Des news de Rafiki? First 40.7 chaviré dans l'Atlantique

L'un ou l'une de vous aurait-il des news de ce bateau suite à ça, svp:

www.courseaularge.com[...]ru.html

L'équipage
18 mai 2014
18 mai 201418 mai 2014

il y a un fil détaille sur STW, pas de balise 406 a bord seules des balises individuelles, recherches arrêtées au bout de 48 heures, bateau chaviré vu par porte conteneur
très très glauque
:oups: :oups: :oups: :oups:

19 mai 2014

Voici une pétition qui tourne pas mal sur les sites anglo-saxons pour réclamer à l'USCG la reprise des recherches, déjà 31000 signature: www.change.org[...]arching

20 mai 2014

www.bbc.com[...]7473507

avec une photo du bateau retourné, pas très clair si on voit le safran ou la quille. le porte conteneur n' a essayé aucune manœuvre de récupération, pas équipé ni entrainé pour , merci la solidarité des gens de mer

20 mai 2014

J'avais préparé une réponse détaillés à ce flot de remarques lamentables, dont tu relève une partie .
Mais à quoi bon d'énumérer les difficultés :
le matériels nécessaire (et pas présent sur ce type de navire),
les plongeurs( ben oui les sangles, (si il y en avait de ce type à bords) vont pas se passer toutes seules),
les risques physique,
les "sangles" seraient plutôt des élingues style "fil à découper le beurre" sur une coque en plastique pleine d'eau, en supposant qu'il y ai une grue capable de faire cela (ce dont je doute , pour avoir eu l'occasion d'embarquer une vedette de plongeur d'une dizaine de mètres dans une zone calme (en face de Dakar) sur un pétrolier avec la grue servant pour la coupée...)
Alors une coque pleine d'eau il faudrait qu'il s'agissent d'un "petit porte container ceux qui sont équipés de deux ou trois grues pour charger et décharger dans des ports sans infrastructures,.
Mais une coque de cette taille pleine d'eau dépasse les capacités d'une telle grue.
Même un grand navire cela "bouge" en mer et en supposant que tu envoi des plongeurs (que tu n'as pas) à la patouille pour passer des sangles (que tu n'as pas) afin de lever le bateau avec la grue (que tu n'as pas) etc etc si tout ce passe bien tu pose le bateau sur la place ...que tu n'as pas.

La j'ai fait du "condensé , mais croire que l'on peut faire ce genre de manip comme si l'on repêchait une bouée couronne...et encore si il n'y avait pas les remarques tendancieuses l'on pourrait mettre cela sur le compte de la simple méconnaissance, alors que la cela ressemble plutôt à une simple recherche de Paul&Mike.
Donc pour ne pas l'alimenter plus longtemps :jelaferme: :acheval:

20 mai 2014

Pour moi il est assez clair que l'on voit le safran par contre j'ai aussi bien l'impression que la quille n'est plus présente.

Gil.

20 mai 2014

Au même temps vu qu'ils tournent dans les 20 nds, il doit leur falloir une sacre distance avant de stopper ou pouvoir faire quelque chose...

20 mai 2014

"merci la solidarité des gens de mer"
C'est une raillerie?
Je sais pas si tu vois bien ce que c'est de sortir de l'eau un 40 pieds entre deux-eaux... C'est pas moi qui irai blâmer l'équipage du cargo, ils sont déjà restés sur place, contrairement à l'USCG.

20 mai 2014

Et vous oubliez encore un détail ... Il se pourrait qu'il y ait des cadavres dans cette coque retournée ...

21 mai 2014

Sans parler du fait que tu n'as rien pour vider le bateau et qu'il va donc casser par le milieu dès que tu vas le lever à l'envers...

20 mai 201420 mai 2014

Cette histoire est incroyable.

Le USCG a baissé les bras beaucoup trop vite.

Les USA gaspillent des milliards pour espionner leurs citoyens et les citoyens du monde entier, mais ils ne peuvent pas faire des recherches pour un équipage qui est peut être en vie, soit dans le bateau retourné, soit dans leur survie 12 places !

La solidarité semble avoir des limites bien strictes et à sens unique.

Je connais assez les USA pour savoir qu'ils seraient en train de harceler les services de secours britanniques et français et mettre la pression diplomatique si des américains étaient dans la même situation au large des côtes européens.

Faut-il commencer une pétition pour boycotter les produits USA ?

20 mai 2014

Je crois que la réalité fait mal :

Ils avaient des coordonnées GPS émises par les PLB suffisamment précises pour qu'un porte container puisse localiser une coque pratiquement complètement immergée, et ou il n'y a guère que le safran qui dépasse.

Et les avions de reconnaissance, avec leurs caméras thermiques, et autres systèmes de vision nocturne n'auraient pas vu un radeau 12 places, au même endroit ???

Il semble que Rafiki disposait AUSSI d'une EPIRB, qui n'a pas été déclenchée...

Le scénario qui semble se dégager sur sailing anarchy :
Voie d'eau non localisable : problème quille invisible. Puis 24 h plus tard chavirage sur perte brutale quille, 2 personnes à l'eau (PLB déclenchées) , 2 piégés dans la cabine. Aucun déclenchement EPIRB ou radeau possible. Durée de survie maxi sans combi spéciale vu la température de l'eau : 20 heures.

20 mai 2014

Ce voilier a participé au Fastnet. C'est une course OSR 2. Donc survie avec grab bag, EPIRB (enregistrée) et PLB(enregistrés) pour tout le monde.

Il serait étonnant qu'ils aient délibérément débarqué l'Epirb ou des PLBs pour une traversée de l'Atlantique. Surtout quand 2 équipiers ont actionné leur PLB de façon certaine. Il y donc potentiellement une EPIRB et 2 PLB qui n'ont pas été déclenchés. En tout cas, pas de signal reçu.

20 mai 201420 mai 2014

????
Le déclenchement d'une PLB prouve simplement qu'il y avait une personne vivante au moment du déclenchement.

Si vous êtes à la baille dans de l'eau à 10°, vous avez 10 minutes pendant lesquelles vous pouvez éventuellement déclencher une balise. Mais si les secours arrivent que ne serait ce 30 minutes plus tard, alors que la balise émet encore, je doute fortement que vous soyez encore en vie.

Et je ne sais pas si en situation d'urgence, je penserais à l'économie de batterie. Et si jamais j'y pensais, j'attendrais beaucoup plus qu'une demi heure si par le plus grand des hasard, j'avais quand même la possibilité d'attendre au point que la durée de vie des batterie soit plus courte que ma (sur)vie probable.

Je crois plutôt que c'est le temps qu'il me faudrait pour reprendre mes esprits, comprendre ou je suis et ce qui m'est arrivé, me rappeler que j'ai une PLB, et accéder à la poche de mon ciré, avec une brassière gonflée et dans les vagues, et accessoirement la déclencher.

20 mai 2014

Sur sailing anarchy, l'écart d'émission entre les 2 PLB, c'est 30 minutes, pas 24 heures.

Et on a fait chercher le porte container pendant 24 heures, à 2 endroits indiqués par le RCC : maersklinesocial.com[...]rafiki/

Au premier endroit, il a trouvé la coque. Et au deuxième endroit, apparemment rien.

En plus évidement des avions garde cote US.

21 mai 2014

un 40.7 avait traversé la fameuse Sydney Hobart et même gagné sa catégorie dans des conditions abominables, après il faudrait connaitre l'histoire du bateau

20 mai 2014

Ce scenario tient la route, effectivement. Je ne savais pas qu'il y avait une EPIRB à bord.

20 mai 2014

sur la BBC on dit que les 2 plb ont été déclenchées l'une apres l'autre pour ne pas gaspiller le temps batterie et ce qui prouve la survie de l'quipage

20 mai 2014

@françois , la deuxième PLB a été déclenchée pile âpres que l'autre ait cessé d'émettre (24 heures a priori) donc action humaine consciente âpres 24 heures, dans le bib je présume. je ne comprends pas ce que tu veux prouver ???
un bateau au top (sauf peut être au niveau des boulons de quille ...) un équipage entrainé un skipper super expérimenté un radeau 12 places, pourquoi ne pas chercher un peu plus , en plus la position du bateau retourné donne une idee de la derive du radeau

20 mai 2014

300 milles des côtes non? C'est rien pour un patrouilleur de la Marine, et l'USCG a même des C130 dédiés au largage de matériel de survie, avec des PLB en plus, qui durent dans les 24h, c'est quand même étonnant...

21 mai 2014

ces 40.4 sont ils comme les 31.7"varangués"léger?a tel point qu'il est déconseillé( voire interdit ?)de les poser au sol sur leur quille...
je connais un 44.7 qui régate"fort"..aux dires de ceux qui le pratiquent depuis un certain temps,il est pas mal "déformé"...
les Figaro semblent plus "solides"...toutefois pas mal de concurrents semblent les "revaranguer" pour les renforcer..en tous cas G.lebaud concurrent de la solo en 2013 annoncait clairement avoir revarangué son bateau.....
si tel était le cas(40.7)il y aurait là une explication(totale ou partielle?)à la perte de quille et donc au chavirage....?
Si tel était le cas celà meriterait une quasi"class action"envers...(.suivez mon regard)B...........u ?

22 mai 2014

Nous avions un 40.7 a l'année a Antibes chez Linski. Je confirme que c'est tout mou, cheap niveau construction. Adapté à de la régate, bien moins à de la croisière (alors de l'école de voile...)

20 mai 201420 mai 2014

20/1456hrs... les recherches par les USCG reprennent... probablement sous la pression des familles, du gouvernement GB et des petitions nombreuses depuis Dimanche... gardons l'espoir de les retrouver dans leur canot...

20 mai 2014

d'accord que 48 heures de recherches c'est insuffisant, c'est vrai que la quille semble absente.
dommage que le porte conteneur n'ait même pas cherché à le remonter
pas de temps pas d'argent à perdre

20 mai 2014

le captain du porte conteneur dit "nous ne sommes ni préparés ni entrainés pour ce genre de choses" et surtout on va quand meme pas perdre du temps

est ce que les coast guards peuvent exiger, oui s'il s'agit de personnes

20 mai 2014

les coast guards n'ont pas vu le bib mais ils n'avaient pas vu la coque retournée non plus !
par ailleurs la coque retrounée est à 600 milles des acores, n'y a t il pas un avion de SR la bas ? je sais que les moyens sont limitées la bas

20 mai 2014

j'ai craché sur personne mais le cargo a suivi une position donnée par les CG et est tombé sur le voilier ensuite je suis choqué qu'il n'est rien essayé pour savoir si il y avait quelqu'un dan sle bateau, essayer de le remonter etc mais les CG lui ont demandé de rester sur zone ce qu'il a fait.
merci de contrôler ton vocabulaire c'est une affaire dramatique, un peu de respect

21 mai 2014

j'ai peu d’expérience des porte conteneurs et je comprends que le capitaine n'ait pas envoyé de marins plonger sous le Firts. je pensais à une tentative de grutage sans savoir si c'est possible

20 mai 2014

Cela m'étonnerait beaucoup que le porte-conteneur (ou son armateur) ne soit pas en contact avec les USCG dans ce genre de situation.

20 mai 201420 mai 2014

We have talked to the owners of Maersk Kure and can share below info on this weekend’s Search and Rescue (SAR):

On Saturday morning, 17 May, Maersk Kure, a chartered container vessel owned by Costamare in Greece, received a request from the U.S. Coast Guard’s Rescue Coordination Centre (RCC) in Boston to assist with a Search and Rescue (SAR) Operation for sailing yacht Cheeki Rafiki. Maersk Kure deviated to the area, where the RCC believed the yacht was positioned. During the SAR, Maersk Kure spotted an object which looked like the hull of a sailing boat. Maersk Kure reported this to the RCC. Maersk Kure was advised by the RCC to continue the SAR at another position.

On Sunday morning, 18 May, the RCC informed Maersk Kure that the Search and Rescue Operation was suspended and Maersk Kure should proceed to its port of destination.

maersklinesocial.com[...]rafiki/

En fait, le Maersk Kure a participé aux opérations de SAR pendant 24h, et ce sont les USCG qui l'ont autorisé à poursuivre sa route. Ça ne m'étonne pas.

20 mai 2014

Attends, c'est pas toi qui crachais sur le cargo dérouté il y a 3-4 heures?

20 mai 2014

reprise des recherches par les CG
www.dailymail.co.uk[...]ch.html

la pétition a été signée par 200000 internautes

40 voiliers ont proposé de se rendre sur place pour chercher

une mobilisation exceptionnelle
ça fait chaud au coeur

21 mai 2014

"dommage que le porte conteneur n'ait même pas cherché à le remonter
pas de temps pas d'argent à perdre"
"le captain du porte conteneur dit "nous ne sommes ni préparés ni entrainés pour ce genre de choses" et surtout on va quand meme pas perdre du temps"
.
... sans commentaire.
.
Quant a être choqué qu'ils n'aient rien fait, est ce que on peut vraiment exiger d'un marin non formé qu'il se jette dans une eau à 10° sans matériel spécifique à bord et qu'il plonge sous une coque retournée?
.
Tu peux toujours parler de respect...

21 mai 2014

J'ai vécu ce genre de naufrage. Je peux vous dire que le voilier n'aurait pas résister longtemps à la coque du cargo. Notre voilier faisait littéralement l'ascenseur, sur environ 3 m de hauteur, à proximité de la coque du cargo et malgré l'eau qui avait envahit le bateau nous avons préféré nous écarter du cargo pour sauver le bateau. Les barres de flèche ont frôlé la coque plusieurs fois au risque de prendre le mât sur la tête. Nous restions à proximité du cargo qui avançait lentement pour rester manoeuvrant le temps que les sauveteurs arrivent. Nous avons réussi à ramener le bateau avec les sauveteurs. Tout cela de nuit, en mer du nord, à Paques. Il rentrait environ 3000l d'eau à l'heure et le seau était le moyen le plus efficace pour limiter le niveau de l'eau dans le bateau.

21 mai 2014

donc c est pas possible merci du temoignage

21 mai 2014

Comment ça t'est arrivé, tu pourrais nous en dire plus, ou ça en mer du nord, sur quoi comme bateau?
Merci d'avance :-)

21 mai 2014

J'étais équipier débutant en croisière à l'époque. Nous sortions avec des propriétaires. Ce week-end, nous devions partir de Dunkerque pour rejoindre l'Angleterre. Au moment de quitter le port, en début d'AM, les sorties ont été interdites pour cause de lancement d'un méthanier du chantier naval. Nous sommes partis en fin d'AM et avons navigué pour l'essentiel de nuit. La météo était rassurante mais de la tempête, la veille, la mer restait avec une forte houle. Nous faisions confiance au chef de bord. C'était il y a 35 ans. Pas de GPS donc. Arrivé à proximité du banc des Goodwinds, le proprio a confondu le phare de la pointe sud avec celui de la passe du milieu.
Je barrais le bateau. Nous nous sommes engagés dans la passe mais trop sud. Lorsque j'ai entendu les déferlantes, deux secondes plus tard le bateau talonnait sur le sable. J'ai viré de bord mais il était trop tard, nous avons tapé encore 5 à 6 fois avant que je réussisse à dégager le bateau de la zone dangereuse. Le voilier était un roc 101 en époxy. Les varangues se sont brisées et la coque s'est fissurée autour de la quille. J'ai repris la direction du rail des cargos et avons lancé les fusées de détresse. C'est un cargo Japonnais qui nous a porté assistance. Plusieurs nous ont vus mais aucun ne prenait de décision. Les Japonnais ont ralenti au moins un mille avant et nous éclairait avec un méga projecteur. Ils ont équipés la coque de pare battages mais ils ne servaient à rien du fait de la houle. Nous avons réussi à faire monter mon épouse sur un pare battage ce qui a permis de la mettre en sécurité sur le cargo. Elle était assurée par une corde.ils ont hissé le pare battage comme une plate forme.
On est rien à coté d'un mastodonte comme ça quand la mer est mauvaise. Ce qui nous a donné du courage c'est le moteur volvo qui a continué de tourné tout en baignant dans l'eau jusqu'à moitié.
La nuit a été très longue et le lendemain aussi car même au port, il fallait continuer de pomper... Nous sommes resté amis avec le proprio car une aventure comme ça on ne peut l'oublier. Je l'ai pris comme équipier sur mon bateau presque 30 ans après. Tout s'est bien passé et c'était super sympa.

21 mai 2014

C'est un cas qui arrive souvent sur les Minis victimes de démâtage ou de voies d'eaux (Gwénolé Gahinet par exemple, qui est rentré sur un chalutier Portugais).
Le bateau s'esquinte souvent lors de la manœuvre et il est laissé sur place, ou alors il est remorqué quand même et vous pouvez les retrouver à vendre d'occasion sur le site de la classe Mini, un côté râpé, des chandelier pliés et même des dé-stratifications dans certaines zones.
.
Et le Maersk Kure (320m et 85000tonnes) est dépourvu de grues de charge, comme la plupart des cargos modernes.
En plus, une fois levé, tu le mets où le bateau?

Pour la place, pas de problème : quand on chauffe le Merk Kure, il se dilate :oups: :jelaferme: :acheval:

25 mai 2014

Les conteneurs aussi?

21 mai 2014

Question bête mais y'a pas de zodiac sur ces porte containers ? Une visite à proximité de l'épave aurait permis de lever le doute sur la possible présence de personnes à bord...

21 mai 2014

Je n ai jamais vu de zodiac à bord. Même les embarcations de sauvetages sont conçues pour être mise à l'eau et non remontées. Les essais de ces embarcations se font au port, et si il y a du clapot, c'est très rock’n’roll roll. j'ai vu un doigt éclaté lors d'essai, des croc de mise à l'eau de 50kg qui se balancent à hauteur de tête. Bref, hors de question de mettre ça à l'eau en mer, c'est l'assurance de ne plus remonter à bord. Comme les pompiers, on ne risque pas sa vie si l'on est pas certain d'en sauver une autre.
Les petits caboteurs ont parfois des petits canots d'appoint mais pas les portes conteneur. il y a un gros filet obligatoire que l'on peut mettre le long de la coque mais il faut qu'il y ai quelqu'un à remonter. Dans le cas d'une coque retournée, on peut corner, faire des appel VHF et tourner autour tant que les autorités l'exige. Hélas rien de plus sans signe de vie. Je trouve déjà remarquable d'avoir retrouvé la coque, à 50m de l'eau d'un aileron de passerelle, c'est très peu visible.

22 mai 2014

voila c'est clair, ils ne pouvaient porter assistance ou remonter le bateau, finalement un vieux minéralier ç'aurait été mieux !

22 mai 2014

Pour résumé ce fil.

Il est possible que certaines données soient contradictoires avec d'autres informations.
J'ai retenu celles qui me paraissait les plus crédibles bien que certaines m'étonnent.

Un Alliage 44 -dériveur intégral- naviguait au portant entre les Bermudes et les Açores, à 1000 milles des côtes avec des vagues de 7 à 10 m. Le vent était de l'ordre de 30/40 noeuds de sud-ouest mais s'est renforcé à 60 nds sous l'influence d'un jet stream probablement de courte durée.
Son équipage était constitué de trois français de 69 - 72 - 79 ans.
Le voilier a d'abord démâté avant de chavirer.
L'alerte par une balise satellite a été lancée à 6 h, un avion était sur zone à 11 h et a lancé un canot de survie dans lequel un des naufragés à pris place.
Un chalutier espagnol a récupéré d'abord le canot de survie puis les deux hommes restés sur le chalutier.
Le canot de survie du voilier aurait été gonflé et aurait disparu , l'annexe était en remorque du voilier.
Lors de la récupération, 5 h après le démâtage, le vent était de 33 nds et la mer de 3 m à 3.5 m

22 mai 201422 mai 2014

Le problème, c'est que ce résumé au dénouement heureux (Alliage 44) ne s'applique pas au drame relaté dans ce fil (First 40.7), dont l'issue n'est pas encore connue...

Ton résumé, il va plutôt à la fin de celui-ci :

www.hisse-et-oh.com[...]antique

Un peu plus de rigueur sur des sujets aussi grave ne serait pas du luxe... (les accidents en mer ne sont pas que des chiffres)

22 mai 201422 mai 2014

C'est peut être un bon résumé, mais pas du naufrage de cette discussion.

22 mai 2014

Recevez toutes mes excuses.
Je me suis effectivement tormpé de fil,. Cela concerne bien le fil dont parle Dagget.

22 mai 2014

sur le 40.7 on sait bien peu de choses, une fuite du coté de la quille, gérée puis une perte de la quille, 2 balises perso déclenchées, on ne sait rien de plus, le bib de 12 places a t il pu être lancé ? pourquoi l'epirb n' a t elle pas été déclenchée ?

22 mai 2014

On peut quand même en déduire, avec une fuite au niveau de la quille que l'équipage s'etait préparé au pire: cela va de la réduction des efforts (voilure, vitesse..) à la préparation de l'accident (balises, bib prêt, grab bag, combi eventuelles...)
Il n'en serait pas de même pour un équipage cueillis "a froid" par une perte de quille...
Ils avaient l'air d'avoir et le niveau, et l'équipement. Quelques espoirs sont permis...

22 mai 2014

on peut gérer une fuite de la à imaginer l'accident absolu qui est la perte de quille, je ne crois pas qu'ils y étaient préparé, ils avaient communiqué sur cette fuite qui était "under control" et bam
:oups:

22 mai 2014

Non, on ne peut pas déduire cela. Quelques jours avant le déclenchement des PLBs, l'équipage envoie un message pour signaler qu'ils ont une voie d'eau et qu'ils se détournent vers les Acores. Mais ils n'ont pas mentionné un problème de quille.

Peut-être ont-ils fait un lien entre cette voie d'eau et la perte potentielle de la quille, ou peut-être pas. On n'en sait rien. Il se peut donc qu'ils ont été cueilli à froid par la perte de la quille.

Perso, si je devais comprendre que je risque de perdre ma quille au milieu de l'Atlantique, je contacterais les services de secours et leur demanderais un suivi spécial (par exemple: communication toutes les X heures pour confirmer que tout va bien - pas de com = alerte).

22 mai 2014

Ce n'est pas quelques jours, c'est environ 1 heure entre le message de la voie d'eau d'origine inconnue, mais sous contrôle et le déclenchement de la première PLB.

22 mai 2014

Non.

Au moment du contact à terre, simplement une fuite, origine inconnue, mais étalée. Et la première PLB a été déclenchée un peu moins d' une heure après.

Pas de signal EPIRB, alors que le bateau disposait d'une EPIRB à commande hydrostatique. Ce qu'il faut savoir : une EPIRB sous l'eau : plus aucune réception signal GPS. Et sous plus de 50 cm d'eau : plus d'émission captable par le système SARSAT. Quand on voit la photo, si la balise était dans le balcon, et coincée sous le pont inversé, on peut comprendre que le satellite ne capte rien.

Les rumeurs subsistent pour le déclenchement de la 2 PLB: ça va de quasiment au même moment, à plusieurs heures après la première.

De même, il n'y a aucune info sur la "qualité" du signal reçu. Les coast Guard parlent simplement de "fragments de signaux GPS".
Une balise émet en gros toutes les 50 secondes. Je pense qu'en fonction du taux de réception, les secours peuvent déterminer de façon assez fiable si la balise émet à partir d'un homme à la mer (réception assez aléatoire) , ou d'un radeau (réception un pouilla plus stable).

22 mai 2014

C'est compliqué, vraiment compliqué. Il y a environ 600 First 40.7 qui naviguent, avec un âge moyen de 12 ans. Et y compris en régate. S'il y avait un problème généralisé par là, je pense qu'on en aurait DEJA entendu parler.

22 mai 2014

C'est quand même bizarre qu'un First de 8 ans (2006) ait perdu sa quille, alors que d'autres de 17 ans (1997) l'ait encore, et sans problèmes apparent.

On aurait pu s'attendre à ce que les plus anciens soient touchés en premier.

22 mai 2014

peut etre...mais les chantiers de grandes productions sont plus prompts à créér des "cellules" de rationalisation et de moindre cout à outrance(concurrence féroce..)
de là à en déduire qu'ils construisent si lège/cheap que ça en devient...dangereux...je n'affirme rien de tel...mais un petit doute subsiste.....
y a t il des Hallberg rassy/oyster/Garcia....X...dont les quilles(ou dérives) brinqueballent,puis se font la malle..??

22 mai 2014

je (peut etre à tort,?)persiste et signe:pour ne parler que des quillards j'attend que l'on nous cite un HR dont la liaison coque/Quille a laché!
Evidemment les tarifs de ces constructions.....
bavaria 51 =933kg par mètre à 16666 euros le mètre
H R 55=1625 kg par mètre à 75000 euros le mètre

22 mai 2014

Chez Béneteau et chez FARR on doit avoir créé une cellule de crise, non ? jes proprios de 40.7 doivent se gratter la tète. ce bateau avait l'air en parfait état et semblait suivi sérieusement. ensuite il reste les OFNi mébon

22 mai 2014

certes mais ils ne peuvent pas ne pas réagir en demandant une inspection comme on ferait dans l’aéronautique

22 mai 2014

Il y a combien de Hallberg rassy/Oyster/garcia en régate de par le monde ???

Quand on ne représente que 0,001% des bateaux en navigation, c'est un peu normal de ne représenter QUE 0,001% des accidents ...

22 mai 2014

Il faut juste rappeler que le problème s'est produit vers 04h10 GMT, à 48° Ouest. Donc aux alentours de 1h du matin, heure locale. Par 50 nœuds de vent.

www.yachtingmonthly.com[...]eleased

22 mai 201422 mai 2014

Alors ok pour la détection de la fuite 1h avant. Mais cela reforce encore plus le fait qu'ils se sont préparés. Si je me base sur les decisions logiques que j'aurais prises en pareil cas j'aurais divisé les tâches entre l'équipage:
- 1 stopper/ralentir le bateau (et encore plus si 50 nds de vent)
- 2 étaler la voie d'eau et détection de la fuite
- 3 prévenir la terre (c'est ce qu'ils ont fait)
- 4 préparer le mode "sécu" et notamment l'évacuation
C'est d'ailleurs ce que j'ai fait lors d'une voie d'eau au millieu de l'Altlantique (par le presse-étoupe et j'allais dans l'autre sens). Si les circonstances ne sont pas les mêmes et la finalité non plus, au moment ou l'on se rends compte que les planchers ar flottent presque, on se pose autant de questions sur le coup.
A peu de choses près ils ont du réagir pareil (n'oubliez pas le facteur "éloignement" qui psychologiquement change tout. On imagine pas les mêmes choses pour le même "incident" en cotier.
.
Pour l'Epirb, je suis ok avec toi. Pour autant (sur la photo je la devine juste au niveau de la bouée couronne) retourné, si elle s'est larguée automatiquement, elle n'aurait vraisemblablement pas pu se coincer aussi longtemps sous le pont. Le balcon est très haut, c'est très proche du tableau AR, vraiment j'ai du mal à la voir coincé, avec un bateau renversé soumis aux vagues. Mais les largueurs hydrostatiques ne sont pas infaillibles, loin de là. Sur les 4 que nous mettions en révision annuelle (voilier NUC) il est arrivé plusieurs fois que certains soient "bloqué" par le sel qui obstrue le capteur de pression (il fini par se déclencher mais plus tard)

22 mai 2014

Je suis comme vous l'histoire en espérant une fin heureuse.
Mais je suis quand même vachement interpelé par le faites qu'un 40.7 plutôt récent puisse perdre ça quille comme ça.

22 mai 2014

lors de la Giraglia 2010 (me souviens plus de la date..!)nous remontions 30n de mistral(sur X 40)vers la Fourmigue..à 3/400 m devant nous un 45 pieds(Sly je crois)a d'un coup perdu sa quille,s'est couché sur l'eau,a déclenché son bib...trés proche de la cote 1 gros zodiac était déjà à son secours+SNSM avertie....
nous n'avons jamais pu savoir la cause de l'accident...du moins "officiellement"..ce qui a trainé sur les pontons:rupture des boulons mal échantillonnés.....
en tous cas sur le X (avec carlingue d'acier reprenant cadènes et varanguage...).RAS...pas un couinement/grincement....Béton....

22 mai 2014

sauf erreur la "carlingue" acier est maintenant en carbone!plus légère et certainement au moins aussi solide....bref ce concept(employé aussi sur les RM)est à prori trés séduisant quille à bulbe ou pas....

23 mai 2014

Francois2
carlingue=structure qui permet de renforcer la carène(dans un dictionnaire)...
arrete de pinailler....les X plus récents(depuis quand?...)ont une "carlingue"...une structure....un bidule additionnel en Carbone(alors que la coque est en polyester...)avant le machin était en acier....
d'ailleurs sur le site officiel X....ils ont trés bien mis ces renforts en évidence(couleur rose)...et pourtant le carbone est...noir!!
ça te la coupe pas..??

23 mai 2014

@long cours
bien d'accord...les donnéés chiffréés sont bien là...
mais rien à voir avec le système de renfort et de répartition des efforts en rapport avec la liaison coque/quille...

23 mai 2014

francois2
ce sera, vis à vis de tes remarques,ma dernière intervention...on va pas se "bagarrer" pour "ça".....
si "chacun à le droit de penser ce qu'il veut"(avec toutefois quelques limites:ex on n'a pas le droit de penser et de dire que la shoa n'a pas existé ou que c'est un détail...ect...)chacun ne peut pas utiliser les "termes qu'il veut"sinon personne ne va plus se comprendre!!
au lieu de "borde un peu l'écoute de GV" essaie de dire"tire sur la ficelle rouge à coté de la verte qui pend à droite de la jaune...non pas celle là...l'autre.."
Je ne défend aucunement les X...mais,pour ne parler que des "Jeanneteaux" la "structure" des fonds n'a rien à voir avec les X...

23 mai 2014

François: Je confirme qu'un A 40 sans matériau exotique,est particulièrement robuste. Le notre avait environ 30 000 milles dont 80 % en course quand nous l'avons vendu.
Il n'a jamais été ménagé. Il n'a jamais connu le moindre dommage, ni entrée d'eau ( sauf par l'emplanture du mat).
Seul le mat commençait à donner des signes de fatigue.

22 mai 2014

Sauf que les X actuels n'ont plus de carlingue en acier, mais à la place, ils ont une quille à bulbe pourtant nettement plus contraignante au niveau des varangues.

22 mai 2014

un catamaran est sur les lieux de recherche
www.voilesetvoiliers.com[...]erches/

22 mai 2014

La carlingue est en carbone, et il y a du carbone dans la carlingue sont 2 choses tout à fait différentes. Il faudrait savoir lequel s'applique aux X.

Et je pense qu'il est tout à fait possible de faire une carlingue fibre de verre de même résistance qu'une carlingue EN carbone. Elle sera simplement juste un peu plus lourde, en plus d'être beaucoup moins chère.

23 mai 2014

Pour certains Xyachts ce serait plutôt leur AVS qui est "surprenant" pour des quillards.
X442 110°
X482 108°
X612 110°
X362 116°
Ils sont grosso modo dans les zones d'un Ovni 345 110° et loin d'un Allure 44 125°
à comparer à d'autres bateaux pourtant d'un autre type:
Wauquiez pilot salon 136°
Warrior 40 133°
Sweden Yachts 156°
Southerly 110 151°
Seaquest 36 142°
Fischer 37 180° (!? sans doute grâce au volume de sa grosse timonerie)
Cela m'interpellerait plus que de savoir le nom et la composition de la "carlingue" "structure "renfort"
:mdr:

23 mai 201416 juin 2020

Je ne pinaille pas. Chacun a tout à fait le droit de penser ce qu'il veut et d'utiliser les termes qu'il veut. Personnellement, j'appelle ça un contre moule, et je trouve que ce n'est pas foncièrement différent de ce que font Bénéteau/Jeanneau/Bavaria/Hanse, a part peut être qu'il y a un peu d'unidirectionnel carbone alors que les autres se contentent d'unidirectionnel verre, et en époxy à la place du polyester.

maintenant, entre un XP38 (avec du carbone et de l'époxy) et un A40RC (sans carbone ni époxy en std), j'ai du mal à voir une différence de solidité significative.

22 mai 2014

@04...... c'était la Giraglia 2009 , le bateau était un Comet 45 race monotype de luxe , et le bateau avait sérieusement cogné en passant entre les rochers et le cap Camarat , la quille a fini par se détacher au large de Cavalaire vers 16 h 30 . Nous sommes passés à 1/2 miles pendant que les équipiers évacuaient le bateau , avec la SNSM .
Mis à part celà , ce fut une course géniale , notamment la cavalcade sous spi maxi à 12 - 14 nds jusqu'à la Giraglia .

28 mai 2014

c'était bien un Sly 47.

22 mai 2014

N'exagérons pas les voiliers de chantiers connus qui perdent leur quille font fantasmer mais les accidents sont rares. Heureusement. je ne connais qu'un Hanse, un Bavaria et maintenant ce First.
Merci de ne pas faire l'amalgale avec les protos de course.

22 mai 2014

Bien sur, mais on touche à l'émotionnel. C'est très dur de réfléchir rationnellement.

23 mai 2014

le hanse ? je me souviens de celui qui avait perdu son safran et coule en merd 'irlande si mes souvenirs sont exacts ?

23 mai 2014

pour le hanse meche comosite detruite par un mauvais montage de l'auto pilote, reste donc le bavaria match dont les photos accablantes du montage de la quille ont disparu d'internet, sauf erreur de ma part

23 mai 2014

J'ai vérifié pour le Hanse 37, tu as raison. Reste donc deux voiliers qui ont perdu leur quille...

23 mai 2014

Jean. Exact. Un Hanse 37 britannique, mais j'ai lu qu'il avait perdu sa quille. et son bib ne s'est pas gonflé.

23 mai 2014

sur le forum hanse, on parle d'autres problemes aussi

24 mai 2014

Bavaria Quille Perdue.jpg

pour voir si ça passe...

22/1830hrs... les debris retrouves en mer ce matin par le catamaran ont ete identifies comme n'appartenant pas au "Cheeky Rafiki" les recherches continuent avec l'addition de trois avions militaires GB en plus des USCG....

23 mai 2014

en guise de conclusion( provisoire?)et concernant ces problèmes de structures/de Varanguages/de renforts et ancrages de cadènes.....:
fut un temps ,ou les revues nautiques lors des essais de bateaux,donnaient des infos sur les échantillonages/les épaisseurs des tissus/les éventuelles contre-plaques....la(les)méthodes de construction....depuis pas mal de temps on en sait beaucoup plus sur la taille des couchettes et le volume du frigo.....
sans parler des contremoules employés quasi partout..sont ils collés?collés et stratifiés?et comment....et les liaisons coques/pont....?

23 mai 201423 mai 2014

A quoi servirait d'indiquer des données sur des épaisseurs que l'énorme majorité des lecteurs ne sauraient pas interpréter pour des voiliers qui ont 0.001% d'avaries de structures?

23 mai 2014

0,001% naviguent suffisamment pour en avoir ?!

Mais pour cela il faudrait des statistiques pour tout les cas et non pas seulement une petite partie des "fortunes" de mer.
Même ceux qui ne se produisent pas prés des cotes Francaises, ou ceux prés des cotes mes pas pris en compte pour x ou y raison.
Des statistiques qui prendraient réellement tout les cas nous arriverions peut etre à plus que 1 pour mille, et en plus il serait intéressant de faire un rapport entre nombres de milles effectué et pourcentage de casse .
Car bien sur un bateau qui passe 350 jours amarré aura forcément moins de problèmes qu'un qui navigue un peu plus ,comme ,d'ailleurs on peut le lire à longueur de post sur H&O.

Problèmes de structures sur cata ,sur mono, fuites jonction pont coque, fuites quille, méches gouvernail, perte safran, cadènes arrachés, epontilles flambées ...etc

A croire que tout les 0,001% soit sur H&O, ou que les Heossiens naviguent un peu plus que la moyenne et que par voie de conséquence...

23 mai 2014

comme une voiture , qui connait le type de moteur on te dit juste tant de chevaux et les gens achétent avec un compromis confort/cout

23 mai 201423 mai 2014

Concernant les :

Problèmes de structures sur cata ,sur mono, fuites jonction pont coque, fuites quille, méches gouvernail, perte safran, cadènes arrachés, epontilles flambées ...etc

90% sont détectés avant de faire l'objet d'une fortune de mer. Seul les chantiers ou radio ponton pourraient donner un aperçu, mais compiler la chose n'est pas aisée.
Ceux qui sont une mine d'or d'information sont les TPN (techniciens polyvalent du nautisme) qui gèrent les bobos des flottes de location ou encore les pro dont les bateaux tournent entre 250 et 300 journées/an sur 5/6 voir 10 ans d'affilée (les écoles de voiles, de régate, incentive, certains charters etc...) mais bien souvent les plus gros ont leur propres structures de chantier pour leur flotte...
Par exemple, tout futur acheteur de RM devrait aller discuter sur les pontons avec les Glénans de Paimpol qui en gère une flotte... instructif pour en connaitre les points faibles!
Perso, pour deux fortunes de mer "comptabilisables", je compte une bonne vingtaine d'incident de tous poils (cadène ou ferrure d'étai arrachée, safran plein d'eau qui tourne autour de sa mèche, cloison centrale déssolidarisée de la structure, épontille qui bouge, voilier qui reste tordu (portes internes sur la cloison structurelle qui se trouvent décallées), voie d'eau diverses etc...
Donc oui, je suis persuadé que le tableau est bien plus noir que ne le laisse transparaitre les stats de fortune de mer.

23 mai 2014

des efforts énormes et désespérés
www.dailymail.co.uk[...]es.html

23 mai 2014

@oliv 44
bien d'accord...je connaissais bien Espace Vag chantier au Moros(concarneau)qui assez régulièrement reprenait les "fonds" des Glénans(SO de chez J.......n)
logiquement l'immense majorité des bateaux ne connait pas de "gros problèmes" de structure,pour la bonne raison qu'ils naviguent peu et dans des conditions maniables...dés lors les acheteurs étant davantage "consommateurs de loisirs sur l'eau"que "marins";;;(;SVP ne pas voir dans ces schématiques définitions,mépris ou condescendance.).il faut bien admettre des approches et pratiques différentes.....
et je crois,les chantiers de grande production,ont accompagné ces évolutions en "allégeant" les constructions (et les couts!!)
enfin il serait intéréssant de connaitre le surcout (par ex,en pourcentage du prix total)occasionné par une construction "plus solide"(varanguage/ancrage des cadènes/liaison coque pont/safran)

23 mai 2014

Oh je crois que l'on peut facilement le connaitre: c'est ce que certains chantiers nomment "le pack TDM" ou encore le "pack régate". C'est une option payante a rajouter au prix d'origine. Et encore, je ne suis pas sûr que cela suffise vraiment.

23 mai 2014

Très faible SI ça ne change pas le volume de vente.

Mais malheureusement, 5 % d'augmentation de prix va faire effondrer le volume de vente parce qu'un autre concurrent sera moins cher et que la grande majorité des clients estimera ne pas avoir besoin de la structure renforcée et ira au moins cher... Et donc les charges fixes devront être réparties sur beaucoup moins d'unités, d'où augmentation réelle nettement plus forte.

Pour info X40 = 140 unités. First 40.7 = 600 unités.

23 mai 2014

Les chantiers ne tirent pas la qualité vers le bas. Les chantiers fabriquent et vendent les bateaux que les clients achètent.

Et le client qui achète un Océanis 50 sait très bien qu'il n'achète pas un Xc50.

Strictement PERSONNE n'a interdit à votre école d'acheter un X44, swan 42 ou autre Hallber Rassy 43. Même pas le banquier. Si vous apportez la garantie adéquate, votre banquier accepte tout.

23 mai 2014

Drôle de raisonnement.

Vous voulez faire payer les 300 proprios de 40.7 qui font une régate occasionnelle le samedi après midi, par beau temps, pour les 3 pelés qui vont traverser l'atlantique ???

Et les clients ne sont ABSOLUMENT pas obligés de payer plus. Je rappelle que, même si votre passion vous aveugle, la voile est un LOISIR qui n'a AUCUN caractère OBLIGATOIRE. Si les prix augmentent, il y a moins de gens qui vont acheter, c'est pas plus compliqué que ça.

Il n'y a qu'a voir le nombre de pavillons belge pour simplement économiser un radeau à 800€, ou une révision à 300€.

Et si les normes CE étaient plus dures, ça ne changerait RIEN au niveau accident. Il y en auraient peut être même encore plus, parce qu'il y aurait plus de gens à naviguer sur les épaves hors d'âge plutôt que sur le dernier certifié CE au delà de leurs moyens financiers.

23 mai 2014

Pas besoin de traverser l'atlantique pour rencontrer des conditions tendu, un proprio qui achète un bateau comme ça doit quand même pouvoir espérer naviguer sans que son bateau se casse avec 60 knt de vent...

23 mai 2014

Entierement d'accord... mais cela reviens a reconnaitre que ce sont les chantiers qui tirent la qualité vers le bas pour augmenter le volume de leur ventes et un peu leur marges (faut bien contenter les actionnaires pour ceux qui sont cotés) au détriment des utilisateurs de leurs bateaux qui ne sont pas dans les clous des 3/jours par an (même si le chiffre est faux).
Pour l'un des problèmes listé plus haut (le safran qui tourne autour de sa mèche) sur un SunFast 42 de 4 ans, je me souviens de la remarque du technico-commercial:
"- oui mais comprenez, en école de voile (Marc Linski) vous ne faites pas un usage normal d'un bateau". Tout était dit.

23 mai 201423 mai 2014

Donc si je te comprends bien, c'est de la faute de ces pauvres plaisanciers car ils n'avaient qu'a pas traverser sur un 40.7? (dont je suis le premier à dire que c'est une ..., et j'ai navigué dessus un certain nombre de semaines pour pouvoir dire cela)
.
Si, les chantiers tirent la qualité vers le bas pour cause de concurrence effrénée (chacun sur son segment) en sachant très bien que le client ira au moins cher dans le segment qui l'interresse), mais sans se soucier des conséquences qu'entraine cette spirale des prix vers le bas.
Le profit, toujours le profit.
Si la CE etait un peu plus contraignante sur l'échantillonage, la résistance des matériaux, si elle prenait un peu plus le client comme référence et non pas le chantier qu'elle dédouane d'une utilisation non conforme (pour ne pas que les clients puissent se retourner contre le chantier en cas de pépin), les bateaux vaudraient peut-être tous 10 000€ de plus dans une même gamme, mais les clients seraient bien obliger de payer plus. Aujourd'hui un chantier qui ferait cela seul contre les autres se tirerais une balle dans le pied. Seule une norme plus contraignante peut les y contraindre. Mais qui en aura le courage politique? pour un si petit marché ?(et en déclin sur L'EU!).
Mais on s'éloigne du sujet.

23 mai 2014

Moi c'est plutôt votre raisonnement que je trouve bizarre. Et comme votre fiche n'est pas remplie (même pas un prénom!) je vous soupçonne de faire partie de cette industrie du nautisme que vous défendez bec et ongles.
Oui, il ne me dérange pas de faire payer les 300 proprio de 40.7 pour qu'ils puissent également traverser l'Atlantique avec leur bateau en sécurité. Ou alors, si le bateau n'en est pas capable, qu'il soit "remisé" en catégorie C et là les 3 pelés dont vous avez l'air de leur rejeter la faute d'avoir traversé le feraient en connaissance de cause.
Si je ne m'abuse, le 40.7 est en cat.A et devrait être a même de traverser l'Atlantique en trajet retour même avec des conditions musclées tout en restant dans les clous de la A.
Et si pour cela, certains doivent se rabattre sur un 36 au lieu du 40 pour cause de coût, voir de l'occasion, mais "rester en sécurité" et bien non, cela ne me dérange pas du tout. Je suis attaché à ce que les plaisanciers apprennent les comportements qui leur permettent de naviguer sereinement. L'un de ceux là est: "savoir choisir sa monture" en fonction de tout un tas de critères. Acheter un bateau neuf sans pouvoir compter dessus parce que l'on navigue plus ou dans des endroits plus durs que la moyenne des plaisanciers, n'en fait pas partie.
.
Quant a lire:
"parce qu'il y aurait plus de gens à naviguer sur les épaves hors d'âge" non, je ne peux pas être d'accord. Cela revient à valider l'obsolescence programmée pour les voiliers modernes qui doivent être changé au bout de X années ... parce qu'ils ont été mal construit dès le départ. Aujourd'hui déjà, certains voilier de 20/30 ans bien construits, bien entretenus sont tout aussi solides que d'autres qui sortent de chantier justement a des prix tellement bas que cela justifie qu'ils ne durent pas longtemps...
J'attendrais d'une norme CE quelle contraignent les chantier a faire du plus costaud (donc sécu)/durable que du Fragile(dangereux)/Kleenex juste pour faire marcher la sacro-sainte industrie.

23 mai 2014

n 40.7 a gagné sa catégorie ou meme toute classe dans la Sydney hobart terrible. il faudrait aussi connaitre l'histoire du bateau

24 mai 2014

@francois 2
"les chantiers..vendent les bateaux que les clients achètent"...ne serait ce pas plutot"les clients achètent les bateaux que les chantiers vendent"..!
personne n'interdit d'acheter HR/X/Swan....vive la libérté!!de ceux qui ont de gros moyens..comptant(content!) ou à crédit(merci la banque!)...
plus sérieusement entre les "grandes productions" et le trés haut de gamme n'y aurait il pas un "espace" pour raisonablement renforcer un peu plus certaines zones(coque quille/Cadènes/Safran)sans que ,à la construction,c'està dire planifié,rationalisé,le sur- cout soit conséquent?...5% de surcout(par ex)me paraissent un peu forts..?
autre remarque:sauf erreur les catégories CE et normes ISO...sont "auto déclaratives" ce sont les chantiers qui les "déclarent"...sans qu'un organisme de controle indépendant vienne de ci de là y mettre son nez et compétences...
On peut comprendre qu'un First40.7/44.7/SO/Dufour40....ait des difficultés,voire des "avaries" dans une véritable tempète..mais que soit perdue la quille!voire un safran...
plus généralement "nos sociétés industrialiséés/mondialiséés/riches/gaspilleuses/marchandiséés/financiariséés...ont depuis longtemps basculé dans l'obsolescence programméé...une machine à laver qui tombe en rade c'est gonflant pais pas grave...un bateau catégorie A dont la quille se ballade puis se détache c'est gonflant et....inadmissible..meme chose d'ailleurs pour un catégorie B et C...!!

23 mai 201423 mai 2014

@JeanLittleWing
Il y a effectivement un truc qui tourne pas rond...
Faire une telle campagne a grand renforts de photos/shèma autour d'un titre "Missing sailors are probably dead" alors que cela ne fait QUE 6 jours et l'on ne sait même pas vraiment si ils sont pas monté dans leur bib, que l'equipage est jeune (moins de trente ans) et en bonne santé...
Dans un bib et avec de l'eau douce, ils peuvent très bien être en vie!
Ou alors on ne sait pas tout (ce qui est vrai).

23 mai 201423 mai 2014

@JeanLittleWing:
En y réfléchissant, cela rejoint deux post: le premier (de toi) ou il y a une discussion entre Tribal, Pythéas et toi même sur la philosophie Anglo-saxonne que Tribal résume par un laconique (mais juste) : "La règle qui prévaut là-bas : Chacun choisit sa mort"
www.hisse-et-oh.com[...]sportif
.
et un autre ou j'ai une discussion avec Cambuse, Kikinoux et Vicking35 ou je fais remarquer: "C'est un des paradoxes de la plaisance (Française): l'etat cherche a responsabiliser le plaisancier au maximum (D240, matériel sécu/distance d'abri, catégories de conception...) mais vient nous chercher dès que l'on se retourne un ongle.
La vraie responsabilisation serait de ne plus intervenir. Là je suis sûr que cela augmenterais de suite le nombre de crochetage de harnais..."
www.hisse-et-oh.com[...]s-cotes
.
Observerait-on une sorte de glissement (pour d'obscures raisons ou simplement mercantiles) vers la responsabilité totale du plaisancier? (du moins chez les Ango-saxon, à quand chez nous?) qui consisterais à venir vous sauvez mais à ne pas étendre dans le temps les recherches si vous n'êtes pas sur le lieu même du naufrage?

23 mai 2014

@oliv, c'est dans mon profil mais quand j'ai préparé LW en 2000 je me suis préparé en mon âme et conscience et j'ai pris BIB EPIRB Communicateur Mail mondial GSC 100 etc

les 2 skippers qui m'ont accompagné avaient entierement confiance dans le bateau et sa préparation mais aucune influence administrative

pour ma part pour la corse / continent je n'ai pas pris de bib en juin 2010, à noel dernier j'en ai pris un car l'eau est froide

23 mai 2014

Ce qu'on sait:

Le bateau avait un système de com satellite. Il avait une EPIRB, et un radeau 12 places.

Le nombre de PLB à bord n'a pas été publié. Mais j'estime raisonnable de penser qu'il y en avait au moins 1 par équipier. Ils n'avaient pas de combi de survie.

Il a déclaré se dérouter suite à une fuite d'origine inconnue vers minuit, dans 50 nœuds de vents.

Une heure après DEUX PLB se sont déclenchés quasi simultanément.
L'EPIRB à largage hydrostatique du bateau n'a PAS été reçue, à aucun moment. Il n'y a plus eu AUCUNE com satellite.

La trace des PLB n'a pas été publiée. Mais les secours savaient si les 2 PLB étaient à proximité ou pas. Et quelle était leur vitesse de dérive, et leur taux de réception. Ils pouvaient donc savoir si les PLB émettaient à partir d'un homme à la mer ou d'un radeau. Je pense qu'on finira par savoir que les 2 PLB émettaient à partir d'hommes à la mer.
2 hommes à la mer (la moitié de l'équipage) : pas d'EPIRB pas de PLB des équipiers restants, pas de com satellite : ça craint= évènement soudain.

Quand les premiers avions sont arrivés sur zone, il y avait au moins une PLB qui émettait encore. J'imagine mal un avion de secours "louper" une balise qui émet. Et les cameras thermiques de l'avion n'ont détecté aucun signe de vie. Car j'imagine que sinon, l'avion aurait largué un radeau, et qu'on le saurait.

Reste donc potentiellement un radeau avec une ou 2 personnes à bord, SANS AUCUNE balise. Même pas les PLB des équipiers...

Le modèle de dérive utilisé par les coast a été suffisamment bon pour que la porte container trouve la coque. Qui n'a guère que le safran qui dépasse de l'eau. La probabilité qu'il y ait quelqu'un de vivant dans cette coque est nulle. La quille fuit. Donc le niveau d'eau dans le carré = niveau d'eau extérieur. Donc pas d'air. Pas de cloison étanches : il y a le même niveau partout. Cette coque SANS lest flotte simplement avec sa flottabilité intrinsèque. Pratiquement sans de poche d'air : balsa du pont. Cloisons et aménagement en bois. Quelques pare battages probables, gilets qui ont du rester dans les coffres, air dans les réservoirs eaux gasoil eaux noires (évent normalement en haut, donc en bas coque retournée. les réservoirs gardent l'air).

23 mai 2014

@oliv pour tout autre souci que la perte de quille je suis persuadé que l'équipage serait déjà récupéré après quelques heures dans leur bib 12 places Epirb déclenché, équipahe entrainé bateau super équipé, skipper pro

mais perte de quille c'est bateau qui se retourne en 2 secondes, 50 nds de vent et la mer , comment aller de nuit chercher le BIB, était il disponible depuis le tableau AR, voila le genre d'info que le porte conteneur aurait pu voir en faisant des photos de meilleure qualité

23 mai 2014

euh... attendez, si les monos qui se retournent sont plutôt rares (quoi que si on inclue les coursiers du 6.50 au 60 pieds...) cela arrive en cata et plutôt par mauvais temps (sancis). Et pourtant eux aussi sont cueillis à froid, sans aucune prépa et pour autant tous ne disparaissent pas. Certains montent sur la coque, se sanglent au safran, attendent le jour, récupèrent leur bib en plongeant sous la nacelle etc...
Bien entendu chaque cas est différent.

23 mai 2014

Reste donc potentiellement un radeau avec une ou 2 personnes à bord, SANS AUCUNE balise.

A l'ancienne quoi. Comme avant la généralisation (et encore) des balises, c'est a dire il y a moins de dix ans...
Cela devrait suffire a continuer les recherches non? (sauf a valider le: "tu y va en connaissant les risques")

23 mai 2014

Non, ce n'est pas à l'ancienne...

On SAIT que l'évènement est la perte de la quille, et qu'il a été suffisamment violent pour que 2 personnes partent à l'eau, et qu'il n'y a eu aucune autre balise (les PLB des éventuelles personnes qui seraient monté dans le radeau, ni l'EPIRB du bateau). Et qu'il n'y a eu AUCUNE tentative de com satellite.

Les personnes seraient donc monté dans le radeau en "slip". Certainement pas en ciré avec le PLB dans la poche. Ni même en ayant le temps d'activer manuellement l'EPIRB du bateau, alors qu'elles auraient eu le temps de déclencher le radeau.

Que le radeau disposait d'un grab bag (avec fusées).

Et que les premières 48 heures de recherche n'on RIEN donné, alors que la coque, malgré sa visibilité plus que très réduite, a été retrouvée.

C'est ça qui ne colle pas. Donc les personnes ne sont PAS montées dans le radeau. C'est la conclusion des gardes cote US.

23 mai 2014

Si un voilier chavire brutalement, je ne vois pas comment sortir le bib solidement amarré sous la table du carré dans notre cas...

23 mai 2014

Sauf que vous oubliez qu'ils savaient qu'il y avait une voie d'eau, et ils la savaient suffisamment conséquente pour prévenir la terre et de leur intention de se détourner.
Sauf à se retourner dans les 20sec après avoir raccroché le combiné, la préparation du bib est quand même hautement probable (préparé, pas percuté) ou alors ce serait une erreur lourde de conséquences.
La seule chose qui leverait le doute serait d'envoyer un plongeur sous le bateau pour chercher la présence ou l'absence de ce bib. Sans cette info fiable, les espoirs sont permis (enfin ce n'est que mon avis). Le problème est que l'on est hors de la zone de couverture des hélico (sauf un porte hélico dans le coin).
Le fait d'avoir des balises a bord ne veut pas dire pour autant qu'ils aient eu les moyens de les utiliser. C'est un peu paradoxal: du fait que l'on s'équipe sécu jusque aux dents notamment de balises, le fait de ne rien recevoir fait automatiquement tirer des conclusions. Que certains y ait laissé leur peau semble hélas certain, qu'il n'y ait AUCUN survivant me parait hâtif, surtout si c'est juste basé sur le fait de ne pas recevoir de bip-bip. Il y aurait mille raisons de ne pas recevoir ce bip-bip sans pour autant qu'ils soient tous disparus.

23 mai 2014

Ils auraient préparé le bib AVANT, mais sans AUCUN moyen de communication ??? Alors qu'il y avait à bord une EPIRB, des PLB, une VFH portable, et un téléphone satellite, ou que rien de tout ça n'a fonctionné ???

Et en plus le radeau 12 places aurait pu échapper à 48 heures de recherches ??? Alors que la coque, bien moins visible (ne serait ce que par la couleur ou absence de réflecteur radar), a été vue pile a l'endroit ou elle était estimée. (Je ne pense pas que le porte container ait tourné pendant des heures avant d'apercevoir la coque : entre le moment ou il est arrivé sur zone, et celui ou il a vu la coque, il n'y a pas eu beaucoup de temps).

S'il y avait eu quelqu'un de vivant dans le radeau, il y aurait eu une signature thermique en plus détectable par les avions. Et si cette personne était en état, il y avait un grab bag ISAF avec fusées et miroir.

Donc ça fait quand même vraiment vraiment beaucoup de suppositions pas très réalistes.

23 mai 2014

Ce n'est pas : les balises n'émettent pas, ils ont disparus.

C'est : On a pas trouvé le canot qu'on a cherché 48 heures.

En sachant que :

1)Les secours connaissaient la position de départ, à la seconde près, et à 60 m près (balises GPS et position transmise à terre du bateau). (Était ce votre cas avec le Fantasia)

2)On a utilisé des moyens techniques lourds pour chercher (Hercule C130J avec camera thermique et radar de surface NB je sais pas ce que c'est, mais apparemment, c'est de l'électronique suffisamment performante pour détecter une bouée de pécheur dans la mer, a partir de l'avion) (Était ce votre cas avec le Fantasia).

3) On a retrouvé le bateau. Pas si près que ça : de mémoire à 85 nautiques de la position de déclenchement des balises. Les balises ont effectué un trajet de 25 nautiques durant leur fonctionnement.

4) Et ca a quand même tourné pendant 48 heures.

On abandonne effectivement nettement plus vite maintenant qu'avant. Parce qu'avec les balises c'est soit immédiat (par exemple TAO), soit il n'y a rien à chercher et on le sait très vite.

Un radeau qui dérive 5 à 6 heures à 2-3 nœuds en connaissant la position de départ avec précision l'incertitude sur la position, c'est quoi ? 52noeuds = 10, 63 = 18. Allez une zone de 10*4 nautiques. Avec un avion bourré d'électronique, et pour un canot orange fluo de 3m de diamètre, plus ou moins réflecteur radar. En 30 minutes, il l'a retrouvé, ou alors il n'est pas dans la zone. Et les secours ont très bien su réactualiser le calcul de dérive d'un radeau, en se basant sur la dérive constatée sur la coque et sur les balises.

Les jumelles et le sextant, c'était bien. Mais c'est d'une autre époque.
www.flir.com[...]e/view/

23 mai 2014

La zone à l' heure d'arrivée des premiers avions, environ 6 à 8 heures après le déclenchement des balises n'est pas la zone 36 heures après le déclenchement des balise, horaire approximatif auquel le porte container a photographié la coque.

23 mai 2014

On peut très bien imaginer un bib qui se gonfle et s'echappe du bateau (retourné), que certains rejoingnent à la nage sans le grab bag, que ce dernier passe à l'eau, vidant son contenu etc...
on peut imaginer tant de choses. La seule vraie question reste: est-ce que le bib est toujours à bord? et pas "pourquoi ne reçoit t-on rien?"
Quant a retrouver la coque a l'endroit ou elle s'est retournée, ben rien de miraculeux: quasi pas de courant (dans les 0.5nds de surface en fonction du fetch), aucun fardage. Elle devait pas être loin de l'endroit ou ils ont déclenché la première balise.
Par contre un radeau qui marche à 2/3nds au fardage (avec du vent fort) et la zone s'agrandit vite.
Ce n'est pas la première fois que l'on cherche longtemps et que l'on repère ensuite un radeau avec plein de moyens sur place.
Moi même j'ai "eu droit" a: 7 vedettes SNSM (plutôt 7 sorties de 3 vedettes différentes), 2 sorties d'un breguet atlantique, 1 falcon des Douanes qui etait sur zone, j'ai vu un ferry et un cargo qui eux ne m'ont pas vu et au final c'est un super-frelon qui a vu nos signaux. Et je n'etait pas en bib mais en Fantasia.
Et les temoignages de gens en bib qui voient les secours qui eux ne les voient pas sont légion...
Alors oui, 48h de recherches ce n'est rien.
.
Je conçois tout à fait que les chances sont minces, mais j'ai du mal avec: " les balises n’émettent pas, ils sont donc disparu". Car un tel moyen, aussi efficace soit-il reste également précaire (éléctronique, batteries, perte à l'eau, destruction etc). Hors je me demande si il n'y avait jamais eu de balises à bord, si les secours ne chercheraient pas plus. Là, du simple fait de ne pas avoir de signal, on en abandonnerait-il pas plus vite?

23 mai 2014

"On a retrouvé le bateau. Pas si près que ça : de mémoire à 85 nautiques de la position de déclenchement des balises."
"Un radeau qui dérive 5 à 6 heures à 2-3 nœuds en connaissant la position de départ avec précision l'incertitude sur la position, c'est quoi ? 52noeuds = 10, 63 = 18" :reflechi: :tesur:
euh tu dis que le bateau à "vachement " dérivé mais que le bib dériverait moins vite ?
J'ai pas tous compris ?
Si le bateau a bien été retrouvé à 85 milles de la position de déclenchement, il me semblerait logique que le bip (qui dérive bien plus vite, surtout dans 40nds de vent, qu'une coque retournée et pleine d'eau sans quille) soit lui encore bien plus loin (et pas forcement dans la même direction, puisque à priori la coque ne subit qu'une dérive due au courant (85 milles en combien de temps ? Sacré courant) )
Enfin tout cela pour ne rien dire, vu que l'on ne sait rien à par la quille qui semble perdue...

23 mai 201423 mai 2014

:reflechi: :reflechi: :lavache: :oups:

24 mai 201424 mai 2014

oups!

23 mai 201423 mai 2014

triblon(!?) le bateau bouge grain d'orage je perds la connexion , je clique je clique ca part ca part pas ?

23 mai 2014

On retrouve pas un Boeing 777 alors ...

23 mai 2014

Vous avez tout à fait raison.

Le jour ou les radeaux seront capable de se déplacer à 800km/h, sur près de 8000 km de distance, ils deviendront effectivement très difficiles à localiser.

23 mai 201423 mai 2014

On est pas sûr que la quille soit la cause de l'accident, on est pas sûr non plus que la tâche blanche avec une prépondérance noir, soit la coque retournée.

Inutile d'incriminer Beneteau qui fait de très bon bateaux de course croisières (les First) - ça fait de la mauvaise pub pour le chantier Français - gratuitement

23 mai 2014

Thomas , comme pour Tao , personne ne sait ce qu il sait passé et du blabla a tout va

23 mai 2014

Le voilier est localisé, faut voir les photos maintenant :

www.lefigaro.fr[...]ise.php

23 mai 2014

Merci Thomas l'article ne dit rien sur la présence ou non du Bib. Un 12 places c'est gros, aurait il pu être à l'intérieur ?

23 mai 2014

les uscg ont dit qu'ils ont trouvé le bateau, ils l'ont identifié, il lui manque la quille, ils ont fait toc toc sur la coque semisubmergée et personne n'a repondu
.
comme ils étaitne des "nageurs" et pas des "plongeurs", ils ne sont pas descendu pour regarder en dessous de la coque.
.
Ils vont continuer à chercher, mais sauf developpements favorables à minuit ils vont arrêter les recherches
.
www.uscgnews.com[...]168098/
.
.
Quand même, le coque flottait encore, c'était vraisemblablement la même entrevue par le navire le premier jour.
On peut toujours garder espoir, mais le moment apparaît de grande tristesse.

24 mai 2014

Quand je vois que le bateau flotte toujours une semaine après, j'ai un conseil à demander à plus expérimenté que moi (sans ironie).
Dans un cas pareil, ne vaut il pas mieux rester attaché au bateau tant qu'il ne coule pas ? (Plus facile à dire qu'à faire ).

24 mai 2014

www.bateauxonline.fr[...]ouverte

Recherche abandonnée. Le bib retrouvé dans le bateau.

24 mai 2014

"La coque retournée a été trouvée ce vendredi par un bâtiment de la Marine Américaine.
Le 40 pieds avait perdu sa quille et avait bien souffert dans les conditions musclées du week-end dernier. Mais la découverte la plus importante était que le radeau de survie était toujours à poste à bord du bateau.
Etant donné que la survie d’un homme à la mer dans ces eaux est estimée à environ vingt heures, les gardes-côtes ont ainsi mis fin à leurs recherches."

24 mai 201424 mai 2014

La photo de bateauxonline montre que la coque est fort abîmée à bâbord de la quille. Je vois mal comment une 'simple' perte de la quille aurait pu produire de tels dégâts.

En fait, on dirait même qu'il y a un trou dans cette partie abîmée ... la voie d'eau que l'équipage avait constatée?

24 mai 201416 juin 2020

La photo ...

24 mai 2014

Au vu de la photo il semblerait qu'a un endroit les fixations, qui ne sont pas "simplement " passées par leur trous, aient pelées une grande partie de la peau .
Ca fait froid dans le dos, cela me rappelle un constat que nous avions fait lors d'une visite d'un chantier, ce qui nous avait "choqué" semblait normal pour le constructeur : les boulons de quilles étaient simplement boulonnés à travers la peau du fond et non pas au travers des varangues ( Gibsea 52 n° 2) sister ship de "la belle du large"

On dirait effectivement que c'est la ceinture en acier qui varangue les boulons centraux de quille (non, le 40.7 n'est pas mou, loin de là) et qui solidarise les tirants des cadènes de haubans avec la quille qui s'est rompue et qui a été arrachée.
La découpe reprend exactement le cheminement de cette ceinture. :litjournal:

24 mai 2014

la photo suscite l'impression d'une grande violence et soudaineté dans l'accident, assez horrible imaginer les dynamiques possibles.
Une pensée aux quatre familles et proches.

24 mai 2014

cette photo pourrait etre "instructive"...car que voit on?
des "passages" de boulons de quille qui semblent comme agrandis,sinon ovalisés....
et une partie des "fonds" de la coque dont le stratifié parait délaminé/arraché..(ballotements répétés de la quille avant son détachement complet?)
bib à bord....,?voudrait il dire que l'équipage a été complètement surpris par la perte de quille et le retournement du bateau?rapide et imprévu/imprévisible?
mais alors quid de la voie d'eau....? car je suppose que cet équipage expérimenté,inspectant les fonds en aurait déduit un possible naufrage et donc préparé le bib..??

24 mai 201416 juin 2020

Ce n'est a prioris pas le premier a qui cela arrive; Barracuda (first 40.7) en 2007 subit un coup de mer au mouillage (beaucoup de roulis) ... et perds sa quille avant de s'échouer.
Même pelage de coque.
forums.sailinganarchy.com[...]dex.php

24 mai 2014

C'est l'inverse. C'est après s'être échouer qu'ils ont perdu la quille. Rien à voir avec le Cheeki Rafiki.

24 mai 2014
24 mai 2014

maintenant que la fin horrible dans un accident auquel personne ne peut être préparé de ces 4 plaisanciers est considérée comme définitive, par respect pour eux et pour leurs familles je propose que les discussions techniques soient reprises sur un autre fil que je crée tout de suite
....

24 mai 2014

......

24 mai 2014

Bien d'accord avec toi (si si cela peut arriver ! la preuve ) mais à quelle adresse ?

...

24 mai 2014
24 mai 2014

terrible pour l'equipage et les familles! je connais malheureusement ce type de situation;mais sans doute çe bateau n'etait pas fait ou conçu pour subir de telles conditions de mer ! les constructions modernes ont de plus en plus des construtions et conceptions marketing bien definies, il font dans la majoritè des cas le bonheur de leur proprietaire dont l'utilisation habituelle a ete bien etudièe et definie ! apres si l'on sort du cadre ????? cordialement

24 mai 2014
24 mai 2014

Hommage à l'équipage
RIP

24 mai 2014
24 mai 201416 juin 2020

Jeanlittlewings: sur sa question de photos de Web qui aurait disparu mais le Web garde tout!

Ah oui, ca y est, je ne me rappelai plus, quand on fait "répondre" sur un post, on ne peut pas mettre une tof.
Il faut aller en bas et créer son propre post sur le fil. Voili, voila.
La photo de la coque du Bavaria Match avec les trous de boulonnage de la quille et on pourrait, (j'me trompe peut etre)dire qu'elle était boulonnée dans les fonds en plastic.

24 mai 2014
25 mai 2014
25 mai 2014
25 mai 2014
25 mai 2014
25 mai 2014

Impressionnant ! une quille boulonné pour moi fini toujours par travailler sauf en cotier avec des sorties dans des conditions clémente , la solution peut être une stratification sur la coque en plus du boulonnage un + . C'est mon avis ! c'est une des raisons de mon choix pour l'acier .

25 mai 2014
25 mai 2014
25 mai 2014
26 mai 2014
26 mai 2014

Sur les 4 régatiers, tous aurait été dans le cockpit et non-attaché ? Je trouve bizarre, même avec la rapidité de l'accident, que personne ne soit retrouvé et que le bib n'aie pas été percuté.

26 mai 2014

Je vous ai toujours deconseillé, les quilles boulonnées (cf sirius), gardez cet accident en memoire pour votre propre activité..
par ailleurs, a propos de cet accident et de celui de l'alliage 44 , l'autre jour olv44 m'a dit qu'il aimaient bien les deriveurs pour deux raisons:
1)ils ne perdent pas leur quille
2)ils secomportent mieux par grosse mer , meme s'il tardent a se redresser en cas de chavirage.
.
je continue a penser qu'il vaut mieux l'option, ensemble , quille coque safran traditionnels et incassables, car ma logique est la meme que par exemple en escalade: on est sur de se cassé la gueule , mais on est aussi sur que cela n'aura pas de consequence (a condition d'avoir une bonne technique d'assurance).
.
les precautions exagerees pour le gros temps sont justifiées meme s'il est rare, que es bateaux repondent a des normes de sécurité, qu'on est pas la pour apprendre aux architechtes a travailler ..etc....
Repondre a des normes et suivent des regles ne veux pas dire que la machine est fonctionelle surtout apres X... milles.
En Nav hauturiere Posez vous toujours la question: mon bateau et moi meme sommes nous aujourd'hui est il en mesure d'encaisser n'importe quelle condition ..le fait d'e prendre la meteo ne fait pas devier les depression
.
j'espere sincerement que la liste un peu trop longue ces dernieres années des plaisancier perdus en mer, ne va pas continuer a s'allonger exagerement
philippe

28 mai 201416 juin 2020

Un mois avant le drame de Rafiki au départ de Cherbourg !

07 oct. 2016

Nouveau développement: mise en accusation de la société de gérance
www.theguardian.com[...]-deaths

07 oct. 2016

la lecture du rapport du MAIB ne pouvait que conclure à cette extrémité et pourtant les erreurs étaient toutes "border line" le bateau aurait du avoir une inspection sérieuse quelques semaines avant le départ, le skipper n'avait pas assez de milles, de peu, pour être seul à skipper
etc

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

"Le temps d'une pause" sur le Canal du Midi avec un SIR 530

Souvenir d'été

  • 4.5 (118)

"Le temps d'une pause" sur le Canal du Midi avec un SIR 530

novembre 2021