arrondir les fins de mois.

Je ne sais pas non plus ce qui motive profondément ceux que tu évoques.
Ca m'inquiète un petit peu (juste un petit peu parce que ce qu'ils font est ailleurs) mais quand même.

Moi, j'suis resté très basique : me taper sur le doigt avec un marteau me fait mal.
Pour que je me tape sur le doigt il va falloir me proposer lourd.

C'est quoi leur lourd? :tesur:
Est-ce que ça ne leur ferait pas plaisir?
Comment imaginer tirer du plaisir du malheur d'autrui?
Le syndrome du chevalier blanc?

Mystère, mystère... :lavache:

03 août 2015

Trop fort l'on part de la SNSM et maintenant tu nous parle de cardiologues qui sillonnent l'Afrique :langue2: :bravo:

04 août 2015

Bravo d'avoir cité le Pr Deloche. Il a bien du en entendre aussi, des critiques dans sa vie, mais lui, tranquille, continue sa route, et professionnels et bénévoles poursuivent son action (surtout auprès des enfants)
:pouce: :bravo:
Que la SNSM continue de faire ce qu'elle fait bien, à mon avis elle ne doit même pas lire les commentaires des plaisanciers. Pour ma part, je lis régulièrement ses revues, ses conseils de prudence et les récits de ses interventions.
Et ca, on ne le lit nulle part ailleurs.
Il y a aussi un catalogue de petits objets et vêtements marqués "sauveteurs en mer"
C'est class' non ?

Je nuancerais ton constat.

Au-delà de la prolifération des activités à risque que tu évoques (je ne partage pas cette observation) c'est plutôt un refus sociétal de la notion de risque qui me semble être l'élément déclenchant.

Jadis, la sélection naturelle était un fait normal.

Un alpiniste qui dévissait et se tuait c'est dans la nature des choses. En escaladant il savait courir ce risque.

Un marin qui part en mer savait qu'il mettait sa vie entre les mains du destin.
Etc.

De nos jours, il n'y a plus d'activité à risque.
Les techniques, la météo, le matériel, les secours sont là pour sauver la vizumène.

C'est, à mon sens, la déresponsabilisation de notre société qui engendre cette dynamique du non-risque.

On roule à 130 avec des voitures qui seraient capable de rattraper un tonneau à 200km/h en laissant les occupants ressortir sans un faux pli alors que jadis on roulait à 200 dans des boites à chaussure.

Du coup, le "brave type" qui fait c'qu'y peut pour sauver un "pauv'gô" qu'a pas eu d'chance doit devenir un rouage de la structure sociétale tournée entièrement vers la sauvegarde de l'individu, sa sécurité etc...

Je ne crois ni en un dieu, ni au père Noël ni au don de soi :non:

Oui et soi-même pour décider de sa vie.

Si si : très clair.

Décider de sa vie ne veut pas dire lui donner un sens, ce serait d'ailleurs absurde, la vie est un simple phénomène biologique dénué de sens ou de motif.

Décider de sa vie c'est, tant que faire se peut, faire ce qu'on veut, comme on veut quand on veut.

Le don de soi pourrait, à ce titre, faire partie d'une décision de l'orientation de sa vie dans la mesure ou se don de soi est réellement détaché de toute contrainte.

Est-ce que mère Thérésa aurait été mère Thérésa si elle n'avait pas été sous l'emprise de sa croyance religieuse?

Comme je l'ai souvent répété, la Priorité des priorités est, pour moi, la Liberté.

Je remarque que beaucoup ont des difficultés avec le regard induit par ce principe. :litjournal:

Non : aucune contradiction.
La pensée est nécessaire pour se nourrir etc. et elle fait elle aussi partie du phénomène biologique.

Il se trouve que l'homme a la vanité de penser détenir plus de faculté de penser que les autres animaux mais cela ne change en fait rien sur la nature et la fonction de la pensée.

les animaux elaborent des strategies tres complexes pour se nourrir ça va au dela de l'instinct :-)

04 août 201504 août 2015

Bien heureux l'esprit à l'égard d'un jugement qu'il tient pour vrai sans aucun mélange de doute.
Putain, j't'envie ! :-p

Messie, messie comme disait l'Autre.

Dans l'ordre :
1°) Bon

2°) Ce qui m'apparait comme motivation la plus probable est l'incapacité de s'assumer seul, le besoin d'un guide impératif pour mener sa vie, choisir sa lessive voire penser.
C'est pour moi ce qui réuni les militaires et les religieux dans une même dépendance.

3°) Pour les autres, la contrainte c'est l'absence de chemin, le devoir décider, choisir.
Tu sais comme moi que, pour une majorité, il faut poser des questions imposant la réponse pour obtenir une décision : on ne demande jamais à un groupe "que feriez-vous" mais "vous êtes d'accord pour faire cela".

4°) Et si ce que tu pourrais appeler égocentritude n'était, en fait, que l'établissement d'un point de repère.
Une certitude est éphémère.
Elle peut évoluer varier, se retourner, disparaitre.
Son rôle est de servir de pivot, de point de vue pour évaluer le monde.
Je ne détiens pas de certitudes, juste des doutes.
Mais pour avancer avec les doutes, marécage mou, filant, putride, il faut pouvoir se placer sur un radeau de certitude qui permet de surnager et de regarder plus loin.

Et toi, que fais-tu quand tu mènes ta vie de fétu sinon, juxtaposer des instants de Vérité.

Tu vis que tu l'mérites :mdr:

D'une part je ne cherche en rien à te convaincre tu n'es pas l'un et je n'ai aucune envie de l'autre, d'autre part l'image de petit Playmobil binaire est aux "gentils podes" de ce que je pense.

Le désordre intérieur, je connais un peu.

C'est à cause de ce désordre, de ces doutes, qu'il me semble nécessaire de recourir à des vérités pour avancer.
C'est un peu comme des lianes pour avancer dans la jung' façon Tarzan.

Pour le fétu, c'était plus fort que moi, j'ai trouvé l'image jolie
:cheri:
;-)

04 août 2015

Méfie-toi alors de ne pas être sélectionné :-D

03 août 201503 août 2015

Il ne s'agit pas d'opposer les compétences des pompiers pros aux bénévoles mais de comparer les compétences des pompiers professionnels à celles des pompiers volontaires.
Nuances.

L'entraînement n'est pas le même, leur mise à disposition non plus de même que leurs fonctions au feu.

Les pompiers volontaires ont aussi des séances d'entraînement avec les pros de la même manière que les volontaires de la SNSM s'entraînent régulièrement avec la sécurité civile, la marine nationale ...

Il y a une complémentarité nécessaire qu'aucun pro ne récuserait dans les 2 cas.
Tu te doutes bien que si un pompier volontaire n'avait pas les compétences du rôle qu'on lui demande de jouer, il dégagerait vite fait.
S'il est admis dans une caserne, ça veut dire que la hiérarchie estime qu'il a toutes les compétences requises même si elles ne sont pas les mêmes qu'un pro.

Pour les pompiers volontaires, on parle d'engagement citoyen.
Concept qui s'adapte parfaitement aux volontaires (bénévoles ?) de la SNSM.

03 août 2015

J'ai crû comprendre que pompiers volontaires et pros oeuvrent ensemble.

Je comprends parfaitement que le concept t'échappe.
Je ne suis pas non plus tout à fait sûr de comprendre quand j'approfondis un peu.
N'empêche, ça existe.
Comme le mécénat existe.

Prends le cas de ces ophtalmos, cardiologues ou généralistes qui sillonnent l'Afrique ou l'Amérique du sud pour venir au secours de populations qui n'ont pas accès à la santé.

Des mecs qui pourraient continuer à se faire du pognon dans nos beaux quartiers mais qui font le choix de dépenser de l'énergie pour récupérer du matériel devenu obsolète sous nos latitudes mais qui peut encore servir ailleurs.
Des mecs qui montent des blocs chirurgicaux sur place, qui forment des médecins à leurs techniques opératoires ou qui cherchent des familles d'accueil en France pour effectuer des opérations qui ne peuvent se dérouler en toute sécurité pour leurs patients qu'ici.
Et qui pratiquent gratos dans ce cadre.

Je ne sais pas ce que ce Docteur Deloche a dans la tronche, ce qui le motive profondément, mais ses compétences sont indiscutables auprès de ses pairs.
www.chainedelespoir.org[...]daction

03 août 201503 août 2015

Pour ma part j'ignore tout des conditions qui régissent les pompiers volontaires, et plus généralement les secours bénévoles. Et encore plus pour les professionnels. Mais je me rend compte progressivement d'une chose : la professionnalisation du secours va de pair avec la consommation d'activités potentiellement risquées. Autrefois les secours, en montagne comme en mer, était composés de volontaires, pas forcément professionnels, mais au moins compétents (les guides de haute montagnes de l'époque étaient des professionnels de la montagne, mais pas du secours en montagne. Pareil pour les sauveteurs en mer). Il y avait peu de passionnés en haute montagne et en mer, en général ils étaient compétents, et n'avaient besoin de secours qu'en cas extrêmes.

Aujourd'hui, beaucoup de monde en tongs sur les glaciers, et beaucoup de frais émoulus du permis côtier à 35 noeuds au milieu des cailloux. Du coup le secours, pour suivre cette évolution quantitative, s'est donné de nouveaux moyens de répondre à la demande, dont la professionnalisation. Conséquence : comme on paye ces pros par nos impôts, on a tendance à considérer l'intervention des secours comme un service dû, au même titre qu'une hotline, quasi contractuel, et non plus comme un engagement bénévole offert, un sacerdoce, un don de soi au profit de la communauté.

Un petit exemple récent : on vient de me raconter l'histoire de 2 soeurs parties se balader en baskets sur des chemins de moyenne montagne, bien connus d'elles quand elles vont skier l'hiver. Mais ce ne sont pas du tout des alpinistes ou des randonneuses, juste des baladeuses. Ce jour-là, elles ont oublié d'emmener de l'eau. Après quelques heures, l'ainée (la plus responsable) commence à avoir des problèmes : grosse fatigue, troubles de concentration, perte de l'orientation... Bref, elle crève de soif et son corps et son esprit ne suivent plus l'effort (elles ne sont pas très entraînées). La plus jeune panique, appelle au portable sa copine scout (ma fille) à 800 km de là, sûrement convaincue qu'une scout saura lui dire comment trouver de l'eau ! Le temps que ma fille trouve un n° à appeler, les 2 gamines ont contacté l'office du tourisme, qui les mettent en relation avec la sécurité civile, qui leur dépêche un 4x4. Jusque là, pourquoi pas, ce sont eux qui jugent si les moyens sont adaptés.

Là où ça bascule - et pour le coup baladeuses comme secouristes sont responsables de ça - c'est que le gars du 4x4, voyant que la fille est pas au top, lui demande si elle veut l'hélico pour rentrer ! Alors qu'il les a rejointes en 4x4 ! Et les 2 gamines se jettent dans l'hélico, font des selfies et les balancent sur facebook en toute innocence, convaincues d'avoir vécu l'aventure de l'année...

Perso je ne leur jette pas la pierre, aux deux gamines. Elles ne sont pas informées, et les offices du tourisme font tant de pub pour les balades faciles... Par contre, le secouriste, un poil "trop pro", n'a peut être pas lui même conscience que ces charmantes tête de linottes ont coûté cher pour pas grand chose. Il est salarié, à la fin de sa journée il ne se plonge pas dans les comptes de la sécurité civile. Sa compétence, c'est un geste de sauvetage, pas une gestion du sauvetage. Un bénévole aurait, à mon avis, trouvé le moyen de leur faire prendre conscience de leur légèreté. Et il les auraient probablement redescendu dans la vallée en voiture ou à pied, parce qu'il aurait eu une idée précise du coût de l'intervention, et de la difficulté de la financer.

Bref, en matière de secours, je me demande si trop de professionnalisation n'induit pas une "dé-moralisation" de la notion d'aide et de secours...

03 août 2015

C'est une évolution parallèle à ce que j'évoque, et peut être causale aussi. Je n'ai pas poussé la réflexion assez loin, arrêté net par ton argument sur la vitesse, que j'ai déjà mis en défaut et que je combattrai jusqu'à la mort ;-).

Mais le fait est qu'au regard de cette anecdote, il est permis de penser que de moins en moins secouristes et secourus ont conscience du fait que l'assistance est un don de soi, pas un dû à autrui. Et la professionnalisation du secours est peut être en partie responsable de cette évolution. Pas délibérément, bien sûr : les pros font leur taf, et le font bien, avec certainement une haute idée de leur rôle. Mais aussi peut-être un certain détachement dommageable, parce qu'on fait plus appel à leur haute valeur technique qu'à leur valeur morale.

03 août 2015

S'il n'y a ni dieu, ni père Noël, il ne reste que soi...

04 août 2015

Prendre le risque de la donner fait partie, pour certains, de leur volonté de lui donner un sens. Pour ma part je n'ai pas le sentiment que la vie doive avoir à tout prix un sens. Mais je suis bien content que le don de soi fasse partie du sens que certains veulent lui donner. Je sais pas si je suis très clair...

04 août 2015

"la vie est un simple phénomène biologique dénué de sens ou de motif.
Décider de sa vie c'est, tant que faire se peut, faire ce qu'on veut"

Y a comme une légère contradiction, fort heureusement. Puisque la vie n'est qu'un phénomène bilogique, tu te contentes de bouffer, éliminer et chercher à te reproduire. Eventuellement faire la peau à un autre mâle qui voudrait te priver des joies de ta harde. Bref, voilà les axes prioritaires qui régissent ta vie.
En faire plus ou en faire autre chose n'aurait pas de sens, serait même "absurde" pour reprendre tes termes? n'est-il pas?

04 août 2015

non, l'instinct est bien suffisant pour se nourrir. Idem pour la reproduction. Laisse tomber les préliminaires. C'est, pour reprendre tes mots " dénué de sens" ;-)

05 août 2015

Par exemple la baguette pour aller récupérer le miel dans le tronc d'un arbre, le bâton pour faire tomber un fruit

04 août 2015

"Comment imaginer tirer du plaisir du malheur d'autrui?"
Cette petite phrase, dans son contexte, m'a interpellé d'une manière telle que j'ai préféré laisser tomber.

"Est-ce que mère Thérésa aurait été mère Thérésa si elle n'avait pas été sous l'emprise de sa croyance religieuse?"
Celle-là est un peu dans le même registre, bien que moins violente, mais j'aimerais savoir si tu t'es posé la question de savoir ce qui peut bien motiver un être à se laisser guider par la foi religieuse, comme une déclaration de principe en opposition à la raison, voire même par la croyance que certains ne voient que comme en étant une forme dérivée et partielle, fondée en raison quoique non sur des raisonnements ?
(Je te rappelle mon agnosticisme).

Car ce n'est qu'à partir d'un début de réponse à ces questions que les points de vue lâchent ou non leur pertinence.

"Comme je l'ai souvent répété, la Priorité des priorités est, pour moi, la Liberté.
Je remarque que beaucoup ont des difficultés avec le regard induit par ce principe."

Mais, heureusement, celle-ci me revigore, abreuve mes zygomatiques d'une énergie printanière.

Et, pour les autres, c'est quoi ? La contrainte ?

Résumer l'imbroglio incroyablement complexe de nos personnalités faites d'expériences passées heureuses ou douloureuses (je résume, hein !), de sentiments successifs pas toujours en accord, d'émotions surtout pas rationnelles à travers les contours flous de notre vie sociale, réduire tout ça à des conclusions définitivement binaires et réductrices, égocentriques ....
Comment tu fais ? C'est quoi ton secret ! Vite !
Moi aussi j'ai besoin de certitudes dans la simplicité !

Quoi ? J'le mérite pas ? :mdr:

05 août 2015

Sur le point 2 :
Partiellement d'accord sauf que tu as pris le plus mauvais exemple : celui de Mère Teresa.
Bien sûr, elle a été formée sous l'étendard du Saint Siège, mais après ...
Elle s'en est vite détachée pour mener son oeuvre.
C'est l'exemple parfait de l'abnégation non pas au sens de sacrifice au profit d'autrui, mais dans celui plus absolu de renoncement à ce que l'homme a d'égoïste ou d'individuel dans ses désirs.

Elle n'a pas toujours été dans les papiers de la papauté qui ne voyait pas ça d'un très bon oeil.
Elle a même refusé catégoriquement l'aide économique que le pape (lequel ?) lui avait faite au milieu du XXème siècle.
Elle ne voulait pas de cet argent là.
En revanche, elle s'est battue auprès de l'industrie pharmaceutique pour qu'elle lui donne les médicaments dont elle avait besoin et qu'elle ne pouvait pas payer, faute d'argent, elle a fondé sa propre congrégation et ouvert des missions (plus de 600 dans une centaine de pays), des écoles, des hospices, des lieux d'accueil ... à force de combats redoutables dans des pays où les putsch succédèrent aux crises politiques.

On est bien loin d'une femme "incapable de s'assumer seule".

Et il y en a d'autres dans ce registre : le Père Jaouen avec les toxicos, Guy Gilbert plus communément surnommé "le prêtre des loubards" qui, plein d'humour, a enlevé son dentier pour bénir les "sans dents" en septembre 2014, l'Abbée Pierre, ...
Autant de religieux qui ne se sont pas affalés dans le confort relatif des diocèses.

Pas bien capté le point 3.
Le 4, plus tard si je trouve encore un peu de temps (je reconnais, j'y suis allé un peu fort sur l'égocentritude)

Quant à moi, pauvre fétu, je ne juxtapose rien du tout.
Je suis un homme de grand désordre intérieur.
Dans le meilleur des cas, je ne fais qu'empiler pêle mêle des observations de tous ordres qui m'interrogent toujours plus sur l'incroyable complexité de l'homme, bien trop loin de cette image de petit Playmobil binaire dont tu voudrais me convaincre. ;-)

04 août 2015

Le don de soi n'en est jamais complètement un, je suis d'accord avec toi. Il y a une contrepartie attendue (qui n'est pas une rémunération) : la satisfaction du devoir accompli, la reconnaissance de l'autre, celle de la société... Il y en a sûrement d'autres. Mais il ne se fait pas forcément sous une emprise ; il peut être totalement délibéré, ou même libéré - de toute contrainte, y compris de la contrainte du fanatisme. C'est, à mon avis, le cas de bon nombre de bénévoles qui agissent pour des causes un peu plus nobles que l'association des boulistes du Patelin, comme les sauveteurs, ceux des trottoirs, des champs de bataille, des zones d'épidémie, et aussi des côtes de France...

la selection naturelle c'est ce qui regit le monde depuis qu'il existe ! quand on prends un risque il faut savoir l'assumer et ne pas appeler sa mere au secours :-)

figures toi que je fais tres attention ,et si je suis selectionné tant pis pour moi ,je place ma liberté au dessus de la fausse securité des moutons de panurge

03 août 2015

il est bien evident que la solidarité des gens de mer entre eux qui a donné naissance aux stations de sauvetage voilà 150 ans n'a plus grand chose à voir avec leurs interventions d'aujourd'hui .

Une partie de ces sauveteurs surveillent les plages et sont remunéré et c'est bien normal ..une autre interveillent massivement vers le loisir qu'est la plaisance quand aux interventions vers le commerce ou la peche le sauveteur benevole n'est plus qu'un appoint .

il est donc bien naturel que le systeme aille un jour ou l'autre vers une reforme genre "pompier " avec un melange de "pro permament" et de volontaires ... et que la societé "consommatrice" paie qu'une façon ou d'une autre une "prestation" ou un "service public" car c'est bien de celà qu'il s'agit dans l'esprit du plus grand nombre des pratiquants .

José, nous ne sommes pas souvent d'accord, mais là je t'étoile.
Nous sommes d'accord. :pouce:

05 août 2015

"Les moutons de Panurge" hurlent (étonnant pour des moutons pourtant) dès qu'ils entendent parler de la SNSM parce qu'il est à la mode aujourd'hui de démolir tout ce qui fonctionne et qui est à base de bénévolat et d'entraide, alors que la mode est à faire du fric de tout, y compris du sauvetage et de la détresse des gens, fussent ils navigateurs sur un petit bateau en détresse.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Morbihan, Semaine du Golfe 2007, Recouvrance (Brest)

Souvenir d'été

  • 4.5 (173)

Morbihan, Semaine du Golfe 2007, Recouvrance (Brest)

novembre 2021