Des ronds dans l'eau, et après? Cabotage?

Bonjour à tous,

fidèle lecteur depuis longtemps, je me permets de vous solliciter.
Je vais essayer de faire court. Je pratique la voile depuis mon enfance, mais par intermittence, car j'habite depuis toujours en région parisienne. J'ai fait pas mal de dériveur (de l'Optimist jusqu’au 470) et j'ai pratiqué un peu le petit croiseur (Flirt, Brio, First24 et First25) en Normandie.
Ma famille habitait en Bretagne du côté de Brest et j'y venais l'été. J'ai eu un Corsaire, puis un Cap-Corse dont j'ai trop rarement profité hélas, n'habitant pas en Bretagne.
Petits bateaux, coûts de maintenance très raisonnable, mais vitesse limitée. Ces dernières années, j'ai pratiqué le 470 sur la Seine, mais ce n'est pas pareil.... !
Tout ça pour dire que j'ai toujours fait des ronds dans la rade de Brest (magnifique !) et que je n'avais jamais songé a fait du cabotage. La retraite approchant lentement, mais surement, j'envisage de venir vivre en Bretagne et de m'acheter un voilier. Et là se pose la question : quel programme je souhaite faire.
Des ronds dans la rade ça va un moment, mais je me dis que j'aimerais peut-être sortir de la rade.
Avez-vous déjà envisagé un programme de navigation, pour finalement l'étendre ou l'orienter vers autre chose ?
Et autre question. Quelle taille de voilier pour se balader un peu en dehors de la rade de Brest en équipage réduit.
Merci de m'avoir lu.
Pierre

L'équipage
6j

Bonjour,
Oui, tu peux toujours changer ton programme de nav au fur et à mesure. Tu commence par de petits tours pour prendre en main ton bateau et ensuite tu peux sans problème faire des navs plus longues (après ça dépend aussi de la taille de ton bateau).
Pour la taille ça dépend du nombre de personne. Tu dis "équipage réduit" donc je suppose seul ou à deux? Si oui, je pense qu'un 8-9m plutôt marin devrait suffire. Mais le plus important c'est que tu te sentes à l'aise dessus, donc au fil de tes recherches tu peux adapter la taille que tu vises.

Sam

bjr
c'est difficile de repondre ... il y a aussi un facteur c'est etre ou non "celibataire"

car soit l'on part à deux ou seul mais seul "l'autre" reste seule à la maison car dés que l'on va un temps soit peu loin c'est tout de suite etre absent quelques jours au moins : probleme ou pas probleme ...

a mon avis il faut dejà regler ce probleme ...s'il y a probleme ..

En aillant pratiqué déjà beaucoup le dériveur et le petit cabinier dans une zone que tu connais il n'y a mon avis aucun inconnu sur internet qui te donnera un meilleur avis que toi même sur cette question.
Je sens dans tes propos une trés grande prudence et approche "par petits pas", c'est bien si c'est comme ça que tu le sens, d'autres avec rien de plus que ton expérience poseraient ici la question de savoir comment négocier les forts courants du cap Farewell au Groenland et toi tu parles de penser sortir de la rade de Brest :-)
Chacun son rythme, il n'y a pas de mauvaise façon de progresser mais je pense qu'à moins d'être un débutant total il vaut mieux utiliser HEO pour des questions plus spécifiques à partir d'une décision prise par un travail d'introspection par rapport à l'expérience que tu as déjà.
Va peut-être voir des bateaux si pas déjà fait et parler avec des "vrais" gens et le jour ou tu te sentiras bien sur un bateau que tu visites tu prendras ta décision naturellement. Internet (HEO) sera à ce moment utile pour réparer telle ou telle chose ou négocier tel nav. ou tel endroit de la meilleure façon.

Alors pour vous répondre.
Je confirme navigation en équipage réduit avec madame ou parfois seul.
Pour la taille du voilier j’avais fait une estimation entre 7,50m et 8,50m. Encore manœuvrable facilement, entretien pas encore trop onéreux, et pas trop petit pour y dormir et manger sur quelques jours.

J’ai fait pas mal de dériveur et j’ai pratiqué la régate mais je n’ai pas fait de navigation en croisière, donc j’ai beaucoup à apprendre de ce côté.
D’où mon approche prudente. La nature est toujours la plus forte, que se soit la mer où la montagne.
En prenant de l’âge je suis devenu prudent.
A 18ans je sortais avec en FLirt par 6 Beaufort bien établi.

ok ça se precise ... Et Madame elle a pratiqué le bateau ? car souvent (il faut faire attention a ce que l'on ecrit) il faut un minium de confort pour madame ou un confort different ,enfin il faut le prendre en compte pour le choix du bateau ..

mais pour ma part déjà ça serait un petit tirant d'eau ou mieux un deriveur pour ce coin

Madame a fait un peu de voile légère, c’est tout mais elle est motivée.ce qui est déjà bien.
Mais dans tous les cas il faudra un minimum de confort. Je ne me vois pas acheter un First Class 8 par exemple même si ça avance bien sur l’eau.

Je sens tout le bon sens de l'expérience dans ce qu'écrit Calypso, impliquer madame dans le choix pour ne pas se trouver seul et, pour la Bretagne nord, si possible trouver un bateau qui peut échouer.

Oui messages plein de bon sens de votre part à tous.

Je ne suis pas un grand fan des dériveurs lestés, personnellement j’aime bien les voiliers qui remontent bien au près, surtout quand il y du vent et que l’on a pas trop le choix de la route.

en retraite on a le choix de la route ... a part quelques milles inevitable mais ce mettre a l'abri une soirée par exemple dans le fond de à l'ile de Sein posée sur le sable ..c'est pas mal ..

et ça peut etre un deriveur avec une simple derive non lestée.. ou un biquille ..mais a mon avis un petit tirant d'eau

ou une quille relevable comme sur First (25, 28) et Pogo par exemple.
Et là, les avantages de la navigation d'un quillard et et les accès d'un DL ainsi que pour les échouages.

Comme tu as fait beaucoup de dériveur, il n'y a aucun pb à élargir ta zone de navigation, il y a de belles choses dans ton coin; mais un habitable n'auras pas la même remonté au vent qu'un 4.7;. un dl offre plus de possibilité .
Fais des sorties dans le secteur, avec bda, loc ou autre;, sinon un stage d'une semaine .

Je suis assez proche de toi, j'ai navigue sur des petits bateaux un edel 4 un sylphe, un 30 pieds et je suis actuelle nt aux Canaries sur un 24 pieds avec ou sans équipage celui ci sur lequel je vis est un calife. J ai même une part à Belle île dans un Sangria
Je suis parti de Nieuport En Belgique en 2000 do cje navigue sur ces petits bateaux depuis 21 ans
Si tu aimes,pas de problème !

concernant la taille pour deux personnes et faire du cabotage dans le coin .. a mon avis le maximum c'est 10m , c'est tres tres largement suffisant ..

ça reste accessible d'entretien pour un "bricoleur"

bon maintenant tout depends aussi du budget que l'on veut ou peut depenser ...et l'achat est une chose mais il faut surtout ne pas perdre de vue le cout annuel qui n'est pas forcemnt négligeable

apparemment, il parlait de 7,50 à 8,50 ce qui peut être très bien comme compromis pour solo/couple et des copains ou petits enfants pour sortie à la journée dans la rade.
Très bien également pour du cabotage.
Et niveau coûts d'entretiens, très raisonnable.

Je suis parfaitement d’accord avec toi. Les limites doivent être celles du coût annuel d’entretien, parckage, remplacement de pièces, voiles etc...
En occasion on trouve souvent des voiliers plus grands que la limite que l’on s’est fixé au départ( le fameux mètre en plus)et dont on ne mesure pas forcément l’ampleur de l’entretien et la maintenance.
Sauf si les finances ne sont pas un problème.

J’ai commencé avec le projet de faire des ronds dans l’eau, voire d’aller vers les ports voisins.
J’ai donc acheté un bon petit croiseur (un Etap 22i), sûr (insubmersible), assez grand pour y dormir à 4 (occasionnellement...) et y réchauffer un plat ou un café, assez cosy pour Madame.
J’ai pris beaucoup de plaisir avec ce bateau pendant plusieurs années, élargissant progressive le diamètre de mes ronds dans l’eau.
Puis j’ai acheté plus grand, avec le projet d’aller beaucoup plus loin, plus longtemps, plus vite...
Attention, le bateau peut devenir une drogue dure après quelques escales particulièrement belles, quelques dauphins, quelques navigations nocturnes.

Bonjour,
Nous naviguons en couple depuis 30 ans. 6 bateaux de 5 à 15 m. Ce que mon épouse acceptait au début (manque de confort total) ne serait plus de mise aujourd’hui.
Pour qu’une femme accepte volontiers de venir faire de la voile, il faut dans l’ordre: un wc, l’eau chaude, une douche et un chauffage autonome.
D’après tes interventions, tu aimes un bateau qui remonte bien au vent. Oublie donc les dériveurs intégraux/lestés, les biquilles.
Un quillard ne dépassant pas 1,80m reste performant et raisonnable. De toute manière, un voilier reste une affaire de compromis.
Un ami navigue beaucoup avec un Oceanis 323 GTE, seul ou à deux. Bateau performant (carène de Figaro), intérieur confortable et vieillissant bien. Budget environ 50 k€.
Si ça passe financièrement, ce serait un bon choix pour vous.
Bonne journée,
Patrice

Une femme c'est eau chaude et confort...et les hommes c'est quoi alors eau froide et inconfort... Pfff...
Chacun est différent.. Certains et certaines préfèrent la liberté aux conforts jamais accessibles.

comme quoi chacun a son curseur : pour moi le bonheur en nav c'est la simplicité des installations . et pour faire du cabotage en Bretagne donc au port presque chaque soir le confort pour ma madame c'est une vrai douche a terre avec eau chaude a volonté et non à bord .
Avoir à bord , de l'eau chaude une douche et du chauffage c'est rentré dans un autre domaine en nav ...

apres a chacun de voir suivant sa philosophie de la mer..

J'ai la même approche que Calypso2 et je suis une femme.

Évitons les grandes affirmations du style "Pour qu’une femme accepte volontiers de venir faire de la voile, il faut dans l’ordre: un wc, l’eau chaude, une douche et un chauffage autonome"

Voila qui est bien repondu !

C'est peut-être vrai car j'ai moi-même tenté l'expérience. Mais ça n'a pas marché. Du coup, je suis à court de "grande affirmation".

Bonjour,

je connais personnellement DES femmes qui naviguent sur des bateaux spartiates, sans confort intérieur ni même d' enrouleur, et ce par choix.

Mais peut-être qu' on ne les voit pas beaucoup car ces dames fréquentes très très peu les marinas, contrairement à l' immense majorité des plaisanciers.

Gorlann

Bonsoir,
Je m’attendais à ce retour de bâton..
35 ans que je navigue. Des femmes à bord, j’en ai vu, plus maintenant que par le passé. Au cours des conversations, on sent bien qu’un certain confort compte pour elles. Ce n’est pas moi qui le dis...
Je ne dis pas pas certaines d’entre elles se suffisent de pas grand chose mais ce n’est pas la majorité.
Faite le test: demander à 10 femmes ce qu’elles préfèrent et vous verrez bien.
Bonne soirée,
Patrice

bonjour

d'accord ,en génerale les femmes sont plus sensible au confort que les hommes , mais c'est quoi le confort pour un plaisancier qui veut faire du cabotage en Bretagne ...

et puis il faut faire l'équation ,cout , entretien, usage ...
a mon avis pour du cabotage le confort c'est la douche à terre ... et le chauffage "à la maison" ...
et par contre pour moi le confort c'est d'etre dans le fond de l'ile de Sein ou à Sauzon, ou au Bono , ou dans une riviere plutot que de me faire et particulierement madame, baraté toute la nuit au mouillage , donc petit tirant d'eau .

josé

Pour ton programme et ton expérience, un bateau marin, solide et rapide avec un minimum de confort, type First 260/27.7 avec quille relevable me parait idéal.
Tu peux voir de beaux endroits (Ouessant, Molène, les abers) sans trop te préocupper du TE et limiter les coûts.
C'est confort camping mais suffisant pour quelques jours, avec couche chaude au port.

La notion de confort dans un bateau est très variable, et il est moins frustrant d'accepter l'inconfort de l'exercice que d'essayer à tout prix de transformer un 28/30 pieds en maison: les douches sont ridicules et exigue, le confort à la mer presque inexistant et les rangements compté.
Pour des non-navigants, sous 50 pieds, point de salut...

Le confort de ma compagne, c'est petit, peu d'entretien (ménage), simple et qui permette de prendre du bon temps en accèdent partout ou l'on en a envie.
L'eau chaude, le four, tout ça, elle s'en fiche, des toilettes et du plaisir en mer c'est tout ce qu'elle demande avec le fait d'y passer le plus de temps possible.
Passer d'un First 18 à un 28 fût pour elle un gain qui la comble très largement et cet été, c'est 2 mois sur le bateau avec un pulvérisateur comme douche et une casserole pour l'eau chaude.
Un impératif, de beaux mouillages pour plonger, des ports sympas de temps en temps pour le plaisir d'une vrai douche chaude et que je rapporte du poisson, des crustacés et des coquillages.
Oui, le confort c'est très relatif selon les personnes et les âges.
Ceux qui plus jeunes ont fait beaucoup de camping ou ont toujours étés en vacances dans des maisons auront des visions bien différentes du confort.

Le confort, c'est également de pouvoir garder des moyens pour louer des vélos, des voitures afin de profiter de nos escapades, des visites, des canoés, des restos (oui, souvenez vous...), une bière au bar avec des trucs a grignoter, un airb'n'b dans les terres pour un sommeil de plomb et visiter plus loin qu'autour du mouillage etc...
Le confort c'est aussi pour nous, d'économiser en ayant un petit bateau et de se payer le lux de poser des congés sans solde pour profite d'un long été!
Avec un 10m full équipé, on aurait bien trop de charges pour se le permettre.

Voyez la synthèse de vos envies, de vos moyens, listez ce qui semble le plus important pour vous, n'hésitez pas a louer pour voir ou naviguer avec les copain.
Les repères des uns et des autres sont bien différents mais ce qui est certain, c'est que la taille de bateaux dont vous parliez (7.5 à 8.5) est une taille qui a mes yeux est idéal pour ce programme qui va de la sortie pour quelques heures au cabotage plus ou moins lointain, qui va du solo ou couple jusqu'à la sortie avec quelques copains pour un apéro sur les iles ou une partie de pêche ou encore une sortie sportive.
Sa limite sera certainement la votre plus que la sienne.
Nous, on s'est installé à La Roche Bernard en se disant que comme ça, notre terrain de jeu serait entre Brest et La Rochelle et finalement, on se rend compte que l'on pourra largement faire de l'Irlande, Ecosse, Angleterre à l'Espagne, Portugal voir Canaries selon le temps disponible que nous aurons et que c'est le temps et notre équipage qui sera la vraie limitation.

Pour autant, le conseil de voire avec votre compagne pour le choix du bateau, le placement du curseur de confort, etc... est le meilleur conseil qui soit.

Notre choix d'un First 28 QR (1.15/2.10 et c'est bien une quille et non une dérive) c'est justement d'avoir un vieux bateau pas cher mais performant tout en restant échouable et accéder à des coins avec moins d'eau. Se permettre d'avoir de belles voiles, une hélice repliable, une belle carène entretenue etc... font aussi que des bateaux qui vous semblent moins "pointus" peuvent aussi largement rivaliser.
Pour le moment, on est ravi de notre choix et le faible coût permet de bien l'entretenir et bien l'équiper, un point important à mes yeux (plus jeune, avec un Etap 22, je ne pouvais pas et c'est un point auquel je suis sensible aujourd'hui).

100% d' accord avec Arno33
Gorlann

oui moi aussi, je me retrouve dans ce que dit arno33

Merci à tous pour vos avis et partages. Même si sur certains points les avis divergent, sur d’autres les avis convergent.
Il est vrai qu’en Bretagne Nord il faut mieux avoir un Tirant d’eau pas trop élevé sous peine de s’interdire certains mouillages.
Je n’apprécie pas plus que ça les dériveurs lestés( j’ai eu un Corsaire puis un Cap-Corse) par contre les QR sont performantes entre autre les First.
D’ailleurs bien avant cette discussion j’avais déjà pensé au First25 ou 26.
J’ai d’ailleurs navigué ou régaté plusieurs fois sur un 25 QR et j’en garde un excellent souvenir.
Pour le reste le choix se fera à 2 bien-être évidemment.
La notion de confort est en effet toute relative en fonction des attentes de chacun.
Mes parents qui naviguaient avec des amis qui avaient un 11m prenaient leur douche au port et toilette simple à bord.
Et pour mon programme à savoir ronds dans la rade et cabotage ( au moins dans un 1er temps) la douche chaude sous pression ne sera pas essentielle.

Le First 25 est vraiment un excellent bateau, nous en avons visités beaucoup car nous hésitions entre le 25 et le 28 et étions plutôt parti sur le 25 pour des questions de budgets (finalement, on a pris un 28 car on en a trouvé un bien en QR).
Vu votre programme, il me semble très adapté!
Et puis, il y a un petit groupe FB très actif, convivial et c'est toujours très pratique quand on a besoin de bricoler et d'avoir l'avis, les conseils voir les coups de main d'autres propriétaires.
Ce sont des bateaux que l'on trouve pas très chères et plutôt en bon état.
Soit en HB avec certains avantages comme le grand coffre sous la descente et la possibilité de rentrer avec le moteur pour bricoler ou encore le changer à petit prix, soit l'option IB plus confortable mais avec les contraintes qui vont avec.
Bonnes recherches et surtout, visitez en couple pas mal de bateaux, cela vous aidera a vous décider.
Un point est sur, dans le coin, c'est le genre de bateau qui ne vous limitera pas beaucoup. Nous y avons navigués un peu en First 18, je pense qu'en 25, on aurait étés "royal au bar"!

Bonjour,

pour les douches chaudes en autonomie, il y a aussi les chauffe-eaux instantanés à gaz de camping.

j' ai acheté çà il y a 3 ans, suite à un fil sur hisséo, et j' en suis ravi.
çà pèse 7 kg, coûte 230 euros, fait de l' eau chaude "comme à la maison", consomme très peu de gaz et ne nécessite pas d' avoir un circuit sous pression (pompe 12v que l' on immerge dans un seau/jerrican).

La douche chaude dans le cockpit, seul dans un mouillage sauvage, c' est çà le luxe et le confort pour moi!

Gorlann

"La douche chaude dans le cockpit, seul dans un mouillage sauvage, c' est çà le luxe et le confort"

+1 avec Gorlann. S'il faut aller dans une marina pour pouvoir se laver, je vois pas l'intérêt d'être en bateau...
L'autre solution, c'est d'aller naviguer là où la température de l'eau froide dans les cuves se trouve à la température de l'eau de mer : >27 degrés. L'avantage alors est de se laver directement dans la mer. Et ça, ça vaut toutes les douches chaudes des marinas !

@ gorlann : une référence pour ta douche ?

Bonsoir Estran,

c' est un chauffe-eau de marque Kampa, acheté sur le site Rivaday.
je vais essayer de mettre deux photos.

Gorlann

Merci Gorlann. On le trouve effectivement sur plusieurs sites à partir de 225 €. Tentant...

Pour moi, ses gros atouts sont que l' on peut vraiment prendre une douche chaude (voire très chaude) quelles que soient les conditions (plus qu' agréable dans les mouillages Ecossais), et qu' avec un peu d' organisation, je prends ma douche, shampoing compris avec 7l d' eau.

Si temps caillant ou voisins de mouillage, je prolonge ma bôme par une gaffe accrochée au pataras, et je mets un taud dessus, jusqu' aux passavants (çà fait une super cabine de douche!).

Le défaut que je lui trouve, c' est que l' interrupteur de la pompe est en façade du chauffe-eau.

Pour ne pas gaspiller d' eau et de gaz, j' utilise un sceau de 10l dans lequel plonge la pompe, et je repose la pomme de douche dans le seau pendant le savonnage.

Quand il fait très très froid, je mets mon chauffage à fioul à donf dans le carré, et l' air chaud s' échappant par la descente chauffe ma "cabine de douche".

Au niveau gaz, j' ai pris une bouteille Antargaz plastique d' une dizaine de litres, et après 6 mois d' utilisation régulière, je ne suis pas encore arrivé à la moitié de la bouteille.

Pour préparer chauffe-eau + salle de bain, çà me prend environ 5 minutes, et disons 10 pour ranger plier sécher.

Bon lavement!!!

Gorlann

On s'y croirait 😂
Merci pour les précisions

Bonjour,
Mine de rien, les intervenants rejoignent mon point de vue...
Mon épouse, grande sportive en étant jeune, se contentait de pas grand chose. Un Daïmio, un Comet 850 n’avaient pas beaucoup de confort.
On a beaucoup fait aussi du camping en moto, donc confort minimaliste.
Aujourd’hui, à 60 ans, les choses ont évolué et elle apprécie grandement le confort que nous procure notre 47´.
De même pour la moto, que nous pratiquons encore, mais dodo en dur. On a oublié la tente...
Réfléchissez bien avant où vous vous voulez mettre le curseur du confort, sachant que l’on ne va pas en rajeunissant.
N’hésitez pas à vous allonger ensemble sur la couchette. Un copain a revendu son bateau à cause d’une couchette trop étroite.
Une fois le modèle choisi, une unité avec un refit récent coûtera toujours moins cher au bout du compte, qu’une autre dans son jus, même si la première est plus chère.
Dernier point: il est plus facile d’acheter que de vendre. Donc prenez votre temps.
Bonne journée,
Patrice

4j3j

Il y a quand même un question de pratique. Si on reste en France, et que l'on pratique les marinas de soir en soir ainsi que le préconise Calypso, la douche est servie. Mais dès que l'on en sort un peu, il convient d'être autonome y compris à ce niveau si on veut se promener un peu plus longtemps que 2 ou 3 semaines..
En Grèce, on ne trouve pas de douches dans les ports, sauf parfois dans un restau dont on se refile le nom et qui récupère ainsi sa clientèle; dans ce cas, faut faire la queue car c'est la seule douche de l'endroit. L'été, ça va : l'eau froide des cuves est bien agréable. Mais en avril-mai, et même juin, l'eau chaude est bienvenue. Ceux qui déclarent s'en passer restent généralement chez eux à la marina. Le minimum reste d'avoir ces douches solaires d'ailleurs très efficaces.

Le deuxième élément est le lit. Le nôtre fait 2 mètres de long, 160 cm aux épaules et 120 cm aux pieds, et on marche debout le long de la couchette pour aller à la douche. C'était un critère de choix. D'ailleurs, on parle entre nous de "chambre", pas de cabine. Cela aussi, ça permet d'envisager sereinement d'y vivre plusieurs mois.
Les adeptes du minimum minimorum sont souvent des solitaires (et pour cause), ou se cantonnent à du cabotage de port au port voisin.

[edit équipage]

J'ai fait camper ma compagne pour la premiere fois a 63 ans ,elle a bien aimé !

tout à fait, le seul defaut que je trouve à notre bateau (ok, je ne suis peut être pas objectif mais il n'a pas beaucoup de défauts), c'est la trop grande proximité de nos pieds sous la couette! nous mesurons 1.80 et 1.75... parfois c'est vraiment agaçant et parfois, on trouve bien notre confort, mais on y passe 1 mois d'affilé en général et cette année, 2 mois d'affilée, les autres périodes c'est 4 à 15 jours. mais je suis effectivement certain que le jour ou l'on passera à 10/12m pour partir, ce sera un point non négociable et un véritable point d'amélioration , bien plus que la douche et l'eau sous pression.
Mais nous avons 30 et 45ans, dans 15/30ans, on regardera surement les choses un peu différemment (quoi que...)

Pour des escapades en Bretagne nord, je trouve qu'un biquille performant est royal.
RM 800, RM 900, Django 750 ou 770, Ikone 7.50, Maxus 26 ...
Tirant d'eau réduit, pas de pièce mobile, performances plus qu'honorables.

Ca change quand même vraiment la donne de ne pas avoir à déserter un cadre idyllique sous prétexte que la mer se retire.

on voie aussi en Bretagne beaucoup de Sangria , c'est pas mal

Petit budget pour un bateau très marin!
il y en a effectivement tellement que c'est bien souvent notre repère pour les mouillages, s'il y a un Sangria (1.30m de tirant d'eau), le First 28 quille relevée (1.15m) passera.

Les Kelt 760 également ont très bonne presse dans cette catégorie de bateaux a petit prix et grandes qualités.

Et comme dit plus haut, certains biquilles performants peuvent être une excellente option dans ce secteur ou les lieux d'échouages sont nombreux (Sein, Ouessant, Molène, Litiry et bien d'autres...). et c'est toujours un vrai bonheur d'échouer quand les gros bateaux avec de l'eau chaude sous pression restent au large... des plaisirs simples.

3j3j

"Avez-vous déjà envisagé un programme de navigation, pour finalement l'étendre ou l'orienter vers autre chose ?"

Oui. Pour établir notre programme, on a pendant longtemps loué des voiliers dans différents plans d'eau. Débuts en baie de Quiberon; rade de Brest avec visite aux Scilly; les Anglos; puis on a découvert la nav' sur la piscine chauffée, et ça nous a tout changé.

"Quelle taille de voilier pour se balader un peu en dehors de la rade de Brest en équipage réduit."

Un 4 mètres suffit à faire le tour du monde. Donc au dessus de 4 mètres, ce n'est que du luxe. Et ce qui limite le luxe, c'est l'épaisseur du porte-feuilles. Prendre "trop" petit rend très aigri. On voit ainsi des gens qui agressent sans cesse ceux qui ont le défaut de posséder ce qu'ils considèrent un "grand" bateau (mais, à l'opposé 4 mètres peut être estimé assez grand par son propriétaire ).
Il n'y a donc pas de réponse à la question : quelle taille ? chacun la sienne.

En dehors des qualités marines du voilier (il existe en toutes tailles des voiliers à très faibles tirants d'eau), il ne faut pas négliger le confort : même Gorlan défend la douche chaude (une idée qui parait saugrenue qu'à ceux qui ne sortent que rarement de leur ponton ).
Et nous avons été plusieurs à témoigner que le confort (relatif) à bord permet d'envisager la durée de vie à bord. La qualité de la couchette est donc à considérer également.

Hello,vous êtes bien sur hisse et ho.
Le forum où un gars demande un conseil pour un "petit" bateau capable de faire du cabotage en Bretagne. Et où on lui répond que sans une couchette king size et une salle de bain en marbre avec option robinetterie en or,il n'y a pas moyen...(enfin pas tous heureusement)
Mary-Marner,si tu es sur Brest où dans les parages,fais le tour des pontons,tu trouveras forcément des proprios de bateaux dans les tailles qui te conviennent,avec qui tu pourras échanger et ainsi te faire ta propre opinion sur ce qui te convient.
Les proprios sont souvent prolixes sur les qualités, un peu moins sur les défauts, de leurs canots.Normal,on possède tous le meilleur et le plus beau bateau.
Fais aussi le tour des chantiers,traine sur le bon coin.
Bonne recherche...

3j3j

Pas vu qui que ce soit parler de salle de bains avec marbre et robinetterie en or.
Par contre, quelqu'un qui se plaint parce que le bateau qu'il a choisi se révèle inconfortable la nuit quand il n'y a pas assez de place pour 2 paires de pieds, ça oui, ça se lit (sic). Avec un peu de réflexion préalable, on peut éviter de faire cette bêtise.
Regarder un bateau en arpentant les pontons pour discuter avec ceux qui y restent à l'année, ça ne suffit pas : il faut l'essayer et pour cela, la location c'est quand même pas mal.
Faire un tour aux 1000 sabords (1er novembre, au Crouesty).

Bonjour,

quand on choisi un bateau, on ne peut pas trouver la totalité des critères que l' on aimerait bien avoir, à moins de faire du sur-mesure, soit-même ou de le faire faire, mais çà coûte cher.

Il faut donc "écarter" certains critères, et autant il sera toujours possible de modifier une couchette pour la rendre plus confortable, autant modifier les qualités marines d' un bateau tiens du rêve et non de la réalité.

j' ai choisi mon Brise de Mer pour sa sécurité et ses qualités marines, en sachant très bien qu' il était équipé de 7 couchettes, dont pas une seule n' avait un confort satisfaisant à mon goût, et un manque cruel de rangements.

J' ai rajouté plein d' équipets, et transformé une couchette théoriquement double en couchette simple carrément confortable, et si un jour j' en trouve le temps, je referais intégralement l' intérieur, mais le principal étant de naviguer, ce n' est pas demain la veille du début des travaux.

Choisir un bateau avec des aménagements intérieurs pas top ne limitera jamais les possibilités de navigation, mais je ne me serai jamais lancé dans ma traversée retour d' Espagne en Septembre dernier avec la plupart des bateaux de grande série.

Gorlann

3j3j

Je comprends, Gorlan, mais sauf erreur, tu vis seul à bord.
S'il est aisé de transformer une petite couchette 2 places en un confortable lit pour une personne
c'est nettement plus compliqué d'agrandir la petite 2 places, parce que les 2 paires de pieds ont du mal à trouver chacune leur place :-)))

Je renouvelle le conseil d'essayer les bateaux, en navigant plusieurs jours et nuits, sans se contenter du simple discours de l'un ou l'autre sur les pontons.

[Edit équipage]

@Mary-Marner II
Le choix d’un quille relevable genre First 26 est bien adapté à la mer d’iroise mais les occasions semblent rares dans cette configuration.
L’alternative est un petit tirant d’eau genre Aquila avec béquilles classiques plus facile à trouver mais moins pratique à échouer.
Un moteur fiable est aussi important pour naviguer dans ces zones à courants sans oublier un réservoir à Gaz Oil visitable, souvent un point faible sur ces générations de bateaux.
C’est un beau projet , cette zone de navigation est riche et intéressante à pratiquer.

Grand ménage fait, merci de recentrer sur le sujet.

Ben, dites donc! Je ne sais pas si Mary Mamer se doutait de toute la littérature qui allait déferler sur ce post, suite à son humble question! Là, c'est plus des ronds dans l'eau, c'est le pavé dans la mare! J'espère qu'il viendra encore sur le forum! Accessoirement, merci à messieurs Desproges et Brassens pour leur intervention!

Vu les messages qu'il m'a envoyé, je pense qu'il a eu en bonne partie des réponses à ses questions.

Bonsoir à tous,

Que d’animation et de discussions. Mais nous sommes sur un forum ou chacun peut donner son avis. Ce qui n’est pas toujours le cas partout.
Tous vos avis sont pour ma part constructifs et me permettront d’affiner mes recherches et mon programme.

Petite parenthèse pour dire que lorsque j’avais mon Cap-Corse celui ci était mouillé à moulin Mer. Et vu la taille du bateau et sa vitesse sur l’eau il fallait déjà la journée pour sortir du goulet. Mais des ronds dans la rade c’est aussi fort agréable et il y a de jolies criques.
Avec un voilier un peu plus grand et rapide je pourrais sortir et voir bien plus loin en effet.
A l’époque je m’étais déjà intéressé au Sangria. Qui était pour moi un "gros" voilier. Pourquoi pas.
Mais j’ai une expérience mitigée des hors bords accrochés au tableau arrière.
Et comme il y a parfois des bons courants il faut une bonne réserve de puissance. De toute manière tout est histoire de compromis .

ah les courants !!! il faut lorsque l'on est "ancien" navigué à l'ancienne comme du temps ou l'on avait un petit HB ,on attends tranquillement que le courant soit favorable et alors c'est le grand bonheur m^me avec un in bord ... et en 1h tu es sortie du goulet de Brest avec un grand ou un petit bateau .

mais il est vrai que le inbord est bien pratique ,il permet dejà d'avoir de l'electricité a bord ... avec toute les joies des pannes mdr

Ah, mais je suis bien d'accord. Si on peut profiter du courant de la marée descendante, c'est idéal, sauf que cela ne correspond pas toujours au programme du jour ! Et même avec le courant mettre une heure depuis Moulin mer(pas Moulin blanc) avec Cap Corse je n'ai jamais réussi...
Même avec un 10m anglais depuis Pors beac'h il faut plus d'une heure pour sortir du goulet.
Et concernant le moteur inbord je suis bien conscient des côtés négatifs du vent de cale !

Bien d’accord, le moteur in board est préférable pour naviguer sereinement dans cette région, c’est à mon avis un point très important à considérer avant un achat.
Il existe des Sangrias avec in board.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Bien fini ?

Après la pluie...

  • 4.5 (167)

Bien fini ?

mars 2021